L'enseignant face à la réunionite

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'enseignant face à la réunionite

Message par User5899 le Jeu 28 Avr 2011 - 13:31

« Réunionite » et réforme

« Il ne manque à l'oisiveté du sage qu'un meilleur nom, et que méditer, parler, lire et être tranquille s'appelât travailler… » La formule des Caractères de La Bruyère, écho à l’otium cum dignitate [1] de Cicéron, n'est pas souvent évoquée à propos du métier d’enseignant, et pourtant elle constitue le socle sur lequel ce dernier a fonctionné pendant de nombreuses années. Elle a pour elle de permettre l’expression de la personnalité de celui qui devant sa classe présente des connaissances, des démarches, des réflexions qu’il a eu le loisir de construire chez lui, en consultant la documentation qu’il a estimée nécessaire, en lisant, en éprouvant tel ou tel cheminement. Ce travail de préparation, en fait, demeure souterrain, l’élève n’est jamais, et heureusement, invité à entrer dans la cuisine. Le résultat que nous avons connu est un enseignement marqué du sceau de l’enseignant. Et nos souvenirs nous rappellent qu’avoir un tel ou un tel, c’était telle « manie », bien innocente la plupart du temps, tels types de contrôles, nous oserions écrire c’était la rencontre chaque année nouvelle avec des êtres humains dont les élèves travailleurs attendaient quelque chose, et dont les non travailleurs n’attendaient de toutes façons rien – attendent-ils jamais rien d’un enseignant qu’une éventuelle absence ?

Depuis quelques années, cette situation devient une sorte de monstre. On (mais qui ?) a décrété que les enseignants devaient travailler en équipe, suivre des progressions parallèles, donner des devoirs communs, présenter aux familles des évaluations lissées, aux moyennes identiques dans toutes les divisions d’une même classe – et en l’occurrence, « moyennes identiques » prend un sens nouveau, qui est « supérieur si possible à 12/20 ». Crainte d’une révolution judiciaire qui conduirait l’enseignant aux moyennes dysharmoniques au tribunal ? Pourquoi dépersonnaliser ainsi le métier ?
Je n’ai pas de réponse objective. Mais pendant que les enseignants se réunissent, hors temps de travail décompté, bien sûr, pour élaborer la foultitude de gadgets modernes destinés à uniformiser l’ensemble (qui n’a pas connu d’ahurissantes séances destinées à construire un barème de brevet blanc au quart de point près, avec un découpage des questions qui préserve la possibilité d’avoir 12 à n’importe quel analphabète moyen, est un homme heureux) ; pendant qu’ils choisissent quels texticulets faire lire, tirés du manuel étique autant qu’unique en fonction dans l’établissement ; pendant qu’ils s’échangent cours, notes, corrigés d’exercices, plans tout faits (Ah la poésie lyrique opposée à la poésie engagée ! Harry Potter ! L’Autobiographie d’une courgette !) ; dans tout ce fatras, quelle approche personnelle peuvent-ils espérer bâtir ? Ces pourtant proclamés pédagogues me semblent oublier un fait essentiel : la pédagogie, avant l’IUFM et les « sciences » de l’éducation (sic), c’est avant tout la rencontre d’un homme et d’un groupe, et l’homme qui parle doit être à l’aise dans ce qu’il dit. Ou alors, autant rédiger des polycopiés et les envoyer aux élèves, autant pratiquer l’enseignement à distance généralisé.

On ne m’enlèvera pas de l’idée que ces nouvelles pratiques sont acceptées, voire recherchées, parce qu’elles dégagent du temps libre à la maison, non plus pour élaborer des cours, pour réfléchir à une discipline qui intéresse, mais pour participer à la ronde des loisirs qui caractérise notre époque. Professeur de lettres, pendant vingt-cinq ans, je n’ai pas lu un livre pour moi sans penser à l’usage qui pourrait en être fait dans une classe ; pendant vingt-cinq ans, n’en déplaise aux contempteurs de « mes trois mois de vacances », je ne me suis jamais senti totalement détaché de mon métier – et j’ai aimé et j’aime encore cela. Aujourd’hui, il semble qu’être prof, dans l’esprit des orientations prévisibles du ministre Darcos, comme dans celui des annonces démagogiques de naguère de la candidate Royal, être prof, donc, c’est papoter entre collègues, se réunir encore et toujours, délivrer un cours le plus uniforme possible – ah non, pardon, prévoir toutes sortes de séances communes de remédiations, le tout en 35 h de présence hebdomadaire, et rideau ! Mais au lycée ou au collège, où vais-je mettre ma bibliothèque qui envahit mon petit appartement ? Où vais-je pouvoir m’installer pour être au calme si j’ai besoin de corriger des copies ? Réponse : il faut que je n’aie plus besoin de livres, il faut que ma correction soit collégiale, il faut du col-lec-tif. D'ailleurs, ça marche bien en sports, d’ailleurs les Anglais, d’ailleurs les Finnois… (qu’on puisse prendre le système britannique pour modèle est d’ailleurs un signe ahurissant de la non ambition que la puissance publique entretient vis-à-vis de l’école publique).

Et si c’était là une pratique d’enseignants qui n’ont plus rien à enseigner et qui pourront, quand les nécessités économiques se seront montrées plus exigeantes, être remplacés par n’importe qui, qui se coulera dans les cours communs et les démarches contractualisées, et n’aura, au fond, plus besoin de rien de ce qui faisait la dignité du professeur : son savoir, son métier, sa « patte » ? J’ai peut-être mauvais esprit, mais je souffre que tous ceux qui me font la leçon sur le thème « c’est mieux en équipe » soient des gens… qui n’enseignent plus dans les classes concernées. Et je note que les remplacements de courte durée ont déjà bien ouvert la voie à « tout le monde peut remplacer tout le monde », sous le prétexte qu’une heure perdue ne pouvait le demeurer sans que l’infamie rejaillît sur l’Institution. Eh bien moi, je suis de ceux qui pensent qu’une heure faite avec un autre enseignant est une heure inutile, si ce n’est contre productive ; qu’un prof doit avoir son cours à lui, dont il ne rend compte qu’à son I.P.R. ; et que l’enseignement est un métier difficile parce qu’il faut être exigeant dans ses attentes, mais surtout parce qu’il faut s’impliquer personnellement et non se cacher derrière le collectif de la réunionite. Et c’est ce discours que j’aimerais entendre plus souvent relayé par les syndicats, au premier rang desquels le mien, le SNALC.

Bonne rentrée à tous.

Cripure, lettres classiques ; article publié dans La Quinzaine en septembre 2008.

[1] On pourrait peut-être traduire par « oisiveté non indigne ».


Dernière édition par Cripure le Mar 9 Oct 2012 - 16:22, édité 3 fois

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignant face à la réunionite

Message par Provence le Jeu 28 Avr 2011 - 13:43

Beau texte.
avatar
Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignant face à la réunionite

Message par Sugnet le Dim 31 Juil 2011 - 20:00

Je découvre et je suis d'accord avec ce monsieur
cette année il faudra qu'en plus de travailler en équipe avec les collègues qui font les mêmes matières que moi, je travaille en équipe avec ceux qui sont sur le même niveau que moi, et qu'en plus je partage deux classes avec un collègue
Alors quand puis je faire de la pédagogie différenciée, travailler les projets individuels et personnaliser mon cours en fonction de ce que je suis (l'émetteur) et à qui je m'adresse (mes élèves, différents chaque année).Une des simples bases de la situation de communication et de la relation pédagogique est occulté...
J'ai perdu entre deux à trois heures de nuit du lundi au mardi du mardi au mercredi du mercredi au jeudi, du jeudi au vendredi
Ca craint à 17 ans de carrière

_________________
" Le silence est comme une note suspendue qui permet de mieux entendre celle qui précède et celle qui suit. Ecole du respect, il prépare la qualité de notre présence à l'autre et la qualité de la rencontre..." Michel Hubault
avatar
Sugnet
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignant face à la réunionite

Message par Celeborn le Dim 31 Juil 2011 - 20:21

Superbe.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignant face à la réunionite

Message par leyade le Dim 31 Juil 2011 - 20:26

On est de plus en plus dans la réunionnite, "l'occupationnel", dans la "gestion", dans l'optimisation, le "rendement" , l'interchangeabilité du prof , dans le lissage des résultats.
Beaucoup de management et de marketing....

_________________
Maggi is my way, Melfor is my church and Picon is my soutien. Oui bon je sais pas dire soutien en anglais.
avatar
leyade
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignant face à la réunionite

Message par MelanieSLB le Lun 1 Aoû 2011 - 12:58

qu’on puisse prendre le système britannique pour modèle est d’ailleurs un signe ahurissant de la non ambition que la puissance publique entretient vis-à-vis de l’école publique

Pour y avoir enseigné, je ne peux que me joindre à cette analyse (essayez d'enseigner la place des pronoms compléments en français - dans une phrase comme: "je le lui donne", par exemple- quand vous avez des élèves de terminale qui ne savent pas ce qu'est un sujet ni un verbe!).
Et je pense qu'on essaie de faire pire en France! Par exemple, et pour rester dans le sujet proposé, au Royaume-Uni, en langue, il y a des objectifs grammaticaux et lexicaux à aborder quelque soit la classe selon le trimestre, mais on est parfaitement libre d'utiliser les ressources que l'on souhaite. C'est un peu comme si le programme (local, pas national!) était juste plus précis dans le temps. J'ai l'impression qu'en France, on veut que tout le monde fasse la même chose avec les mêmes documents.
avatar
MelanieSLB
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignant face à la réunionite

Message par gelsomina31 le Sam 13 Aoû 2011 - 9:08


veneration fleurs2
avatar
gelsomina31
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignant face à la réunionite

Message par Melle Shrek le Mar 16 Aoû 2011 - 23:03

C'est bien écrit, c'est drôle, c'est redoutable, effrayant, affligeant... bref, c'est tellement juste qu'on a envie d'en rire ET d'en pleurer!
Bravo et merci pour ce billet.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Melle Shrek
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignant face à la réunionite

Message par Pryneia le Mar 16 Aoû 2011 - 23:18

Beau texte, très pertinent. Merci d'avoir partagé cette lecture.

_________________
"Leave me alone and let me go to hell by my own route." Calamity Jane

« Nicht ein Wolf ist der Mensch dem Menschen. Er ist ihm Produkt, die totale Ware ist er ihm. » E. Palmetshofer
(« L’homme n’est pas un loup pour l’homme. Il est un produit pour lui, une marchandise, rien de plus. »)
avatar
Pryneia
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignant face à la réunionite

Message par Condorcet le Mer 17 Aoû 2011 - 0:16

C'est un texte magnifique et bouleversant dont j'aimerais qu'il eût été écrit par un professeur d'histoire-géographie. Il est vrai que pour servir le B.O texto, peu importe le cuisinier/la cuisinière. Mais qu'il soit plus intelligent que ne l'avaient pensé/imaginé ses rédacteurs (je fais plaisir à Cripure là... Razz ), il faut un professeur honnête, un(e) historien(ne), un(e) géographe qui aime suffisamment sa discipline d'origine et d'adoption pour ne pas laisser le politique s'immiscer dans ce qu'il ignore et redonner sens à ce qui en a été délibérément privé.
avatar
Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignant face à la réunionite

Message par caribouc le Mer 17 Aoû 2011 - 0:49

Très beau texte. La correction du Brevet a encore été un exemple édifiant de ce lissage au 12/20 avec rien dans la copie Sad

_________________
"J'adore parler de rien : c'est le seul domaine où j'ai de vagues connaissances" (O. Wilde)
avatar
caribouc
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignant face à la réunionite

Message par Fourseasons le Mer 17 Aoû 2011 - 10:10

Cripure a écrit:Trouvé dans La Quinzaine, journal du SNALC, cet article de 2008 que j'ai trouvé pertinent.

« Réunionite » et réforme

« Il ne manque à l'oisiveté du sage qu'un meilleur nom, et que méditer, parler, lire et être tranquille s'appelât travailler… » La formule des Caractères de La Bruyère, écho à l’otium cum dignitate [1] de Cicéron, n'est pas souvent évoquée à propos du métier d’enseignant, et pourtant elle constitue le socle sur lequel ce dernier a fonctionné pendant de nombreuses années. Elle a pour elle de permettre l’expression de la personnalité de celui qui devant sa classe présente des connaissances, des démarches, des réflexions qu’il a eu le loisir de construire chez lui, en consultant la documentation qu’il a estimée nécessaire, en lisant, en éprouvant tel ou tel cheminement. Ce travail de préparation, en fait, demeure souterrain, l’élève n’est jamais, et heureusement, invité à entrer dans la cuisine. Le résultat que nous avons connu est un enseignement marqué du sceau de l’enseignant. Et nos souvenirs nous rappellent qu’avoir un tel ou un tel, c’était telle « manie », bien innocente la plupart du temps, tels types de contrôles, nous oserions écrire c’était la rencontre chaque année nouvelle avec des êtres humains dont les élèves travailleurs attendaient quelque chose, et dont les non travailleurs n’attendaient de toutes façons rien – attendent-ils jamais rien d’un enseignant qu’une éventuelle absence ?


Je n’ai pas de réponse objective. Mais pendant que les enseignants se réunissent, hors temps de travail décompté, bien sûr, pour élaborer la foultitude de gadgets modernes destinés à uniformiser l’ensemble (qui n’a pas connu d’ahurissantes séances destinées à construire un barème de brevet blanc au quart de point près, avec un découpage des questions qui préserve la possibilité d’avoir 12 à n’importe quel analphabète moyen, est un homme heureux) ; pendant qu’ils choisissent quels texticulets faire lire, tirés du manuel étique autant qu’unique en fonction dans l’établissement ; pendant qu’ils s’échangent cours, notes, corrigés d’exercices, plans tout faits (Ah la poésie lyrique opposée à la poésie engagée ! Harry Potter ! L’Autobiographie d’une courgette !) ; dans tout ce fatras, quelle approche personnelle peuvent-ils espérer bâtir ? Ces pourtant proclamés pédagogues me semblent oublier un fait essentiel : la pédagogie, avant l’IUFM et les « sciences » de l’éducation (sic), c’est avant tout la rencontre d’un homme et d’un groupe, et l’homme qui parle doit être à l’aise dans ce qu’il dit. Ou alors, autant rédiger des polycopiés et les envoyer aux élèves, autant pratiquer l’enseignement à distance généralisé.



Et si c’était là une pratique d’enseignants qui n’ont plus rien à enseigner et qui pourront, quand les nécessités économiques se seront montrées plus exigeantes, être remplacés par n’importe qui, qui se coulera dans les cours communs et les démarches contractualisées, et n’aura, au fond, plus besoin de rien de ce qui faisait la dignité du professeur : son savoir, son métier, sa « patte » ? J’ai peut-être mauvais esprit, mais je souffre que tous ceux qui me font la leçon sur le thème « c’est mieux en équipe » soient des gens… qui n’enseignent plus dans les classes concernées. Et je note que les remplacements de courte durée ont déjà bien ouvert la voie à « tout le monde peut remplacer tout le monde », sous le prétexte qu’une heure perdue ne pouvait le demeurer sans que l’infamie rejaillît sur l’Institution. Eh bien moi, je suis de ceux qui pensent qu’une heure faite avec un autre enseignant est une heure inutile, si ce n’est contre productive ; qu’un prof doit avoir son cours à lui, dont il ne rend compte qu’à son I.P.R. ; et que l’enseignement est un métier difficile parce qu’il faut être exigeant dans ses attentes, mais surtout parce qu’il faut s’impliquer personnellement et non se cacher derrière le collectif de la réunionite. Et c’est ce discours que j’aimerais entendre plus souvent relayé par les syndicats, au premier rang desquels le mien, le SNALC.

Bonne rentrée à tous.

C.O., lettres classiques

[1] On pourrait peut-être traduire par « oisiveté non indigne ».
Très beau texte ! Merci Cripure Smile

Ah ! Quand serons-nous débarrassés de cette formalisation-uniformisation iufmesque ?? Je me rappelle avoir souffert de ce carcan lors de ma première année de titulaire. J'ai alors mis à la poubelle les docs iufmesques et mes cours de T1 qui en étaient largement inspirés. Et aujourd'hui, j'enseigne de manière très personnelle, cherchant à donner toujours le meilleur de moi-même, à m'améliorer pour mieux transmettre, à réfléchir plutôt que de remplir des docs pédagogiques... C'est en ca que je crois ! J'aimerais être un bon professeur - j'y travaille - pas une marionnette...
avatar
Fourseasons
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignant face à la réunionite

Message par Thalia de G le Mer 17 Aoû 2011 - 10:39

Merci, Cripure.
Ce texte me conforte dans l'idée que dans notre métier nous sommes seuls devant nos élèves avec notre savoir à transmettre, notre sensibilité, nos qualités - et nos défauts - et que nous ne sommes pas l'individu qui copie-colle le résultat d'un travail d'équipe. Ce qui fait partie de la liberté pédagogique, laquelle n'interdit pas non plus une réflexion à plusieurs, pas nécessairement collective.

Un seul point de désaccord
Professeur de lettres, pendant vingt-cinq ans, je n’ai pas lu un livre pour moi sans penser à l’usage qui pourrait en être fait dans une classe ; pendant vingt-cinq ans, n’en déplaise aux contempteurs de « mes trois mois de vacances », je ne me suis jamais senti totalement détaché de mon métier – et j’ai aimé et j’aime encore cela.
Le jour, pas si lointain, où j'ai pu lire un roman sans penser forcément à un usage pour une classe, quelle délivrance !

_________________
Le printemps a le parfum poignant de la nostalgie.
Et l'été un goût de cendres.
Amer automne.
avatar
Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignant face à la réunionite

Message par Melle Shrek le Mer 17 Aoû 2011 - 12:38

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Merci, Cripure.
Ce texte me conforte dans l'idée que dans notre métier nous sommes seuls devant nos élèves avec notre savoir à transmettre, notre sensibilité, nos qualités - et nos défauts - et que nous ne sommes pas l'individu qui copie-colle le résultat d'un travail d'équipe. Ce qui fait partie de la liberté pédagogique, laquelle n'interdit pas non plus une réflexion à plusieurs, pas nécessairement collective.
topela Bien dit! Tu as su exprimer tout le fond de ma pensée
Spoiler:
bien mieux que je ne saurais le faire en ce moment: je suis encore en mode "vacances" ON aak
.
avatar
Melle Shrek
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignant face à la réunionite

Message par User5899 le Mar 9 Oct 2012 - 14:25

Je fais mon coming out Very Happy
Le texte est de moi, ce que j'avais caché naguère, n'étant qu'un poussin néoprofien. Mais en fait, le relisant aujourd'hui, je suis atterré d'avoir été aussi... devin (cf. sous mon avatar : Néo m'a bien démasqué pale). Et nous n'avons encore rien vu...

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignant face à la réunionite

Message par Thalia de G le Mar 9 Oct 2012 - 16:11

Cripure a écrit:Je fais mon coming out Very Happy
Le texte est de moi, ce que j'avais caché naguère, n'étant qu'un poussin néoprofien. Mais en fait, le relisant aujourd'hui, je suis atterré d'avoir été aussi... devin (cf. sous mon avatar : Néo m'a bien démasqué pale). Et nous n'avons encore rien vu...
veneration veneration veneration

_________________
Le printemps a le parfum poignant de la nostalgie.
Et l'été un goût de cendres.
Amer automne.
avatar
Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignant face à la réunionite

Message par philann le Mar 9 Oct 2012 - 17:49

Texte excellent!!! et tellement juste! Very Happy

_________________
2014-2015: poste fixe dans les Hauts de Seine [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
2013-2014: certifiée stagiaire dans les Hauts de Seine [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] 
2011-2013: prof. contractuelle dans l'Essonne
avatar
philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignant face à la réunionite

Message par Paratge le Mar 9 Oct 2012 - 18:50

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:C'est un texte magnifique et bouleversant dont j'aimerais qu'il eût été écrit par un professeur d'histoire-géographie. Il est vrai que pour servir le B.O texto, peu importe le cuisinier/la cuisinière.

Un professeur d'histoire-géographie n'écrit pas, il projette, il projectionne, il sort, il fait dans le son et lumières et la pyrotechnie ! Very Happy

En tout cas texte que j'avais bien apprécié quand il est sorti dans la Quinzaine ! veneration
avatar
Paratge
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignant face à la réunionite

Message par Condorcet le Mar 9 Oct 2012 - 18:53

Savoureuse Autobiographie de la courgette !

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).
avatar
Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignant face à la réunionite

Message par User5899 le Mar 9 Oct 2012 - 23:48

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Savoureuse Autobiographie de la courgette !
Y'a eu une suite : Autofiction d'une courge furieux

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignant face à la réunionite

Message par Derborence le Mer 10 Oct 2012 - 6:53

Quel beau texte ! Merci, Cripure.

_________________
"La volonté permet de grimper sur les cimes ; sans volonté on reste au pied de la montagne."
Proverbe chinois

"Derborence, le mot chante triste et doux dans la tête pendant qu’on se penche sur le vide, où il n’y a plus rien, et on voit qu’il n’y a plus rien."
Charles-Ferdinand Ramuz, Derborence
avatar
Derborence
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignant face à la réunionite

Message par Ancolie le Mer 10 Oct 2012 - 12:25

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Quel beau texte ! Merci, Cripure.


D'une lucidité...Je suis en mode plante verte lors de ce genre de réunions, quel temps perdu!


Dernière édition par Ancolie le Mer 10 Oct 2012 - 13:24, édité 2 fois
avatar
Ancolie
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignant face à la réunionite

Message par JPhMM le Mer 10 Oct 2012 - 12:34

Merci. Very Happy

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke
avatar
JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignant face à la réunionite

Message par Ashtrak le Lun 13 Avr 2015 - 6:40

Je passe par là bien après la mort de la courgette mais je ne peux résister à l'envie de féliciter l'auteur pour sa prescience. Bon, je n'assimile pas Cripure à Dieu mais parfois, il faut reconnaître que certains ont le nez creux Very Happy .

Bravo donc yesyes

_________________
Un âne dit toujours ce qu'il pense : hi-han !
avatar
Ashtrak
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignant face à la réunionite

Message par User5899 le Dim 1 Nov 2015 - 18:50

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Je passe par là bien après la mort de la courgette mais je ne peux résister à l'envie de féliciter l'auteur pour sa prescience. Bon, je n'assimile pas Cripure à Dieu
Lui non plus lol!

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum