Septembre 2011 : Polémique après le suicide d'une professeur stagiaire à Grenoble

Page 4 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Septembre 2011 : Polémique après le suicide d'une professeur stagiaire à Grenoble

Message par Thijk le Mar 6 Sep 2011 - 21:30

"Pas faite pour ce métier"...
S'il y avait une vie après la mort, ça lui ferait sûrement très plaisir d'entendre ça.

Le problème étant tout de même que ce n'est plus un métier.
C'est autre chose. Mais pas un métier.
Ils sont de plus en plus rares à vouloir subir notre sort.
Pour ma part, j'espère bien ne pas "être fait pour ce métier" !

Thijk
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Septembre 2011 : Polémique après le suicide d'une professeur stagiaire à Grenoble

Message par choco le Mar 6 Sep 2011 - 21:52

Quand j'ai lu l'article j'ai été bouleversé et ça a réveillé en moi tout ce que j'essaye d'étouffer depuis deux mois pour reprendre le dessus, mais je comprends au combien comment on peut en arriver à cette extrémité ... :cry:

choco
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Septembre 2011 : Polémique après le suicide d'une professeur stagiaire à Grenoble

Message par Condorcet le Mar 6 Sep 2011 - 22:02

@lalilala a écrit:
@lulucastagnette a écrit:
@cunégonde a écrit:
@lulucastagnette a écrit:Je trouve ça très triste mais comme Reine, je pense qu'aucun métier ne vaut qu'on y laisse la vie.
Je pense que cette personne avait d'autres problèmes.

Je comprends bien qu'un redoublement ou un licenciement soient des épreuves terribles, mais que faut-il faire ? Arriver à un système où tout le monde serait titularisé ?? scratch

D'autres problèmes, nous en avons tous... Qui sommes-nous pour nous arroger le droit de poser un diagnostic sur l'équilibre psychologique d'une collègue disparue dans des circonstances d'une infinie tristesse?



D'autre part, jusqu'à l'apparition des IUFM, tous les agrégés étaient automatiquement titularisés sans inspection à la fin de leur année de stage. Un système où tout le monde est titularisé, nos profs s'ils étaient agrégés en venaient..

Et qui sommes-nous pour nous arroger le droit de dire qu'elle s'est suicidée A CAUSE du boulot ? humhum

JE suis d'accord avec Reine, ce boulot s'apprend sur le tas, franchement aucun cours d'iufm n'apprendra vraiment à faire cours.
Je suis totalement d'accord pour dire que commencer à temps plein, c'est débile.
Et je suis d'accord aussi pour dire que certains ont la malchance de tomber sur des formateurs/tuteurs peu humains.

Mais titulariser tout le monde, je suis désolée, je trouve que ce serait une grossière erreur.

Non on ne sait pas si elle s'est vraiment suicidée à cause du boulot mais bon, quand on lit ce que dit sa mère on peut penser que son année de stage y est pour quelque chose. Ce boulot s'apprend sur le tas oui, alors pourquoi exiger des stagiaires des choses que des tas de titulaires ne font pas (et ne seraient peut-être même pas capables de faire) sans donner de vrai conseil, sur une seule année? Encore une fois, certains s'adaptent très vite et d'autres ont besoin de temps. Certains ont suffisamment de confiance pour s'en sortir et d'autres ont besoin d'être accompagnés et encouragés. Certains vivent bien leur première année et pour d'autres c'est l'enfer. On ne peut pas titulariser tout le monde (il y a des "cas", on le sait) mais virer dès la première année...quand même...à moins d'une faute grave (mais vraiment grave, pour moi "n'a pas progressé" n'est pas une faute), faut pas exagérer.

Le suicide reste un acte individuel mais aussi un fait social (Durkheim). Je ne m'arroge aucun droit en particulier ni même en général. L'absence de passerelle entre l'EN et d'autres emplois dans la fonction publique d'Etat représente à mes yeux un problème majeur de même que les conditions présentes et passées de l'année de stage.

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).
avatar
Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Septembre 2011 : Polémique après le suicide d'une professeur stagiaire à Grenoble

Message par guiz le Mar 6 Sep 2011 - 22:13

Choco fleurs2

_________________
“You know when you've found it, that's something I learned, coz' you feel it when they take it away” ...
avatar
guiz
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Septembre 2011 : Polémique après le suicide d'une professeur stagiaire à Grenoble

Message par Condorcet le Mar 6 Sep 2011 - 22:19

guizmogirl a écrit:Choco fleurs2

Itou fleurs2 fleurs2 fleurs2 fleurs
avatar
Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Septembre 2011 : Polémique après le suicide d'une professeur stagiaire à Grenoble

Message par Invité le Mar 6 Sep 2011 - 22:35

gelsomina31et choco: d'énormes bisous!!!!!!!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Septembre 2011 : Polémique après le suicide d'une professeur stagiaire à Grenoble

Message par 2+2=5 le Mar 6 Sep 2011 - 22:54


[/quote]
+ 1000 avec Leyade et Kruella. Titulaire depuis 6ans, j'ai "accepté" l'aide de l'IA de ma circonscription plusieurs fois et toujours le même résultat : sape de ma confiance en moi, critiques non constructives, mises en cause personnelles et compagnie.
Je m'efforce de ne pas penser au suicide...

Quand à ne pas être faite pour ce métier... c'est pas faux, je ne suis pas faite pour dompter des bêtes sauvages et psychotiques, pour rectifier 6 à 10 ans de mauvais traitements familiaux et sociaux. Mon peu de formation concerne l’instruction et la co-éducation des enfants de 3 ans à 10 ans. Métier que je ne que trop rarement exercé depuis 6 ans.[/quote]


Malheureusement ça fait partie désormais de notre travail, on ne peut pas/plus se limiter à transmettre des connaissances, si on a pas envie de le faire je pense qu'il vaut mieux changer de travail (si on en a la possibilité)...
avatar
2+2=5
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Septembre 2011 : Polémique après le suicide d'une professeur stagiaire à Grenoble

Message par C'est pas faux le Mar 6 Sep 2011 - 23:11

@condorcet a écrit:
@lalilala a écrit:
@lulucastagnette a écrit:
@cunégonde a écrit:
@lulucastagnette a écrit:Je trouve ça très triste mais comme Reine, je pense qu'aucun métier ne vaut qu'on y laisse la vie.
Je pense que cette personne avait d'autres problèmes.

Je comprends bien qu'un redoublement ou un licenciement soient des épreuves terribles, mais que faut-il faire ? Arriver à un système où tout le monde serait titularisé ?? scratch

D'autres problèmes, nous en avons tous... Qui sommes-nous pour nous arroger le droit de poser un diagnostic sur l'équilibre psychologique d'une collègue disparue dans des circonstances d'une infinie tristesse?



D'autre part, jusqu'à l'apparition des IUFM, tous les agrégés étaient automatiquement titularisés sans inspection à la fin de leur année de stage. Un système où tout le monde est titularisé, nos profs s'ils étaient agrégés en venaient..

Et qui sommes-nous pour nous arroger le droit de dire qu'elle s'est suicidée A CAUSE du boulot ? humhum

JE suis d'accord avec Reine, ce boulot s'apprend sur le tas, franchement aucun cours d'iufm n'apprendra vraiment à faire cours.
Je suis totalement d'accord pour dire que commencer à temps plein, c'est débile.
Et je suis d'accord aussi pour dire que certains ont la malchance de tomber sur des formateurs/tuteurs peu humains.

Mais titulariser tout le monde, je suis désolée, je trouve que ce serait une grossière erreur.

Non on ne sait pas si elle s'est vraiment suicidée à cause du boulot mais bon, quand on lit ce que dit sa mère on peut penser que son année de stage y est pour quelque chose. Ce boulot s'apprend sur le tas oui, alors pourquoi exiger des stagiaires des choses que des tas de titulaires ne font pas (et ne seraient peut-être même pas capables de faire) sans donner de vrai conseil, sur une seule année? Encore une fois, certains s'adaptent très vite et d'autres ont besoin de temps. Certains ont suffisamment de confiance pour s'en sortir et d'autres ont besoin d'être accompagnés et encouragés. Certains vivent bien leur première année et pour d'autres c'est l'enfer. On ne peut pas titulariser tout le monde (il y a des "cas", on le sait) mais virer dès la première année...quand même...à moins d'une faute grave (mais vraiment grave, pour moi "n'a pas progressé" n'est pas une faute), faut pas exagérer.

Le suicide reste un acte individuel mais aussi un fait social (Durkheim). Je ne m'arroge aucun droit en particulier ni même en général. L'absence de passerelle entre l'EN et d'autres emplois dans la fonction publique d'Etat représente à mes yeux un problème majeur de même que les conditions présentes et passées de l'année de stage.

C'est tout-à-fait ça. Un problème majeur et un scandale, car si ces passerelles existaient, cela dédramatiserait complètement la perspective d'être en difficulté au point de se voir barrer la route.
Les stagiaires seraient plus sereins, et par conséquent plus aptes à apprendre leur métier, et on n'en arriverait pas aux extrémités évoquées ici.
Sans compter qu'il est illégitime de jeter à la rue dans l'opprobre des gens qui ont mérité par leur préparation et leur réussite d'un concours difficile.
Dans mon école, je côtoie des formateurs, et la nausée me vient chaque fois que je les entends évoquer le cas de stagiaires en difficulté, comme s'il s'agissait de criminels ou de sous-hommes, sous prétexte qu'ils ont commis (incroyable pour des apprentis) quelque maladresse rédhibitoire.
A aucun moment n'est envisagée l'éventualité qu'ils soient diminués par la pression et l'angoisse d'échouer. Il n'y a pourtant pas besoin d'avoir fait une thèse de psycho.
avatar
C'est pas faux
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Septembre 2011 : Polémique après le suicide d'une professeur stagiaire à Grenoble

Message par frankenstein le Mar 6 Sep 2011 - 23:16

Ouais, c'est bien triste...Quand on entend: "vous n'êtes pas fait(e) pour ce métier", surtout de la bouche de formateurs (souvent planqués ou appuyés par la hiérarchie) IUFMesques, ça m'agace un peu (et même beaucoup)... Personnellement, je pense que l'échelle de pénibilité varie au moins de 1 à 10 selon les classes ou les établissements (on s'épuise ou on stresse au moins de 1 à 10 fois plus). Si on ajoute des conditions extrascolaires difficiles (éloignement du conjoint, problèmes conjugaux ou problèmes matériels ou de logement), à la "peur" du licenciement on peut vite être débordé et tomber dans la dépression...D'autant plus que certaines personnalités sont plus fragiles, s'investissent beaucoup trop ou appliquent à la lettre ce que vont leur dire "les formateurs"
Spoiler:
(alors qu'il faut savoir faire semblant de les croire en pensant "je vous emmerde abrutis !" pour avoir la paix et les voir les moins possible ! diable ...)
Si l'on ne prend pas de recul et si l'on n'est pas "blindé", oui, ça peut être difficile.
Moi, je suis d'accord pour la deuxième chance et même trois ! A l'école primaire (et au secondaire, mais je parle de ce que je connais), il y a d'énormes différences entre les classes...Par exemple, combien de PE de maternelle seraient capables de se coltiner un CM2 bien hard ?! diable Ou inversement, combien de PE n'ayant jamais connu de maternelles seraient capables d'en supporter les côtés pénibles ? Sur le papier, c'est pourtant le même métier...
Il y a un facteur "chance" ou "malchance" énorme dans cette histoire de titularisation...et un terrible gâchis ! Twisted Evil


Dernière édition par frankenstein le Mar 6 Sep 2011 - 23:20, édité 1 fois

_________________
Mettez des pouces verts sur : http://www.youtube.com/user/Choristenimes/videos

Si les élections pouvaient changer la société, elles seraient interdites.

frankenstein
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Septembre 2011 : Polémique après le suicide d'une professeur stagiaire à Grenoble

Message par Hannibal le Mar 6 Sep 2011 - 23:19

Je ne sais pas quelles étaient les raisons précises du geste de Caroline, mais je vois mieux quelles sont celles des détresses passées ou présentes qui s'évoquent ici.

Il est clair que les conseils ne suffisent pas, c'est d'abord de soutien que les stagiaires (et leurs aînés parfois) en difficulté ont besoin.

J'y vois une des pires conséquences d'un système qui tend à traiter ses fonctionnaires comme des individus, plutôt que comme des personnes, mais Reine Margot a raison de dire que la réaction des collègues est parfois violente, parce qu'hautaine ou indifférente.

Je voudrais juste rappeler qu'au fond rencontrer des difficultés est normal quand on commence, et surtout que prendre de la distance s'apprend progressivement. Spontanément, on s'identifie totalement à son rôle de professeur, il faut du temps je crois pour décoller un peu la personne du personnage, et on ne dira jamais assez combien c'est efficace aussi pédagogiquement : la colère simulée effraie bien plus les élèves que la colère réelle ! On apprend cela en même temps qu'on apprend les principales erreurs à éviter, et un an n'y suffit pas toujours.
Et puis on est parfois confrontés à des choses qu'il est humainement difficile de relativiser.

Bref, sauf cas de manquements professionnels graves, je trouve déplorable que la possibilité du redoublement ne soit pas systématiquement accordée (pourquoi pas avec quelques précautions prises à l'avance au cas où un changement d'orientation s'avérerait nécessaire), d'autant plus quand les stagiaires ont perdu le temps libre qui leur permettait jusque-là de prendre cette fameuse distance et de réfléchir avec recul à ce qu'ils font.

Voilà, avec tout mon soutien à Gelsomina, Choco et les autres !
avatar
Hannibal
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Septembre 2011 : Polémique après le suicide d'une professeur stagiaire à Grenoble

Message par Jacq le Mer 7 Sep 2011 - 0:47

@Malaga a écrit:C'est cela le véritable problème. Il est évident que tout le monde n'est pas fait pour ce métier, comme pour chaque métier, d'ailleurs.
Mais le manque total d'humanité, d'empathie dont fait preuve l'EN envers les stagiaires ou les collègues en difficulté n'est pas excusable. Quand on entend parfois le discours de certains IPR à l'issue d'inspection ou de visites-conseil, c'est effrayant. On se ferait immédiatement lyncher si on parlait de la même façon à nos élèves.

Je n'ai pas terminé de lire tous les post.
D'abord pensée pour cette fille. JE suis désolé et atterré. Je viens de découvrir la nouvelle avec ce post ! Et l'auteur ne plombe pas l'année, il nous permet de penser à une collègue stagiaire !

Un mot sur nos IA et IPR.... le pire c'est que souvent ils seraient eux-mêmes bien incapables d'enseigner de nos jours ! Je ne suis pas pour la note par les CDE uniquement et la suppression de la notation des inspecteurs, mais il faudrait qu'eux mêmes soient encore capables de juger l'enseignant en fonction des élèves qui sont en classe DE NOS JOURS, et pas en fonction de leurs souvenirs à eux ! Lorsque je vois comment et combien les élèves ont évolué en 10 ans, et surtout ces 3 dernières années, la difficulté pour les nouveaux à 18h, qui sont jugés par des gens qui n'ont pas eu les mêmes élèves, pas dans les mêmes conditions, cela fait peur. Nous sommes jugés par des gens peut être brillants, mais certains ne sont plus du tout à la page, et enfoncent les débutants sans même se rappeler qu'un jour aussi eux ils ont débuté, et sans doute en cumulant les erreurs avec des gamins bien plus "faciles". J'ai une amie stagiaire, et il faut voir comment elle a été (mal) traitée par son inspecteur, qui s'est pointé une fois dans son cours en fin d'année pour lui expliquer tout ce qu'elle avait mal fait depuis le début de l'année.... et bien il fallait le faire dès le premier mois et pas attendre la fin... c'est vraiment de la foutaise tout cela... La stagiaire requipe donc son année de stage !
Heureusement que Luc Chatel nous explique que tout va bien dans l'univers médiatique de l'EN !

Jacq.


Dernière édition par Jacq le Mer 7 Sep 2011 - 1:12, édité 1 fois
avatar
Jacq
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Septembre 2011 : Polémique après le suicide d'une professeur stagiaire à Grenoble

Message par Jacq le Mer 7 Sep 2011 - 0:56

@Emeraldia a écrit:
@Celeborn a écrit:
Kruella a écrit:C'est bien là qu'on est en plein dans une gestion à la France Telecom.

Oh ! Notre taux de suicide est bien supérieur ! No
Oui hélas, c'est la profession la plus touchée par le suicide et la plus soignée pour troubles dépressifs.

Sans faire de concours nécrologique des fonctionnaires, je crois que le taux de suicide dans la police est le (ou l'un des plus) important. Je ne connais pas les chiffres précis, j'ai eu, mais je n'ai plus. Le taux de révocation y est aussi très important, si ce n'est le plus.

Jacq.
avatar
Jacq
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Septembre 2011 : Polémique après le suicide d'une professeur stagiaire à Grenoble

Message par Jacq le Mer 7 Sep 2011 - 1:06

@Reine Margot a écrit:le souci c'est que c'est un métier qui ne s'apprend que sur le tas. IUFM ou pas, on te donne des conseils mais tu es seule face à la classe et il y a tout un relationnel qu'il est impossible de reproduire même quand on essaie d'appliquer les conseils d'un prof expérimenté. bon, après, l'humiliation gratuite du stagiaire, non, les mômes s'en chargent assez.

Oui, la formation se fait sur le tas... sauf que le tas c'est maintenant 18h, nous en revenons toujours au même problème.
L'humiliation par les élèves... ils ont encore l'excuse de ne pas être des adultes, contrairement à nos inspecteurs !

Jacq.
avatar
Jacq
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Septembre 2011 : Polémique après le suicide d'une professeur stagiaire à Grenoble

Message par Leclochard le Mer 7 Sep 2011 - 7:33

@Jacq a écrit:
@Emeraldia a écrit:
@Celeborn a écrit:
Kruella a écrit:C'est bien là qu'on est en plein dans une gestion à la France Telecom.

Oh ! Notre taux de suicide est bien supérieur ! No
Oui hélas, c'est la profession la plus touchée par le suicide et la plus soignée pour troubles dépressifs.

Sans faire de concours nécrologique des fonctionnaires, je crois que le taux de suicide dans la police est le (ou l'un des plus) important. Je ne connais pas les chiffres précis, j'ai eu, mais je n'ai plus. Le taux de révocation y est aussi très important, si ce n'est le plus.

Jacq.

Pour le suicide, je ne sais pas. Mais pour la révocation, la police a un taux supérieur, c'est certain. Les motifs et les tentations sont sans doute plus nombreux et les procédures plus dures et plus rapides.

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)
avatar
Leclochard
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Septembre 2011 : Polémique après le suicide d'une professeur stagiaire à Grenoble

Message par zabriskie le Mer 7 Sep 2011 - 8:05

Je rejoins Frankenstein sur l'énorme disparité des conditions dans lequel un stagiaire est amené à faire ses preuves.
Durant mon année de stage, j'ai bien constaté au vu du travail que présentaient mes collègues stagiaires que nous n'avions pas, mais pas du tout les mêmes élèves. Que eux travaillaient avec des classes à 25-28, alors que les miennes étaient à 32-33 (en 4ème). Que je bossais dans un bahut en perte de vitesse dans lequel la tension était palpable. Peu à peu, en discutant avec des collègues de l'académie, j'ai fini par comprendre ; un qualificatif revenait sans arrêt dans leur bouche à propos de mon collège : "spécial". Terme poli pour dire "waouh, t'es là bas ? Bon courage"...

La réussite de mon stage a tenu à plusieurs choses :
- une CDE qui m'a soutenue, auprès de l'inspecteur, alors que j'étais clairement bordélisée. Elle voyait que je bossais dur, que j'étais consciencieuse, et c'est ce qui a primé dans son discours et dans son rapport.
- la même CDE s'est arrangée pour que l'inspecteur me visite avec mes 3èmes, la seule classe potable de mon service.
- et enfin, ma capacité à me plier à ce que l'on attend de moi dans la rédaction du mémoire pour l'IUFM, et une certaine facilité pour ce type d'exercice de rédaction, héritée de mes études de philo (problématisation à gogo, même un peu vide, structuration du propos).

Je n'ai pas l'impression d'avoir volé ma place, car j'ai bossé dur pour avoir ce concours, et que je bosse dur pour m'améliorer chaque année. Néanmoins, je sais que je dois en bonne partie ma titularisation à quelques bonnes rencontres, et à des qualités perso qui n'ont pas grand chose à voir avec une aptitude à enseigner dans les petites classes. Si j'avais conjugué cette affectation avec un CDE sadique, je ne sais pas si ça aurait marché.

Une fois la pression de l'année passée, j'ai enfin pu commencer à me poser dans le métier, et par conséquent à faire de meilleurs cours. Il est terriblement triste de constater que des collègues sont empêchés de vivre cette étape.
avatar
zabriskie
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Septembre 2011 : Polémique après le suicide d'une professeur stagiaire à Grenoble

Message par menerve le Mer 7 Sep 2011 - 8:13

C'est très triste mais hélas c'est très proche de ce qui se passe quotidiennement dans l'enseignement....car évidemment on passe sous silence les tentatives ratées!!!!

Pour moi stage en 93/94: impec, tout va bien même si j'ai parfois du mal avec les élèves, je suis titularisée.
94/95 nommée dans un collège où c'est le B..... arrêt en novembre puis poste adapté.
Ensuite encore arrêt maladie suite à tentative no1
En 97 reprise dans un autre coin du Nord....un autre collège où je suis restée 12 ans et où on m'a fait comprendre que c'était moi le problème!!!! Je n'en peux plus et fini par tenter de me taillader les veines un dimanche soir par crainte d'y retourner le lundi!

Finalement j'ai entrepris des démarches pour changer de fonction, repris un poste dans un collège du 62 comme documentaliste cette fois.... miracle: tout se passe bien! Les élèves sont des élèves et plus des délinquants (oh ce ne sont pas des anges mais plus de menaces ni d'insultes!!!), le chef d'établissement reconnait mon travail et m'estime (alors que le précédent m'avait convoquée dans son bureau pour me prier de demander ma mutation).......je suis pourtant la même personne, je ne pense pas avoir changé à ce point...
J'ajoute qu'il a fallu que je me batte pour obtenir un poste de faisant fonction, que je me suis démerdée toute seule pour faire un bilan de compétences etc et que la seule réponse apportée par l'en quand j'étais en grande difficulté avec les élèves c'est: "Mettez vous en arrêt maladie", comme si c'était une réponse satisfaisante sans projet derrière....pour moi c'était "reculer pour mieux sauter". J'ai refusé l'arrêt longue durée après mon arrêt longue maladie contre l'avis du médecin de prévention....car après l'arrêt longue durée, qu'est ce qui m'aurait été proposé, la retraite pour invalidité à ...30 ans???? Et une perspective financière des plus noires?????
avatar
menerve
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Septembre 2011 : Polémique après le suicide d'une professeur stagiaire à Grenoble

Message par roxanne le Mer 7 Sep 2011 - 9:01

Et puis on évolue.Je ne suis pas la même prof qu'à mes débuts sans formation comme contractuelle en lp un peu débordée...alors pas faite pour ça ..je ne sais pas ..
avatar
roxanne
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Septembre 2011 : Polémique après le suicide d'une professeur stagiaire à Grenoble

Message par lalilala le Mer 7 Sep 2011 - 9:36

@zabriskie a écrit:

La réussite de mon stage a tenu à plusieurs choses :
- une CDE qui m'a soutenue, auprès de l'inspecteur, alors que j'étais clairement bordélisée. Elle voyait que je bossais dur, que j'étais consciencieuse, et c'est ce qui a primé dans son discours et dans son rapport.
- la même CDE s'est arrangée pour que l'inspecteur me visite avec mes 3èmes, la seule classe potable de mon service.
- et enfin, ma capacité à me plier à ce que l'on attend de moi dans la rédaction du mémoire pour l'IUFM, et une certaine facilité pour ce type d'exercice de rédaction, héritée de mes études de philo (problématisation à gogo, même un peu vide, structuration du propos).

Je n'ai pas l'impression d'avoir volé ma place, car j'ai bossé dur pour avoir ce concours, et que je bosse dur pour m'améliorer chaque année.

J'étais moi aussi soutenue par la CDE, je me suis pliée à tous les exercices débiles de l'IUFM dont le fameux mémoire, et ça n'a pas suffi, parce que s'il existe des différences au niveau des établissements de stage, il existe aussi des différences entre les formateurs et les inspecteurs des différentes disciplines...certains sont très exigeants et d'autres beaucoup plus cool. J'ai l'impression qu'en svt dans mon académie par exemple, à moins de passer un élève par la fenêtre tu es plutôt tranquille quand tu es stagiaire (j'ai connu un stagiaire de svt tout réservé, peu confiant, fuyant, il a passé l'année à dire qu'il allait redoubler, on avait le même genre de problèmes en classe et il n'a même pas été inspecté, il est passé) alors qu'en espagnol, tous les ans il y a des redoublements (et même licenciements l'année dernière) alors que nous ne sommes en moyenne qu'une dizaine de stagiaires....

J'ai bossé dur pour le concours, je me suis noyée dans le travail pendant toute l'année de stage (parce que je suis perfectionniste, je ne m'en sortais pas), j'ai dû rentrer 3 fois dans l'année le week end chez moi pour voir mon copain (en général c'est lui qui venait me voir le samedi aprem et soir et qui repartait le dimanche matin et encore pas tous les week end), j'ai réclamé de l'aide, on ne m'a pas aidée comme je le souhaitais, je n'ai pas été soutenue (j'ai essayé de dire assez tôt à ma tutrice que je me sentais pas bien et elle m'a sorti que je me cherchais des excuses), j'ai refusé les arrêts maladie que me proposait le docteur parce que je ne voulais pas être mal vue, j'ai payé une inscription en master 2 pour rien alors qu'il ne me restait que le mémoire à faire, donc je pense que je ne méritais pas d'être traitée de glandeuse qui ne s'est pas assez investie.


Dernière édition par lalilala le Mer 7 Sep 2011 - 9:38, édité 1 fois

_________________
Nuestra vida es un círculo dantesco.

Mon blog
avatar
lalilala
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Septembre 2011 : Polémique après le suicide d'une professeur stagiaire à Grenoble

Message par Spinoza1670 le Mer 7 Sep 2011 - 9:37

http://blogs.lexpress.fr/l-instit-humeurs/tag/suicide-des-enseignants/
Suicides : l’Education Nationale plus fort que France Telecom !
le 19 mars 2011 10H42 | par
L'instit'humeurs

Cette semaine le Progrès annonçait le suicide d’un directeur d’école du Rhône, retrouvé pendu dans sa classe quelques minutes avant que les élèves n’arrivent. Dans un mot à ses proches, il faisait part de son « désespoir et ras-le-bol ».

Il y a quelques temps Ouest France titrait « Suicide d’enseignants : malaise à l’école » un article relatant une série de suicides dans l’Education Nationale dans l’Académie de Caen.

Cité dans l’article, le Ministère de l’Education Nationale cherche évidemment à minimiser le malaise, à détacher les suicides des conditions de travail et avance des chiffres : 6 suicides pour 100 000 enseignants chaque année.

Une étude épidémiologique de l’Inserm datant de 2002 annonce quant à elle bien autre chose : 39 cas par an pour 100 000 enseignants, lesquels sont plus de 800 000…

Il s’agit selon cette étude (citée ici) de la population la plus touchée, de peu devant la police. ...............

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)

Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.
avatar
Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Septembre 2011 : Polémique après le suicide d'une professeur stagiaire à Grenoble

Message par Kroko le Mer 7 Sep 2011 - 9:59

Je ne suis pas dans les cas de Choco, Kruella, ou Lalilala, mais moi j'ai vécu la titularisation comme une épreuve de force.
Etape 1. Réussir à changer de tutrice. Réussi mais raté, elle avait envoyé son rapport fielleux avant.
Etape 2 : Madame, vous allez être inspectée. Contrairement à tous les autres de l'académie, vous, vous allez avoir ce stress en plus, parce que bon, c'est pas comme si vous n'étiez pas déjà assez stressée. Mais c'est pour vous rendre service hein.
Etape 3 : Votre inspection s'est très bien passée mais quand même ... Ce problème de tutrice là ... Ben vous savez quoi, venez vous déplacer encore pour un entretien face au jury académique composé de 4 inspecteurs généraux parce que c'est déjà pas assez impressionnant comme ça hein.
Ah en fait ils ne voulaient que voir la bête curieuse, j'aurais pas vraiment dû aller à cet entretien ?

Ben j'ai pété les plombs plus d'une fois.
Je me suis demandé pourquoi je dois travailler tellement plus dur que les autres qui ont fermé leur gueule sur leur difficulté, parce que je voulais juste faire toujours mieux.

_________________
fools, said I, you do not know, silence like a cancer grows
avatar
Kroko
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Septembre 2011 : Polémique après le suicide d'une professeur stagiaire à Grenoble

Message par Mufab le Mer 7 Sep 2011 - 10:05

Pour lui, un soutien exceptionnel lui a été apporté avec un nombre de visites dans sa classe et de journées d’observation bien supérieur aux autres professeurs-stagiaires.

Je suis en colère, à la lecture de cet article (et je vais peut-être éditer après) : voilà, c'est ce qu'on fait quand un PE ne s'en sort pas ? On l'observe des jours entiers, pour bien lui montrer tout ce qui ne va pas ?
Et le Conseiller, il ne voudrait pas inverser, et prendre la classe de A à Z une petite semaine ? Ou lui filer des préps qui ressemblent à des préps, avec les exos et tout et tout, et pas à une liste de compétences ?

Ma première année, on m'a reproché jusqu'aux boîtes à archives qui étaient au fond de la classe, destinées, ben à archiver les cahiers finis, à vider les classeurs... C'était "moche".
Précieux conseil.


Dernière édition par Mufab le Mer 7 Sep 2011 - 12:20, édité 2 fois
avatar
Mufab
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Septembre 2011 : Polémique après le suicide d'une professeur stagiaire à Grenoble

Message par gelsomina31 le Mer 7 Sep 2011 - 10:06

@2+2=5 a écrit:

Malheureusement ça fait partie désormais de notre travail, on ne peut pas/plus se limiter à transmettre des connaissances, si on a pas envie de le faire je pense qu'il vaut mieux changer de travail (si on en a la possibilité)...

Ça fait partie de notre métier désormais parce qu'on l'accepte... Combien sommes nous à avoir passé plusieurs pauses méridiennes devant l'IA pour refuser la fin des Réseau d'Aide? Combien sommes nous à être allé manifester contre la destruction de l'école depuis au moins 6 ans (mon entrée dans le métier)?

Ca ne me dérange pas de faire de la co-éducation. Encore faut il qu'il y ait un minimum d'éducation (parents...), de prise en charge des cas lourds de plus en plus nombreux (service sociaux, réseau d'aide) ainsi qu'un minimum de soutien de l'administration...

Depuis que j'ai commencé, on me dit "Formez vous comme vous pouvez et si vous vous posez des questions ou avez besoin d'aide, démissionnez!".
C'est quoi ce bordel????

Heureusement j'ai quelques collègues dans la vraie vie et d'autres sur le net qui me montre la beauté de ce métier et me redonne du courage. Heureusement que j'ai mon mari et ma famille pour m'empêcher de faire des bêtises quand j'en ai plus que marre.

Mais il y a un moment où il faut pouvoir dire STOP!! ON FONCE DROIT DANS LE MUR!! ARRÊTONS LA MACHINE INFERNALE ET RÉFLÉCHISSONS A COMMENT REPARTIR DU BON PIED!!

Ce n'est pas en enfonçant les stagiaires et en faisant démissionner les titulaires que l'école ira mieux! La sélection par le harcèlement moral , NON MERCI!!!
avatar
gelsomina31
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Septembre 2011 : Polémique après le suicide d'une professeur stagiaire à Grenoble

Message par malo24 le Mer 7 Sep 2011 - 10:10

@Carabas a écrit:
@Audrey a écrit:Et quelqu'un qui ne serait vraiment pas fait pour ce métier, il faut lui donner une seconde chance quand même? Je ne parle pas de ce cas précis, mais je suis perplexe face à une position qui consiste à laisser forcément une deuxième chance à tout le monde...

Triste histoire en tout cas...
Disons que vu la difficulté du concours, vu les sacrifices qu'imposent cette formation, ces études, oui, je trouve qu'on peut. Surtout que les conditions sont loin d'être idéales pour apprendre... Paroifs, ça peut être une question de temps. 5 ou 6 ans d'études pour se faire remercier au bout d'un an, je trouve ça hardos.

Et c'est quoi, "être fait pour ce métier"? Je me souviens d'un sondage que j'avais fait à ce sujet. Si tout le monde, ou presque, s'entendait pour dire que tout le monde n'est pas fait pour ce métier, personne n'a été en mesure de dire ce que c'était, que d'être "fait pour"...

Tout à fait d'accord ! Il est évident que l'on devrait laisser à tous les enseignants une seconde chance, non seulement pour les diificultés et sacrifices d'accès au métier mais aussi parce que l'éducation nationale est la première à parler de "seconde chance" pour nos élèves, et on sait très bien que tout le monde n'avance pas au même rythme, cela ne fait pas pour autant l'incompétence des uns ou des autres. Pourquoi dès lors devrait-on priver les enseignants de cette seconde chance ?
avatar
malo24
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Septembre 2011 : Polémique après le suicide d'une professeur stagiaire à Grenoble

Message par phi le Mer 7 Sep 2011 - 10:15

Je faisais partie de la même fournée que cette stagiaire, nous nous sommes forcément croisés à l'IUFM...
Je pense qu'il s'agit bien plus d'un problème de pression sans formation que d'être fait ou pas pour ce métier, compétent ou pas,... Et encore, on a passé l'année à se dire que c'était encore pire dans d'autres départements ou dans le secondaire...

phi
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Septembre 2011 : Polémique après le suicide d'une professeur stagiaire à Grenoble

Message par Pryneia le Mer 7 Sep 2011 - 10:18

Tout d'abord, quel drame... Toute ma sympathie et mes condoléances à la famille.

Ensuite, comme beaucoup d'entre vous, sans avoir songé au suicide, j'ai pu toucher du doigt la détresse immense dans laquelle ce métier peut nous jeter.

Je suis PE à l'origine. J'ai été recrutée sur liste complémentaire, ce fut difficile, sans formation, j'ai fait quelques bourdes, c'est certain, mais j'ai été soutenue et aidée par mes collègues. Mon année de stage à l'IUFM s'est très bien passée, j'ai eu des rapports très élogieux, pas de problème. Mon année de T1 a été très agréable, j'ai eu une classe de rêve dans une école sympa, où travaillait une équipe soudée, bienveillante. Le top !

L'année suivante, j'ai eu une classe très dure. Je n'ai jamais vu un groupe aussi hétérogène ! J'avais la moitié de la classe qui relevait de la CLIS, ils ne faisaient rien, ne comprenaient rien, n'étaient pas du tout autonomes et je devais différencier systématiquement et aménager les exos (en étant à leur côtés pour qu'ils daignent prendre le stylo). Sans compter les problèmes de comportement, j'avais de petits "sauvages"... Inutile de dire que la partie de la classe qui fonctionnait bien a été "sacrifiée" et que certains parents me l'ont fortement reproché... (Alors que jusque là je n'avais jamais eu aucun problème avec les parents)
Plus tard, dans l'année, j'ai compris que les collègues m'avaient fait cadeau de la classe "poubelle" dont personne ne voulait... Mais je tenais le coup. D'ailleurs, j'ai été inspectée fin novembre, et l'inspecteur a été ravi de mon travail. A partir du mois de février, j'ai commencé à faiblir, cette classe me minait, je devais dépenser une telle énergie pour enseigner (devant les élèves, pour gérer ces gouffres entre eux). J'ai fait appel aux conseillers péda, mais ça n'a pas suffi à ce que je redresse la barre. Et au final, ça s'est retourné contre moi, puisqu'on m'a reproché de ne pas avoir été capable de bénéficier de l' "aide apportée"... Sympa. Bref, à la fin de l'année, j'étais devenue l'ombre de moi-même. Heureusement que j'ai eu toutes ces bonnes expériences les années précédentes, celles-ci m'ont permis de reprendre confiance en moi et de m'auto-convaincre de ma propre valeur.

Donc effectivement, la classe et l'équipe ont un rôle déterminant pour ce qui est des conditions de travail. Une dialectique complexe s'installe, entre l’enseignant, les élèves, les collègues, les parents, et celle-ci peut parfois déboucher sur un désastre.


Dernière édition par Pryneia le Mer 7 Sep 2011 - 10:20, édité 2 fois

_________________
"Leave me alone and let me go to hell by my own route." Calamity Jane

« Nicht ein Wolf ist der Mensch dem Menschen. Er ist ihm Produkt, die totale Ware ist er ihm. » E. Palmetshofer
(« L’homme n’est pas un loup pour l’homme. Il est un produit pour lui, une marchandise, rien de plus. »)
avatar
Pryneia
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Septembre 2011 : Polémique après le suicide d'une professeur stagiaire à Grenoble

Message par Mufab le Mer 7 Sep 2011 - 10:19

Oui, si on devait virer tous ceux qui plantent leurs premiers mois, ou leur première année, il resterait plus grand monde. Enfin je parle pour moi.

Et puis se planter aussi c'est formateur.

_________________
Poky et Lucas, dessin de Phi :

"Là où on ne lit pas, là où on n'élit pas, on ne rigole pas tous les jours. Lire est le propre de l'homme."
(Yvan Pommaux, auteur "Jeunesse")
avatar
Mufab
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum