Ma collègue bordélisée et moi

Page 4 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Ma collègue bordélisée et moi

Message par Trinity le Ven 24 Juin 2011 - 22:21

J'ai connu le "il n'y a qu'avec toi que ça ne va pas"... ma première année. Je n'avais donc aucun recul, aucun point de comparaison pour relativiser.

J'étais tzr à l'année sur trois établissements de trois communes différentes (dont une à 30 bornes des deux autres, limitrophes, elles). Je bossais sur six jours : deux collèges étaient ouverts le mercredi et le dernier le samedi. Je ne faisais que passer des ces collèges et ne croisait que peu mes collègues.

Dans le collège de centre-ville, rien ne filtrait, tout allait bien pour tout le monde apparemment. J'ai laissé des messages d'alerte au pp d'une des classes et je n'ai jamais eu de réponse. Premier conseil de classe, le choc. C'était le foutoir dans tous les cours sauf chez ce monsieur pp. On s'est littéralement fait pourrir par le PA (devant les délégués de cette classe de merdeux) parce que "ce n'est pas à un conseil de classe qu'il doit entendre parler de tout ça, personne n'avait rien dit avant" !!! Ben si. On était en fait plusieurs à avoir laissé des mots dans le casier du pp mais il s'était bien gardé d'en parler à qui que ce soit. Résultat : zéro en crédibilité pour nous mais un soulagement énorme.

Maintenant, je suis en zep depuis 5 ans et... j'échangerai pas ma zep contre trois barils de centre-ville !! Ici, même si l'ambiance n'est pas toujours au beau fixe en SdP, on communique. De vive voix, par petits mots et, ô magie, en temps réel avec l'ent. Ça change tout. Sauf les gosses (qui arrivent à nous saccager nos cours mais pas, ou rarement, à nous casser le moral).

Trinity
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma collègue bordélisée et moi

Message par Invité le Ven 24 Juin 2011 - 22:23

J'ai les mêmes soucis avec une collègue, qui se fait bordéliser depuis toujours. Même les élèves de primaire connaissent sa réputation avant d'arriver au collège ....

Mais le problème, c'est qu'elle intervient dans nos cours si elle estime qu'il y a trop de bruit (alors que je ne m'entends plus parler quand je suis à côté d'elle ...), qu'elle nous demande de l'aide mais qu'en fait elle n'écoute les conseils de personne. On avait même réussi à lui faire prendre un rdv au rectorat pour une reconversion mais elle a annulé au dernier moment.

Et elle est en grande souffrance dans tout cela et nous, on ne sait plus quoi faire !
Petits exemples de cette semaine : les élèves piquent la télécommande du vidéoprojecteur et la jettent d'un bout à l'autre de la classe, avec la collègue qui court de droite à gauche ... certains qui lui piquent toutes les craies pour se faire des batailles (et ils me disent : on a pourri la salle de 15 h à 16 h, mais comme vous y étiez après, on a nettoyé pour vous ...), ils sortent des pistolets à billes pour tirer sur le tableau...

On est totalement démuni face à cela et l'administration refuse maintenant d'intervenir, à force de se faire renvoyer dans les cordes. No

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma collègue bordélisée et moi

Message par Audrey le Ven 24 Juin 2011 - 22:24

Cette année, chaque devoir type brevet en classe de mes 3è a été perturbé par le bordel qui régnait dans le cours de maths de ma collègue: je suis intervenue à chaque fois. Pas une seule fois de l'année mes élèves n'ont pu faire leur devoir sereinement en 1h30, j'ai systématiquement utilisé mes deux heures de cours: heureusement qu'il y a eu les brevets blancs pour les entraîner à gérer leur temps et leur concentration...

_________________
B.V., aka Beuglato Vociferature,
Irae Laudatrix pour les cérémonies en son honneur,
Divinité Tarpéienne dont le culte subsiste en Bresse.
Elle protège les orateurs et les sophistes pro-Bayrou.
On peut invoquer sa fureur en lui sacrifiant des laitues vierges.
Identifiée à Boudicca, elle est représentée sur un char Clio orné de noeuds rouges en tulle.

Signez la pétition pour sauver les langues anciennes! Clic!

Audrey
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma collègue bordélisée et moi

Message par Cath le Ven 24 Juin 2011 - 22:24

Al, Lornet et les autres, vos témoignages sont très émouvants. Et c'est vrai que quand on entend un collègue en difficulté, on ne sait pas quoi faire: on ne fait rien, on est indifférent, on intervient et c'est une ingérence.
Permettez-nous aussi de vous aider en osant demander de l'aide quand vous sentez que c'est "trop".

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma collègue bordélisée et moi

Message par Trinity le Ven 24 Juin 2011 - 22:25

@Anna de Noailles a écrit:
Cripure a écrit:
@Anna de Noailles a écrit:les petits sont difficiles dans les bahuts sensibles souvent. Chez nous, ce sont les 6è les pires.
Continuons à leur faire des journées apéro d'accueil quand ils sont au CM2... Suspect

on s'étonne après qu'ils soient à l'aise et comme chez eux une semaine après la rentrée!

Même chose ici. Et avec le même résultat. humhum

_________________
"Deux choses sont infinies : l'Univers et la bêtise humaine. Mais en ce qui concerne l'Univers, je n'en ai pas encore acquis la certitude absolue." Albert Einstein


Trinity
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma collègue bordélisée et moi

Message par Anna de Noailles le Ven 24 Juin 2011 - 22:28

@La Jabotte a écrit:Anna de Noailles, je ne suis pas tout à fait d'accord. Parce qu'une heure de bordel dans la classe d'à côté, de temps en temps, ça passe. Mais quand je sais que ça me ruine systématiquement la même heure de cours du même jour pour la même classe, non, ce n'est pas tolérable.
Et d'une, certains collègue ne se remettent absolument pas en question.
Et de deux, certains collègues se remettent en question et ne savent plus que faire, et ça ne sert à rien de les laisser patauger. Le mieux est alors d'en parler avec eux pour expliquer : la prochaine fois, j'interviendrai, et tu n'auras qu'à envoyer un ou deux durs dans ma classe. Bien sûr, ça n'aide pas à poser une autorité mais en même temps, il me semble que l'autorité ne s'est de toute façon pas posée. Et je ne vois pas pourquoi je ferais semblant de ne pas entendre et de laisser souffrir mon collègue d'à côté.
Je ne pense pas que je serais intervenue dans les classes de Lornet, parce que ce qu'il décrit ressemble à du bruit, pas à un foutoir apocalyptique.
En revanche, il y a des moments où moi, je ne peux plus. Je ne supporte pas les chuchotements dans ma classe, je ne vois pas pourquoi j'aurais à supporter des injures, des hurlements, des cris de singe, de l'autre côté du mur.

Alors je disais juste que ce n'est pas notre rôle en tant qu'enseignant d'aller faire la police dans la classe d'à côté en faisant irruption sans crier gare, mettant le collègue encore plus en difficulté. Je peux en parler, je supporte 18h ma collègue qui est dans ce cas et qui accepte le bruit, partant du principe que ça ne la dérange pas. En revanche, je crois que tu n'as pas très bien lu, ou que je me suis mal fait comprendre, j'ai dit qu'on peut en parler, car en somme on n'a pas à supporter cela en effet. On peut proposer son aide en prenant quelques perturbateurs (je le fais souvent dans l'année) . Ce qui me gène c'est la forme pas le fond parce que le fait d'intervenir va faire taire les élèves sur le coup mais ne va rien arranger. La fois d'après ce sera reparti. Le problème est plus profond. Et quelle image ces collègues ont-ils d'eux et face aux élèves quand ce type de situation arrive? Il faut y penser. Je pense qu'à la vérité beaucoup de profs devraient faire autre chose ou en tout cas qu'on devrait former davantage les enseignants à la gestion de classe qui fait partie intégrante du job aujourd'hui.

Anna de Noailles
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma collègue bordélisée et moi

Message par Trinity le Ven 24 Juin 2011 - 22:31

@Anna de Noailles a écrit:
Alors je disais juste que ce n'est pas notre rôle en tant qu'enseignant d'aller faire la police dans la classe d'à côté en faisant irruption sans crier gare, mettant le collègue encore plus en difficulté. Je peux en parler, je supporte 18h ma collègue qui est dans ce cas et qui accepte le bruit, partant du principe que ça ne la dérange pas. En revanche, je crois que tu n'as pas très bien lu, ou que je me suis mal fait comprendre, j'ai dit qu'on peut en parler, car en somme on n'a pas à supporter cela en effet. On peut proposer son aide en prenant quelques perturbateurs (je le fais souvent dans l'année) . Ce qui me gène c'est la forme pas le fond parce que le fait d'intervenir va faire taire les élèves sur le coup mais ne va rien arranger. La fois d'après ce sera reparti. Le problème est plus profond. Et quelle image ces collègues ont-ils d'eux et face aux élèves quand ce type de situation arrive? Il faut y penser. Je pense qu'à la vérité beaucoup de profs devraient faire autre chose ou en tout cas qu'on devrait former davantage les enseignants à la gestion de classe qui fait partie intégrante du job aujourd'hui.

+1
Mais j'ajoute quand même un mdr : il faudrait commencer par les former tout court.

_________________
"Deux choses sont infinies : l'Univers et la bêtise humaine. Mais en ce qui concerne l'Univers, je n'en ai pas encore acquis la certitude absolue." Albert Einstein


Trinity
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma collègue bordélisée et moi

Message par Anna de Noailles le Ven 24 Juin 2011 - 22:35

Noetiote a écrit:
@Anna de Noailles a écrit:
Alors je disais juste que ce n'est pas notre rôle en tant qu'enseignant d'aller faire la police dans la classe d'à côté en faisant irruption sans crier gare, mettant le collègue encore plus en difficulté. Je peux en parler, je supporte 18h ma collègue qui est dans ce cas et qui accepte le bruit, partant du principe que ça ne la dérange pas. En revanche, je crois que tu n'as pas très bien lu, ou que je me suis mal fait comprendre, j'ai dit qu'on peut en parler, car en somme on n'a pas à supporter cela en effet. On peut proposer son aide en prenant quelques perturbateurs (je le fais souvent dans l'année) . Ce qui me gène c'est la forme pas le fond parce que le fait d'intervenir va faire taire les élèves sur le coup mais ne va rien arranger. La fois d'après ce sera reparti. Le problème est plus profond. Et quelle image ces collègues ont-ils d'eux et face aux élèves quand ce type de situation arrive? Il faut y penser. Je pense qu'à la vérité beaucoup de profs devraient faire autre chose ou en tout cas qu'on devrait former davantage les enseignants à la gestion de classe qui fait partie intégrante du job aujourd'hui.

+1
Mais j'ajoute quand même un mdr : il faudrait commencer par les former tout court.

Oui les former dès la 1ère année avec un tuteur impliqué et bienveillant qui aurait une décharge de 2 h par semaine pour aller observer le stagiaire par exemple et faire de l'analyse de pratique. Il serait là pour le conseiller et lui donner des astuces en cas de difficultés. Je ne parle pas q'un tuteur donneur de leçon comme il y en a trop mais une personne bienveillante qui serait là pour "élever" le stagiaire et l'accompagner dans l'apprentissage de la pratique de la classe car c'est un métier! Le recrutement disciplinaire est un gage de qualité intellectuel mais aucunement pratique! Le problème est là en somme. Nous sommes enseignants mais aussi éducateurs et on ne peut prendre l'un sans l'autre , en tout cas dans le type d'établissement où je bosse.


Dernière édition par Anna de Noailles le Ven 24 Juin 2011 - 22:40, édité 1 fois

Anna de Noailles
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma collègue bordélisée et moi

Message par Reine Margot le Ven 24 Juin 2011 - 22:35

vi, mais il y a des choses qui ne s'apprennent pas en formation. On aime le contact avec les élèves ou pas, on a confiance en soi ou pas, de la répartie ou pas...

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma collègue bordélisée et moi

Message par Carabas le Ven 24 Juin 2011 - 22:38

Est-ce que cela s'apprend? Vous étiez majoritaires à dire "non", lors d'un sondage que j'avais lancé.

@Anna de Noailles a écrit:Oui les former dès la 1ère année avec un tuteur impliqué et bienveillant qui aurait une décharge de 2 h par semaine pour aller observer le stagiaire par exemple et faire de l'analyse de pratique. Il serait là pour le conseiller et lui donner des astuces en cas de difficultés.
Tout à fait.
Et un peu moins d'idéologie, aussi.

_________________
Les chances uniques sur un million se réalisent neuf fois sur dix.

Terry Pratchett

Rejeter le socialisme parce que tant de socialistes sont des gens lamentables équivaut à refuser de prendre le train sous prétexte que le contrôleur a une tête qui ne vous revient pas.

George Orwell

Carabas
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma collègue bordélisée et moi

Message par Invité le Ven 24 Juin 2011 - 22:39

@Reine Margot a écrit:Al, j'ai l'impression de me retrouver énormément dans ce que tu dis. Je suis également exigeante dans mes cours (et je fais peu de trucs "amusants", cette année une mère de 6e m'a reproché de ne faire étudier que des classiques, que les élèves s'ennuyaient...), et je n'aime pas non plus l'aspect affectif de l'enseignement en collège.
cette année et 'lannée dernière ont été dures (enfin surtout l'an dernier), cette année les élèves m'ont fait sentir qu'ils ne m'aimaient pas, réclamaient le retour de leur prof, ils me reprochaient de ne pas les aimer (Shocked alors que j'expliquais que mon rôle était de leur faire cours, et non de les aimer ou pas), de ne pas assez les écouter (les écouter dire que je punis mais pas les élèves qu'il faut Rolling Eyes , bref)...ils ne me reprochent pas de ne rien faire ou de ne pas poser de limites mais de ne pas être assez en relation affective avec eux. et ça, ça ne m'intéresse pas,
je suis donc bien contente de partir...

De même!

J'ai vécu la même situation que toi cette année. Les remarques des élèves ne m'ont pas touchée (comme toi, je ne suis pas là pour me faire aimer) mais c'est pénible d'entendre tous les jours le même refrain.


Dernière édition par Al le Ven 24 Juin 2011 - 22:50, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma collègue bordélisée et moi

Message par JaneB le Ven 24 Juin 2011 - 22:41

Al, tu dis quelque chose de très important quand tu dis que les collègues sachant que ça se passe mal dans tel cours devraient engueuler les élèves de se comporter aussi mal surtout si ces élèves sont des anges avec eux!
Je pense vraiment que ça aurait du poids auprès des élèves de voir que toute l'équipe éducative soutient le collègue et ne laissera pas passer...
Savoir la situation et laisser le collègue galérer, c'est pratiquement être complice avec les élèves pour moi...

JaneB
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma collègue bordélisée et moi

Message par Lornet le Ven 24 Juin 2011 - 22:43

[quote="Anna de Noailles"]
@Lornet a écrit:Je n'ai pas suffisamment confiance en moi pour remettre les pendules à l'heure. Je me sens comme une sous-merde faisant profil bas et je me remets en question.[/quot

Tout s'apprend et il faut sortir grandi de ses erreurs. Tu as conscience des choses ce qui est positif. Essaie de voir pourquoi à un moment donné la situation t'échappe. Est-ce un problème de cours? Les élèves sont-ils mis en activité rapidement? Comment gère-tu les conflits? As-tu des règles de vie de classes? ...
En analysant une situation, on peut rectifier ce qui ne va pas et ensuite recréer une atmosphère propice au travail.

Ce n'est pas un problème de cours et la plupart des élèves sont calmes. Mais il y a des cas. Eux, je n'ai toujours pas compris, depuis que j'enseigne, comment on fait pour les gérer. En banlieue parisienne, zone violence, je n'avais pas les "cas". En gros, dans une classe donnée, j'en ai plus d'une vingtaine qui sont calmes, et puis j'ai des électrons déjantés qui, au mieux, restent dans leurs coin, et au pire, se mettent à hurler, se lèvent, apostrophent les autres, les menacent...Ainsi hier, j'ai confisqué à un élève un avion en papier qu'il venait de faire, et il me répond : "Je vais faire des bateaux, alors. Comme ça, aucun risque que je les lance !" humhum Ça allait encore, tant qu'il laissait les autres travailler dans le calme. Ce matin, ce même élève s'est levé, a ouvert la fenêtre pour faire de grands signes. Je l'ai remis à sa place après lui avoir dit de refermer cette fenêtre. Mais cinq minutes plus tard, il était debout en train de menacer un élève de sa classe et de vouloir le frapper, d'où exclusion. Il a eu trois exclusions de cours hier, sans doute autant aujourd'hui, ce qui montre bien que le problème ne se passe pas qu'avec moi, mais quand il est dans la classe de sa professeur principale, il se tait et reste à sa place : donc il y a une recette, mais je ne la connais pas.


Dernière édition par Lornet le Ven 24 Juin 2011 - 22:46, édité 1 fois

_________________
Ma nouvelle parue dans un recueil en faveur de Handicap International :  http://www.anywayeditions.com/boutique/decouverte-inclassable/je-tu-ils-nous-ebook/
Ma page pro Facebook : https://www.facebook.com/lectiole.blogspot.fr

Mon roman à paraître le 3 juillet 2017 :
Spoiler:

Lornet
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma collègue bordélisée et moi

Message par Reine Margot le Ven 24 Juin 2011 - 22:43

Al, tu pars dans un autre étb?

si c'est le cas, quel que soit le type d'étb les élèves réclament tous ce côté affectif (gnagnagna* on aimait bien madame truc - gniagniagnia* on veut être écoutés - surtout pour dire des trucs pour essayer de blesser le prof- gniagniagnia* le livre il est nul...) surtout quand on est TZR et qu'on remplace...

* aucun rapport avec le sieur Igniatius.


_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma collègue bordélisée et moi

Message par Anna de Noailles le Ven 24 Juin 2011 - 22:44

@Reine Margot a écrit:vi, mais il y a des choses qui ne s'apprennent pas en formation. On aime le contact avec les élèves ou pas, on a confiance en soi ou pas, de la répartie ou pas...

c'est vrai oui! Mais il y a aussi des trucs, des astuces, une approche qui peuvent aider et favoriser les relations adultes/élèves. Il y a des erreurs à ne pas commettre. Et puis avoir un regard extérieur sur sa pratique permet aussi d'évoluer, de se remettre en cause , de rectifier les choses et d'orienter son enseignement.

Anna de Noailles
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma collègue bordélisée et moi

Message par simone du bavoir le Ven 24 Juin 2011 - 22:45

C'est peut-être une impression mais je crois qu'on est toujours le bordelisé de quelqu'un. je m'explique: si on met des rats ensembles, on se retrouve tjs avec un rat dominant, un rat dominé souffre-douleur et un rat indépendant (je crois que j'ai lu ça dans les fourmis). si on met trois rats dominants ensemble, ce même schéma se reproduit. de la même façon, j'ai l'impression que quelque soit l'équipe de profs, il faudra au moins un dominé souffre-douleur (plus ou moins). ben oui, certaines années, je me suis réjouie d'avoir un collègue en difficultés dans mon équipe, c'est comme un paratonnerre, il attire tous les problèmes sur lui et vous laisse la position enviable du confident ("madame, vous savez, en maths c'est l'horreur, etc")...


Dernière édition par simone du bavoir le Ven 24 Juin 2011 - 22:46, édité 2 fois

simone du bavoir
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma collègue bordélisée et moi

Message par Reine Margot le Ven 24 Juin 2011 - 22:46

[quote="Lornet"]
@Anna de Noailles a écrit:
@Lornet a écrit:Je n'ai pas suffisamment confiance en moi pour remettre les pendules à l'heure. Je me sens comme une sous-merde faisant profil bas et je me remets en question.[/quot

Tout s'apprend et il faut sortir grandi de ses erreurs. Tu as conscience des choses ce qui est positif. Essaie de voir pourquoi à un moment donné la situation t'échappe. Est-ce un problème de cours? Les élèves sont-ils mis en activité rapidement? Comment gère-tu les conflits? As-tu des règles de vie de classes? ...
En analysant une situation, on peut rectifier ce qui ne va pas et ensuite recréer une atmosphère propice au travail.

Ce n'est pas un problème de cours et la plupart des élèves sont calmes. Mais il y a des cas. Eux, je n'ai toujours pas compris, depuis que j'enseigne, comment on fait pour les gérer. En banlieue parisienne, zone violence, je n'avais pas les "cas". En gros, dans une classe donnée, j'en ai une vingtaine qui sont calmes, et puis j'ai des électrons déjantés qui, au mieux, restent dans leurs coin, et au pire, se mettent à hurler, se lèvent, apostrophent les autres, les menacent...Ainsi hier, j'ai confisqué à un élève un avion en papier qu'il venait de faire, et il me répond : "Je vais faire des bateaux, alors. Comme ça, aucun risque que je les lance !" humhum Ça allait encore, tant qu'il laissait les autres travailler dans le calme. Ce matin, ce même élève s'est levé, a ouvert la fenêtre pour faire de grands signes. Je l'ai remis à sa place après lui avoir dit de refermer cette fenêtre. Mais cinq minutes plus tard, il était debout en train de menacer un élève de sa classe et de vouloir le frapper, d'où exclusion. Il a eu trois exclusions de cours hier, sans doute autant aujourd'hui, ce qui montre bien que le problème ne se passe pas qu'avec moi, mais quand il est dans la classe de sa professeur principale, il se tait et reste à sa place : donc il y a une recette, mais je ne la connais pas.

ça devrait te rassurer, ça vient essentiellement du gamin, point. parfois il y a des choses qu'on ne comprend pas (pourquoi tel élève est calme avec tel prof et bordélise les autres)

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma collègue bordélisée et moi

Message par Leclochard le Ven 24 Juin 2011 - 22:47

Noetiote a écrit:
@Anna de Noailles a écrit:
Alors je disais juste que ce n'est pas notre rôle en tant qu'enseignant d'aller faire la police dans la classe d'à côté en faisant irruption sans crier gare, mettant le collègue encore plus en difficulté. Je peux en parler, je supporte 18h ma collègue qui est dans ce cas et qui accepte le bruit, partant du principe que ça ne la dérange pas. En revanche, je crois que tu n'as pas très bien lu, ou que je me suis mal fait comprendre, j'ai dit qu'on peut en parler, car en somme on n'a pas à supporter cela en effet. On peut proposer son aide en prenant quelques perturbateurs (je le fais souvent dans l'année) . Ce qui me gène c'est la forme pas le fond parce que le fait d'intervenir va faire taire les élèves sur le coup mais ne va rien arranger. La fois d'après ce sera reparti. Le problème est plus profond. Et quelle image ces collègues ont-ils d'eux et face aux élèves quand ce type de situation arrive? Il faut y penser. Je pense qu'à la vérité beaucoup de profs devraient faire autre chose ou en tout cas qu'on devrait former davantage les enseignants à la gestion de classe qui fait partie intégrante du job aujourd'hui.

+1
Mais j'ajoute quand même un mdr : il faudrait commencer par les former tout court.

Quelques cours sur la psychologie de groupe me paraissent indispensables. Pourtant aucune trace dans la formation.

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)

Leclochard
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma collègue bordélisée et moi

Message par Lornet le Ven 24 Juin 2011 - 22:48

@simone du bavoir a écrit:C'est peut-être une impression mais je crois qu'on est toujours le bordelisé de quelqu'un. je m'explique: si on met des rats ensembles, on se retrouve tjs avec un rat dominant, un rat dominé souffre-douleur et un rat indépendant (je crois que j'ai lu ça dans les fourmis). si on met trois rats dominants ensemble, ce même schéma se reproduit. de la même façon, j'ai l'impression que quelque soit l'équipe de profs, il faudra au moins un dominé souffre-douleur (plus ou moins). ben oui, certaines années, je me suis réjouie d'avoir un collègue en difficultés dans mon équipe, c'est comme un paratonnerre, il attire tous les problèmes sur lui et vous laisse la position enviable du confident ("madame, vous savez, en maths c'est l'horreur, etc")...

Ce n'est pas faux. D'habitude, j'ai toujours eu un collègue en difficultés dans mon équipe mais cette année...hum... Neutral C'est ça d'arriver dans une établissement plein de rats dominants !

_________________
Ma nouvelle parue dans un recueil en faveur de Handicap International :  http://www.anywayeditions.com/boutique/decouverte-inclassable/je-tu-ils-nous-ebook/
Ma page pro Facebook : https://www.facebook.com/lectiole.blogspot.fr

Mon roman à paraître le 3 juillet 2017 :
Spoiler:

Lornet
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma collègue bordélisée et moi

Message par Lornet le Ven 24 Juin 2011 - 22:50

[quote="Reine Margot"]
@Lornet a écrit:
@Anna de Noailles a écrit:
@Lornet a écrit:Je n'ai pas suffisamment confiance en moi pour remettre les pendules à l'heure. Je me sens comme une sous-merde faisant profil bas et je me remets en question.[/quot

Tout s'apprend et il faut sortir grandi de ses erreurs. Tu as conscience des choses ce qui est positif. Essaie de voir pourquoi à un moment donné la situation t'échappe. Est-ce un problème de cours? Les élèves sont-ils mis en activité rapidement? Comment gère-tu les conflits? As-tu des règles de vie de classes? ...
En analysant une situation, on peut rectifier ce qui ne va pas et ensuite recréer une atmosphère propice au travail.

Ce n'est pas un problème de cours et la plupart des élèves sont calmes. Mais il y a des cas. Eux, je n'ai toujours pas compris, depuis que j'enseigne, comment on fait pour les gérer. En banlieue parisienne, zone violence, je n'avais pas les "cas". En gros, dans une classe donnée, j'en ai une vingtaine qui sont calmes, et puis j'ai des électrons déjantés qui, au mieux, restent dans leurs coin, et au pire, se mettent à hurler, se lèvent, apostrophent les autres, les menacent...Ainsi hier, j'ai confisqué à un élève un avion en papier qu'il venait de faire, et il me répond : "Je vais faire des bateaux, alors. Comme ça, aucun risque que je les lance !" humhum Ça allait encore, tant qu'il laissait les autres travailler dans le calme. Ce matin, ce même élève s'est levé, a ouvert la fenêtre pour faire de grands signes. Je l'ai remis à sa place après lui avoir dit de refermer cette fenêtre. Mais cinq minutes plus tard, il était debout en train de menacer un élève de sa classe et de vouloir le frapper, d'où exclusion. Il a eu trois exclusions de cours hier, sans doute autant aujourd'hui, ce qui montre bien que le problème ne se passe pas qu'avec moi, mais quand il est dans la classe de sa professeur principale, il se tait et reste à sa place : donc il y a une recette, mais je ne la connais pas.

ça devrait te rassurer, ça vient essentiellement du gamin, point. parfois il y a des choses qu'on ne comprend pas (pourquoi tel élève est calme avec tel prof et bordélise les autres)

Dans cette classe-là, ils sont trois.
Dans l'autre, ils étaient trois aussi, mais un est parti.
Mais un seul élève peut faire un boucan incroyable en hurlant tout en tapant dans l'armoire ou sur sa table, et du coup, les autres se retournent, disent "Chut !", "La ferme !" Toujours les mêmes que j'exclus.

_________________
Ma nouvelle parue dans un recueil en faveur de Handicap International :  http://www.anywayeditions.com/boutique/decouverte-inclassable/je-tu-ils-nous-ebook/
Ma page pro Facebook : https://www.facebook.com/lectiole.blogspot.fr

Mon roman à paraître le 3 juillet 2017 :
Spoiler:

Lornet
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma collègue bordélisée et moi

Message par Anna de Noailles le Ven 24 Juin 2011 - 22:52

[quote="Lornet"]
@Anna de Noailles a écrit:
@Lornet a écrit:Je n'ai pas suffisamment confiance en moi pour remettre les pendules à l'heure. Je me sens comme une sous-merde faisant profil bas et je me remets en question.[/quot

Tout s'apprend et il faut sortir grandi de ses erreurs. Tu as conscience des choses ce qui est positif. Essaie de voir pourquoi à un moment donné la situation t'échappe. Est-ce un problème de cours? Les élèves sont-ils mis en activité rapidement? Comment gère-tu les conflits? As-tu des règles de vie de classes? ...
En analysant une situation, on peut rectifier ce qui ne va pas et ensuite recréer une atmosphère propice au travail.

Ce n'est pas un problème de cours et la plupart des élèves sont calmes. Mais il y a des cas. Eux, je n'ai toujours pas compris, depuis que j'enseigne, comment on fait pour les gérer. En banlieue parisienne, zone violence, je n'avais pas les "cas". En gros, dans une classe donnée, j'en ai une vingtaine qui sont calmes, et puis j'ai des électrons déjantés qui, au mieux, restent dans leurs coin, et au pire, se mettent à hurler, se lèvent, apostrophent les autres, les menacent...Ainsi hier, j'ai confisqué à un élève un avion en papier qu'il venait de faire, et il me répond : "Je vais faire des bateaux, alors. Comme ça, aucun risque que je les lance !" humhum Ça allait encore, tant qu'il laissait les autres travailler dans le calme. Ce matin, ce même élève s'est levé, a ouvert la fenêtre pour faire de grands signes. Je l'ai remis à sa place après lui avoir dit de refermer cette fenêtre. Mais cinq minutes plus tard, il était debout en train de menacer un élève de sa classe et de vouloir le frapper, d'où exclusion. Il a eu trois exclusions de cours hier, sans doute autant aujourd'hui, ce qui montre bien que le problème ne se passe pas qu'avec moi, mais quand il est dans la classe de sa professeur principale, il se tait et reste à sa place : donc il y a une recette, mais je ne la connais pas.

Ne te compare pas au PP, vous ne jouez pas dans la même catégorie. Par exemple, chez nous, le PP a une aura. On peut tout leur dire, on a à leurs yeux la légitimité de la parole. L'année dernière j'avais une 5è qui bordélisait le prof d'HG. J'ai essayé d'arranger la situation en vie de classe, nous avons invité le prof, mis à plat les choses et j'ai demandé aux élèves le problème et la solution qu'ils proposaient pour améliorer les choses . Ils ont dit au prof qu'il était trop cool et qu'il n'y avait pas de règles et pas assez d'autorité. Il a dit qu'il prenait note et qu'il allait instaurer des règles.
J'ai ensuite mis une couche en disant aux élèves que c'est moi qui avait demandé aux profs de l'équipe de les punir à la moindre incartade car je souhaitais leur réussite et que sans rigueur et travail pas de réussite. C'est parce que je les appréciais que je demandais ça aux profs . Et c'est passé très très bien. Aucune contestation. J'ai pu dire ça parce que j'avais la classe en main et que j'étais leur pp.
Donc pour revenir à toi, relativise. De plus, les cas dont tu parles ne relèvent pas de l'école; On les garde au chaud mais le système actuel n'est pas adapté à tous ceux qui sortent de la norme; C'est triste mais c'est ainsi. Quand on a des cas lourds, dis-toi qu'on ne fait pas mieux.


Dernière édition par Anna de Noailles le Ven 24 Juin 2011 - 22:53, édité 1 fois

Anna de Noailles
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma collègue bordélisée et moi

Message par Invité le Ven 24 Juin 2011 - 22:53

@Reine Margot a écrit:Al, tu pars dans un autre étb?

si c'est le cas, quel que soit le type d'étb les élèves réclament tous ce côté affectif (gnagnagna* on aimait bien madame truc - gniagniagnia* on veut être écoutés - surtout pour dire des trucs pour essayer de blesser le prof- gniagniagnia* le livre il est nul...) surtout quand on est TZR et qu'on remplace...

* aucun rapport avec le sieur Igniatius.


Je change complètement de niveau à la rentrée prochaine. Et, normalement, je n'aurai pas trop à gérer le côté affectif, vu l'âge de mes futurs élèves. Enfin j'espère!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma collègue bordélisée et moi

Message par Anna de Noailles le Ven 24 Juin 2011 - 22:54

@simone du bavoir a écrit:C'est peut-être une impression mais je crois qu'on est toujours le bordelisé de quelqu'un. je m'explique: si on met des rats ensembles, on se retrouve tjs avec un rat dominant, un rat dominé souffre-douleur et un rat indépendant (je crois que j'ai lu ça dans les fourmis). si on met trois rats dominants ensemble, ce même schéma se reproduit. de la même façon, j'ai l'impression que quelque soit l'équipe de profs, il faudra au moins un dominé souffre-douleur (plus ou moins). ben oui, certaines années, je me suis réjouie d'avoir un collègue en difficultés dans mon équipe, c'est comme un paratonnerre, il attire tous les problèmes sur lui et vous laisse la position enviable du confident ("madame, vous savez, en maths c'est l'horreur, etc")...

c'est hélas vrai!

Anna de Noailles
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma collègue bordélisée et moi

Message par User5899 le Ven 24 Juin 2011 - 22:59

@Anna de Noailles a écrit:Ne te compare pas au PP, vous ne jouez pas dans la même catégorie. Par exemple, chez nous, le PP a une aura. On peut tout leur dire, on a à leurs yeux la légitimité de la parole. L'année dernière j'avais une 5è qui bordélisait le prof d'HG. J'ai essayé d'arranger la situation en vie de classe, nous avons invité le prof, mis à plat les choses et j'ai demandé aux élèves le problème et la solution qu'ils proposaient pour améliorer les choses . Ils ont dit au prof qu'il était trop cool et qu'il n'y avait pas de règles et pas assez d'autorité. Il a dit qu'il prenait note et qu'il allait instaurer des règles.
J'ai ensuite mis une couche en disant aux élèves que c'est moi qui avait demandé aux profs de l'équipe de les punir à la moindre incartade car je souhaitais leur réussite et que sans rigueur et travail pas de réussite. C'est parce que je les appréciais que je demandais ça aux profs . Et c'est passé très très bien. Aucune contestation. J'ai pu dire ça parce que j'avais la classe en main et que j'étais leur pp.
Donc pour revenir à toi, relativise. De plus, les cas dont tu parles ne relèvent pas de l'école; On les garde au chaud mais le système actuel n'est pas adapté à tous ceux qui sortent de la norme; C'est triste mais c'est ainsi. Quand on a des cas lourds, dis-toi qu'on ne fait pas mieux.
Je plussoie. En tant que PP de seconde depuis..., je mets un point d'honneur à toujours montrer que je suis au courant des bêtises signalées dans un autre cours (on a tous les doubles des punitions et sanctions), je mets en boîte, j'engueule de mon côté, et en gros, le message est le suivant : "Vous touchez à un collègue, vous touchez à moi". Et d'ailleurs, il y a quinze jours, juste après le conseil de classe, un benêt de chez moi a séché les maths pour aller au cours de maths de la stagiaire, dans la classe voisine... Il y a mis le souk et a refusé de sortir ! Ben elle a fait un rapport et moi, comme PP, j'ai demandé un conseil de discipline. Paf ! Il est vert depuis, en attendant de comparaître mardi. Non mais ho, y'a pas marqué "clown", là ! Si l'info circule dans le bahut et si les profs se tiennent au courant tout en restant à leur place respective, ça va déjà moins mal.

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma collègue bordélisée et moi

Message par Leclochard le Ven 24 Juin 2011 - 23:00

@Anna de Noailles a écrit:
@simone du bavoir a écrit:C'est peut-être une impression mais je crois qu'on est toujours le bordelisé de quelqu'un. je m'explique: si on met des rats ensembles, on se retrouve tjs avec un rat dominant, un rat dominé souffre-douleur et un rat indépendant (je crois que j'ai lu ça dans les fourmis). si on met trois rats dominants ensemble, ce même schéma se reproduit. de la même façon, j'ai l'impression que quelque soit l'équipe de profs, il faudra au moins un dominé souffre-douleur (plus ou moins). ben oui, certaines années, je me suis réjouie d'avoir un collègue en difficultés dans mon équipe, c'est comme un paratonnerre, il attire tous les problèmes sur lui et vous laisse la position enviable du confident ("madame, vous savez, en maths c'est l'horreur, etc")...

c'est hélas vrai!

C'est vrai si les pénibles sont peu nombreux. Avec cinq cas ou plus sur une classe de 25, -je l'ai encore vu cette année- ils ne distinguent plus X de Y. Tu as un phénomène de groupe qu'il est difficile de casser et qui s'étend à toutes les heures de cours. A la limite le PP sera plus ou moins épargné mais pas les autres.

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)

Leclochard
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma collègue bordélisée et moi

Message par Anna de Noailles le Ven 24 Juin 2011 - 23:00

@Al a écrit:
@Reine Margot a écrit:Al, tu pars dans un autre étb?

si c'est le cas, quel que soit le type d'étb les élèves réclament tous ce côté affectif (gnagnagna* on aimait bien madame truc - gniagniagnia* on veut être écoutés - surtout pour dire des trucs pour essayer de blesser le prof- gniagniagnia* le livre il est nul...) surtout quand on est TZR et qu'on remplace...

* aucun rapport avec le sieur Igniatius.


Je change complètement de niveau à la rentrée prochaine. Et, normalement, je n'aurai pas trop à gérer le côté affectif, vu l'âge de mes futurs élèves. Enfin j'espère!

Ah oui? Tu nous intrigues ... quel niveau auras-tu?

Anna de Noailles
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum