Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Sandyrina
Habitué du forum

Re: Laurent Gaudé : quel roman en oeuvre intégrale ?

par Sandyrina le Mer 20 Juil 2011 - 12:02
ça m'intéresse aussi, bien que je compte en faire "seulement" une lecture cursive.
avatar
Miguel
Niveau 7

Re: Laurent Gaudé : quel roman en oeuvre intégrale ?

par Miguel le Mer 20 Juil 2011 - 12:47
Il y a une séquence sur Le Roi Tsongor dans le manuel Hachette 1ere...

_________________
"Puisque ces mystères me dépassent, feignons d'en être les organisateurs", Cocteau, Les Mariés de la Tour Eiffel.
avatar
Miguel
Niveau 7

Re: Laurent Gaudé : quel roman en oeuvre intégrale ?

par Miguel le Mer 20 Juil 2011 - 12:48
Et une interview de Gaudé sur cette oeuvre dans le DVD donné avec le spécimen.

_________________
"Puisque ces mystères me dépassent, feignons d'en être les organisateurs", Cocteau, Les Mariés de la Tour Eiffel.
avatar
Sandyrina
Habitué du forum

Re: Laurent Gaudé : quel roman en oeuvre intégrale ?

par Sandyrina le Mer 20 Juil 2011 - 13:31
@Miguel a écrit:Il y a une séquence sur Le Roi Tsongor dans le manuel Hachette 1ere...

Oui j'ai vu ça ! Wink
avatar
nuages
Doyen

Re: Laurent Gaudé : quel roman en oeuvre intégrale ?

par nuages le Ven 5 Aoû 2011 - 16:38
Je viens de finir La porte des Enfers et j'ai été captivée par le roman . Le récit de la descente aux Enfers est vraiment impressionnant. Je vais donc l'étudier en 1èreL pour les réécritures d'Orphée.
avatar
Sandyrina
Habitué du forum

Re: Laurent Gaudé : quel roman en oeuvre intégrale ?

par Sandyrina le Ven 5 Aoû 2011 - 16:45
ça me donne envie...un jour prochain !!!
avatar
Amaliah
Empereur

Re: Laurent Gaudé : quel roman en oeuvre intégrale ?

par Amaliah le Ven 5 Aoû 2011 - 17:04
J'adore Le Soleil des Scorta dont le début a été donné en 2006 au brevet. Je trouve cette oeuvre magnifique. C'est un des romans contemporains que je préfère.

J'ai beaucoup moins aimé Tsongor qui semble pourtant faire l'unanimité. Peut-être faudrait-il que je le relise.

Je n'ai pas accroché avec Eldorado, j'ai trouvé le parallèle un peu facile, je me suis vite ennuyée, j'ai sauté des pages.

J'ai été dernièrement fascinée par La Porte des enfers que j'ai trouvé brillant.

Comme quoi...
avatar
nuages
Doyen

Re: Laurent Gaudé : quel roman en oeuvre intégrale ?

par nuages le Ven 5 Aoû 2011 - 17:15
Je n'ai lu que La porte des enfers , mais avec enthousiasme, et j'ai envie d'approfondir ma connaissance de cet auteur. C'est Le soleil des Scorta qui me tente et ce que tu écris, Amaliah, me le confirme
avatar
Phénime
Niveau 10

Re: Laurent Gaudé : quel roman en oeuvre intégrale ?

par Phénime le Ven 5 Aoû 2011 - 17:57
Le Soleil des Scorta est un très bon roman. En théâtre, j'ai beaucoup apprécié Pluie de cendres. C'est une tragédie au souffle antique qui m'a beaucoup touchée et que j'aimerais étudier en classe.
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Laurent Gaudé : quel roman en oeuvre intégrale ?

par User5899 le Ven 5 Aoû 2011 - 20:26
@Garance a écrit:
@nuages a écrit:
c'est ça! D'après ce que j'ai compris, Garance a toutes les heures d'une 1ère L ; quant à moi , dont la répartition de service a fait l'objet de nombreuses réécritures Wink je n'ai que les 2h spécifiques qui comportent 2 objets d'étude , l'un sur l'humanisme et l'autre sur les réécritures.

comment vas-tu faire pour combiner les OE ? et les élèves, ils étudieront 2 OE au même moment voire 2 oeuvres ? Cela m'intéresse cela finira bien par arriver chez nous aussi.
J'ai fait ça il y a deux ans avec une 1re ES/L. J'avais 2h à la file en plus et je menais les OE spécifiques et des devoirs sur ce créneau. En fait, ça rendait l'ensemble assez étanche, mais bon, on a bien bossé quand même Smile
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Laurent Gaudé : quel roman en oeuvre intégrale ?

par User5899 le Ven 5 Aoû 2011 - 20:27
Ce que j'aimerais bien apprendre, c'est pourquoi cet auteur plutôt qu'un patrimonial. Je demande cela après avoir supprimé un msg trop agressif, que j'avais composé en réaction il y a deux ou trois semaines. Aujourd'hui, je cherche à comprendre. Qu'est-ce que GAUDE va apporter que les grands romanciers n'apporteront pas ?
avatar
nuages
Doyen

Re: Laurent Gaudé : quel roman en oeuvre intégrale ?

par nuages le Ven 5 Aoû 2011 - 21:34
Cripure a écrit:Ce que j'aimerais bien apprendre, c'est pourquoi cet auteur plutôt qu'un patrimonial. Je demande cela après avoir supprimé un msg trop agressif, que j'avais composé en réaction il y a deux ou trois semaines. Aujourd'hui, je cherche à comprendre. Qu'est-ce que GAUDE va apporter que les grands romanciers n'apporteront pas ?

Dans mon programme sur Orphée ce sera une réécriture moderne de la descente aux enfers, mais à la base on étudiera des traductions de Virgile et d'Ovide. Mon oeuvre complète sera Eurydice d'Anouilh , donc Gaudé m'intéresse non pas à la place de grands textes fondateurs mais comme prolongement actuel , tout comme Quignard
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Laurent Gaudé : quel roman en oeuvre intégrale ?

par User5899 le Sam 6 Aoû 2011 - 1:04
@nuages a écrit:
Cripure a écrit:Ce que j'aimerais bien apprendre, c'est pourquoi cet auteur plutôt qu'un patrimonial. Je demande cela après avoir supprimé un msg trop agressif, que j'avais composé en réaction il y a deux ou trois semaines. Aujourd'hui, je cherche à comprendre. Qu'est-ce que GAUDE va apporter que les grands romanciers n'apporteront pas ?

Dans mon programme sur Orphée ce sera une réécriture moderne de la descente aux enfers, mais à la base on étudiera des traductions de Virgile et d'Ovide. Mon oeuvre complète sera Eurydice d'Anouilh , donc Gaudé m'intéresse non pas à la place de grands textes fondateurs mais comme prolongement actuel , tout comme Quignard
D'accord. Mais Anouilh est-il si ancien qu'il soit ainsi accompagné d'une réécriture actuelle ? J'essaye de comprendre comme si je venais de recevoir le descriptif pour interroger...
Et puis... Anouille, vraiment ? Je suis d'une génération qui a tant entendu ce nom raillé de la part de ses enseignants que j'ai quand même un préjugé... Que mes lectures n'ont pas vraiment détruit.
avatar
nuages
Doyen

Re: Laurent Gaudé : quel roman en oeuvre intégrale ?

par nuages le Sam 6 Aoû 2011 - 11:15
Cripure a écrit: Mais Anouilh est-il si ancien qu'il soit ainsi accompagné d'une réécriture actuelle ? J'essaye de comprendre comme si je venais de recevoir le descriptif pour interroger...

Ce n'est pas facile de concevoir l'OE sur les réécritures car il faut aussi aborder plusieurs genres littéraires. Anouilh me donne la possibilité de voir la transposition du mythe d'Orphée au théâtre. Je suis complètement d'accord avec le jugement selon lequel Anouilh n'est pas un grand auteur de théâtre du XXème, en inconditionnelle du théâtre de Beckett que je suis. Les points de départ seront vraiment Virgile et Ovide. Après il s'agira non pas de mettre en valeur la qualité intrinsèque des oeuvres modernes mais d'étudier les variations , comme au sens musical, sur le mythe
avatar
Fabienne
Niveau 10

Re: Laurent Gaudé : quel roman en oeuvre intégrale ?

par Fabienne le Ven 12 Aoû 2011 - 10:50
Laurent Gaudé est un auteur qui pour moi a vraiment sa place dans les mains de nos lycéens.
J'ai travaillé plusieurs fois sur La Mort du roi Tsongor en 2nde, et toujours avec le même bonheur, en trouvant un nouveau souffle et de nouvelles choses à chaque lecture.

Cette année, j'ai interrogé des séries technologiques sur Le Soleil des Scorta pour une classe, et sur Eldorado pour une autre.
Je dois bien avouer que ce fut un régal.

Pour répondre à Cripure: on revient encore sur la fameuse et cyclique querelle des anciens et des modernes. :marteau:
On assiste ces dernières années, depuis la parution des nouveaux programmes au collège, puis au lycée, à une forme de racisme et de mise au ban de tout ce qui touche de près ou de loin à la littérature contemporaine. Il n'y a qu'à voir la levée de bouclier sur le forum à chaque fois que quelqu'un demande un avis sur une progression où figure une œuvre de littérature de jeunesse, ou demande des pistes sur un roman contemporain. Dans la quasi totalité des cas, il y a toujours une réponse qui dit "et pourquoi tu fais étudier ça?".

Cette idée qui consiste à rejeter avec mépris tout ce qui vient de la fin du XXème siècle parce que ce n'est pas classique, parce que (argument ultime qui me fait rire sous cape) "nos élèves iront d'eux-mêmes vers cette littérature" me tape littéralement sur les nerfs.

Prenons un parti pris d'enseignement, dans lequel je me reconnais de plus en plus: lier les études en classe avec le vécu de nos élèves, et avec l'actualité. On peut certes le faire avec Baudelaire (qu'est-ce qu'être iconoclaste hier, Aujourd'hui?), mais le parallèle n'est pas forcément facile avec Manon Lescaut par exemple. Le roman Eldorado de Gaudé se prête à la fois à l'étude en classe, parce que sa construction est intéressante, ses personnages bien construits, et le thème porteur. (mise en lien avec l'actualité à Lampedusa, avec le thème de l'Eldorado en littérature, etc.)

Alors je te retourne la question: pourquoi ne pas étudier un Laurent Gaudé bien écrit (la construction du chapitre 1 du soleil des Scorta est un modèle du genre, certainement le meilleur incipit qui me soit passé entre les mains depuis des années), plutôt qu'un Balzac bâclé (et Dieu sait qu'il y en a...)?

Je vais te dire quelque chose qui n'engage que moi: je ne veux pas que mes élèves sortent du lycée en gardant à l'esprit que la littérature est un grand cimetière.

Alors bien sûr, je fais étudier des grands classiques, avec bonheur, et je reconnais volontiers que les élèves ont besoin de nous pour aller vers ces œuvres. Mais pour moi ça ne suffit pas. Notre rôle ne se limite pas à ça.
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Laurent Gaudé : quel roman en oeuvre intégrale ?

par User5899 le Ven 12 Aoû 2011 - 12:15
@Fabienne a écrit:Laurent Gaudé est un auteur qui pour moi a vraiment sa place dans les mains de nos lycéens.
J'ai travaillé plusieurs fois sur La Mort du roi Tsongor en 2nde, et toujours avec le même bonheur, en trouvant un nouveau souffle et de nouvelles choses à chaque lecture.

Cette année, j'ai interrogé des séries technologiques sur Le Soleil des Scorta pour une classe, et sur Eldorado pour une autre.
Je dois bien avouer que ce fut un régal.

Pour répondre à Cripure: on revient encore sur la fameuse et cyclique querelle des anciens et des modernes. :marteau:
On assiste ces dernières années, depuis la parution des nouveaux programmes au collège, puis au lycée, à une forme de racisme et de mise au ban de tout ce qui touche de près ou de loin à la littérature contemporaine. Il n'y a qu'à voir la levée de bouclier sur le forum à chaque fois que quelqu'un demande un avis sur une progression où figure une œuvre de littérature de jeunesse, ou demande des pistes sur un roman contemporain. Dans la quasi totalité des cas, il y a toujours une réponse qui dit "et pourquoi tu fais étudier ça?".

Cette idée qui consiste à rejeter avec mépris tout ce qui vient de la fin du XXème siècle parce que ce n'est pas classique, parce que (argument ultime qui me fait rire sous cape) "nos élèves iront d'eux-mêmes vers cette littérature" me tape littéralement sur les nerfs.

Prenons un parti pris d'enseignement, dans lequel je me reconnais de plus en plus: lier les études en classe avec le vécu de nos élèves, et avec l'actualité. On peut certes le faire avec Baudelaire (qu'est-ce qu'être iconoclaste hier, Aujourd'hui?), mais le parallèle n'est pas forcément facile avec Manon Lescaut par exemple. Le roman Eldorado de Gaudé se prête à la fois à l'étude en classe, parce que sa construction est intéressante, ses personnages bien construits, et le thème porteur. (mise en lien avec l'actualité à Lampedusa, avec le thème de l'Eldorado en littérature, etc.)

Alors je te retourne la question: pourquoi ne pas étudier un Laurent Gaudé bien écrit (la construction du chapitre 1 du soleil des Scorta est un modèle du genre, certainement le meilleur incipit qui me soit passé entre les mains depuis des années), plutôt qu'un Balzac bâclé (et Dieu sait qu'il y en a...)?

Je vais te dire quelque chose qui n'engage que moi: je ne veux pas que mes élèves sortent du lycée en gardant à l'esprit que la littérature est un grand cimetière.

Alors bien sûr, je fais étudier des grands classiques, avec bonheur, et je reconnais volontiers que les élèves ont besoin de nous pour aller vers ces œuvres. Mais pour moi ça ne suffit pas. Notre rôle ne se limite pas à ça.
Je comprends tout à fait ce point de vue. Il me semblerait vraiment pertinent dans une organisation où nous disposerions d'un peu plus de temps hebdomadaire, c'est tout.
Pour la mise en relation avec l'actualité, je crois que ce n'est pas mon rôle, étant donné que le manque de recul nous conduit, dans ce cas, à adopter une position militante, qui ne correspond pas au travail pour lequel je suis payé. Je vous comprends là encore, ceci dit, peut-être même que dans ma jeunesse, j'ai pu céder ici où là à cette tendance, mais elle ne me convient plus.
Sur un plan pratique, inscrire un livre comme ceux que vous mentionnez sur un descriptif de Bac, c'est faire courir le risque à des élèves de n'être interrogés que sur les autres textes. Il faut simplement en être conscient.
Mais ma question demeurait naïve : qu'est-ce que cet auteur apporte par comparaison aux autres ? J'ai eu des éléments de réponse. Nota bene : il existe des Balzac non bâclés Laughing
avatar
Celeborn
Esprit sacré

Re: Laurent Gaudé : quel roman en oeuvre intégrale ?

par Celeborn le Ven 12 Aoû 2011 - 12:41
Je vais être plus direct que Cripure (si si, parfois, ça m'arrive Smile ) : je pense que c'est nous donner une position qui n'est pas la nôtre que de faire étudier en classe des œuvres contemporaines (je ne parle pas des cursives). Nous nous érigeons à ce moment non plus en professeurs de collège/lycée, mais en démiurges qui avons décidé au nom de critères tout à fait discutables que tel livre venait instantanément d'accéder au statut d'œuvre d'art. Et qui plus est, nous faisons passer notre jugement subjectif — aussi "expert" soit-il (puisque nous sommes tout de même profs de lettres) — pour une estimation artistique objective.

Or le processus qui conduit à la reconnaissance d'une œuvre comme « morceau d'art » est long et tortueux. Je vois les écrivains dont on se servait dans les manuels des années 50 pour illustrer les leçons de grammaire : hormis Colette, finalement, aucun n'est vraiment resté. Laurent Gaudé, dans 20 ans, dans 30 ans, dans 50 ans, ce sera peut-être un classique… ou alors peut-être rien du tout (car oui, la littérature est un grand cimetière, dans lequel on enterre régulièrement des tonnes de bouquins. Ce qui est vivant, ce sont justement les œuvres qui ont transcendé leur époque ; il faudrait voir à ne pas inverser les choses). Ce n'est en tous les cas pas à nous de décider en tant qu'individu.

C'est pourquoi, au-delà des questions pratiques soulevées (risque que les élèves ne soient pas interrogés dessus : et je sais que si j'étais jury de bac, je n'interrogerais pas là-dessus), je crois qu'il y a une vraie question — que tu poses d'ailleurs Fabienne — quant à notre rôle et quant à notre fonction. je ne pense pas que notre rôle soit spécifiquement de pousser nos élèves vers la littérature contemporaine (je ne m'y pousse moi-même pas, d'ailleurs). Il est de leur apporter une culture qui leur permet de former leur goût, leur jugement, leur esprit critique et leur personnalité. Et leur donner les armes pour se battre dans leurs études avec les autres étudiants… et de ce point de vue, Balzac gagne.

Dernier point : parler d' «une forme de racisme » me semble d'un mauvais goût absolument extraordinaire, et je trouve extrêmement choquant de voir un tel terme employé dans un débat d'idées qui n'a rien, mais alors là rien à voir avec le concept en question.




_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog
avatar
John
Médiateur

Re: Laurent Gaudé : quel roman en oeuvre intégrale ?

par John le Ven 12 Aoû 2011 - 13:49
"Une forme de racisme" signifie une forme d'exclusion par principe, un rejet a priori... Le mot est mal employé, mais l'idée n'a rien d'extrêmement choquant.

Pour la littérature contemporaine, moi je suis plutôt favorable à ce qu'on l'étudie en parallèle des grands classiques, parce que c'est aussi une facette de la littérature et du français.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
avatar
Celeborn
Esprit sacré

Re: Laurent Gaudé : quel roman en oeuvre intégrale ?

par Celeborn le Ven 12 Aoû 2011 - 14:31
@John a écrit:
Pour la littérature contemporaine, moi je suis plutôt favorable à ce qu'on l'étudie en parallèle des grands classiques,

En première, on n'étudie en OI qu'un seul roman (hors bidouillage sur l'objet d'étude argumentatif). Donc ce n'est pas « en parallèle », c'est « à la place de ». Nos horaires sont étiques : on ne peut pas faire croire qu'on apporte un + en étudiant de la littérature contemporaine sans signaler que forcément, on supprime simultanément de la littérature classique.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog
avatar
John
Médiateur

Re: Laurent Gaudé : quel roman en oeuvre intégrale ?

par John le Ven 12 Aoû 2011 - 14:34
Il y a des romans classiques à faire lire en seconde, il y a les oeuvres complémentaires en seconde et en première, il y a des objets d'étude qui permettent de faire lire des romans en OI et/ou en LC (le mouvement littéraire, l'argumentation, et pour les L les réécritures et la Renaissance...).

Donc on peut très bien faire du patrimonial et du contemporain.

Le contemporain peut très bien faire l'objet d'une lecture complémentaire.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
avatar
Celeborn
Esprit sacré

Re: Laurent Gaudé : quel roman en oeuvre intégrale ?

par Celeborn le Ven 12 Aoû 2011 - 14:47
@John a écrit:Il y a des romans classiques à faire lire en seconde, il y a les oeuvres complémentaires en seconde et en première, il y a des objets d'étude qui permettent de faire lire des romans en OI et/ou en LC (le mouvement littéraire, l'argumentation, et pour les L les réécritures et la Renaissance...).

Donc on peut très bien faire du patrimonial et du contemporain.

Le contemporain peut très bien faire l'objet d'une lecture complémentaire.

Mais en lecture complémentaire, oui, on est bien d'accord : je l'ai même déjà dit plus haut.

Mais en OI, i.e en œuvre étudiée en classe en tant qu'œuvre complète, en première, il n'y a qu'un seul roman, je maintiens (je parle en S/ES. En L, ça fluctue entre 1 et 4 si on fait deux romans en réécriture, mais au final, seuls 2 au maximum seront analysés en tant que tels, i.e. le roman et le texte du XVIe). Et en seconde, en OI, c'est entre 0 et 1 roman à l'année.

Pour certains élèves, le roman étudié en première peut être le seul roman qu'ils étudieront au lycée. C'est à mon avis nécessaire de faire un classique. Ça n'empêche nullement d'intégrer de la contemporaine dans un GT à côté, et de faire lire le roman en question en lecture complémentaire.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Laurent Gaudé : quel roman en oeuvre intégrale ?

par User5899 le Ven 12 Aoû 2011 - 14:55
@John a écrit:Pour la littérature contemporaine, moi je suis plutôt favorable à ce qu'on l'étudie en parallèle des grands classiques, parce que c'est aussi une facette de la littérature et du français.
Entièrement d'accord. D'où mon grand regret devant nos horaires. Quand j'ai eu à faire travailler Bonnefoy en T L, je m'adressais à des élèves qui n'avaient lu, comme poésie au lycée, que trois sonnets de Baudelaire. Il y a quelque chose de désolant dans cette approche. Et je m'attends au même problème avec Jaccottet.
Remarque annexe : pour l'utilisation galvaudée de "racisme", je ne suis en revanche pas du tout d'accord. On met le mot à n'importe quelle sauce et on l'affaiblit.
avatar
ysabel
Devin

Re: Laurent Gaudé : quel roman en oeuvre intégrale ?

par ysabel le Ven 12 Aoû 2011 - 15:03
Je suis du même avis que Cripure et Celeborn

la littérature contemporaine en TC et LC (même là, pas trop, je préfère ouvrir vers la littérature étrangère)

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)
avatar
nuages
Doyen

Re: Laurent Gaudé : quel roman en oeuvre intégrale ?

par nuages le Ven 12 Aoû 2011 - 15:08
Cripure a écrit: Quand j'ai eu à faire travailler Bonnefoy en T L, je m'adressais à des élèves qui n'avaient lu, comme poésie au lycée, que trois sonnets de Baudelaire. Il y a quelque chose de désolant dans cette approche. Et je m'attends au même problème avec Jaccottet.



J'aime bien donner à lire des lectures cursives de romans du XXème siècle en seconde, comme Le Parfum que beaucoup considèrent comme un chef d'oeuvre ou encore La jeune fille à la perle qui permet de faire connaître Vermeer. Ce sont des lectures que je mets sur une liste de romans conseillés. Mais le programme 2011-2012 de TL me semble une aberration tant il est déséquilibré par son absence de classiques: face à Rabelais, on trouve Jaccottet, Quignard et de Gaulle! Si encore il y avait eu des écrivains majeurs du XXème comme Camus (et comme je regrette le départ de Beckett!) ...
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Laurent Gaudé : quel roman en oeuvre intégrale ?

par User5899 le Ven 12 Aoû 2011 - 15:28
@nuages a écrit:
Cripure a écrit: Quand j'ai eu à faire travailler Bonnefoy en T L, je m'adressais à des élèves qui n'avaient lu, comme poésie au lycée, que trois sonnets de Baudelaire. Il y a quelque chose de désolant dans cette approche. Et je m'attends au même problème avec Jaccottet.



J'aime bien donner à lire des lectures cursives de romans du XXème siècle en seconde, comme Le Parfum que beaucoup considèrent comme un chef d'oeuvre ou encore La jeune fille à la perle qui permet de faire connaître Vermeer. Ce sont des lectures que je mets sur une liste de romans conseillés. Mais le programme 2011-2012 de TL me semble une aberration tant il est déséquilibré par son absence de classiques: face à Rabelais, on trouve Jaccottet, Quignard et de Gaulle! Si encore il y avait eu des écrivains majeurs du XXème comme Camus (et comme je regrette le départ de Beckett!) ...
Je regrette beaucoup la disparition de Beckett, surtout à un an du changement complet de programme et d'orientation de la série L. Mais quitte à faire lire du contemporain, je me refuse à faire lire encore un livre avec un personnage particulier. Je préfère donner les Fictions de Borges, L'Emploi du temps de Butor. Mais l'ennui, c'est que mes cursives, je les étudie aussi en classe, parce que tout seuls, les miens y arrrivent mal. Bon, Le Parfum, oui, bien sûr. Mais dans le même genre, Le Nom de la rose me semble plus intéressant.
avatar
Fabienne
Niveau 10

Re: Laurent Gaudé : quel roman en oeuvre intégrale ?

par Fabienne le Sam 13 Aoû 2011 - 11:29
Sur la question des horaires on est tout à fait d'accord.
Pour le reste, cela mériterait des heures de débat.

Mais je veux quand même revenir sur deux points:

- Le 1er sur l'emploi du mot "racisme". Terme un peu fort, j'en conviens, mais qui résume une tendance systématique ces dernières années ici et ailleurs: la littérature contemporaine et la littérature de jeunesse sont mises à l'index. Pour ainsi dire aucune discussion sur telle ou telle séquence sans que ne vienne à un moment une critique pour "rappeler à l'ordre" le contrevenant sur ce qu'on peut ou ne peut pas étudier en classe. Il y a encore 3 ans de cela, la littérature de jeunesse faisait partie des programmes, et maintenant, c'est une sorte de tabou qui doit rester cantonné à la maison. J'attends de voir où on en sera dans 5 ans...

- Notre rôle à nous. Nous ne sommes pas que des passeurs de patrimoine à mon sens. Cela fait partie intégrante de notre mission, certes, mais le goût de lire, la passion dévorante qui prenait la plupart d'entre nous lorsqu'on était enfants, et qu'on dévorait des livres à la lampe torche le soir dans notre lit après le couvre-feu? Est-ce que ce n'est pas aussi un peu notre rôle que de transmettre ça, que de donner envie? Si demain on me dit que je ne peux plus arriver en cours, poser mes fesses sur le bureau et regarder mes élèves en silence puis leur dire: "Bon aujourd'hui je ne peux pas commencer le cours sans vous parler de ce bouquin qui m'a empêchée de dormir la nuit dernière et qui me donne cette allure de déterrée", je ne suis pas sûre que j'aurai encore envie d'exercer. Bon sang, la littérature est vivante! Si les classiques sont des classiques, c'est bien parce qu'ils ont des résonances aujourd'hui, parce que comme vous le disiez ils transcendent les époques.

Peu m'importe que Gaudé ne soit pas un (encore) classique, que Wajdi Mouawad ou Pommerat ne soient pas encore des dramaturges au Panthéon, ou que Jaccottet, Jammes, Michaux ou Réda ne soient pas dans le Lagarde et Michard. j'en parle en cours. j'étudie des passages, voire des oeuvres d'eux, et personne ne s'en porte plus mal.
Contenu sponsorisé

Re: Laurent Gaudé : quel roman en oeuvre intégrale ?

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum