parler ou se taire?

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: parler ou se taire?

Message par eauderose le Sam 29 Nov 2008 - 11:07

Pour revenir au sujet de Nell, je dirais que je comprends tout à fait son point de vue ! PP, c'est faire le lien entre profs et élèves, notamment quand les profs en question ne veulent rien entendre ! Je ne supporte pas ces profs (oh là! je juge, mon dieu!) qui abusent du petit pouvoir qu'ils ont et refusent la discussion avec les élèves. Ils ont beau être petits, ces élèves, on a beau être adulte, PROF, respectable, on a le droit d'être intelligent, conciliant et diplomate ! Moi, j'irais en parler au directeur ! Je l'ai déjà fait (oh la méchante !) : notre prof de musique avait donné le contrôle à recopier 15 fois intégralement aux élèves qui n'avaient pas eu la moyenne. Je trouve ça débile, en tant que prof, en tant que parents aussi. Evidemment, le lendemain, avalanche de courriers de parents, j'ai confié ça directement au directeur qui s'est arrangé avec elle et les parents. On a pas tous les droits sous prétexte qu'on est prof, qu'on a le savoir et le pouvoir ! Et on a des comptes à rendre à notre hiérarchie, comme n'importe quel salarié ! Comme par hasard, c'est toujours avec les mêmes collègues qu'il y a les abus de pouvoir et les caprices. Après ils se plaignent que c'est l'escalade avec les parents (qui les jugent - oh les méchants ... ils ont quand même le droit d'avoir leur avis !) et les élèves ! Je suis la première à être ferme et exigeante avec les élèves, mais quand je dois sanctionner ou imposer quelque chose, je réfléchis ! Notons quand même que ce genre de collègue, c'est 0.1% de notre profession, c'est pas la majorité!
C'est vrai qu'on est souverain dans notre classe, qu'on a pas à se mêler du cours du collègue mais on a pas tous les droits!
Quant à son absence à tous les conseils, ça me choque ! Une fois de plus , je me sens très minoritaire ...
Courage Nell !

eauderose
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: parler ou se taire?

Message par Libé-Ration le Sam 29 Nov 2008 - 11:18

@John a écrit:
Sinon John, effectivement c'est sans doute pas si lourd, mais ça représente du volume, et ça n'est peut-être pas si facile à caser dans un cartable "carré".

Sauf qu'il est question de
cette histoire de poids des cartables
.

Donc c'est bien du poids qu'il s'agit. Le canson, le calque, les crayons, les feutres, la gouache, la palette et la demi-bouteille plastique ne me semblent pas peser bien lourd, et ne prennent pas plus de place qu'un manuel quelconque de 4eme.

Hem, je me rappelle, en tant qu'élève poids plume de 6e, des jours où il y avait arts plastiques : mon sac prenait la forme (et le poids) d'un semi-remorque et je ne pouvais pas le mettre sur mon dos sans tomber. Parce que tout ça, c'est en plus du manuel de maths, du classeur de français, etc. Quand on pèse 25 kg tout mouillé, et que le cartable pèse 13 kilos... on larguerait bien la pochette à dessin, les deux ou trois trousses pour stocker les gouaches, les feutres, etc.

Mais c'est au chef d'établissement et aux parents d'intervenir, pas au PP.

Libé-Ration
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: parler ou se taire?

Message par roxanne le Sam 29 Nov 2008 - 11:19

"Et on a des comptes à rendre à notre hiérarchie, comme n'importe quel salarié "
sauf qu'aux dernières nouvelles, le pp n'est pas le chef de ses collègues ...

roxanne
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: parler ou se taire?

Message par Ruthven le Sam 29 Nov 2008 - 11:19

@eauderose a écrit:On a pas tous les droits sous prétexte qu'on est prof, qu'on a le savoir et le pouvoir ! Et on a des comptes à rendre à notre hiérarchie, comme n'importe quel salarié ! Comme par hasard, c'est toujours avec les mêmes collègues qu'il y a les abus de pouvoir et les caprices. Après ils se plaignent que c'est l'escalade avec les parents (qui les jugent - oh les méchants ... ils ont quand même le droit d'avoir leur avis !) et les élèves !

Réponse virulente.

Dieu me protège de t'avoir pour collègue! Remplace "prof" par PP dans ton discours, tu verras cela revient au même. Le PP n'a pas à intervenir sur les choix pédagogiques des collègues; si l'enseignant estime que le contrôle doit être recopié quinze, vingt, trente, cinquante, cent, mille fois, cela ne te regarde pas. Tu n'as aucune compétence et aucun droit pour intervenir dans son enseignement, le PP n'est pas le supérieur hiérarchique d'un collègue ; nous bénéficions jusqu'à présent (enfin en droit) de la liberté pédagogique. Le conseil pédagogique nous en privera parce que des petits chefs l'investiront et nous diront comment gérer notre classe.

Ruthven
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: parler ou se taire?

Message par Reine Margot le Sam 29 Nov 2008 - 11:24

un prof n'est pas intouchable, loin de là, mais je ne suis pas du tout d'accord avec eauderose (tu n'es pas minoritaire, d'ailleurs). pour moi les parents et les élèves n'ont pas à juger de la compétence d'un prof, car si nous sommes sans cesse obligés de rendre des comptes aux élèves et aux parents nous n'avons plus aucune autorité sur les élèves, et les parents se comporteront encore plus en "consommateurs", ce qu'ils font déja assez. oui il ya des collègues dont les pratiques sont discutables, mais c'est notre hiérarchie qui doit sanctionner. avons-nous, en tant que PP ou simple collègue, le droit de juger un autre prof? au nom de quoi? un prof ne met pas assez, trop de notes, enlève illégalement des points pour des raisons de comportement? c'est au chef d'étb de lui remonter les bretelles.
Pourquoi? parce que même si certains profs sont incompétents (comme partout), on doit préserver notre autorité. Si les parents, élèves, peuvent se plaindre à tout bout de champ, nous ne pourrons tout simplement pas faire notre métier, face à des "clients" toujours plus exigeants. Voyez l'exemple de la sortie de stered: ce père qui a refusé d'inscrire son fils au voyage et qui ensuite menace de sanctions si son enfant n'est pas réintégré. le point de vue d'eauderose suppose que les critiques des parents et des élèves soient toujours fondées, ce qui est loin d'être le cas. pas plus tard qu'hier, mes élèves de 6e à qui je passais le petit poucet en DVD m'ont dit que c'était trop bébé pour eux. je suppose alors que je devrais revoir tout mon cours dès que j'ai une doléance.
c'est la porte ouverte à toutes les fenêtres, comme on dit, et à la démagogie...

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: parler ou se taire?

Message par eauderose le Sam 29 Nov 2008 - 11:39

Le PP n'est pas un supérieur hiérarchique, je n'ai absolument pas dit ça. Mais quand il y a un problème récurrent, c'est lui qui en entend parler tous les jours. Quand il y a un abus, c'est lui aussi. Et quand il reçoit, comme moi, les courriers ou mots de parents, il fait quoi ? La liberté pédagogique, je la conçois tout à fait, l'abus, non! Nous avons des élèves face à nous, qui sont aussi des enfants ou ados ! On a pas tous les droits, je le répète. Je n'interviens pas dans les choix pédagogiques des autres , je ne charge jamais un collègue devant les parents ou élèves, c'est à la directiion de s'en occuper. Quant aux histoires de petits chefs, ça me fait rigoler ! je ne cultive pas l'opposition systématique avec notre hiérarchie, je trouve ça stérile.
D'accord avec Marquise, c'est au chef d'établissement de lui "remonter les bretelles", je ne me suis jamais permis de faire une telle chose !
Quant aux parents, à part quelques unités insignifiantes, ils ne se plaignent pas à tout bout de champ, c'est faux. Ils ont parfiois le droit de râler ou de donner leur point de vue. J'ai vraiment compris ça quand mes enfants ont été scolarisés ...Les parents ont parfois tort aussi (l'exemple de la sortie, c'est évidemment un père ch***t ! et il doit être remis à sa place). Je récidive, faire copier le devoir 15 fois ou donner 30 exos de grammaire pour leur montrer "ce que c'est le travail" (exemple d'un collègue de mon collège), c'est l'armée, c'est idiot, ça n'apprend rien, ni n'éduque personne! C'est mon avis, que je partage ici, je ne vais pas raconter ça aux parents, aux élèves ou aux collègues concernés, bien sur !

eauderose
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: parler ou se taire?

Message par Reine Margot le Sam 29 Nov 2008 - 11:49

@eauderose a écrit: C'est mon avis, que je partage ici, je ne vais pas raconter ça aux parents, aux élèves ou aux collègues concernés, bien sur !

ben c'est excatement ça qu'il faut faire.on peut penser ce que qu'on veut des pratiques d'un collègue mais on le garde pour soi.

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: parler ou se taire?

Message par eauderose le Sam 29 Nov 2008 - 11:52

C'est exactement ce que je fais !

eauderose
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: parler ou se taire?

Message par Reine Margot le Sam 29 Nov 2008 - 12:14

donc nous sommes d'accord: ne rien dire et ne pas se mêler des pratiques des collègues.

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: parler ou se taire?

Message par Nell le Sam 29 Nov 2008 - 12:54

Et ben...je n'aurais pas pensé que cette discussion puisse faire tant de bruit...

Merci Eauderose, ainsi qu'à tous ceux qui ont bien voulu répondre à ma question (simple) en ce qui concerne une potentielle action. Merci aussi Lunelaure (je crois Embarassed ) de m'amoir fait remarquer qu'on ne peut normalement pas enlever des points à un élève pour oublis (sans compter qu'il y a la sanction adéquate prévue sur leur carnet). Ils n'ont pas le droit de laisser leur matériel en classe d'APL, donc 2 fois par semaine, ils emmènent tout. Je sais que mes autres collègues ont le même soucis (principalement les PP de 6èmes qui sont vite déroutés -les 6èmes hein, pas les PP). Peut-être alors un "dialogue" comme l'a suggéré marquise avec l'ensemble des profs. On ne peut non plus la convoquer, comme l'a fait remarquer roxanne, nous ne sommes le chef de personne.

Pour finir, comme Lulamae, John... tu peux donner des coup sde quoi? Laughing (allez, on se détend -enfin pas trop si on veut pouvoir donner des coups Embarassed _ c'est le WE).

Nell
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: parler ou se taire?

Message par Invité le Sam 29 Nov 2008 - 13:03

En cas de litige avec un collègue : je ne connais que trois solutions, progressives selon moi :
1) parler avec le/la collègue, en se mettant à sa place et en essayant de comprendre (sans lui demander de se justifier, essayer "d'attaquer" soft) ;
2) si ça ne marche pas, aller le/la voir à un interclasse avec les délégués élèves; préparer avec eux pour proposer des alternatives, être conciliants ;
3) enfin, selon le résultat obtenu, conseiller aux élèves de faire passer le message par leurs parents, en ayant recours par exemple aux délégués parents.
De toute façon, c'est le lot du PP que d'absorber une partie du mécontentement sans forcément le renvoyer au prof. Certaines baudruches se dégonflent d'elles-mêmes (je ne pense pas à ton cas, Nell, je parle plutôt en général).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum