Le collège nouveau est arrivé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le collège nouveau est arrivé

Message par Abraxas le Lun 8 Déc 2008 - 6:41

Michel Buttet, l'un des animateurs principaux de l'association Sauver les Lettres (www.sauv.net) enseigne au collège Hélène Boucher, conjoint au lycée du même nom à Paris.
Les profs dudit collège viennent d'être inspectés, et ont assisté, en fin de journée, à la grand-messe rituelle de l'IPR.
Ci-dessous le compte-rendu de ce qui s'est dit, et que nous pouvons dès aujourd'hui mettre en œuvre :


"M. Fromont, IPR de lettres, après avoir inspecté tous les collègues de lettres du lycée Hélène Boucher (Paris), nous a invités à une réunion le mercredi 3 décembre. Nous devions avoir lu le B.O. spécial n° 6 du 28 août 2008 définissant les nouveaux programmes du collège. Ci-dessous le compte rendu succinct des propos tenus.

En introduction : lecture de passages du texte définissant le socle commun. Quelle est notre mission selon la loi ? " Qu’est-ce qui ne bougera jamais ? Apprendre à lire, écrire, parler, maîtriser la langue. "

Qu’est-ce qu’il ne faut pas (plus) faire ? Exemple d’un cours en 3e avec comme corpus un mode d’emploi d’un chauffe-eau ELM Leblanc, à coté de quelques lignes de Mir(a?)beau, et un autre texte aussi court. Et, en caractères 18, le titre : " Fonction conative ". Autant " mettre devant le préfixe de- ", il y a là " confusion entre l’outil et la science ", et l’outil blesse parfois les élèves.

Quelle est donc la spécificité des professeurs de français ? Ce sont des " experts dans la poétique et la rhétorique des textes " et ce qu’ils doivent faire, c’est un " travail en profondeur sur les textes " qui " disent l’homme et le monde ".

Nous en venons au nouveaux programmes de collège.

" Plus de mot séquence, disparition totale du mot discours ", " notion englobante " promue " au nom de la didactique triomphante ". Disparition d’autres " notions diafoirisantes ", par exemple les " formes du discours " (descriptif, argumentatif…) quand il s’agit simplement de désigner la " visée du texte ".

Nous avons assisté à des " dérives " : les textes ne servaient plus qu’à illustrer des notions. Les nouveaux programmes insistent sur l’écriture, " au-delà du bilan de séquence " ou de la " pédagogie du prospectus ". Non aux " Diafoirus " de " l’ancré/coupé ", il faut commencer par la grammaire de phrase. Fin de " l’instrumentalisation de l’enseignement du français ". " Quand c’est mal fait, les chants désespérés sont les champs lexicaux ".

Bref, nous sommes passés " d’instructions qui étaient bling-bling à des instructions un peu plan-plan ". Le bling-bling " des discours, des séquences, du coupé/ancré, ça suffit ". Un seul objectif à la place : " quels sont les enjeux de sens ? "

Bon, il n’y a pas que des mauvaises nouvelles ces temps-ci."

Je dois à la vérité de dire que ce même Fromont était, en 2004, l'auteur d'un rapport qui préconisait exactement le contraire de ce qu'il annonce aujourd'hui.
Les imbéciles aussi changent d'avis parfois.

Abraxas
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le collège nouveau est arrivé

Message par Reine Margot le Lun 8 Déc 2008 - 7:33

donc on enlève les outils d'analyse et on garde la grammaire et les figures de style et de rhétorique.

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le collège nouveau est arrivé

Message par Daphné le Lun 8 Déc 2008 - 8:09

Je ne suis pas spécialiste mais ça m'a plutôt l'air d'aller dans le bon sens, il serait temps....

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le collège nouveau est arrivé

Message par Dinaaa le Lun 8 Déc 2008 - 9:34

Ca tombe bien, ça faisait longtemps que j'avais renoncé à les embrouiller avec de l'ancré/coupé... revenons au sens du texte, à sa poésie, et au plaisir des mots bien compris grâce à une correcte maîtrise des notions grammaticales de base, personnellement ça me va très bien.

Dinaaa
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le collège nouveau est arrivé

Message par Carabas le Lun 8 Déc 2008 - 10:29

marquisedemerteuil a écrit:donc on enlève les outils d'analyse et on garde la grammaire et les figures de style et de rhétorique.
Etrangement, je ne le vois pas comme ça. Comment aimer le français quand on ne le voit qu'à travers l'énoncé ancré/coupé, la progression thématique, et autres? De même, l'étude de la situation de communication ne me semble pertinente que dans quelques cas précis. Et franchement, on analyse quoi à travers ces trucs-là?

Un seul objectif à la place : " quels sont les enjeux de sens ? "
Il me semble en effet que c'est ça l'important. Il est évident qu'on n'épuisera pas le sens d'un texte en une heure au collège, qu'il faut un angle d'attaque, mais franchement, faire étudier une lettre de Mme de Sévigné uniquement pour sa richesse en adjectifs, je trouve ça d'une pauvreté affligeante. L'emploi des adjectifs sont au service du sens, pas une fin en soi.

En cours particuliers, je dis régulièrement à mes lycéens que V. Hugo ne se disait pas "Tiens, je vais faire une page de registre pathétique!" Il employait bien tel vocabulaire pour provoquer tel effet sur le lecteur, mais dans le but d'attirer sa sympathie pour ses personnages, son indignation, etc. Or, un élève lambda croit avoir épuisé le sens du texte une fois qu'il a trouvé le registre.

Maintenant, qu'on supprime ou non la séquence, peu importe, mais moins de rigidité serait bienvenue.

Carabas
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le collège nouveau est arrivé

Message par Abraxas le Lun 8 Déc 2008 - 11:26

Franchement, je crois qu'à côté de l'effet qu'un écrivain peut avoir envie de produire sur un lecteur (à définir, en fonction de l'époque), il y a aussi (voir Barthes sur le sujet) le plaisir du texte" à produire — la pure jouissance d'écrire. Voir Flaubert (à travers sa correspondance) racontant comment il est littéralement possédé en rédigeant Bovary. Et je crois que c'est cela qu'il faut à présent faire passer — parce qu'on a dégoûté de la littérature des générations entières en ne leur suggérant pas qu'on écrit et qu'on lit par plaisir. Le vrai "sens", pour moi, il est là.

Abraxas
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le collège nouveau est arrivé

Message par Carabas le Lun 8 Déc 2008 - 11:46

Oui, aussi.

Carabas
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le collège nouveau est arrivé

Message par igs le Lun 8 Déc 2008 - 12:20

Le pb dans tout ça, c'est qu'on va apprendre aux élèves à lire, à ressentir, mais pas à écrire.
Je trouvais débile, moi aussi, il n'y a pas si longtemps, les notions "ancré/coupé", mais quand un élève de 3è ne sait pas rédiger un texte au passé sans le truffer de déictiques, on s'interroge.

igs
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le collège nouveau est arrivé

Message par Abraxas le Lun 8 Déc 2008 - 12:26

C'est tout le problème du ministre.
Réformer le Primaire, c'est parier que les résultats à l'entrée en sixième seront meilleurs dans cinq-six ans. Réformer le collège, c'est anticiper sur ce qui arrivera en 2013. En attendant, il faut se coltiner les élèves de la zone intermédiaire, si je puis dire. Idem pour le lycée : les nouveaux programmes sont à la rigueur passables pour des élèves qui ressembleraient à ceux des années 60-70, qui auraient sérieusement appris en Primaire et au Collège les fondamentaux — et pas mal à côté. On en est loin.
Donc, pour les cinq ans à venir, à tous les niveaux de la chaîne,on va bricoler. C'est peut-être ce qui déconcerte le plus certains collègues, et certains syndicats — cela soit dit sans vouloir défendre la réforme du lycée qui, telle quelle, est indéfendable.

Abraxas
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum