production d'écrit au cp

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: production d'écrit au cp

Message par vidocq le Jeu 30 Juin 2011 - 20:33

doublecasquette a écrit:
vidocq a écrit:J'ai décidé de me pencher sur ce sujet pendant les vacances.
Nous avons eu une conférence intéressante et j'aimerai bien en discuter avec vous.
Elle est visible sur le site cddp 24 , à gauche dans "ressources", cliquer en bas sur "conférences en lignes" et chercher celle de André Ouzoulias intitulé "La production de textes courts au cycle 2" le 09/03/2011.

Il faut aussi que je la revisualise... à plus tard ...

On se fera ça pendant les vacances... ça m'intéresse aussi d'en discuter !

D'accord, alors à bientôt ! topela

vidocq
Niveau 9


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: production d'écrit au cp

Message par celine3971 le Lun 4 Juil 2011 - 13:35

En partant des exercices "copie et dessine", on peut les faire à l'envers et faire "regarde et écris".

celine3971
Niveau 6


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: production d'écrit au cp

Message par vidocq le Mar 12 Juil 2011 - 18:15

Je viens de lire "Apprendre à lire et à écrire à l'âge adulte" de Danielle DE KEYZER. Cet ouvrage était conseillé par A. Ouzoulias. C'est une MNLE (Méthode Naturelle de Lecture-Ecriture). Il en parle dans sa conférence péda.

En essayant de transposer à nos GS/CP, voilà ce que j'ai compris:

On part des textes écrits , style textes de récits vécus après une sortie, un spectacle ou encore à partir de comptine.
Ces textes sont segmentés de manière à avoir un "groupe de sens". Ce que nous avons dans BM !
Chaque texte doit être mémorisé à la perfection.
Ensuite on peut utiliser des "groupes de sens" pour créer de nouveaux textes.
Quand le repérage dans les textes est bien compris, on peut changer des mots pour créer de nouveaux textes.
Chacun peut ainsi écrire son propre texte sans savoir "lire". Et aura le plaisir de le lire quand il aura appris.

Je n'ai pas encore revu la conférence, mais il parlait d'une programmation dès la maternelle, un cahier qui suivrait les enfants pour qu'ils puissent s'y référer. Il y aurait des comptines utilisables pour ce genre de travail, des référentiels utilisés en classe (couleurs, imagier, prénoms ...).

Voilà où j'en suis... qu'en pensez-vous? Cela va-t-il à l'encontre de "on écrit que ce que l'on sait LIRE" . Quel sens donne-t-on lire ? Ils n'ont pas connaissance de la grapho-phonologie mais ils lisent ... je n'ose pas dire... globalement affraid

vidocq
Niveau 9


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: production d'écrit au cp

Message par doctor who le Mar 12 Juil 2011 - 19:56

Je me tape des articles de didactique sur l'écriture en primaire en son histoire.
Je vous file bientôt une biblio commentée (modestement).

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Grand sage


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: production d'écrit au cp

Message par doublecasquette le Mer 13 Juil 2011 - 11:07

vidocq a écrit:Je viens de lire "Apprendre à lire et à écrire à l'âge adulte" de Danielle DE KEYZER. Cet ouvrage était conseillé par A. Ouzoulias. C'est une MNLE (Méthode Naturelle de Lecture-Ecriture). Il en parle dans sa conférence péda.

En essayant de transposer à nos GS/CP, voilà ce que j'ai compris:

On part des textes écrits , style textes de récits vécus après une sortie, un spectacle ou encore à partir de comptine.
Ces textes sont segmentés de manière à avoir un "groupe de sens". Ce que nous avons dans BM !
Chaque texte doit être mémorisé à la perfection.
Ensuite on peut utiliser des "groupes de sens" pour créer de nouveaux textes.
Quand le repérage dans les textes est bien compris, on peut changer des mots pour créer de nouveaux textes.
Chacun peut ainsi écrire son propre texte sans savoir "lire". Et aura le plaisir de le lire quand il aura appris.

Je n'ai pas encore revu la conférence, mais il parlait d'une programmation dès la maternelle, un cahier qui suivrait les enfants pour qu'ils puissent s'y référer. Il y aurait des comptines utilisables pour ce genre de travail, des référentiels utilisés en classe (couleurs, imagier, prénoms ...).

Voilà où j'en suis... qu'en pensez-vous?
Ben euh... C'est la "méthode naturelle" de Célestin Freinet (j'adore cette façon de faire du neuf avec du vieux en y ajoutant la petite touche perso ici ou là...). Ça peut marcher, je l'ai utilisée pendant environ quinze ans.
Ça marche mieux avec des enfants qui ont intégré le principe de réalité et la relation de cause à effet. Et comme l'écriture est une composante essentielle de la méthode, il vaut mieux qu'ils arrivent au CP déjà bien dégourdis au point de vue psychomoteur.

Je l'ai abandonnée une année où j'avais en tout et pour tout au CP cinq "bébés Cadum" pas très fu-futes, il faut le reconnaître, qui, en novembre ne faisaient toujours pas de remarques pertinentes face à l'écriture du prénom de deux élèves de la classe : Émilie et Émilien !
J'ai marné jusqu'au mois de juin pour qu'ils sortent tous les trois lecteurs de leur CP et l'année d'après, je prenais Borel Maisonny avec les suivants.

Les textes libres, nous nous sommes mis à les faire au troisième trimestre, quand tout le monde savait lire et tout est allé pour le mieux dans le meilleur des mondes possible !

Depuis, régulièrement, lorsque j'ai mes élèves dès la GS et qu'ils arrivent réellement au CP ayant de grosses lueurs sur le fonctionnement alphabétique de notre écriture, je me dis que c'est bête et que je les prive de choses intéressantes pendant plusieurs semaines avec mon BM et ses premières pages.
L'an dernier, j'ai raccourci cette période pénible de BM en le concentrant. Cette année, j'ai une autre piste qui s'apparenterait plus à la méthode naturelle, mais je ne me sens pas encore prête à revenir à cette dernière.


Cela va-t-il à l'encontre de "on écrit que ce que l'on sait LIRE" ?
Oui... et non.
Il faut simplement être très, très modeste sur l'acception du terme "SAVOIR lire" au début.

Prenons une première phrase telle que : "Tu as vu le chat, il chasse."
Savoir la lire, en méthode naturelle, cela signifie simplement savoir pointer chacun de ses mots, dans l'ordre où ils sont donnés, et dire "Tu... as... vu... le... chat... il... chasse."
Et savoir l'analyser, c'est être capable ensuite, en se référant à la phrase-modèle qui reste sous les yeux, de "lire", assez rapidement (un mot toutes les deux ou trois secondes, pas plus) :
Tu as vu le chat.
Il chasse.
Le chat chasse.
Il a vu le chat.
Le chat a vu le chat.

Et le terme "savoir écrire" consistera à savoir, à l'aide d'étiquettes ou, beaucoup mieux, en copiant réellement, ces mêmes phrases dictées par le maître.

L'analyse plus fine en lettres ne peut être que très, très partielle.
Là, par exemple, après avoir repéré "chat" et "chasse", on isolera la syllabe "cha" qu'on analysera en "ch" et "a" sans aller plus loin.


Quel sens donne-t-on lire ?
Lire voudra alors dire "reconnaître des éléments de plus en plus précis" d'une phrase apprise par cœur dont le sens sera forcément connu puisqu'elle a été composée oralement par les élèves eux-mêmes.
Il faut avoir une bonne connaissance des étapes pour d'un côté ne pas brûler les étapes en leur en demandant trop, trop vite, d'un autre ne pas s'éparpiller dans trop de directions différentes, d'un autre encore d'être capable de susciter l'intérêt pour les liens à créer, les pistes à explorer, les éléments à structurer et enfin (à moins que j'en oublie) d'un dernier pour ne pas traînailler en permettant aux élèves de demeurer trop longtemps à un stade inférieur à celui qu'ils devraient tous avoir atteint à tel ou tel moment de l'année scolaire.


Ils n'ont pas connaissance de la grapho-phonologie mais ils lisent ... je n'ose pas dire... globalement affraid
Oui, c'est ça, ils font un lien entre un élément large (le mot, la ligne) qu'ils connaissent par cœur oralement et qu'ils peuvent repérer visuellement et/ou intellectuellement ("il", je sais que c'est le sixième mot de la phrase) et écrire en le recopiant (je trace un "i" puis un "l").


Dernière édition par doublecasquette le Mer 13 Juil 2011 - 20:59, édité 1 fois

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: production d'écrit au cp

Message par vidocq le Mer 13 Juil 2011 - 13:53

Pour Célestin Freinet, il est clairement énoncé en préambule à l'ouvrage.

"Ça marche mieux avec des enfants qui ont intégré le principe de réalité et la relation de cause à effet."

Peux-tu expliquer ?

En ce qui concerne l'écriture, pour Ouzoulias ce n'est pas un frein à la production d'écrit. On commence par la dictée à l'adulte, puis écriture en majuscule d'imprimerie. La cursive n'est utilisée que lorsqu'elle est un minimum apprise.

vidocq
Niveau 9


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: production d'écrit au cp

Message par sanleane le Mer 13 Juil 2011 - 16:21

mimi54 a écrit:J'avoue ne pas avoir fait des étincelles dans ce domaine........ Crying or Very sad En fait , je ne sais pas trop ce que je peux faire faire aux cp dans ce domaine....alors évidemment j'ai tout de suite pensé à Akwabon et compagnie et leurs précieux conseils veneration veneration Pourriez-vous m'aider??? hearts

En début d'année, dans le cahier d'écrivain dédié à la production d'écrit, je fais simplement écrire aux enfants des mots qu'ils sont capables d'écrire, parce que les sons ont été vus, d'autres appelleront cela dictée muette, ou autre, moi, c'est là que je le classe, j'ai donc les enfants qui m'écrivent en autonomie: lama, moto, pipe,... C'est peu de choses, mais ils sont très fiers de ce cahier. On y met également des textes phrases faites à partir d'une image, en dictée à l'adulte, puis copié.

sanleane
Niveau 4


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: production d'écrit au cp

Message par LouisBarthas le Mer 13 Juil 2011 - 16:21

doublecasquette a écrit:
vidocq a écrit:Je viens de lire "Apprendre à lire et à écrire à l'âge adulte" de Danielle DE KEYZER. Cet ouvrage était conseillé par A. Ouzoulias. C'est une MNLE (Méthode Naturelle de Lecture-Ecriture)
En essayant de transposer à nos GS/CP, voilà ce que j'ai compris:
On part des textes écrits , style textes de récits vécus après une sortie, un spectacle ou encore à partir de comptine.
Chaque texte doit être mémorisé à la perfection.
Quand le repérage dans les textes est bien compris, on peut changer des mots pour créer de nouveaux textes.
Chacun peut ainsi écrire son propre texte sans savoir "lire".
Ben euh... C'est la "méthode naturelle" de Célestin Freinet
Cela va-t-il à l'encontre de "on écrit que ce que l'on sait LIRE" ?
Oui... et non.
Il faut simplement être très, très modeste sur l'acceptation du terme "SAVOIR lire" au début.
Prenons une première phrase telle que : "Tu as vu le chat, il chasse."
Savoir la lire, en méthode naturelle, cela signifie simplement savoir pointer chacun de ses mots, dans l'ordre où ils sont donnés, et dire "Tu... as... vu... le... chat... il... chasse."
Et savoir l'analyser, c'est être capable ensuite, en se référant à la phrase-modèle qui reste sous les yeux, de "lire", assez rapidement (un mot toutes les deux ou trois secondes, pas plus) :
Tu as vu le chat.
Il chasse.
Le chat chasse.
Il a vu le chat.
Le chat a vu le chat.
Et le terme "savoir écrire" consistera à savoir, à l'aide d'étiquettes ou, beaucoup mieux, en copiant réellement, ces mêmes phrases dictées par le maître.
L'analyse plus fine en lettres ne peut être que très, très partielle.
Là, par exemple, après avoir repéré "chat" et "chasse", on isolera la syllabe "cha" qu'on analysera en "ch" et "a" sans aller plus loin.

Quel sens donne-t-on lire ?
Lire voudra alors dire "reconnaître des éléments de plus en plus précis" d'une phrase apprise par cœur dont le sens sera forcément connu puisqu'elle a été composée oralement par les élèves eux-mêmes.
Ils n'ont pas connaissance de la grapho-phonologie mais ils lisent ... je n'ose pas dire... globalement affraid
Oui, c'est ça, ils font un lien entre un élément large (le mot, la ligne) qu'ils connaissent par cœur oralement et qu'ils peuvent repérer visuellement et/ou intellectuellement ("il", je sais que c'est le sixième mot de la phrase) et écrire en le recopiant (je trace un "i" puis un "l").
Tu défends donc bien une méthode mixte, c'est-à-dire une démarche procédant du mot vers la lettre. Il en existe des variantes, certaines dans une perspective globaliste, d'autres alphabétique - ce qui est ton cas -, mais elles ne font toutes que retarder l'apprentissage de la lecture, quand elles ne créent pas la confusion.
Or, lire c'est déchiffrer en permanence, chez l'adulte comme chez l'enfant : << L’unité de traitement de la lecture est la lettre >> dit l'orthophoniste Colette Ouzilou (Dyslexie, une vraie-fausse épidémie, Presse de la Renaissance).
Jusqu'à quel moment de l'année es-tu prête à dire aux élèves : Lire voudra alors dire "reconnaître des éléments de plus en plus précis" d'une phrase apprise par cœur.
Tant que la manière est restée dans une perspective alphabétique, cette méthode a pu donner de bons résultats comme l'indique J.N. Lalande ("Du b-a ba à la BD, PUF, pages 80-83) qui lui reconnaît certaines qualités, et le niveau de nos élèves s'est maintenu comme je le constatais jusqu'à la fin des année 80. Mais la tendance globaliste qui s'est nettement imposée ensuite nous a plongés dans le désastre depuis 20 ans.
Actuellement, La quasi-totalité des enseignants pratiquent ainsi : l'étude des textes et le décodage sont nécessairement séparés même s'ils sont parallèles.
J.N. Lalande brosse l'historique de cette méthode mixte apparue dans les années 20 en réaction, semble-t-il, contre l'abstraction aride du ba-ba. La méthode "naturelle" de Freinet en constitue une variante.
Ces méthodes mixtes partent du texte pour aller vers les correspondances phonèmes/graphèmes. On demande aux élèves de mémoriser des textes et des mots avant de les amener à les déchiffrer en utilisant le code, enseigné dans un second temps. L'apprenti lecteur est maintenu dans un entre-deux déstabilisant. Il faudra bien que l'enfant finisse par abandonner la mémorisation qu'il prenait pour de la lecture, pour utiliser le déchiffrage qui est enseigné dans un second temps. Dérouté, l'enfant ne sait plus quelle démarche appliquer. En général, les plus fragiles choisissent celle qui leur demande le moins d'efforts : la mémorisation puis la devinette (T. Cuche, J. G. Dutoit, M. Sommer, "Dire, Lire, Ecrire, pages 64-65, Belin).


Dernière édition par LouisBarthas le Mer 13 Juil 2011 - 19:56, édité 1 fois

_________________
Le véritable ennemi, c'est l'esprit réduit à l'état de gramophone. - George Orwell
Mais leur plus grande félicité vient du continuel orgueil de leur savoir. Eux qui bourrent le cerveau des enfants de pures extravagances. - Erasme

Aller apprendre l'ignorance à l'école, c'est une histoire qui ne s'invente pas ! - Alexandre Vialatte
Je vois bien les œufs cassés, mais où donc est l’omelette ? - Panaït Istrati
Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu’elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde ne se défasse. - Albert Camus

LouisBarthas
Niveau 9


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: production d'écrit au cp

Message par vidocq le Mer 13 Juil 2011 - 16:43

D'accord, mais si je n'utilise cette méthode que pour produire de l'écrit et qu'en parallèle je continue les alphas et BM (ma première expérience cette année a été très concluante ! coeurs ), cela va-t-il les empêcher d'entrer dans la lecture ?

Par exemple, à la rentrée, j'aimerai reprendre une poésie apprise en GS "Le chat et le soleil" de Maurice Carême et la transformer. Est-ce de la production d'écrit ? Cela va-t-il à l'encontre de la méthode de lecture ?

vidocq
Niveau 9


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: production d'écrit au cp

Message par LouisBarthas le Mer 13 Juil 2011 - 17:00

vidocq a écrit:D'accord, mais si je n'utilise cette méthode que pour produire de l'écrit et qu'en parallèle je continue les alphas et BM (ma première expérience cette année a été très concluante ! coeurs ), cela va-t-il les empêcher d'entrer dans la lecture ?

Par exemple, à la rentrée, j'aimerai reprendre une poésie apprise en GS "Le chat et le soleil" de Maurice Carême et la transformer. Est-ce de la production d'écrit ? Cela va-t-il à l'encontre de la méthode de lecture ?
Excuse-moi, j'aurais dû le préciser, mon message s'adressait à Double-Casquette !

_________________
Le véritable ennemi, c'est l'esprit réduit à l'état de gramophone. - George Orwell
Mais leur plus grande félicité vient du continuel orgueil de leur savoir. Eux qui bourrent le cerveau des enfants de pures extravagances. - Erasme

Aller apprendre l'ignorance à l'école, c'est une histoire qui ne s'invente pas ! - Alexandre Vialatte
Je vois bien les œufs cassés, mais où donc est l’omelette ? - Panaït Istrati
Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu’elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde ne se défasse. - Albert Camus

LouisBarthas
Niveau 9


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: production d'écrit au cp

Message par doublecasquette le Mer 13 Juil 2011 - 18:57

LouisBarthas a écrit:
vidocq a écrit:D'accord, mais si je n'utilise cette méthode que pour produire de l'écrit et qu'en parallèle je continue les alphas et BM (ma première expérience cette année a été très concluante ! coeurs ), cela va-t-il les empêcher d'entrer dans la lecture ?

Par exemple, à la rentrée, j'aimerai reprendre une poésie apprise en GS "Le chat et le soleil" de Maurice Carême et la transformer. Est-ce de la production d'écrit ? Cela va-t-il à l'encontre de la méthode de lecture ?
Excuse-moi, j'aurais dû le préciser, mon message s'adressait à Double-Casquette !
J'ai vu ton message, LouisBarthas et j'y répondrai dès que j'aurai un moment. Mais j'ai ma Minicasquette à la maison et ça risque d'être un peu long.

Pour te donner déjà deux ou trois éléments de réponse, très vite, quelques pistes :

- Lorsque ma maman avait quatre ans, alors qu'elle jouait avec une petite camarade, celle-ci lui proposa : "Et si on faisait semblant ?"
Aussitôt, ma mère rétorqua : "Et pourquoi pas "avec du blanc", plutôt ?"
J'ai hérité de son esprit de contradiction... topela

- Quand j'étais petite, mon père, grand amateur de Brassens, me faisait écouter en boucle La Mauvaise Réputation, j'étais en admiration devant "le chemin de petit bonhomme que les braves gens n'aimaient pas".
Il m'en est resté quelque chose... topela

- J'ai appris un jour, très tard, que Saint Thomas avait émis le vœu de pouvoir voir pour y croire. J'ai enseigné pendant au moins quinze ans la lecture à des élèves par la méthode naturelle de C. Freinet et j'ai vu plusieurs centaines d'enfants (dont les deux miens) qui lisaient et écrivaient tous quelque part entre le mois de décembre et le mois de mai du CP et dont l'orthographe était en tous points comparable à celle des élèves avec lesquels j'ai ensuite utilisé BM.
Je sais donc pour l'avoir vu que les résultats ne sont pas aussi tranchés que ce que veulent nous faire croire les Sciences de l'Educ, de quelque bord qu'elles soient.
En revanche, j'ai mis un bémol à tout cela, la méthode naturelle n'a plus marché dans ma classe à partir de l'époque où (merci Petibonum de l'avoir retrouvé et cité sur ton fil du "soldat Bugnet") j'ai constaté ceci avec cinq élèves qui n'étaient pas arrivé à entrer dans le principe d'analyse systématique de l'écrit que je leur présentais (la fameuse relation de cause à effet, Vidocq, associée à l'acceptation du principe de réalité en lieu et place du principe de plaisir, grand moteur de l'activité de l'enfant de moins de trois ou quatre ans) :

Ce n’est que bien plus tard que j’ai réalisé que ces cinq enfants étaient les premiers à avoir bénéficié de trois ou quatre années de maternelle entièrement consacrées aux « arts plastiques et aux séances de langage libres » et dont on avait totalement évacué le dessin représentatif, le chant, les comptines, les exercices rythmiques, les rondes et jeux dansés, l’orientation dans l’espace, le graphisme et l’écriture, le comptage et le calcul, l’observation d’objets et de gravures et la lecture magistrale page à page et même parfois mot à mot des grandes œuvres de la littérature enfantine, remplacée par la lecture cursive d’un album-jeunesse, lu une fois et commenté seulement en fin de lecture par les quelques deux ou trois élèves de la classe habitués chez eux à entendre raconter des histoires.

Docn, en résumé, puisque finalement j'ai réussi à trouver le temps tout de suite :

- Je me battrai toujours pour que chaque enseignant ait, comme je l'ai toujours eue, la liberté d'enseigner la lecture (et pas de jouer au psy-socio-machin-chose, j'insiste pour les adeptes du "créer du sens tout en tenant compte du vécu sociologique de chacun") avec la méthode qui lui convient parce qu'il sait où il va et qu'il comprend ce qu'il fait et comment ses élèves y réagissent

- Je n'intégrerai jamais une chapelle quelle qu'elle soit même si elle offre des garanties médico-sciento-réflexo-statistico-machin-chose (je ne mets pas de "s" à cet adjectif bâtard, j'espère que Cripure me le pardonnera s'il passe par là Evil or Very Mad ) parce que je pense que les êtres humains ne sont pas réductibles à des résultats d'IRM (pas plus qu'à des statistiques sociologiques)

- J'essaierai de continuer (alors que ce n'est pas gratifiant du tout) de défendre, défendre et encore défendre une École Maternelle qui prépare les enfants en les faisant entrer dans le principe de réalité et un début de compréhension de la relation de cause à effet et en dégommant celle qui les prend pour des adultes miniature en leur faisant écrire leur prénom, lire des chiffres, explorer virtuellement les cinq continents, tracer avec leurs gros petits doigts des brins d'herbe de cinq millimètres de haut en respectant une ligne horizontale à trois ans et demi !

Avec toutes mes excuses pour le ton un peu à l'emporte-pièce du message, mais je suis un peu pressée donc je suis allée droit au but. fleurs

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: production d'écrit au cp

Message par Rikki le Mer 13 Juil 2011 - 19:20

Aaaaaaaaaaaaaaah !

On peut causer !

Finalement, il existerait une place pour l'enfant réel, quelque part entre l'enfant-Champollion qui va devoir se débrouiller tout seul avec sa Pierre de Rosette, et l'enfant-robot qui ânonne mécaniquement des sons sans sens ?

A brûle-pourtpoint, voilà comment je me situerais :

1/ A choisir un extrême ou l'autre, j'opte sans hésiter un instant pour l'ânonneur, qui a une chance de comprendre un jour ce qu'il débite, tandis que les Champollions ne sont pas légion (j'en ai rencontré 2 dans ma carrière à ce jour).

2/ Le professeur Dehaene, que Louis Barthas connaît bien, le précise bien lors de sa conférence : dès lors qu'une méthode est syllabique, peu importe qu'elle soit analytique ou synthétique. Il semble que la méthode décrite par Akwabon soit analytique.

3/ Je comprends qu'on soit échaudés par l'abus de globalisme ambiant — il y a de quoi. Mais entre partir de "Tu as vu le chat, il chasse.", comme base pour l'étude de la syllabe "cha", décomposée ensuite rapidement en "ch + a", d'une part, et balancer en première semaine de CP "J'ai rêvé que j'étais le mari de la maîtresse" ou "Ramac est un oiseau", d'autre part, il me semble qu'il y a un monde !

4/ Je pense que "Tu as vu le chat, il chasse." est une phrase terriblement complexe pour certains élèves de CP n'ayant pas suivi une maternelle très exigeante du point de vue des apprentissages. Je ne prendrais pas le risque de me lancer là-dedans, alors même que je sais qu'en avançant pas à pas avec Borel-Maisonny, je suis à peu près sûre de ne perdre personne en route.

5/ Ça ne veut pas dire que ça ne me tente pas...


_________________
Les fiches pour apprendre à lire : http://www.ruedesinstits.com/page_rikki.htm (merci JuliePie)

Rikki
Monarque


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: production d'écrit au cp

Message par Mowgli le Mer 13 Juil 2011 - 19:43

LouisBarthas a écrit:
Tu défends donc bien une méthode mixte, c'est-à-dire une démarche procédant du mot vers la lettre. Il en existe des variantes, certaines dans une perspective globaliste, d'autres alphabétique - ce qui est ton cas -, mais elles ne font toutes que retarder l'apprentissage de la lecture, quand elles ne créent pas la confusion.
Or, lire c'est déchiffrer en permanence, chez l'adulte comme chez l'enfant : << L’unité de traitement de la lecture est la lettre >> dit l'orthophoniste Colette Ouzilou (Dyslexie, une vraie-fausse épidémie, Presse de la Renaissance).

Ah, sacrée Double-Casquette, c'est qu'il n'y a pas moyen de la ranger dans une petite boîte bien carrée, la bougresse ! V'là t'y pas qu'on se trouve face à une sorte d'anarcho-gripienne tendance slecco-freinetique ! scratch Twisted Evil Une sorcière de la pédagogie qui s'amuse à nous faire des pieds-de-nez depuis son balai supersonique!sorciere2

Bon, plus sérieusement, dans les grandes lignes, je me retrouve bien dans ce que tu dis, Louis. Et dans le doute, pour ce qui me concerne et compte tenu notamment du fonctionnement des maternelles qui nous "fournissent" en CP, je préfère jouer la sécurité et assumer une approche "limite psycho-rigide" de l'apprentissage de la lecture : syllabique brute de décoffrage !

Mais mon tempérament pragmatique m'amène également à considérer qu'en pédagogie, ce qui compte avant tout, c'est la fin et les résultats. Or si notre Double-Sorcière-Qui-Fait-Des-Pieds-de-Nez a constaté, après expérimentation sur la durée, que la méthode naturelle peut donner d'aussi bons résultats quand les bases ont été bien assurées en maternelle, je la crois.

Et puis surtout, même si j'emprunte d'autres chemins, je suis trop attachée à la liberté pédagogique -dès lors qu'elle s'exerce dans le cadre de programmes nationaux et débouche sur des résultats bien tangibles- pour ne pas défendre celle des copines ! D'autant que je suis convaincue, pour observer attentivement ce qui se passe autour de moi, qu'il n'existe pas de Vérité unique en matière de pédagogie. Wink

Mowgli
Expert


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: production d'écrit au cp

Message par doublecasquette le Mer 13 Juil 2011 - 21:17

"Tu as vu le chat, il chasse", ça peut être aussi mauvais que "J'ai rêvé que j'étais le mari de la maîtresse", si la phrase suivante ne reprend pas, au moins en partie les éléments de cette phrase, si l'enseignant croit que puisque tous les élèves de la classe ont lu, un jour de septembre, les mots "tu", "as", "vu", "le", "chat", "il", "chasse", ils seront tous capables, sans autre renforcement ni apprentissage, d'écrire au mois d'octobre, de janvier ou de mai "Un chasseur sachant chasser chasse sans son chien" ou encore s'il pense qu'il doit rester sur cette phrase jusqu'à ce qu'il en ait fait étudier une à une toutes les relations grapho-phonétiques et grammaticales.

Tout comme, d'ailleurs, "J'ai rêvé que j'étais le mari de la maîtresse" pourrait devenir beaucoup moins mauvais si on l'utilisait différemment que ce qui est prévu dans le cahier d'activités n° 1 de "Ribambelle" de la page 20 à la page 44 . Si, si, je viens d'aller vérifier, c'est bien 24 pages d'activités, soit 6 semaines de classe affraid, qui ne font avancer les élèves que d'un demi-quart de poil sur le chemin du déchiffrage !


_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: production d'écrit au cp

Message par Rikki le Mer 13 Juil 2011 - 21:45

J'entends bien.

Il me semble néanmoins qu'il faut déployer plus de talent pour exploiter "J'ai rêvé que j'étais la mari de la maîtresse" que pour exploiter "Tu as vu le chat, il chasse."

Après, on peut aimer relever des défis, hein !

_________________
Les fiches pour apprendre à lire : http://www.ruedesinstits.com/page_rikki.htm (merci JuliePie)

Rikki
Monarque


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: production d'écrit au cp

Message par Mowgli le Mer 13 Juil 2011 - 21:59


Je propose la motion de synthèse suivante :

"Sacha rêve que le chat chasse." Razz Razz Razz

Mowgli
Expert


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: production d'écrit au cp

Message par doublecasquette le Mer 13 Juil 2011 - 22:03

Rikki a écrit:J'entends bien.

Il me semble néanmoins qu'il faut déployer plus de talent pour exploiter "J'ai rêvé que j'étais la mari de la maîtresse" que pour exploiter "Tu as vu le chat, il chasse."


Mouais, peut-être un peu plus, en effet. L'auteur n'a pas pensé à mettre au moins deux fois la même syllabe...
Il y a bien le "ai" de "J'ai", "j'étais", "maîtresse", mais en septembre-octobre, ce n'est pas franchement évident.
Il y a "mari" et "maîtresse", le son "mmm" est assez simple à entendre, mais il a tout gâché avec son "aî" !

Remarque, ce n'était pas vraiment leur but, apprendre à lire aux élèves, à ces auteurs (je viens de vérifier, ils s'y sont mis à deux pour faire du socio-psychologico-constructivo-culturalo-éveil), ni de manière synthétique, ni de manière analytique, après tout ! Alors, c'est normal qu'on n'y trouve pas ce qu'on cherche !

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: production d'écrit au cp

Message par doublecasquette le Mer 13 Juil 2011 - 22:05

Mowgli a écrit:
Je propose la motion de synthèse suivante :

"Sacha rêve que le chat chasse." Razz Razz Razz

Ah, voilà qui est mieux !

Sinon, il y avait "J'ai rêvé que j'étais le mari de maman." ou "J'ai rêvé que j'étais le maître de la maîtresse !"

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: production d'écrit au cp

Message par Mowgli le Mer 13 Juil 2011 - 22:12

doublecasquette a écrit:

Sinon, il y avait "J'ai rêvé que j'étais le mari de maman." ou "J'ai rêvé que j'étais le maître de la maîtresse !"


"J'ai rêvé que j'étais l'amie du mari de papa".

Vivons dans notre époque, que diable !

Mowgli
Expert


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: production d'écrit au cp

Message par mflo le Mer 13 Juil 2011 - 22:14

En ces temps de débat autour de la théorie du genre, je me demande s'il est très correct de faire lire à une petite fille qu'elle a rêvé qu'elle était le mari de la maîtresse... abd

mflo
Niveau 10


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: production d'écrit au cp

Message par doublecasquette le Mer 13 Juil 2011 - 22:17

Mowgli a écrit:
doublecasquette a écrit:

Sinon, il y avait "J'ai rêvé que j'étais le mari de maman." ou "J'ai rêvé que j'étais le maître de la maîtresse !"


"J'ai rêvé que j'étais l'amie du mari de papa".

Vivons dans notre époque, que diable !

Mouais... Et tu étudies quoi comme syllabe, là, hein ? À vouloir trop coller à son époque, on en vient à se tromper d'objectif :colere: !

"J'ai rêvé que mamie était l'amie du mari de papa.", là, ça va mieux... Et en plus on leur apprend à ne pas discriminer nos amis les seniors... succes

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum