Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
newlife2
Niveau 1

Re: Burn out des enseignants

par newlife2 le Mar 3 Oct 2017 - 9:50
A propos de burn out, et plus précisément de la reprise du travail après un burn out, je vous partage le lien vers le webinaire que j'ai donné récemment sur ce thème. Il contient plusieurs pistes pour mieux aborder la reprise et l'envisager avec plus de sérénité. Smile

CharlotteMason
Niveau 1

Re: Burn out des enseignants

par CharlotteMason le Mar 14 Nov 2017 - 15:55
Bonjour,

Je suis étudiante en journalisme et je cherche des témoignages de stages qui se sont mal passés.

Si ça te concerne et tu as un moment pour me parler (anonymement si tu veux), je te remercie de me contacter par MP.

Charlotte
avatar
Mrs Hobie
Érudit

Re: Burn out des enseignants

par Mrs Hobie le Ven 25 Mai 2018 - 9:03
Sur le net, on retrouve de nombreux blogs de collègues ... J'aime beaucoup le Hussard Noir, la pertinence de ses analyses ...
https://hussardnoirenzep.wordpress.com/2018/05/15/burn-out/

_________________
    Plus tu pédales moins vite, moins t'avances plus vite.
Et même que la marmotte, elle met les stylos-plumes dans les jolis rouleaux
avatar
Hirondelle
Niveau 5

Re: Burn out des enseignants

par Hirondelle le Sam 26 Mai 2018 - 15:00
Oui, cet article est très intéressant, il a même été repris dans le Huffington Post : https://www.huffingtonpost.fr/thomas-debord/javais-du-mal-a-croire-quun-prof-pouvait-faire-un-burnout-jusqua-ce-que-jen-fasse-un-vrai-de-vrai_a_23436205/?ncid=fcbklnkfrhpmg00000001
avatar
Mrs Hobie
Érudit

Re: Burn out des enseignants

par Mrs Hobie le Sam 26 Mai 2018 - 18:20
oui je sais c'est dans le huff que je l'avais trouvé, mais je préfère toujours citer le "document initial" Wink

_________________
    Plus tu pédales moins vite, moins t'avances plus vite.
Et même que la marmotte, elle met les stylos-plumes dans les jolis rouleaux
avatar
Hanae
Niveau 2

Re: Burn out des enseignants

par Hanae le Sam 26 Mai 2018 - 18:54
Bonjour
Moi, j'en ai marre de ces personnes derrière leur bureau qui se permettent de juger de notre autorité. Qu'ils viennent faire classe à des élèves déchaînés!! Ni les inspecteurs ni les cde n'ont en face d'eux des élèves.
avatar
Ajonc35
Niveau 5

Re: Burn out des enseignants

par Ajonc35 le Sam 26 Mai 2018 - 20:11
Magnifique témoignage et commentaires tout aussi intéressants.
Travaillant en LP,ce sont les élèves de troisième et quatrième qui nous tuent ( et quelques parents aussi ). Heureusement je vais plus en bac pro et mes élèves ont contents de me voir d'une année sur l'autre. Certains, trois ans durant. Mais dans ces classes c'est plus l'institution qui nous nuit. Des élèves de bac pro qui n'ont pas le niveau mais qui obtiendront leur cher diplôme car il faut de la bienveillance ( sous-entendu, un diplômé de plus, c'est un élève en moins et un élève cela coute cher)
avatar
Calandria
Sage

Re: Burn out des enseignants

par Calandria le Sam 26 Mai 2018 - 20:37
Bon, je viens de lire l'article. J'ai l'impression que j'aurais pu écrire une bonne partie de l'article. Pour la première fois de ma carrière, je me sens à bout, je ne supporte plus la fainéantise de mes classes de général et je ne supporte plus l'irrespect (et c'est un euphémisme, il s'agit d'agressivité voire de violence) de mes classes de SEGPA. J'ai des bouffées d'agressivité. J'ai songé à me mettre en arrêt avant les vacances, ça s'est calmé depuis mais je n'arrive pas à envisager sereinement la fin de l'année, le 7 juillet me parait si loin. Bref, j'ai les larmes aux yeux en lisant l'article et je me dis que quelque chose ne va clairement pas.

_________________
"If I were a headmaster I would get rid of the history teacher and get a chocolate teacher instead." Roald Dahl
avatar
Himpy
Neoprof expérimenté

Re: Burn out des enseignants

par Himpy le Sam 26 Mai 2018 - 20:41
Je pense, en lisant ton message Calandria, que cette dernière période à rallonge, est bien trop éprouvante.
avatar
Oonnay
Niveau 10

Re: Burn out des enseignants

par Oonnay le Sam 26 Mai 2018 - 20:54
@Calandria a écrit:Bon, je viens de lire l'article. J'ai l'impression que j'aurais pu écrire une bonne partie de l'article. Pour la première fois de ma carrière, je me sens à bout, je ne supporte plus la fainéantise de mes classes de général et je ne supporte plus l'irrespect (et c'est un euphémisme, il s'agit d'agressivité voire de violence) de mes classes de SEGPA. J'ai des bouffées d'agressivité. J'ai songé à me mettre en arrêt avant les vacances, ça s'est calmé depuis mais je n'arrive pas à envisager sereinement la fin de l'année, le 7 juillet me parait si loin. Bref, j'ai les larmes aux yeux en lisant l'article et je me dis que quelque chose ne va clairement pas.
+1000

Par contre j'ai pris beaucoup de recule pour ne pas tomber, sombrer, exploser en plein vol. Après tout nous n'y sommes pour rien.
avatar
Paleoprof
Niveau 10

Re: Burn out des enseignants

par Paleoprof le Sam 26 Mai 2018 - 20:55
Merci pour le lien. Je suis grandement émue. Je pense l’envoyer à mon mari. Je ne suis pas (encore) en burn out, mais je souffre de mon année neotit dans un lycée de quartier sensible, PP avec un service à 22heures. Tout le temps épuisée, irascible, déprimée, insatisfaite de tout.
Partageons ce lien, ne serait-ce qu’entre enseignants, pour déculpabiliser. flower coeurs

_________________
Je construis ma suite...... pingouin       pingouin
avatar
Mrs Hobie
Érudit

Re: Burn out des enseignants

par Mrs Hobie le Sam 26 Mai 2018 - 23:01
@Paleoprof a écrit:Partageons ce lien, ne serait-ce qu’entre enseignants, pour déculpabiliser. flower coeurs
exactement !

_________________
    Plus tu pédales moins vite, moins t'avances plus vite.
Et même que la marmotte, elle met les stylos-plumes dans les jolis rouleaux
avatar
Pacifique Parsons
Niveau 2

Re: Burn out des enseignants

par Pacifique Parsons le Dim 27 Mai 2018 - 0:20
J'aimerais dire qu'il est rassurant de constater que l'on n'a pas le monopole du désarroi mais, en réalité, c'est quand même très inquiétant. Je suis tout de même loin du burn-out et de l'angoisse perpétuelle, mais force est de constater qu'enseigner met les nerfs à rude épreuve (et c'est un euphémisme). Mes élèves sont pourtant loin d'être horribles mais je perds de plus en plus patience face à leur irrespect chronique, leur nonchalance, leur oisiveté. C'est épuisant à tous les niveaux. Tout cela l'est d'autant plus quand on vous fait comprendre que vous ne pouvez vous en prendre qu'à votre manque d'autorité, comme si vous méritiez de payer vos erreurs. A croire que cette sacro-sainte autorité serait le remède à tous les maux, simple à acquérir de surcroît, et que, comme dirait untel ou untel qui n'a jamais enseigné, "il suffit d'être ferme". Untel ne pourra sans doute jamais saisir pleinement la quantité d'énergie qu'il faut déployer pour donner 55 minutes de cours, au moins aussi importante que la quantité d'énergie déployée par certains élèves pour perturber le cours en question. D'autant plus que cela se poursuit une fois rentré à la maison, sur les rotules, avec la redoutable épreuve de la remise en questions (à laquelle, évidemment, nos élèves eux ne se livrent jamais).

Alors oui, déculpabilisons avant de finir broyés par cette machine infernale.
avatar
Babarette
Grand sage

Re: Burn out des enseignants

par Babarette le Dim 27 Mai 2018 - 0:27
Bonsoir,

Je suis gênée, peut-être à tort, par ce mot de "burn-out". N'est-il pas trop faible? Il me semble que ce qu'il désigne réellement, c'est une dépression. L'usage de ce mot me donne l'impression qu'on jette un voile pudique sur une véritable souffrance pour l'atténuer.

_________________
“Google peut vous donner 100 000 réponses, un bibliothécaire vous donne la bonne.” Neil Gaiman.

elephantrose lecteur
avatar
egomet
Grand sage

Re: Burn out des enseignants

par egomet le Dim 27 Mai 2018 - 4:25
@Babarette a écrit:Bonsoir,

Je suis gênée, peut-être à tort, par ce mot de "burn-out". N'est-il pas trop faible? Il me semble que ce qu'il désigne réellement, c'est une dépression. L'usage de ce mot me donne l'impression qu'on jette un voile pudique sur une véritable souffrance pour l'atténuer.

Alors là, je suis surpris. "Surmenage" était trop faible. "Dépression" aussi. Alors "burn out", littéralement "brûler", "péter les plombs", "griller", je vois difficilement comment on peut aller plus loin.

Je trouve au contraire qu'il y a une sorte de surenchère dans les appellations. Ce qui est terrible, c'est qu'elles s'affadissent très vite, tant il y a de gens qui s'y reconnaissent, avec toujours l'idée que leur souffrance personnelle est pire que celle des autres.


Cela dit, je ne juge pas. Il y a des situations qui sont proprement infernales, particulièrement dans l'éducation. J'en sais quelque chose.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Mes livres, mes poèmes, quelques réflexions pédagogiques assez terre-à-terre: http://egomet.sanqualis.com/
avatar
Sophie38
Habitué du forum

Re: Burn out des enseignants

par Sophie38 le Dim 27 Mai 2018 - 9:45
En tout cas, nonobstant tout problème de sémantique, cette année ce sont 2 collègues qui, pendant l'année, se sont arrêtés parce que physiquement ne pouvant plus bouger, envisager l'idée de se rendre das l'établissement et qu'on en avait déjà eu un l'an dernier qui s'est définitivement arrêté et qui n'a aucune perspective d'avenir ...
avatar
Mrs Hobie
Érudit

Re: Burn out des enseignants

par Mrs Hobie le Dim 27 Mai 2018 - 10:18
Pour ce qui est du "burn-out" l'appellation sert aussi à expliquer le pourquoi de la dépression. Il y a aussi le "bore-out" : dépression parce qu'on s'ennuie.
On n'a pas d'équivalent en français.

_________________
    Plus tu pédales moins vite, moins t'avances plus vite.
Et même que la marmotte, elle met les stylos-plumes dans les jolis rouleaux
avatar
Ajonc35
Niveau 5

Re: Burn out des enseignants

par Ajonc35 le Dim 27 Mai 2018 - 10:36
@Pacifique Parsons a écrit:J'aimerais dire qu'il est rassurant de constater que l'on n'a pas le monopole du désarroi mais, en réalité, c'est quand même très inquiétant. Je suis tout de même loin du burn-out et de l'angoisse perpétuelle, mais force est de constater qu'enseigner met les nerfs à rude épreuve (et c'est un euphémisme). Mes élèves sont pourtant loin d'être horribles mais je perds de plus en plus patience face à leur irrespect chronique, leur nonchalance, leur oisiveté. C'est épuisant à tous les niveaux. Tout cela l'est d'autant plus quand on vous fait comprendre que vous ne pouvez vous en prendre qu'à votre manque d'autorité, comme si vous méritiez de payer vos erreurs. A croire que cette sacro-sainte autorité serait le remède à tous les maux, simple à acquérir de surcroît, et que, comme dirait untel ou untel qui n'a jamais enseigné, "il suffit d'être ferme". Untel ne pourra sans doute jamais saisir pleinement la quantité d'énergie qu'il faut déployer pour donner 55 minutes de cours, au moins aussi importante que la quantité d'énergie déployée par certains élèves pour perturber le cours en question. D'autant plus que cela se poursuit une fois rentré à la maison, sur les rotules, avec la redoutable épreuve de la remise en questions (à laquelle, évidemment, nos élèves eux ne se livrent jamais).

Alors oui, déculpabilisons avant de finir broyés par cette machine infernale.
Que dire de plus? Sauf que nous sommes de plus en plus abandonnés l'Institution et que nous n'avons même pas de médecine du travail.
On nous demande de plus en plus ( les parents, les jeunes, le ministère, la maison du handicap, les éducateurs de l'ASE - avec peu de moyens eux aussi,....) avec peu de moyens et nous sommes contents quand ces moyens ne diminuent pas.
Les compétences, le cahier de texte en ligne, l'inclusion, et toutes les méthodes pédagogiques nouvelles mais sans moyens et en particulier celles qui demandent l'outil informatique (matériels, connexion) qui présente encore peu de fiabilité,..... et bien d'autres encore en fonction des niveaux, des établissements,....
avatar
Babarette
Grand sage

Re: Burn out des enseignants

par Babarette le Dim 27 Mai 2018 - 10:37
Egomet: "dépression", trop faible? Sais-tu au moins ce que c'est qu'une dépression? Ça n'est pas "faible".

Oui, je vois que c'est pour montrer que c'est profondément lié au travail. Mais ça affecte tellement la vie entière que, pour moi, c'est bien une dépression liée au travail.

_________________
“Google peut vous donner 100 000 réponses, un bibliothécaire vous donne la bonne.” Neil Gaiman.

elephantrose lecteur
avatar
Ajonc35
Niveau 5

Re: Burn out des enseignants

par Ajonc35 le Dim 27 Mai 2018 - 10:47
Burn-out veut bien dire " bruler" et ce n'est pas la même chose qu'une dépression. Pour ma part, j'ai vu ma fille ( qui n'est pas enseignante) se consumer. Cela agissait à la fois sur son moral et sur son physique (amaigrissement). Elle est rentrée durant 6 semaines à la maison car elle aurait pu se faire plus de mal. Puis elle a repris le travail dans la perspective d'en changer. C'est ce qu'elle a fait.
Cette situation affecte le plus souvent les personnes perfectionnistes qui prennent du temps, qui ont besoin du temps pour bien faire leur travail et donc poussent sans cesse leurs propres limites.
Aujourd'hui il faut travailler vite et quand on n'est pas capable d'absorber une masse de travail de plus en plus importante, la hiérarchie vous jette le mauvais oeil en oublient, de surcroit de vous dire que par ailleurs vous faites bien votre travail.  Ce n'est plus la qualité qui prime mais la quantité. Et il y en a qui ne peuvent pas. Donc chacun dans notre métier attend les vacances pour se ressourcer,  mais d'autres ( pour différentes raisons) ne le peuvent pas.
avatar
Babarette
Grand sage

Re: Burn out des enseignants

par Babarette le Dim 27 Mai 2018 - 10:52
Justement, quelqu'un qui maigrit et qui pourrait se faire du mal... Fait une dépression. La dépression, ce n'est pas simplement être triste et épuisé!

_________________
“Google peut vous donner 100 000 réponses, un bibliothécaire vous donne la bonne.” Neil Gaiman.

elephantrose lecteur
avatar
Chocolat
Guide spirituel

Re: Burn out des enseignants

par Chocolat le Dim 27 Mai 2018 - 11:24
Je crois qu'il n'y a aucun intérêt à tenter de "mesurer" de niveau de gravité d'un burn-out par rapport à une dépression puisqu'il s'agit de deux pathologies différentes, d'origines différentes et qui nécessitent des prises en charge différentes.

Burn-out et dépression, sept différences :
https://m.huffingtonpost.fr/samuel-dock/7-differences-entre-la-depression-et-le-burn-out_a_21902717/

_________________

La réforme du collège décryptée sur un site indépendant et apolitique :
http://www.reformeducollege.fr/
avatar
Chocolat
Guide spirituel

Re: Burn out des enseignants

par Chocolat le Dim 27 Mai 2018 - 11:37
@Babarette a écrit:Justement, quelqu'un qui maigrit et qui pourrait se faire du mal... Fait une dépression. La dépression, ce n'est pas simplement être triste et épuisé!

Oui, évidemment.
Mais une dépression n'est pas un burn-out.
En revanche, un burn-out non pris en charge peut contribuer à conduire à une dépression, voire pire.

La dépression est bien plus complexe que le burn-out, mais je ne dirais ni qu'elle est plus grave, ni qu'elle est moins grave, elle est juste différente et bien plus difficile à traiter.

J'ai fait un burn-out : je n'ai eu aucun antidépresseur ni aucun anxiolytique dans mon traitement.

_________________

La réforme du collège décryptée sur un site indépendant et apolitique :
http://www.reformeducollege.fr/
avatar
Pacifique Parsons
Niveau 2

Re: Burn out des enseignants

par Pacifique Parsons le Dim 27 Mai 2018 - 11:48
Il y a un vrai problème, je trouve, quand c'est avec une boule au ventre que l'on attend le résultat des affectations, parce qu'on sait très bien que le métier n'est pas le même selon l'établissement qui nous est attribué. C'est quand même dingue d'arriver à un point où l'on craint, par avance, pour sa santé. Personnellement, je doute de pouvoir tenir si les conditions sont trop défavorables. Oui, je sais, il est inutile de se monter tout seul le bourrichon. Cependant, je sais aussi que pendant mon stage en REP, l'envie d'abandonner m'avait déjà traversé l'esprit plusieurs fois (la fameuse douche froide, que dis-je, glacée). Je n'ai pourtant pas choisi ce métier faute de mieux, je ne me sens pas particulièrement fragile et je dirais même que j'ai envie de m'investir. Néanmoins, la perspective de me battre corps et âme au quotidien pour pouvoir exercer me démoralise par avance. Il est légitime, ce me semble, de souhaiter ne pas être déchiqueté, vampirisé par son travail.

Comment en est-on arrivés là ? C'est navrant. Intolérable, je dirais même.
avatar
Chocolat
Guide spirituel

Re: Burn out des enseignants

par Chocolat le Dim 27 Mai 2018 - 12:05
Oui, tu as raison : nous payons cher le laxisme démesuré devant l'absence d'éducation de trop d'élèves et de trop de parents, combiné à l'acceptation d'un investissement dans le travail de moins en moins conséquent de la part des élèves.

Jusqu'à quand ?

_________________

La réforme du collège décryptée sur un site indépendant et apolitique :
http://www.reformeducollege.fr/
avatar
Sophie38
Habitué du forum

Re: Burn out des enseignants

par Sophie38 le Dim 27 Mai 2018 - 12:20
@Ajonc35 a écrit:Burn-out veut bien dire " bruler" et ce n'est pas la même chose qu'une dépression. Pour ma part, j'ai vu ma fille ( qui n'est pas enseignante) se consumer. Cela agissait à la fois sur son moral et sur son physique (amaigrissement). Elle est rentrée durant 6 semaines à la maison car elle aurait pu se faire plus de mal. Puis elle a repris le travail dans la perspective d'en changer. C'est ce qu'elle a fait.
Cette situation affecte le plus souvent les personnes perfectionnistes qui prennent du temps, qui ont besoin du temps pour bien faire leur travail et donc poussent sans cesse leurs propres limites.
Aujourd'hui il faut travailler vite et quand on n'est pas capable d'absorber une masse de travail de plus en plus importante, la hiérarchie vous jette le mauvais oeil en oublient, de surcroit de vous dire que par ailleurs vous faites bien votre travail
.  Ce n'est plus la qualité qui prime mais la quantité. Et il y en a qui ne peuvent pas. Donc chacun dans notre métier attend les vacances pour se ressourcer,  mais d'autres ( pour différentes raisons) ne le peuvent pas.

C'est tout à fait cela (phrases mises en gras) pour mes collègues qui sont en cessation d'activité. Et je m'y reconnais ...
Et quand il y a une petite erreur qui s'est glissée dans notre travail, là on nous le fait bien remarquer et on nous rappelle bien qu'on est non compétent, par contre, tout le reste réussi est normal donc devenu invisible.
Contenu sponsorisé

Re: Burn out des enseignants

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum