Ecole confessionnelle = communautarisme ?

Page 7 sur 12 Précédent  1, 2, 3 ... 6, 7, 8 ... 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Ecole confessionnelle = communautarisme ?

Message par arfalchon le Mar 5 Avr 2011 - 22:10

V.Marchais a écrit:A part des préjugés purement idéologiques, je ne vois pas ce qui peut faire si peur dans le mot "fondamentaux", qu'on s'en défie ainsi comme d'une régression. Les fondamentaux, comme le nom l'indique, ce sont les savoirs élémentaires qui sont à la base de tous les autres, sans lesquels on ne développe aucune pensée construite. Par exemple : lire, compter, calculer, maîtriser les notions grammaticales de base qui rendront possible une distance réflexive sur la langue. Non seulement cela n'exclut pas d'autres connaissances ni le développement de raisonnements mais c'est même le seul moyen de rendre ces derniers possibles.

C'est vrai, mais je méfierai par contre d'un discours qui placerait lesdits "fondamentaux" comme objectifs absolus. Perso, je ne cherche pas à former des animaux savants, capable de me faire des manipulations techniques compliquées sur les nombres, sans comprendre le sens desdites opérations. Non mais toute polémique à part ( Very Happy ), évidemment que la maîtrise des bases est essentielle pour pouvoir construire sereinement de nouvelles connaissances.




Les élèves obtiennent des résultats très contrastés à l’issue du primaire :
60 % obtiennent des résultats acceptables ou satisfaisants
25 % ont des acquis fragiles
15 % connaissent des difficultés sévères ou très sévères



Je connais le rapport du hce Wink A nuancer sans doute...


Quant aux méthodes, c'est un domaine où je n'ai pas de religion. Ce qui est bien, c'est ce qui marche (mais quand je lis ce rapport, j'ai quelques doutes sur l'efficacité des innovations tous azimuts qu'on nous a assénées ces trente dernières années : séquence, ORL et cie). Je dirai juste que rejeter une démarche au seul titre qu'elle est ancienne me paraît précisément réactionnaire.
Voilà peut être le point qui m'a fait réagir à la base : je pense que les "innovations" pédagogiques de ces dernières années sont bonnes à prendre, et comme l'a dit un intervenant plus haut, l'intérêt est d'alterner les pratiques. Ne pas confondre apprentissage des fondamentaux et enseignement magistral bourrin où on tente de faire ingurgiter des notions par coeur sans chercher à les faire comprendre. Ne serait-ce que parce que notre public d'aujourd'hui n'est plus forcément réceptif aux mêmes discours.

arfalchon
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ecole confessionnelle = communautarisme ?

Message par Dhaiphi le Mar 5 Avr 2011 - 22:14

V.Marchais a écrit:
Consolons-nous comme nous pouvons : ne pas savoir lire est de moins en moins un obstacle à la poursuite d'études... Rolling Eyes

Avec une méthode syllabique (qu'utilisent mes collègues du CP, je sais "un exemple ne fait pas loi"), ils déchiffreront tous et la même proportion ne comprendra rien (et la constante macabre demeure d'années en années).
Certains ne sont pas aptes aux études longues, ni moyennes, ni à l'école avec tout le côté "abstrait" que cela implique.

_________________
De toutes les écoles que j’ai fréquentées, c’est l’école buissonnière qui m’a paru la meilleure.  
[Anatole France]
J'aime les regretteurs d'hier qui voudraient changer le sens des rivières et retrouver dans la lumière la beauté d'Ava Gardner.
[Alain Souchon]
avatar
Dhaiphi
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ecole confessionnelle = communautarisme ?

Message par arfalchon le Mar 5 Avr 2011 - 22:15



Il faudrait alerter les parents contre les dangers du rien-foutre comme on avertit sur les dangers du tabac ou des excès de vitesse.

Oui Very Happy


Au lieu de quoi, on baigne en plein discours démagogique sur les pédagogies ludiques, pas de devoirs qui seraient discriminants, et pas de notes qui seraient traumatisantes... No
Bah justement... Je ne pense pas que tout soit à jeter dans ces pédagogies modernes. C'est quand même un comble que de voir les élèves arriver en 6e super motivés, d'arriver à leur faire faire (en maths pour moi) des travaux par forcément simple dans lesquels ils doivent se creuser la tête - et ils en redemandent, alors que les 3e sont complètement désabusés et démotivés. Il n'y a pas que les hormones qui jouent là-dedans. Simplement, je pense qu'on peut garder l'intérêt des gamins pour l'école en les plaçant aussi dans des situations "ludiques" : problèmes ouverts, de recherche, activités expérimentales...
QUant aux notes, moi j'ai arrêté et je m'en porte très bien Very Happy
avatar
arfalchon
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ecole confessionnelle = communautarisme ?

Message par Provence le Mar 5 Avr 2011 - 22:17

arfalchon a écrit:
V.Marchais a écrit:A part des préjugés purement idéologiques, je ne vois pas ce qui peut faire si peur dans le mot "fondamentaux", qu'on s'en défie ainsi comme d'une régression. Les fondamentaux, comme le nom l'indique, ce sont les savoirs élémentaires qui sont à la base de tous les autres, sans lesquels on ne développe aucune pensée construite. Par exemple : lire, compter, calculer, maîtriser les notions grammaticales de base qui rendront possible une distance réflexive sur la langue. Non seulement cela n'exclut pas d'autres connaissances ni le développement de raisonnements mais c'est même le seul moyen de rendre ces derniers possibles.

C'est vrai, mais je méfierai par contre d'un discours qui placerait lesdits "fondamentaux" comme objectifs absolus. Perso, je ne cherche pas à former des animaux savants, capable de me faire des manipulations techniques compliquées sur les nombres, sans comprendre le sens desdites opérations. Non mais toute polémique à part ( Very Happy ), évidemment que la maîtrise des bases est essentielle pour pouvoir construire sereinement de nouvelles connaissances. Je ne comprends pas l'argument. Enseigner correctement les bases, c'est faire de nos élèves des "animaux savants"? D'où sort cette métaphore tordue? Il vaut mieux en faire des bêtes ignorantes, pour filer ladite métaphore?




Les élèves obtiennent des résultats très contrastés à l’issue du primaire :
60 % obtiennent des résultats acceptables ou satisfaisants
25 % ont des acquis fragiles
15 % connaissent des difficultés sévères ou très sévères



Je connais le rapport du hce Wink A nuancer sans doute...


Quant aux méthodes, c'est un domaine où je n'ai pas de religion. Ce qui est bien, c'est ce qui marche (mais quand je lis ce rapport, j'ai quelques doutes sur l'efficacité des innovations tous azimuts qu'on nous a assénées ces trente dernières années : séquence, ORL et cie). Je dirai juste que rejeter une démarche au seul titre qu'elle est ancienne me paraît précisément réactionnaire.
Voilà peut être le point qui m'a fait réagir à la base : je pense que les "innovations" pédagogiques de ces dernières années sont bonnes à prendre, et comme l'a dit un intervenant plus haut, l'intérêt est d'alterner les pratiques. Ne pas confondre apprentissage des fondamentaux et enseignement magistral bourrin où on tente de faire ingurgiter des notions par coeur sans chercher à les faire comprendre. Ne serait-ce que parce que notre public d'aujourd'hui n'est plus forcément réceptif aux mêmes discours.

Je ne connais personne qui enseigne comme un bourrin. Je crains que tu n'aies quelques préjugés. Ton discours est complètement caricatural, sorti de toute réalité.
avatar
Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ecole confessionnelle = communautarisme ?

Message par Provence le Mar 5 Avr 2011 - 22:21

Dhaiphi a écrit:
V.Marchais a écrit:
Consolons-nous comme nous pouvons : ne pas savoir lire est de moins en moins un obstacle à la poursuite d'études... Rolling Eyes

Avec une méthode syllabique (qu'utilisent mes collègues du CP, je sais "un exemple ne fait pas loi"), ils déchiffreront tous et la même proportion ne comprendra rien (et la constante macabre demeure d'années en années).
Certains ne sont pas aptes aux études longues, ni moyennes, ni à l'école avec tout le côté "abstrait" que cela implique.

Puisqu'on en est aux exemples...

L'école de H. nous envoie tous les ans des élèves, plus ou moins doués, qui ont tous en commun de savoir lire correctement, rédiger des phrases qui se tiennent sans faire une faute tous les trois mots. Il va de soi que l'institutrice est très mal vue de sa hiérarchie.
L'école de S. nous envoie tous les ans des illettrés ou des élèves peinant avec l'écrit. La méthode utilisée n'est pas la même que dans l'école de H.

Les gamins n'auront pas eu les mêmes chances dans la vie.
avatar
Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ecole confessionnelle = communautarisme ?

Message par Thalie le Mar 5 Avr 2011 - 22:23

arfalchon a écrit: ... alors que les 3e sont complètement désabusés et démotivés. Il n'y a pas que les hormones qui jouent là-dedans. Simplement, je pense qu'on peut garder l'intérêt des gamins pour l'école en les plaçant aussi dans des situations "ludiques" : problèmes ouverts, de recherche, activités expérimentales...
Ah bon ? Comment expliques-tu alors qu'un jeune garçon de 11 ans encore dans l'enfance devienne cet ado boutonneux et démotivé si ce n'est par l'âge et les hormones ? Je suis curieuse de le savoir. Les parents de ces ados, qui voient tous les jours à la maison, dans les relations familiales mais aussi lors d'activités sportives ces différences seront ravis d'apprendre que cela ne vient pas de l'âge mais que...c'est la faute à l'école, n'est-ce pas ? et à ces méchants profs qui font que nous apprendre ce que l'on ne sait pas ! J'ai tout juste ?
Quant au "ludique" comme tu dis, à 14 ans, on pourrait espérer passer à autre chose, non ? Ce n'est plus l'âge où je souhaitais m'amuser et être divertie. Je me posais des questions et j'étais ravie quand un adulte daignait enfin me répondre sérieusement en me traitant comme une jeune adulte en devenir et non pas comme une jeune enfant qui doit être divertie ad nauseam !
avatar
Thalie
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ecole confessionnelle = communautarisme ?

Message par Dhaiphi le Mar 5 Avr 2011 - 22:26

V.Marchais a écrit:Au lieu de quoi, on baigne en plein discours démagogique sur les pédagogies ludiques, pas de devoirs qui seraient discriminants, et pas de notes qui seraient traumatisantes... No

A l'époque heureuse "des blouses grises et des châtiments corporels", en 1956 pour être précis, un texte interdisait pourtant les devoirs écrits.
Dura lex, sed lex. Laughing

_________________
De toutes les écoles que j’ai fréquentées, c’est l’école buissonnière qui m’a paru la meilleure.  
[Anatole France]
J'aime les regretteurs d'hier qui voudraient changer le sens des rivières et retrouver dans la lumière la beauté d'Ava Gardner.
[Alain Souchon]
avatar
Dhaiphi
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ecole confessionnelle = communautarisme ?

Message par Provence le Mar 5 Avr 2011 - 22:27

Thalie a écrit:
arfalchon a écrit: ... alors que les 3e sont complètement désabusés et démotivés. Il n'y a pas que les hormones qui jouent là-dedans. Simplement, je pense qu'on peut garder l'intérêt des gamins pour l'école en les plaçant aussi dans des situations "ludiques" : problèmes ouverts, de recherche, activités expérimentales...
Ah bon ? Comment expliques-tu alors qu'un jeune garçon de 11 ans encore dans l'enfance devienne cet ado boutonneux et démotivé si ce n'est par l'âge et les hormones ? Je suis curieuse de le savoir. Les parents de ces ados, qui voient tous les jours à la maison, dans les relations familiales mais aussi lors d'activités sportives ces différences seront ravis d'apprendre que cela ne vient pas de l'âge mais que...c'est la faute à l'école, n'est-ce pas ? et à ces méchants profs qui font que nous apprendre ce que l'on ne sait pas ! J'ai tout juste ?
Quant au "ludique" comme tu dis, à 14 ans, on pourrait espérer passer à autre chose, non ? Ce n'est plus l'âge où je souhaitais m'amuser et être divertie. Je me posais des questions et j'étais ravie quand un adulte daignait enfin me répondre sérieusement en me traitant comme une jeune adulte en devenir et non pas comme une jeune enfant qui doit être divertie ad nauseam !

+1

J'ai toujours trouvé très cons les profs qui voulaient nous amuser ou nous divertir. Ça ne m'a jamais aidée à apprendre. En revanche, un cours mené avec de la rigueur, de la méthode, des connaissances solides, c'est nettement plus enthousiasmant.
avatar
Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ecole confessionnelle = communautarisme ?

Message par arfalchon le Mar 5 Avr 2011 - 22:27

Thalie a écrit:
Ah bon ? Comment expliques-tu alors qu'un jeune garçon de 11 ans encore dans l'enfance devienne cet ado boutonneux et démotivé si ce n'est par l'âge et les hormones ? Je suis curieuse de le savoir. Les parents de ces ados, qui voient tous les jours à la maison, dans les relations familiales mais aussi lors d'activités sportives ces différences seront ravis d'apprendre que cela ne vient pas de l'âge mais que...c'est la faute à l'école, n'est-ce pas ? et à ces méchants profs qui font que nous apprendre ce que l'on ne sait pas ! J'ai tout juste ?
Pour ce qui est de l'école, je ne pense pas que la démotivation des élèves soit à mettre uniquement sur le compte de leur adolescence, non.


Quant au "ludique" comme tu dis, à 14 ans, on pourrait espérer passer à autre chose, non ? Ce n'est plus l'âge où je souhaitais m'amuser et être divertie. Je me posais des questions et j'étais ravie quand un adulte daignait enfin me répondre sérieusement en me traitant comme une jeune adulte en devenir et non pas comme une jeune enfant qui doit être divertie ad nauseam !
Pas de contradiction entre faire des activités ludiques ET sérieuses.
avatar
arfalchon
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ecole confessionnelle = communautarisme ?

Message par Sapotille le Mar 5 Avr 2011 - 22:28

Vudici a écrit:
Cripure a écrit:
Cripure a écrit:
arfalchon a écrit:Pas du tout d'accord. On demande aux élèves d'aujourd'hui des compétences bien différentes et plus larges qu'aux élèves "d'avant" - si je puis dire. Entre autre : la maîtrise de l'outil informatique sous divers aspects, la maîtrise des langues vivante etc etc... Le programme de maths tel que je le conçois leur demande d'une part de maîtriser les fondamentaux - mais sans tomber dans la pure performance technique, mais aussi d'être capable d'abstraction, de modéliser des problèmes, de faire le lien entre les matières scientifiques.
Il y a des moments où, alors qu'on lisait mollement en s'endormant, on sursaute un bon coup. Vous pouvez toujours les demander, vos "compétences", et vous parfumer avec. Le résultat concret pour des élèves vraiment lambda, quel est-il ?
- Maîtrise de l'outil informatique ? Outre qu'on a du mal à voir la pertinence de faire un peu plus s'abrutir de pauvres gosses déjà vissés 3 ou 4h par jour devant un écran, en terminale, ils ne maîtrisent rien. A part le copié-collé, qu'ils ne lisent d'ailleurs pas. Paramétrer un compte courriel, personnaliser firefox, ils en sont incapables, utiliser un traitement de textes, itou.
- Maîtrise des langues vivantes ? Mouarfffffff !!!
- Être capables de modéliser des problèmes ? de faire le lien entre les matières scientifiques ? Et si déjà ils savaient calculer ? Vous voulez terroriser une classe de 1eS ? Facile. Mettez dans le trimestre une note coef 1, une autre coef 2 et une troisième coef 0,5. Voilà. Et faites-leur calculer leur moyenne. A ces gamins qui pensent que 14/20 désigne 14 vingtièmes !
La vérité, c'est qu'on n'a jamais autant vu de détresse chez ces pauvres gosses que depuis que leurs maîtres des petites classes se prennent pour des profs de fac et se complaisent dans ce discours sirupeux des nouvelles compétences. La seule compétence qu'ils développent à l'école aujourd'hui, c'est la servilité dans l'emploi futur pour cause d'incompréhension générale. Des gosses qui vivent à 15 ans avec 150 mots, qui demandent ce qu'est la suie, ce que veut dire "à volonté", ce qu'est un gendre, un mode, ce que veulent dire chronologique, vaste, absolu, relatif, aigre, vieillot, s'adonner, pire (c'est ma liste des questions posées par eux de la semaine dernière). Des gosses de terminale adorables qui n'ont, depuis le 2 septembre, pas réussi à répondre à UNE question que j'ai pu leur poser dans UN domaine (et dieu sait si j'en aborde des domaines, et des non littéraires, pour essayer de les accrocher). Je bosse depuis 1988, jamais je n'ai eu en face de moi des gens aussi démunis, aussi paumés, accrochant sur les lettres, les syllabes, ne comprenant RIEN à ce qu'ils lisent, pardon, ânonnent. Pareil en maths, en physique, en SVT, en langues, en histoire, en lettres, ne parlons même pas de la philo. Si demain on se met d'accord et qu'on note le bac sans trafiquer les barèmes et sans intégrer les bonus d'options, je suis sûr qu'on ne dépasse pas les 20% de réussite. Alors lire ces propos, vraiment, ça agace. Parce qu'écrire cela ne présuppose pas qu'on ne les aime pas, ou qu'on les méprise. Je deviens malade de ne plus pouvoir les aider, parce que tout s'écroule ! Tout est bâti sur le sable le plus fin et le plus sec. C'est de la non assistance à personne en danger, cette école pourrie qu'on leur donne.
Et puis tiens, j'ai pas fini. On peut parler franchement ? J'ai été un élève médiocre et fainéant, toujours à rêvasser, toujours à procrastiner. Et je BENIS mes profs de collège qui m'ont fait APPRENDRE des choses par la force s'il fallait. Qui ne m'ont rien passé du tout. J'ai fait deux ans d'allemand en 4e et 3e avec un vieux qui faisait tout apprendre par coeur : textes de base, vocabulaire, verbes, grammaire. On avait un manuel avec 3 textes de base supportés par des dessins, on faisait un texte par heure, et on avait une 4e page avec des vignettes muettes, synthèse du chapitre, et chaque semaine, nous devions rédiger une rédaction en allemand en réutilisant ce qui avait été vu. Après ces deux années, j'arrive à lire mon cher Wagner dans le texte, et Goethe et Heine, et Brentano, et Achim von Arnim, et Brecht. En anglais, j'avais des pignoufs qui nous "faisaient accoucher de notre savoir". Ben je suis toujours sans enfants. Grâce à ces gens qui m'ont fait apprendre, je savais ma grammaire latine en entier à la fin de la 3e, j'ai pu lire de vrais textes dès la seconde, j'ai appliqué le principe du par coeur au grec, commencé en septembre de la terminale et passé à l'écrit au bac, pour motiver (3h par jour tous les jours, j'étais motivé). J'ai eu l'agreg à 23 ans et aujourd'hui, grâce à eux, je peux faire mes cours à 95% les mains dans les poches, toujours ça de pris. On ne réfléchit pas sans connaissances, on n'avance pas sans connaissances, on ne pense pas sans mots, sans syntaxe, sans grammaire. Bon sang, c'est si difficile à comprendre ? Jamais un homme n'a eu autant besoin de maîtriser la langue qu'aujourd'hui, jamais l'école ne s'est si peu souciée de cette maîtrise ! Ah pour décider un jour que le conditionnel sera désormais un temps de l'indicatif, y'a du monde ! Ou pour se pencher sur les zénoncés tancrés dans la situation dénonciation, là aussi. C'est lamentable. C'est incroyable. C'est à vomir.
Bon, je me calme, à mon âge, faut pas que je m'énerve. C'est que j'ai encore 21 ans à tirer.

Magnifique!
Excellent...
Heureuse de lire qu'il existe encore des professeurs de votre trempe avec cette rage de partager ces convictions-là... yesyes


Dernière édition par Sapotille le Mar 5 Avr 2011 - 22:29, édité 1 fois
avatar
Sapotille
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ecole confessionnelle = communautarisme ?

Message par Provence le Mar 5 Avr 2011 - 22:28

Dhaiphi a écrit:
V.Marchais a écrit:Au lieu de quoi, on baigne en plein discours démagogique sur les pédagogies ludiques, pas de devoirs qui seraient discriminants, et pas de notes qui seraient traumatisantes... No

A l'époque heureuse "des blouses grises et des châtiments corporels", en 1956 pour être précis, un texte interdisait pourtant les devoirs écrits.
Dura lex, sed lex. Laughing

Il y a la loi et son application.
avatar
Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ecole confessionnelle = communautarisme ?

Message par V.Marchais le Mar 5 Avr 2011 - 22:29

Dhaiphi a écrit:
V.Marchais a écrit:Au lieu de quoi, on baigne en plein discours démagogique sur les pédagogies ludiques, pas de devoirs qui seraient discriminants, et pas de notes qui seraient traumatisantes... No

A l'époque heureuse "des blouses grises et des châtiments corporels", en 1956 pour être précis, un texte interdisait pourtant les devoirs écrits.
Dura lex, sed lex. Laughing

C'est faux. C'étaient les devoirs notés qui étaient interdits.
Mais cela aussi fait partie des préjugés dont on nous enfume pour nous empêcher d'être trop critiques avec le présent.
avatar
V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ecole confessionnelle = communautarisme ?

Message par Provence le Mar 5 Avr 2011 - 22:30

arfalchon a écrit:
Thalie a écrit:
Ah bon ? Comment expliques-tu alors qu'un jeune garçon de 11 ans encore dans l'enfance devienne cet ado boutonneux et démotivé si ce n'est par l'âge et les hormones ? Je suis curieuse de le savoir. Les parents de ces ados, qui voient tous les jours à la maison, dans les relations familiales mais aussi lors d'activités sportives ces différences seront ravis d'apprendre que cela ne vient pas de l'âge mais que...c'est la faute à l'école, n'est-ce pas ? et à ces méchants profs qui font que nous apprendre ce que l'on ne sait pas ! J'ai tout juste ?
Pour ce qui est de l'école, je ne pense pas que la démotivation des élèves soit à mettre uniquement sur le compte de leur adolescence, non. C'est possible de développer?


Quant au "ludique" comme tu dis, à 14 ans, on pourrait espérer passer à autre chose, non ? Ce n'est plus l'âge où je souhaitais m'amuser et être divertie. Je me posais des questions et j'étais ravie quand un adulte daignait enfin me répondre sérieusement en me traitant comme une jeune adulte en devenir et non pas comme une jeune enfant qui doit être divertie ad nauseam !
Pas de contradiction entre faire des activités ludiques ET sérieuses.

Relis la réponse de Thalie.
avatar
Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ecole confessionnelle = communautarisme ?

Message par arfalchon le Mar 5 Avr 2011 - 22:31

Provence a écrit:
Thalie a écrit:
arfalchon a écrit: ... alors que les 3e sont complètement désabusés et démotivés. Il n'y a pas que les hormones qui jouent là-dedans. Simplement, je pense qu'on peut garder l'intérêt des gamins pour l'école en les plaçant aussi dans des situations "ludiques" : problèmes ouverts, de recherche, activités expérimentales...
Ah bon ? Comment expliques-tu alors qu'un jeune garçon de 11 ans encore dans l'enfance devienne cet ado boutonneux et démotivé si ce n'est par l'âge et les hormones ? Je suis curieuse de le savoir. Les parents de ces ados, qui voient tous les jours à la maison, dans les relations familiales mais aussi lors d'activités sportives ces différences seront ravis d'apprendre que cela ne vient pas de l'âge mais que...c'est la faute à l'école, n'est-ce pas ? et à ces méchants profs qui font que nous apprendre ce que l'on ne sait pas ! J'ai tout juste ?
Quant au "ludique" comme tu dis, à 14 ans, on pourrait espérer passer à autre chose, non ? Ce n'est plus l'âge où je souhaitais m'amuser et être divertie. Je me posais des questions et j'étais ravie quand un adulte daignait enfin me répondre sérieusement en me traitant comme une jeune adulte en devenir et non pas comme une jeune enfant qui doit être divertie ad nauseam !

+1

J'ai toujours trouvé très cons les profs qui voulaient nous amuser ou nous divertir. Ça ne m'a jamais aidée à apprendre. En revanche, un cours mené avec de la rigueur, de la méthode, des connaissances solides, c'est nettement plus enthousiasmant.

J'ai pas parlé de faire des numéros de clown, hein... Un cours à beau être rigoureux, méthodique et bien bâti, les élèves peineront à s'y intéresser si on ne les fait pas rentrer dedans. En tout cas ceux auxquels j'ai eu affaire...
avatar
arfalchon
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ecole confessionnelle = communautarisme ?

Message par V.Marchais le Mar 5 Avr 2011 - 22:31

Pour en finir avec un mythe...

arrêté du 23 novembre 1956 concernant les devoirs à la maison :
voir le B.O. n° 42 du 29-11-56, p. 3005 ; 100-Pr-& II a, p. 9.

Disponible aux archives ou ici :
http://dcalin.fr/textoff/devoirs_1956.html
avatar
V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ecole confessionnelle = communautarisme ?

Message par arfalchon le Mar 5 Avr 2011 - 22:32

Provence a écrit:
arfalchon a écrit:
Thalie a écrit:
Ah bon ? Comment expliques-tu alors qu'un jeune garçon de 11 ans encore dans l'enfance devienne cet ado boutonneux et démotivé si ce n'est par l'âge et les hormones ? Je suis curieuse de le savoir. Les parents de ces ados, qui voient tous les jours à la maison, dans les relations familiales mais aussi lors d'activités sportives ces différences seront ravis d'apprendre que cela ne vient pas de l'âge mais que...c'est la faute à l'école, n'est-ce pas ? et à ces méchants profs qui font que nous apprendre ce que l'on ne sait pas ! J'ai tout juste ?
Pour ce qui est de l'école, je ne pense pas que la démotivation des élèves soit à mettre uniquement sur le compte de leur adolescence, non. C'est possible de développer?


Quant au "ludique" comme tu dis, à 14 ans, on pourrait espérer passer à autre chose, non ? Ce n'est plus l'âge où je souhaitais m'amuser et être divertie. Je me posais des questions et j'étais ravie quand un adulte daignait enfin me répondre sérieusement en me traitant comme une jeune adulte en devenir et non pas comme une jeune enfant qui doit être divertie ad nauseam !
Pas de contradiction entre faire des activités ludiques ET sérieuses.

Relis la réponse de Thalie.

?

(vous m'excuserez, mais je m'arrête là ce soir et je reprends demain Wink )
avatar
arfalchon
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ecole confessionnelle = communautarisme ?

Message par Thalie le Mar 5 Avr 2011 - 22:32

Provence a écrit:
Dhaiphi a écrit:
V.Marchais a écrit:Au lieu de quoi, on baigne en plein discours démagogique sur les pédagogies ludiques, pas de devoirs qui seraient discriminants, et pas de notes qui seraient traumatisantes... No
A l'époque heureuse "des blouses grises et des châtiments corporels", en 1956 pour être précis, un texte interdisait pourtant les devoirs écrits.
Dura lex, sed lex. Laughing
Il y a la loi et son application.

Il s'agissait comme il est noté de "travaux écrits". Il n'était pas interdit de faire apprendre des leçons et des récitations.
avatar
Thalie
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ecole confessionnelle = communautarisme ?

Message par doublecasquette le Mar 5 Avr 2011 - 22:33

Arfalchon, connais-tu ces livres de calcul et géométrie pour les élèves de CP et de CE1 :

http://www.slecc.fr/fiches_SLECC_CP.htm

http://www.slecc.fr/CE1_calcul_manuel.htm

Après les avoir feuilletés, dirais-tu qu'ils forment des animaux savants, capables de me faire des manipulations techniques compliquées sur les nombres ou plutôt qu'ils les entraînent à comprendre le sens des dites opérations ?

Quant à moi, il me semble compliqué de faire comprendre le sens des opérations si les élèves n'en connaissent qu'une ou deux au CP, deux ou trois au CE, et n'arrivent qu'à une maîtrise très partielle de la quatrième en fin de CM2.
avatar
doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ecole confessionnelle = communautarisme ?

Message par Aurore le Mar 5 Avr 2011 - 22:34

arfalchon a écrit:Ne serait-ce que parce que notre public d'aujourd'hui n'est plus forcément réceptif aux mêmes discours.

Tu veux dire que nos élèves sont plus bêtes que leurs prédécesseurs ?
Ce discours sur les "nouveaux publics" est un fantasme pédago qui se transforme rapidement en racisme déguisé (quand on sait de quelles origines ces "publics" proviennent souvent). diable


Dernière édition par Aurore le Mar 5 Avr 2011 - 22:42, édité 1 fois
avatar
Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ecole confessionnelle = communautarisme ?

Message par doublecasquette le Mar 5 Avr 2011 - 22:35

Aurore a écrit:
arfalchon a écrit:Ne serait-ce que parce que notre public d'aujourd'hui n'est plus forcément réceptif aux mêmes discours.

Tu veux dire que nos élèves sont plus bêtes que leurs prédécesseurs ?
Ce discours sur les "nouveaux publics" est une fantasme pédago qui se transforme rapidement en racisme déguisé (quand on sait de quelles origines ces "publics" proviennent souvent). diable

topela veneration

J'aimerais beaucoup savoir quelle a été la date précise de la mutation génétique.
avatar
doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ecole confessionnelle = communautarisme ?

Message par V.Marchais le Mar 5 Avr 2011 - 22:37

Thalie a écrit:
Provence a écrit:
Dhaiphi a écrit:
V.Marchais a écrit:Au lieu de quoi, on baigne en plein discours démagogique sur les pédagogies ludiques, pas de devoirs qui seraient discriminants, et pas de notes qui seraient traumatisantes... No
A l'époque heureuse "des blouses grises et des châtiments corporels", en 1956 pour être précis, un texte interdisait pourtant les devoirs écrits.
Dura lex, sed lex. Laughing
Il y a la loi et son application.

Il s'agissait comme il est noté de "travaux écrits". Il n'était pas interdit de faire apprendre des leçons et des récitations.

Thalie, les exercices écrits n'étaient pas interdits avant les années 90.
Je cite le texte de 1956 :

Des devoirs continueront à être donnés.
Il convient de noter que le mot devoir doit être
entendu dans sa définition courante. Le “devoir”
se distingue de “l’exercice” en ce que, tandis que celui-ci
permet de s’assurer sur-le-champ si une leçon a été
comprise
, celui-là permet, en outre, de mesurer l’acquis
de l’élève et de contrôler ses qualités
de réflexion, d’imagination et de jugement. Il exige de
l’enfant un effort personnel et soutenu, une mise en forme et
“au propre” utiles à sa formation, à celle
de son esprit comme à celle de son caractère; il
ne saurait être question de le priver des bénéfices
qu’il peut en retirer. La longueur du devoir sera évidemment
réglée selon le temps dont l’élève
disposera pour le faire, recopie soignée comprise.
avatar
V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ecole confessionnelle = communautarisme ?

Message par Thalie le Mar 5 Avr 2011 - 22:39

Aurore a écrit:
arfalchon a écrit:Ne serait-ce que parce que notre public d'aujourd'hui n'est plus forcément réceptif aux mêmes discours.

Tu veux dire que nos élèves sont plus bêtes que leurs prédécesseurs ?
Ce discours sur les "nouveaux publics" est une fantasme pédago qui se transforme rapidement en racisme déguisé (quand on sait de quelles origines ces "publics" proviennent souvent). diable
+1000. nos chefs n'ont que ce mot à la bouche, je ne le supporte plus. Quelle condescendance, quel mépris pour ces enfants supposés plus bêtes !
avatar
Thalie
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ecole confessionnelle = communautarisme ?

Message par Dhaiphi le Mar 5 Avr 2011 - 22:40

Provence a écrit:
L'école de H. nous envoie tous les ans des élèves, plus ou moins doués, qui ont tous en commun de savoir lire correctement, rédiger des phrases qui se tiennent sans faire une faute tous les trois mots. Il va de soi que l'institutrice est très mal vue de sa hiérarchie.
L'école de S. nous envoie tous les ans des illettrés ou des élèves peinant avec l'écrit. La méthode utilisée n'est pas la même que dans l'école de H.

Si je voulais être de mauvaise foi, je répondrai également "un exemple ne fait pas loi".

Ce serait mal venu car je suis d'accord que les méthodes de travail peuvent avoir leur influence. De même que dans les classes hétérogènes, le niveau est tiré vers le bas et l'émulation attendue ne se fait pas, mais c'est un autre débat...

Et puis le spectacle d'un Marc Le Bris en jupon me réjouit. lol!

_________________
De toutes les écoles que j’ai fréquentées, c’est l’école buissonnière qui m’a paru la meilleure.  
[Anatole France]
J'aime les regretteurs d'hier qui voudraient changer le sens des rivières et retrouver dans la lumière la beauté d'Ava Gardner.
[Alain Souchon]
avatar
Dhaiphi
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ecole confessionnelle = communautarisme ?

Message par Aurore le Mar 5 Avr 2011 - 22:41

arfalchon a écrit:

J'ai pas parlé de faire des numéros de clown, hein... Un cours à beau être rigoureux, méthodique et bien bâti, les élèves peineront à s'y intéresser si on ne les fait pas rentrer dedans. En tout cas ceux auxquels j'ai eu affaire...

Sauf qu'à force de tourner autour, on n'arrive jamais "rentrer dedans", justement !
(pas d'interprétations mal placées, SVP...) Razz
avatar
Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ecole confessionnelle = communautarisme ?

Message par Provence le Mar 5 Avr 2011 - 22:47

Provence a écrit:

Puisqu'on en est aux exemples...

L'école de H. nous envoie tous les ans des élèves, plus ou moins doués, qui ont tous en commun de savoir lire correctement, rédiger des phrases qui se tiennent sans faire une faute tous les trois mots. Il va de soi que l'institutrice est très mal vue de sa hiérarchie.
L'école de S. nous envoie tous les ans des illettrés ou des élèves peinant avec l'écrit. La méthode utilisée n'est pas la même que dans l'école de H.

Les gamins n'auront pas eu les mêmes chances dans la vie.

Dhaiphi a écrit:
Provence a écrit:
L'école de H. nous envoie tous les ans des élèves, plus ou moins doués, qui ont tous en commun de savoir lire correctement, rédiger des phrases qui se tiennent sans faire une faute tous les trois mots. Il va de soi que l'institutrice est très mal vue de sa hiérarchie.
L'école de S. nous envoie tous les ans des illettrés ou des élèves peinant avec l'écrit. La méthode utilisée n'est pas la même que dans l'école de H.

Si je voulais être de mauvaise foi, je répondrai également "un exemple ne fait pas loi".

Ce serait mal venu car je suis d'accord que les méthodes de travail peuvent avoir leur influence. De même que dans les classes hétérogènes, le niveau est tiré vers le bas et l'émulation attendue ne se fait pas, mais c'est un autre débat...

Et puis le spectacle d'un Marc Le Bris en jupon me réjouit. lol!

Si tu pouvais avoir l'obligeance de citer correctement, ça serait bien, rigoureux et plus honnête même...

Quant à ta dernière remarque, je la trouve misogyne, insultante et sans intérêt.
avatar
Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ecole confessionnelle = communautarisme ?

Message par Dhaiphi le Mar 5 Avr 2011 - 22:48

Aurore a écrit:
arfalchon a écrit:Ne serait-ce que parce que notre public d'aujourd'hui n'est plus forcément réceptif aux mêmes discours.

Tu veux dire que nos élèves sont plus bêtes que leurs prédécesseurs ?
Ce discours sur les "nouveaux publics" est un fantasme pédago qui se transforme rapidement en racisme déguisé (quand on sait de quelles origines ces "publics" proviennent souvent). diable

Notre collègue a écrit "réceptif" alors le glissement anti-raciste est peut-être quelque peu "excessif". Wink

_________________
De toutes les écoles que j’ai fréquentées, c’est l’école buissonnière qui m’a paru la meilleure.  
[Anatole France]
J'aime les regretteurs d'hier qui voudraient changer le sens des rivières et retrouver dans la lumière la beauté d'Ava Gardner.
[Alain Souchon]
avatar
Dhaiphi
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 12 Précédent  1, 2, 3 ... 6, 7, 8 ... 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum