2 et 3 mai 2011 : Assises nationales sur le harcèlement (Lycée Louis-le-Grand)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

2 et 3 mai 2011 : Assises nationales sur le harcèlement (Lycée Louis-le-Grand)

Message par John le Lun 2 Mai 2011 - 10:35

http://www.education.gouv.fr/cid55689/assises-nationales-sur-le-harcelement-a-l-ecole.html

Les assises nationales sur le harcèlement à l'École sont organisées les 2 et 3 mai 2011 à Paris. Ce colloque s'inscrit dans la continuité des États généraux de la sécurité à l'École d'avril 2010. Il a pour objectif de proposer des mesures concrètes pour lutter contre le harcèlement à l'École. Les vidéos des interventions sont consultables en ligne.

Toutes les vidéos sont disponibles ici : http://www.education.gouv.fr/cid55689/assises-nationales-sur-le-harcelement-a-l-ecole.html

Explications : Des pistes d'action pour lutter contre la violence

Les États généraux de la sécurité à l'École, réunis en Sorbonne en avril 2010, ont permis l'émergence de solutions pour faire reculer la violence en milieu scolaire.
Deux enquêtes de victimisation ont été menées depuis 2010 afin d'évaluer la réalité du vécu des élèves :
* la première enquête de victimisation menée dans les écoles primaires a été réalisée par l'Unicef France et l'Observatoire international de la violence à l'École, présidé par Éric Debarbieux, auprès d'un panel de 150 écoles primaires, 12 000 enfants et 1 200 membres du personnel éducatif.
* la seconde enquête de victimisation est en cours auprès de 18 000 collégiens et de l'ensemble des personnels de 300 collèges publics de France métropolitaine.
Ces deux enquêtes doivent permettre de prendre la mesure de la violence vécue par les élèves dans les établissements scolaires.

Luc Chatel a rencontré, en mars 2011, des acteurs du soin psychologique et psychiatrique ainsi que du champ éducatif. Tous sont signataires de la lettre ouverte sur le harcèlement à l'École rendue publique le 26 janvier 2011 et adressée à plusieurs ministres dont le ministre chargé de l'éducation. Cette réunion de travail a permis de dresser un état des lieux et de soumettre des pistes d'actions. A l'issue de cette rencontre, le ministre a demandé à Éric Debarbieux, président du conseil scientifique des États généraux de la sécurité à l'École, de lui rédiger un rapport sur le harcèlement à l'École qui lui a été remis le 12 avril 2011.

Dans la continuité de ces États généraux de la sécurité à l'École, Luc Chatel a souhaité organiser les assises nationales sur le harcèlement à l'École. Elles se déroulent les 2 et 3 mai 2011 à Paris.

Les assises nationales sur le harcèlement à l'École : objectifs et participants


Les assises nationales sur le harcèlement à l'École ont pour objectifs :
* de débattre avec l'ensemble de la communauté éducative des préconisations dont Éric Debarbieux fait état dans son rapport
* de mettre en place une politique publique en matière de harcèlement

Cet événement réunit environ 300 participants et intervenants :
* recteurs
* membres du conseil scientifique des États généraux de la sécurité à l'École
* pédopsychiatres, professeurs des universités
* membres de la communauté éducative (représentants des personnels, des parents d'élèves, des organisations lycéennes)
* représentants des associations
* représentants de collectivités territoriales et parlementaires
* etc.

Programme des assises nationales sur le harcèlement à l'École

Les assises nationales sur le harcèlement à l'École se déroulent les 2 et 3 mai 2011 au lycée Louis-le-Grand à Paris.

Lundi 2 mai 2011

* 8h30 - 9h00 : Accueil des participants

* 9h00 - 9h15 : Ouverture officielle
Animation par Emmanuel Davidenkoff, journaliste et modérateur des assises
Mot d'accueil de Patrick Gérard, recteur de l'académie de Paris
Diffusion d'un film de témoignages de victimes de harcèlement réalisé par Gabriel Gonnet

* 9h15 - 10h30 : Le harcèlement à l'École - État des lieux et propositions
Éric Debarbieux, président de l'Observatoire international de la violence à l'École
Marcel Rufo, pédopsychiatre, directeur médical de l'Espace méditerranéen de l'adolescence

* 10h30 - 11h00 : Discours de Luc Chatel, ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative

* 11h00 - 11h30 : Pause

* 11h30 - 12h30 : Le harcèlement à l'École - Les politiques américaines et israéliennes
Kevin Jennings, vice-ministre adjoint à l'éducation des États-Unis
Shadmi Hana, directrice du service de psychologie et d'orientation, ministère de l'éducation, Israël

* 12h30 - 14h00 : Déjeuner libre

* 14h00 - 14h30 : Diffusion du film "Kenny", écrit et joué par les élèves du lycée Claude-Bernard, réalisé par Gabriel Gonnet et présentation des ateliers par Emmanuel Davidenkoff, journaliste et modérateur des assises

* 14h30 - 17h30 : Quatre ateliers thématiques en simultané
Atelier A : Comment connaître et reconnaître le harcèlement à l'École ?
Atelier B : Comment mobiliser la communauté éducative contre le harcèlement à l'École ?
Atelier C : Qui former et quelle formation pour prévenir le harcèlement à l'École?
Atelier D : Comment lutter contre les nouvelles formes de harcèlement liées au développement des NTIC ?

Mardi 3 mai 2011

* 9h00 - 9h30 : Harcèlement à l'École
Nicole Catheline, pédopsychiatre au Centre hospitalier Henri Laborit, Poitiers

* 9h30 - 10h00 : Climat scolaire et harcèlement
Ron Astor, professeur à l'université de Los Angeles, Californie

* 10h00 - 10h45 : Utiliser les réseaux sociaux pour prévenir le harcèlement
Thomas Jäger, professeur à l'université de Landau, Allemagne
Andy Hickson, directeur d'Actionwork, Angleterre

* 10h45 - 11h00 : Pause

* 11h00 - 11h40 : Compte rendu des ateliers

* 11h40-11h50 : Intervention d'Éric Debarbieux, président de l'Observatoire international de la violence à l'École

* 11h50-12h00 : Intervention de clôture par Luc Chatel, ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative

P.S. : Je ne sais pas qui écrit les discours de Chatel, mais c'est apparemment qui a beaucoup de talent.


Dernière édition par John le Lun 2 Mai 2011 - 11:10, édité 2 fois

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: 2 et 3 mai 2011 : Assises nationales sur le harcèlement (Lycée Louis-le-Grand)

Message par John le Lun 2 Mai 2011 - 11:00

Voilà le programme dont la démarche française s'inspirera :
http://ecoles.alternative-democratique.org/KiVa-Koulu-un-programme-finlandais

KiVa Koulu, un programme finlandais contre le harcèlement

dimanche 12 décembre 2010, par Paul Robert

Le programme finlandais KiVa Koulu de prévention du harcèlement à l’école a été mis au point entre 2006 et 2009 par l’Université de Turku. Le département de psychologie et le Centre de recherche sur l’apprentissage de cette Université ont collaboré dans cette entreprise. En 1998 déjà, l’Acte sur l’Éducation fondamentale avait proclamé (section 29) le droit à un environnement d’apprentissage sûr. Devant la permanence des faits de harcèlement entre pairs et à la suite des massacres perpétrés dans des établissements scolaires, le ministère de l’Éducation a décidé de soutenir le programme de l’Université de Turku qui a été lancé fin 2008 par une large campagne d’information. Les écoles fondamentales ont alors été invitées à se porter volontaires pour le mettre en œuvre. Fin 2009, 1400 écoles fondamentales (soit la moitié des écoles fondamentales de Finlande) s’étaient inscrites pour y participer.

L’objectif premier de KiVa Koulu est de casser la dynamique perverse du harcèlement où la joie maligne de faire souffrir, physiquement et moralement, un camarade devient le ciment d’un groupe d’élèves, tandis que la grande majorité assiste passivement à cette persécution collective. Le programme va donc chercher à persuader cette majorité silencieuse d’avoir le courage de montrer leur réprobation et de soutenir la victime.

Pour les niveaux 1 à 4 de l’école (7 à 11 ans), le programme est constitué de dix séquences d’une heure et demie organisées par le maître de la classe. Elles consistent en discussions, en travaux de groupes, en projections de courts métrages sur le harcèlement et en jeux de rôles. Après chaque séquence, une règle de vie de classe en rapport avec le thème abordé lors de la séquence est élaborée par le groupe. A la fin de l’année, les règles sont rassemblées dans un contrat KiVa qui est signé par tous les membres du groupe.

Au niveau 7 (13 ans), le programme repose sur quatre objectifs :
- Développer la conscience du rôle joué par le groupe dans le harcèlement ;
- Accroître l’empathie pour les victimes ;
- Développer les stratégies des élèves pour aider les victimes ;
- Augmenter les capacités des élèves à faire face au harcèlement.

Fondamentalement ce qui est recherché à ce stade c’est d’aider les élèves à résoudre le dilemme auquel ils sont confrontés : faire ce qu’ils savent être bien ou se plier à la loi perverse du groupe.

Sur le plan matériel, KiVa Koulu consiste en un environnement d’apprentissage virtuel : au primaire (niveau 1 à 4) il s’agit d’un jeu informatique ; au secondaire (niveau 7) d’une sorte de forum (« KiVa street ») qui permet aux élèves de visiter différents endroits virtuels tels une bibliothèque où ils vont trouver des informations sur le harcèlement, un cinéma où ils vont pouvoir assister à un film sur le sujet, etc.

Les symboles visibles ne sont pas oubliés : les professeurs qui supervisent le programme dans l’école sont revêtus d’un gilet spécial. Des posters et des power points introductifs au programme sont également mis à disposition des écoles, ainsi qu’un guide à l’usage des parents.

Lors des deux premières années de mise en œuvre tout ce matériel est fourni gratuitement aux écoles qui bénéficient également d’une formation de deux jours pour tout leur personnel.

Lorsqu’un cas de harcèlement est effectivement signalé dans l’école, une équipe d’intervention, constituée de trois personnels de l’établissement formés, va prendre en charge, au côté d’un professeur de la classe, le traitement de l’affaire. Le mode d’intervention consiste en des discussions individuelles et en groupe avec la victime et les harceleurs. Le professeur de la classe organise aussi une rencontre avec quelques élèves volontaires de la classe (de 2 à 4) pour les encourager à soutenir l’élève victime. Des réunions de suivi sont également prévues en fin de processus afin de d’assurer que tout est bien rentré dans l’ordre.

Bien que très encadrées, les écoles bénéficient d’une certaine latitude dans la manière de mettre en œuvre le programme et surtout dans le traitement des cas de harcèlement.

Les évaluations menées sur un large échantillon (30 000 élèves de 1 000 classes dans 234 écoles) ont montré que la moitié des écoles ont adopté une approche non-punitive de type « souci partagé » (shared concern), tandis que l’autre moitié a adopté une approche plus autoritaire. L’efficacité relative de ces deux approches est en cours d’étude. Ce qui est sûr d’ores et déjà, c’est que les cas de harcèlement ont diminué de moitié dans les écoles qui ont adopté le programme KiVa. Les évaluations ont également montré que le programme permettait de changer le comportement des témoins, favorisait la motivation scolaire, et enfin améliorait la perception de la classe et le climat scolaire.

L’originalité du programme KiVa Koulu est de mettre à disposition des écoles un large éventail de matériels pédagogiques variés et concrets pour prévenir le harcèlement et pour intervenir lorsqu’il se produit. Il vise à agir sur l’ensemble du groupe des pairs en procurant aux élèves des moyens sûrs et sans risque d’apporter leur soutien aux victimes. Enfin il se distingue par le recours à un environnement virtuel attractif.

L’Acte sur l’Éducation fondamentale de 1998 demandait aux établissements d’établir un plan de prévention contre la violence, l’intimidation et le harcèlement. KiVa Koulu facilite le travail des écoles en leur fournissant un programme structuré, cohérent et efficace qui repose sur une idée novatrice : agir sur les soutiens passifs du harcèlement en développant leur conscience de la souffrance des victimes. N’y aurait-il pas là une piste à explorer aussi en France où tous les plans de lutte contre la violence en milieu scolaire n’ont jamais fait la preuve d’une grande efficacité et où les phénomènes de harcèlement polluent la vie de nombreux élèves ?

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: 2 et 3 mai 2011 : Assises nationales sur le harcèlement (Lycée Louis-le-Grand)

Message par John le Mar 3 Mai 2011 - 12:31

Mesures annoncées à la fin du colloque :

1) Mieux connaître et faire reconnaître le harcèlement : rédaction d'un guide par le Dr Nicole Cathline, qui sera diffusé par mail dans tous les établissements scolaires et mis en ligne. Des critères seront indiqués dans ce guide pour reconnaître le harcèlement : retards fréquents (35% des retards fréquents sont liés à un cas de harcèlement selon Marcel Rufo), baisse des résultats, visites répétées à l'infirmerie...

2) Faire du harcèlement l'affaire de tous : la Pologne par exemple a construit une lutte efficace contre le harcèlement grâce à une collaboration entre le ministère de l'éducation nationale et la fondation privée Orange

3) Mettre en place une formation au sein des établissements : constitution d'un réseau de formateurs académiques. Les membres de ce réseau représenteront la diversité des métiers présents dans les établissements ainsi que les parents d'élèves.

4) Traiter les cas avérés de harcèlement : il faudra punir mais aussi éduquer les auteurs du harcèlement. Des outils seront fournis aux cde ; il y aura également un partenariat entre le M.E.N. et Facebook. Les élèves convaincus de harcèlement sur FB "verront leur compte FB fermé". Les familles des élèves seront accompagnées pour déposer plainte grâce à un partenariat avec la cellule de veille contre la cybercriminalité. Un site internet et un numéro d'appel seront dédiés aux victimes de harcèlement.

Ccl : On écoutera mieux les victimes et on éduquera les agresseurs. L'année scolaire 2011-2012 sera une année d'expérimentation de cette nouvelle politique : les recteurs et inspecteurs auront des consignes spécifiques.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: 2 et 3 mai 2011 : Assises nationales sur le harcèlement (Lycée Louis-le-Grand)

Message par Dulcinea le Mar 3 Mai 2011 - 17:21

Et pour le harcèlement adulte-adulte, genre CDE-prof (c'est rarement dans l'autre sens), rien n'est prévu?

Dulcinea
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: 2 et 3 mai 2011 : Assises nationales sur le harcèlement (Lycée Louis-le-Grand)

Message par John le Mer 4 Mai 2011 - 14:52

Communiqué de presse du SNALC-CSEN (FGAF) du 3 mai 2011 :

Assises sur le harcèlement entre élèves

Si le SNALC-CSEN ne peut que se féliciter de la volonté de répondre par les moyens appropriés aux formes modernes de l'agression morale contre une personne, il craint fort que l'aspect « tendance » d'un partenariat avec Facebook pour traquer les persécuteurs virtuels n'occulte les réalités oubliées du débat. Le SNALC insiste au passage sur le fait qu'il attend une démarche aussi convaincue au bénéfice des fonctionnaires de l'Education nationale de la part de leur ministre de tutelle et attend des mesures concrètes et immédiates en ce sens.

Le SNALC considère que ces états généraux, dans une forme désormais rituelle, auront eu cette fois encore le même mérite de nommer les problèmes. Certes, il y a des explications psychologiques aux comportements violents des élèves, mais ces problèmes prennent de l'ampleur pour d'autres raisons. N'occultons pas la cause profonde!

L'Ecole, que nous ne cesserons de vouloir restaurer dans sa force, son exigence et sa richesse, en est arrivée là pour une seule raison : la destruction du principe d'autorité de l'adulte, par la mise en cause permanente de l'autorité du maître sur l'élève. Le vide ainsi créé a été comblé par l'émergence de la loi primaire de tout groupe: celle du plus fort.

Voilà qui est à même de créer et pérenniser la sécurité de l'élève et d'éviter des dérives parfois dramatiques. La réduction des emplois d'encadrement des jeunes, qui a récemment atteint le seuil critique, n'a fait que révéler avec plus d'évidence l'ampleur du mal... mais il ne l'a pas créé.

Le SNALC réclame une fois encore la publication et l'application du décret sur les sanctions disciplinaires à l'intérieur des établissements. Les expérimentations qui se déroulent à l'extérieur de nos frontières sont certes intéressantes et ont le mérite de chercher des voies et des améliorations face à des climats de plus en plus délétères et qui échappent à toute maîtrise ; mais il ne peut admettre que l'on se réfugie plus longtemps dans la quête éperdue de modèles étrangers, discutables et discutés en leur pays.

Assez de paroles. Des actes !

Contact : Nathalie Duvshani, Secrétaire National à la Vie Scolaire

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum