"J'écris pour les profs qui pètent les plombs", "Tu enseigneras dans la douleur", "A Lise", "Je le fais pour vous", "in memoriam" et Hommage par le CSE.

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: "J'écris pour les profs qui pètent les plombs", "Tu enseigneras dans la douleur", "A Lise", "Je le fais pour vous", "in memoriam" et Hommage par le CSE.

Message par fandorine le Dim 23 Oct 2011 - 0:19

C'est bien ce que j'ai pensé aussi, mais tout de même... Cela reste énorme! Shocked

fandorine
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'écris pour les profs qui pètent les plombs", "Tu enseigneras dans la douleur", "A Lise", "Je le fais pour vous", "in memoriam" et Hommage par le CSE.

Message par Jean Bernard Salon de P le Dim 23 Oct 2011 - 20:02

Les enseignants du collège Jean Bernard de Salon de Provence tiennent à vous apporter leur soutien et leur solidarité dans ce moment tragique où l'une de vos collègues ,Lise Bonnafous s'est donné la mort par le feu. S'immoler n'est pas un acte individuel et désespéré,c'est une voix ,c'est un cri adressé aux autres :aux élèves,aux parents,aux professeurs,à tous ceux qui subissent aujourd'hui,des pressions multiples,l'exigence de résultats,le manque de considération voire le mépris de la hiérarchie ou de leurs employeurs, à ceux que la solitude conduit au désespoir. Evidemment,il est préférable pour le ministre et l'inspecteur d'Académie de présenter cet acte aux téléspectateurs comme lié à la vie privée de Lise,ainsi l'Education Nationale se trouve dédouanée de toute responsabilité. Quant à nous ,nous n'oublierons pas que ce drame s'est produit sur le lieu de travail,au sein même de l'institution, dans une cour de récréation:nous en mesurons toute la portée symbolique et subversive.

Jean Bernard Salon de P
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'écris pour les profs qui pètent les plombs", "Tu enseigneras dans la douleur", "A Lise", "Je le fais pour vous", "in memoriam" et Hommage par le CSE.

Message par DH le Dim 23 Oct 2011 - 20:07

c'est sympa mais vous comptez poster combien de fois le même message?

(du coup je fais pareil mais suis légitime)

_________________
Et surtout mon corps aussi bien que mon âme, gardez-vous de vous croiser les bras en l'attitude stérile du spectateur, car la vie n'est pas un spectacle, car une mer de douleurs n'est pas un proscenium, car un homme qui crie n'est pas un ours qui danse...

DH
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'écris pour les profs qui pètent les plombs", "Tu enseigneras dans la douleur", "A Lise", "Je le fais pour vous", "in memoriam" et Hommage par le CSE.

Message par Chocolat le Dim 23 Oct 2011 - 21:04

Perso, cela ne me dérange pas - ce n'est pas pire que le "up" pour qu'un fil ne se perde pas...

_________________

La réforme du collège décryptée sur un site indépendant et apolitique :
http://www.reformeducollege.fr/

Chocolat
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'écris pour les profs qui pètent les plombs", "Tu enseigneras dans la douleur", "A Lise", "Je le fais pour vous", "in memoriam" et Hommage par le CSE.

Message par Toukamalou le Dim 23 Oct 2011 - 23:06

@pk et ysabel
Merci pk pour le lien cliquable, et ysabel pour le contact avec Marie-Claude Perrin-Faivre : celui-ci est établi, nous avons échangé et il y a déjà pas mal de coms sur son texte.
Et comme ça moi aussi je contribue à "upper" un sujet qui ne doit pas tomber dans les oubliettes.

_________________
Toukamalou, c'est aussi Mezetulle (allez voir à l'adresse mezetulle.net)

Toukamalou
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'écris pour les profs qui pètent les plombs", "Tu enseigneras dans la douleur", "A Lise", "Je le fais pour vous", "in memoriam" et Hommage par le CSE.

Message par Hannibal le Lun 24 Oct 2011 - 12:31

@Jean Bernard Salon de P a écrit:Quant à nous ,nous n'oublierons pas que ce drame s'est produit sur le lieu de travail,au sein même de l'institution, dans une cour de récréation:nous en mesurons toute la portée symbolique et subversive.

Le plus subversif, c'était pas d'aller se cramer dans la cour. C'était de prétendre rester une prof de maths exigeante.

Hannibal
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'écris pour les profs qui pètent les plombs", "Tu enseigneras dans la douleur", "A Lise", "Je le fais pour vous", "in memoriam" et Hommage par le CSE.

Message par Pryneia le Mar 25 Oct 2011 - 22:39

Savez-vous si des actions seront menées dans vos établissements à la rentrée ?

_________________
"Leave me alone and let me go to hell by my own route." Calamity Jane

« Nicht ein Wolf ist der Mensch dem Menschen. Er ist ihm Produkt, die totale Ware ist er ihm. » E. Palmetshofer
(« L’homme n’est pas un loup pour l’homme. Il est un produit pour lui, une marchandise, rien de plus. »)

Pryneia
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'écris pour les profs qui pètent les plombs", "Tu enseigneras dans la douleur", "A Lise", "Je le fais pour vous", "in memoriam" et Hommage par le CSE.

Message par John le Mer 26 Oct 2011 - 4:39

Apparemment, non.

Les cours reprendront à Béziers comme ailleurs, et la seule différence entre avant et après ce sera une petite trace noire sur le sol de la cour, et la nomination d'un TZR pour remplacer Lise Bonnafous dans ses classes.

Sic transit...

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'écris pour les profs qui pètent les plombs", "Tu enseigneras dans la douleur", "A Lise", "Je le fais pour vous", "in memoriam" et Hommage par le CSE.

Message par snoop le Mer 26 Oct 2011 - 5:06

C'est mauvais signe ça. Il fut un temps où l'ensemble de la communauté éducative aurait débrayé en masse. Aucun syndicat pour appeler à la grève ? Rien ?

snoop
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'écris pour les profs qui pètent les plombs", "Tu enseigneras dans la douleur", "A Lise", "Je le fais pour vous", "in memoriam" et Hommage par le CSE.

Message par John le Mer 26 Oct 2011 - 5:12

Rien.

Juste la trace noire et le TZR. Et encore : s'il n'y a pas de TZR, ce sera un contractuel, ou des HSE pour les collègues.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'écris pour les profs qui pètent les plombs", "Tu enseigneras dans la douleur", "A Lise", "Je le fais pour vous", "in memoriam" et Hommage par le CSE.

Message par Abraxas le Mer 26 Oct 2011 - 5:25

Quant à la trace noire, vu ce qu'il est tombé en 48 heures sur le Languedoc…
Descartes

Abraxas
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'écris pour les profs qui pètent les plombs", "Tu enseigneras dans la douleur", "A Lise", "Je le fais pour vous", "in memoriam" et Hommage par le CSE.

Message par Violet le Mer 26 Oct 2011 - 7:58

@John a écrit:Apparemment, non.

Les cours reprendront à Béziers comme ailleurs, et la seule différence entre avant et après ce sera une petite trace noire sur le sol de la cour, et la nomination d'un TZR pour remplacer Lise Bonnafous dans ses classes.

Sic transit...

No C'est fou...

Violet
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'écris pour les profs qui pètent les plombs", "Tu enseigneras dans la douleur", "A Lise", "Je le fais pour vous", "in memoriam" et Hommage par le CSE.

Message par Thalia de G le Mer 26 Oct 2011 - 9:04

La trace noire restera dans les esprits. A Béziers, il y aura pendant longtemps un avant et un après Lise.

Il y a toujours un avant et après traumatisme.

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'écris pour les profs qui pètent les plombs", "Tu enseigneras dans la douleur", "A Lise", "Je le fais pour vous", "in memoriam" et Hommage par le CSE.

Message par Fantômette le Ven 28 Oct 2011 - 14:32

Un autre hommage là http://www.sauv.net/inmemoriam.php

In memoriam

Elle s’appelait Lise.

Lise Bonnafous.

D’elle, je ne sais rien, ou presque rien. Professeur de mathématiques. 44 ans. Béziers.

Pas même une photo pour mettre un visage sur son cri. Juste l’image d’un véhicule du SAMU et quelques ballons blancs qui s’envolent. A-t-elle laissé une lettre ?

Lise, quel joli prénom ! Un prénom fait pour le sourire, car elle était « agréable », « souriante » même au dire d’une de ses élèves.

Lise s’est levée un matin, elle est partie travailler avec son bidon d’essence, est entrée dans son lycée, a donné ses cours comme d’habitude et, à la récréation, pendant que ses collègues buvaient leur café et que ses élèves consultaient leur portable, Lise a peut-être regardé autour d’elle une dernière fois, la cour, les élèves, le bâtiment avec la salle où elle avait donné son dernier cours de mathématiques, le lycée, son lycée, et elle s’est aspergée d’essence, et elle s’est embrasée en disant aux élèves qui tentaient de lui porter secours : « Je fais ça pour vous ».

Ou peut-être n’a-t-elle rien regardé, murée dans sa solitude et sa douleur, aveugle et sourde à tout ce qui était étranger à son message. « Je fais ça pour vous ».

Elle n’a rien dit à personne.

Mais elle a dit l’essentiel.

Car cette flamme qui dévorait sa chair n’était qu’une partie de la flamme qui dévorait son âme, ou de celle qu’elle ne parvenait plus à faire surgir dans ce système destructeur des meilleures volontés.

Tu t’es trompée, Lise, tu n’as pas fait ça pour eux, pour nous.

Tu as fait ça pour rien.

Car personne ne veut t’entendre. Sous prétexte que « nous ne savons pas tout », comme dans toutes les affaires qu’on veut mettre sous le boisseau.

Car de ta chair qui se consume, et de tes doutes, et de ta révolte, de ton courage suprême à l’heure du grand sacrifice, qu’est-il resté ?

Les paroles lénifiantes de tes supérieurs soucieux d’étouffer l’affaire comme tant d’autres avant la tienne, l’aller-retour de ton ministre au masque d’affliction qui continuera imperturbablement à faire naître d’autres victimes et d’autres affaires classées, un échange furtif de professeurs entre deux portes, des syndicats qui attendent d’en savoir plus...

Ta mort nous met mal à l’aise. On la fuit comme on fuit la maladie, comme on essaie de se protéger de la foudre en se cachant derrière son bras. On aimerait penser que ce qui t’est arrivé ne pouvait arriver qu’à toi. J’aimerais penser que cela ne pourrait pas m’arriver à moi.

On se réfugie derrière la moindre circonstance atténuante du crime que tu as commis sur toi, on gratte jusqu’à ce qu’on ait trouvé : « fragilité », « dépression », « mort d’un neveu »...

On se précipite sur tout ce qui peut nous éviter de regarder en face nos propres angoisses, nos propres lâchetés, oubliant que nous aurions tous des « raisons » d’en arriver là en cherchant bien : une séparation, un décès, une maladie, une lassitude...

Bien sûr, il y a eu d’autres suicides dans d’autres professions. Et l’on doit s’en indigner aussi.

Mais l’école, en principe, c’est le don de l’homme à l’homme, il y a quelque chose de gratuit, de passionnel, d’un autre ordre. Presque du sacrifice : « Je fais ça pour vous ». Des hommes à construire, une société à instituer. Pas une entreprise à faire tourner, malgré les petits chefs, les kapos, les dégraissages, les « compétences », les « évaluations », les « outils » et autres jolis termes adoptés par la nouvelle terminologie...

Peut-être n’étais-tu pas fragile, mais fragilisée. C’est très différent.

Et si ce n’était pas ta vie personnelle qui avait fragilisé ta vie professionnelle mais ta vie professionnelle qui t’avait rendue plus vulnérable, cela étonnerait-il un seul de tes collègues ? Qui n’est pas rentré un jour chez lui morose ou à fleur de peau avec une vague envie d’en finir avec ce métier ?

Vox clamantis in deserto.

Ils ne disent pas grand-chose, tes collègues, nous, épuisés que nous sommes par la pression constante du système et la vanité de nos efforts dans cette spirale descendante, détachés par force comme le chirurgien qui échange une blague salace avec les internes au chevet d’un mourant.

Ce sont des doux, les profs, des pacifiques, des idéalistes, un peu veules parfois, passionnément courageux aussi parfois. Ils ne vont pas brûler des bâtiments, prendre des otages. Ils se brûlent eux-mêmes.

Alors, Lise, je vais essayer de continuer aussi ma lutte, ta lutte, histoire que justement, tu ne sois pas morte pour rien. J’ai fait ma minute de parole pour que tu nous pardonnes la minute de silence à laquelle tu n’as pas eu droit, toi qui as offert ta vie dans un sacrifice spectaculaire, dérisoire offrande pour une cause que tu croyais juste. Pour une juste cause. Même si je ne sais pas tout.

Pauvre Lise, ma sœur, de quel amour blessée
Vous mourûtes aux bords où vous fûtes laissée...

Corinne

21/10/2011

Fantômette
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'écris pour les profs qui pètent les plombs", "Tu enseigneras dans la douleur", "A Lise", "Je le fais pour vous", "in memoriam" et Hommage par le CSE.

Message par Marie Laetitia le Ven 28 Oct 2011 - 14:40

très très beau texte... Merci Fantômette.

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'écris pour les profs qui pètent les plombs", "Tu enseigneras dans la douleur", "A Lise", "Je le fais pour vous", "in memoriam" et Hommage par le CSE.

Message par Mufab le Ven 28 Oct 2011 - 14:42

Quel beau texte...

_________________
Poky et Lucas, dessin de Phi :

"Là où on ne lit pas, là où on n'élit pas, on ne rigole pas tous les jours. Lire est le propre de l'homme."
(Yvan Pommaux, auteur "Jeunesse")

Mufab
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'écris pour les profs qui pètent les plombs", "Tu enseigneras dans la douleur", "A Lise", "Je le fais pour vous", "in memoriam" et Hommage par le CSE.

Message par Fantômette le Ven 28 Oct 2011 - 14:43

Oh je fais juste le relais...
Ca me donne encore des frissons tout ça. Quand je pense que dans mon collège, pas un mot, pas une parole à propos d'elle et de ce qui s'est passé..L'indifférence absolue. Ecoeurant. Je crois que je vais faire un grand panneau blanc en salle des profs et afficher tous les textes.

Fantômette
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'écris pour les profs qui pètent les plombs", "Tu enseigneras dans la douleur", "A Lise", "Je le fais pour vous", "in memoriam" et Hommage par le CSE.

Message par John le Ven 28 Oct 2011 - 14:44

Merci Fantômette : je l'ai ajouté au début du fil également.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'écris pour les profs qui pètent les plombs", "Tu enseigneras dans la douleur", "A Lise", "Je le fais pour vous", "in memoriam" et Hommage par le CSE.

Message par deroute le Ven 28 Oct 2011 - 14:45

Une de mes collègues a dit en rigolant : "Vous avez vu la femme qui s'est mis le feu, non mais vraiment..." Neutral

Et pourtant nous sommes dans un collège difficile et chaque année on a au moins 2 profs qui démissionne parce qu'ils sont en dépression.

deroute
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'écris pour les profs qui pètent les plombs", "Tu enseigneras dans la douleur", "A Lise", "Je le fais pour vous", "in memoriam" et Hommage par le CSE.

Message par JPhMM le Ven 28 Oct 2011 - 14:45

@Fantômette a écrit:Oh je fais juste le relais...
Ca me donne encore des frissons tout ça. Quand je pense que dans mon collège, pas un mot, pas une parole à propos d'elle et de ce qui s'est passé..L'indifférence absolue. Ecoeurant. Je crois que je vais faire un grand panneau blanc en salle des profs et afficher tous les textes.
Oui, certains silences furent assourdissants...............................................................




Comprenne qui voudra...




Bref.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'écris pour les profs qui pètent les plombs", "Tu enseigneras dans la douleur", "A Lise", "Je le fais pour vous", "in memoriam" et Hommage par le CSE.

Message par illizia le Ven 28 Oct 2011 - 15:26

Un article de C.Brizard dans le Nouvel Obs d'hier "Mourir d'enseigner": rien que de très narratif, mais il y a un encart avec des chiffres sur les suivis médicaux dans l'académie.

illizia
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'écris pour les profs qui pètent les plombs", "Tu enseigneras dans la douleur", "A Lise", "Je le fais pour vous", "in memoriam" et Hommage par le CSE.

Message par Hannibal le Ven 28 Oct 2011 - 15:44

@Fantômette a écrit:Un autre hommage là http://www.sauv.net/inmemoriam.php


Tu t’es trompée, Lise, tu n’as pas fait ça pour eux, pour nous.

Tu as fait ça pour rien.


C'est hélas probable. Mais ce n'est pas le silence ou l'indifférence qui en sont responsables, c'est le geste lui-même, qui ne pouvait évidemment rien donner d'autre qu'un émoi médiatique momentané face au spectaculaire et au pathétique. La malheureuse s'est fait des illusions si elle en espérait autre chose. Je n'y peux rien si c'est comme ça, mais les gens, profs ou non, sont suffisamment abreuvés de faits divers dramatiques - et même si ça n'en est pas un, ça y ressemble suffisamment - pour qu'il en aille de cela comme du reste.

Et comme la règle à l'E.N. c'est de s'adapter au pire sans jamais s'intéresser à ses causes, on aura droit au mieux à des actions de prévention-suicide chez les profs ou à des ristournes chez les psys. Je ne plaisante pas, c'est apparemment ce genre de truc que la cgt-éducation a demandé. Le respect de la part des gamins, la confiance des familles, le soutien des collègues ou de l'administration, on pourra toujours s'en passer à coups d'antidépresseurs si on ne veut pas renoncer à instruire contre vents et marées.

Pour finir, j'ai du mal avec ces messages qui ont l'air de trouver admirable un geste qu'il y a toutes les raisons de regretter: aucune bonne cause ne valait d'en arriver là, et n'importe quel autre moyen de dénoncer l'insupportable aurait mieux valu.










Hannibal
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'écris pour les profs qui pètent les plombs", "Tu enseigneras dans la douleur", "A Lise", "Je le fais pour vous", "in memoriam" et Hommage par le CSE.

Message par Schéhérazade le Ven 28 Oct 2011 - 18:43

@Hannibal a écrit:
@Fantômette a écrit:Un autre hommage là http://www.sauv.net/inmemoriam.php


Tu t’es trompée, Lise, tu n’as pas fait ça pour eux, pour nous.

Tu as fait ça pour rien.


C'est hélas probable. Mais ce n'est pas le silence ou l'indifférence qui en sont responsables, c'est le geste lui-même, qui ne pouvait évidemment rien donner d'autre qu'un émoi médiatique momentané face au spectaculaire et au pathétique. La malheureuse s'est fait des illusions si elle en espérait autre chose. Je n'y peux rien si c'est comme ça, mais les gens, profs ou non, sont suffisamment abreuvés de faits divers dramatiques - et même si ça n'en est pas un, ça y ressemble suffisamment - pour qu'il en aille de cela comme du reste.

Et comme la règle à l'E.N. c'est de s'adapter au pire sans jamais s'intéresser à ses causes, on aura droit au mieux à des actions de prévention-suicide chez les profs ou à des ristournes chez les psys. Je ne plaisante pas, c'est apparemment ce genre de truc que la cgt-éducation a demandé. Le respect de la part des gamins, la confiance des familles, le soutien des collègues ou de l'administration, on pourra toujours s'en passer à coups d'antidépresseurs si on ne veut pas renoncer à instruire contre vents et marées.

Pour finir, j'ai du mal avec ces messages qui ont l'air de trouver admirable un geste qu'il y a toutes les raisons de regretter: aucune bonne cause ne valait d'en arriver là, et n'importe quel autre moyen de dénoncer l'insupportable aurait mieux valu.










Très bel hommage, Fantômette, merci.
Hannibal, d'accord avec toi...sauf pour le dernier paragraphe: se brûler en disant "c'est pour vous", on peut le comprendre de deux manières:
-soit on l'interprète en termes psychiatriques, et là le débat sera de savoir si la cause du geste est surtout extérieure (elle craque à cause d'une situation professionnelle intolérable) ou personnelle (c'est ce que cherche à faire croire le ministère)
-soit on l'interprète en voyant dans son acte un sacrifice digne d'un récit de Plutarque, mais inintelligible et inconcevable parce que totalement étranger aux valeurs et aux mentalités actuelles. Un acte sacrificiel pour rendre visible ce qu'aucune parole publique et politique ne parvient à faire entendre dans l'état actuel des choses. Et ce fut inutile, bien sûr,et surtout infiniment regrettable, il aurait mieux valu qu'elle vive, cela, malheureusement, je suis bien d'accord avec toi.

Schéhérazade
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'écris pour les profs qui pètent les plombs", "Tu enseigneras dans la douleur", "A Lise", "Je le fais pour vous", "in memoriam" et Hommage par le CSE.

Message par John le Ven 28 Oct 2011 - 18:50

n'importe quel autre moyen de dénoncer l'insupportable aurait mieux valu.
Une journée de grève ? Ca a bien dû avoir été tenté un jour, ça, non ?

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'écris pour les profs qui pètent les plombs", "Tu enseigneras dans la douleur", "A Lise", "Je le fais pour vous", "in memoriam" et Hommage par le CSE.

Message par MelanieSLB le Ven 28 Oct 2011 - 19:19

D'accord avec toi, John. Manifestement, si Lise a fait ce qu'elle a fait, c'est qu'aucun autre moyen n'a fonctionné. Je ne croirai jamais que c'est le seul moyen qu'elle ait jamais trouvé pour "dénoncer l'insupportable". Elle a forcément fait autre chose, mais à force d’être inaudible, on répond à l'insupportable par l'insupportable.

_________________
La réforme du collège en clair : www.reformeducollege.fr .
La Réforme du Collège en Clair a aussi sa page Facebook !

Et pour ceux qui voudraient en comprendre quelques fondements idéologiques:
De l’école, Jean-Claude Milner, visionnaire en 1984 (ça ne s'invente pas!) de ce qui nous arrive: "On ne dira pas que les enseignants sont l'appendice inutile d'une institution dangereuse et presque criminelle; on dira seulement qu'ils doivent devenir Autres: animateurs, éducateurs, grands frères, nourrices, etc. La liste est variable. Que, par là, les enseignants cessent d’être ce qu'ils doivent être, c'est encore une fois sortir de la question. On ne dira pas que les enseignants n'ont pas à exister, mais qu'ils ont à exister Autrement. Que cette Autre existence consiste à renoncer à soi-même pour disparaître dans la nuit éducative et s'y frotter, tous corps et tous esprits confondus, avec les partenaires de l'acte éducatif - manutentionnaires, parents, élèves, etc. -, seul un méchant pourrait en prendre ombrage." (page 24)

MelanieSLB
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: "J'écris pour les profs qui pètent les plombs", "Tu enseigneras dans la douleur", "A Lise", "Je le fais pour vous", "in memoriam" et Hommage par le CSE.

Message par Hannibal le Ven 28 Oct 2011 - 19:43

@John a écrit:
n'importe quel autre moyen de dénoncer l'insupportable aurait mieux valu.
Une journée de grève ? Ca a bien dû avoir été tenté un jour, ça, non ?
Ce n'est pas beaucoup moins efficace, tu sais... et quitte à rester parfois inutile, au moins ça ne coûte pas des vies. Et quand bien même ce geste-là aurait valu à l'E.N. la plus belle des réformes, j'aurais encore préféré que Lise s'abstienne - tant pis pour la réforme, si elle doit coûter pareil prix.

Schéhérazade, si c'est vraiment comme un sacrifice que Lise a envisagé son geste, je ne suis pas sensible le moins du monde au sublime de la chose. Juste au gâchis que ça représente. Y a assez de fanatiques comme ça, et mourir pour je ne sais quelle cause n'est pas un argument qui prouve qu'elle soit meilleure qu'une autre. Je ne crois pas non plus à l'ineffable, ni à je ne sais quel mysticisme oblatif : tout ce romantisme me laisse de marbre.

Bref, autant suivre le bon parti jusques au feu exclusivement, comme dit l'autre.





Hannibal
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum