Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Hannibal
Habitué du forum

Eloge de la récitation

par Hannibal le Mar 30 Aoû - 20:33
La poésie est la clef de l'ordre humain, et, comme j'ai dit souvent, le miroir de l'âme. Mais non pas la niaise poésie, que l'on rime exprès pour les enfants ; au contraire, la plus haute poésie, la plus vénérée. Là-dessus on trouve souvent à dire que l'enfant ne comprendra guère. Sans aucun doute il ne comprendra pas d'abord. Mais la puissance de la poésie est en ceci, à chaque lecture, que d'abord, avant de nous instruire, elle nous dispose par les sons et le rythme, selon un modèle humain universel. Et cela est bon aussi pour l'enfant, surtout pour l'enfant. Comment apprend-il à parler, sinon en réglant sa nature animale d'après ce ramage humain qu'il entend ? Faites donc qu'il récite scrupuleusement le beau ramage. C'est ainsi qu'en réglant d'abord ses passions, il se met en situation de comprendre toutes les passions, s'élevant aussitôt au sentiment, point d'observation d'où l'on découvre tout le paysage humain.
Mais il est grossier et comme sauvage ? Il est indifférent à ces choses ? je n'en crois rien. La grande poésie a prise sur tous. Les plus rudes compagnons veulent la plus grande poésie. Il n'en faut pas moins contre la grimace, qui est une sorte de poésie, mais sans secours. Donc toute la poésie à tous, autant qu'on pourra ; et toute la langue humaine, autant qu'on pourra. L'homme qui n'est pas discipliné selon cette imitation n'est pas un homme.
(Alain, Propos sur l’éducation, XIX)



Je voudrais, sous l’égide d’Alain, plaider en faveur de cet exercice réputé ingrat voire traumatisant qu’est la récitation par cœur d’un poème devant la classe. Sous des formes variées, il se pratique toujours au primaire, souvent encore au collège, plus rarement au lycée.

Or cela fait quelques années que j'y recours systématiquement, car je vois à la récitation les avantages suivants :

1) Elle familiarise les élèves avec quelques grands noms de la littérature. Ronsard n’est plus un étranger à qui connaît quelques-unes de ses odes par cœur. Il n’est plus seulement un nom connu ni un poète admiré – une bonne explication de texte ou une lecture émouvante peuvent suffire à le rendre tel - il est plus que cela, il est une voix, et une voix familière parce qu’elle nous habite – c’est désormais une présence.

2) Elle apporte du vocabulaire - et non seulement cela, mais aussi des structures syntaxiques parfois complexes. Elle oblige l’élève à hiérarchiser correctement les propositions et à tenir compte de la place et du rôle de chacune dans l’ensemble de la phrase, tout cela au profit du sens.

3) De la même manière, elle impose à l’élève d’avoir une vision d’ensemble du texte, d’en saisir la structure, en l’obligeant à découvrir pour la suivre la logique de sa progression. Contrairement à ce que l'on croit, elle demande ainsi une réelle intelligence du texte. L’apprentissage par cœur donne à l’élève le sentiment de maîtriser parfaitement le texte, qui est devenu réellement sien et reste offert à loisir à son admiration.

4) Elle permet encore, à condition que les textes appris soient multiples, de saisir concrètement, intuitivement, la tonalité d’ensemble propre à chaque auteur, et de comparer des univers différents. Tel extrait de Racine, comparé à Lamartine, illustre très concrètement ce qui sépare le classicisme du romantisme, et comparé à Corneille, ce qui distingue l’auteur de Phèdre de celui du Cid.

5) Elle est aussi, et cela n’est pas sans valeur, un élément de la culture commune et partagée, dans la classe d’abord, mais aussi en famille, parce que les parents ou les frères et sœurs seront souvent impliqués dans l’exercice, et jusque dans la Cité. C’est encore un lien avec les générations précédentes, puisque si Grand-mère n’apprenait pas à son époque les différents types de focalisation, elle apprenait bien souvent des fables de la Fontaine ou des poèmes de Victor Hugo. Malgré ce que l’exercice peut avoir pour certains de pénible, il trouve dans cette permanence une légitimité aux yeux des familles et des enfants eux-mêmes.

6) L’apprentissage par cœur est encore, et c’est une de ses admirables qualités, un travail égalitaire : quel que soit son niveau, quelles que soient ses difficultés scolaires ou même sociales, tout élève est capable d’en venir à bout, et plus encore, d’y réussir parfaitement. On n’y peut en effet viser que la perfection et cette perfection est merveilleusement accessible. C’est au plus une question de patience, certains mémorisant plus vite que d’autres. La réussite ou l’échec sont de plus incontestables et évidents pour l’élève lui-même.

7) C’est un exercice ponctuel, délimité, qui apporte un progrès modeste mais réel et instantané. L’élève ne peut se mentir à lui-même ni se tromper : il sait bien s’il est capable ou non de réciter le poème entier sans accroc. C’est ainsi qu’il peut prendre goût à la satisfaction d’aller jusqu’au bout de la tâche.

8) C’est la récitation proprement dite, au tableau devant le professeur et devant la classe, qui impressionne et qui effraie. On ne craint pas une mauvaise note, on craint surtout de perdre la face devant le professeur et, plus encore, devant ses pairs. Constatons cyniquement que c’est là un levier puissant pour des élèves qu’on cherche toujours davantage à motiver, mais n’abusons pas de la facilité qu’il nous fournit. Il y a des élèves aux personnalités timides, complexées, fragiles, et si l’on doit les encourager à affronter la situation, il importe que cette violence qu’il est vain de nier reste acceptée par l’élève. Il est toujours possible en dernier recours de demander une récitation écrite, ou encore, en fin de cours, une récitation orale en comité restreint, à celui que l’exercice rend réellement malade. Au fil du temps, s’il est régulier, l’habitude de l’exercice se prend. Il devient rituel, et les élèves, mêmes timides, s’attachent aux rites.

9) Il est inutile à mon sens d’évaluer le caractère interprétatif de la récitation, ne démultiplions pas les objectifs. Un élève ayant récité le poème sans faute, avec une élocution impeccable, a mérité la note la plus haute, qu’il ait mis le ton ou non. Là encore, tenons compte des pudeurs et des timidités, cela ne découragera pas spécialement les initiatives en la matière.

Voilà, pardon si je me suis montré un brin pompeux, mais le sujet me tient à coeur ! chevalier
avatar
deya
Niveau 10

Re: Eloge de la récitation

par deya le Mar 30 Aoû - 20:48
J'aime beaucoup ce que tu écris sur ce sujet qui me tint beaucoup à cœur aussi et que je pratique encore au lycée; chaque année c'est pareil, les élèves se révoltent quand je leur annonce qu'ils devront apprendre des textes, parfois longs, mais quelle satisfaction pour eux et pour moi quand ils y parviennent (l'année passée, un élève, qui avait des difficultés en français, avait appris 3 strophes de plus de ce que j'avais demandé du "Lac"!). Je suis d'accord aussi avec ton n°9.
Par contre, je fais apprendre des textes qui ne sont pas des poèmes (genre le préambule des Confessions en 3è dans le cadre de l'autobiographie).
avatar
Thalia de G
Médiateur

Re: Eloge de la récitation

par Thalia de G le Mar 30 Aoû - 20:49
veneration Merci Hannibal

_________________
Le printemps a le parfum poignant de la nostalgie, et l'été un goût de cendres.
Fine
Niveau 6

Re: Eloge de la récitation

par Fine le Mer 31 Aoû - 12:58
Moi aussi je pratique la récitation au lycée et je suis d'accord avec toi sauf sur le n°9 car il me semble que mettre le ton dans un texte est très important et révèle la compréhension du texte.A l'EAF,ils sont jugés sur une lecture expressive du texte.
Je fais réciter des poèmes comme La Fontaine et aussi du théâtre (un monologue du CId par ex)
Après,la seule question que je me pose avec la densité des nouveaux programmes,c'est:comment faire réciter sans perdre trop de temps car c'est une activité chronophage et parfois un peu fastidieuse qd on fait passer tous les élèves à la suite ?Etaler ds le tps engendre des inégalités et réciter par écrit est rapide mais tout perd de son charme !
Alors concrètement,comment tu fais??
avatar
doctor who
Vénérable

Re: Eloge de la récitation

par doctor who le Mer 31 Aoû - 13:49
Excellent Hannibal.

Entièrement d'accord avec toi. Mais je n'arrive pas à dissocier autant que tu le fais l'élocution correcte et le ton. Une bonne élocution est déjà une manière de mettre le ton. Mais je suis d'accord qu'il ne faut pas les emmerder avec des lectures trop théâtrales, quand ils ont du mal.

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com
avatar
Thalia de G
Médiateur

Re: Eloge de la récitation

par Thalia de G le Mer 31 Aoû - 13:53
A propos du ton, j'ai entendu, il y a déjà un bail, un enregistrement d'Apollinaire, récitant "Le Pont Mirabeau" avec beaucoup de platitude, ie, sans y mettre le ton.
Je crois qu'Hannibal veut dire que le ton c'est le plus, la cerise sur le gâteau, mais qu'il n'entre pas dans son évaluation.

_________________
Le printemps a le parfum poignant de la nostalgie, et l'été un goût de cendres.
avatar
doctor who
Vénérable

Re: Eloge de la récitation

par doctor who le Mer 31 Aoû - 13:56
Oui, mais une "élocution impeccable" ne peut faire fi des structures syntaxiques, des types de phrase, des accents et emphases mis sur certains mots. On ne peut pas distinguer à ce point ton et élocution. Il n'y a pas de manière mécanique d'avoir une élocution parfaite. Celle-ci engage toujours un minimum le sens du texte et l'intention du locuteur.


_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com
avatar
Chocolat
Guide spirituel

Re: Eloge de la récitation

par Chocolat le Mer 31 Aoû - 14:04
Perso, j'accepte que les élèves qui ont des problèmes avec la prise de parole en public et avec la mémorisation commencent par une lecture expressive des textes à apprendre; ils peuvent rester à leur place, mais debout, et cela permet d'éviter les crispations des premières fois.

_________________

La réforme du collège décryptée sur un site indépendant et apolitique :
http://www.reformeducollege.fr/
avatar
Celeborn
Esprit sacré

Re: Eloge de la récitation

par Celeborn le Mer 31 Aoû - 14:10
Je dois à l'exercice de la récitation une de mes plus grandes satisfactions professionnelles jusqu'à aujourd'hui. Celle d'avoir FORCÉ une élève de 6e ultra-timide à réciter un poème (ou était-ce une fable ?). Ce fut long, dur, il y a eu des larmes (et une classe adorable qui l'encourageait). Elle l'a fait ! Et on a tous découvert, stupéfaits, une délicatesse d'interprétation absolument délicieuse.

Deux ans après, en 4e, je re trouve la miss : la fluidité et la beauté sont toujours là, mais les larmes ont disparu.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog
avatar
Hannibal
Habitué du forum

Re: Eloge de la récitation

par Hannibal le Mer 31 Aoû - 17:23
Je suis content de voir que je ne suis pas le seul à trouver de l'intérêt à cet exercice !

En ce qui concerne le ton, une récitation "scolaire" fluide et appliquée me suffit, ce ne sont pas des qualités théâtrales que j'exige en premier lieu. Mais certains élèves en manifestent, et c'est évidemment bienvenu quand c'est bien fait.
En revanche on peut attendre - et obtenir- que soient pris en compte liaisons, diérèses et autres détails de prononciation.

En seconde, nous avons pu conserver des heures en demi-groupe qui correspondent aux anciens "modules" : les élèves récitent tous les 15 jours - et je redemande les poèmes précédents, pour qu'ils entretiennent leur mémoire.

Cela devient vite une sorte de rituel, qui prend du temps, certes, mais qui produit aussi de bien beaux résultats: Celeborn en donne un magnifique exemple.
Je me dis que même s'ils oublient tout le reste, ils seront nombreux tout de même à garder quelques-uns de ces textes en mémoire.





_________________
"Quand la pierre tombe sur l'oeuf, malheur à l'oeuf.
Quand l'oeuf tombe sur la pierre, malheur à l'oeuf." (proverbe)
avatar
Pryneia
Niveau 10

Re: Eloge de la récitation

par Pryneia le Mer 31 Aoû - 18:50
Superbe plaidoyer en faveur de la récitation !

Je suis convaincue Smile

_________________
"Leave me alone and let me go to hell by my own route." Calamity Jane

« Nicht ein Wolf ist der Mensch dem Menschen. Er ist ihm Produkt, die totale Ware ist er ihm. » E. Palmetshofer
(« L’homme n’est pas un loup pour l’homme. Il est un produit pour lui, une marchandise, rien de plus. »)
avatar
koxinl
Niveau 3

Re: Eloge de la récitation

par koxinl le Mer 31 Aoû - 19:09
J'avais pratiquée avec plaisir (le mien et celui des élèves quoi qu'ils en disent!) la récitation en collège. C'est un moment qui est aussi l'occasion d'un temps d'écoute, et tout le monde joue le jeu, on voit les bouches des camarades réciter en même temps que l'élève interrogé.

J'avais un très bon élève, qui avait oublié d'apprendre sa poésie, et il a mémorisé le texte en écoutant ses camarades. Il l'a récité sans presque aucune faute!

Je pense que je le ferai aussi en lycée
avatar
MelanieSLB
Doyen

Re: Eloge de la récitation

par MelanieSLB le Mer 31 Aoû - 19:20
Je le fais aussi en LV (anglais)!

_________________
La réforme du collège en clair : www.reformeducollege.fr .

Et pour ceux qui voudraient en comprendre quelques fondements idéologiques:
De l’école, Jean-Claude Milner, visionnaire en 1984 (ça ne s'invente pas!) de ce qui nous arrive: "On ne dira pas que les enseignants sont l'appendice inutile d'une institution dangereuse et presque criminelle; on dira seulement qu'ils doivent devenir Autres: animateurs, éducateurs, grands frères, nourrices, etc. La liste est variable. Que, par là, les enseignants cessent d’être ce qu'ils doivent être, c'est encore une fois sortir de la question. On ne dira pas que les enseignants n'ont pas à exister, mais qu'ils ont à exister Autrement. Que cette Autre existence consiste à renoncer à soi-même pour disparaître dans la nuit éducative et s'y frotter, tous corps et tous esprits confondus, avec les partenaires de l'acte éducatif - manutentionnaires, parents, élèves, etc. -, seul un méchant pourrait en prendre ombrage." (page 24)
avatar
Kapalouest17
Niveau 5

Re: Eloge de la récitation

par Kapalouest17 le Mer 31 Aoû - 19:58
La récitation au collège ? parlons-en !
Quelqu'un me donnera-t-il la solution pour faire passer les 30 élèves dans le temps de la séquence sans consacrer de heures entières à cela ?
avatar
Galadriel29
Neoprof expérimenté

Re: Eloge de la récitation

par Galadriel29 le Mer 31 Aoû - 20:05
moi je n'ai jamais "osé" demandé d'apprendre une récitation, peur de ne pas pouvoir "gérer" le reste de la classe, que ça prenne trop de temps... conseils bienvenus!
avatar
Chocolat
Guide spirituel

Re: Eloge de la récitation

par Chocolat le Jeu 1 Sep - 0:03
@Kapalouest17 a écrit:La récitation au collège ? parlons-en !
Quelqu'un me donnera-t-il la solution pour faire passer les 30 élèves dans le temps de la séquence sans consacrer de heures entières à cela ?

Tu distribues une grille d'évaluation puis chaque élève passe à tour de rôle.
Tu as besoin de deux heures pour cet exercice la première fois, si tu souhaites le mettre en place dans le cadre d'une séquence.

_________________

La réforme du collège décryptée sur un site indépendant et apolitique :
http://www.reformeducollege.fr/
Loubdalou
Expert spécialisé

Re: Eloge de la récitation

par Loubdalou le Jeu 1 Sep - 8:09
Je pense le faire au collège aussi, mais en espagnol.

Je pense qu'au début de la séquence je leur annoncerai que l'on devra connaître tel poème page X pour tel jour (dans 15 jours ?) et que donc je les enjoins à commencer à l'apprendre dès aujourd'hui. En sachant qu'on ne sera capable de le comprendre parfaitement qu'une fois les 15 jours écoulés. Car là se trouve ma difficulté : je ne peux pas leur dire d'apprendre par cœur 4 strophes pour le lendemain, et je ne peux pas non plus passer 15 jour à l'étudier, alors je dois nécessairement leur demander de commencer à l'apprendre alors qu'on ne l'aura pas encore étudié ? Le poème auquel je pense reprend l'essentiel de la séquence, donc il fait une sorte de bilan.
avatar
Thalia de G
Médiateur

Re: Eloge de la récitation

par Thalia de G le Jeu 1 Sep - 8:21
mim29 a écrit:moi je n'ai jamais "osé" demandé d'apprendre une récitation, peur de ne pas pouvoir "gérer" le reste de la classe, que ça prenne trop de temps... conseils bienvenus!
Menaces : - 2 points à celui qui s'agite et/ou bavarde.

_________________
Le printemps a le parfum poignant de la nostalgie, et l'été un goût de cendres.
Loubdalou
Expert spécialisé

Re: Eloge de la récitation

par Loubdalou le Jeu 1 Sep - 8:29
Oui, ou plus de strophe à apprendre, ou punition etc...

Je ne sais pas comment vous faites avec les points en moins pour le comportement. J'ai testé l'année dernière, je me suis fait lynchée !!
avatar
Dryopé
Niveau 7

Re: Eloge de la récitation

par Dryopé le Jeu 1 Sep - 8:51
Je ne fais plus noter les élèves. Trop compliqué, peu d'intérêt à mon sens.
L'année dernière, j'ai fait réciter les élèves par groupe de 5-6 pendant que les autres étaient au CDI avec la documentaliste. Pas de perte de temps et l'exercice s'avère moins ardu pour les plus réservés.
Mais finalement, l'idéal reste, comme il a été dit précédemment, une récitation régulière de quelques élèves. C'est ce que je vais essayer de faire cette année.
Faites vous apprendre des textes appartenant à différents genre littéraire ? (La poésie pouvant surgir là où l'on s'y attend le moins !)
avatar
Celeborn
Esprit sacré

Re: Eloge de la récitation

par Celeborn le Jeu 1 Sep - 8:53
Mon "truc" pour les séances de récitation : ne RIEN leur faire sortir de leur sac. Pas de stylo, pas de gomme, pas de compas : tout de suite, on est nettement + tranquille Very Happy

Et effectivement, je me transforme en lapin-garou si l'un d'eux remue une oreille alors qu'un de ses camarades est en train de passer.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog
Loubdalou
Expert spécialisé

Re: Eloge de la récitation

par Loubdalou le Jeu 1 Sep - 8:57
J'aimerais bien te voir en lapin-garou yesyes ça doit être mimi !
avatar
Celeborn
Esprit sacré

Re: Eloge de la récitation

par Celeborn le Jeu 1 Sep - 9:03
@Loubdalou a écrit:J'aimerais bien te voir en lapin-garou yesyes ça doit être mimi !

AH non, ce n'est pas mimi ! Twisted Evil

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog
avatar
Hannibal
Habitué du forum

Re: Eloge de la récitation

par Hannibal le Jeu 1 Sep - 9:06
Je crois que dans tous les cas il faut :
- de la régularité, si possible, parce que l'exercice devient moins effrayant quand il est répété.
- un calendrier clair.
- du temps, parce qu'en effet faire réciter tout le monde en exige. Les heures en demi-groupe sont idéales pour cela, quand on en dispose.

En classe complète, on peut commencer les séances de 2h par 30 mn de récitation, c'est ce que je fais par périodes en 1ère, où je n'ai pas d'heures dédoublées.
La récitation écrite marche aussi: elle prend moins de temps mais c'est évidemment dommage de s'en tenir à cela.

Le "reste de la classe" se tient en fait très tranquille pendant les récitations : je fais comme Celeborn et ça marche vraiment.

Enfin, saisir les occasions de rappeler les textes appris, en les faisant réciter de nouveau par tel ou tel élève aide beaucoup à les maintenir en mémoire.

Loubdalou :
15 jours c'est très bien comme délai, et je ne crois pas que ce soit très gênant que l'étude ne vienne qu'après l'apprentissage. Elle n'en aura que plus d'intérêt pour eux.

Carinotte :
Je fais réciter des poèmes, des tirades de théâtre, et des poèmes en prose, en augmentant progressivement la difficulté. Il faut bien faire des choix, mais je n'exclus pas d'intégrer quelques beaux extraits de romans.


Dernière édition par Hannibal le Jeu 1 Sep - 11:10, édité 1 fois
avatar
Thalia de G
Médiateur

Re: Eloge de la récitation

par Thalia de G le Jeu 1 Sep - 9:19
on
Celeborn, rien que pour toi
Spoiler:
Off

_________________
Le printemps a le parfum poignant de la nostalgie, et l'été un goût de cendres.
Contenu sponsorisé

Re: Eloge de la récitation

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum