Mes difficultés à enseigner le français

Page 6 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Mes difficultés à enseigner le français

Message par Pili le Mer 1 Juin 2011 - 12:09

Prof de LV , Blanche.

On est d'accord Blanche, je ne pense pas que tu dénigres les autres matières mais il y a 9 pages pour ce topic !...

Sur le temps de correction d'une copie, je pense que c'est encore discutable tu vois...pas en 3ème ni en 1ère, mais à d'autres niveaux, en creusant un peu , on pourrait avoir des surprises...

Pili
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes difficultés à enseigner le français

Message par Anna de Noailles le Mer 1 Juin 2011 - 12:24

@Pili a écrit:Prof de LV , Blanche.

On est d'accord Blanche, je ne pense pas que tu dénigres les autres matières mais il y a 9 pages pour ce topic !...

Sur le temps de correction d'une copie, je pense que c'est encore discutable tu vois...pas en 3ème ni en 1ère, mais à d'autres niveaux, en creusant un peu , on pourrait avoir des surprises...

Il n'y a pas d'études qui existent à ce sujet?On parle du temps de travail des enseignants mais globalement. En revanche, le temps de travail par matière peu différer. Ca doit exister!
De toutes façons je crois que quand on choisit une matière on prend le pour et le contre et on essaie de faire son travail correctement c'est tout. Pour ma part, je n'ai ni 3è ni 1ère et pourtant je passe beaucoup de temps à corriger et j'évalue beaucoup à l'écrit, en faisant écrire les élèves. On pourrait aussi se vexer de cette remarque tout autant que de dire qu'en français on travaille plus!

Anna de Noailles
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes difficultés à enseigner le français

Message par Pili le Mer 1 Juin 2011 - 12:31

@Anna de Noailles a écrit: Pour ma part, je n'ai ni 3è ni 1ère et pourtant je passe beaucoup de temps à corriger et j'évalue beaucoup à l'écrit, en faisant écrire les élèves.

Oui comme en HG, anglais, latin, SVT, musique, maths... Wink

Pili
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes difficultés à enseigner le français

Message par Anna de Noailles le Mer 1 Juin 2011 - 12:33

@Pili a écrit:
@Anna de Noailles a écrit: Pour ma part, je n'ai ni 3è ni 1ère et pourtant je passe beaucoup de temps à corriger et j'évalue beaucoup à l'écrit, en faisant écrire les élèves.

Oui comme en HG, anglais, latin, SVT, musique, maths... Wink

exactement! C'est pour ça que je ne vois pas le rapport avec les niveaux! Ta remarque s'applique aussi à toutes les matières et pas spécifiquement au français!


en musique, j'ose espérer qu'ils n'écrivent pas autant car le but n'est pas là! Le but est l'éveil au son et la pratique surtout!!! Heureusement...

Anna de Noailles
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes difficultés à enseigner le français

Message par Pili le Mer 1 Juin 2011 - 12:35

Je pensais que dire de manière objective (et surtout en répétant les expériences de certains par rapport au DNB ) qu'une correction en 3è ou pour le bac était plus longue ?
Mais je ne suis pas spécialiste.

Pili
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes difficultés à enseigner le français

Message par Anna de Noailles le Mer 1 Juin 2011 - 12:38

@Pili a écrit:Je pensais que dire de manière objective (et surtout en répétant les expériences de certains par rapport au DNB ) qu'une correction en 3è ou pour le bac était plus longue ?
Mais je ne suis pas spécialiste.

En seconde aussi c'est long! Les commentaires de textes informes de deux pages où on cherche le sens! Bref, de toutes façons, nous n'avons rien à prouver. Si le temps de travail est le même pour toutes les matières, c'est qu'on juge plus haut que toutes se valent...

Anna de Noailles
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes difficultés à enseigner le français

Message par Pili le Mer 1 Juin 2011 - 12:40

@Anna de Noailles a écrit:
@Pili a écrit:Je pensais que dire de manière objective (et surtout en répétant les expériences de certains par rapport au DNB ) qu'une correction en 3è ou pour le bac était plus longue ?
Mais je ne suis pas spécialiste.

En seconde aussi c'est long! Les commentaires de textes informes de deux pages où on cherche le sens! Bref, de toutes façons, nous n'avons rien à prouver. Si le temps de travail est le même pour toutes les matières, c'est qu'on juge plus haut que toutes se valent...

On est d'accord ! Wink

Pili
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes difficultés à enseigner le français

Message par Anna de Noailles le Mer 1 Juin 2011 - 12:45

@Pili a écrit:
@Anna de Noailles a écrit:
@Pili a écrit:Je pensais que dire de manière objective (et surtout en répétant les expériences de certains par rapport au DNB ) qu'une correction en 3è ou pour le bac était plus longue ?
Mais je ne suis pas spécialiste.

En seconde aussi c'est long! Les commentaires de textes informes de deux pages où on cherche le sens! Bref, de toutes façons, nous n'avons rien à prouver. Si le temps de travail est le même pour toutes les matières, c'est qu'on juge plus haut que toutes se valent...

On est d'accord ! Wink

Tout à fait! De toutes façons , bientôt nous passerons tous 35h en établissement. A long terme, c'est ce qui nous attend donc tout le monde sera au même point.

Anna de Noailles
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes difficultés à enseigner le français

Message par Xana le Mer 1 Juin 2011 - 12:47

@Saraswati a écrit:Ça fait 8 ans que j'enseigne et je commence seulement à me sentir à l'aise dans certains chapitres, que je maîtrise bien, où je me dis que j'ai fait une bonne progression.
Je sais que ça marche quand les cours s'enchaînent rapidement. Quand ça traîne trop en longueur c'est que je n'ai pas bien préparé et que mon objectif de séance n'était pas clair.

Même expérience, même constat!

Xana
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes difficultés à enseigner le français

Message par bellaciao le Mer 1 Juin 2011 - 13:15

@sabeth a écrit:- des raisons générales: le français est la base de tout travail écrit, le langage utilisé quotidiennement. Sa mauvaise compréhension, et sa mauvaise maîtrise entraînent des problèmes multiples, que ce soit dans l'institution scolaire - comprendre une consigne, rédiger une réponse, lire un document - et dans la vie future de nos élèves. Nous le savons bien, et nous savons donc à quel point notre responsabilité est lourde. Enfin, ceci est peut-être tout à fait personnel!
De plus, face à certains élèves, on sait bien qu'il est trop tard, ou plutôt que les moyens dont nous disposons ne nous permettrons pas de le remettre à niveau. J'ai par exemple dans une de mes classes de 4e, la plus difficile - et c'est bien entendu lié! - un certain nombre d'élèves illettrés.

- des raisons que je nommerai "normatives": la grammaire, surtout, est fortement normée et normative. Nous devons transmettre la langue juste, la norme de la langue, la règle. Puisque, comme on le sait, les élèves sont de manière générale en crise avec l'autorité - et c'est un mal d'époque, la perte de l'autorité - enseigner l'autorité de la langue est difficile. Il faut montrer sans cesse l'intérêt de respecter les règles - que ce soit dans la langue ou dans d'autres contextes. (Ceci dit, cette difficulté se retrouve dans d'autres matières).

- des raisons sociétales et contextuelles: qu'on le veuille ou non, l'époque est davantage tournée vers la culture visuelle que la culture écrite - d'ailleurs, la culture visuelle de nos élèves est, quoiqu'on en croit ou dise, aussi mauvaise que leur culture écrite : allez leur faire observer un tableau ou une publicité, par exemple, il ne verront pas la moitié et ne saurons pas analyser. Ou alors, si culture écrite il y a, elle est très différente de celle que nous avons connue, qui était essentiellement livresque. Il est donc, je trouve, extrêmement difficile d'enseigner la patience que demande toute lecture de texte un peu long, l'attention voulue par un relevé précis dans un texte...
Nos élèves ont du mal à faire le chemin difficile qu'impose la distance d'un texte d'une autre époque. On y arrive, cependant - j'ai ainsi travaillé Rabelais avec des élèves plutôt faibles - mais comme cela demande de l'énergie!


Tes arguments me paraissent très intéressants, sabeth, et m'ont ouvert une perspective (notamment celui sur l'autorité de la langue, je n'y avais jamais pensé ainsi).
J'abonde dans ton sens : combien de fois les collègues me disent-ils : "Mais en orthographe, qu'est-ce que ça donne ? Parce que sur les copies..." Il me semble que tous les collègues considèrent que l'apprentissage en français retentit sur la capacité des élèves à écrire dans les autres matières (paragraphe argumenté en histoire, démonstration en SVT). Effectivement, la responsabilité est lourde, et on sait nous le rappeler.
L'inconévient est aussi que les élèves ne transposent pas d'une activité sur l'autre : en français même, ils font attention à l'orthographe en dictée et non dans leur rédaction des questions de lecture, et ils ne réutilisent pas forcément non plus ces connaissances à l'écrit dans les autres matières.
Il arrive aussi, comme cela a été dit plus haut, que je ne puisse faire l'impossible avec des bases qui n'ont pas été acquises plus tôt.

bellaciao
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes difficultés à enseigner le français

Message par Invité5 le Mer 1 Juin 2011 - 13:25

Al je suis d'accord il faut ouvrir un autre sujet !

Invité5
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes difficultés à enseigner le français

Message par Xana le Mer 1 Juin 2011 - 13:26

@bellaciao a écrit:
Tes arguments me paraissent très intéressants, sabeth, et m'ont ouvert une perspective (notamment celui sur l'autorité de la langue, je n'y avais jamais pensé ainsi).
J'abonde dans ton sens : combien de fois les collègues me disent-ils : "Mais en orthographe, qu'est-ce que ça donne ? Parce que sur les copies..." Il me semble que tous les collègues considèrent que l'apprentissage en français retentit sur la capacité des élèves à écrire dans les autres matières (paragraphe argumenté en histoire, démonstration en SVT). Effectivement, la responsabilité est lourde, et on sait nous le rappeler.

Tout à fait d'accord. Enseigner la langue avec ses codes, c'est faire admettre que tout ne naît pas de soi, de son époque mais qu'il y a des règles communes dont on ne peut s'affranchir, qui sont le fruit d'un long héritage et dont on ne peut pas toujours expliquer le pourquoi - quand bien même on aurait le temps et l'envie.
Certaines questions ou attitudes m'ont déjà fait réfléchir au lien entre langue et autorité: "Pourquoi l'auteur a le droit de parler dans un registre familier/ d'inventer des mots / de ne pas respecter telle règle/ etc. et pas moi?"; l'absence de subordonnant (pourtant nécessaire) dans des certaines phrases (bon, là, bien sûr, aucun exemple ne vient à l'esprit...).
Et oui, si la majorité des collègues comprennent bien notre difficulté à enseigner la langue, certains nous demandent des comptes. J'ai déjà eu le droit à : "Mais qu'est-ce vous faites en dictée, hein? Parce que là, hein!..." "Bah, on fait des origamis, hein."

Xana
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes difficultés à enseigner le français

Message par frankenstein le Mer 1 Juin 2011 - 13:34

@Anna de Noailles a écrit:
@Pili a écrit:
@Anna de Noailles a écrit: Pour ma part, je n'ai ni 3è ni 1ère et pourtant je passe beaucoup de temps à corriger et j'évalue beaucoup à l'écrit, en faisant écrire les élèves.

Oui comme en HG, anglais, latin, SVT, musique, maths... Wink

exactement! C'est pour ça que je ne vois pas le rapport avec les niveaux! Ta remarque s'applique aussi à toutes les matières et pas spécifiquement au français!


en musique, j'ose espérer qu'ils n'écrivent pas autant car le but n'est pas là! Le but est l'éveil au son et la pratique surtout!!! Heureusement...
Tu es sûre ? Rolling Eyes Lool

_________________
Mettez des pouces verts sur : http://www.youtube.com/user/Choristenimes/videos

Si les élections pouvaient changer la société, elles seraient interdites.

frankenstein
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes difficultés à enseigner le français

Message par Anna de Noailles le Mer 1 Juin 2011 - 13:36

certaine!!! yesyes

Anna de Noailles
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes difficultés à enseigner le français

Message par Chocolat le Mer 1 Juin 2011 - 13:48

@Pili a écrit:
S'il y a bien un endroit où je ne pensais pas me sentir prof d'une sous-matière, c'était bien ici ...ben non, on te le rappelle encore ..

Alors là... pourquoi cette réaction? heu

Est-il si difficile à admettre que le temps de correction des copies est plus long en français?
C'est un élément parmi d'autres; pourquoi s'en saisir pour faire un raccourci et créer des catégories avec des de "sous-matières", etc. qui implique un jugement de valeur?

Si nous ne sommes pas capables de reconnaître entre nous, et avec bienveillance, les points positifs et les points négatifs de nos quotidiens respectifs, comment voulez-vous que notre hiérarchie, les parents d'élèves et l'opinion publique le fassent?

Perso, cela ne me pose aucun problème d'entendre un prof de langue affirmer que le temps de préparation d'un cours à dominante orale prend plus de temps dans sa matière que dans la mienne.
Il est où, le problème, exactement?

_________________

La réforme du collège décryptée sur un site indépendant et apolitique :
http://www.reformeducollege.fr/

Chocolat
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes difficultés à enseigner le français

Message par Anna de Noailles le Mer 1 Juin 2011 - 13:49

@Chocolat a écrit:
@Pili a écrit:
S'il y a bien un endroit où je ne pensais pas me sentir prof d'une sous-matière, c'était bien ici ...ben non, on te le rappelle encore ..

Alors là... pourquoi cette réaction? heu

Est-il si difficile à admettre que le temps de correction des copies est plus long en français?
C'est un élément parmi d'autres; pourquoi s'en saisir pour faire un raccourci et créer des catégories avec des de "sous-matières", etc. qui implique un jugement de valeur?

Si nous ne sommes pas capables de reconnaître entre nous, et avec bienveillance, les points positifs et les points négatifs de nos quotidiens respectifs, comment voulez-vous que notre hiérarchie, les parents d'élèves et l'opinion publique le fassent?

Perso, cela ne me pose aucun problème d'entendre un prof de langue affirmer que le temps de préparation d'un cours à dominante orale prend plus de temps dans sa matière que dans la mienne.
Il est où, le problème, exactement?

+ 1 santeverre

Anna de Noailles
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes difficultés à enseigner le français

Message par Chocolat le Mer 1 Juin 2011 - 13:52

@sabeth a écrit:La question posée est véritablement intéressante, dommage qu'elle ait tourné vers la question de savoir quelle matière représente le plus de travail pour le professeur (et aux cris d'orfraie qu'une telle comparaison suppose!)
Je vais cependant essayer d'y apporter ma contribution, car j'ai souvent réfléchi à cette question: impossible de faire autrement devant l'ampleur de la tâche...(je parle là de notre premier contact, lorsque nous commençons à enseigner, avec une copie d'élève: on se demande véritablement, devant certaines copies, par quoi commencer...)
Bon, ce qui suit est bien entendu un point de vue tout à fait subjectif!
Enseigner le français me paraît donc effectivement difficile, pour plusieurs raisons qui se recoupent:

- des raisons générales: le français est la base de tout travail écrit, le langage utilisé quotidiennement. Sa mauvaise compréhension, et sa mauvaise maîtrise entraînent des problèmes multiples, que ce soit dans l'institution scolaire - comprendre une consigne, rédiger une réponse, lire un document - et dans la vie future de nos élèves. Nous le savons bien, et nous savons donc à quel point notre responsabilité est lourde. Enfin, ceci est peut-être tout à fait personnel!
De plus, face à certains élèves, on sait bien qu'il est trop tard, ou plutôt que les moyens dont nous disposons ne nous permettrons pas de le remettre à niveau. J'ai par exemple dans une de mes classes de 4e, la plus difficile - et c'est bien entendu lié! - un certain nombre d'élèves illettrés.

- des raisons que je nommerai "normatives": la grammaire, surtout, est fortement normée et normative. Nous devons transmettre la langue juste, la norme de la langue, la règle. Puisque, comme on le sait, les élèves sont de manière générale en crise avec l'autorité - et c'est un mal d'époque, la perte de l'autorité - enseigner l'autorité de la langue est difficile. Il faut montrer sans cesse l'intérêt de respecter les règles - que ce soit dans la langue ou dans d'autres contextes. (Ceci dit, cette difficulté se retrouve dans d'autres matières).

- des raisons sociétales et contextuelles: qu'on le veuille ou non, l'époque est davantage tournée vers la culture visuelle que la culture écrite - d'ailleurs, la culture visuelle de nos élèves est, quoiqu'on en croit ou dise, aussi mauvaise que leur culture écrite : allez leur faire observer un tableau ou une publicité, par exemple, il ne verront pas la moitié et ne saurons pas analyser. Ou alors, si culture écrite il y a, elle est très différente de celle que nous avons connue, qui était essentiellement livresque. Il est donc, je trouve, extrêmement difficile d'enseigner la patience que demande toute lecture de texte un peu long, l'attention voulue par un relevé précis dans un texte...
Nos élèves ont du mal à faire le chemin difficile qu'impose la distance d'un texte d'une autre époque. On y arrive, cependant - j'ai ainsi travaillé Rabelais avec des élèves plutôt faibles - mais comme cela demande de l'énergie!

- des raisons dues à la matière elle-même: en très peu d'heures, nous devons transmettre la littérature, la grammaire, l'orthographe, le vocabulaire, en travaillant la compréhension écrite et orale, l'expression écrite et orale, l'histoire des arts, un peu de méthodologie. Et transmettre rien de moins qu'une "culture humaniste"!! Il est très concrètement difficile, voire impossible, de tenir de tels objectifs avec les horaires matière dont nous disposons. (Et pour ma part, ne jamais parvenir au bout des objectifs fixés, ça me déprime). Qui plus est, il est aussi extrêmement difficile d'articuler ces différentes composantes de la matière "français" de manière satisfaisante (et les programmes ne nous y aident pas toujours, je trouve).

- des raisons que je nommerais "logistiques", beaucoup plus prosaïques : nous travaillons avec des textes, la plupart du temps. Qui dit texte dit supports. Or, nos manuels ne sont souvent pas corrects (hormis quelques exceptions, bien entendu). De plus, rares sont les manuels qui permettent de travailler toutes les composantes de la matière (voir raison ci-dessus) Il nous faut donc photocopier, arranger, chercher, réfléchir à un agencement correct...Tout ceci prend du temps (de manière très concrète parfois: photocopies, découpages, collages me prennent parfois une demi-heure par jour!)
A cela, j'ajouterai la gestion des livres: livres utilisés dans une séquence, à distribuer (que de cartons lourds portés! que d'élèves auquel il faut courir après pour livre non rendu!). S'ils n'existent pas en série, il faut les commander (et alors, dilemme: les faire chercher par les élèves à la librairie, au risque de ne pas les avoir pour le cours? Avancer l'argent?) On y ajoute les lectures cursives (encore une série de plus, multiplié par quatre classes...)
Dans cette catégorie j'ajouterais tout ce qui concerne l'organisation des sorties scolaires (musées, expositions, théâtre, etc.), extrêmement chronophage.

Ceci dit, parmi ces raisons, les collègues d'autres matières se retrouveront sans doute. J'aurai pu y ajouter la longueur des copies - effectivement, c'est long! - mais cela a déjà suffisamment été souligné.


Contribution très intéressante!
Je suis d'accord avec celles qui pensent que cela mérite l'ouverture d'un nouveau fil sur la question.
Et merci à Marie pour son initiative première.

_________________

La réforme du collège décryptée sur un site indépendant et apolitique :
http://www.reformeducollege.fr/

Chocolat
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes difficultés à enseigner le français

Message par frankenstein le Mer 1 Juin 2011 - 13:58

@Anna de Noailles a écrit:certaine!!! yesyes
J'ai un petit doute quand même... Laughing Déjà, je ne crois pas que l'heure de musique au collège le permette ...Puis, avec l'HDA, qu'on le veuille ou non, la description et "l'analyse" (c'est un bien grand mot) mordent forcément sur le temps de la pratique. Non ? (au primaire, certains tombent déjà dans ce travers, souvent des conseillers pédagogiques bien obéissants.)

_________________
Mettez des pouces verts sur : http://www.youtube.com/user/Choristenimes/videos

Si les élections pouvaient changer la société, elles seraient interdites.

frankenstein
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes difficultés à enseigner le français

Message par invitéW le Mer 1 Juin 2011 - 14:08

Juste une précision pour ceux qui sont arrivé ce matin sur le sujet.

À ma demande insistante, le titre a changé. Il faudrait donc en tenir compte...

mes réactions d'hier n'étaient liées qu'au titre choisi.
Je n'ai jamais contesté la longueur des corrections en lettre.




invitéW
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes difficultés à enseigner le français

Message par Angua le Mer 1 Juin 2011 - 14:20

Ce fil m'évoque un tas de réflexions en vrac, car je trouve que plusieurs sujets, pas forcément sans rapport s'y mélangent...

- la question des copies tout d'abord. Certes, une rédaction c'est plus long à corriger que des exercices de telle ou telle matière. Prenons par exemple la SVT (choix non fortuit: je passe du temps cette année en sdp avec deux collègues de SVT qui travaillent ensemble): une copie est beaucoup plus vite corrigée (niveau collège: des questions de cours, des schémas à légender et/ou dessiner, des graphiques à compléter ou bâtir...). Sauf que. Là où j'ai UN paquet, chacune de mes collègues en a 4 ou 5. Moins de temps par copies, oui, mais beaucoup plus de copies, au final... elles ne voient les élèves qu'une ou deux fois par semaine, mais avec le système des groupes, ont chacune plus de 10 groupes différents. Certes, on peut compter les élèves, mais je ne suis pas sûre que le temps de correction global soit moins important qu'en français.

- la question du temps de préparation... mettons qu'on pose une heure (ou une heure et demi) de prépa pour une heure de cours. Un prof de français prépare 4h pour... cas idéal, deux niveaux, nous voilà à 8h (ou 12h) de prép. Le collègue de SVT a de la chance, deux niveaux aussi, à raison d'une heure trente par semaine, le voilà à 3h (ou 4h30) de prép. Moui. Ajoutons la vaisselle, l'installation du matos, le rangement, les courses aux abattoirs... on me dit que le prof de français gère des séries? C'est vrai, mais pas à chaque séance non plus. Oui, ça fait des heures en plus en français, mais l'un dans l'autre... Rolling Eyes
Spoiler:
enfin, avec la disparition des groupes liés à la disparition d'un demi-poste l'an prochain, elles envisagent de beaucoup moins manipuler... peut-on dire pour autant qu'elles auront la belle vie?

- la question de la "pénibilité": j'ai oublié qui parlait du lien avec les classes... je suis tout à fait d'accord. Je préfère de TRES LOIN un gros paquet de rédactions bien pénibles issu d'une classe où j'aurais vu les élèves tirer la langue (si, si, il en reste), où les cours se seront passés dans le calme, à un tas de dictées de la classe puante ou bordélisante. Où les copies seront attendues comme un dû et mes commentaires à peine survolés dans le meilleur des cas. Et cela n'est pas lié à l'enseignement du français.

Pour en revenir à la question de départ, Marie, je rejoins ceux qui ont commencé comme toi et appris à trouver leur rythme au fil des années!

_________________
journalsemilitteraire.over-blog.com

Angua
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes difficultés à enseigner le français

Message par frankenstein le Mer 1 Juin 2011 - 14:22

Will.T a écrit:Juste une précision pour ceux qui sont arrivé ce matin sur le sujet.

À ma demande insistante, le titre a changé. Il faudrait donc en tenir compte...

mes réactions d'hier n'étaient liées qu'au titre choisi.
Je n'ai jamais contesté la longueur des corrections en lettre.



Tu as fini par avouer donc ! Les profs de lettres sont les seuls qui travaillent !
Spoiler:
pas vrai

_________________
Mettez des pouces verts sur : http://www.youtube.com/user/Choristenimes/videos

Si les élections pouvaient changer la société, elles seraient interdites.

frankenstein
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes difficultés à enseigner le français

Message par bellaciao le Mer 1 Juin 2011 - 14:44

Will.T a écrit:Juste une précision pour ceux qui sont arrivé ce matin sur le sujet.

À ma demande insistante, le titre a changé. Il faudrait donc en tenir compte...
mes réactions d'hier n'étaient liées qu'au titre choisi.
Je n'ai jamais contesté la longueur des corrections en lettre.




Justement, j'ai émis le regret que le titre ait changé. Je crois que j'ai répondu pleinement au sujet. Je ne suis pas sûre qu'on avait besoin d'en arriver là.
Mais on peut faire un sujet où l'on parle de la conception des cours en français et en maths, sciences, langues vivantes et toute matière représentée.
Dans le cadre d'un échange et non d'une mise en rivalité (je parle de la manière dont le post a dévié, non de son intention au départ), cela m'intéresse ! yesyes

bellaciao
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes difficultés à enseigner le français

Message par Chocolat le Mer 1 Juin 2011 - 14:54

@bellaciao a écrit:
Will.T a écrit:Juste une précision pour ceux qui sont arrivé ce matin sur le sujet.

À ma demande insistante, le titre a changé. Il faudrait donc en tenir compte...
mes réactions d'hier n'étaient liées qu'au titre choisi.
Je n'ai jamais contesté la longueur des corrections en lettre.



Justement, j'ai émis le regret que le titre ait changé.

Moi aussi (puisque nous passons au confessionnal Razz )

_________________

La réforme du collège décryptée sur un site indépendant et apolitique :
http://www.reformeducollege.fr/

Chocolat
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes difficultés à enseigner le français

Message par invitéW le Mer 1 Juin 2011 - 14:59

@bellaciao a écrit:

Justement, j'ai émis le regret que le titre ait changé. Je crois que j'ai répondu pleinement au sujet. Je ne suis pas sûre qu'on avait besoin d'en arriver là.
Mais on peut faire un sujet où l'on parle de la conception des cours en français et en maths, sciences, langues vivantes et toute matière représentée.
Dans le cadre d'un échange et non d'une mise en rivalité (je parle de la manière dont le post a dévié, non de son intention au départ), cela m'intéresse ! yesyes

Entendons nous bien : je n'ai jamais été contre un tel échange, bien au contraire.
À partir du moment où le titre dérange certains d'entre nous, je pense personnellement que si, on avait besoin d'en changer.
Comme je l'ai dit hier, le titre tel qu'il était "m'agressais" et je n'ai pas à l'être en venant ici.
Vous pouvez parler de politiquement correct si ça vous chante, je m'en fou, mais c'est justement ce politiquement correct qui évite certaines discutions à devenir des discussions de piliers de bar.

Que ça ait tourné à kikifait plus de travail, c'est bien dommage ! Si vous arrivez réellement à comptabiliser votre temps de travail, tant mieux pour vous, moi j'en suis incapable.



invitéW
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes difficultés à enseigner le français

Message par grand duc le Mer 1 Juin 2011 - 15:50

J'ai toujours eu l'impression que l'anglais (et sans doute les autres langues vivantes) était aussi une matière "bâtarde" et donc difficile à enseigner, puisque dans nos cours, nous devons enseigner (de façon plus ou moins complexe selon les niveaux, bien sûr):
- la langue, évidemment, donc sa grammaire (et les notions, basiques comme plus sophistiquées), son vocabulaire, son histoire (étymologie, archaïsmes), ses registres, ses régionalismes etc.
- la traduction (stratégies, réflexion sur les différences structurelles entre les deux langues...)
- la civilisation (actualité du monde anglophone - assez vaste, quand même !)
- la littérature
- la méthodologie de tous les exercices qui peuvent tomber aux différents concours, examens etc
- et puis le français ! Je passe pour ma part beaucoup de temps à revoir des règles de grammaire française (les accords des participes passés, par exemple, ou la différence entre l'imparfait et le passé simple) ou à expliquer du vocabulaire...
- et - mais je pense que c'est plus fréquent dans le secondaire - l'analyse d'images (je ne suis pas spécialiste en interprétation des tableaux, même si ça m'intéresse) et de films.

Tout ça en bien peu d'heures ! D'où un sentiment assez fréquent de frustration et d'insatisfaction, d'ailleurs : trop de choses à voir, et pas assez de temps, et une impression permanente de tout faire superficiellement Sad Surtout que bien souvent, les élèves ou étudiants ne comprennent pas bien quand on leur parle en anglais, donc pour faire passer des idées complexes...

Et je jalouse souvent les professeurs de lettres ou d'histoire (deux matières que j'ai aimées en tant qu'élève) : je me dis souvent que leur travail doit être plus simple, moins éparpillé, plus intéressant... Smile Et qu'on les respecte bien plus.

Et puisqu'un des sujets principaux était les copies, je dois avouer que c'est précisément ce qui me prend le plus de temps, hélas, dans une semaine de travail.

grand duc
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes difficultés à enseigner le français

Message par Pili le Mer 1 Juin 2011 - 16:44

@Chocolat a écrit:
@Pili a écrit:
S'il y a bien un endroit où je ne pensais pas me sentir prof d'une sous-matière, c'était bien ici ...ben non, on te le rappelle encore ..

Alors là... pourquoi cette réaction? heu

Est-il si difficile à admettre que le temps de correction des copies est plus long en français?
C'est un élément parmi d'autres; pourquoi s'en saisir pour faire un raccourci et créer des catégories avec des de "sous-matières", etc. qui implique un jugement de valeur?

Si nous ne sommes pas capables de reconnaître entre nous, et avec bienveillance, les points positifs et les points négatifs de nos quotidiens respectifs, comment voulez-vous que notre hiérarchie, les parents d'élèves et l'opinion publique le fassent?

Perso, cela ne me pose aucun problème d'entendre un prof de langue affirmer que le temps de préparation d'un cours à dominante orale prend plus de temps dans sa matière que dans la mienne.
Il est où, le problème, exactement?

Je crois que ce qui me gêne profondement c'est de vouloir comparer les matières, moi je considère qu'on est tous dans le même bateau, (la même galère ? Wink ) et je ne vois pas l'intérêt de dire que l'herbe est plus belle chez les autres ..d'autant plus que les généralités sont fausses ...
Parmi l'ensemble des profs , vous trouverez des tires au flanc et des personnes très consciencieuses, certains qui bossent tous les soirs, et d'autres qui ne font quasi rien, des collègues qui font des évaluations très très régulièrement, d'autres qui se contentent du minimum ...et je suis persuadée que ça n'a RIEN à voir avec la matière enseignée.

Le message de Grand Duc est juste sur les contenus de la LV(il faudrait même ajouter une obligation de notes pour 4 voire 5 sous-matières ), mais je trouve dommage d'en arriver là, et de devoir expliquer aux autres que ...chez nous aussi, c'est complexe, chez nous aussi, on s'en pose des questions.

Voilà mon état d'esprit en suivant ce post.

Pili
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum