Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Gaius.B
Niveau 2

Des idées pour renouveler ma séquence sur la rencontre romanesque (GT 1° L) ?

par Gaius.B le Jeu 6 Oct - 8:55
Voici le plan de ma seconde séquence, intitulée "La rencontre dans l’univers romanesque". Auriez-vous d'autres idées de textes, documents ou approches qui pourraient compléter l'étude de ce thème ? Je voudrais aussi changer de lecture cursive pour sortir un peu du thème de la seconde guerre mondiale et des camps, auriez-vous des idées de romans où la rencontre aurait une place importante ?

Lecture Analytique 1. Marivaux, La vie de Marianne, 1731-1741
Lecture Analytique 2. Stendhal, Le Rouge et le Noir, 1830
Lecture Analytique 3. Flaubert, L’Education sentimentale, 1869 (rencontre avec Mme Dambreuse)
Lecture complémentaire : même œuvre, rencontre avec Mme Arnoux (début du roman)
Lecture Analytique 4. Aragon, Aurélien, 1945
Lecture Analytique 5. Pascal Lainé, La Dentellière, 1974
______________________

Lecture cursive : Bernard Schlink, Le Liseur, 1999 (évaluation, questionnaire et analyse en classe)
______________________

Lecture complémentaire : Philippe Labro, L’Etudiant étranger, 1988 (lecture et résumé)
______________________
Aspects et thèmes étudiés

Le regard, leitmotiv de la scène de rencontre
Le choc de la rencontre et ses conséquences
Histoire littéraire : Le roman d’apprentissage
carlotta
Habitué du forum

Re: Des idées pour renouveler ma séquence sur la rencontre romanesque (GT 1° L) ?

par carlotta le Jeu 6 Oct - 9:14
La rencontre d'Ariane et de Solal ds Belle du Seigneur.
La rencontre au bal ds La Princesse de Clèves.
Nadja.
Gaius.B
Niveau 2

Re: Des idées pour renouveler ma séquence sur la rencontre romanesque (GT 1° L) ?

par Gaius.B le Jeu 6 Oct - 14:22
Je vais jeter un oeil à tout ça, merci beaucoup
avatar
Hermiony
Esprit sacré

Re: Des idées pour renouveler ma séquence sur la rencontre romanesque (GT 1° L) ?

par Hermiony le Jeu 6 Oct - 18:19
J. Jacques Rousseau , Les Confessions, livre II, rencontre avec madame de Warens.

_________________
"Soyons subversifs. Révoltons-nous contre l'ignorance, l'indifférence, la cruauté, qui d'ailleurs ne s'exerce si souvent contre l'homme que parce qu'elles se sont fait la main sur les animaux. Il y aurait moins d'enfants martyrs s'il y avait moins d'animaux torturés".
Marguerite Yourcenar



« La vraie bonté de l’homme ne peut se manifester en toute pureté et en toute liberté qu’à l’égard de ceux qui ne représentent aucune force. » «Le véritable test moral de l’humanité, ce sont ses relations avec ceux qui sont à sa merci : les animaux. » Kundera, L’Insoutenable Légèreté de l’être
avatar
cannelle21
Grand Maître

Re: Des idées pour renouveler ma séquence sur la rencontre romanesque (GT 1° L) ?

par cannelle21 le Jeu 6 Oct - 18:24
Le très bel ouvrage critique "Leurs yeux se rencontrèrent".
avatar
aposiopèse
Érudit

Re: Des idées pour renouveler ma séquence sur la rencontre romanesque (GT 1° L) ?

par aposiopèse le Jeu 6 Oct - 18:39
j'ai interrogé pas mal d'élèves sur ce thème au bac. Leurs profs avaient fait, en parallèle de la scène de rencontre au bal dans La Princesse de Clèves, un extrait du film la Belle personne (qui transpose ce roman de nos jours, au lycée Henri IV, je crois). ça les avait marqués et ils ont été capables de faire la comparaison entre les deux. (bon, je n'ai tjrs pas vu le film, alors je ne sais pas s'ils ont dit des bêtises...)
Plusieurs élèves avaient aussi fait 2 scènes de Manon Lescault : la rencontre du narrateur avec Des Grieux, et la rencontre de Des Grieux avec Manon.
avatar
aposiopèse
Érudit

Re: Des idées pour renouveler ma séquence sur la rencontre romanesque (GT 1° L) ?

par aposiopèse le Jeu 6 Oct - 18:40
SInon, tu peux faire les détournements de scènes de rencontres amoureuses :
-l'incipit de Bouvard et Pécuchet
- Tartuffe (bon, on sort du roman, là), récit par Orgon de sa rencontre avec Tartuffe à l'Eglise, traité comme un coup de foudre.
avatar
Hermiony
Esprit sacré

Re: Des idées pour renouveler ma séquence sur la rencontre romanesque (GT 1° L) ?

par Hermiony le Jeu 6 Oct - 18:55
@aposiopèse a écrit:j'ai interrogé pas mal d'élèves sur ce thème au bac. Leurs profs avaient fait, en parallèle de la scène de rencontre au bal dans La Princesse de Clèves, un extrait du film la Belle personne (qui transpose ce roman de nos jours, au lycée Henri IV, je crois). ça les avait marqués et ils ont été capables de faire la comparaison entre les deux. (bon, je n'ai tjrs pas vu le film, alors je ne sais pas s'ils ont dit des bêtises...)
Plusieurs élèves avaient aussi fait 2 scènes de Manon Lescault : la rencontre du narrateur avec Des Grieux, et la rencontre de Des Grieux avec Manon.

Je l'ai fait quand j'étais en 1è, justement, dans un GT sur la rencontre amoureuse...


Dernière édition par Hermiony le Jeu 6 Oct - 21:47, édité 1 fois
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Des idées pour renouveler ma séquence sur la rencontre romanesque (GT 1° L) ?

par User5899 le Jeu 6 Oct - 20:57
Je me demande juste en quoi cette thématique peut bien caractériser le roman. En d'autres termes, comment elle peut aider les élèves à travailler ce genre, au programme pour lui-même à travers la notion vague de personnage.
Gaius.B
Niveau 2

Re: Des idées pour renouveler ma séquence sur la rencontre romanesque (GT 1° L) ?

par Gaius.B le Ven 7 Oct - 12:48
@carlotta a écrit:La rencontre d'Ariane et de Solal ds Belle du Seigneur.

Quelqu'un aurait-il ce texte sous la main ou un lien ? Je ne possède pas ce pavé roman Smile
avatar
retraitée
Vénérable

Re: Des idées pour renouveler ma séquence sur la rencontre romanesque (GT 1° L) ?

par retraitée le Ven 7 Oct - 15:16
Le Lys dans la vallée (rencontre au bal)
avatar
A Tuin
Sage

Re: Des idées pour renouveler ma séquence sur la rencontre romanesque (GT 1° L) ?

par A Tuin le Ven 7 Oct - 16:44
Il faut forcément que ce soit une scène de première rencontre amoureuse ?
avatar
ysabel
Devin

Re: Des idées pour renouveler ma séquence sur la rencontre romanesque (GT 1° L) ?

par ysabel le Ven 7 Oct - 19:20
dans Le Diable au corps, la rencontre avec Marthe

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)
avatar
Thalia de G
Médiateur

Re: Des idées pour renouveler ma séquence sur la rencontre romanesque (GT 1° L) ?

par Thalia de G le Ven 7 Oct - 19:29
J'ai eu fait (en 89-90...) la rencontre Adrien-Antinoüs de M. Yourcenar. Trop ardu et trop long même pour la classe brillante que j'avais.
Aucun élève n'a été interrogé sur l'extrait Neutral

_________________
Le printemps a le parfum poignant de la nostalgie, et l'été un goût de cendres.
Soleil noir de mes mélancolies.
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Des idées pour renouveler ma séquence sur la rencontre romanesque (GT 1° L) ?

par User5899 le Sam 8 Oct - 17:42
Cripure a écrit:Je me demande juste en quoi cette thématique peut bien caractériser le roman. En d'autres termes, comment elle peut aider les élèves à travailler ce genre, au programme pour lui-même à travers la notion vague de personnage.
Comme on m'a reproché de donner par ce message l'impression que j'attaque la question initiale, je voudrais préciser que ce n'est pas le cas, et que c'est une vraie question. En d'autres termes, si l'on a un descriptif qui mentionne un tel GT, comment pensez-vous conduire ensuite l'entretien sur l'OE "le roman et ses personnages" ? Personnellement, je ne vois pas et donc, je m' (et vous) interroge Smile
avatar
A Tuin
Sage

Re: Des idées pour renouveler ma séquence sur la rencontre romanesque (GT 1° L) ?

par A Tuin le Sam 8 Oct - 19:01
@Gaius.B a écrit:
@carlotta a écrit:La rencontre d'Ariane et de Solal ds Belle du Seigneur.

Quelqu'un aurait-il ce texte sous la main ou un lien ? Je ne possède pas ce pavé roman Smile

Je veux bien mais laquelle ? La toute première, celle où il est déguisé en moche vieillard édenté ? Ou bien quand il est normal ?

Chapitre 3, p 47-48-53 du folio :
Solal s’est introduit par
effraction dans la chambre de la « Belle », Ariane. Il est déguisé en
affreux vieillard à qui manque des dents
(« le sourire vide »), et il lui fait une (flamboyante) déclaration…

"Assise sr le bord du lit, elle grelottait dans sa robe du soir. Un fou,
avec un fou dans une chambre fermée à clé, et le fou s'était emparé de
la clé. Appeler au secours? A quoi bon, personne dans la maison.
Maintenant il ne parlait plus. Le dos tourné, debout devant la psyché,
il s'y considérait dans son long manteau et sa toque enfoncée jusqu'aux
oreilles.
Elle tressaillit, s'apercevant que dans la glace il la
regardait maintenant, lui souriait tout en caressant l'horrible barbe
blanche. Affreuse, cette lente caresse de méditation. Affreux, ce
sourire édenté. Non, ne pas avoir peur. Il lui avait dit lui-même
qu'elle n'avait rien à craindre, qu'il voulait seulement lui parler et
qu'il partirait ensuite. Mais quoi, c'était un fou, il pouvait devenir
dangereux. Brusquement, il se retourna, et elle sentit qu'il allait
parler. Oui, faire semblant de l'écouter avec intérêt.
- Au Ritz, un
soir de destin, à la réception brésilienne, pour la première fois vue et
aussitôt aimée, dit-il, et de nouveau ce fut le sourire noir où luisait
deux canines. Moi, pauvre vieux, à cette brillante réception? Comme
domestique seulement, domestique au Ritz, servant des boissons aux
ministres et aux ambassadeurs, la racaille de mes pareils d'autrefois du
temps où j'étais jeune et riche et puissant, le temps d'avant ma
déchéance et misère. En ce soir du Ritz, soir de destin, elle m'est
apparue, noble parmi les ignobles apparue, redoutable de beauté, elle
est moi et nul autre en la cohue de réussisseurs et des avides
d'importances, mes pareils d'autre fois, nous deux, seuls exilés, elle
seule comme moi, et comme moi triste et méprisante et ne parlant à
personne, seule amie d'elle-même, et au premier battement de ses
paupières je l'ai connue. C'était elle, l'inattendue et l'attendue,
aussitôt élue en ce soir de destin, élue au premier battement de ses
long cils recourbés. Elle, Boukhara divine, heureuse Samarcande,
broderie aux dessins délicats. Elle, c'est vous.
Il s'arrêta, la
regarda, et ce fut encore le sourire vide; abjection de vieillesse. Elle
maîtrisa le tremblement de sa jambe, baissa les yeux pour ne pas voir
l'horrible sourire adorant. Supporter, ne rien dire, feindre la
bienveillance.
- Les autres mettent des semaines et des mois pour
arriver à aimer, et à aimer peu, et il leur faut des entretiens et des
goûts communs et des cristallisations. Moi, ce fit le temps d'un
battement de paupières; Dites-moi fou, mais croyez-moi. Un battement de
ses paupières, et elle me regarda sans me voir, et ce fut la gloire et
le printemps et le soleil et la mer revenue, et le monde était né, et je
sus que personne avant elle, ni Adrienne, ni Aude, ni Isolde, ni les
autres de ma splendeur et jeunesse, toutes d'elle annonciatrices et
servantes. Oui, personne avant elle, personne après elle, je le jure sur
le sainte Loi que je baise lorsque solennelle à la synagogue devant moi
elle asse, ors de velours vêtue, saints commandements de ce Dieu en qui
je ne crois pas mais que je révère, follement fier de mon Dieu, Dieu
d'Abraham, Dieu d'Isaac, Dieu de Jacob, et je frissonne en mes os
lorsque j'entends Son nom et Ses paroles.
"Et maintenant, écoutez la
merveille. Lasse d'être mêlée aux ignobles, elle a fui la salle
jacassante des chercheurs de relations, et elle est allée, volontaire
bannie dans le petit salon désert, à coté. Elle, c'est vous. Volontaire
bannie comme moi, et elle ne savait pas qi derrière les rideaux je la
regardais. Alors, écoutez, elle s'est approchée de la glace du petit
salon, car elle a la manie des glaces comme moi, manie des tristes et
des solitaires, et alors, seule et ne se sachant pas vue, elle s'est
approchée de la glace et elle a baisé ses lèvres sur la glace.
Notre
premier baiser, mon amour. 0 ma sœur folle, aussitôt aimée, aussitôt
mon aimée par ce baiser à elle-même donné. 0 l’élancée, ô ses longs cils
recourbés
dans la glace, et mon âme s'est accrochée à ses longs cils
recourbés. Un battement de paupières, le temps d'un baiser sur une
glace, et c'était elle, elle à jamais". Dites-moi fou, mais
croyez-moi. Voilà, et lorsqu'elle est retournée dans la grande
salle, je ne me suis pas approché d'elle, je ne lui ai pas parlé, je
n'ai pas voulu la traiter comme les autres.



« Une autre splendeur d'elle, écoutez. Une fin d'après-midi, des
semaines plus tard, je l'ai suivie le long du lac, et je l'ai vue qui
s'est
arrêtée pour parler à un vieux cheval attelé, et elle lui a parlé
sérieusement, avec des égards, ma folle, comme à un oncle, et le vieux
cheval faisait des hochements sagaces. Ensuite, la pluie a
commencé, et alors elle a cherché dans la charrette, et elle en a
sorti une bâche, et elle a recouvert le vieux cheval avec des gestes,
gestes de jeune mère. Et alors, écoutez, elle a embrassé le
vieux cheval sur le cou, et elle lui a dit, a dû lui dire, je la
connais, ma géniale et ma folle, elle a dû lui dire, lui a dit qu'elle
regrette mais qu'elle doit le quitter parce qu'on l'attend
à la maison. Mais sois tranquille, elle a dû lui dire, lui a dit,
ton maître va venir bientôt et tu seras au sec dans une bonne écurie
bien chaude. Adieu, mon chéri, elle a dû lui dire, lui a
dit, je la connais. Et elle est partie, une pitié dans le cœur,
pitié pour ce vieux docile qui allait sans jamais protester, allait où
son maître lui commandait, qui irait jusqu'en Espagne si son
maître l'ordonnait. Adieu, mon chéri, elle lui a dit, je la connais.




« Hantise d'elle, jour après
jour, depuis le soir de destin. O elle, tous les charmes, ô l'élancée et
merveilleuse de visage, ô ses yeux de brume piqués d'or,
ses yeux trop écartés, ô ses commissures pensantes et sa lèvre
lourde de pitié et d'intelligence, ô elle que j'aime ! 0 son sourire
d'arriérée lorsque, dissimulé derrière les rideaux de sa
chambre, je la regardais et la connaissais en ses folies, alpiniste
de l'Himalaya en béret écossais à plume de coq, reine des bêtes d'un
carton sorties, comme moi de ses ridicules jouissant, ô ma
géniale et ma sœur, à moi seul destinée et pour moi conçue, et bénie
soit ta mère, ô ta beauté me confond, ô tendre folie et effrayante joie
lorsque tu me regardes, ivre quand tu me regardes, Ô
nuit, ô amour de moi en moi sans cesse enclose et sans cesse de moi
sortie et contemplée et de nouveau pliée et en mon cœur enfermée et
gardée, ô elle dans mes sommeil:", aimante dans mes
sommeils, tendre complice dans mes sommeils, ô elle dont j'écris le
nom avec mon doigt sur de l'air ou, dans mes solitudes, sur une feuille,
et alors je retourne le nom mais j'en garde les
lettres et je les mêle, et j'en fais des noms tahitiens, nom de tous
ses charme", Rianea, Eniraa, Rancia, Aneira, Neiraa, Niaera, Ireana,
Enaira, tous les noms de mon amour.




« O elle dont je dis le nom
sacré dans mes marches solitaires et mes rondes autour de la maison où
elle dort, et je veille sur Son sommeil, et elle ne le sait
pas, et je dis son nom aux arbres Confidents, et je leur dis, fou
des longs cils recourbés, que




j'aime et j'aime celle que
j'aime, et qui m'aimera, car je l'aime comme nul autre ne saura, et
pourquoi ne m'aimerait-elle pas, celle qui peut d'amour aimer un
crapaud, et elle m'aimera, m'aimera, m'aimera, la non-pareille
m'aimera, et chaque soir j'attendrai tellement l'heure de la revoir et
je me ferai beau pour lui plaire, et je me raserai, me
raserai de si près pour lui plaire, et je me baignerai, me baignerai
longtemps pour que le temps passe plus vite, et tout le temps penser à
elle, et bientôt ce sera l'heure, ô merveille, ô chants
dans l'auto qui vers elle me mènera, vers elle qui m'attendra, vers
les longs cils étoilés, ô son regard tout à l'heure lorsque j'arriverai,
elle sur le seuil m'attendant, élancée et de blanc
vêtue, prête et belle pour moi, prête et craignant d'abîmer sa
beauté si je tarde, et allant voir sa beauté dans la glace, voir si sa
beauté est toujours là et parfaite, et puis revenant sur le
seuil et m'attendant en amour, émouvante sur le seuil et sous les
roses, ô tendre nuit, ô jeunesse revenue, ô merveille lorsque je serai
devant elle, ô son regard, ô notre amour, et elle
s'inclinera sur ma main, paysanne devenue, ô merveille de son baiser
sur ma main, et elle relèvera la tête et nos regards s'aimeront et nous
sourirons de tant nous aimer, toi et moi, et gloire à
Dieu.




Il lui sourit, et elle eut un tremblement, baissa les yeux.



Atroce, ce sourire sans dents.
Atroces, ces mots d'amour hors de cette bouche vide. Il fit un pas en
avant, et elle sentit le danger proche. Ne pas le
contrarier, dire tout ce qu'il voudra, et qu'il parte, mon Dieu,
qu'il parte.




- Devant toi, me voici, dit-il,
me voici, un vieillard, mais de toi attendant le miracle. Me voici,
faible et pauvre, blanc de barbe, et deux dents seulement,
mais nul ne t'aimera et ne te connaîtra comme je t'aime et te
connais, ne t'honorera d'un tel amour. Deux dents seulement, je te les
offre avec mon amour, veux-tu de mon amour?




- Oui, dit-elle, et elle humecta ses lèvres sèches, essaya un sourire.



- Gloire à Dieu, dit-il, gloire en vérité, car voici celle qui rachète toutes les femmes, voici la première humaine!



Ridiculement, il plia le genou
devant elle, puis il se leva et il alla vers elle et leur premier
baiser, alla avec son noir sourire de vieillesse, les mains
tendues vers celle qui rachetait toutes les femmes, la première
humaine, qui soudain recula, recula avec un cri rauque, cri d'épouvante
et de haine, heurta la table de chevet, saisit le verre
vide, le lança contre la vieille face. Il porta la main à sa
paupière, essuya le sang, considéra le sang sur sa main, et soudain il
eut un rire, et il frappa du pied.




- Tourne-toi, idiote! dit-il.



Elle obéit, se tourna, resta
immobile avec la peur de recevoir une balle dans la nuque, cependant
qu'il ouvrait les rideaux, se penchait à la fenêtre, portait
deux doigts à ses lèvres, sifflait. Puis il se débarrassa du vieux
manteau et de la toque de fourrure, ôta la fausse barbe, détacha le
sparadrap noir qui recouvrait les dents, ramassa la cravache
derrière les rideaux.




- Retourne-toi, ordonna-t-il.



Dans le haut cavalier aux noirs
cheveux désordonnés, au visage net et lisse, sombre diamant, elle
reconnut celui que son mari lui avait, en chuchotant, montré
de loin, à la réception brésilienne.




- Oui, Solal et du plus mauvais goût, sourit-il à belles dents.



Bottes! montra-t-il, et de joie
il cravacha sa botte droite. Et il y a un cheval qui m'attend dehors! Il
y avait même deux chevaux! Le second était pour toi,
idiote, et nous aurions chevauché à jamais l'un près de l'autre,
jeunes et pleins de dents, j'en ai trente-deux, et impeccables, tu peux
vérifier et les compter, ou même je t'aurais emportée en
croupe, glorieusement vers le bonheur qui te manque! Mais je n'ai
plus envie maintenant, et ton nez est soudain trop grand, et de plus il
luit comme un phare, et c'est tant mieux, et je vais
partir! Mais d'abord, femelle, écoute! Femelle, je te traiterai en
femelle, et c'est bassement que je te séduirai, comme tu le mérites et
comme tu le veux. A notre prochaine rencontre, et ce sera
bientôt, en deux heures je te séduirai par les moyens qui leur
plaisent à toutes, les sales, sales moyens, et tu tomberas en grand
imbécile amour, et ainsi vengerai-je les vieux et les laids, et
tous les naïfs qui ne savent pas vous séduire, et tu partiras avec
moi, extasiée et les yeux frits! En attendant, reste avec ton Deume ( note : c’est le nom du mari de la Belle)
jusqu'à ce qu'il me plaise de te siffler comme une chienne!




- Je dirai tout à mon mari, dit-elle, et elle eut honte, se sentit ridicule, mesquine.



- Bonne idée, sourit-il. Duel au
pistolet, et à six pas pour qu'il ne me manque pas. Qu'il ne craigne
rien, je tirerai en l'air. Mais je te connais, tu ne lui
diras rien.




- Je lui dirai tout, et il vous tuera!



- J'adore mourir, sourit-il, et
il essuya le sang de la paupière qu'elle avait blessée, Les yeux frits,
la prochaine fois ! Sourit-il encore, et il
enjamba la fenêtre.




- Goujat! cria-t-elle, et de nouveau elle eut honte.



La terre détrempée le reçut et il enfourcha le pur-sang… »
avatar
A Tuin
Sage

Re: Des idées pour renouveler ma séquence sur la rencontre romanesque (GT 1° L) ?

par A Tuin le Sam 8 Oct - 19:24
Cripure a écrit:
Cripure a écrit:Je me demande juste en quoi cette thématique peut bien caractériser le roman. En d'autres termes, comment elle peut aider les élèves à travailler ce genre, au programme pour lui-même à travers la notion vague de personnage.
Comme on m'a reproché de donner par ce message l'impression que j'attaque la question initiale, je voudrais préciser que ce n'est pas le cas, et que c'est une vraie question. En d'autres termes, si l'on a un descriptif qui mentionne un tel GT, comment pensez-vous conduire ensuite l'entretien sur l'OE "le roman et ses personnages" ? Personnellement, je ne vois pas et donc, je m' (et vous) interroge Smile


Question pertinente. C'est que c'est un peu figé sur la rencontre en fait, ça bloque.
En lycée pro quand on aborde l'objet d'étude parcours de personnages, on peut voir par exemple si les valeurs incarnées par le personnage de roman reflètent celles de son époque. Pour un tel GT peut-être cela fonctionnerait-il ?
avatar
Amaliah
Empereur

Re: Des idées pour renouveler ma séquence sur la rencontre romanesque (GT 1° L) ?

par Amaliah le Sam 8 Oct - 19:33
L'Amant.
Contenu sponsorisé

Re: Des idées pour renouveler ma séquence sur la rencontre romanesque (GT 1° L) ?

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum