Sourdun, internat d'excellence

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Sourdun, internat d'excellence

Message par Marie Laetitia le Sam 28 Mai 2011 - 9:51

@verdurin a écrit:
En gros c'est de la propagande. La quelle n'est d'ailleurs pas forcément mensongère, mais juste peu crédible.

à propos du contenu de la propagande, soit ce contenu est vrai, soit il est faux. S'il est vrai, je ne vois pas comment il peut être peu crédible (ou alors tant pis pour celui qui n'arrive pas à admettre la réalité, pour une fois qu'elle n'est pas si moche qu'il le croit). S'il est faux, en effet, oui... c'est du mensonge !... Mais il n'y a pas de demi-teinte possible, du "pas forcément mensonger mais peu crédible" ça me laisse perplexe.

Va falloir m'éclairer là...

Sinon, j'avoue, je ris un peu. Parce que vous me laissez le choix entre un groupe de 15 ou de 20 qui ne veut pas travailler (ah les gosses de riches de Versailles, persuadés que la réussite était un dû, d'autant plus qu'ils étaient arrivés, Zeus seul sait comment en 2e année) et un groupe de 30 qui veut bosser, mon choix est vite fait !

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sourdun, internat d'excellence

Message par roxanne le Sam 28 Mai 2011 - 10:00

Ce que je trouve bien dans ce projet c'est le type d'élèves choisis :les moyens plus , ceux qui dans une classe lambda , hétérogène, sans gros cas peuvent s'en sortir mais qui au milieu d'une classe un peu faible avec des élèves pénibles vont vite se retrouver noyés.Et je trouve que c'est souvent ce public-là qui est le grand oubli de l'éducation nationale.Cette année , j'ai eu une heure payée par semaine pour prendre en PIF et en cours particulier ou quasi des gamins de 3°.Résultat , sur les 4 que j'ai eus sur l'année , 1 est parti en atelier relais , 3 sont passés (à des moments différents pour des raisons diverses) en CD et ont été exclus.Cette heure , payée en HSa (et ils avaient la même en maths) aurait été mieux utilisée pour des gamins moins en perdition et auxquels il manque juste un petit coup de main.Et non ceux-là, tant pis pour eux , ils ne sont pas assez paumés ou pénibles...Drôle de système ..

roxanne
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sourdun, internat d'excellence

Message par Igniatius le Sam 28 Mai 2011 - 10:05

@Abraxas a écrit:Dernier point : j'ai plaidé, à fil d'ouvrages, pour des différenciations — 15 élèves ici, parfois 40 là. Et non pas 1,7 de moins pour tout le monde.
Parce que 15 élèves difficiles, c'est déjà beaucoup. Mais que 40 élèves excellents, c'est jouable (j'en ai jusqu'à 45, certaines années — c'est lourd en copies, mais c'est reposant pour transmettre des connaissances).
Que Sourdun — qui n'est pas encore en régime de croisière — ait des classes à effectifs réduits est cohérent avec le projet — et si vous voulez bien réfléchir trois secondes, c'est un premier pas dans la dissolution du collège unique, qui est la seule solution raisonnable, à court et moyen terme.
Et les syndicats qui s'y opposent sont, eux, des syndicats vendus. Point barre.

Abraxas, je ne comprends pas le lien logique vers la dissolution du collège unique évoquée dans ton post ci-dessus ?

Bon, évidemment, on a envie d'enseigner sur ce mode-là, mais quel est l'objectif réel de ces internats, effet d'annonce ou volonté profonde de réforme ?
Les élèves moyens et bons (parce que les seuls extrêmes de la courbe de Gauss qui ne pâtissent pas de la déliquescence du système sont aujourd'hui les "excellents", même plus les bons à l'aune de mon expérience) sont en effet délaissés et particulièrement touchés par le nivellement par le bas, je le répète autour de moi depuis des années, mais le problème, c'est que ce sont eux qui forment l'essentiel des cohortes : les internats d'excellence, malgré le bien que je peux en penser, sont purement cosmétiques et ne pourront jamais accueillir toute la misère de l'Education Nationale.
Ce que je veux moi, c'est qu'on enseigne du disciplinaire sérieux PARTOUT.
Peut-être me rétorquera-t-on que ces internats sont un premier pas, mais, comment dire ?... je n'en crois pas un mot !
Pendant que Châtel promeut médiatiquement ces quelques établissements (pour endormir qui ? ), il met en place la réforme du lycée la plus dévastatrice pour les connaissances et l'excellence qu'il ait été donné de voir depuis.... ouh la la. L'ensemble du système, du CP à la Terminale, est désormais bâti CONTRE le savoir, c'est très ennuyeux.
Et je ne crois pas au retour prochain des méthodes d'enseignement de ces internats au coeur des établissements lambda : cela supposerait en effet d'en finir avec le collège unique, et donc de prévoir des filières plus professionnalisantes, ou des collèges en 5 ans pour certains élèves (sans redoublement, mais avec une vraie année de soutien adaptée). Mais tout le monde connaît le problème : le coût pharaonique de ce genre de structure.
Châtel est bien au courant : il est en passe de détruire l'enseignement pro en France (après la réforme du bac pro, à quand le passage des sections pro aux CCI ?...).
Ma conclusion : bel internat, mais qui ne sert à rien, j'y vois plus un zoo qu'un espoir à caresser.

Et je continue de m'insurger contre cette différentiation scolaire majeure (on propose à ces élèves l'exact inverse de ce qui est promu pour les autres), contre l'indigence des réformes, et contre des gouvernants (droite et gauche) qui foutent le pays en l'air.

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson

Igniatius
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sourdun, internat d'excellence

Message par Abraxas le Sam 28 Mai 2011 - 10:34

Je crois qu'il en est des internats d'excellence comme des CPES, dont j'ai fait la pub dans mon dernier livre — et où j'enseigne. Quelques poignées d'élèves méritants, pour lesquels on fait un effort particulier. C'est cosmétique — mais pour les gosses auxquels ça s'adresse, c'est une chance inespérée, et je ne cracherai pas dessus (Gérard Aschieri, l'ex-patron de la FSU, que j'avais interviewé pour Tireurs d'élites, tenait exactement le même discours — à contre-curant des propos officiels de sa centrale). Bref, je ne crache pas forcément sur les rustines…
Quant à savoir si c'est le signe d'une volonté politique plus globale… Non, je ne pense pas : le courant pédago est d'autant pus fort qu'il apporte de l'eau au moulin gouvernemental des réductions d'ambition (donc d'heures, donc d'effectifs…) et de la polyvalence (vous allez voir que Chatel va réussir le "corps unique" de la maternelle à l'université dont rêvent le SGEN et l'UNSA). Mais en même temps qu'on démonte l'Instruction publique, on se donne des alibis en sens contraire. Sourdun est un alibi —autant le prendre, lui faire de la publicité, et tenter d'exiger d'en faire un modèle de revendication — puisque "c'est possible"… Si quelque part on peut contrarier intelligemment le collège unique (ce ne sont ni plus ni moins que des classes de niveau, quand on y pense), c'est que l'on peut le combattre partout.

Abraxas
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sourdun, internat d'excellence

Message par Igniatius le Sam 28 Mai 2011 - 10:43

Alors nous sommes d'accord : reste à bien insister médiatiquement sur le fait que ce modèle est l'exact inverse de ce qui est proposé à la masse.

On verra si cela peut avoir un impact à long terme (je n'ai pas d'espoir de changement avant une quinzaine d'années, le temps que la société se rende compte que l'on a ruiné la formation intellectuelle des générations montantes ; en sciences, cela coûtera très cher au pays).

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson

Igniatius
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sourdun, internat d'excellence

Message par Ruthven le Sam 28 Mai 2011 - 11:34

@Abraxas a écrit: Sourdun est un alibi —autant le prendre, lui faire de la publicité, et tenter d'exiger d'en faire un modèle de revendication — puisque "c'est possible"…

Arme à double tranchant. L'éloge de Sourdun peut aussi bien être compris comme un éloge de la dérégulation et de l'autonomie complète des établissements, chacun fait ce qu'il veut en fonction de son territoire. Autant sur les CPES, cela ne me gêne pas, puisqu'on est dans la jungle de l'orientation dans le supérieur, autant au niveau du collège/lycée je trouve cela problématique.

Ruthven
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sourdun, internat d'excellence

Message par Reine Margot le Sam 28 Mai 2011 - 11:42

Comme Ruthven, je pense que le danger c'est qu'on approuve ce qui est un modèle de dérèglementation, il faut insister pour que ce "disciplinaire à haute dose" soit imposé partout.

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sourdun, internat d'excellence

Message par Pseudo le Sam 28 Mai 2011 - 12:10

Ce que j'ai toujours du mal à comprendre, c'est pourquoi ce qui semble être un préalable à l'exercice du métier de prof (la liberté pédagogique qui, je l'espère, est bien entendue comme la capacité et la compétence de s'adapter à une classe donnée, et non pas comme le simple confort du prof qui va user ses habites), donc, pourquoi ce qui serait bon pour l'enseignant dans sa classe ne le serait pas à la taille de l'établissement ?
Si la liberté pédagogique, et donc l'exercice d'une mission sans règles autre que celles qu'on se donne à soit même, est bonne pour l'enseignant et la classe, pourquoi n'est-elle pas bonne, la liberté, la "dérèglementation", pour l'établissement ?

Je suis déjà sortie (et en courant encore !)
araignée

Pseudo
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sourdun, internat d'excellence

Message par Reine Margot le Sam 28 Mai 2011 - 12:14

parce que l'autonomie des établissements c'est l'inégalité entre bahuts organisée. Tous les profs sont différents mais à l'échelle des enseignants, les élèves en auront de différents toute leurs scolarité et dans chaque matière. Donc si un prof dans une matière est moins efficace ça se compense. Par contre si tu as grâce à l'autonomie des étb d'un côté des bahuts d'élite avec de super pédagogies machin et de l'autre des bahuts laissés pour compte car pas assez compétitifs et attractif pour le public consommateur, c'est plus grave.

Et puis le prof on ne le choisit pas, choisir son bahut ça a un côté consumériste, compétition entre bahuts qui va contre l'égalité de l'offre éducative dans le pays...

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sourdun, internat d'excellence

Message par Pseudo le Sam 28 Mai 2011 - 12:24

@Reine Margot a écrit:parce que l'autonomie des établissements c'est l'inégalité entre bahuts organisée. Tous les profs sont différents mais à l'échelle des enseignants, les élèves en auront de différents toute leurs scolarité et dans chaque matière. Donc si un prof dans une matière est moins efficace ça se compense. Par contre si tu as grâce à l'autonomie des étb d'un côté des bahuts d'élite avec de super pédagogies machin et de l'autre des bahuts laissés pour compte car pas assez compétitifs et attractif pour le public consommateur, c'est plus grave.

Et puis le prof on ne le choisit pas, choisir son bahut ça a un côté consumériste, compétition entre bahuts qui va contre l'égalité de l'offre éducative dans le pays...

Il existe de mauvais profs ?????? Alors ça, j'ignorais....

Quand à l'inégalité, elle existe déjà. C'est bien ça qui pousse nombre de profs à réclamer le retour à des méthodes plus "égalitaristes".

Et si un bahut est merdique et n'arrive pas à faire mieux, je ne vois pas pourquoi il ne disparaitrait pas, ou pourquoi il ne serait pas profondément remanié. Franchement, pourquoi maintenir sous perfusion un machin où tout le monde est malheureux et où personne ne bosse correctement ? J'ai pas d'état d'ame là-dessus.

Pseudo
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sourdun, internat d'excellence

Message par Reine Margot le Sam 28 Mai 2011 - 12:33

ben oui certains profs sont plus efficaces que d'autres, comme dans tous les métiers. Sinon pour les bahuts merdiques, les supprimer ne résoudra pas le problème, les élèves défavorisés et difficiles iront ailleurs et les problèmes ne feront que se déplacer.

Par contre, hélas, pour avoir dans le secteur où j'habite un collège qui mêle habilement gamins défavorisés d'un quartier sensible et élèves aisés de la grande avenue chic de la ville, ça ne marche pas du tout.

alors bon je ne prétends pas avoir de solution miracle mais je pense que repenser l'orientation, en permettant à ceux qui n'ont pas envie de rester à l'école de faire autre chose, serait un plus qui permettrait aux autres de pouvoir travailler dans de meilleures conditions.

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sourdun, internat d'excellence

Message par Celeborn le Sam 28 Mai 2011 - 12:40

@Pseudo a écrit:(la liberté pédagogique qui, je l'espère, est bien entendue comme la capacité et la compétence de s'adapter à une classe donnée

Je ne suis pas d'accord avec ta définition, pseudo. Donc forcément pas d'accord avec la suite de ton message. La liberté pédagogique, c'est avant tout organiser son enseignement de la façon qui paraît la plus efficace pour transmettre les savoirs. Ensuite, on bidouille suivant la classe sur laquelle on tombe, mais je n'enseigne pas différemment le COD suivant la classe que j'ai. En revanche, je vais plus ou moins loin.

D'autre part, ta comparaison est biaisée, car la liberté pédagogique est une question pédagogique (intellectuelle), alors que l'autonomie de l'établissement, aujourd'hui, est avant tout une question économique et politique.

Enfin, dans la liberté pédagogique, c'est le professeur qui choisit ce qu'il fait. Dans l'autonomie de l'établissement, au final, c'est le chef d'établissement qui choisit ce que fait le professeur : ce n'est donc pas une liberté, mais une contrainte.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sourdun, internat d'excellence

Message par Pseudo le Sam 28 Mai 2011 - 13:04

@Celeborn a écrit:
Enfin, dans la liberté pédagogique, c'est le professeur qui choisit ce qu'il fait. Dans l'autonomie de l'établissement, au final, c'est le chef d'établissement qui choisit ce que fait le professeur : ce n'est donc pas une liberté, mais une contrainte.

Je ne suis pas d'accord avec ta définition, ce qui fait qu'on ne parle pas de la même chose. L'autonomie de l'établissement ça n'est pas le chef qui choisit tout seul dans sa thébaïde et dit au prof ce qu'il doit faire et comment. Je ne vois pas ce que ça apporterait d'ailleurs, sinon un conflit entre l'équipe et le chef voulant devenir gourou.

Pseudo
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sourdun, internat d'excellence

Message par Ruthven le Sam 28 Mai 2011 - 13:22

@Pseudo a écrit:Ce que j'ai toujours du mal à comprendre, c'est pourquoi ce qui semble être un préalable à l'exercice du métier de prof (la liberté pédagogique qui, je l'espère, est bien entendue comme la capacité et la compétence de s'adapter à une classe donnée, et non pas comme le simple confort du prof qui va user ses habites), donc, pourquoi ce qui serait bon pour l'enseignant dans sa classe ne le serait pas à la taille de l'établissement ?
Si la liberté pédagogique, et donc l'exercice d'une mission sans règles autre que celles qu'on se donne à soit même, est bonne pour l'enseignant et la classe, pourquoi n'est-elle pas bonne, la liberté, la "dérèglementation", pour l'établissement ?

Je suis déjà sortie (et en courant encore !)
araignée

La liberté pédagogique ne s'exerce que dans des cadres définis nationalement, les programmes, et laisse libre l'enseignant d'utiliser les moyens qu'il souhaite pour que ces programmes soient acquis. Elle n'est donc pas une règle absolue dont on décide soi-même.

Ce qui me gêne dans l'autonomie, c'est la dissolution d'un cadre national de référence qui va renforcer, si c'est possible, l'effet de ghettoïsation.

Ruthven
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sourdun, internat d'excellence

Message par Pseudo le Sam 28 Mai 2011 - 13:52

@Ruthven a écrit:

La liberté pédagogique ne s'exerce que dans des cadres définis nationalement, les programmes, et laisse libre l'enseignant d'utiliser les moyens qu'il souhaite pour que ces programmes soient acquis. Elle n'est donc pas une règle absolue dont on décide soi-même.

Ce qui me gêne dans l'autonomie, c'est la dissolution d'un cadre national de référence qui va renforcer, si c'est possible, l'effet de ghettoïsation.

Mais je ne pense pas que l'autonomie des établissements doivent viser la dissolution d'un cadre national de référence. En tout cas telle que je l'imagine.
D'ailleurs, j'imagine mal des établissements scolaires sans cadrage, sans programme. Et on en est très loin ! C'est même une des récriminations actuelles (à laquelle je me joins régulièrement). Le socle, le B2i, par exemple ne peuvent quand même pas être considérés comme des outils d'autonomie (ils sont d'ailleurs largement détournés pour être vidé de leur sens, ou du peu de sens qu'ils auraient pu avoir, justement parce que c'est un moyen de contrôle et pas un outil d'autonomie).

Pseudo
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sourdun, internat d'excellence

Message par Finrod le Sam 28 Mai 2011 - 14:01

Toutes ces politiques, ces idées, ces réformes ne s'appliquent qu'a la forme et non au fond qui est abandonné.

L'autonomie dont parle la réforme est un concept vide, qui n'a aucune cohérence propre si l'on pousse l'analyse sur le plan des objectifs de terrain, pédagogiques, sociologiques...

Le dernier exemple que j'ai vu : On parle des pouvoirs du CDE.

Dans CDE, il y a chef, c'est à dire leader, ce qui normalement doit s'éloigner en pratique de termes tels que "paillasson" par exemple.

Hé ben, not'chef, quand qui nous a convoqué à la réunion des passages 2nd-Première, y nous a dit que tout le monde fallait qui passe. Il était tout sourire, d'accord avec nous sur le fait que c'était le bordel mais qui fallait qu'on fasse ce que les gentils messieurs du rectorat ont demandé aux gentils animateurs que nous sommes.

Il a même précisé qu'il ne faudrait pas refuser trop d'élèves en conseil parce que lui les ferait passer derrière (ben oui, on lui a dit de le faire) et qu'on risquait d'être décrédibilisé devant les élèves.

Faut voir l'bon côté des choses, les copies vont être de plus en plus vite corrigées.

Finrod
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sourdun, internat d'excellence

Message par Pseudo le Sam 28 Mai 2011 - 14:16

@Finrod a écrit:

Dans CDE, il y a chef, c'est à dire leader, ce qui normalement doit s'éloigner en pratique de termes tels que "paillasson" par exemple.

Hé ben, not'chef, quand qui nous a convoqué à la réunion des passages 2nd-Première, y nous a dit que tout le monde fallait qui passe. Il était tout sourire, d'accord avec nous sur le fait que c'était le bordel mais qui fallait qu'on fasse ce que les gentils messieurs du rectorat ont demandé aux gentils animateurs que nous sommes.

Il a même précisé qu'il ne faudrait pas refuser trop d'élèves en conseil parce que lui les ferait passer derrière (ben oui, on lui a dit de le faire) et qu'on risquait d'être décrédibilisé devant les élèves.

Faut voir l'bon côté des choses, les copies vont être de plus en plus vite corrigées.

Tu aurais préféré que ton chef tente de vous faire croire qu'il était d'accord ? Et tente de vous enfumer ? Au moins les choses sont claires, et on connait les responsabilités (et leurs limites) de chacun. Moi, j'aimerais que ma chef me parle comme ça, au lieu de nous faire croire qu'on est des cons.

Et s'il fallait une illustration du manque d'autonomie des établissements et du pouvoir tout relatif des chefs, en voilà un !

Pseudo
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sourdun, internat d'excellence

Message par Celeborn le Sam 28 Mai 2011 - 14:18

@Pseudo a écrit:L'autonomie de l'établissement ça n'est pas le chef qui choisit tout seul dans sa thébaïde et dit au prof ce qu'il doit faire et comment. Je ne vois pas ce que ça apporterait d'ailleurs, sinon un conflit entre l'équipe et le chef voulant devenir gourou.

Dans le monde des bisounours, effectivement, ce serait formidable et il n'y aurait pas de conflit.

Ensuite, quand on la met en pratique dans le cadre du merveilleux conseil pédagogique (dont le chef d'établissement peut DÉSIGNER les membres si bon lui semble), au final, ça apporte bien un conflit entre le chef et l'équipe, ou entre les différents membres de l'équipe. On parle donc bien de la même chose, je crois.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sourdun, internat d'excellence

Message par Ruthven le Sam 28 Mai 2011 - 14:26

@Pseudo a écrit:Tu aurais préféré que ton chef tente de vous faire croire qu'il était d'accord ? Et tente de vous enfumer ? Au moins les choses sont claires, et on connait les responsabilités (et leurs limites) de chacun. Moi, j'aimerais que ma chef me parle comme ça, au lieu de nous faire croire qu'on est des cons.

Et s'il fallait une illustration du manque d'autonomie des établissements et du pouvoir tout relatif des chefs, en voilà un !

Non, car l'autonomie, dans le modèle libéral, va de pair avec la gouvernance, qui fixe des orientations stratégiques sans dicter les mesures qui rendent leur réalisation possible. La gouvernance, c'est le règne de la statistique qui fixe un idéal régulateur.

Ruthven
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sourdun, internat d'excellence

Message par Emeraldia le Sam 28 Mai 2011 - 14:31

@Reine Margot a écrit:par contre, si j'ai bien compris, ce sont les "pédagogies innovantes" qui sont à l'honneur dans ces établissements, non?

je vais lire l'article.
J'ai postulé pour l'un des ces établissements et n'ai pas été prise...alors qu'une stagiaire (ds une autre matière) qui était ds le même établissement q moi, si ! Qu'on ne vienne pas me parler de projets ou d'innovation, ça m'étonnerait fort...

Emeraldia
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sourdun, internat d'excellence

Message par Emeraldia le Sam 28 Mai 2011 - 14:32

@John a écrit:Pour celui que je connais, le recrutement des enseignants a été fait dans le plus grand secret, sur le mode de la cooptation. Ils ont été recrutés comment, ceux de Sourdun ?

La transparence, ce n'est franchement pas encore pour aujourd'hui.
Voilà, ds le Nord en tt cas, apparemment, c'est le piston qui a marché.

Emeraldia
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sourdun, internat d'excellence

Message par Pseudo le Sam 28 Mai 2011 - 14:35

@Celeborn a écrit:
@Pseudo a écrit:L'autonomie de l'établissement ça n'est pas le chef qui choisit tout seul dans sa thébaïde et dit au prof ce qu'il doit faire et comment. Je ne vois pas ce que ça apporterait d'ailleurs, sinon un conflit entre l'équipe et le chef voulant devenir gourou.

Dans le monde des bisounours, effectivement, ce serait formidable et il n'y aurait pas de conflit.

Ensuite, quand on la met en pratique dans le cadre du merveilleux conseil pédagogique (dont le chef d'établissement peut DÉSIGNER les membres si bon lui semble), au final, ça apporte bien un conflit entre le chef et l'équipe, ou entre les différents membres de l'équipe. On parle donc bien de la même chose, je crois.

Non, je ne crois pas. Tout simplement parce que l’autonomie dont je parle elle n'existe pas, ou très peu.
Et parce que le conseil pédagogique n'est pas source de conflit partout. Et que le conseil tel qu'il est mis en place (et encore ne l'est-il pas partout de la même façon), n'est qu'un moyen théorique de l'autonomie. Peut-être bien perverti, tout simplement parce que ça reste le joujou du chef et pas un outil de l'équipe. Dès lors, il ne sert plus l'autonomie.

Pour revenir sur le conflit, je ne pense pas qu'il existe un monde sans conflit. Le coup des bisounours, ça commence à être aussi marrant que le point Golwin. Quand on atteint le point bisounours, il n'y a plus rien à dire, la discussion est close d'elle-même.

Pseudo
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sourdun, internat d'excellence

Message par Daphné le Sam 28 Mai 2011 - 14:40

@Pseudo a écrit:
@Celeborn a écrit:
Enfin, dans la liberté pédagogique, c'est le professeur qui choisit ce qu'il fait. Dans l'autonomie de l'établissement, au final, c'est le chef d'établissement qui choisit ce que fait le professeur : ce n'est donc pas une liberté, mais une contrainte.

Je ne suis pas d'accord avec ta définition, ce qui fait qu'on ne parle pas de la même chose. L'autonomie de l'établissement ça n'est pas le chef qui choisit tout seul dans sa thébaïde et dit au prof ce qu'il doit faire et comment. Je ne vois pas ce que ça apporterait d'ailleurs, sinon un conflit entre l'équipe et le chef voulant devenir gourou.

C'est bien ça le problème !

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sourdun, internat d'excellence

Message par Pseudo le Sam 28 Mai 2011 - 14:46

@Ruthven a écrit:
@Pseudo a écrit:Tu aurais préféré que ton chef tente de vous faire croire qu'il était d'accord ? Et tente de vous enfumer ? Au moins les choses sont claires, et on connait les responsabilités (et leurs limites) de chacun. Moi, j'aimerais que ma chef me parle comme ça, au lieu de nous faire croire qu'on est des cons.

Et s'il fallait une illustration du manque d'autonomie des établissements et du pouvoir tout relatif des chefs, en voilà un !

Non, car l'autonomie, dans le modèle libéral, va de pair avec la gouvernance, qui fixe des orientations stratégiques sans dicter les mesures qui rendent leur réalisation possible. La gouvernance, c'est le règne de la statistique qui fixe un idéal régulateur.

Il faudrait définir chaque terme à vrai dire. Et expliquer comment tout cela te semble parfaitement lié.

Ca ne me choque pas qu'on fixe des orientations stratégiques. C'est même le rôle de la politique non ? Même pas libérale.

Le problème, finalement, c'est qu'on ne peut plus parler d'un chose (l'autonomie ici, qui, dans l'absolu, est quand même une belle notion) sans que cela soit immédiatement rattaché à toute série d'autres mots (libéral, statistique, etc...) qui, à priori, n'ont pas de lien direct, mais en ont dans le discours critique de la politique gouvernementale.

Moi, Pseudo, je ne peux pas utiliser le terme d'autonomie sans être traitée soit de bisounours (je n'ai rien compris, je suis une conne), soit de suppôt de Sarko (je suis une taupe de la droite la plus réactionnaire). Je m'auto-discrédite Laughing

Mais à vrai dire, je ne m'attendais pas à autre chose.

Pseudo
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sourdun, internat d'excellence

Message par Une vieille neotit le Sam 28 Mai 2011 - 16:17

Il y a quelques années déjà, feu JeanFerrat Sad avait baptisé l'une des ses chansons "Dans la jungle ou dans le zoo", jolie métaphore pour qualifier le quotidien dans l'un ou l'autre "Bloc" de l'époque. Je ne sais pas si Sourdun est un "zoo", mais sûr que les cités d'où viennent les mômes en question ressemblent bien à la jungle. Et tant qu'il n'y aura pas d'entre deux, on peut critiquer le zoo, mais pas forcément lui préférer la jungle!

Ceci dit, j'entends bien les critiques - plus celles qui portent sur les principes que sur l'internat lui-même. Pour ceux qui doutent, qu'ils aillent sur place - ce n'est franchement pas compliqué d'en faire la visite (et même d'y retourner, et de rencontrer des profs ou des élèves de là-bas). Certes il faut plus d'une journée pour connaître à fond un établissement, mais honnêtement, il en faut beaucoup moins quand on tombe dans un bahut à problèmes. Je veux bien penser que l'ambiance soit un peu pesante sans doute - je l'ai d'ailleurs dit dans l'article - mais nul n'est obligé d'y enseigner ou n'y est pris en otage - pour alimenter la métaphore du bloc de l'Est...

Sur le principe, c'est vrai que cela pourrait apparaître comme un plaidoyer pour l'autonomie. Mais outre que je vomis littéralement l'autonomie en général, ce n'est pas forcément de ça dont il est question ici: pas de dérogation aux programmes, aux horaires nationaux, ni même au temps de service. Reste le recrutement sur postes spécifiques, mais cela se pratique bien en prépa, BTS, classes européennes - avec les mêmes problèmes de "transparence" d'ailleurs. De surcroît, et c'est original, Sourdun est un établissement d'Etat, qui ne relève d'aucune collectivité territoriale. Cela ressemble donc davantage à la Maison d'éducation de la légion d'honneur - dans le principe - que des établissements ECLAIR!

_________________
Think different, think SNALC... (non mais...)

Une vieille neotit
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sourdun, internat d'excellence

Message par Ruthven le Sam 28 Mai 2011 - 17:16

@Pseudo a écrit:
@Ruthven a écrit:
@Pseudo a écrit:Tu aurais préféré que ton chef tente de vous faire croire qu'il était d'accord ? Et tente de vous enfumer ? Au moins les choses sont claires, et on connait les responsabilités (et leurs limites) de chacun. Moi, j'aimerais que ma chef me parle comme ça, au lieu de nous faire croire qu'on est des cons.

Et s'il fallait une illustration du manque d'autonomie des établissements et du pouvoir tout relatif des chefs, en voilà un !

Non, car l'autonomie, dans le modèle libéral, va de pair avec la gouvernance, qui fixe des orientations stratégiques sans dicter les mesures qui rendent leur réalisation possible. La gouvernance, c'est le règne de la statistique qui fixe un idéal régulateur.

Il faudrait définir chaque terme à vrai dire. Et expliquer comment tout cela te semble parfaitement lié.

Ca ne me choque pas qu'on fixe des orientations stratégiques. C'est même le rôle de la politique non ? Même pas libérale.

Le problème, finalement, c'est qu'on ne peut plus parler d'un chose (l'autonomie ici, qui, dans l'absolu, est quand même une belle notion) sans que cela soit immédiatement rattaché à toute série d'autres mots (libéral, statistique, etc...) qui, à priori, n'ont pas de lien direct, mais en ont dans le discours critique de la politique gouvernementale.

Moi, Pseudo, je ne peux pas utiliser le terme d'autonomie sans être traitée soit de bisounours (je n'ai rien compris, je suis une conne), soit de suppôt de Sarko (je suis une taupe de la droite la plus réactionnaire). Je m'auto-discrédite Laughing

Mais à vrai dire, je ne m'attendais pas à autre chose.

Tu ne serais pas un peu de Marseille ? Je ne t'ai pas traité de sarkozyste (et encore moins de réactionnaire, car le libéralisme ne l'est pas), mais je remarque seulement que ce mot autonomie n'existe pas de manière isolé, qu'il fait partie d'un appareillage idéologique où il joue une place essentielle. Défendre l'autonomie, c'est se loger dans le dispositif dans lequel elle est définie.

Que la politique fixe des orientations, c'est nécessaire, mais la perversité de la notion de gouvernance, c'est que justement elle fixe des orientations en faisant porter la responsabilité sur ceux qui doivent les mettre en place.

Ruthven
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum