Les grandes écoles s’inquiètent des conséquences de la réforme du lycée

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les grandes écoles s’inquiètent des conséquences de la réforme du lycée

Message par malcolm le Mar 21 Juin 2011 - 20:32

Les grandes écoles s’inquiètent des conséquences de la réforme du lycée

Pierre Tapie, président de la Conférence des grandes écoles.
Les grandes écoles tirent la sonnette d'alarme : elles estiment que la réforme du lycée, appliquée en seconde en 2010 et en première en 2011 (avant les terminales en 2012), pourrait encore dégrader le niveau des élèves.
L'un des points qui les inquiètent particulièrement, c'est le niveau scientifique des futurs bacheliers. « Il est dangereux de revoir gravement à la baisse les exigences » en sciences, a déclaré Pierre Tapie, président de la Conférence des grandes écoles (CGE), lors d'une conférence de presse, mardi 21 juin. Selon le directeur général de l'Essec, « on perd 3 heures de sciences en tout en première et en terminale avec la réforme ».

Or, le niveau des élèves français n'est déjà pas brillant, rappelle-t-il : « La France est passée de la 17e à la 22e place entre 2003 et 2009 dans les enquêtes PISA [conduites tous les trois ans par l'OCDE auprès d'un grand nombre de pays pour déterminer le niveau des jeunes de 15 ans] . Comme grande école, on ne peut qu'en être consterné. D'autant que l'on constate une perte de compétences aussi bien chez les plus forts que chez les plus faibles. A l'entrée en 6e, les "illettrés mathématiques" sont passés de 12 % à 18 %. C'est terrifiant. »

Des bacheliers mal préparés au supérieur

La CGE s'inquiète en outre de ce que l'autonomie des établissements n'accroisse les écarts. « Cela pourrait amener, prévoit M. Tapie, à ce que le nombre d'heures de sciences par semaine soit supérieur de quatre heures dans un grand lycée de centre ville par rapport à un lycée défavorisé. On ne veut pas se retrouver, dans dix ans, avec une ségrégation renforcée. »

Et il n'y a pas que le niveau en sciences qui préoccupe les grandes écoles, même si le contexte est ici marqué par une désaffection des jeunes pour les études et les métiers scientifiques. Le niveau général est en danger, prévient la CGE. « Le taux d'échec ou d'abandon a augmenté dans le premier cycle des écoles, assure M. Tapie. Il peut atteindre 20 % dans certaines d'entre elles. Les bacheliers manquent en effet de préparation et d'aptitude à l'enseignement supérieur. »

"La main à la pâte" à l'index

Alors, que faire ? La CGE présentera des propositions en septembre. Mais elle condamne d'ores et déjà la baisse du nombre d'heures de sciences et met en garde contre « une application systématique de la Main à la pâte ». Ce dispositif expérimental que le ministre de l'éducation nationale veut étendre consiste à aborder les sciences avec les élèves par l'expérimentation. Si l'on fait cela, « en oubliant la puissance de la formalisation mathématique, on va encore dégringoler dans PISA ».

Elle prône également le retour d'une « filière littéraire d'élite avec des maths » et déplore qu'il soit « interdit aux scientifiques de faire du latin et du grec. Ce n'est pas comme ça que l'on fera des gens cultivés ! Il ne faut pas gérer les gens à haut potentiel en les enfermant dans des cases. C'est comme ça que l'on fait baisser tout le monde. »

Benoît Floc'h
http://lemonde-educ.blog.lemonde.fr/2011/06/21/les-grandes-ecoles-sinquietent-des-consequences-de-la-reforme-du-lycee/
-----------------------------------

Enfin quelqu'un qui pointe le danger qu'il y a à généraliser le principe de "la main à la pâte" qui consiste à faire de la science uniquement par l'expérimentation pour que cela soit plus "ludique".

Il est impossible de faire de la science sans formalisme mathématiques et cela ne s'adapte pas trop à la mode du tout ludique!

malcolm
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les grandes écoles s’inquiètent des conséquences de la réforme du lycée

Message par Igniatius le Mar 21 Juin 2011 - 20:38

Eh oui, voilà des propos inquiétants mais pleins de bon sens.
Les inspections ont fait le choix idéologique de renoncer à proclamer l'importance des mathématiques, et de refuser leur enseignement rigoureux.

Les effets s'en font déjà fortement sentir, et ce n'est que le début.

Concernant la filière littéraire : 80% des instits proviennent de filières littéraires, nous allons donc au devant d'un autre problème.
La plupart des futurs instits n'auront plus qu'une formation scientifique lamentable, et nous allons donc même détruire la formation des petits, sans que les principaux intervenants ne s'en rendent seulement compte.

Et la France a besoin de scientifiques.

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson

Igniatius
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les grandes écoles s’inquiètent des conséquences de la réforme du lycée

Message par JPhMM le Mar 21 Juin 2011 - 20:45

@Igniatius a écrit:Concernant la filière littéraire : 80% des instits proviennent de filières littéraires, nous allons donc au devant d'un autre problème.
La plupart des futurs instits n'auront plus qu'une formation scientifique lamentable, et nous allons donc même détruire la formation des petits, sans que les principaux intervenants ne s'en rendent seulement compte.
Et oui, Ouroboros...
En clair : on est pas sortis du lac...

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les grandes écoles s’inquiètent des conséquences de la réforme du lycée

Message par seawet le Mar 21 Juin 2011 - 20:47

"Les grandes écoles s’inquiètent des conséquences de la réforme du lycée"

Trop tard ...

seawet
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les grandes écoles s’inquiètent des conséquences de la réforme du lycée

Message par JPhMM le Mar 21 Juin 2011 - 20:49

Les profs de fac aussi.
Trop tard...

Les sociétés savantes aussi.
Trop tard...

Enfin, ne soyons pas trop sévères.
Tous ceux-là ont hurlé leur désapprobation au ministre, plusieurs fois, depuis quelque temps. Il a répondu, en substance : "Circulez, y a rien à voir..."

On en est tous au même point : attendre que le système implose (ce qui ne devrait pas trop tarder, je crois).

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les grandes écoles s’inquiètent des conséquences de la réforme du lycée

Message par Marie Laetitia le Mar 21 Juin 2011 - 20:55

@Igniatius a écrit:Eh oui, voilà des propos inquiétants mais pleins de bon sens.
Les inspections ont fait le choix idéologique de renoncer à proclamer l'importance des mathématiques, et de refuser leur enseignement rigoureux.

Les effets s'en font déjà fortement sentir, et ce n'est que le début.

Concernant la filière littéraire : 80% des instits proviennent de filières littéraires, nous allons donc au devant d'un autre problème.
La plupart des futurs instits n'auront plus qu'une formation scientifique lamentable, et nous allons donc même détruire la formation des petits, sans que les principaux intervenants ne s'en rendent seulement compte.

Et la France a besoin de scientifiques.

topela mais la situation est déjà catastrophique en écoles d'ingénieur depuis plusieurs années... (mon mari fait cours de temps en temps à Centrale, il en revient à chaque fois atterré)

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les grandes écoles s’inquiètent des conséquences de la réforme du lycée

Message par Igniatius le Mar 21 Juin 2011 - 20:59

C'est certain : je colle en prépa, l'intelligence est là, mais plus la maîtrise, et, par suite, ça rejaillit sur l'intelligence. Leur niveau de formation après la sup n'est plus du tout le même.
Les profs de prépa s'en inquiètent vraiment fortement.

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson

Igniatius
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les grandes écoles s’inquiètent des conséquences de la réforme du lycée

Message par JPhMM le Mar 21 Juin 2011 - 21:00

@Igniatius a écrit:C'est certain : je colle en prépa, l'intelligence est là, mais plus la maîtrise, et, par suite, ça rejaillit sur l'intelligence. Leur niveau de formation après la sup n'est plus du tout le même.
Les profs de prépa s'en inquiètent vraiment fortement.
Les profs de fac ne s'en inquiètent même plus. Ils pleurent.
Ainsi : apparition de cours de logique traditionnelle dans de nombreux cursus de maths, en L1, et autres joyeusetés.


Dernière édition par JPhMM le Mar 21 Juin 2011 - 21:01, édité 1 fois

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les grandes écoles s’inquiètent des conséquences de la réforme du lycée

Message par sand le Mar 21 Juin 2011 - 21:01

Qu'ils le crient !!!

sand
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les grandes écoles s’inquiètent des conséquences de la réforme du lycée

Message par doctor who le Mar 21 Juin 2011 - 21:02

Le diagnostic des profs de prépa et de grandes écoles est déterminant : ceux qui y enseignent ont la fine fleur des jeunes français, pour certains depuis maintes années, et on NE PEUT PAS critiquer leur diagnostic concernant le niveau qui baisse (tout du moins, pour cette fine fleur-là).

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les grandes écoles s’inquiètent des conséquences de la réforme du lycée

Message par JPhMM le Mar 21 Juin 2011 - 21:03

Baisse considérable du niveau des acquis (je n'ai pas dit "niveau des étudiants", ce n'est pas tout à fait la même chose) + baisse considérable du nombre des étudiants (en particulier en Master) = crise majeure prochaine probable.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les grandes écoles s’inquiètent des conséquences de la réforme du lycée

Message par Lornet le Mar 21 Juin 2011 - 21:05

@Igniatius a écrit:

Concernant la filière littéraire : 80% des instits proviennent de filières littéraires, nous allons donc au devant d'un autre problème.
La plupart des futurs instits n'auront plus qu'une formation scientifique lamentable, et nous allons donc même détruire la formation des petits, sans que les principaux intervenants ne s'en rendent seulement compte.

Et la France a besoin de scientifiques.

Ben...Comment dire ?
Au vu des compétences littéraires de mes 6e, si c'est pire en maths, je compatis. pale

_________________
Ma nouvelle parue dans un recueil en faveur de Handicap International :  http://www.anywayeditions.com/…/decou…/je-tu-ils-nous-ebook/
Ma page pro Facebook : https://www.facebook.com/lectiole.blogspot.fr

Mon roman à paraître le 3 juillet 2017 :
Spoiler:

Lornet
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les grandes écoles s’inquiètent des conséquences de la réforme du lycée

Message par Igniatius le Mar 21 Juin 2011 - 21:05

@doctor who a écrit:Le diagnostic des profs de prépa et de grandes écoles est déterminant : ceux qui y enseignent ont la fine fleur des jeunes français, pour certains depuis maintes années, et on NE PEUT PAS critiquer leur diagnostic concernant le niveau qui baisse (tout du moins, pour cette fine fleur-là).


Si, si, l'inspection le peut.
C'est même à ça qu'on la reconnaît...

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson

Igniatius
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les grandes écoles s’inquiètent des conséquences de la réforme du lycée

Message par Iphigénie le Mar 21 Juin 2011 - 21:07

De toute façon si vous avez lu un très récent B.O, (ouverture à l'entrée, passage de droit en deuxième année et limitation des cubes) les prépas sentent le roussi elles aussi....

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les grandes écoles s’inquiètent des conséquences de la réforme du lycée

Message par JPhMM le Mar 21 Juin 2011 - 21:07

@doctor who a écrit:Le diagnostic des profs de prépa et de grandes écoles est déterminant : ceux qui y enseignent ont la fine fleur des jeunes français, pour certains depuis maintes années, et on NE PEUT PAS critiquer leur diagnostic concernant le niveau qui baisse (tout du moins, pour cette fine fleur-là).
Jusqu'à présent, à chaque fois qu'un événement a provoqué la révolte d'X, la politique française en a été bouleversée. On peut faire toutes les critiques qu'on veut sur X, cette école est l'un des prétoriens de la République. Qu'ils hurlent leur colère, et les choses vont bouger. Si ce n'est pas le cas, il ne nous restera qu'à constater la ruine.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les grandes écoles s’inquiètent des conséquences de la réforme du lycée

Message par Rikki le Mar 21 Juin 2011 - 21:08

Mon fils est en école d'ingénieur. Il a fait une prépa intégrée. Dans sa classe, de nombreux étudiants sont marocains (accords entre cette fac et le Maroc et le Portugal, mais bizarrement il n'y a pas de Portugais).

Eh bien, il me dit que les Marocains ont un niveau en maths deux ou trois fois lpus élevé que le leur !

Mon fils n'est pas forcément une lumière, et ce n'est pas un gros bosseur, mais bon, statistiquement, ça l'a frappé de voir à quel point les Français — y compris le nombre importants de beurs parmi eux, au cas où quelqu'un serait tenté d'y voir une origine ethnico-génético-mystérieuse — sont à la ramasse par rapport aux autres...

_________________
mon site sur l'écriture : www.ecritureparis.fr

Rikki
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les grandes écoles s’inquiètent des conséquences de la réforme du lycée

Message par Igniatius le Mar 21 Juin 2011 - 21:08

@Lornet a écrit:
@Igniatius a écrit:

Concernant la filière littéraire : 80% des instits proviennent de filières littéraires, nous allons donc au devant d'un autre problème.
La plupart des futurs instits n'auront plus qu'une formation scientifique lamentable, et nous allons donc même détruire la formation des petits, sans que les principaux intervenants ne s'en rendent seulement compte.

Et la France a besoin de scientifiques.

Ben...Comment dire ?
Au vu des compétences littéraires de mes 6e, si c'est pire en maths, je compatis. pale

Comme je le dis fréquemment, je pense que le français a vécu sa "révolution copernicienne" il y a une douzaine d'années : on a arrêté d'enseigner orthographe, grammaire, conjugaison et syntaxe.
Je ne parle pas du résultat, on le connaît.
Les maths sont en train de vivre le même changement de paradigme: on considère désormais que le calcul n'est qu'anecdotique.
Je crois qu'on arrive très vite à quelque chose de pire en maths en effet.

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson

Igniatius
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les grandes écoles s’inquiètent des conséquences de la réforme du lycée

Message par Igniatius le Mar 21 Juin 2011 - 21:09

@Rikki a écrit:Mon fils est en école d'ingénieur. Il a fait une prépa intégrée. Dans sa classe, de nombreux étudiants sont marocains (accords entre cette fac et le Maroc et le Portugal, mais bizarrement il n'y a pas de Portugais).

Eh bien, il me dit que les Marocains ont un niveau en maths deux ou trois fois lpus élevé que le leur !

Mon fils n'est pas forcément une lumière, et ce n'est pas un gros bosseur, mais bon, statistiquement, ça l'a frappé de voir à quel point les Français — y compris le nombre importants de beurs parmi eux, au cas où quelqu'un serait tenté d'y voir une origine ethnico-génético-mystérieuse — sont à la ramasse par rapport aux autres...

Sans aucune surprise : les survivances de l'école républicaine à l'étranger, combinées au fait que ton fils rencontre l'élite de ces pays.

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson

Igniatius
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les grandes écoles s’inquiètent des conséquences de la réforme du lycée

Message par JPhMM le Mar 21 Juin 2011 - 21:14

@Igniatius a écrit:Comme je le dis fréquemment, je pense que le français a vécu sa "révolution copernicienne" il y a une douzaine d'années : on a arrêté d'enseigner orthographe, grammaire, conjugaison et syntaxe.
Je ne parle pas du résultat, on le connaît.
Les maths sont en train de vivre le même changement de paradigme: on considère désormais que le calcul n'est qu'anecdotique.
Je crois qu'on arrive très vite à quelque chose de pire en maths en effet.
En fait, c'est pas nouveau.
Pour le dire autrement, c'est pire à chaque génération.
Un indice en mathématiques : on considérait lors de leur première parution que les Elements de Mathématiques de Bourbaki étaient destinés aux Bac+2 (dixit le groupe Bourbaki lui-même). Lorsque j'étais étudiant, on considérait que cela s'adressait aux Bac+4. Aujourd'hui, j'ai entendu dire qu'un Bac+5 était nécessaire. Et dans cinq ans ?
En mathématiques, on a l'avantage d'avoir une jauge. Mais le résultat fait peur.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les grandes écoles s’inquiètent des conséquences de la réforme du lycée

Message par sand le Mar 21 Juin 2011 - 21:16

@Igniatius a écrit:Comme je le dis fréquemment, je pense que le français a vécu sa "révolution copernicienne" il y a une douzaine d'années : on a arrêté d'enseigner orthographe, grammaire, conjugaison et syntaxe.
Eh dis donc, on est plus nombreux que tu le penses à faire notre travail correctement !
Spoiler:
Mangeur de galettes !


Dernière édition par sand le Mar 21 Juin 2011 - 21:25, édité 1 fois

sand
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les grandes écoles s’inquiètent des conséquences de la réforme du lycée

Message par Lornet le Mar 21 Juin 2011 - 21:18

@Igniatius a écrit:
@Lornet a écrit:
@Igniatius a écrit:

Concernant la filière littéraire : 80% des instits proviennent de filières littéraires, nous allons donc au devant d'un autre problème.
La plupart des futurs instits n'auront plus qu'une formation scientifique lamentable, et nous allons donc même détruire la formation des petits, sans que les principaux intervenants ne s'en rendent seulement compte.

Et la France a besoin de scientifiques.

Ben...Comment dire ?
Au vu des compétences littéraires de mes 6e, si c'est pire en maths, je compatis. pale

Comme je le dis fréquemment, je pense que le français a vécu sa "révolution copernicienne" il y a une douzaine d'années : on a arrêté d'enseigner orthographe, grammaire, conjugaison et syntaxe.
Je ne parle pas du résultat, on le connaît.
Les maths sont en train de vivre le même changement de paradigme: on considère désormais que le calcul n'est qu'anecdotique.
Je crois qu'on arrive très vite à quelque chose de pire en maths en effet.

Si tout fout le camp...Déjà qu'on est les derniers en LV ! humhum
Mais en quoi brille-t-on, au juste ? scratch

_________________
Ma nouvelle parue dans un recueil en faveur de Handicap International :  http://www.anywayeditions.com/…/decou…/je-tu-ils-nous-ebook/
Ma page pro Facebook : https://www.facebook.com/lectiole.blogspot.fr

Mon roman à paraître le 3 juillet 2017 :
Spoiler:

Lornet
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les grandes écoles s’inquiètent des conséquences de la réforme du lycée

Message par JPhMM le Mar 21 Juin 2011 - 21:20

@Lornet a écrit:Si tout fout le camp...Déjà qu'on est les derniers en LV ! humhum
Mais en quoi brille-t-on, au juste ? scratch
Alors ça, à mon avis c'est une vaste fumisterie.
Les derniers ?
Quelle langue étrangère parlent les Anglais ? les Américains ? les Australiens ? les Chinois ? ah oui, vraiment, les 900 millions de paysans chinois parlent anglais ou une autre langue étrangère ? et les Russes ? et les Japonais ? ...

Oui, d'accord, les Hollandais parlent plusieurs langues. Les Suisses aussi. Mieux que nous. Mais les autres ?
Mais cela fait-il de nous les derniers ? c'est-à-dire derrière TOUS LES AUTRES ? hum hum... vaste fumisterie je vous dis...

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les grandes écoles s’inquiètent des conséquences de la réforme du lycée

Message par Schéhérazade le Mar 21 Juin 2011 - 21:24

L' anecdote de Rikki est très éclairante. La solution de survie pour les professeurs français qui souhaitent encore enseigner serait-elle de chercher des postes dans les écoles francophones au Maghreb, en Afrique, dans les lieux où l'on prend à peu près les études et l' avenir de la jeunesse au sérieux? enfin, de la jeunesse qui peut accéder à ces écoles...

Schéhérazade
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les grandes écoles s’inquiètent des conséquences de la réforme du lycée

Message par Ruthven le Mar 21 Juin 2011 - 21:29

@JPhMM a écrit:
On en est tous au même point : attendre que le système implose (ce qui ne devrait pas trop tarder, je crois).

Pas d'implosion, pas de révolution, pas d'effondrement, simplement mutation du système en centre de loisir culturel avec renoncement obligé à toute forme d'exigence ; le supérieur se chargera de leur formation. Si on maintient ses exigences, on va entrer dans une position schizophrènique intenable sur la durée. J'ai déjà entendu mes collègues de maths dire ouvertement qu'ils allaient devoir baisser leurs exigences sous peine de ne pas pouvoir tenir, j'ai vu ce qui m'est arrivé en L face à un public incapable de comprendre ce que j'attendais d'eux.

Ruthven
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les grandes écoles s’inquiètent des conséquences de la réforme du lycée

Message par Filnydar le Mar 21 Juin 2011 - 21:30

Ce qui me fait le plus peur dans les nouveaux programmes de maths, c'est qu'ils sont complètement déconnectés de la physique : plus de barycentres, plus d'équations différentielles, moins de nombres complexes...

Comment cela va-t-il influer sur les programmes de physique de Terminale ?

Les collègues de sciences de l'ingénieur vont aussi rigoler : ils commencent en sup par des transformées de Laplace. Comment vont-ils faire sans intégration par parties ?

Actuellement, les programmes de sup commencent par une remise à plat des techniques mathématiques nécessaires aux autres sciences. Dans ma section (j'étais en PCSI, je passe en PSI), l'IG estime qu'il faut y passer une dizaine de semaines. D'ici qu'il faille y passer toute l'année...


Dernière édition par Filnydar le Mar 21 Juin 2011 - 21:33, édité 1 fois

Filnydar
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum