Moral en berne

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Moral en berne

Message par mitochondrie le Ven 21 Oct 2011 - 20:22

Je fais un amer constat ce soir...

Ce boulot qui me bouffe tout mon temps, occupe toutes mes pensées et me pompe toute mon énergie (vraiment, je ne sais pas comment je me débrouille !) ne me rapporte rien d'autre qu'un salaire (certes, ce n'est pas négligeable), et me renvoie une image déplorable de moi-même. Celle d'une prof bordélisée, incompétente et psychorigide.

Tout à l'heure encore, en restant après les cours pour donner mes demandes de retenue avant les vacances (mais j'aurais pu m'en passer, elles ont été enfouies au fond d'une pile à traiter à la rentrée), j'ai bien senti la pitié des collègues qui ont ces classes.

De toute manière, que les lettres partent aujourd'hui ou dans 2 semaines ne changera rien, sans doute. A la limite, les élèves s'en amusent.

J'ai 130 élèves (dont 100 que je vois une fois par semaine ou moins) et j'en ai déjà collé 10, dont certains plusieurs fois (j'ai donné 15h en tout). C'est sans doute beaucoup trop. En tout cas dans cet établissement. Il n'y a qu'une classe avec laquelle je sorte de cours satisfaite. Mais avec l'expérience de ma première année, je me dis que ça ne va peut-être pas durer. Pourtant, j'avais l'impression d'être un peu moins nulle qu'à l'époque.

Je précise que je l'établissement n'a rien de difficile, l'ambiance y est plutôt bon enfant. C'est vraiment moi qui ai un problème. Je manque de charisme, je manque de crédibilité, je manque de cette bienveillante fermeté (ou de cette ferme bienveillance) que j'observe chez certains collègues... mais je ne sais pas comment faire pour y remédier.

Merci de m'avoir lue.

(et désolée de polluer en ouvrant égoïstement un topic pour m'épancher, je ne savais pas où mettre cela ; d'ailleurs, ce n'est peut-être pas la bonne rubrique)

mitochondrie
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moral en berne

Message par Sandyrina le Ven 21 Oct 2011 - 20:35

Pour commencer: arrête de t'excuser...ta souffrance est légitime et ce n'est pas ici que quelqu'un va oser de renvoyer à ta douleur (ou alors, le premier qui fera cela, est dépourvu de toute psychologie et doit appartenir à la race des super-profs parfaits qui n'ont JAMAIS eu de doutes ou d'ennuis avec des classes.

J'ai aussi envie de te dire qu'il ne faut pas nécessairement bosser dans un établissement réputé zep ou autre pour avoir le DROIT de mal vivre son métier...Je l'ai vécu certaines années dans un collège ou apparemment "tout allait plutôt bien". Du moins, il y avait "pire ailleurs"...pourtant tout comme toi, je quittais parfois le travail en me trouvant nulle, dépourvue de ce charisme que tu évoques.

Aujourd'hui je travaille dans un super établissement qui est très coté...je repense souvent à cette jeune prof (bon, je ne suis pas si vieille en plus !!) de 21, 22 ans qui se trouvait nulle. Avec le recul, je me dis que je faisais mes armes, que j'étais jeune, que j'avais des doutes mais qu'au final, j'ai fait du mieux que j'ai pu...et au final, avec le poste que j'ai obtenu, je me dis que je ne suis pas nulle.

Toi non plus, tu n'es pas une mauvaise prof et ce n'est pas TOI le problème. Je dis toujours que c'est très bien de ne pas se poser en mâitre tout puissant sur son estrade et de savoir se remettre en question mais quand, tu le fais pendant 7 semaines et qu'arrivée à la TOussaint, ça ne va toujours pas, j'estime que tu as le droit d'arrêter de te flageller de la sorte. Non, ce n'est pas toi, le souci ! Ce sont les élèves...et tu as bien raison de continuer à les sanctionner. Même si c'est fastidieux, que la pile s'accumule...

Courage !!!

Sandyrina
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moral en berne

Message par JaneB le Ven 21 Oct 2011 - 20:43

fleurs
Tu sais, je crois qu'on est plus nombreux que tu ne penses à avoir les mêmes doutes, les mêmes interrogations que toi!
J'ai tendance moi aussi, à surtout focaliser sur le négatif, sur ce qui s'est mal passé alors qu'objectivement, tout n'est pas noir non plus...
Essaie de prendre de la distance avec tout çà et de vraiment profiter de tes vacances pour penser à toi et te ressourcer!

JaneB
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moral en berne

Message par julie3 le Ven 21 Oct 2011 - 20:48

Courage, mitochondrie. Profite des vacances pour te reposer et penser à autre chose. Et comme le dit JaneB il faut prendre de la distance, trouver des activités où tu puisses t'épanouir. Ce métier nous bouffe et tu n'es pas seule à te sentir parfois nulle. Continue à leur tenir tête et ne te dévalorise pas. sunny

julie3
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moral en berne

Message par Ninfa le Ven 21 Oct 2011 - 20:48

Courage !!!!! Tu vis là des moments difficiles et je suis certaine que tu finiras par te sentir bien dans ta peau de prof et que tu trouveras tes marques. Cette histoire de charisme, justement ça n'est qu'une histoire. Le charisme c'est dans la tête : convaincs toi que c'est toi la chef, les élèves le ressentiront. Et puis, surtout repose toi, les vacances c'est fait pour ça. Dis toi qu'à la rentrée les choses peuvent radicalement changer. Impose toi, ne prête pas attention à ce que peuvent penser tes collègues ! Qu'ils pensent ce qu'ils veulent, ça n'est pas ton problème (même si je sais combien il est humiliant de penser que les autres nous voient comme le prof bordélisé).

Tu es nouvelle dans ce bahut, n'est-ce pas ? Il n'est pas rare que les élèves testent les nouveaux, élèves et collègues j'ai envie de dire. Le bizutage je l'ai vécu l'an passé, la deuxième année c'est nettement plus facile. Même si en tant que TZR je suis amenée à me faire tester à chaque nouveau remplacement, et je t'avoue que ça blinde pas mal !

Donc ton programme pour ces vacances c'est REPOS ! Le boulot essaie de ne pas trop y penser, vois tes ami(e)s, si tu as un conjoint profite avec lui, vois ta famille, sors, aère toi mais surtout ne baisse pas les bras ! Tu redémarreras en forme et plus sereine. Les élèves le ressentiront. C'est certain. Courage hearts Tu vas finir par les avoir, mais pour la bataille il te faut souffler aac

Ninfa
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moral en berne

Message par Celeborn le Ven 21 Oct 2011 - 20:50

Tu n'as effectivement pas à t'excuser. Repose-toi pendant ces vacances, pense à autre chose, et essaye à la rentrée d'en parler avec des collègues de confiance pour faire un peu d'échange de pratique. Parfois, il y a des trucs tout simples qui te changent la vie en cours.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moral en berne

Message par InvitéYo le Ven 21 Oct 2011 - 20:55

Bonsoir Mitochondrie,
je suis entièrement d'accord avec ce que vient de dire Sandyrina, ce que tu vis est "normal", je suis passée par là aussi, et cela m'arrive encore d'avoir des moments de doute...et pour être honnête, cela m'arrive même tous les jours!!!A divers degrés bien sûr...mais tout le temps, je me demande "ai-je bien agi", "les élèves ont-ils compris", "est-ce que j'ai sanctionné comme il le fallait"..c'est sain, ça fait parti du métier!!!Et SURTOUT, relativise ce que disent certains collègues, c'est-à-dire le blabla habituel, "avec moi ça va, ils sont mignons, gentils...." Souvent, ça n'est que de la poudre aux yeux...
La première année que j'ai passée dans mes bahuts actuels, ça a été difficile, je ne sentais pas d'adhésion de la part des élèves, j'ai dû batailler, faire ma place..et souvent à coups de punitions, de retenues...j'avais l'impression d'être une véritable harpie, j'en arrivais à me trouver moi-même détestable!!!Mais au bout d'un moment, cela paie de jouer la "méchante"...Mais pas tout de suite, il faut être patient...Et ménage-toi des moments de détente, de loisirs, des moments "valorisants" pour toi-même. Les vacances sont là, essaye d'en profiter! Mais je comprends ce sentiment de frustration que tu ressens, et que je ressens aussi parfois, quant on fait le bilan à la fin d'une journée, ou même d'une semaine...Ce sentiment de ne pas avoir été à la hauteur, de ne pas avoir assuré en permanence.

InvitéYo
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moral en berne

Message par InvitéYo le Ven 21 Oct 2011 - 20:59

Alors courage, et surtout essaye de te reposer fleurs

InvitéYo
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moral en berne

Message par mitochondrie le Ven 21 Oct 2011 - 21:10

Un immense merci à tous, pour vos réponses, vraiment !
Je crois que je vais commencer les vacances par aller me coucher, ça ne peut que me faire du bien. Je réfléchirai mieux à tout ça demain...

mitochondrie
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moral en berne

Message par sand le Ven 21 Oct 2011 - 21:12

Donne-toi le temps de progresser. Tu m'as déjà l'air de ne pas te laisser faire, contrairement à beaucoup qui ferment les yeux ou menacent sans jamais passer à l'acte. Preuve que tu as du caractère !

sand
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moral en berne

Message par Cava le Ven 21 Oct 2011 - 21:13

Bonsoir,
Un petit mot de soutien. Nous passons tous par des moments durs. Parfois même, allons-nous jusqu'à dire : stop! J'envisage autre chose.
Les vacances sont là : je vais te conseiller la même recette que les autres!
Vois des amis, occupe-toi de tes passions, de toi!
Prends un rendez-vous chez l'esthéticienne pour te faire chouchouter, fais du sport ...
Pour toi : fleurs aaz

Cava
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moral en berne

Message par Nita le Ven 21 Oct 2011 - 21:17

fleurs2

_________________
A clean house is a sign of a broken computer.

Nita
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moral en berne

Message par pk le Ven 21 Oct 2011 - 21:36

En fin de période, la fatigue est grande. On a tendance à vouloir en faire plus pour compenser la fatigue. Il vaut mieux arriver en cours avec un contenu moyen en ayant bien dormi, qu'avec un contenu plus solide dans un état d'épuisement. Il faut limiter l'implication aux 35 H après tout, nous aussi, on y a droit! On gère alors plus facilement ses pensées.

Tu t'es beaucoup investie, et tu attends a priori quelque chose en retour. J'espère ne pas être trop direct, mais ce n'est pas dans l'Education Nationale que tu trouveras de la reconnaissance. Les intervenants (parents, ...) qui se déplacent , dans la plupart des cas, sont des gens qui font des reproches. On voit rarement des gens se déplacer pour dire qu'ils sont contents. C'est d'un certain point de vue dommage, mais c'est ainsi.

Peut - être que tu interprètes à tord l'attitude de tes collègues. Ils sont possiblement gênés par méconnaissance. Ils ne savent pas comment t'aider. Entre enseignants, on doit se soutenir. Il faut leur parler de tes problèmes. Cela étant, je mets ma main au feu que d'autres collègues de ton établissement ressentent les mêmes choses mais se taisent.

15 H de colle en collège en presque deux mois, cela ne me choque absolument pas! Si ça amuse les élèves, fait leur plaisir! Sinon, tu peux rechercher d'autres solutions sur le forum; en maintenant ce fil à jour, dans la mesure des compétences des membres du forum, nous serons plusieurs, j'en suis sûr, à t'aider si on le peut et si tu le souhaites.

A te lire, tu te dévalorises beaucoup trop. J'avance l'idée, j'espère que tu ne m'en voudras pas, que tu es épuisée. C'est cet état de fatigue qui est sûrement le problème. Si cela ne va pas mieux à l'approche de la rentrée, il vaudrait mieux aller voir ton médecin. Non, tu n'es pas nulle, non, tu ne manques pas de crédibilité, ... Mais tu sembles fatiguée, c'est le terme qui paraît le plus adéquat.





Dernière édition par pk le Ven 21 Oct 2011 - 21:42, édité 1 fois

pk
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moral en berne

Message par pk le Ven 21 Oct 2011 - 21:38

Des bouquet de fleurs pour essayer de te remonter le moral.

fleurs2 fleurs fleurs2 fleurs fleurs2 fleurs fleurs2 fleurs fleurs2 fleurs fleurs2 fleurs fleurs2





pk
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moral en berne

Message par lene75 le Ven 21 Oct 2011 - 21:47

@mitochondrie a écrit:C'est vraiment moi qui ai un problème. Je manque de charisme, je manque de crédibilité, je manque de cette bienveillante fermeté (ou de cette ferme bienveillance) que j'observe chez certains collègues... mais je ne sais pas comment faire pour y remédier.

Bref, tu ne manques que de confiance en toi et peut-être un peu d'expérience, c'est tout. Fais-toi confiance et méprise ceux qui n'ont soi-disant jamais eu de problèmes. Nous sommes très nombreux à être passés par des débuts difficiles.
Et repose-toi, prends du temps pour toi fleurs2

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...

lene75
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moral en berne

Message par Malviduplo le Ven 21 Oct 2011 - 22:15

Je t'apporte, moi aussi, tout mon soutien dans ces moments de doute ! I love you
Les vacances, je l'espère, te permettront de recharger les batteries ! Ne pense qu'à toi et aux tiens durant quelques jours, c'est le meilleur des remèdes Wink
Plein de pensées positives

Malviduplo
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moral en berne

Message par Nielsen Rika Bell le Ven 21 Oct 2011 - 22:25

@mitochondrie a écrit:C'est vraiment moi qui ai un problème. Je manque de charisme, je manque de crédibilité, je manque de cette bienveillante fermeté (ou de cette ferme bienveillance) que j'observe chez certains collègues... mais je ne sais pas comment faire pour y remédier.

Je suis grand, fort, j'ai une grosse voix, j'ai du succès auprès des jeunes, je suis un habitué de la scène et des publics...
et j'ai exactement la même impression que toi tous les 3 jours.

Ne cherche pas, s'il y a un problème, il n'est pas en toi.

Garde un violon d'Ingres pour respirer, en ce qui me concerne c'est ce que j'ai trouvé de mieux !

_________________
Parlons éducation... il me vient encore quelques élèves normaux... certes!... jamais vous pouvez vous vanter d'être absolument sans normaux!... non! un de temps à autre... bon!... je les instruis... pas plus mal que les autres professeurs... pas mieux... pédagogue, je suis! oh! très pédagogue! et très scrupuleux!... jamais une séance de chic!... jamais un cours fantaisiste!... depuis trente et cinq années, jamais une pédagogie drôlette!... pas que je me tienne pas au courant!... que si! que si!... je lis à fond tous les cahiers pédagogiques, les sciences de l'éducation... deux, trois kilos par semaine!... au feu! au feu le tout! c'est pas moi qui serai inquiété pour "instruction à la légère"!...

Nielsen Rika Bell
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moral en berne

Message par neomath le Ven 21 Oct 2011 - 22:49

@mitochondrie a écrit:j'ai bien senti la pitié des collègues qui ont ces classes.

Je suis persuadé que la grande majorité de ces collègues :
- ont eu les mêmes difficultés que toi à un moment ou un autre de leur carrière.
- s'en souviennent
- n'éprouvent ni pitié ni mépris
- sont prêts à t'épauler

Mais tant que n'ira pas vers eux pour leur demander directement cette aide, ils ne feront rien, par peur d'être indiscrets.

Pour finir 15h de colles pour un jeune prof, nouveau dans son établissement, et que par conséquent les élèves testent, me paraissent bien raisonnables.

neomath
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moral en berne

Message par Condorcet le Ven 21 Oct 2011 - 23:13

Les vacances sont un moment privilégié pour te ressourcer : certes, comme les autres Néos te l'ont dit, ce métier n'apporte pas tout de suite une grande reconnaissance mais à terme, tu pourras lui trouver des satisfactions.
Mitochondrie, une pluie de fleurs fleurs2 fleurs2 fleurs2 fleurs

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moral en berne

Message par christophevan le Sam 22 Oct 2011 - 11:46

Mitochondrie,

Le fait de se sentir un prof nul et bordelisé, je l'ai connu aussi, et récemment. J'ai plusieurs envisagé de démissionner... mais je ne l'ai pas fait, par manque de courage sans doute. Et aujourd'hui, je ne le regrette pas. Ce sont des choses faciles à dire quand on n'est pas dans la situation de prof en difficulté, mais il ne faut surtout pas prendre de décision hâtive. Profite de tes vacances. Et essaie de ne pas penser à tout cela, même si inévitablement, ça va occuper ton esprit.
Le métier d'enseignant est un métier "qui bouffe".
Mon année de stage s'est très mal passée avec une de mes classes, qui me renvoyait une image de prof hautement bordélisé. L'autre classe, c'était pas génial non plus. J'ai eu la chance d'être soutenu et d'être validé (je ne l'aurai sans doute pas été dans les nouvelles conditions de stage). L'année de T1, j'ai été TZR, envoyé sur 5 bahuts différents dont 2 très durs (bordélisé comme pas possible) et 1 bon mais où j'ai aussi été bordélisé.
A la fin de l'année de T1, le moral dans les chaussettes.
T2, TZR à l'année, ça se passe mieux, même si ce n'est pas génial. J'ai changé ma manière d'aborder mon métier : j'ai pris un peu de distance (pas facile) et j'ai un peu changé mon attitude en classe (plus détendu, moins rigide sur le programme et son aboutissement, maniant davantage l'ironie, en evitant au maximum d'élever la voix, pour que les éclats de voix aient plus d'impact...).
Cette année, en T3, j'ai obtenu un poste fixe dans l'établissement où j'avais effectué mon stage, qui fut un carnage/Pour le moment, ça se passe bien et je retrouve le goût de mon travail. Les élèves me renvoient aussi une meilleure image de moi-même et le moral est bien remonté.

L'expérience acquise doit joueur mais aussi le "statut" de "vrai professeur". Je n'ai pas vraiment de conseil à te donner, mais je suis sûr d'une chose : le prof bordélisé et incompétent d'il y a deux ans ne s'est pas métamorphosé en un prof "normal". Le contexte de l'établissement (certains collèges de centre sont pires que les ZEP pour le respect aux profs), le profil des élèves, la solidarité entre collègues, le statut, sont des choses qui permettent à un jeune prof de s'en sortir ou non. Les compétences, tu les as : tu as eu le concours, tu as été titularisé donc tu n'as pas à te poser la question sur ta validité comme professeur. Tu passes des moments difficiles actuellement mais cela n'engage rien sur l'avenir.

Ps : ne lâche surtout rien sur les sanctions que tu as mises et que tu souhaites mettre.

christophevan
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moral en berne

Message par lalilala le Sam 22 Oct 2011 - 13:46

@mitochondrie a écrit:Je fais un amer constat ce soir...

Ce boulot qui me bouffe tout mon temps, occupe toutes mes pensées et me pompe toute mon énergie (vraiment, je ne sais pas comment je me débrouille !) ne me rapporte rien d'autre qu'un salaire (certes, ce n'est pas négligeable), et me renvoie une image déplorable de moi-même. Celle d'une prof bordélisée, incompétente et psychorigide.

Tout à l'heure encore, en restant après les cours pour donner mes demandes de retenue avant les vacances (mais j'aurais pu m'en passer, elles ont été enfouies au fond d'une pile à traiter à la rentrée), j'ai bien senti la pitié des collègues qui ont ces classes.

De toute manière, que les lettres partent aujourd'hui ou dans 2 semaines ne changera rien, sans doute. A la limite, les élèves s'en amusent.

J'ai 130 élèves (dont 100 que je vois une fois par semaine ou moins) et j'en ai déjà collé 10, dont certains plusieurs fois (j'ai donné 15h en tout). C'est sans doute beaucoup trop. En tout cas dans cet établissement. Il n'y a qu'une classe avec laquelle je sorte de cours satisfaite. Mais avec l'expérience de ma première année, je me dis que ça ne va peut-être pas durer. Pourtant, j'avais l'impression d'être un peu moins nulle qu'à l'époque.

Je précise que je l'établissement n'a rien de difficile, l'ambiance y est plutôt bon enfant. C'est vraiment moi qui ai un problème. Je manque de charisme, je manque de crédibilité, je manque de cette bienveillante fermeté (ou de cette ferme bienveillance) que j'observe chez certains collègues... mais je ne sais pas comment faire pour y remédier.

Merci de m'avoir lue.

(et désolée de polluer en ouvrant égoïstement un topic pour m'épancher, je ne savais pas où mettre cela ; d'ailleurs, ce n'est peut-être pas la bonne rubrique)

Je manque aussi d'envie......

Je ne sais pas quoi te dire parce que j'aurais pu écrire la même chose..... moi je craque depuis le début de l'année, je pense reconversion du matin au soir parce que ce boulot ne me convient pas, n'est pas valorisant pour moi, j'ai l'impression d'être une grosse merde et je me laisse complètement aller (mentalement et physiquement), je suis dépassée, mais je sais que ça ne va pas se faire un claquement de doigts et l'idée de devoir tenir un an, deux ans ou plus me rend littéralement malade. Je gâche ma vie là, tout simplement.
Bon courage, profite des vacances pour penser à autre chose fleurs2

_________________
Nuestra vida es un círculo dantesco.

Mon blog

lalilala
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moral en berne

Message par Magpie le Sam 22 Oct 2011 - 15:18

Je n'ai pas lu tout ce qui t'a déjà été dit (ou VOUS a parce que je m'adresse aussi à Lalilala).
Premièrement, c'est les vacances : profites-en pour vous ressourcer physiquement, moralement et mentalement : entourez-vous, sortez, buvez du bon vin et prenez un bain chaud, bref, faites vous du bien !! Les copies et les séquences, ça attendra, ça peut attendre. L'urgent, c'est votre moral, rien n'avancera s'il n'est pas bon.
En ce qui concerne la gestion de classe, si les collègues ont pitié, est ce si grave ? Au moins ils ne te/vous méprisent pas, ne te/vous accusent pas. Pourquoi ne pas prendre le temps de discuter avec eux de quelques cas ? Peut-être auront ils des idées de sanctions ou de mesures efficaces à prendre en classe pour canaliser certains élèves. Le PP peut en discuter avec eux. C'est un boulot d'équipe, profite(z)-en ! Y'a pas de honte, on a tous commencé et fait des bêtises, la moindre des choses est de les comprendre pour progresser. C'est être pro et responsable.
Echanger avec les collègues de sa discipline peut aider à trouver des idées de séances originales : pas plus tard que cette semaine, j'ai confié ma fatigue à une collègue qui m'a fait déculpabiliser en proposant un exercice amusant et constructif à mener en classe.
Et puis une dernière chose, même si l'idée peut-être perturbante... Y'a pas de mal à penser à la reconversion (surtout pour Lalilala).

Magpie
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moral en berne

Message par eliam le Sam 22 Oct 2011 - 16:07

C'est les vacances ! C'est le moment de se reposer et de se vider la tête. La période de ras-le-bol, elle arrive, le plus souvent, avec la fatigue. Vous êtes nouvelles, si j'ai bien compris, dans vos établissements : les élèves vous testent et la période de la rentrée jusqu'aux premières vacances est éprouvante car c'est une période de dressage. La fermeté bienveillante .... beau programme ... qui est possible à mettre en place quand on a une réputation dans l'établissement. Quand on arrive, il faut mettre en place cette réputation et si les élèves sont difficiles, il faut sanctionner. Les collègues : il y a ceux qui t'aideront ... et les autres dont tu n'as pas à te soucier.

eliam
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moral en berne

Message par Nasopi le Sam 22 Oct 2011 - 19:52

Mes premières années ont été très difficiles ; alors les remises en question, les baisses de moral, etc, je connais !
Aujourd'hui j'ai un peu plus d'expérience, et tout se passe beaucoup mieux (même si, bien sûr, je peux connaître des difficultés ponctuelles, mais ça je crois que c'est le lot de tout le monde). J'aime mon métier.
Voilà, c'était juste mon témoignage, si tu avais besoin d'une petite lueur d'espoir Very Happy .

_________________
"Donne-moi la sérénité nécessaire pour accepter telles qu’elles sont les choses qu’on ne peut pas changer, donne-moi le courage de changer celles qui doivent l’être ; donne-moi la sagesse qui permet de discerner les unes et les autres." (Marc-Aurèle)

Nasopi
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moral en berne

Message par mitochondrie le Lun 7 Nov 2011 - 21:28

Je reviens vous remercier, tous, de vos messages. fleurs Désolée de ne pas l'avoir fait plus tôt, j'ai fait une coupure de forum pendant les vacances.

Sans doute ai-je mal interprété les remarques de mes collègues, et puis peu importe que certains aient pitié, de toute manière.

Cela faisait quelques semaines que j'avais identifié les quelques élèves (finalement pas si nombreux) qu'il "suffirait" de canaliser pour que cela aille mieux. Mais sur certains les sanctions n'ont pas d'effet.

J'ai discuté de certains élèves avec des collègues, et effectivement il y a des cas qui posent problème dans plusieurs cours. Mais sans doute avec des intensités différentes.

Niveau gestion de classe, j'ai quelques idées de ce qu'il faut que j'améliore, mais j'ai du mal à les mettre en application de manière constante. Je manque parfois d'énergie. Et quand je suis fatiguée, je me mets en colère trop facilement et ne sanctionne pas assez (ou pas assez tôt / de manière pas assez ciblée).

Concernant les sanctions, j'ai décidé de ne pas trop me laisser influencer par les commentaires de la vie scolaire et de certains collègues (étonnés que je donne autant de retenues). Et tant pis si les exclusions doivent normalement être réservées à des cas extrêmes, où l'élève met en danger les autres ou lui-même. J'estime que lorsque je reprends le même élève à longueur de séance, je mets en danger les élèves les plus faibles dont je ne peux pas m'occuper.
Je vais préparer un rapport d'incident bien rempli sur certains élèves avec tout ce que je leur reproche (puisque c'est la même chose à chaque cours, ou presque), qui sera prêt au cas où je décide d'une exclusion, assorti de mesures proportionnelles à cette longue liste. Et j'espère qu'ainsi, cela restera exceptionnel.

@sand a écrit:Donne-toi le temps de progresser. Tu m'as déjà l'air de ne pas te laisser faire, contrairement à beaucoup qui ferment les yeux ou menacent sans jamais passer à l'acte. Preuve que tu as du caractère !
Et pourtant, j'ai quand même l'impression que pas mal de mes menaces restent sans suite...

@pk a écrit:En fin de période, la fatigue est grande. On a tendance à vouloir en faire plus pour compenser la fatigue. Il vaut mieux arriver en cours avec un contenu moyen en ayant bien dormi, qu'avec un contenu plus solide dans un état d'épuisement. Il faut limiter l'implication aux 35 H après tout, nous aussi, on y a droit! On gère alors plus facilement ses pensées.
+1000. Je le sais bien, mais je n'y arrive toujours pas.

@pk a écrit:Tu t'es beaucoup investie, et tu attends a priori quelque chose en retour. J'espère ne pas être trop direct, mais ce n'est pas dans l'Education Nationale que tu trouveras de la reconnaissance.
Non, je n'ai pas cette impression ! (Et je n'attends pas de reconnaissance, d'ailleurs, tant que j'aurai l'impression de faire de la m**** en tout cas)

@lene75 a écrit:
Bref, tu ne manques que de confiance en toi et peut-être un peu d'expérience, c'est tout.
J'espère que ce n'est que ça.

mitochondrie
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum