Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Violet
Esprit sacré

lyrisme et élégie

par Violet le Ven 1 Avr 2011 - 12:46
Pour un sujet de bac qui demanderait d'identifier le registre de chaque poème (question sur le corpus), si la réponse attendue est "élégiaque", est-ce que vous compteriez faux la réponse "lyrique" ? (parce que pour moi, ce serait juste, élégiaque étant plus précis) Embarassed
avatar
ysabel
Devin

Re: lyrisme et élégie

par ysabel le Ven 1 Avr 2011 - 13:58
Elégiaque c'est toujours la plainte en fait... lyrique c'est bien suffisant.

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)
thrasybule
Prophète

Re: lyrisme et élégie

par thrasybule le Ven 1 Avr 2011 - 14:33
l'élégie est,dans sa forme moderne,une catégorie du lyrisme...franchement je crois que c'est suffisant,mais j'exigerai ,en revanche,faute du terme "élégiaque", une analyse rapide du type de lyrisme mis en oeuvre par le texte(lequel d'ailleurs?) avec infléchissement de la parole poétique vers la déploration et la plainte, et mise en scène des motifs élégiaques traditionnels liés à la perte et à la dysphorie(deuil, tempus fugit, abandon ou exil)
avatar
Violet
Esprit sacré

Re: lyrisme et élégie

par Violet le Ven 1 Avr 2011 - 15:38
Merci beaucoup ! (Il s'agit d'un corpus sur le deuil.)
thrasybule
Prophète

Re: lyrisme et élégie

par thrasybule le Ven 1 Avr 2011 - 15:55
tu peux me dire quels sont tes textes? je suis un vilain curieux,je sais... Razz
avatar
Abraxas
Doyen

Re: lyrisme et élégie

par Abraxas le Ven 1 Avr 2011 - 16:26
En fait, on ne peut pas se contenter de lyrisme. C'est comme si, pour vous identifier, vous acceptiez "être humain" alors que vous attendez "femme". Ce n'est pas faux, mais c'est très vague.
L"'élégie est un chant de mort. Une déploration, au minimum.
On peut être lyrique dans la joie ("Ah, ma chérie, quel pied que ce pied-là ! Ce n'est plus un orgasme, c'est un déchaînement — que dis-je ! un tsunami" — par exemple…).
Alors que les Elégies à Duino de Rilke, c'est lyrique, mais c'est surtout funèbre. Les "pensées des morts" de Lamartine, c'est élégiaque. Orphée se contentait de lyrisme avant la mort d'Eurydice, il a donné dans l'élégie après (surtout après sa seconde mort).
avatar
Iphigénie
Enchanteur

Re: lyrisme et élégie

par Iphigénie le Ven 1 Avr 2011 - 16:52
L"'élégie est un chant de mort. Une déploration, au minimum....Orphée se contentait de lyrisme avant la mort d'Eurydice, il a donné dans l'élégie après
oui et non car dans l'antiquité,avant de désigner un registre,l'élégie désigne une forme:les élégiaques romains (Catulle,Ovide,Properce)écrivent en distiques élégiaques,mais leurs écrits ne sont pas forcément tristes encore moins funéraires:ils peuvent être satiriques,érotiques ,etc.L'étymologie qui fait remonter le nom "élégie à "dire un êêê plaintif" était connue dans l'antiquité mais n'enfermait pas complètement la notioncomme le fait le terme "élégiaque "moderne.L'art d'aimer d'Ovide est écrit en distiques élégiaques:et il est tout sauf plaintif.il faut donc considérer l'élégie antique comme une forme métrique plus que comme une tonalité plaintive.
Donc pour un élève,assimiler lyrique et élégiaque ne me paraît pas si mal....
thrasybule
Prophète

Re: lyrisme et élégie

par thrasybule le Ven 1 Avr 2011 - 17:04
@iphigénie a écrit:
L"'élégie est un chant de mort. Une déploration, au minimum....Orphée se contentait de lyrisme avant la mort d'Eurydice, il a donné dans l'élégie après
oui et non car dans l'antiquité,avant de désigner un registre,l'élégie désigne une forme:les élégiaques romains (Catulle,Ovide,Properce)écrivent en distiques élégiaques,mais leurs écrits ne sont pas forcément tristes encore moins funéraires:ils peuvent être satiriques,érotiques ,etc.L'étymologie qui fait remonter le nom "élégie à "dire un êêê plaintif" était connue dans l'antiquité mais n'enfermait pas complètement la notioncomme le fait le terme "élégiaque "moderne.L'art d'aimer d'Ovide est écrit en distiques élégiaques:et il est tout sauf plaintif.il faut donc considérer l'élégie antique comme une forme métrique plus que comme une tonalité plaintive.
Donc pour un élève,assimiler lyrique et élégiaque ne me paraît pas si mal....
j'approuve ces propos, c'est la raison pour laquelle j'ai bien précisé que je parlais de l'élégie dans sa forme moderne...néanmoins il me semblait que l'étymologie à laquelle tu fais allusion était fautive( en fait c'est chant funèbre ou un truc comme ça), mais intéressante , il est vrai, si on l'analyse comme le fait Platon dans le Cratyle...j'ai un souvenir émerveillé du livre de Veyne sur l'élégie érotique romaine d'ailleurs
avatar
Iphigénie
Enchanteur

Re: lyrisme et élégie

par Iphigénie le Ven 1 Avr 2011 - 17:15
les élégiaques romains:lire Tibulle à la place de "l'ancêtre",Catulle....

.Pour l'étymologie,une autre ,elle aussi connue dèa l'antiquité,rattache le mot élégie au verbe "élein"(se lamenter).
Ce qui est sûr c'est que l'étymologie,comme la définition du genre pose problème....
Il semblerait que l'assimilation entre la lamentation et l'élégie vienne de la spécialisation progressive de ce rythme lancinant dans la poésie amoureuse...

Thrasy,on a les même références,normal qu'on tombe d'accord
Very Happy
Contenu sponsorisé

Re: lyrisme et élégie

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum