Interview du mathématicien Grigori Perelman : "Je sais comment gouverner l'Univers. Pourquoi devrais-je courir après un million?!"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Interview du mathématicien Grigori Perelman : "Je sais comment gouverner l'Univers. Pourquoi devrais-je courir après un million?!"

Message par John le 29/04/11, 05:16 pm

Le problème de Jésus a mené le mathématicien russe à la solution de Poincaré

(AFP) – Il y a 1 jour

MOSCOU — Le génie des mathématiques russe Grigori Perelman, qui a résolu la conjoncture de Poincaré, l'un des problèmes les plus complexes de cette science, a raconté dans une rarissime interview jeudi qu'il s'était entraîné en cherchant à comprendre comment Jésus marchait sur l'eau.

"Il n'y a pas de problèmes qu'on ne puisse résoudre, il y a ceux qui sont difficiles à résoudre", a-t-il déclaré dans une interview à une compagnie cinématographique dont le quotidien Komsomolskaïa Pravda a publié des extraits.

Evoquant ses souvenirs d'école, le savant solitaire qui refusait jusqu'à présent de communiquer avec les médias, a indiqué qu'il voulait expliquer la légende de Jésus-Christ.

"Vous vous souvenez de la légende biblique sur Jésus-Christ qui marchait sur l'eau. Je devais calculer la vitesse avec laquelle il marchait pour ne pas tomber dedans", a-t-il expliqué.

Etant donné que "la légende existe toujours, c'est que je ne me suis pas trompé", a-t-il poursuivi.

"Un enfant apprend dès la naissance. Si on peut entraîner les bras et les jambes, pourquoi on ne peut pas entraîner le cerveau?", s'est-il interrogé.

Il a par ailleurs expliqué qu'il avait renoncé à sa récompense d'un million de dollars, octroyée l'année dernière par le Clay Mathematics Institute (CMI) pour la résolution du problème, parce qu'il savait "comment gouverner l'Univers".

"Je sais comment gouverner l'Univers. Pourquoi devrais-je courir après un million?!", a-t-il déclaré.


Le mathématicien de 44 ans, qui vit avec sa mère dans un quartier excentré de Saint-Pétersbourg, avait été désigné en mars 2010 lauréat d'un prix du millénaire du CMI après avoir publié sur l'internet la solution du problème de topologie posé en 1904 par le mathématicien français Henri Poincaré.

Après plusieurs semaines de suspense, il avait annoncé avoir refusé le prix en raison d'un "désaccord" avec la communauté des mathématiciens.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview du mathématicien Grigori Perelman : "Je sais comment gouverner l'Univers. Pourquoi devrais-je courir après un million?!"

Message par JPhMM le 29/04/11, 05:58 pm



Plus précisément, extrait de Pravda :
http://english.pravda.ru/science/tech/28-04-2011/117727-Grigori_Perelman-0/

According to Perelman, every theoretical development of mathematicians has applied relevance.

"Why did we have to struggle with the Poincare conjecture for so many years? To put it in a nutshell, the essence of it is the following. If a three-dimensional surface is reminiscent of a sphere, then it can be spread into a sphere. It is known as the Formula of the Universe because it is highly important in researching complicated physical processes in the theory of creation. The Poincare conjecture also gives an answer to the question about the shape of the Universe.

"I've learned to compute hollowness. Me and my colleagues are studying the mechanisms that fill social and economic hollowness. Hollowness is everywhere, it can be computed, and this opens large opportunities. I know how to control the Universe. Why would I run after a million, tell me?"

According to the newspaper, both Russian and foreign special services are showing interest in Perelman's discoveries. The scientist has learned some super-knowledge which helps realize creation. Special services need to know whether Perelman and his knowledge may pose a threat to humanity. With his knowledge he can fold the Universe into a spot and then unfold it again. Will mankind survive after this fantastic process? Do we need to control the Universe at all?

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview du mathématicien Grigori Perelman : "Je sais comment gouverner l'Univers. Pourquoi devrais-je courir après un million?!"

Message par JPhMM le 29/04/11, 06:01 pm

Mais :

http://www.lefigaro.fr/international/2010/03/24/01003-20100324ARTFIG00677-genie-des-maths-il-refuse-un-prix-d-un-million-de-dollars-.php

L'air de rien, Grigori Perelman explique avoir résolu le problème, pourtant considéré par l'Institut Clay comme l'un des «sept problèmes les plus recherchés du millénaire». Rapidement, la nouvelle se propage dans le milieu scientifique et la trouvaille est validée par les plus grands chercheurs. Après avoir travaillé des années dans l'anonymat le plus total, le mathématicien devient une référence dans le milieu.

Il a démissionné de son poste de chercheur


Mais Grigori Perelman n'est pas préparé à cette consécration. En 2005, quelque peu dépassé par la situation, il décide de quitter ses fonctions à l'Institut Steklov où il travaille depuis quinze ans. En 2006, l'Union mathématique internationale (IMU) lui décerne, sans surprise, la prestigieuse médaille Fields, sorte de Prix Nobel de mathématiques décerné tous les quatre ans. Une médaille qu'il n'ira jamais chercher, préférant expliquer aux journalistes - sans leur ouvrir la porte de son appartement - qu'il ne souhaite pas «être exposé comme un animal dans un zoo». «Je ne suis pas un héros de mathématiques, leur lance-t-il alors. Je ne suis même pas un génie, c'est pour cela que je ne veux pas que tout le monde me regarde».

Ainsi, depuis quatre ans, Grigori Perelman vit quasiment reclus dans un petit appartement de Saint-Pétersbourg, en compagnie de sa mère âgée. Selon l'une de ses voisines, qui s'est confiée au Daily Mail, l'homme vivrait dans des conditions plus que rudimentaires : «J'ai été une fois dans son appartement et j'ai été abasourdie. Il y a seulement une table, un tabouret et un lit avec un matelas crasseux cédé par les anciens locataires». D'après ses proches, l'homme aurait cessé toute recherche dans le domaine des mathématiques.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview du mathématicien Grigori Perelman : "Je sais comment gouverner l'Univers. Pourquoi devrais-je courir après un million?!"

Message par Avatar des Abysses le 30/04/11, 09:43 pm

De gars me fait un peu penser à Alexandre Grothendiek, en refusant les honneurs.

_________________
Il y a 10 catégories de personnes ceux qui connaissent le binaire ... et les autres.
N'écoutez pas les bruits du monde, mais le silence de l'âme. ( JCVD )

Avatar des Abysses
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview du mathématicien Grigori Perelman : "Je sais comment gouverner l'Univers. Pourquoi devrais-je courir après un million?!"

Message par JPhMM le 30/04/11, 10:24 pm

Le problème de Jésus a mené le mathématicien russe à la solution de Poincaré

(AFP) – Il y a 1 jour

MOSCOU — Le génie des mathématiques russe Grigori Perelman, qui a résolu la conjoncture de Poincaré, l'un des problèmes les plus complexes de cette science, a raconté dans une rarissime interview jeudi qu'il s'était entraîné en cherchant à comprendre comment Jésus marchait sur l'eau.

Ne serait-ce pas plutôt conjecture ?
Ah, ces journalistes...

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview du mathématicien Grigori Perelman : "Je sais comment gouverner l'Univers. Pourquoi devrais-je courir après un million?!"

Message par JPhMM le 01/05/11, 12:02 am



Le génie qui s'est retiré du monde

Maths. Le Russe Grigori Perelman a résolu l'énigme du siècle, mais vit en ermite. Enquête sur un phénomène.

Pour se rendre chez lui, il faut descendre à la station de métro Kupchino, dans la banlieue sud de Saint-Pétersbourg. Son immeuble est semblable à tous les autres. Une barre de HLM de neuf étages recouverte d'une faïence grise. Des graffitis sont dessinés sur la porte d'entrée. Un vieux matelas traîne dans l'allée. Dans la cage d'escalier, seule sa boîte aux lettres est entrouverte. Des factures s'y entassent. Les marches en ciment mènent au sixième étage jusqu'à la porte de l'appartement n°355. C'est ici qu'il habite. Seul avec sa mère. Dans un trois-pièces de 65 mètres carrés.

Grigori Perelman, 44 ans, vit en reclus. Une vie qu'il a choisie. Mais qui aurait pu être tout autre. Car l'homme est un génie des mathématiques. Parvenu à résoudre l'une des plus grandes énigmes du siècle : la conjecture de Poincaré." Un travail stupéfiant ! Un cadeau extraordinaire fait à l'humanité ", s'extasie le mathématicien français Cédric Villani, lui-même décoré en août de la médaille Fields, l'équivalent du prix Nobel." Il a décroché le Graal capable de nous éclairer un jour sur la forme de l'Univers ", renchérit Michel Boileau, un spécialiste de la géométrie.

Perelman a bûché seul, enfermé durant huit ans. Avant de livrer sa preuve en 2002... Et de retourner dans l'ombre. Car l'ermite aux cheveux broussailleux, à la barbe hirsute et aux ongles démesurément longs refuse tout. Les honneurs et l'argent.

Surtout l'argent. Comme le million de dollars offert par la Fondation Clay, un institut américain décidé à récompenser ceux qui perceront les " sept problèmes mathématiques du millénaire ". Dont la conjecture de Poincaré. En juin, Perelman exprime officiellement sa position." Après avoir pesé le pour et le contre, je décline le prix ", dit-il dans un communiqué lapidaire adressé à une agence russe. Une demi-surprise. En 2006, il refuse déjà la prestigieuse médaille Fields." Il est d'une haute exigence morale et rejette le marchandage des théorèmes ", explique Sergueï Roukchine, son ancien éducateur, à la tête de l'un des clubs de maths les plus réputés de Saint-Pétersbourg." Il a gravi l'Everest de la discipline et accompli son rêve, renchérit Valery Ryzhik, son ancien professeur de maths.Il est vidé et veut qu'on le laisse en paix . "

Liste de courses. Il suffit de l'appeler à son domicile et la réponse tombe comme un couperet." Je ne donne pas d'interview ", dit-il d'une voix rocailleuse." Mais comment allez-vous ? " insiste son interlocuteur." Je vous adresse toutes mes salutations ", conclut-il. Ses voisins n'en savent guère plus." Je suis dans l'immeuble depuis trente ans et je n'ai échangé que des bonjours avec lui ", raconte sa voisine de palier, occupée à faire uriner son pékinois sur un carré d'herbe. Une autre locataire intervient : " Il ne sort presque pas. L'autre jour, je lui ai dit : l'été est chaud, n'est-ce pas ? Il m'a répondu : oui, il est chaud. "" Il est poli et galant, ajoute Maria, l'occupante du huitième étage.J'ai même pensé à lui demander des cours de maths, mais son apparence me fait peur. "

Il est 16 heures. Et le voilà, soudain, qui sort de l'immeuble. D'un pas boitillant mais rapide, Perelman traverse les rails du tramway. Il porte un pantalon trop court, des baskets noires, un pull à col roulé gris et une veste en laine." Niet, niet... ", répond-il, agacé, face à une nouvelle demande d'entretien. Il entre dans un kiosque à journaux, consulte les unes de deux quotidiens russes puis repart." Depuis deux ans, il ne m'a jamais rien acheté ", confie la vendeuse. Le voilà à présent dans les rayons d'une supérette. Une scène étonnante a lieu. L'homme doté de l'une des plus puissantes capacités d'analyse sort une liste de courses ! Et remplit son panier de six ingrédients : des abricots secs, du thé vert, du pain noir, des graines de sarrasin puis des pommes et des oranges " en promotion ". Il file dans un autre magasin et achète, cette fois, une brique de lait. Tout en veillant à faire l'appoint. Sa dépense de la journée ? 6 euros." Quel dommage de voir un tel savant se nourrir aussi peu ! " lance une caissière habituée à ses passages. Vingt minutes plus tard, le mathématicien regagne son appartement. Celui qu'il a toujours connu...

Il inquiète sa mère. Car Perelman a grandi dans le quartier, au sein d'une famille juive. Au temps de l'URSS, sa mère, Ludmila, enseigne les maths dans un lycée technique. Son père est ingénieur en électricité et abreuve son fiston de manuels de physique. Dès l'âge de 11 ans, le jeune Grigori excelle dans les sciences. Mais aussi dans le violon. Et dans les autres matières." Je me souviens de l'une de ses interventions sur la crise pétrolière, c'était un exposé d'adulte ", raconte Valentina Berdova, son ancienne prof de géographie. L'élève devient un bourreau de travail. Au point d'inquiéter sa mère." Qu'avez-vous fait avec mon fils ? Il refroidit le thermomètre pour aller à l'école quand il est malade ! " lance-t-elle un jour, furieuse. Seul écart de conduite : sa tenue vestimentaire. " Grisha ", comme on l'appelle, s'en moque. Il boutonne son gilet de travers, ne lace pas ses chaussures et oublie ses chaussettes en hiver.

A 14 ans, il entre à l'école 239 de Leningrad (aujourd'hui-Saint-Pétersbourg), spécialisée dans les maths. Le miracle continue. Assis au fond de la classe, il se concentre en se balançant d'avant en arrière ou en fredonnant un air." Je ne lui donnais la parole qu'à la fin, car il avait toujours la bonne réponse, explique l'enseignant Valery Ryzhik.Ma récompense, c'était de le voir lever les yeux vers le tableau et s'intéresser à ce que j'inscrivais. " A 16 ans, c'est déjà l'apothéose. Perelman remporte les Olympiades internationales de mathématiques, regroupant trente pays. Grâce à une copie sans fautes." Il était convaincu qu'il les gagnerait ", se souvient Alexandre Abramov, l'un de ses coachs de l'époque. C'est à cette date qu'il décide de se laisser pousser les ongles. Jusqu'à 5 centimètres de longueur." Les gens font bien pousser des oignons sur leurs balcons ! " rétorque-t-il à ceux qui l'interrogent sur son étrange attitude. Au même moment, il enseigne dans les camps d'été des clubs de maths." Il était autoritaire et menaçait de priver de déjeuner les enfants incapables de résoudre un problème ", raconte son mentor Sergueï Roukchine.

" Des purs ". A l'université de mathématiques et de mécanique de Saint-Pétersbourg, le prodige se surpasse. Avec un domaine de prédilection : la géométrie." Je lui ai demandé un jour de m'aider, mais je n'ai rien compris à ses explications, raconte Sergueï Tokarev, une ancienne connaissance de fac.On le sollicitait seulement si la réponse n'était dans aucun manuel. "" Ce n'était pas la peine de l'inviter à boire une bière, ajoute un autre condisciple, Vassili Slobodinski.son esprit était ailleurs . " " On pouvait passer deux heures sur un quai de métro à mettre au point la meilleure méthode d'enseigner le raisonnement par récurrence ", raconte Evgueni Abakoumov, l'un de ses partenaires des camps d'été. Et les filles ?" Il ne s'y intéressait pas ", ajoute Vassili.

Arrive ensuite la voie royale : l'Institut de recherche Steklov de Saint-Pétersbourg. Et puis, à 26 ans, Perelman s'envole pour les Etats-Unis. Durant trois ans, il donne des conférences dans les meilleures universités. Toujours vêtu de la même veste de velours brune achetée d'occasion. A New York, il loue un petit studio meublé d'une table et d'une armoire. Et se rend tous les jours à Brooklyn dans un magasin russe pour acheter du pain noir et du lait fermenté. Sa mère finit par le rejoindre. Mais la conjecture de Poincaré le hante. Il est temps de rentrer. A son retour, ses collègues le sondent sur ses travaux. Il entretient le flou." Je réfléchis à des problèmes importants ", dit-il. Il se terre chez lui. Concentré à l'extrême." Dans ces moments-là, on regarde beaucoup son plafond ", confie le mathématicien Gérard Besson.

Le choc survient en novembre 2002. Perelman énonce sa solution sur Internet dans trois textes de 59 pages. Aux Etats-Unis, Richard Hamilton, un mathématicien de renom, reçoit la nouvelle comme une gifle. C'est lui qui a posé les premières pièces du puzzle de la conjecture de Poincaré, vingt ans auparavant. Mais, depuis, il patine. Or voilà qu'un Russe à peine connu surgit avec une approche révolutionnaire, en partie fondée sur la physique et la thermodynamique. Et ça marche ! En Chine aussi, la découverte dérange. Des équipes s'échinent à déceler la faille. En vain." Il nous a fallu six mois pour comprendre le raisonnement de son premier document, mais il avait pensé à tout ", admet Gérard Besson, membre de l'une des quatre équipes internationales chargées de décrypter les résultats de Perelman. Après quatre ans de vérifications et mille pages de rapports, le verdict tombe : le mystère de la conjecture est levé.

" Ce qui est fantastique, c'est qu'il a accompli ça tout seul ", souligne Anatoli Verchik, président de la société de mathématiques de Saint-Pétersbourg.

Seulement, l'euphorie n'y est pas. Perelman vit mal les tergiversations et les jalousies de ses homologues." Pour lui, les mathématiciens doivent être des purs ", explique Sergueï Roukchine. Alors, de retour à l'institut Steklov, Perelman se replie sur lui-même." On mettait du thé et des biscuits sur la table, mais il préférait rester assis là-bas, au fond ,devant son ordinateur ", raconte un collègue de travail en désignant un petit bureau en Formica.

Pourtant, le savant phosphore toujours. Il cherche la concentration en faisant rebondir une balle de tennis contre un mur. A d'autres moments, il monte et descend les escaliers sans relâche.

" Désenchanté ". En 2005, c'est le divorce. Il présente sa démission de l'Institut Steklov. Et annonce son retrait du monde des maths. Il exige que l'on détruise son courrier." Je n'ai pas d'amis et je suis désenchanté ", lance-t-il." Je lui ai dit qu'il pourrait revenir à tout moment, mais il m'a répondu que c'était peu probable ", raconte le directeur, Sergueï Kisliakov.

Que fait-il aujourd'hui ? Nul ne le sait. Il vit grâce à l'argent gagné aux Etats-Unis au début des années 90." Je peux tenir plusieurs années sans salaire ", a-t-il confié. Le 14 septembre, il est revenu accompagné de sa mère d'un séjour de plusieurs semaines en Suède, où vit sa soeur cadette, Léna, employée dans un organisme de recherche. Le seul déplacement à l'étranger qu'il s'autorise désormais. Il se rend aussi à l'Opéra, une vieille passion, parfois vêtu d'un costume et d'un chapeau noir." Il y a un an, je l'ai appelé pour qu'il m'aide à résoudre un petit problème de géométrie, raconte le prof Valery Ryzhik.Il m'a répondu qu'il ne s'intéressait plus à ça. "

Valentina Berdova, l'ancienne enseignante, prend aussi de ses nouvelles." Tu étais si gentil autrefois... ", lui glisse-t-elle en juin au téléphone." Je me suis fait avoir ", répond-il laconiquement." On dit que tu as des dettes ? - Je n'ai pas besoin d'argent. "" Tu as la télé ? - Oui. "" Tu as vu les émissions à ton sujet ? - Non. " Elle lui parle aussi d'une jolie femme qu'elle aimerait lui présenter." Sur cette question, je me débrouille très bien tout seul ", coupe-t-il. Elle évoque enfin un homme qui prétend soigner tous les cancers." Je ne traite pas avec les fous ! "

Reste une interrogation : a-t-il réellement cessé de travailler ? Beaucoup en doutent." Il m'a révélé, il y a trois ans, qu'il " faisait des choses " et qu'il était trop tôt pour en parler ", dit Iakov Eliashberg, qui l'a connu à l'université de Berkeley. Alors, une hypothèse surgit : et s'il s'attelait à résoudre une deuxième énigme du millénaire ? Celle de Navier-Stokes sur l'écoulement des fluides. Un sujet qui l'intriguait. Mikhaïl Gromov, son ancien maître de conférences, est catégorique : " Il en a les capacités. "
http://www.lepoint.fr/monde/le-genie-qui-s-est-retire-du-monde-30-09-2010-1246189_24.php

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview du mathématicien Grigori Perelman : "Je sais comment gouverner l'Univers. Pourquoi devrais-je courir après un million?!"

Message par JPhMM le 01/05/11, 12:10 am

L’homme qui refuse 1 million de dollars

On en parlait depuis longtemps sans vraiment y croire, c’est finalement devenu réalité : le mathématicien Grigori Perelman a définitivement refusé de recevoir le Prix du millénaire doté d’un million de dollars qui lui avait été décerné par l’Institut Clay pour les mathématiques en récompense de sa résolution de la conjecture Poincaré. L’argumentation de cette décision s’est avérée aussi surprenante que le refus lui-même. Perelman a déclaré ne pas être d’accord avec l’avis de la communauté mathématique : « Ses décisions ne me plaisent pas, je les trouve injustes. Je considère que la contribution du mathématicien américain Richard Hamilton à la résolution de ce problème n'est pas inférieure à la mienne ». La position du chercheur américain à ce sujet reste pour l’instant inconnue.

La décision d’attribuer le prix à Perelman avait été annoncée en mars dernier. Depuis, le grand public attendait avec impatience de savoir si le scientifique accepterait la récompense et, si tel était le cas, de quelle manière il comptait dépenser son argent. En effet, Perelman avait précédemment refusé un autre prix doté de dix milles dollars. Nombreux étaient ceux qui voulaient l’aider à résoudre ce problème difficile. Les communistes de Saint-Pétersbourg (la ville natale du chercheur) auront été les plus directs en lui adressant une lettre assortie d’un plan d’action. Premièrement, ils conseillaient au mathématicien de récupérer l’argent et, de préférence, avec des intérêts. Deuxièmement, ils lui suggéraient d’investir la somme dans la construction d’un centre scientifique pour enfants issus des familles défavorisées. Enfin, ils émettaient le souhait de le voir offrir cent mille dollars à la Fondation du Mausolée de Lénine.

Le « problème de Perelman » a également attiré l’attention des autorités russes. Le premier ministre, Vladimir Poutine, lors d’un discours prononcé devant les académiciens du pays – perpétuellement en quête de subventions auprès du gouvernement – a évoqué le cas Perelman sur un ton à la fois badin et sérieux. « Nous nous efforçons de l’aider d’une manière ou d’une autre, mais même cet argent, il ne le prend pas », a-t-il ainsi remarqué avec une sorte de fierté.

Jusqu’à présent inconnu de tous, le chercheur russe est donc devenu célèbre du jour au lendemain. Il est prévu de lui conférer le statut de « Pétersbourgeois émérite ». Viktor Vekselberg, chef du projet « Skolkovo », a invité le mathématicien à rejoindre le conseil scientifique de la Grande Ecole. Certains, comme Sergueï Mironov, le président du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe - ndlr), aspirent même à gagner son amitié. A l’instar des communistes, il a récemment adressé à Perelman un courrier élogieux pour le féliciter de son exploit scientifique et le prier de bien vouloir le rencontrer pour aborder des problèmes de la science. A n’en point douter, les deux hommes auraient trouvé des sujets de discussion puisque Mironov a, lui aussi, d’une certaine manière, refusé de l’argent : selon sa déclaration d’impôts, c’est en effet le plus « pauvre » des sénateurs russes. Autrement dit, il vit sur son salaire. Mais cet appel est également resté sans réponse de la part de Perelman.

La raison de la popularité de Perelman est simple et la résolution de la conjecture de Poincaré n’a évidemment rien à voir là-dedans : cette expression scientifique ne dit absolument rien à la majeure partie de nos compatriotes. En réalité, c’est l’implacable refus qu’oppose le chercheur à l’argent qui en est la cause. On tente en vain de le lui imposer, et cela à une époque résolument matérialiste où tout le monde est invité à chercher enrichissement, dépenses sans freins et jouissance sans limites. Selon la logique d’aujourd’hui, l’argent est le mètre-étalon de la réussite, celui qui n’en a pas est considéré comme un « loser », il est tout simplement impossible de résister à cette pression. Or, voici soudain un certain Gricha (le diminutif de Grigori - ndt) Perelman surgit pour dire : merci, je n’en ai pas besoin. « Je n’ai besoin de rien, j’ai tout ce qu’il me faut », a dit récemment le mathématicien aux journalistes à travers la porte de son appartement. Ses voisins affirment pourtant que le niveau de vie du scientifique frôle la pauvreté.

Bien sûr, tout pourrait s’expliquer par l’extravagance du génie. Mais un ancien collègue de Perelman à l’Institut mathématique qui a travaillé avec lui jusqu’en 2005 a eu cette phrase qui met les choses en perspective : « Il est pointilleux à l’extrême. Il voyait parfois une violation des normes morales là, où en réalité elles n’existaient pas. » Toute la communauté mathématique pense que la démonstration de la conjecture a été établie par Perelman qui, à son tour, affirme que le prix doit être décerné à Richard Hamilton. Nous, ses contemporains, sommes persuadés qu’un million de dollars ferait notre bonheur et que ce genre de cadeaux ne se refuse pas. Perelman pense pourtant autrement. Saisissez-vous le sens ? Il a tout simplement d’autres critères moraux pour apprécier le bien et le mal. Il semble voir « la violation de normes morales là, où en réalité elles n’existent pas », mais il perçoit beaucoup plus de choses que nous tous. D’ailleurs, il est possible que ce soit précisément cette capacité qui l’ait aidé à résoudre cet « insoluble » problème mathématique.

La Russie contemporaine a un rapport compliqué à l’argent. Curieusement, si son absence est vécue difficilement, sa présence, voire son abondance n’arrange pas davantage les choses. Prenons un exemple, celui des formidables investissements réalisés par l’État dans le football et le hockey, deux sports aussi chers au peuple qu’aux autorités du pays. Aujourd’hui, l’entraîneur gagne des millions d’euros, les footballeurs aussi, les joueurs de hockey bien plus encore. Le bilan ? Notre équipe de football n’a pas même réussi à se qualifier pour la Coupe du monde et nos hockeyeurs ont perdu aux Jeux Olympiques et au Championnat du monde. Bref, on découvre que des salaires élevés ne suffisent pas et que les joueurs doivent avoir quelque chose de plus dans leurs cœurs ou dans leurs têtes. Je ne sais pas comment le dire plus clairement : ce quelque chose ne s’achète pas.

Quelle relation avec Grigori Perelman me direz-vous ? Il se trouve que lui, contrairement aux autres, possède ce « quelque chose », ce quelque chose dont la valeur dépasse le million de dollars. Il connaît sa mission, il sait ce qu’il veut. Dès lors, que peuvent bien signifier pour lui toutes les tentations du monde ?

Un collègue de Perelman, le mathématicien William Thurston, commente ainsi le refus du scientifique de recevoir son prix : « J’éprouve une profonde sympathie pour Perelman et j’admire sa force intérieure, sa pureté, sa capacité à rester fidèle à lui-même. Perelman nous a appris les Mathématiques. Peut-être, devons-nous désormais nous poser des questions sur nous-mêmes et prêter attention à son rapport à la vie. »
http://larussiedaujourdhui.fr/articles/2010/07/30/l_homme_qui_refuse_million_de_dollars.html

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview du mathématicien Grigori Perelman : "Je sais comment gouverner l'Univers. Pourquoi devrais-je courir après un million?!"

Message par Pierre_au_carré le 01/05/11, 12:14 am

@JPhMM a écrit:
Le problème de Jésus a mené le mathématicien russe à la solution de Poincaré

(AFP) – Il y a 1 jour

MOSCOU — Le génie des mathématiques russe Grigori Perelman, qui a résolu la conjoncture de Poincaré, l'un des problèmes les plus complexes de cette science, a raconté dans une rarissime interview jeudi qu'il s'était entraîné en cherchant à comprendre comment Jésus marchait sur l'eau.

Ne serait-ce pas plutôt conjecture ?
Ah, ces journalistes...

Oui, la conjoncture sous Poincaré n'était pas très bonne...

Pierre_au_carré
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview du mathématicien Grigori Perelman : "Je sais comment gouverner l'Univers. Pourquoi devrais-je courir après un million?!"

Message par Nemuyoake le 01/05/11, 07:20 am

Dans la tête, on ne peut pas avoir de la place en même temps pour les Grands Sujets de l'Univers et pour la Société de Consommation et les Plaisirs de la Vie. Heureusement qu'il y a des gens comme lui (ou du moins qui lui ressemblent), sinon nous resterions ignares de Ce Qui Est, tout occupés que nous sommes à songer à nos prochaines vacances et à notre tenue du jour...

Nemuyoake
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview du mathématicien Grigori Perelman : "Je sais comment gouverner l'Univers. Pourquoi devrais-je courir après un million?!"

Message par JPhMM le 04/05/11, 08:52 pm

... ne t'étonnes pas que ceux qui se sont élevés à ces hauteurs ne veuillent plus s'occuper des affaires humaines, et que leurs âmes aspirent sans cesse à demeurer là-haut.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview du mathématicien Grigori Perelman : "Je sais comment gouverner l'Univers. Pourquoi devrais-je courir après un million?!"

Message par PamPidoum le 15/10/13, 03:06 am

Bonsoir !
Je déterres ce sujet. Je ne parviens pas à trouver d'informations sur ces recherches à propos des vides sociaux et économiques dont)il parle. Quelqu'un saurait en parler ?

"I've learned to compute hollowness. Me and my colleagues are studying the mechanisms that fill social and economic hollowness. Hollowness is everywhere, it can be computed, and this opens large opportunities. I know how to control the Universe. Why would I run after a million, tell me?"

Merci par avance.

PamPidoum
Je viens de m'inscrire !


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview du mathématicien Grigori Perelman : "Je sais comment gouverner l'Univers. Pourquoi devrais-je courir après un million?!"

Message par florestan le 15/10/13, 10:02 am

Ce mec est délirant, j'adore! Un vrai personnage de roman russe.

florestan
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview du mathématicien Grigori Perelman : "Je sais comment gouverner l'Univers. Pourquoi devrais-je courir après un million?!"

Message par JPhMM le 15/10/13, 01:22 pm

@florestan a écrit: Ce mec est délirant, j'adore! Un vrai personnage de roman russe.
Et s'il était bien moins délirant que nous le sommes ?

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview du mathématicien Grigori Perelman : "Je sais comment gouverner l'Univers. Pourquoi devrais-je courir après un million?!"

Message par florestan le 15/10/13, 02:46 pm

C'est aussi tout à fait possible.

florestan
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview du mathématicien Grigori Perelman : "Je sais comment gouverner l'Univers. Pourquoi devrais-je courir après un million?!"

Message par PamPidoum le 15/10/13, 06:15 pm

Je me suis permis de déterrer ce sujet avec une question. Merci de ne pas flooder que cela soit rapidement lisible pour une eventuelle personne qui aurait une réponse. Car il semble que personne ne s'intéresse à son explication...

PamPidoum
Je viens de m'inscrire !


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview du mathématicien Grigori Perelman : "Je sais comment gouverner l'Univers. Pourquoi devrais-je courir après un million?!"

Message par JPhMM le 15/10/13, 06:28 pm

Merci de vous présenter dans la rubrique ad hoc.


Dernière édition par JPhMM le 15/10/13, 08:58 pm, édité 1 fois

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview du mathématicien Grigori Perelman : "Je sais comment gouverner l'Univers. Pourquoi devrais-je courir après un million?!"

Message par B-Becker le 15/10/13, 08:33 pm

@JPhMM a écrit:Merci de vous présenter dans la rubrique ad doc.
Lapsus ? Smile

B-Becker
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview du mathématicien Grigori Perelman : "Je sais comment gouverner l'Univers. Pourquoi devrais-je courir après un million?!"

Message par JPhMM le 15/10/13, 08:57 pm

Oui. Embarassed
Merci. Je corrige de suite.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview du mathématicien Grigori Perelman : "Je sais comment gouverner l'Univers. Pourquoi devrais-je courir après un million?!"

Message par PamPidoum le 16/10/13, 02:27 pm

Je ne suis ni professeur ni élève. Simple intéressé. Il me semblait être dans une catégorie adéquate ; de plus il y a un contexte. Puisque je ne sais pas don't il s'agit, il m'est difficile de classer dans une catégorie. De plus, je comprends mal ce genre de forums, dont l'organisation est très maladroite à mon goût. Sauriez-vous m'indiquer, que je ne poste pas n'importe où ?

PamPidoum
Je viens de m'inscrire !


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview du mathématicien Grigori Perelman : "Je sais comment gouverner l'Univers. Pourquoi devrais-je courir après un million?!"

Message par JPhMM le 16/10/13, 02:35 pm

@PamPidoum a écrit:Je ne suis ni professeur ni élève. Simple intéressé. Il me semblait être dans une catégorie adéquate ; de plus il y a un contexte. Puisque je ne sais pas don't il s'agit, il m'est difficile de classer dans une catégorie. De plus, je comprends mal ce genre de forums, dont l'organisation est très maladroite à mon goût. Sauriez-vous m'indiquer, que je ne poste pas n'importe où ?
scratch 

http://www.neoprofs.org/f26-votre-presentation

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum