Un enseignant suspendu et objet d'une plainte pour avoir "bousculé" des élèves.

Page 3 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Un enseignant suspendu et objet d'une plainte pour avoir "bousculé" des élèves.

Message par Invité31 le Ven 22 Avr 2011 - 12:43

@Marie Laetitia a écrit: No

Moi j'aime cette formule en particulier:
Oui: le bavardage continuel est une violence silencieuse. Lectrice, lecteur, j’en appelle à votre bon sens: accepteriez-vous sans indignation que l’on détruise le travail pour lequel vous êtes totalement investis?

Marre que la violence soit à sens unique, les fautifs reconnus tjrs du même côté... :colere:

Je ne tolère pas de bavardage dans mon cours, mais assimiler le bavardage à une violence me semble à la limite de l'imposture.

Pour le reste je ne peux pas juger. Je n'y étais pas. Ceci étant, l'argumentation du professeur est très bonne, on voit que c'est quelqu'un qui s'investit énormément pour ses élèves (dommage que la remarque sur la "potiche", si je peux la comprendre, ait été écrite, ça risque fort de le desservir). Il a peut-être un peu craqué par qu'il se fait en quelque sorte "bouffer" par son travail. Je me reconnais un peu dans ce tableau: je jour où j'ai indirectement traité un élève de crétin parce qu'il venait de me dire qu'il s'en fichait de Victor Hugo (depuis cet enfant est en prison... il a agressé une jeune femme, entre autres), j'étais pas loin de ça. Et me sentant menacée j'ai un jour plaqué un élève contre le mur. Ça aurait pu faire des vagues...
Alors non je ne juge pas je n'y étais pas.

Invité31
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un enseignant suspendu et objet d'une plainte pour avoir "bousculé" des élèves.

Message par Invité31 le Ven 22 Avr 2011 - 12:44

@Rikki a écrit:Il y a quelques années, c'étaient les accusations de pédophilies. J'ai vu une gamine de CM2 qui, ayant eu une bulle à son contrôle, a eu l'idée géniale d'aller dire à ses parents : "C'est l'instit, il voulait me tripoter, j'ai dit non, c'est pour ça qu'il m'a mis zéro".

affraid Quelle horreur!

Invité31
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un enseignant suspendu et objet d'une plainte pour avoir "bousculé" des élèves.

Message par Schéhérazade le Ven 22 Avr 2011 - 12:45

Je plains ce collègue d' être en plus contraint de raconter que son proviseur a toute son estime, alors que sa conduite est manifestement ignoble.
Chez nous, une collègue a giflé un élève odieux de 4è, il y a un an. Le CPE a géré la situation en faisant bien comprendre à Monchéri et à ses parents que si le geste de la collègue était déplacé, Monchéri avait eu des propos et une attitude tout aussi déplacés, et que si Monchéri voulait faire monter la mayonnaise, on n' hésiterait pas à être tout aussi intraitable quant à son attitude...et que de toute façon, il avait un sacré passé et un sacré passif. Pas de suspension de la collègue, pas de cinéma, pas de désaveu à la noix sur "l' absence de sérénité", et même les excuses de Monchéri à la collègue. Voilà la différence entre une administration qui fait son travail et une bande de pleutres.

Schéhérazade
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un enseignant suspendu et objet d'une plainte pour avoir "bousculé" des élèves.

Message par Serge le Ven 22 Avr 2011 - 12:49

topela

C'est vrai que le pauvre ne semble pas bien soutenu. C'est la politique actuelle, l'élève au coeur", "c'est le client qui a toujours raison"

On en est là


Dernière édition par Serge le Ven 22 Avr 2011 - 12:49, édité 1 fois

_________________

Pour faire découvrir la Cafet à nos élèves > ICI

Serge
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un enseignant suspendu et objet d'une plainte pour avoir "bousculé" des élèves.

Message par Reine Margot le Ven 22 Avr 2011 - 12:49

@Serge a écrit:
@Sapotille a écrit:
Parce qu'un professeur n'a pas le droit de rappeler les bons résultats de ses élèves ?
Il faudrait peut-être aussi qu'il s'excuse de vouloir le silence et l'attention de ses élèves pendant ses cours ?

Mais on marche sur la tête, là ... furieux

Evidemment non. Absolument aucun rapport avec le côté peu stratégique dans un tel journal pour montrer qu'il est la victime en réalité et attirer la sympathie que de dire sans cesse "moi je" suis le meilleur, aucun collègue ne m'arrive à la cheville et cet élève n'est qu'une potiche, un pastiche de potache. Surtout qu'il ne s'agit pas d'une discussion un peu "libre" entre collègue, mais d'un message à la presse, où chaque mot est supposé pesé.
Qu'il y évoque ses bons résultats et ses états de services, évidemment, et ça aurait même pu contribuer à le rendre sympathique. Mais là, c'est outrancier dans la façon de le répéter et ça se retourne contre lui dans la mesure où il peut laisser penser aux lecteurs qu'il se montre "violent" envers les élèves surtout pour son égo et pouvoir maintenir ses statistiques, pouvant donner à penser qu'il s'est montré virulent peut-être davantage pour sa pomme que pour ses élèves. Bien sûr que c'est son droit de se vanter et il n'y a rien de mal à ça. Je dis juste que ce n'est pas une bonne stratégie de le dire d'une telle manière, surtout en insultant carrément les élèves à la fin. L'un dans l'autre, ça peut retourner la sympathie qu'il aurait dû inspirer au lecteur sur l'élève rabaissé de la sorte et où un parent pourrait se dire que sa façon de s'exprimer révélerait surtout une personnalité désagréable et avide de compétition.
Encore une fois, je ne dis pas qu'il a tort ni que c'était son intention, juste que c'est maladroit et que ce n'est pas une bonne stratégie d'user d'un tel ton, surtout qu'il s'agit à la base d'apaiser l'opinion, les parents, les élèves (il pouvait écrire la même chose de façon plus pondérée, surtout en tant que professeur de philo qui connaît aussi pas mal la psychologie humaine et les stratégies subtiles du discours rhétorique afin de retourner les gens en sa faveur). D'autant que dans les faits, il a parfaitement raison d'avoir agi comme il l'a fait (vu qu'il ne l'a pas frappé). C'est donc dommage de perdre de l'effet dans son argumentation en finissant par des propos plus que limite, qui conforterait les gens dans l'idée qu'il est agressif dans sa personnalité, et que ses élèves seraient peut-être juste excédés par son mépris.


Ma grand-mère, dont la famille était liée à la famille Dreyfus, rapportait ce propos de sa propre grand-mère : "Pauvre Alfred, il a toujours été rigide et présente mal, il s'est raidi dans son attitude défensive, si c'était tombé sur son frère, il s'en serait mieux sorti".

C'est exactement ça en plus ! Il aurait tout pour renverser l'opinion des lecteurs en sa faveur en plus.
Sa situation est très triste en plus. Elle devrait naturelleemnt inspirer la sympathie, surtout au vu des "faits" qui lui sont reprochés.

c'est surtout qu'actuellement les codes sociaux veulent qu'on soit toujours positif quand on parle d'un élève ou d'un jeune en général, un ton trop sec ou des propos critiques sont mal vus, on vous soupçonne ne de pas aimer les gamins, ou d'être "sadique"... c'est l'époque qui veut ça.


Dernière édition par Reine Margot le Ven 22 Avr 2011 - 12:50, édité 1 fois

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un enseignant suspendu et objet d'une plainte pour avoir "bousculé" des élèves.

Message par Rikki le Ven 22 Avr 2011 - 12:49

@Schéhérazade a écrit:Je plains ce collègue d' être en plus contraint de raconter que son proviseur a toute son estime, alors que sa conduite est manifestement ignoble.
Chez nous, une collègue a giflé un élève odieux de 4è, il y a un an. Le CPE a géré la situation en faisant bien comprendre à Monchéri et à ses parents que si le geste de la collègue était déplacé, Monchéri avait eu des propos et une attitude tout aussi déplacés, et que si Monchéri voulait faire monter la mayonnaise, on n' hésiterait pas à être tout aussi intraitable quant à son attitude...et que de toute façon, il avait un sacré passé et un sacré passif. Pas de suspension de la collègue, pas de cinéma, pas de désaveu à la noix sur "l' absence de sérénité", et même les excuses de Monchéri à la collègue. Voilà la différence entre une administration qui fait son travail et une bande de pleutres.

Exactement ! Je redis ce que j'ai déjà dit : ce qui est honteux, ce n'est pas que les ados se prennent pour les rois du monde, les ados ont été comme ça de tous temps, c'est que les adultes ne les remettent pas à leur place !

_________________
mon site sur l'écriture : www.ecritureparis.fr

Rikki
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un enseignant suspendu et objet d'une plainte pour avoir "bousculé" des élèves.

Message par Abraxas le Ven 22 Avr 2011 - 13:01

@Melody Nelson a écrit:
@Rikki a écrit:Il y a quelques années, c'étaient les accusations de pédophilies. J'ai vu une gamine de CM2 qui, ayant eu une bulle à son contrôle, a eu l'idée géniale d'aller dire à ses parents : "C'est l'instit, il voulait me tripoter, j'ai dit non, c'est pour ça qu'il m'a mis zéro".

affraid Quelle horreur!

Si quelqu'un a le moindre doute, qu'il lise donc le bouquin instructif de Marie-Monique Robin, l'Ecole du soupçon.

Abraxas
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un enseignant suspendu et objet d'une plainte pour avoir "bousculé" des élèves.

Message par Serge le Ven 22 Avr 2011 - 13:02

Attention, je resors une note de l'IUFM professeur

"Elever le ton, c'est introduire la violence à l'école"

Chéri mon coeur, peux-tu juste faire un peu moins de bruit en hurlant s'il te plaît et ranger ce joli cutter ? flower
J'abuse peut-être mais ... Embarassed Peut-être t'asseoir au moins une petite minute avec nous ? Ce serait tellement gentil à toi Very Happy

Non ? Tu es occcupé à insulter Kévina ? Ah pardon ... Oui, je comprends bien sûr ...

_________________

Pour faire découvrir la Cafet à nos élèves > ICI

Serge
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un enseignant suspendu et objet d'une plainte pour avoir "bousculé" des élèves.

Message par Jane le Ven 22 Avr 2011 - 13:11

On dirait qu'ils ont été élevés à ça. Je me souviens d'un p'tit 6° tout mimi tout gentil qui m'avait dit, alors que je me penchais sur sa feuille pour vérifier son travail (je cite): Si vous me touchez, je porte plainte Shocked
Tout ça c'est sans fin: faut pas leur dire qu'ils sont nuls, bavards, ou cossards. Ils ont un mauvais prof, ressentent le besoin de s'exprimer, ou ont trop de travail parce que les emplois du temps sont mal fichus. Faut pas les punir parce que c'est pas de leur faute, faut pas les coller parce que ça ne les arrange pas, et si par hasard ça dégénère en classe, ce doit être parce qu'on ne s'en occupe pas bien et qu'on n'a pas su déceler le génie qui sommeille bien enfoui au fond d'eux (ou argument imparable, parce que le prof ben, il est pas intéressant).

Jane
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un enseignant suspendu et objet d'une plainte pour avoir "bousculé" des élèves.

Message par Rikki le Ven 22 Avr 2011 - 13:40

On a eu un CE2 à la Goutte d'Or qui se vantait devant ses copains "Moi, dans le 9-3, j'ai tapé ma maîtresse, ben y m'est rien arrivé ! C'est la maîtresse qu'est pu venue à l'école ! T'en as rien à fout', j'te dis, on a pas l'âge de la garde à vue !"


Cela dit, j'estime que cette phrase est un véritable SOS de la part de cet enfant qui, pour le coup, était en grande souffrance : je pense que lui-même était affolé par le fait qu'il ne lui soit rien arrivé, il ne comprenait rien à ce monde où les enfants peuvent taper les maîtresses. A sa manière, il exprimait vraiment une angoisse : je ne pense pas que les enfants soient heureux, quand ils testent les adultes, d'avoir des chiffes molles en face d'eux.

Et l'institution devrait tenir. Ca rassurerait tout le monde, à commencer par les enfants.

Je suis sûre que le gamin qu'on a forcé à s'excuser devant la prof qu'il avait "poussée à la gifle", dont parlait je ne sais plus qui, s'en sort mieux que celui qui fait n'importe quoi et est encensé. On ne leur rend pas service.

_________________
mon site sur l'écriture : www.ecritureparis.fr

Rikki
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un enseignant suspendu et objet d'une plainte pour avoir "bousculé" des élèves.

Message par Invité31 le Ven 22 Avr 2011 - 13:49

Ben mes 6e pour quelques-uns ont déjà tapé ou insulté leur maîtresse, en effet... On en a même quelques-uns qui s'amusent à faire dans les couloirs en CM2... Et en effet, il ne leur arrive rien, donc bon, ne nous étonnons pas.
Enfin moi si jamais j'en ai un qui lève la main sur moi, il s'en prend une, point. Quitte à démissionner ensuite car je ne présenterai pas d'excuses ni rien.
Et je pense qu'ils le sentent d'ailleurs.

Invité31
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un enseignant suspendu et objet d'une plainte pour avoir "bousculé" des élèves.

Message par Marie Laetitia le Ven 22 Avr 2011 - 13:53

@Melody Nelson a écrit:
@Marie Laetitia a écrit: No

Moi j'aime cette formule en particulier:
Oui: le bavardage continuel est une violence silencieuse. Lectrice, lecteur, j’en appelle à votre bon sens: accepteriez-vous sans indignation que l’on détruise le travail pour lequel vous êtes totalement investis?

Marre que la violence soit à sens unique, les fautifs reconnus tjrs du même côté... :colere:

Je ne tolère pas de bavardage dans mon cours, mais assimiler le bavardage à une violence me semble à la limite de l'imposture.

Pour le reste je ne peux pas juger. Je n'y étais pas. Ceci étant, l'argumentation du professeur est très bonne, on voit que c'est quelqu'un qui s'investit énormément pour ses élèves (dommage que la remarque sur la "potiche", si je peux la comprendre, ait été écrite, ça risque fort de le desservir). Il a peut-être un peu craqué par qu'il se fait en quelque sorte "bouffer" par son travail. Je me reconnais un peu dans ce tableau: je jour où j'ai indirectement traité un élève de crétin parce qu'il venait de me dire qu'il s'en fichait de Victor Hugo (depuis cet enfant est en prison... il a agressé une jeune femme, entre autres), j'étais pas loin de ça. Et me sentant menacée j'ai un jour plaqué un élève contre le mur. Ça aurait pu faire des vagues...
Alors non je ne juge pas je n'y étais pas.

@Serge a écrit:Attention, je resors une note de l'IUFM professeur

"Elever le ton, c'est introduire la violence à l'école"

Chéri mon coeur, peux-tu juste faire un peu moins de bruit en hurlant s'il te plaît et ranger ce joli cutter ? flower
J'abuse peut-être mais ... Embarassed Peut-être t'asseoir au moins une petite minute avec nous ? Ce serait tellement gentil à toi Very Happy

Non ? Tu es occcupé à insulter Kévina ? Ah pardon ... Oui, je comprends bien sûr ...


à partir du moment où hausser le ton est une violence (envers l'élève), on peut en arriver à donner le qualificatif de violence au bavardage... Wink

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un enseignant suspendu et objet d'une plainte pour avoir "bousculé" des élèves.

Message par Héliandre le Ven 22 Avr 2011 - 13:59

La violence, quoi que non directe, c'est aussi de refuser d'obtempérer et d'attirer l'attention de toute la classe, alors que la demande de l'enseignant vise à permettre le travail de tous. A partir du moment où l'administration ne soutient pas cela, on marche sur la tête. Il faut revenir à la question basique du sens de l'école et du cours...

Héliandre
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un enseignant suspendu et objet d'une plainte pour avoir "bousculé" des élèves.

Message par Rikki le Ven 22 Avr 2011 - 14:01

@Melody Nelson a écrit:Ben mes 6e pour quelques-uns ont déjà tapé ou insulté leur maîtresse, en effet... On en a même quelques-uns qui s'amusent à faire dans les couloirs en CM2... Et en effet, il ne leur arrive rien, donc bon, ne nous étonnons pas.
Enfin moi si jamais j'en ai un qui lève la main sur moi, il s'en prend une, point. Quitte à démissionner ensuite car je ne présenterai pas d'excuses ni rien.
Et je pense qu'ils le sentent d'ailleurs.

Tant mieux pour toi.

Mais pour être prof, faut-il avoir une personnalité telle que les gamins se tiennent à carreau ? Est-ce un "pré-requis" ?

Et pour être innocent, faut-il être "bon communicant" ?

_________________
mon site sur l'écriture : www.ecritureparis.fr

Rikki
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un enseignant suspendu et objet d'une plainte pour avoir "bousculé" des élèves.

Message par Hermione0908 le Ven 22 Avr 2011 - 14:01

@Marie Laetitia a écrit:
à partir du moment où hausser le ton est une violence (envers l'élève), on peut en arriver à donner le qualificatif de violence au bavardage... Wink

Ah mais non, c'est quand le prof hausse le ton que la violence est introduite dans la classe. Quand c'est l'élève, c'est juste un besoin bien naturel d'exprimer son sentiment, j'irais même plus loin, c'est son droit, enfin, voyons... diable


(Je déconne, hein ! )

Hermione0908
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un enseignant suspendu et objet d'une plainte pour avoir "bousculé" des élèves.

Message par Ruthven le Ven 22 Avr 2011 - 14:02

@Melody Nelson a écrit:

Je ne tolère pas de bavardage dans mon cours, mais assimiler le bavardage à une violence me semble à la limite de l'imposture.

.

Pas d'accord du tout. Le bavardage dont il est question, ce n'est pas celui de deux élèves qui chuchotent en permanence, c'est une classe où les élèves parlent comme si le prof n'était pas là et qui ne s'arrête pas quand on les rappelle à l'ordre. C'est le signe du profond mépris dans lequel les élèves tiennent le travail de l'enseignant, mépris qui est d'ailleurs ouvertement revendiqué lorsqu'il s'agit de la philo., et c'est surtout une violence pour ceux qui ont besoin d'un cours et veulent suivre.

Ruthven
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un enseignant suspendu et objet d'une plainte pour avoir "bousculé" des élèves.

Message par Lornet le Ven 22 Avr 2011 - 14:13

Si ce professeur est condamné, il faudrait descendre manifester dans la rue.

_________________
Ma nouvelle parue dans un recueil en faveur de Handicap International :  http://www.anywayeditions.com/boutique/decouverte-inclassable/je-tu-ils-nous-ebook/
Ma page pro Facebook : https://www.facebook.com/lectiole.blogspot.fr

Mon roman à paraître le 3 juillet 2017 :
Spoiler:

Lornet
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un enseignant suspendu et objet d'une plainte pour avoir "bousculé" des élèves.

Message par JPhMM le Ven 22 Avr 2011 - 14:15

@Ruthven a écrit:
@JPhMM a écrit:
Alain Camus, leur professeur de philosophie.
Un pseudonyme, vous pensez ?
Non, je sais bien. La présomption d'innocence est un mythe en France.

Pas de pseudo apparemment.

Dans la notice de présentation de la personne dont le lycée porte le nom, sur le site du lycée, il conclut d'une jolie façon :

http://www.lycee-confolens.fr/decouvrir-l-etablissement/emile-roux/

"Emile Roux n’est plus. Mais sa malice délicieuse défie encore la rigueur de la mort. Car cette fin extraordinaire, cette fin aussi extraordinaire que ce que fût sa vie transcende en quelque sorte sa propre finitude. Au bord extrême de l’agonie, Roux trouve l’intuition géniale qui achève de l’immortaliser : « que fait-on dans les laboratoires ?…il faut travailler ». Ce « il faut » n’est pas seulement à entendre comme une nécessité hypothétique du type : « si tu veux réussir, il faut travailler » ;ce « il faut » exprime une nécessité morale. Pour toute l’humanité, il faut travailler. Travailler, c’est continuer. C’est dépasser des limites charnelles pour faire passer l’effort physique inscrit dans une durée au travail asymptotique d’une simpiternité. Passage à la limite, passage du savoir, passage du flambeau. Le trépassé n’est pas seulement passé ;il a passé ;il a transmis son savoir, son devoir et ses espoirs :quel homme !

Mais maintenant, comment faire pour reprendre dignement cet illustre flambeau ? Nous qui ne sommes pas des génies, comment allons-nous nous y prendre ? Comment allons-nous reprendre la tâche de porter l’humanité d’aujourd’hui et de demain ? C’est très simple : il suffit de prolonger ce dernier souffle. Oui : il y a juste à laisser ce souffle insuffler nos esprits de sa probité, et recueillant ce souffle pour nous en inspirer, redire avec lui : « que fait-on au lycée Emile Roux ?…Il faut travailler »."
veneration

Wink inutile de dire qui a écrit:L’avenir ne nous apporte rien, ne nous donne rien ; c’est nous qui, pour le construire, devons tout lui donner, lui donner notre vie elle-même.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un enseignant suspendu et objet d'une plainte pour avoir "bousculé" des élèves.

Message par Lornet le Ven 22 Avr 2011 - 14:16

@Melody Nelson a écrit:Ben mes 6e pour quelques-uns ont déjà tapé ou insulté leur maîtresse, en effet... On en a même quelques-uns qui s'amusent à faire dans les couloirs en CM2... Et en effet, il ne leur arrive rien, donc bon, ne nous étonnons pas.

J'ai reçu deux fois des insultes de la part d'élèves de 6 cette année (deux élèves différents) et pas des petites insultes.
Sans compter, en vie de classe, leur réponse à ma remarque "Votre moyenne de classe est très basse dans cette matière. il faudrait travailler plus.
- Ouais, mais la prof est sévère !
- Elle est méchante !
- C'est une Bi-i-i-i--p !" (Il s'est lui-même censuré...)
Eclats de rire.

_________________
Ma nouvelle parue dans un recueil en faveur de Handicap International :  http://www.anywayeditions.com/boutique/decouverte-inclassable/je-tu-ils-nous-ebook/
Ma page pro Facebook : https://www.facebook.com/lectiole.blogspot.fr

Mon roman à paraître le 3 juillet 2017 :
Spoiler:

Lornet
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un enseignant suspendu et objet d'une plainte pour avoir "bousculé" des élèves.

Message par Héliandre le Ven 22 Avr 2011 - 14:19

@Lornet a écrit:Si ce professeur est condamné, il faudrait descendre manifester dans la rue.

+1

et surtout médiatiser ce qui nous arrive à tous. Et interpeller les médias et "les gens" à travers eux sur ce qu'ils veulent que l'école apporte à leurs enfants*. En fonctions des résultats attendus, on pourra discuter des moyens...

*
Spoiler:
S'ils nous répondent : "un emploi", on est mal...

Héliandre
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un enseignant suspendu et objet d'une plainte pour avoir "bousculé" des élèves.

Message par JPhMM le Ven 22 Avr 2011 - 14:24

@Rikki a écrit:Non, ce sont des sales mômes qui ont trouvé une occasion de "se faire un prof", et qui testent leur pouvoir de destruction d'un adulte. Le fait qu'ils le fassent n'est pas inquiétant en soi : c'est dans la nature des choses, les ados ont toujours fait ça. Ce qui est affolant, c'est qu'il se trouve d'autres adultes pour relayer leur manière de se conduire.
La société tout entière veut "se faire les profs".
Quand un sale môme en trouve l'occasion, ils sont des millions à le considérer comme un héros. Chez nos contemporains, la figure du héros est nihiliste, parricide, gorgée de testostérone. Pour exister, il faut uriner sur toute forme d'autorité, et briser tout ce qui pouvait, de près ou de loin, inspirer jadis le respect.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un enseignant suspendu et objet d'une plainte pour avoir "bousculé" des élèves.

Message par Sapotille le Ven 22 Avr 2011 - 14:28

@JPhMM a écrit:
@Rikki a écrit:Non, ce sont des sales mômes qui ont trouvé une occasion de "se faire un prof", et qui testent leur pouvoir de destruction d'un adulte. Le fait qu'ils le fassent n'est pas inquiétant en soi : c'est dans la nature des choses, les ados ont toujours fait ça. Ce qui est affolant, c'est qu'il se trouve d'autres adultes pour relayer leur manière de se conduire.
La société tout entière veut "se faire les profs".
Quand un sale môme en trouve l'occasion, ils sont des millions à le considérer comme un héros. Chez nos contemporains, la figure du héros est nihiliste, parricide, gorgée de testostérone. Pour exister, il faut uriner sur toute forme d'autorité, et briser tout ce qui pouvait, de près ou de loin, inspirer jadis le respect.

Résultat d'une éducation "sans foi ni loi"?


Ne tapez pas ... pale pale pale

Sapotille
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un enseignant suspendu et objet d'une plainte pour avoir "bousculé" des élèves.

Message par Lornet le Ven 22 Avr 2011 - 14:31

Dans le même lycée :
http://www.charentelibre.fr/2011/04/12/une-prof-d-allemand-arrive-au-lycee,1030603.php

Je lis l'unique commentaire :

Luce21 Avr 2011, 18:06
L'allemand avec l'accent roumain est beaucoup plus musical.

_________________
Ma nouvelle parue dans un recueil en faveur de Handicap International :  http://www.anywayeditions.com/boutique/decouverte-inclassable/je-tu-ils-nous-ebook/
Ma page pro Facebook : https://www.facebook.com/lectiole.blogspot.fr

Mon roman à paraître le 3 juillet 2017 :
Spoiler:

Lornet
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un enseignant suspendu et objet d'une plainte pour avoir "bousculé" des élèves.

Message par Invité31 le Ven 22 Avr 2011 - 14:39

@Marie Laetitia a écrit:

à partir du moment où hausser le ton est une violence (envers l'élève), on peut en arriver à donner le qualificatif de violence au bavardage... Wink

Mais hausser le ton n'est pas non plus de l'ordre de la violence pour moi... Wink cela relève de l'abus de langage à mes yeux (je ne parle pas de hurler, bien entendu, mais bien de hausser le ton: ça peut arriver et cela ne relève pas de la violence selon moi).

Invité31
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un enseignant suspendu et objet d'une plainte pour avoir "bousculé" des élèves.

Message par JPhMM le Ven 22 Avr 2011 - 14:40

@Sapotille a écrit:
@JPhMM a écrit:
@Rikki a écrit:Non, ce sont des sales mômes qui ont trouvé une occasion de "se faire un prof", et qui testent leur pouvoir de destruction d'un adulte. Le fait qu'ils le fassent n'est pas inquiétant en soi : c'est dans la nature des choses, les ados ont toujours fait ça. Ce qui est affolant, c'est qu'il se trouve d'autres adultes pour relayer leur manière de se conduire.
La société tout entière veut "se faire les profs".
Quand un sale môme en trouve l'occasion, ils sont des millions à le considérer comme un héros. Chez nos contemporains, la figure du héros est nihiliste, parricide, gorgée de testostérone. Pour exister, il faut uriner sur toute forme d'autorité, et briser tout ce qui pouvait, de près ou de loin, inspirer jadis le respect.

Résultat d'une éducation "sans foi ni loi"?


Ne tapez pas ... pale pale pale
A mon avis, c'est bien plus compliqué que cela puisque cela concerne la société dans son ensemble et pas seulement sa jeunesse. Et pourtant c'est bien plus simple : dans un monde qui n'est quasiment plus que communication, il faut communiquer, apparaître. Où que nous soyions, nous sommes dans la foule, imbécile, animale, qui se gorge de sa propre puissance. Ces cibles : les omégas (les faibles) et les alphas (ou plus exactement celui que l'on se représente être un alpha, ou plus semblablement un bêta). Frapper un oméga, c'est définir le groupe, par négation. Frapper un bêta, c'est réussir à se hisser au niveau alpha, du moins donner le spectacle à tous que cet acte a été réalisé par soi. Et tous d'applaudir devant le spectacle donné.
Une nouvelle barbarie : la communication totale transforme les communautés (de toutes sortes, mais constituées par cette communication) en meutes. Les meutes animales sont cruelles, impitoyables, basées sur le duel. Les meutes humaines sont grégaires, intolérantes, angoissées, et basées sur le lynchage.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un enseignant suspendu et objet d'une plainte pour avoir "bousculé" des élèves.

Message par Invité31 le Ven 22 Avr 2011 - 14:43

@Ruthven a écrit:
@Melody Nelson a écrit:

Je ne tolère pas de bavardage dans mon cours, mais assimiler le bavardage à une violence me semble à la limite de l'imposture.

.

Pas d'accord du tout. Le bavardage dont il est question, ce n'est pas celui de deux élèves qui chuchotent en permanence, c'est une classe où les élèves parlent comme si le prof n'était pas là et qui ne s'arrête pas quand on les rappelle à l'ordre. C'est le signe du profond mépris dans lequel les élèves tiennent le travail de l'enseignant, mépris qui est d'ailleurs ouvertement revendiqué lorsqu'il s'agit de la philo., et c'est surtout une violence pour ceux qui ont besoin d'un cours et veulent suivre.

Signe de mépris, je veux bien, violence, non. Bon j'enseigne depuis des années dans un bahut où l'une de mes collègues-amies a un jour reçu un coup de poing, où l'on se fait régulièrement menacer, où on récupère des tournevis géants dans les mains des élèves donc bon, le bavardage, même intempestif, ne me semble pas relever de la violence proprement dite. Que ce soit très désagréable je ne le nie pas, que l'on doive le punir, l'empêcher, certes, mais de là à qualifier cela ce violent, cela me gêne vraiment.

Invité31
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum