Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Rikki
Guide spirituel

Les enfants handicapés à l'école : intégration ? inclusion ?

par Rikki le Dim 3 Avr 2011 - 10:44
Nous avons parmi nous une maman d'enfants handicapés — enfin, au moins une. Et de nombreux enseignants, dont bien sûr je fais partie, qui sont confrontés au quotidien au handicap de leurs élèves.

Je pense qu'il serait intéressant de débattre sur le sujet, et sur les effets positifs, négatifs, ou plus mitigés, des législations en vigueur.

Personnellement, je suis persuadée que la scolarisation en milieu ordinaire peut, dans certains cas, être une violence insensée à l'égard des élèves. Mais je dois préciser que j'ai accueilli plusieurs élèves handicapés à qui la classe banale a fait le plus grand bien. Je suis juste choquée par le manque de prise en compte de la parole des enseignants dans le domaine, et par le fait qu'on leur oppose toujours le secret médical, donc, qu'on veut les mettre à contribution, 24 heures par semaine tout de même au primaire, sans leur donner la moindre bille pour "faire face".
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Les enfants handicapés à l'école : intégration ? inclusion ?

par User5899 le Dim 3 Avr 2011 - 10:56
Voilà un sujet sur lequel ma religion n'est pas même embryonnaire... Je n'y ai jamais été confronté. Pour l'instant, j'en suis seulement à remarquer que d'un côté, on parle d'enfants handicapés, en soulignant donc un statut particulier, et que de l'autre, on les scolarise comme les autres, en niant donc ce statut. Ca m'interpelle. D'autant que les promoteurs de cette démarche sont des gens qui fondent la moindre de leurs décisions sur des questions de moindre dépense.
Voilà. Aidez-moi à progresser sur la question
avatar
Hermione0908
Modérateur

Re: Les enfants handicapés à l'école : intégration ? inclusion ?

par Hermione0908 le Dim 3 Avr 2011 - 11:05
Jai eu un élève handicapé dans ma classe, c'était dans un bahut pourvu d'une UPI (sais plus c'est quoi le nouvel acronyme). Il avait une AVS à 100% et pour certains cours, les instituteurs spécialisés de l'UPI le prenait en charge. Il y avait plusieurs élèves avec différents handicaps dans l'établissement, et ça se passait bien en classe "normale" dans l'ensemble parce qu'il y avait la structure de l'UPI derrière tout ça.
Cette année, dans mon bahut, on intègre à tout va, des gamins dyspraxiques, des hyperactifs, des dyslexiques (sans ouvrir de polémique sur ces pathologies, là n'est pas le problème), mais on intègre à coup de réunionite, sans aucun soutien derrière. Et ça merde à fond les ballons.
Invité
Invité

Re: Les enfants handicapés à l'école : intégration ? inclusion ?

par Invité le Dim 3 Avr 2011 - 11:26
Mon établissement ZEP accueille des élèves dits "déficients auditifs". Certains sont appareillés, d'autres non; certains entendent plutôt bien, d'autres sont sourds profonds et bénéficient d'une ou plusieurs AVS. Ces élèves bénéficient d'heures de soutien, dans quelques disciplines, d'autres heures de cours sautent (musique par exemple). Je sais que des membres d'une association les prennent en charge de 13 à 14h tous les jours (par contre, je ne sais pas ce qu'ils font pendant ces heures). Les élèves déficients auditifs sont placés dans des classes à faible effectif.
Il y a également des classes ULIS (déficients mentaux). Je leur fais un cours "découverte des sciences" une fois de temps en temps, avec présence de leur instituteur.
Voilà pour la théorie.

Pour la pratique:

- les AVS ne sont pas présents à tous les cours, voire plus présents du tout depuis un moment pour des questions budgétaires; je ne peux pas communiquer avec les élèves sourds profonds, je ne maîtrise pas le langage des signes, je ne suis pas certaine que l'écrit soit bien compris, en plus je ne peux pas faire tout mon cours à l'écrit, j'ai besoin de moments de dialogue avec la classe; ces élèves sont adorables, quand quelqu'un peut traduire en langue des signes pour eux, c'est génial, ils participent très activement, sont des "éléments moteurs" comme on dit, le cours est très bien compris, les notes sont excellentes; quand il n'y a personne, ces élèves sont coupés de la classe, du cours, je vois une détresse dans le regard, impossible de poser une question quand on n'a pas compris pour eux, impossible pour moi de poser une question pour vérifier si le cours est clair, les résultats sont catastrophiques...

- je suis TZR, on ne m'a jamais expliqué ce que je devais faire en soutien avec les élèves déficients auditifs; les élèves que j'ai en soutien sont bien appareillés, comprennent parfaitement tout ce que je dis et sont plutôt bons élèves... ils n'ont pas besoin de faire des exercices supplémentaires, ils maîtrisent mieux l'écrit que leurs camarades entendants... j'ai l'impression de faire garderie, alors je fais des activités qui sortent de l'ordinaire; par contre, les élèves sourds profonds, je ne les ai pas en soutien, cherchez l'erreur!

- les classes à faible effectif regroupent des élèves en grande difficulté scolaire ou familiale, en plus des élèves sourds; comme vous pouvez l'imaginer, même à moins de vingt élèves, les conditions de travail pour les enfants sourds sont loin d'être idéales; je passe mon temps à faire la discipline, à essayer de motiver les élèves, à expliquer à machin que "non, on ne va pas passer 10 minutes à apprendre le nom des doigts de la main" et à truc que "quand on te demande la couleur du liquide, il faut dire s'il est bleu, rouge, vert... non il n'est pas blanc là, il est orange"; je ne suis pas du tout disponible pour les élèves sourds.

- les élèves ULIS sont bien encadrés, je ne me plains pas, mais franchement, à l'exception d'un ou deux élèves, je ne vois pas de différence avec les élèves "classiques" que j'ai en cours...je me suis posé des questions, j'ai cherché des informations sur mes élèves et j'ai fini par comprendre: violences familiales, retards mentaux suspectés mais pas prouvés, problèmes psychiatriques lourds avec traitement antipsychotique, antidépresseur, etc. Voici le quotidien des 3/4 de mes élèves "classiques"! Les élèves déficients auditifs font presque figure de favorisés dans l'histoire...

Alors je m'interroge: pourquoi placer des élèves qui ont un handicap dans des établissements difficiles? pourquoi leur faire une place mais ne pas prévoir les conditions de leur accueil (AVS à chaque cours par exemple)?
Mais je suis bête, moi, de poser ces questions, car je connais la réponse: ça commence par un b et ça finit par un t...
avatar
Malaga
Modérateur

Re: Les enfants handicapés à l'école : intégration ? inclusion ?

par Malaga le Dim 3 Avr 2011 - 11:28
L'année où j'étais stagiaire, j'avais une élève handicapée dans ma classe. Elle marchait difficilement donc avait un fauteuil roulant, écrivait difficilement et bénéficiait d'une AVS et d'un ordinateur portable, était dyslexique et avait des problème de vision.

Les choses dites comme ça, cela peut effrayer mais en réalité, après une rencontre avec la maman et pas mal de dialogue avec cette élève, j'étais parvenue, je pense, à cerner ses besoins particuliers. Je lui donnais donc une partie de mes cours sous forme de fichiers informatiques via une clef USB. Même chose pour les contrôles auxquelles j'adaptais la police pour sa vision...

Son intégration dans la classe était bonne, les autres élèves ne faisaient même plus attention à ses handicaps. J'ai donc tendance à penser que c'est une bonne d'intégrer des élèves handicapés au sein de nos classes, en mettant à part certains handicaps très lourds à gérer (je pense plus particulièrement à des handicaps mentaux).

_________________
     

J'utilise des satellites coûtant plusieurs millions de dollars pour chercher des boîtes Tupperware dans la forêt ; et toi, c'est quoi ton hobby ?
avatar
Nasopi
Bon génie

Re: Les enfants handicapés à l'école : intégration ? inclusion ?

par Nasopi le Dim 3 Avr 2011 - 11:51
J'ai déjà parlé de mon expérience avec mes enfants, pour qui l'intégration scolaire s'est très bien passée en classe ordinaire.
Ma fille, après la maternelle, est allée en CLIS (l'équivalent des UPI, aujourd'hui appelés ULIS, pour l'école primaire). Là, par contre, ça s'est mal passé ; sa maîtresse d'alors m'a dit qu'il aurait mieux valu pour elle aller en CP ordinaire avec une AVS ; ce qui lui posait problème en CLIS, c'est que l'AVS était collective. Un jour, elle a même fugué de l'école pale pale ; c'est après qu'on l'a mise en IME.
Pour mon fils, on n'a pas voulu essayer l'école primaire, on a eu trop peur.
Dans leur actuel IME, ils bénéficient toujours d'une intégration, puisque l'IME a une classe annexée dans une école primaire ordinaire. Dans cette classe annexée, il y a une maîtresse spécialisée, quatre enfants autistes (au plus) et, en guise d'AVS, un éducateur spécialisé : c'est l'idéal. Les enfants autistes sont intégrés aux autres à la récréation, à la cantine, et ils font également des sorties, ou certains projets, avec d'autres classes de l'école.
Je pense que l'intégration des enfants handicapés à l'école ordinaire peut être une excellente chose, à partir du moment bien entendu où elle est faite dans de bonnes conditions (et c'est là que le bât blesse).
Comme j'ai la chance d'avoir le point de vue de psychiatres sur le sujet, j'ajoute que tout ce qui est intégration en milieu ordinaire (pas seulement à l'école) est, selon eux, extrêmement importante pour le développement de l'enfant, et permet d'éviter le surhandicap ; à condition évidemment que cela se fasse d'une façon adaptée à la personne. C'est la raison pour laquelle, lorsque mon fils était dans son ancien IME (où aucune intégration en milieu ordinaire n'était prévue) nous nous étions arrangés avec le centre de loisirs de notre ville, qui l'a accueilli tous les mercredis après-midis avec beaucoup de bonne volonté (et d'ailleurs, cette intégration s'est très bien passée pour lui ; une animatrice supplémentaire avait été demandée pour lui par la ville, afin que tout se passe bien).
Cripure, il n'est pas question de scolariser les enfants handicapés "comme les autres" : c'est impossible. Même lorsqu'ils étaient dans des classes ordinaires, mes enfants n'étaient présents qu'une partie du temps, avec une AVS à leurs côtés. Sans elle, il aurait été impossible de les accueillir à l'école. Mais je me félicite aujourd'hui de tout ce que l'école ordinaire leur a apporté, et continue à leur apporter.

_________________
"Donne-moi la sérénité nécessaire pour accepter telles qu’elles sont les choses qu’on ne peut pas changer, donne-moi le courage de changer celles qui doivent l’être ; donne-moi la sagesse qui permet de discerner les unes et les autres." (Marc-Aurèle)
avatar
Celeborn
Esprit sacré

Re: Les enfants handicapés à l'école : intégration ? inclusion ?

par Celeborn le Dim 3 Avr 2011 - 12:12
Cripure a écrit:Voilà un sujet sur lequel ma religion n'est pas même embryonnaire... Je n'y ai jamais été confronté. Pour l'instant, j'en suis seulement à remarquer que d'un côté, on parle d'enfants handicapés, en soulignant donc un statut particulier, et que de l'autre, on les scolarise comme les autres, en niant donc ce statut. Ca m'interpelle. D'autant que les promoteurs de cette démarche sont des gens qui fondent la moindre de leurs décisions sur des questions de moindre dépense.
Voilà. Aidez-moi à progresser sur la question

Je posais le même constat dans cet article.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog
Bfred
Niveau 8

Re: Les enfants handicapés à l'école : intégration ? inclusion ?

par Bfred le Dim 3 Avr 2011 - 12:20
Nasopi, je suis intéressée par ton témoignage sur les enfants handicapés, je suis moi même maman d'une petite fille handicapée mentale avec des difficultés motrice habillage déshabillage et parfois des attitudes autistiques peur de la douche et du shampoing. Nous l'avons maintenu en milieu ordinaire le plus longtemps possible maternelle + CLIS mais maintenant elle a 12 ans et malgré son excellente mémoire et ses capacités à surfer sur le net elle ne pourra sans doute pas écrire quant à la lecture elle sait déchiffrer les lettres mais n'a pas acquis la combinatoire nous avons donc pris la décision de la mettre en IME l'année prochaine pour enfant et ados handicapés mentaux. Je sais qu'ils sont des IME spécialisés dans l'autisme mais quelle est ton impression vis à vis des IME ?
avatar
sand
Esprit sacré

Re: Les enfants handicapés à l'école : intégration ? inclusion ?

par sand le Dim 3 Avr 2011 - 14:12
J'ai un élève dyspraxique en 4ème, arrivé l'an derner après une 6ème en UPI où il ne voulait pas revenir. Il a une AVS 20h/semaine, qui tempère son agressivité. Il faut lui taper une bonne partie des cours qu'il complète en classe, sur son PC, la plupart des évaluations sont adaptées à ses difficultés.
J'ai une élève qui perd la vue en 3ème, qui apprend le braille et bénéficie d'une AVS 20h aussi. Là aussi, les textes, cours, contrôles doivent être tapés.
Je le fais avec plaisir mais je n'ai plus un moment à moi.
avatar
Nasopi
Bon génie

Re: Les enfants handicapés à l'école : intégration ? inclusion ?

par Nasopi le Dim 3 Avr 2011 - 14:28
@Bfred a écrit:Nasopi, je suis intéressée par ton témoignage sur les enfants handicapés, je suis moi même maman d'une petite fille handicapée mentale avec des difficultés motrice habillage déshabillage et parfois des attitudes autistiques peur de la douche et du shampoing. Nous l'avons maintenu en milieu ordinaire le plus longtemps possible maternelle + CLIS mais maintenant elle a 12 ans et malgré son excellente mémoire et ses capacités à surfer sur le net elle ne pourra sans doute pas écrire quant à la lecture elle sait déchiffrer les lettres mais n'a pas acquis la combinatoire nous avons donc pris la décision de la mettre en IME l'année prochaine pour enfant et ados handicapés mentaux. Je sais qu'ils sont des IME spécialisés dans l'autisme mais quelle est ton impression vis à vis des IME ?

La qualité des IME est très variable ; je suis très satisfaite de celui où ils sont actuellement, et qui est à vrai dire assez exceptionnel. Avant d'inscrire ta fille en IME, tu dois avoir la possibilité d'en visiter plusieurs qui sont sur ton secteur : cela te permettra de te faire une idée. Après, il y a bien sûr le problème des places : mes enfants ont dû attendre trois ans avant d'avoir une place dans celui où ils sont actuellement. Donc, par sécurité, inscris ta fille partout, même là où ça ne te plaît pas, sachant qu'en général ils font tout pour que les souhaits des parents soient respectés.
Après l'école maternelle, mon fils est allé dans un IME qui ne nous plaisait pas du tout, mais faute de place c'était ça ou rien ; l'IME savait qu'on en voulait un autre, les choses ont toujours été claires, et dès qu'il y a eu une place dans son actuel IME il a pu y aller.
Il faut savoir aussi que, pour avoir une place, il ne suffit pas de s'inscrire : il faut montrer sans arrêt qu'on est intéressé par exemple en rappelant le psy régulièrement, en s'inscrivant dans l'association qui a fondé l'IME, etc. Sinon, ton dossier tombe dans l'oubli et se retrouve systématiquement en-dessous de la pile. Il serait bon que tu te fasses aider d'une assistante sociale pour toutes ces démarches. Elles savent bien ce qu'il convient de faire.

_________________
"Donne-moi la sérénité nécessaire pour accepter telles qu’elles sont les choses qu’on ne peut pas changer, donne-moi le courage de changer celles qui doivent l’être ; donne-moi la sagesse qui permet de discerner les unes et les autres." (Marc-Aurèle)
Filnydar
Niveau 9

Re: Les enfants handicapés à l'école : intégration ? inclusion ?

par Filnydar le Dim 3 Avr 2011 - 16:14
@sand a écrit:J'ai une élève qui perd la vue en 3ème, qui apprend le braille et bénéficie d'une AVS 20h aussi. Là aussi, les textes, cours, contrôles doivent être tapés.


N'y a-t-il pas moyen de faire faire les transcriptions ? C'est ce qui se passait pour mon fils tant qu'il n'était pas autonome en braille.
Invité
Invité

Re: Les enfants handicapés à l'école : intégration ? inclusion ?

par Invité le Dim 3 Avr 2011 - 22:30
@sand a écrit:J'ai un élève dyspraxique en 4ème, arrivé l'an derner après une 6ème en UPI où il ne voulait pas revenir. Il a une AVS 20h/semaine, qui tempère son agressivité. Il faut lui taper une bonne partie des cours qu'il complète en classe, sur son PC, la plupart des évaluations sont adaptées à ses difficultés.

J'ai un élève dyspraxique en 6e pour lequel rien n'est fait, ses parents s'en moquant et ne venant jamais quand on les convoque.
avatar
sand
Esprit sacré

Re: Les enfants handicapés à l'école : intégration ? inclusion ?

par sand le Lun 4 Avr 2011 - 6:05
@Filnydar a écrit:
@sand a écrit:J'ai une élève qui perd la vue en 3ème, qui apprend le braille et bénéficie d'une AVS 20h aussi. Là aussi, les textes, cours, contrôles doivent être tapés.


N'y a-t-il pas moyen de faire faire les transcriptions ? C'est ce qui se passait pour mon fils tant qu'il n'était pas autonome en braille.
Pour l'instant, l'élève souhaite continuer comme avant.

Al, la situation que tu décris est très dure. Pauvres petits...
avatar
Nasopi
Bon génie

Re: Les enfants handicapés à l'école : intégration ? inclusion ?

par Nasopi le Lun 4 Avr 2011 - 8:29
Celeborn, par rapport à ton article... Malgré tout ce que tu dis, moi, j'espère de tout coeur que mes enfants pourront aller en ULIS. En effet, s'ils n'y vont pas, ils ne seront plus scolarisés DU TOUT à partir de 12 ans : tu parles d'une scolarité au rabais, peut-être, mais c'est toujours mieux que rien ! Mes enfants, de toute façon, se sont toujours contentés de quelques heures par semaine à l'école ; bien sûr qu'ils progressent moins vite que les autres, et, on est bien d'accord, on ne leur donne pas les mêmes chances qu'aux élèves lambda. N'empêche que grâce à ces quelques heures au rabais, ma fille sait maintenant lire et écrire : tu imagines tout ce que ça représente pour elle d'autonomie dans sa vie future, et d'ouverture sur le monde ?
D'autre part, dans ton article, tu sembles dire que les ULIS remettent en question l'existence des structures spécialisées pour les adolescents handicapés. Or, rien n'est plus faux : les enfants qui vont en ULIS, de même que ceux qui vont en CLIS, sont tous, à côté, pris en charge par des structures spécialisées, qui relaient ce qu'ils font en ULIS et s'occupent de tout le côté soins. Il n'y a pas contradiction entre les deux ; aujourd'hui, les IME, les hôpitaux de jour (et j'imagine aussi les autres structures spécialisées, que je connais moins) cherchent de plus en plus à s'ouvrir sur le monde ordinaire, et je ne vois pas ce que cela a de négatif ; les personnes handicapées, après tout, sont appelées, comme les autres, à vivre au sein de la société. Mes enfants ont toujours été dans des structures spécialisées parallèlement à leur intégration en milieu scolaire ordinaire, les deux ne sont pas incompatibles !

_________________
"Donne-moi la sérénité nécessaire pour accepter telles qu’elles sont les choses qu’on ne peut pas changer, donne-moi le courage de changer celles qui doivent l’être ; donne-moi la sagesse qui permet de discerner les unes et les autres." (Marc-Aurèle)
avatar
Celeborn
Esprit sacré

Re: Les enfants handicapés à l'école : intégration ? inclusion ?

par Celeborn le Lun 4 Avr 2011 - 19:46
@Nasopi a écrit:
D'autre part, dans ton article, tu sembles dire que les ULIS remettent en question l'existence des structures spécialisées pour les adolescents handicapés. Or, rien n'est plus faux

Rien n'est plus vrai. Le collège près de chez nous qui envoyait des professeurs dans une structure spécialisée (hôpital de jour, si je ne m'abuse) pour qu'ils aillent y enseigner a perdu toutes les heures (et les postes) qui allaient avec ce dispositif du fait de la création de l'ULIS dans notre établissement (qui ne nous a pas apporté d'heures, à nous, hors celle de l'instit' spécialisée).
Navré, c'est ce qui s'est passé cette année à côté de chez moi : on a privé des enfants handicapés de cours adaptés en petite structure pour les faire rentrer dans un dispositif déstructuré sur le plan des apprentissages.

Ensuite, effectivement, entre l'ULIS et rien, moi aussi, je prend l'ULIS. Remarque, entre de la merde et rien, je risque aussi de finir par manger de la merde.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog
lerocher
Niveau 3

Re: Les enfants handicapés à l'école : intégration ? inclusion ?

par lerocher le Lun 4 Avr 2011 - 19:54
Je suis pour leur intégration, à condition qu'ils soient secondés par des AVS. Leur présence en classe est, pour moi, un plus, même s'il y a souvent un léger surcroît de prépa. J'ai des déficients visuels en cours et en ppre et cela se passe très bien des deux côtés.

Ces élèves sont, le plus souvent, le contrepied des "défavorisés sociaux-glandeurs-excusés d'avance-mon oeil! : réellement handicapés physiquement parlant mais socialement aussi. Et pourtant: quelle volonté, quelle soif d'apprendre et de bien faire!

Des exemples.
Invité
Invité

Re: Les enfants handicapés à l'école : intégration ? inclusion ?

par Invité le Lun 4 Avr 2011 - 20:02
Je ne suis pas contre l'intégration des élèves handicapés, avec un suivi. J'ai eu des élèves handicapés charmants : un m'envoyait des cartes pour me souhaiter une bonne année deux ans encore après que je ne l'ai plus comme élève. Smile
En revanche, les hyper-violents, les asociaux, mon élève de cette année qui comme le disent les autres élèves se lève sans cesse pour hurler sans raison, et ce, dans tous les cours ou presque (sans diagnostic, hélas, on ne peut rien faire...Mais pour qu'il y ait un diagnostic, il faudrait que ses parents s'en occupent !), qu'on les mette ailleurs ! Qu'on crée des pensionnats, des cellules spécialisées !
Il faut des moyens.
Mais là, mettre un élève handicapé dans une classe de ravagés zone violence sinistrée, l'EN oserait, je le crains.
Invité
Invité

Re: Les enfants handicapés à l'école : intégration ? inclusion ?

par Invité le Lun 4 Avr 2011 - 20:04
@lerocher a écrit: Je suis pour leur intégration, à condition qu'ils soient secondés par des AVS. Leur présence en classe est, pour moi, un plus, même s'il y a souvent un léger surcroît de prépa. J'ai des déficients visuels en cours et en ppre et cela se passe très bien des deux côtés.

Ces élèves sont, le plus souvent, le contrepied des "défavorisés sociaux-glandeurs-excusés d'avance-mon oeil! : réellement handicapés physiquement parlant mais socialement aussi. Et pourtant: quelle volonté, quelle soif d'apprendre et de bien faire!

Des exemples.

J'ai eu la même impression.
Mais quand je vois mon 6e dyspraxique se débattre tout seul sans AVS parce que ses parents ne s'en occupent guère, ça me fait mal au coeur.
avatar
Nasopi
Bon génie

Re: Les enfants handicapés à l'école : intégration ? inclusion ?

par Nasopi le Lun 4 Avr 2011 - 20:20
Celebron, comme je l'ai dit, les hôpitaux de jour cherchent par tous les moyens à s'ouvrir sur le monde extérieur (pas seulement, d'ailleurs, à l'école): voilà pourquoi sans doute l'ULIS a été préférée aux cours donnés à l'hôpital même. Les psychiatres disent que l'intégration en milieu ordinaire des enfants handicapés permet d'éviter le surhandicap, tout simplement parce que dans les structures tout est "trop" bien adapté à eux : être confronté au monde ordinaire leur permet d'apprendre à s'adapter, même si c'est certainement moins confortable pour eux comme solution. Mais, encore une fois, ils sont destinés à vivre en société, et il leur faudra bien, un jour ou l'autre, apprendre à s'adapter au monde ordinaire ; autant que ce soit le plus tôt possible, puisqu'on apprend mieux quand on est jeune.
Lerocher, oui, je suis d'accord : pour que l'intégration des enfants handicapés se fasse dans de bonnes conditions, il faut absolument que le système des AVS soit perfectionné. En faire un vrai métier, avec une vraie formation. Avec une AVS compétente, la présence d'un enfant handicapé dans une classe ne devrait pas donner davantage de travail à l'enseignant.
Moi aussi, je vois ma fille : hyper motivée pour apprendre, malgré les difficultés. Quand son ancienne maîtresse venait à la maison pour la faire travailler, et qu'on discutait un peu, elle me repoussait pour pouvoir aller bosser. Vous allez croire que j'exagère, et pourtant c'est la vérité : son doudou, en ce moment, c'est son livre de lecture !! Elle dort avec lui et le promène toute la journée avec elle.

_________________
"Donne-moi la sérénité nécessaire pour accepter telles qu’elles sont les choses qu’on ne peut pas changer, donne-moi le courage de changer celles qui doivent l’être ; donne-moi la sagesse qui permet de discerner les unes et les autres." (Marc-Aurèle)
avatar
Celeborn
Esprit sacré

Re: Les enfants handicapés à l'école : intégration ? inclusion ?

par Celeborn le Lun 4 Avr 2011 - 20:22
@Nasopi a écrit:Celebron, comme je l'ai dit, les hôpitaux de jour cherchent par tous les moyens à s'ouvrir sur le monde extérieur (pas seulement, d'ailleurs, à l'école): voilà pourquoi sans doute l'ULIS a été préférée aux cours donnés à l'hôpital même.

Non non, c'était pour faciliter la vie des adultes en charge du projet : rien à voir avec les handicapés, hélas.

Mais une fois encore, je conçois très bien toutes les problématiques liées à la socialisation. Mais je m'étonne qu'on en reste là, et qu'on ne s'interroge pas sur l'ENSEIGNEMENT qu'ils reçoivent au collège. Un cours par-ci, un cours par-là, et faut qu'ils valident quelques compétences du socle. Voilà, c'est quand même le résumé de ce qui leur est proposé.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog
Invité
Invité

Re: Les enfants handicapés à l'école : intégration ? inclusion ?

par Invité le Lun 4 Avr 2011 - 20:31
L'IA a demandé des comptes à mon collège il y a quelques mois: comment nous nous occupions des élèves handicapés (quels étaient nos "projets éducatifs" particulièrement - d'ailleurs, pour répondre à cette question, j'ai ressorti tout le vocabulaire sur les compétences dans un beau diagramme en couleur avec des titres bien ronflants, tout ça pour dire que je fais des expériences de chimie de niveau seconde avec des 5èmes et que ça leur plaît de faire de la "vraie" chimie), comment se passait l'inclusion des ULIS en cours classique (du coup, ma direction m'a demandé en urgence de prendre ces élèves quelques fois en cours).
Pourquoi ces questions alors que l'IA n'avait pas donné signe de vie à ce propos depuis plusieurs années? Encore pour des raisons budgétaires... elle veut supprimer des heures et des postes! Et les enfants handicapés ça coûte cher: un prof pour 2-3 élèves une à deux fois par semaine, et ceci dans plusieurs disciplines, vous imaginez la dépense?!!
Invité
Invité

Re: Les enfants handicapés à l'école : intégration ? inclusion ?

par Invité le Lun 4 Avr 2011 - 20:32
@Celeborn a écrit:Un cours par-ci, un cours par-là, et faut qu'ils valident quelques compétences du socle. Voilà, c'est quand même le résumé de ce qui leur est proposé.

Ne propose-t-on pas la même chose à tous nos élèves ?
Invité
Invité

Re: Les enfants handicapés à l'école : intégration ? inclusion ?

par Invité le Lun 4 Avr 2011 - 20:33
@Celeborn a écrit:

Mais une fois encore, je conçois très bien toutes les problématiques liées à la socialisation. Mais je m'étonne qu'on en reste là, et qu'on ne s'interroge pas sur l'ENSEIGNEMENT qu'ils reçoivent au collège. Un cours par-ci, un cours par-là, et faut qu'ils valident quelques compétences du socle. Voilà, c'est quand même le résumé de ce qui leur est proposé.

C'est tellement vrai, Céléborn! Alors que ces élèves sont très intelligents, en tout cas, chez moi, plus travailleurs, plus motivés, plus intéressés que tous mes autres élèves dits "normaux"! Quel gâchis...
lerocher
Niveau 3

Re: Les enfants handicapés à l'école : intégration ? inclusion ?

par lerocher le Lun 4 Avr 2011 - 21:07
Le gâchi, c'est aussi le décalage entre ce que l'on peut lire ici et les points de vue décalés des mêmes qui les expriment. Faut savoir: collège unique = m...ou pas?
Invité
Invité

Re: Les enfants handicapés à l'école : intégration ? inclusion ?

par Invité le Lun 4 Avr 2011 - 21:23
@lerocher a écrit:Le gâchi, c'est aussi le décalage entre ce que l'on peut lire ici et les points de vue décalés des mêmes qui les expriment. Faut savoir: collège unique = m...ou pas?

Je ne comprends pas ce que tu veux dire. Peux-tu expliquer? Merci!
Contenu sponsorisé

Re: Les enfants handicapés à l'école : intégration ? inclusion ?

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum