Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Ha@_x
Niveau 5

Re: Se syndiquer, oui mais où ?

par Ha@_x le Dim 9 Sep 2018 - 13:54
@Aurevilly a écrit:Un syndicat c'est une organisation qui défend les intérêts d'une catégorie de travailleurs, non ?

De tous les travailleurs c'est mieux...non ?
avatar
Aurevilly
Niveau 9

Re: Se syndiquer, oui mais où ?

par Aurevilly le Dim 9 Sep 2018 - 14:18
@Ha@_x a écrit:
@Aurevilly a écrit:Un syndicat c'est une organisation qui défend les intérêts d'une catégorie de travailleurs, non ?

De tous les travailleurs c'est mieux...non ?
Voilà ! C'est une des (très bonnes) questions du syndicalisme. Tous les "travailleurs" ont-ils les mêmes besoins, les mêmes problèmes ?
avatar
Aurevilly
Niveau 9

Re: Se syndiquer, oui mais où ?

par Aurevilly le Dim 9 Sep 2018 - 14:21
@Balthazaard a écrit:Désolé, pas d'accord avec ta définition...c'est toute la difficulté du syndicalisme
.
Tu peux préciser, Balthazaard ?
avatar
Lefteris
Empereur

Re: Se syndiquer, oui mais où ?

par Lefteris le Dim 9 Sep 2018 - 15:50
@Ha@_x a écrit:Le déchargé est un permanent en puissance, le "compétent", que l'on va reconduire ad vitam aeternam, un bureaucrate en puissance, et les bureaucraties syndicales sont en train d'achever le syndicalisme en France, où le taux de syndicalisation a été divisé par 3 depuis 70 ans.
Mais non , évidemment : des collègues qui depuis des années ont trois heures, quatre heures et qui tiennent la permanence, étudient les dossiers, assurent les audiences sont loin d'être des bureaucrates. Si certains syndicats se permettent d'avoir des permanents oisifs (ça existe) c'est aussi la faut des adhérents qui une fois payé leur cotisation ne regardent plus rien  et attendent juste les infos en ce qui concerne leur petit cas. La chute des syndicats procède de causes mutiples : dénigrement permanent de la presse au service du monde de l'argent, individualisme forcené et syndrome du "passager clandestin", pingrerie pur payer les cotisations, etc.

@Lefteris a écrit:Le syndicalisme ne peut se contenter de réunions où l'on brasse des idées abstraites et où l'on oppose des slogans et des banderoles.
 je me demande à qui tu fais référence....désolé Lefteris, si l'AIT respire encore... Very Happy

J'en connais et en ai connu pas mal ( y compris au sein des confédérations),  pour qui le syndicalisme consiste à se laisser pousser les cheveux, tenir des discours enflammés entre initiés, et  brandir slogans, banderoles et  merguez dans des défilés en attendant le grand soir. Passer des heures et des heures sur des dossiers, élaborer des revendications précises ,  monter des recours devant les tribunaux, assister  juridiquement et physiquement des collègues,  étudier une situation professionnelle  dans un ensemble plus vaste que leur métier, c'est pas pas leur truc. L'administration oppose des experts aux salariés, il faut qu'ils trouvent en face au moins aussi fort qu'eux. On ne répond pas aux coups de fusils avec des lance-pierres.

@Lefteris a écrit:certains syndicats ont dans leurs traditions  de ne pas s'opposer, de collaborer systématiquement à la mise en oeuvre de décisions les plus défavorables, partant de l'idée que les syndicats doivent "accompagner". C'est la première catégorie que je décris plus haut, et qui historiquement ne relève pas du syndicalisme de lutte.
Ce que l'on appelle le syndicalisme jaune.
Tu vas te prendre comme moi naguère un avertissement de la modération, surtout si tu cites les concernés Razz

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble".
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, par la stratégie du puzzle).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
avatar
Balthazaard
Esprit éclairé

Re: Se syndiquer, oui mais où ?

par Balthazaard le Dim 9 Sep 2018 - 18:26
@Aurevilly a écrit:
@Balthazaard a écrit:Désolé, pas d'accord avec ta définition...c'est toute la difficulté du syndicalisme
.
Tu peux préciser, Balthazaard ?

" Se syndiquer c'est d'abord avoir envie de réfléchir sur le travail que l'on exerce et les problèmes que l'on identifie. C'est aussi analyser qu'elle est la place et le rôle de sa catégorie professionnelle dans la société"
Ceci me gène énormément, pour moi un syndicat doit se battre pour l'avancée ou au pire le maintien des conditions de travail de ses adhérents. Pour cela nul besoin de grandes interrogations. Y mêler la place que l'on tient dans la société c'est ce que Lefteris définit par le syndicalisme d’accompagnement, certaines organisations le font très bien, de manière décomplexée. C'est parfaitement leur droit.
Elles signent des accords de redistribution (ppcr, refondation de Peillon, où certains désignés comme privilégiés y perdent au profit d'autres..) ce n'est pas ma vision des choses.
avatar
Ha@_x
Niveau 5

Re: Se syndiquer, oui mais où ?

par Ha@_x le Dim 9 Sep 2018 - 21:03
@Lefteris a écrit:Tu vas te prendre comme moi naguère un avertissement de la modération, surtout si tu cites les concernés  Razz  

Ah mais moi je ne cite personne... Very Happy

Mais je n'en pense pas moins...

@Lefteris a écrit:J'en connais et en ai connu pas mal ( y compris au sein des confédérations),  pour qui le syndicalisme consiste à se laisser pousser les cheveux, tenir des discours enflammés entre initiés, et  brandir slogans, banderoles et  merguez dans des défilés en attendant le grand soir.

 t'as oublié la canette de bière ou le verre de mojito...

@Lefteris a écrit:L'administration oppose des experts aux salariés, il faut qu'ils trouvent en face au moins aussi fort qu'eux. On ne répond pas aux coups de fusils avec des lance-pierres.

Bien d'accord, mais c'est par le nombre et non grâce aux experts que l'on sera plus forts.
avatar
Lefteris
Empereur

Re: Se syndiquer, oui mais où ?

par Lefteris le Dim 9 Sep 2018 - 21:55
@Ha@_x a écrit:  t'as oublié la canette de bière ou le verre de mojito...
Exact ! Au bout d'un certain nombre desquels les discour Very Happy s sont plus enflammés !

@Lefteris a écrit:L'administration oppose des experts aux salariés, il faut qu'ils trouvent en face au moins aussi fort qu'eux. On ne répond pas aux coups de fusils avec des lance-pierres.

Bien d'accord, mais c'est par le nombre et non grâce aux experts que l'on sera plus forts.
Le problème, c'est qu'il n'y aura jamais de nombre sans force de frappe. Et être expert ne veut pas dire ne pas être militant, et vice -versa. Il faut aussi être crédible, pas seulement vouloir renverser la table sans savoir que mettre à la place.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble".
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, par la stratégie du puzzle).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
avatar
Lefteris
Empereur

Re: Se syndiquer, oui mais où ?

par Lefteris le Dim 9 Sep 2018 - 22:02
@Balthazaard a écrit:
[...] le syndicalisme d’accompagnement, certaines organisations le font très bien, de manière décomplexée. C'est parfaitement leur droit.
Elles signent des accords de redistribution (ppcr, refondation de Peillon, où certains désignés comme privilégiés y perdent au profit d'autres..) ce n'est pas ma vision des choses.
Le problème actuel, c'est qu'il ne s'agit pas d'une simple vision des choses et d'un échange d"opinions. C'est une véritable guerre scolaire (et je pèse mes mots) entre ces syndicats, affiliés à la hiérarchie administrative (d'où même minoritaires ils tirent leur force) , et d'autres. Une guerre avec ses coups bas, ses vengeances, et surtout la course aux places où ceux qui sont du "bon côté"  noyautent la formation, les Espé et tout ce qui pourrit bien la vie quotidienne des autres, et obtiennent les promotions au détriment des autres. On l'a vu clairement pendant la réforme. Ils triomphaient, narguaient, insultaient les "vaincus". Un retraité d'une de ces officines a même quasiment fait les programmes de lettres, poussé à la destruction des langues anciennes.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble".
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, par la stratégie du puzzle).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
avatar
Dikkenek
Niveau 5

Re: Se syndiquer, oui mais où ?

par Dikkenek le Dim 9 Sep 2018 - 22:39
@pseudo-intello a écrit:
@Lowpow29 a écrit:
Bref, je crois que c'est vraiment une histoire de personnes avant tout, l'histoire de tel syndicat aide ou n'aide pas.
Au niveau local, très local, admettons.
Mais chaque adhésion locale participe au financement du syndicat national. Celui qui pond cette vidéo immonde sur la critique de l'école qui exclut" :


Celui qui défend la disparition de l'option de langues anciennes et leur remplacement par les EPIs :


Qui pond des analogies hasardeuses pour tenter de masquer son manque d'arguments, dans une critique des syndicats plus caricaturale qu'un sketch des Inconnus :



Je n'ai pas cherché à déterrer le reste, notamment des vidéos d'enseignants tellement épanouis dans le métier qu'on se demande bien pourquoi ils se syndiquent, puisque dans leur bonheur éclatant, ils n'ont aucune revendication...


Y'a pas ils ont un truc avec les vidéos au SGEN, voici celle du responsable second degré de l'académie d'Amiens
"Sébastien" l'apiculteur
https://www.youtube.com/watch?v=UGXMuqemkXE

"Avoir une ruche cela demande de l'attention, cela demande du temps"
"En 5 ans, ils sont passés de deux ruches à plus d'une cinquantaine aujourd'hui"

Voilà une décharge syndicale bien méritée!
avatar
Mathador
Niveau 9

Re: Se syndiquer, oui mais où ?

par Mathador le Lun 10 Sep 2018 - 2:19
@Lefteris a écrit:
@Ha@_x a écrit:
@Lefteris a écrit:certains syndicats ont dans leurs traditions  de ne pas s'opposer, de collaborer systématiquement à la mise en oeuvre de décisions les plus défavorables, partant de l'idée que les syndicats doivent "accompagner". C'est la première catégorie que je décris plus haut, et qui historiquement ne relève pas du syndicalisme de lutte.
Ce que l'on appelle le syndicalisme jaune.
Tu vas te prendre comme moi naguère un avertissement de la modération, surtout si tu cites les concernés Razz

C'est pourquoi l'on ne dit pas « syndicat jaune » mais « syndicat orange » professeur .

_________________
« Que dites-vous ?… C’est inutile ?… Je le sais !
Mais on ne se bat pas dans l’espoir du succès !
Non ! non, c’est bien plus beau lorsque c’est inutile ! » (Cyrano de Bergerac)
« Un mathématicien est une machine à transformer le café en théorème. » (Alfréd Rényi)
Contenu sponsorisé

Re: Se syndiquer, oui mais où ?

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum