Foenkinos, La délicatesse

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Foenkinos, La délicatesse

Message par Amaliah le Dim 11 Sep 2011 - 21:59

@Ornella a écrit:si j'ai aimé L'adversaire (sans plus), j'ai eu bcp bcp de mal avec d'autres vies que la mienne
mais je n'entends que du bien du dernier de Carrère donc, je vais tenter peut-être encore une fois...

L'Adversaire sans plus, La Classe de neige m'a glacée, je me suis plongée dans D'autres vies que la mienne et je l'ai lu d'une traite, touchée par le sujet, mais l'écriture n'a aucune consistance pour moi. C'est du reportage sans plus, sans densité, sans qualité littéraire.

Merci Mélody pour les titres cités. Je vais lire celui de S. Germain rapidement, je pense. Et tenter Désert!

Amaliah
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Foenkinos, La délicatesse

Message par Frisouille le Dim 11 Sep 2011 - 22:01

@Ornella a écrit:si j'ai aimé L'adversaire (sans plus), j'ai eu bcp bcp de mal avec d'autres vies que la mienne
mais je n'entends que du bien du dernier de Carrère donc, je vais tenter peut-être encore une fois...

Un roman russe du même Carrère est très bien, avec notamment un premier chapitre really hot ! et audacieux. Limonov en revanche me semble beaucoup plus ambitieux. Je crains d'être larguée par les références historico-politiques. Néanmoins Carrère a pu rendre cela accessible... heu

Frisouille
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Foenkinos, La délicatesse

Message par Igniatius le Dim 11 Sep 2011 - 22:03

J'ai lu "Le procès-verbal" de Le Clézio il y a très longtemps : je crois que c'est son premier roman.

Excellent livre, aride.

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson

Igniatius
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Foenkinos, La délicatesse

Message par Invité24 le Dim 11 Sep 2011 - 22:03

@Melody Nelson a écrit:De Richard Millet, il faut surtout lire La Voix d'alto. C'est un style parfois un peu lourd (comme un bijou lourd), ses phrases se déploient, enveloppent, avec une précision de joaillier -et c'est parfois un peu précieux, mais tout de même, ça a du corps, ça a une voix, une vraie, enfin je trouve.
Oui, le dernier Sylvie Germain, c'est Le Monde sans vous, dédié à ses parents défunts qu'elle évoque tout au long du livre.

Tu as déjà essayé de lire Désert de Le Clézio ? C'est d'une beauté telle, je trouve...

Bobin, jamais lu une seule ligne.
+1.

Tu es la première personne que je connaisse qui l'ait lu!

Et re+1 pour Emmanuel Carrere!

Invité24
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Foenkinos, La délicatesse

Message par lulucastagnette le Dim 11 Sep 2011 - 22:06

Je n'ai pas du tout aimé "L'Adversaire" pour ma part.

lulucastagnette
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Foenkinos, La délicatesse

Message par Ornella le Dim 11 Sep 2011 - 22:08

D'autres vies que la mienne m'a vraiment donné envie de gerber. Jouer avec la malheur des autres pour faire vendre, beurk ! et puis, raconter la mort d'une petite fille va forcément en émouvoir certains, nan? bah, je suis encore en colère contre cet écrivain

Ornella
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Foenkinos, La délicatesse

Message par Invité24 le Dim 11 Sep 2011 - 22:09

ah bon? Shocked

la vache, c'te chef d'oeuvre!!!! vache

Tu t'es ennuyée? La posture t'a génée?

Invité24
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Foenkinos, La délicatesse

Message par Invité24 le Dim 11 Sep 2011 - 22:10

Je ne l'ai pas lu. J'ai lu l'Adversaire, la classe de neige, un roman russe,la moustache et son premier machin sur Mary Shelley.

Invité24
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Foenkinos, La délicatesse

Message par Ornella le Dim 11 Sep 2011 - 22:11

je ne comprends pas l'intérêt de lire Carrere, au même titre que Foenkinos (dont je n'ai lu que La délicatesse d'ailleurs)

Ornella
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Foenkinos, La délicatesse

Message par Amaliah le Dim 11 Sep 2011 - 22:13

Je te trouve dure Ornella, le sujet pour ma part m'a touchée, en me faisant penser à une mère de famille de trois enfants petits qui vient de mourir dans mon entourage très éloigné, je ne vois pas pourquoi on n'aurait pas le droit de parler de la mort. En revanche, ce n'est pas très bien écrit, je n'ai pas été sidérée par l'écriture d'E. Carrère comme j'ai pu l'être très récemment par S. Germain et son Magnus.

Amaliah
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Foenkinos, La délicatesse

Message par Invité24 le Dim 11 Sep 2011 - 22:14

Pour moi l'intéret de Carrere, ce sont ses thèmes - dans ce que j'ai lu en tous cas. Le motif du soupçon. J'y suis très sensible.

Invité24
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Foenkinos, La délicatesse

Message par Takara le Dim 11 Sep 2011 - 22:15

L'Adversaire, je l'ai lu d'une seule traite.
L'histoire est fascinante et terrifiante à la fois!

Takara
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Foenkinos, La délicatesse

Message par Amaliah le Dim 11 Sep 2011 - 22:16

Je te rejoins en fait Ornella quand tu dis ne pas voir l'intérêt de lire cet auteur, ça ressemble à tous ces témoignages émouvants qui se lisent rapidement. Je pense à Des petits pieds dans le sable, le titre n'est pas exact, qui raconte l'histoire d'une petite fille toute petite atteinte d'une maladie dégénérative et du combat de sa famille. Livre écrit par une journaliste que j'ai lu en diagonale au supermarché, les larmes aux yeux mais que je n'aurais jamais acheté.

Edit: titre exact: Deux petits pas sur le sable mouillé.


Dernière édition par Amaliah le Dim 11 Sep 2011 - 22:17, édité 2 fois

Amaliah
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Foenkinos, La délicatesse

Message par Invité24 le Dim 11 Sep 2011 - 22:17

Et pour le coup , L'Adversaire et la classe de neige, qui évoque tout deux la figure du criminel, sont écrits dans une belle langue à la fois simple et précise.

Invité24
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Foenkinos, La délicatesse

Message par Frisouille le Dim 11 Sep 2011 - 22:17

@Ornella a écrit:je ne comprends pas l'intérêt de lire Carrere, au même titre que Foenkinos (dont je n'ai lu que La délicatesse d'ailleurs)

Justement, j'apprécie son habileté à se glisser dans la peau de ses personnages, d'ailleurs la plupart du temps piochés dans le réel. La bio qu'il a consacrée à Philip K. Dick est d'ailleurs une formidable illustration de sa "méthode". Cela peut-être vaguement agaçant car volontiers bobo, mais ses livres me paraissent intéressants...


Dernière édition par Frisouille le Dim 11 Sep 2011 - 22:52, édité 1 fois (Raison : Coquille : merci Saraswati !)

Frisouille
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Foenkinos, La délicatesse

Message par Invité24 le Dim 11 Sep 2011 - 22:18

Lisez les 3 autres (adversaire, moustache, classe de neige): vous verrez qu'il n'y a aucun pathos dedans. Au contraire. Une mise en scène tres habile du mensonge et de la perte de soi dans le mensonge.

Invité24
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Foenkinos, La délicatesse

Message par Ornella le Dim 11 Sep 2011 - 22:19

j'avoue avoir un problème avec l'évocation de la mort dans un bouquin. C'est dû aussi à ma vie perso. Mais ça a été traité avec excès de sentimentalisme et voyeurisme. ça m'a fait penser aux nombreux bouquins du style j'ai vaincu le cancer...
et puis, comme tu dis, ça fait reportage et je le lisais peut-être trop dans l'optique roman.

Ornella
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Foenkinos, La délicatesse

Message par Invité24 le Dim 11 Sep 2011 - 22:20

La moustache a presque une dimension fantastique, tant le doute du narrateur est omniprésent. C'est un roman extraordinaire, au sens propre.

Invité24
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Foenkinos, La délicatesse

Message par Ornella le Dim 11 Sep 2011 - 22:21

@Amaliah a écrit:Je te rejoins en fait Ornella quand tu dis ne pas voir l'intérêt de lire cet auteur, ça ressemble à tous ces témoignages émouvants qui se lisent rapidement. Je pense à Des petits pieds dans le sable, le titre n'est pas exact, qui raconte l'histoire d'une petite fille toute petite atteinte d'une maladie dégénérative et du combat de sa famille. Livre écrit par une journaliste que j'ai lu en diagonale au supermarché, les larmes aux yeux mais que je n'aurais jamais acheté.

Edit: titre exact: Deux petits pas sur le sable mouillé.
voilà, c'est ça.

bon, si je tenterai peut-être de lire autre chose de lui...

Ornella
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Foenkinos, La délicatesse

Message par Amaliah le Dim 11 Sep 2011 - 22:22

D'autres vies que la mienne n'est pas un roman et moi aussi je l'ai lu en m'attendant à un roman, à quelque chose de construit et de bien écrit...! Mais justement je n'ai pas trouvé que c'était voyeuriste, même si le récit de la dernière nuit de la mère de famille m'a émue aux larmes.

Amaliah
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Foenkinos, La délicatesse

Message par Ornella le Dim 11 Sep 2011 - 22:25

mouais. j'ai du mal à parler des livres que je n'aime pas.
La mort est un sujet vraiment difficile pour moi. No (et cette dernière phrase digne de Foenkinos Razz )

Ornella
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Foenkinos, La délicatesse

Message par JPhMM le Dim 11 Sep 2011 - 22:29

@Frisouille a écrit:"ennuyant" : qui ennuie, importune dans le moment.
"ennuyeux" : qui cause de l'ennui, d'une manière constante.

Une pluie inopportune peut être, à la rigueur, "ennuyante", en revanche je ne vois pas comment un tel adjectif peut être adapté à un livre ... scratch

Et j'avoue, ma détestation est profonde parce que je trouve ce mot d'une affreuse vulgarité... Laughing
Merci.

Mais je ne suis pas sûr d'avoir compris.
En somme,
Ennui de l’agacement ("tu m'ennuies") => ennuyant
Ennui de la vacuité ("je m'ennuie") => ennuyeux
C'est ça ? scratch

Edit : non ça doit pas être ça, puisqu'on dit "comme cela est ennuyeux..."
Il s'agirait donc d'une différence de temporalité, si je comprends bien.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Foenkinos, La délicatesse

Message par lulucastagnette le Dim 11 Sep 2011 - 22:35

Ce que je n'ai pas aimé dans "l'Adversaire", c'est le fait de prendre un fait divers glauquissime...
Je n'aime pas du tout ce genre de récit, ça me met mal à l'aise.
Et je n'avais pas du tout trouvé le style terrible.
On l'avait lu en licence, je crois.

lulucastagnette
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Foenkinos, La délicatesse

Message par Saraswati le Dim 11 Sep 2011 - 22:46

@Frisouille a écrit:Justement, j'apprécie son habilité à se glisser dans la peau de ses personnages,
Ennuyant/ennuyeux...
Habilité ou habileté ? Rolling Eyes

Saraswati
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Foenkinos, La délicatesse

Message par Frisouille le Dim 11 Sep 2011 - 22:49

@JPhMM a écrit:
@Frisouille a écrit:"ennuyant" : qui ennuie, importune dans le moment.
"ennuyeux" : qui cause de l'ennui, d'une manière constante.

Une pluie inopportune peut être, à la rigueur, "ennuyante", en revanche je ne vois pas comment un tel adjectif peut être adapté à un livre ... scratch

Et j'avoue, ma détestation est profonde parce que je trouve ce mot d'une affreuse vulgarité... Laughing
Merci.

Mais je ne suis pas sûr d'avoir compris.
En somme,
Ennui de l’agacement ("tu m'ennuies") => ennuyant
Ennui de la vacuité ("je m'ennuie") => ennuyeux
C'est ça ? scratch

Edit : non ça doit pas être ça, puisqu'on dit "comme cela est ennuyeux..."
Il s'agirait donc d'une différence de temporalité, si je comprends bien.

C'est ça, c'est une question de temporalité. Ponctuellement, un enfant peut être "ennuyant", tandis qu'un sujet quelconque sera ennuyeux.

professeur "L’adjectif ennuyant est très fréquemment employé au Québec, en Belgique et dans les Antilles. Il faut cependant savoir qu’il est considéré comme vieilli et régional dans le reste de la francophonie, où l’adjectif ennuyeux réunit les deux emplois."
http://66.46.185.79/bdl/gabarit_bdl.asp?id=2410

Frisouille
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Foenkinos, La délicatesse

Message par Frisouille le Dim 11 Sep 2011 - 22:50

@Saraswati a écrit:
@Frisouille a écrit:Justement, j'apprécie son habilité à se glisser dans la peau de ses personnages,
Ennuyant/ennuyeux...
Habilité ou habileté ? Rolling Eyes

Habileté ! Embarassed
Je vais éditer de ce pas... Embarassed Embarassed Embarassed Embarassed Embarassed

Frisouille
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum