L'autorité en cours de français

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'autorité en cours de français

Message par lapetitemu le Sam 17 Sep 2011 - 13:38

Je vous fais part de réflexions que je me suis faite hier.
Je venais de finir deux heures de cours, l'une avec des 6e, l'autre avec des 4e. Avec les 6e, le cours a été très bruyant. Je n'ai sans doute pas bien choisi mes activités : dictée en début d'heure (impossible d'avoir un silence total pendant plus d'une minute, même pendant que je dictais), travail en groupes en fin d'heure. On était vendredi après-midi, le moment n'était sans doute pas idéal pour ce genre de choses.
Avec les 4e, il y a eu un peu de bavardages, quelques élèves qui m'ont contrainte à interrompre le cours. Rien de vraiment affolant, vu ce que je vivais tous les jours l'an dernier, mais... je ne peux pas dire pour autant que j'étais tout à fait satisfaite. J'aurais voulu, au moins, empêcher les quelques exclamations intempestives de certains élèves, en rapport ou non avec le cours.

Après ces deux heures, je suis restée un peu dans ma salle pour travailler. J'ai laissé la porte ouverte, tout comme le prof de maths qui faisait cours à côté. Je pouvais donc l'entendre. Première chose qui m'a frappée : à un moment, je l'ai entendu pousser une gueulante (mais c'était très maîtrisé, c'est un prof qui, en salle des profs par ex, parle peu, est très calme), un truc du genre "Ca ne va pas pouvoir continuer comme ça ! Vous avez déjà mis le souk en français, ça ne vous suffit pas ?" Problème : je n'entendais aucun bruit d'élèves ! Je me suis donc dit : mais pourquoi engueule-t-il une classe silencieuse ?... Par la suite, je l'ai entendu faire quelques remarques pour remuer certains élèves : "Si tu es volontaire pour aller au tableau, fais-le au moins comme il faut", "Ne te fais pas plus bête que tu ne l'es déjà", ce genre de choses. Toujours sur un ton non seulement élevé, mais surtout, qui montrait son impatience.

Ma première réaction fut de l'envie : ce prof arrive à avoir une classe parfaitement silencieuse, alors qu'apparemment, ce n'était pas le cas dans d'autres cours. Chose que je n'arrive jamais à avoir, sauf avec mes petits 6e4 tout mignons, mais je n'ai aucun mérite.

Puis je me suis dit autre chose : je ne parle pas du tout de la même manière que ce prof, je ne fais pas cours comme lui. Je suis plutôt enjouée, plutôt patiente (enfin, je trouve, et plus que l'an dernier en tout cas), et j'essaye autant que possible de ne jamais montrer d'impatience. Mais quand un élève ou un groupe d'élèves font du bruit, je change de visage. Je fronce les sourcils et là, éventuellement, je hausse le ton, ou du moins je change de ton. C'est une manière d'être qui me convient, qui est assez proche de ce que je suis au naturel, mais qui ne marche pas à 100%. J'ai encore du bruit que je ne voudrais pas avoir.

Enfin, j'en suis venue à me demander si c'était uniquement une question de personnalité, ou une question de matière (attention, là, j'entre sur un terrain épineux, et source de débat !). J'ai l'impression qu'on ne peut pas faire cours de français en étant froide et sévère. Quand on interroge des élèves sur un texte, on n'attend pas seulement d'eux quelques mots dits de manière calme (comme en maths, quand on donne un résultat par exemple), on attend des phrases, on attend des réactions, des émotions, et pourquoi pas, des emportements (s'ils sont en rapport avec le texte). Et si on veut susciter de l'enthousiasme chez nos élèves, il faut bien qu'on leur en donne aussi. Je ne vois donc pas vraiment le moyen, dans ma matière, de rester impassible pendant une heure, sans risque d'emm*** maximal, et de ratage de cours. Et il me semble (et c'est là que j'attends vos points de vue et vos réactions) que c'est davantage possible dans d'autres matières.

Si je vous demande ça, c'est aussi, bien sûr, pour savoir si c'est moi qui fais une erreur de gestion de classe en adoptant ce ton enjoué, souriant, ou plein d'emphase, la majorité du temps, ou si c'est inévitable et normal...


lapetitemu
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'autorité en cours de français

Message par LisaZenide le Sam 17 Sep 2011 - 13:45

J'attends avec impatience les réponses...

Pour ma part, je suis plutôt enjouée et patiente aussi... je répète bien pour que tout le monde suive... je rappelle à l'ordre les élèves dissipés, etc... mais là avec les 4° en particulier, il y a beaucoup trop de bruit et à moins de crier (ce que j'aime pas faire) je ne me fais pas entendre plus loin que le 2° rang, et pourtant j'ai la voix qui porte...
De temps en temps j'arrête le cours pour obtenir de nouveau le calme, en général au milieu d'une phrase... et les élèves attentifs remarquent immédiatement, les autres, ça prend plus longtemps... si ils ne se disent pas que puisqu'il n'y a plus cours, c'est le moment de parler de tout et de rien...

Je me pose la même question de l'erreur de gestion de classe, car, deux fois déjà depuis le début de l'année, j'ai entendu de la part d'élèves qui voulaient travailler : "Arrêtez quand même, la prof est gentille"...
J'ai peur que s'ils pensent que je suis "gentille", ils se croient un peu tout permis...

LisaZenide
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'autorité en cours de français

Message par John le Sam 17 Sep 2011 - 13:53

J'ai l'impression qu'on ne peut pas faire cours de français en étant froide et sévère
Je ne pense pas que ça dépende des matières.

Si je vous demande ça, c'est aussi, bien sûr, pour savoir si c'est moi qui fais une erreur de gestion de classe en adoptant ce ton enjoué, souriant, ou plein d'emphase, la majorité du temps, ou si c'est inévitable et normal...
Tu dis que ce ton te convient, donc il n'y a pas de raison d'en changer. Il y a des profs enjoués qui ont le calme et d'autres qui ne l'ont pas ; il y a des profs froids qui ont le calme et d'autres qui ne l'ont pas. Il y a trop de facteurs pour que ça dépende seulement du ton du prof.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'autorité en cours de français

Message par Derborence le Sam 17 Sep 2011 - 13:56

@John a écrit:
J'ai l'impression qu'on ne peut pas faire cours de français en étant froide et sévère
Je ne pense pas que ça dépende des matières.

Si je vous demande ça, c'est aussi, bien sûr, pour savoir si c'est moi qui fais une erreur de gestion de classe en adoptant ce ton enjoué, souriant, ou plein d'emphase, la majorité du temps, ou si c'est inévitable et normal...
Tu dis que ce ton te convient, donc il n'y a pas de raison d'en changer. Il y a des profs enjoués qui ont le calme et d'autres qui ne l'ont pas ; il y a des profs froids qui ont le calme et d'autres qui ne l'ont pas. Il y a trop de facteurs pour que ça dépende seulement du ton du prof.
+ 1

_________________
"La volonté permet de grimper sur les cimes ; sans volonté on reste au pied de la montagne."
Proverbe chinois

"Derborence, le mot chante triste et doux dans la tête pendant qu’on se penche sur le vide, où il n’y a plus rien, et on voit qu’il n’y a plus rien."
Charles-Ferdinand Ramuz, Derborence

Derborence
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'autorité en cours de français

Message par Reine Margot le Sam 17 Sep 2011 - 13:58

+1 ça ne dépend pas de la matière mais de la personnalité du prof. Et il ne sert à rien d'essayer d'aller contre sa nature, il vaut mlieux essayer de tirer le meilleur parti de notre tempérament.

Sinon rassure-toi, rares sont les profs qui ont le calme tous les ans, avec toutes les classes. En fait, en 22 étb, je n'en ai jamais vu.

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'autorité en cours de français

Message par Mélisande le Sam 17 Sep 2011 - 14:12

Je rejoins John, l'autorité n'est pas une question de caractère, de ton de voix ou d'attitude (enjouée ou calme face à la classe).

Je crois que l'autorité, et la fermeté, dépende plus de ton assurance qu'autre chose.

Par exemple, lorsque j'ai averti à deux élèves, hier, en 5e, de façon très calme : "La prochaine fois que vous parlez, vous aurez un texte à copier." J'étais convaincue et complètement déterminée à leur donner ce texte. D'ailleurs, une ou deux minutes plus tard, j'inscrivais leurs noms au tableau avec la page du texte à copier, et la date du prochain cours pour qu'ils me le rendent. Je n'ai rien dit d'autres (enfin si, j'ai quand même précisé "il fait 43 lignes, vous le recopierez sans faire de faute". Razz ), de façon très calme et très ferme, comme s'il était évident qu'il n'avait pas d'autres choix, désormais, que de se taire et d'effectuer leur punition. De fait, ils se sont tu pour le reste de l'heure. Wink
(Je te dirai lundi si j'ai eu mes punitions Razz ).

Il est vrai qu'en début d'année, tu dois faire beaucoup de discipline, car tu poses les règles de vie de ton cours, et tu dois montrer que tous ceux qui ne les respectent pas en subissent les conséquences. Par exemple, dans chacune de mes deux classes de 5e, j'ai déjà donné une dizaine de punitions (pour bavardage, et surtout pour le travail non fait). Dans ma classe de 4e, j'ai même consigné un élève pour la semaine prochaine (car il n'avait pas fait sa punition pour travail non fait Evil or Very Mad ). C'est fastidieux, il faut tout contrôler, il ne faut rien lâcher, c'est vrai. Mais le jeu en vaut la chandelle. Par exemple, vendredi j'ai déjà pu faire un cours super agréable et sans aucune discipline à faire dans cette fameuse classe de 4e, un régal ! Very Happy

Ce n'est pas amusant du tout, il faut être vraiment rigoureux, mais cela t'apportera la paix pour le reste de l'année, et c'est précieux. Wink


Mélisande
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'autorité en cours de français

Message par Tournesol le Sam 17 Sep 2011 - 14:13

Je pense que nous sommes nombreux à se poser ces questions. Enjouée et patiente, c'est ce que j'essaie d'être également, et j'ai le sentiment que, parfois, certains élèves y voient une autorisation pour ne plus/pas être attentifs...
Jamais je ne crie : je ne sais pas faire, ce n'est pas moi, et j'aurais l'impression de donner l'image d'un pantin désarticulé qu'ils auraient réussi à manipuler. Je hausse le ton parfois, bien sûr, mais sur un "oh !", ou "untel !" ou "silence !". Autrement, je me tais, et j'attends. Et parfois, ça dure...

Au lycée (que je découvre cette année), je n'ai pas changé ma façon d'être. Mais je doute que ce soit une bonne idée, même si je n'ai pas de souci pour le moment (de 17 à 18h jeudi, les 2ndes ont été pénibles et la séance que je voulais orale s'est terminée à l'écrit : je ne les ai plus entendus... Mais là, je sais que j'ai raté quelque chose dans l'élaboration de ma séance... Dernière heure de cours, 1h de 2nde et 4h30 de cours avec mes 4è derrière moi, etc.).

Comme John cependant, je ne suis pas persuadée que cela dépende de la matière.

_________________
J'habite près de mon silence
à deux pas du puits et les mots
morts d'amour doutant que je pense
y viennent boire en gros sabots
comme fantômes de l'automne
mais toute la mèche est à vendre
il est tari le puits, tari.

(G. Perros)

Vis comme si tu devais mourir demain, apprends comme si tu devais vivre toujours. (Gandhi)

Tournesol
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'autorité en cours de français

Message par Danaé le Sam 17 Sep 2011 - 14:20

Ce qui est sûr c'est que ton collègue de maths a une drôle de manière de parler à ses élèves...quel mépris! Tu n'as pas à l'envier!
Pour le reste, je suis prof de français aussi et je pense qu'on se ressemble un peu au niveau de l'attitude. Je ne sais pas me montrer dure et on me qualifie aussi de "gentille" et je ne pense pas que ce soit un compliment...J'ai un gros défaut : je veux que les élèves m'apprécient. Cela dit pour le moment, j'ai des 6°, 4° et 3° et lors des dictées, de la lecture ou pendant qu'ils écrivent il n'y a pas de bruit (pourvu que ça dure!!!)... Je pense que les moments dialogués peuvent être difficiles à gérer car il faut réapprendre les règles de prise de parole et ceci est valable dans toutes les matières!

Danaé
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'autorité en cours de français

Message par lapetitemu le Sam 17 Sep 2011 - 14:59

Bon, j'avoue que j'ai un peu orienté mon récit pour les besoins de ma réflexion, mais je précise que mon collègue est quelqu'un de très bien, enfin, pour le peu que j'en ai vu... Cela dit, oui, parfois, j'ai eu l'impression qu'il ne ménageait pas ses élèves ; et moi, j'ai beau ne pas être démago, je n'ai pas envie pour autant de donner l'impression d'une prof qui ne se satisfait de rien. Parfois, je veux montrer aux élèves que je trouve que le cours se passe bien et que je suis contente.

lapetitemu
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'autorité en cours de français

Message par ysabel le Sam 17 Sep 2011 - 15:11

@Danaé a écrit:Ce qui est sûr c'est que ton collègue de maths a une drôle de manière de parler à ses élèves...quel mépris! Qu'en sais-tu ? quand des élèves font les idiots pour se faire remarquer ou interrompre le cours, autant leur dire franchement...

Tu n'as pas à l'envier!
Pour le reste, je suis prof de français aussi et je pense qu'on se ressemble un peu au niveau de l'attitude. Je ne sais pas me montrer dure et on me qualifie aussi de "gentille" et je ne pense pas que ce soit un compliment...J'ai un gros défaut : je veux que les élèves m'apprécient. Cela dit pour le moment, j'ai des 6°, 4° et 3° et lors des dictées, de la lecture ou pendant qu'ils écrivent il n'y a pas de bruit (pourvu que ça dure!!!)... Je pense que les moments dialogués peuvent être difficiles à gérer car il faut réapprendre les règles de prise de parole et ceci est valable dans toutes les matières!

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)

ysabel
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'autorité en cours de français

Message par ysabel le Sam 17 Sep 2011 - 15:13

@lapetitemu a écrit:Bon, j'avoue que j'ai un peu orienté mon récit pour les besoins de ma réflexion, mais je précise que mon collègue est quelqu'un de très bien, enfin, pour le peu que j'en ai vu... Cela dit, oui, parfois, j'ai eu l'impression qu'il ne ménageait pas ses élèves ; il ne faut pas les ménager, on n 'est pas la pour les caresser dans le sens du poil

et moi, j'ai beau ne pas être démago, je n'ai pas envie pour autant de donner l'impression d'une prof qui ne se satisfait de rien. Parfois, je veux montrer aux élèves que je trouve que le cours se passe bien et que je suis contente. où est le problème ? il m'arrive de remercier les élèves après une bonne séance où ils ont été actifs, volontaires.

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)

ysabel
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'autorité en cours de français

Message par Yolatengo le Sam 17 Sep 2011 - 15:19

@lapetitemu a écrit: je n'ai pas envie pour autant de donner l'impression d'une prof qui ne se satisfait de rien.
Je suis d'accord avec les témoignages précédents et sur le fait que la matière enseignée n'a rien à voir.

Je rebondis juste sur ce passage de ton témoignage : je pense qu'il ne faut pas réfléchir en ces termes et rester ferme par rapport aux objectifs qu'on s'est fixé et à ce qu'on attend des élèves. S'interroger sur l'impression qu'on leur fait c'est, je pense, un mauvais calcul. En tout cas j'ai l'impression que c'est en me posant ce genre de questions que j'ai eu des problèmes de gestion de classe à mes débuts.

Yolatengo
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'autorité en cours de français

Message par lulucastagnette le Sam 17 Sep 2011 - 15:22

Je ne vois pas du tout en quoi l'autorité a quelque chose à voir avec la matière. scratch

Franchement, la façon dont le prof de maths s'adresse aux élèves ne me choque pas du tout... Je fais bien pire ! (mais sans être jamais blessante, sauf si l'élève m'a vraiment chauffée)

D'accord avec tout le monde pour dire que chaque prof a son style, et qu'il est vain de vouloir forcer vraiment sa nature.

Mais je ne suis pas d'accord avec Reine : j'ai croisé plein de profs qui n'ont JAMAIS de problèmes de discipline.

lulucastagnette
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'autorité en cours de français

Message par lapetitemu le Sam 17 Sep 2011 - 15:34

Bon, alors, d'accord, j'enlève mon hypothèse : pas de lien entre autorité et matière.
Je réexplique quand même ce que je voulais dire. En maths, quand le prof pose une question, il attend une réponse concise. Et ensuite, il reprend la parole de manière nette et posée lui aussi : pas besoin de grands emportements pour expliquer Pythagore (je dis pas besoin, mais je ne veux pas dire que c'est interdit : sûrement que des profs de maths font cours avec enthousiasme).
Alors qu'en français, impossible d'avoir ce ton posé, sauf à la limite quand on fait de la grammaire.

Je vous donne un exemple de ce qui m'est arrivé vendredi, chez les 4e.
Je distribue les consignes pour la 1e lecture cursive. En passant près d'un élève, je l'entends marmonner "A quoi ça sert, de lire des livres ?". Ni une, ni deux, je récupère la question, je me remets sur l'estrade, et je transforme ça en question ouverte : "Alors, Kevin demande à quoi ça sert, de lire des livres : vous en pensez quoi, vous ?" Et là, la classe joue le jeu et donne des réponses (ouf !). Et bien sûr, il y en a un qui, un peu pour faire le rigolo, un peu parce qu'il le pense vraiment, dit : "Ouais, mais les films, c'est mieux, non ? Y'a plus de choses, y'a la musique, un livre, c'est neutre". Et là, de deux choses l'une : j'aurais pu lui dire d'un ton sec un truc comme "Je n'ai pas besoin de ce genre de réflexions", mais je n'ai pas voulu. J'ai traité sa réponse comme une vraie réponse. J'ai expliqué que, oui, dans un livre, il n'y a pas de musique, mais il y a d'autres choses : les émotions, les pensées des personnages, etc...
Evidemment, ce fut un moment un peu bruyant, avec des rires, des élèves qui parlaient fort. Mais je ne vois pas comment j'aurais pu le traiter autrement, sans casser tout l'enthousiasme que j'ai pour ma matière, et que j'espère transmettre aux élèves, même les plus réfractaires...

Voilà pourquoi je parlais de différence. Il me semblait que certaines matières limitaient par nature les débordements. Du coup, s'il y a débordement en maths (par exemple), c'est forcément qu'on est en dehors du cours et donc, qu'il faut sévir.

lapetitemu
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'autorité en cours de français

Message par ysabel le Sam 17 Sep 2011 - 15:40

@lapetitemu a écrit:Bon, alors, d'accord, j'enlève mon hypothèse : pas de lien entre autorité et matière.
Je réexplique quand même ce que je voulais dire. En maths, quand le prof pose une question, il attend une réponse concise. Et ensuite, il reprend la parole de manière nette et posée lui aussi : pas besoin de grands emportements pour expliquer Pythagore (je dis pas besoin, mais je ne veux pas dire que c'est interdit : sûrement que des profs de maths font cours avec enthousiasme).
Alors qu'en français, impossible d'avoir ce ton posé, sauf à la limite quand on fait de la grammaire.

Je vous donne un exemple de ce qui m'est arrivé vendredi, chez les 4e.
Je distribue les consignes pour la 1e lecture cursive. En passant près d'un élève, je l'entends marmonner "A quoi ça sert, de lire des livres ?". Ni une, ni deux, je récupère la question, je me remets sur l'estrade, et je transforme ça en question ouverte : "Alors, Kevin demande à quoi ça sert, de lire des livres : vous en pensez quoi, vous ?" Et là, la classe joue le jeu et donne des réponses (ouf !). Et bien sûr, il y en a un qui, un peu pour faire le rigolo, un peu parce qu'il le pense vraiment, dit : "Ouais, mais les films, c'est mieux, non ? Y'a plus de choses, y'a la musique, un livre, c'est neutre". Et là, de deux choses l'une : j'aurais pu lui dire d'un ton sec un truc comme "Je n'ai pas besoin de ce genre de réflexions", mais je n'ai pas voulu. J'ai traité sa réponse comme une vraie réponse. J'ai expliqué que, oui, dans un livre, il n'y a pas de musique, mais il y a d'autres choses : les émotions, les pensées des personnages, etc...
Evidemment, ce fut un moment un peu bruyant, avec des rires, des élèves qui parlaient fort. Mais je ne vois pas comment j'aurais pu le traiter autrement, sans casser tout l'enthousiasme que j'ai pour ma matière, et que j'espère transmettre aux élèves, même les plus réfractaires...

Voilà pourquoi je parlais de différence. Il me semblait que certaines matières limitaient par nature les débordements. Du coup, s'il y a débordement en maths (par exemple), c'est forcément qu'on est en dehors du cours et donc, qu'il faut sévir.

Et que crois-tu que fais le prof de maths si le gamin lui demande : As quoi ça sert que j'apprenne la trigo ?

Honnêtement, quand un élève me sort "à quoi ça sert" je n'ouvre pas la porte, je la lui claque au nez : "à rien, c'est pour t'embêter" par exemple ; et je reprends mon cours.
après le côté enthousiaste ou pas, c'est vraiment en fonction de la personnalité.

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)

ysabel
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'autorité en cours de français

Message par lulucastagnette le Sam 17 Sep 2011 - 15:42

@lapetitemu a écrit:Bon, alors, d'accord, j'enlève mon hypothèse : pas de lien entre autorité et matière.
Je réexplique quand même ce que je voulais dire. En maths, quand le prof pose une question, il attend une réponse concise. Et ensuite, il reprend la parole de manière nette et posée lui aussi : pas besoin de grands emportements pour expliquer Pythagore (je dis pas besoin, mais je ne veux pas dire que c'est interdit : sûrement que des profs de maths font cours avec enthousiasme).
Alors qu'en français, impossible d'avoir ce ton posé, sauf à la limite quand on fait de la grammaire.

Je vous donne un exemple de ce qui m'est arrivé vendredi, chez les 4e.
Je distribue les consignes pour la 1e lecture cursive. En passant près d'un élève, je l'entends marmonner "A quoi ça sert, de lire des livres ?". Ni une, ni deux, je récupère la question, je me remets sur l'estrade, et je transforme ça en question ouverte : "Alors, Kevin demande à quoi ça sert, de lire des livres : vous en pensez quoi, vous ?" Et là, la classe joue le jeu et donne des réponses (ouf !). Et bien sûr, il y en a un qui, un peu pour faire le rigolo, un peu parce qu'il le pense vraiment, dit : "Ouais, mais les films, c'est mieux, non ? Y'a plus de choses, y'a la musique, un livre, c'est neutre". Et là, de deux choses l'une : j'aurais pu lui dire d'un ton sec un truc comme "Je n'ai pas besoin de ce genre de réflexions", mais je n'ai pas voulu. J'ai traité sa réponse comme une vraie réponse. J'ai expliqué que, oui, dans un livre, il n'y a pas de musique, mais il y a d'autres choses : les émotions, les pensées des personnages, etc...
Evidemment, ce fut un moment un peu bruyant, avec des rires, des élèves qui parlaient fort. Mais je ne vois pas comment j'aurais pu le traiter autrement, sans casser tout l'enthousiasme que j'ai pour ma matière, et que j'espère transmettre aux élèves, même les plus réfractaires...

Voilà pourquoi je parlais de différence. Il me semblait que certaines matières limitaient par nature les débordements. Du coup, s'il y a débordement en maths (par exemple), c'est forcément qu'on est en dehors du cours et donc, qu'il faut sévir.

Et bien, tu peux très bien lancer une réflexion sur l'utilité de la lecture sans que ça parte dans tous les sens et que tout le monde parle à tort et à travers... Chacun lève la main et attend son tour pour parler. Un cours qui se fait dans le calme avec une prise de parole bien gérée ne veut pas dire que le cours ne soit pas vivant.
Le prof de maths doit aussi avoir droit à son "à quoi ça sert Pythagore", "à quoi ça sert les équations à double inconnue"... Laughing

lulucastagnette
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'autorité en cours de français

Message par John le Sam 17 Sep 2011 - 15:44

Ben oui, le prof de maths aussi a droit régulièrement à "ça sert à rien de faire ça" Very Happy

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'autorité en cours de français

Message par User5899 le Sam 17 Sep 2011 - 15:50

@John a écrit:
J'ai l'impression qu'on ne peut pas faire cours de français en étant froide et sévère
Je ne pense pas que ça dépende des matières.

Si je vous demande ça, c'est aussi, bien sûr, pour savoir si c'est moi qui fais une erreur de gestion de classe en adoptant ce ton enjoué, souriant, ou plein d'emphase, la majorité du temps, ou si c'est inévitable et normal...
Tu dis que ce ton te convient, donc il n'y a pas de raison d'en changer. Il y a des profs enjoués qui ont le calme et d'autres qui ne l'ont pas ; il y a des profs froids qui ont le calme et d'autres qui ne l'ont pas. Il y a trop de facteurs pour que ça dépende seulement du ton du prof.
+1 Je pense que les paramètres qui entrent en ligne de compte sont nombreux et dépassent le physique ou le ton (tout en s'y combinant). A mon avis, il faut déjà se sentir à l'aise dans sa classe et donc ne pas s'imposer un comportement qui ne nous correspond pas et va nous gêner plus qu'autre chose.

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'autorité en cours de français

Message par User5899 le Sam 17 Sep 2011 - 15:52

@Danaé a écrit:Ce qui est sûr c'est que ton collègue de maths a une drôle de manière de parler à ses élèves...quel mépris! Tu n'as pas à l'envier!
Là, je suis surpris. Du mépris dans les quelques phrases rapportées ? Pour moi, il s'exprime d'une façon tout à fait banale, qui n'est pas la seule façon de parler à une classe, mais qui ne pose pas de problème.

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'autorité en cours de français

Message par JPhMM le Sam 17 Sep 2011 - 15:53

L'utilité des mathématiques ???

Spoiler:
Jacobi a écrit:Monsieur Fourier avait l'opinion que le but principal des mathématiques était l'utilité publique et l'explication des phénomènes naturels. Un philosophe tel que lui aurait dû savoir que le but unique de la Science, c'est l'honneur de l'esprit humain et que, sous ce titre, une question de nombres vaut bien une question de système du monde.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'autorité en cours de français

Message par Erlandur61 le Sam 17 Sep 2011 - 16:09

Je me faisais le même remarque: avoir une classe sans bruit, ou une classe avec un peu de bruit, mais un bruit qu'on peut maîtriser rapidement ? J'enviais les collègues qui n'avaient pas de bruit mais finalement, dans ma matière (langues vivantes) les élèves doivent parler un minimum, faire des travaux de groupe...bref, échanger et qui dit échange, dit réactions, désaccords, donc tons différents. Bref, du coup, je me suis dit c'est pas grave; j'ai le calme quand il le faut, je reste moi-même en l'exigeant, et les élèves comprennent les règles du jeu. Certains tentent de perturber, mais en général ils sont canalisés assez vite (punitions, avertissements, etc.) et donc au final, rien ne vaut de rester naturel, sinon, on a du mal à assumer un autre personnage qui certes a peut-être zéro bruit dans sa classe, mais qui ne nous correspond guère.

Erlandur61
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'autorité en cours de français

Message par roxanne le Sam 17 Sep 2011 - 16:14

Par contre, je suis quand même convaincue d'un truc que j'ai observé à travers les années , c'est qu'à mon avis il est plus difficile à vivre d'être mauvais en français parce que malgré tout c'est leur langue que d'être nul en maths ou en anglais, d'où parfois le rejet violent de la matière.

roxanne
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'autorité en cours de français

Message par Provence le Sam 17 Sep 2011 - 16:27

@lulucastagnette a écrit:

Mais je ne suis pas d'accord avec Reine : j'ai croisé plein de profs qui n'ont JAMAIS de problèmes de discipline.

Même remarque.

Pour répondre à la Petite Mu, je crois que la façon de faire cours dépend de notre personnalité et non de la matière. Je ne suis pas enjouée en cours, en début d'année, tant que je n'ai pas la classe bien en main. Mon objectif est d'instruire mes élèves, dans la joie si c'est possible, dans la douleur si c'est nécessaire.

Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'autorité en cours de français

Message par Provence le Sam 17 Sep 2011 - 16:28

@roxanne a écrit:Par contre, je suis quand même convaincue d'un truc que j'ai observé à travers les années , c'est qu'à mon avis il est plus difficile à vivre d'être mauvais en français parce que malgré tout c'est leur langue que d'être nul en maths ou en anglais, d'où parfois le rejet violent de la matière.

j'ai connu des gamins qui souffraient d'être en échec en maths.

Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'autorité en cours de français

Message par lapetitemu le Sam 17 Sep 2011 - 16:33

Je ne dirais pas que mon collègue a été méprisant, mais je trouve qu'il a eu une phrase maladroite, c'est le "ne te fais pas plus bête que tu ne l'es déjà". Le "déjà" donne à penser que le prof est convaincu que l'élève est bête... Déjà que les élèves ont tendance à surinterpréter nos propos, mais là, au niveau de la construction de la phrase, c'est sans ambiguïté. Même si ce n'est pas vraiment ce que le prof pensait.
Sur le fil des stagiaires, on a asticoté cavecattum parce qu'elle avait dit qu'une question était stupide, ben je trouve ça moins grave que de dire à un élève qu'il est bête.

lapetitemu
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum