Burn out des enseignants

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Burn out des enseignants

Message par Eckmühl le Jeu 20 Oct 2011 - 9:27

Voilà un article à mettre sous les yeux de tous ceux qui envient les privilèges de ces planqués d'enseignants.

http://www.lepoint.fr/societe/les-souffrances-des-enseignants-mises-en-lumiere-depuis-le-drame-de-beziers-20-10-2011-1386699_23.php

Eckmühl
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Burn out des enseignants

Message par Daphné le Jeu 20 Oct 2011 - 10:40

Oui, très bien mais ça n'empêchera jamais les "espèces de connards" - je cite Laughing - de continuer à dire n'importe quoi !

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Burn out des enseignants

Message par micaschiste le Jeu 20 Oct 2011 - 11:05

sur RMC, l''émission de JJ Bourdin de ce matin a en partie été consacrée à ce sujet.

micaschiste
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Burn out des enseignants

Message par mimile le Jeu 20 Oct 2011 - 11:11

j'imagine les réactions de certains auditeurs "y en a marre d'entendre les enseignants se plaindre !"

mimile
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Burn out des enseignants

Message par micaschiste le Jeu 20 Oct 2011 - 11:12

@mimile a écrit:j'imagine les réactions de certains auditeurs "y en a marre d'entendre les enseignants se plaindre !"
il y en a eu mais il y a aussi eu des témoignages poignants. Je n'ai pas tout écouté.

micaschiste
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Burn out des enseignants

Message par LisaZenide le Jeu 20 Oct 2011 - 11:17

Un reportage sur le sujet tourne aussi dans la boucle BFMtv de ce matin...

LisaZenide
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Burn out des enseignants

Message par Kroko le Jeu 20 Oct 2011 - 12:38

J'ai reçu un mail de mon lycée hier, de la part de responsables syndicaux, demandant comment nous pourrions tous mieux travailler.
Voici ma réponse.
Je ne sais pas si elle va faire changer quoi que ce soit, mais l'écrire et le partager ça m'a fait du bien:
"Je ne peux pas répondre car je n'ai jamais enseigné au lycée Truc.
T1, Je n'ai qu'une maigre expérience de ce métier qu'est l'enseignement.
Pourtant j'en ai essuyé les plâtres l'année dernière, avec cette aberration qu'est le stage à 18H.
Je ne sais pas comment les choses fonctionnent chez vous, à Truc, je ne sais pas si il y a de la solidarité entre collègues, si il y a du soutien, ou si les gens qui souffrent sont stigmatisés, laissés de côté. Si les gens qui expriment des difficultés sont montrés du doigts et écartés, comme si le fait d'avoir des difficultés était une sorte de maladie horrible et contagieuse.
Je ne sais pas comment était la vie de Lise Bonnafous, je ne sais pas si elle avait du soutien dans le lycée, à l'extérieur du lycée, je ne sais pas si elle était dépressive, ou fragile, ou qu'importe.
Je sais juste que pour moi, mon année de stage, m'a réellement mise en danger. L'éloignement - oui, je sais, tout le monde l'a vécu, tout le monde a son anecdote a raconter là dessus, et comment il l'a surmonté, et tout ça-, la surcharge de travail, les élèves difficiles, l'absence de soutien de la hiérarchie, frileuse peut être, l'absence de soutien des collègues, dans la négation "non chez moi tout va bien, chez moi les élèves sont adorables, je ne comprends pas que tu aies des difficultés ..."
Tout ça, je l'ai vécu.
Et je me souviens d'un jour, au début de mon année de stage, où un élève, de quasiment mon âge, s'est levé, m'a menacé. Ma tutrice m'a dit que je l'avais provoqué. Les collègues m'ont dit que ce n'était pas un méchant bougre. L'administration m'a déconseillé de déposer une main courante. Les formateurs IUFM, parce que j'y ai encore eu droit, m'ont dit que de telles choses n'arrivent jamais.
Je suis rentrée chez moi, dans cet appartement que je détestais, et j'ai pleuré et pleuré et pleuré parce que je me sentais seule, coupable, nulle et incapable. Et personne ne devrait avoir à vivre ça. Parce que si, à ce moment là, j'avais eu une boite d'anxiolytiques, de somnifères, ou que sais-je, à portée de main, j'aurais bien été capable de l'avaler, parce que je voulais juste que ça s'arrête."

_________________
fools, said I, you do not know, silence like a cancer grows

Kroko
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Burn out des enseignants

Message par Hannibal le Jeu 20 Oct 2011 - 14:03

@Kroko a écrit:- oui, je sais, tout le monde l'a vécu, tout le monde a son anecdote a raconter là dessus, et comment il l'a surmonté, et tout ça-, la surcharge de travail, les élèves difficiles, l'absence de soutien de la hiérarchie, frileuse peut être, l'absence de soutien des collègues, dans la négation "non chez moi tout va bien, chez moi les élèves sont adorables, je ne comprends pas que tu aies des difficultés ..." Tout ça, je l'ai vécu.

Je souligne... il y aurait beaucoup à dire là-dessus, et c'est quelque chose, j'en ai peur, que l'on sous-estime largement.

Kroko :

Hannibal
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Burn out des enseignants

Message par lene75 le Jeu 20 Oct 2011 - 14:11

@Hannibal a écrit:
@Kroko a écrit:- oui, je sais, tout le monde l'a vécu, tout le monde a son anecdote a raconter là dessus, et comment il l'a surmonté, et tout ça-, la surcharge de travail, les élèves difficiles, l'absence de soutien de la hiérarchie, frileuse peut être, l'absence de soutien des collègues, dans la négation "non chez moi tout va bien, chez moi les élèves sont adorables, je ne comprends pas que tu aies des difficultés ..." Tout ça, je l'ai vécu.

Je souligne... il y aurait beaucoup à dire là-dessus, et c'est quelque chose, j'en ai peur, que l'on sous-estime largement.

Kroko :

+1

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...

lene75
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Burn out des enseignants

Message par CatLea le Jeu 20 Oct 2011 - 14:19

Kroko, j'avoue avoir traversé la même période difficile, semée de doutes lors de mon année de stage et pourtant j'avais enseigné 5 ans avant, avait été vue par un IPR pendant mes années de contractuelle, estimant que je faisait bien mon boulot. Mais cette année là, j'ai eu un groupe de STL très très difficiles à gérer et une tutrice qui insistait sur cette classe me reprochant un manque d'autorité avec cette classe et....trop d'autorité sur ma classe de terminale avec qui ça roulait (et qu'elle était venue voir après que j'ai insisté sur le fait que je voulais qu'elle vienne me voir avec une classe se tenant correctement).
J'ai eu droit, de sa part à des commentaires du type "Quand on a peur d'aller en cours avec ses classes, on pense à changer de métier" (et dieu sait que j'y ai songé!!). Je ne parle même pas du rapport qu'elle avait fait sur moi pour donner à l'IPR pour ma titularisation, qu'elle a mis en catimini dans mon casier, 3 jours avant mon inspection de titularisation, sans daigner m'en parler.
J'ai eu plusieurs fois aussi envie que ça s'arrête. Tout ça s'est terminé par un séjour à l'hôpital après une méga crise d'angoisse où j'ai décompensé tout ce qui s'était passé depuis mon divorce, l'année de stage étant l'élément en trop, la goutte d'eau. Donc, je cromprends très bien ce que tu vis et ce qu'a pu vivre Lise Bonnafous. Qu'il est difficile de se sentir seul contre tous!!

CatLea
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Burn out des enseignants

Message par Mufab le Jeu 20 Oct 2011 - 14:22

Kroko, pour avoir ressenti tout ça, je te comprends ô combien... (et ne dois pas être la seule, malheureusement).

fleurs

_________________
Poky et Lucas, dessin de Phi :

"Là où on ne lit pas, là où on n'élit pas, on ne rigole pas tous les jours. Lire est le propre de l'homme."
(Yvan Pommaux, auteur "Jeunesse")

Mufab
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Burn out des enseignants

Message par doublecasquette le Jeu 20 Oct 2011 - 14:38


_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Burn out des enseignants

Message par lene75 le Jeu 20 Oct 2011 - 14:52

darkcoffee a écrit:"Quand on a peur d'aller en cours avec ses classes, on pense à changer de métier"

Pendant mon année de stage, j'avais peur d'aller en cours, j'en faisais des cauchemars la nuit... enfin les nuits où j'arrivais à dormir (il m'arrive d'en faire encore 3 ans après !) et même, parfois, une fois en classe, je me sentais piégée, j'étais à deux doigts de pleurer d'angoisse devant mes élèves en pensant que j'étais enfermée là, avec eux, pendant 1h et que je ne pouvais pas m'enfuir ou appeler à l'aide, quoi qu'ils me fassent et malgré leurs insolences, leurs provocations, leurs menaces, etc. Combien de fois ai-je pleuré en rentrant chez moi ? Combien de fois ai-je voulu démissionner ? Combien de kilos ai-je perdu ? (ça je sais : 9 dont 6 les deux premières semaines). Si je n'avais pas eu des soutiens de certains (mon mari, ma tutrice, les PP, des collègues, une CPE, la proviseure adjointe, mon inspecteur, etc.... j'avais des gens contre moi, mais j'en avais beaucoup de mon côté, j'ai eu beaucoup de chance sur ce plan), je pense que je n'aurais pas tenu. J'avais vraiment le sentiment d'être jetée aux lions sans pouvoir me défendre. Appréciation de l'inspecteur en fin d'année ? "Des qualités remarquables, c'est très prometteur". Appréciation de mon inspectrice cette année ? "Vous avez des qualités pédagogiques rares à votre âge". Il faut le dire, ça, peut-être, aussi, que ce ne sont pas que des profs "en difficulté", sous-entendu en réalité incapables d'enseigner, qui vivent ce genre de choses et qui peuvent un jour se retrouver dans la situation de Lise. Notre formateur IUFM qui était dans une ZEP très dure nous avait d'ailleurs raconté qu'une de ses collègue pour qui tout roulait s'était retrouvée dans une situation très difficile (psychologiquement parlant) avec 15 ans de bouteille à cause d'une classe qui lui donnait du fil à retordre et alors qu'elle avait jusque-là "tenu" les classes les plus difficiles.

Alors quand une collègue se fait bordéliser, au lieu de la critiquer dans son dos en sdp, je lui propose de lui prendre un élève quand ils sont trop pénibles, à charge de revanche quand je galère moi aussi et je déteste ceux qui la critiquent ou qui se moquent de l'état de sa salle après ses cours. Alors quand la stagiaire doute, dit qu'elle est crevée, qu'elle n'en peut plus, bref, appelle à l'aide, même si elle ne semble pas avoir de "problèmes particuliers" avec ses classes, je parle avec elle, de ses difficultés et des miennes, je lui donne les conseils que je peux, peut-être pas aussi brillants que ceux des "grandes gueules" qui n'ont jamais de pbs mais en tout cas, quand elle arrive en sdp, c'est à côté de moi qu'elle s'assoit et à moi qu'elle dit qu'elle est fatiguée, etc., pas à eux, et je déteste l'autre stagiaire qui arrive en sdp en parlant fort, en expliquant comme ses cours son merveilleux, comme elle est meilleure que tout le monde, comme elle s'en sort bien avec ses élèves et en critiquant ses collègues de l'IUFM parce que quand même, elle se demande bien "comment ils ont recruté"... oui, moi aussi, je me le demande bien...

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...

lene75
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Burn out des enseignants

Message par phi le Jeu 20 Oct 2011 - 14:56

@Kroko a écrit: L'éloignement - oui, je sais, tout le monde l'a vécu, tout le monde a son anecdote a raconter là dessus, et comment il l'a surmonté, et tout ça-
Oui mais personnellement je trouve ça de plus en plus violent, justement la réponse "oui mais tout le monde est passé par là" "oui tu sais il y a encore pire" "oui mais c'est pas grave, tu as trouvé un logement pas loin, et puis tu n'as pas d'enfants" (un mari ça ne compte pas)
Justement, je trouve ça encore plus dramatique qu'il y ait pire, et encore plus dingue que tout le monde trouve ça acceptable...

Enfin voilà, et j'adhère également au reste de ton message, évidemment...

phi
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Burn out des enseignants

Message par Kroko le Jeu 20 Oct 2011 - 14:56

j'aurais aimé être tombée sur des collègues comme toi.

_________________
fools, said I, you do not know, silence like a cancer grows

Kroko
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Burn out des enseignants

Message par Kroko le Jeu 20 Oct 2011 - 15:00

@phi a écrit:
@Kroko a écrit: L'éloignement - oui, je sais, tout le monde l'a vécu, tout le monde a son anecdote a raconter là dessus, et comment il l'a surmonté, et tout ça-
Oui mais personnellement je trouve ça de plus en plus violent, justement la réponse "oui mais tout le monde est passé par là" "oui tu sais il y a encore pire" "oui mais c'est pas grave, tu as trouvé un logement pas loin, et puis tu n'as pas d'enfants" (un mari ça ne compte pas)
Justement, je trouve ça encore plus dramatique qu'il y ait pire, et encore plus dingue que tout le monde trouve ça acceptable...

Enfin voilà, et j'adhère également au reste de ton message, évidemment...

oui, moi ça m'a ajouté un sentiment de culpabilité dont je me serais bien passé : "d'autres ont réussi, pourquoi pas toi".
Ben au moins maintenant, je sais ce qui est important pour moi et ce qui l'est moins.

_________________
fools, said I, you do not know, silence like a cancer grows

Kroko
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Burn out des enseignants

Message par Mufab le Jeu 20 Oct 2011 - 15:09

[quote="lene75"]
darkcoffee a écrit:
Alors quand une collègue se fait bordéliser, au lieu de la critiquer dans son dos en sdp, je lui propose de lui prendre un élève quand ils sont trop pénibles,
N'ayant pas la possibilité d'exclure ou d'isoler un élève, en élém, c'est effectivement la seule solution que nous ayons trouvée, dans notre école, pour se soulager les uns les autres de certains élèves très difficiles, et que nous devons supporter la journée. On se dit souvent "Envoie-le moi, mais avant de craquer" - car on sait tous que nul n'est à l'abri d'une parole ou d'un geste malheureux.
à charge de revanche quand je galère moi aussi et je déteste ceux qui la critiquent ou qui se moquent de l'état de sa salle après ses cours.
C'est une réaction détestable, mais malheureusement humaine, fréquente, une façon aussi de se rassurer : "Au moins, moi, j'assure. Il y a moins de papiers par terre, chez moi".
Alors quand la stagiaire doute, dit qu'elle est crevée, qu'elle n'en peut plus, bref, appelle à l'aide, même si elle ne semble pas avoir de "problèmes particuliers" avec ses classes, je parle avec elle, de ses difficultés et des miennes, je lui donne les conseils que je peux, peut-être pas aussi brillants que ceux des "grandes gueules" qui n'ont jamais de pbs mais en tout cas, quand elle arrive en sdp, c'est à côté de moi qu'elle s'assoit et à moi qu'elle dit qu'elle est fatiguée, etc., pas à eux, et je déteste l'autre stagiaire qui arrive en sdp en parlant fort, en expliquant comme ses cours son merveilleux, comme elle est meilleure que tout le monde, comme elle s'en sort bien avec ses élèves et en critiquant ses collègues de l'IUFM parce que quand même, elle se demande bien "comment ils ont recruté"...
Tiens, on en a tous connu des comme ça... oui, moi aussi, je me le demande bien...

_________________
Poky et Lucas, dessin de Phi :

"Là où on ne lit pas, là où on n'élit pas, on ne rigole pas tous les jours. Lire est le propre de l'homme."
(Yvan Pommaux, auteur "Jeunesse")

Mufab
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Burn out des enseignants

Message par Marie Laetitia le Jeu 20 Oct 2011 - 15:16


il y a un truc que je ne comprends pas : d'un côté selon le ministre l'enquête a été faite en Hollande à la find es années 90. D'un autre côté l'article se termine là-dessus:

L'enquête Fotinos-Horenstein a été menée auprès de 2.100 personnels (surtout des enseignants) de 400 lycées et collèges, en collaboration avec la MGEN, la banque Casden et l'Ecole supérieure de l'éducation nationale (Esen).
Moi pas comprendre... scratch

Je suis bête où le journaliste aurait pu prendre la peine de relever le truc bizarre?

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Burn out des enseignants

Message par CatLea le Jeu 20 Oct 2011 - 18:10

Lene, moi aussi depuis j'essaie d'être à l'écoute des collègues qui doutent et se demandent si... Nous avons deux jeunes collègues qui viennent d'arriver : une stagiaire qui a tendance à douter d'elle et de ce qu'elle fait et une néotit TZR qui a hérité d'un service pourri et fait de son mieux. Les deux sont éloignées de leur région d'origine et se sentent parfois seules devant les élèves qui en profitent pour les tester à mort. Alors oui, j'ai expliqué à la stagiaire (dont je suis tutrice) que je comprenais que ce soit dur pour elle, lui conseille de prendre un peu de temps pour elle, la rassure sur la qualité des documents qu'elle donne aux élèves, sur les progrès qu'elle fait au fur et à mesure de l'année, et je lui explique mes petits trucs et astuces pour régler certaines situations.
Pour l'autre collègue, je la rassure aussi sur le fait que ses BTS testent aussi des collègues plus expérimentés qu'elle, qu'elle fait au mieux au mieux avec le service empoisonné dont elle a hérité et qui fait qu'elle se couche tous les soirs à 2 heures du mat et est complètement naze.
C'est si facile de critiquer!! La galère des services pourris, de l'éloignement géographique, des classes de ZEP qu'on ne peut tenir parce que c'est ainsi, ça n'est pas notre faute, tout ça je connais. Et je trouve dégueulasse les collègues qui en profitent pour déblatérer sur le dos de ceux qui ont du mal et tiennent le coup on ne sait comment.

CatLea
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Burn out des enseignants

Message par InvitéN le Jeu 20 Oct 2011 - 18:35

En effet 17 % ayant connu un burn out, c'est beaucoup !! Il faut vraiment être en forme pour faire ce métier; certains élèves ont vite fait de déceler la moindre faille et de s'y engouffrer.

Merci pour cet article que j'ai envoyé aux collègues.

_________________
Plus on partage, plus on possède !

InvitéN
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Burn out des enseignants

Message par JaneB le Jeu 20 Oct 2011 - 18:59

le " burn out" peut venir de la perte de sens de ce pour quoi on travaille! La sensation de s'épuiser au travail pour pas grand chose au retour...je me sens souvent impuissante et désarmée quand je vois mes copies de 4ème en anglais et l'incapacité de certains ( beaucoup?) à faire une phrase toute simple ...je trouve çà démoralisant!!

JaneB
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Burn out des enseignants

Message par Hannibal le Jeu 20 Oct 2011 - 19:08

nateka a écrit:En effet 17 % ayant connu un burn out, c'est beaucoup !! Il faut vraiment être en forme pour faire ce métier; certains élèves ont vite fait de déceler la moindre faille et de s'y engouffrer.

Certains collègues aussi des fois, à ce qu'il semble. Rolling Eyes

Hannibal
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Burn out des enseignants

Message par Reine Margot le Jeu 20 Oct 2011 - 21:05

Kroko, c'est à cause de tout ça que je suis partie...

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Burn out des enseignants

Message par Malviduplo le Jeu 20 Oct 2011 - 21:48

@phi a écrit:
@Kroko a écrit: L'éloignement - oui, je sais, tout le monde l'a vécu, tout le monde a son anecdote a raconter là dessus, et comment il l'a surmonté, et tout ça-
Oui mais personnellement je trouve ça de plus en plus violent, justement la réponse "oui mais tout le monde est passé par là" "oui tu sais il y a encore pire" "oui mais c'est pas grave, tu as trouvé un logement pas loin, et puis tu n'as pas d'enfants" (un mari ça ne compte pas)
Justement, je trouve ça encore plus dramatique qu'il y ait pire, et encore plus dingue que tout le monde trouve ça acceptable...

Enfin voilà, et j'adhère également au reste de ton message, évidemment...
+1 ! Ho combien !!
Je me souviens d'un des premiers entretiens que j'ai eu avec mon tuteur qui me demandait "comment ça va ?" et auquel je répondais que je galérais un peu loin des miens (RP à 200 kms de la maison du mardi au vendredi pour l'année de stage) et qui m'avait répondu d'un ton sec : " Tu sais ici tu n’émouvras personne avec tes 4 enfants et le fait que tu habites loin, d'autres y sont passés avant toi et en habitant beaucoup plus loin."
Et Kroko je me retrouve dans plein de choses que tu racontes sur l'année de stage No

Malviduplo
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Burn out des enseignants

Message par Raoul Volfoni le Jeu 20 Oct 2011 - 21:58

Ah, l'éloignement... Quand j'étais stagiaire certifiée, on m'a même reproché de profiter des week-ends pour rentrer chez moi. Signe évident que je n'avais pas la force nécessaire pour faire ce boulot... on me l'a dit, textuellement (on = IPR). Ça m'avait sciée que ma vie privée soit scrutée de la sorte...

_________________
"Les jolies filles en savent toujours trop !" (Raoul Volfoni, conseiller officiel de la ministre)

>>Quatre clics par jour pour aider les animaux abandonnés !<<

Raoul Volfoni
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum