Moral en berne

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Moral en berne

Message par mitochondrie le 07.11.11 21:28

Je reviens vous remercier, tous, de vos messages. fleurs Désolée de ne pas l'avoir fait plus tôt, j'ai fait une coupure de forum pendant les vacances.

Sans doute ai-je mal interprété les remarques de mes collègues, et puis peu importe que certains aient pitié, de toute manière.

Cela faisait quelques semaines que j'avais identifié les quelques élèves (finalement pas si nombreux) qu'il "suffirait" de canaliser pour que cela aille mieux. Mais sur certains les sanctions n'ont pas d'effet.

J'ai discuté de certains élèves avec des collègues, et effectivement il y a des cas qui posent problème dans plusieurs cours. Mais sans doute avec des intensités différentes.

Niveau gestion de classe, j'ai quelques idées de ce qu'il faut que j'améliore, mais j'ai du mal à les mettre en application de manière constante. Je manque parfois d'énergie. Et quand je suis fatiguée, je me mets en colère trop facilement et ne sanctionne pas assez (ou pas assez tôt / de manière pas assez ciblée).

Concernant les sanctions, j'ai décidé de ne pas trop me laisser influencer par les commentaires de la vie scolaire et de certains collègues (étonnés que je donne autant de retenues). Et tant pis si les exclusions doivent normalement être réservées à des cas extrêmes, où l'élève met en danger les autres ou lui-même. J'estime que lorsque je reprends le même élève à longueur de séance, je mets en danger les élèves les plus faibles dont je ne peux pas m'occuper.
Je vais préparer un rapport d'incident bien rempli sur certains élèves avec tout ce que je leur reproche (puisque c'est la même chose à chaque cours, ou presque), qui sera prêt au cas où je décide d'une exclusion, assorti de mesures proportionnelles à cette longue liste. Et j'espère qu'ainsi, cela restera exceptionnel.

sand a écrit:Donne-toi le temps de progresser. Tu m'as déjà l'air de ne pas te laisser faire, contrairement à beaucoup qui ferment les yeux ou menacent sans jamais passer à l'acte. Preuve que tu as du caractère !
Et pourtant, j'ai quand même l'impression que pas mal de mes menaces restent sans suite...

pk a écrit:En fin de période, la fatigue est grande. On a tendance à vouloir en faire plus pour compenser la fatigue. Il vaut mieux arriver en cours avec un contenu moyen en ayant bien dormi, qu'avec un contenu plus solide dans un état d'épuisement. Il faut limiter l'implication aux 35 H après tout, nous aussi, on y a droit! On gère alors plus facilement ses pensées.
+1000. Je le sais bien, mais je n'y arrive toujours pas.

pk a écrit:Tu t'es beaucoup investie, et tu attends a priori quelque chose en retour. J'espère ne pas être trop direct, mais ce n'est pas dans l'Education Nationale que tu trouveras de la reconnaissance.
Non, je n'ai pas cette impression ! (Et je n'attends pas de reconnaissance, d'ailleurs, tant que j'aurai l'impression de faire de la m**** en tout cas)

lene75 a écrit:
Bref, tu ne manques que de confiance en toi et peut-être un peu d'expérience, c'est tout.
J'espère que ce n'est que ça.

mitochondrie
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moral en berne

Message par mitochondrie le 07.11.11 21:39

Christophevan et Nasopi, merci pour vos témoignages, qui donnent de l'espoir.

christophevan a écrit:
Mon année de stage s'est très mal passée avec une de mes classes, qui me renvoyait une image de prof hautement bordélisé. L'autre classe, c'était pas génial non plus. J'ai eu la chance d'être soutenu et d'être validé (je ne l'aurai sans doute pas été dans les nouvelles conditions de stage).
Je me retrouve dans ce passage, j'ai vécu à peu de choses près la même chose.
Donc, il y a de l'espoir, mais aussi du boulot ! D'ailleurs, j'y retourne lecteur

mitochondrie
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Moral en berne

Message par mitochondrie le 07.11.11 21:46

lalilala a écrit:

Je manque aussi d'envie......

Je ne sais pas quoi te dire parce que j'aurais pu écrire la même chose..... moi je craque depuis le début de l'année, je pense reconversion du matin au soir parce que ce boulot ne me convient pas, n'est pas valorisant pour moi, j'ai l'impression d'être une grosse merde et je me laisse complètement aller (mentalement et physiquement), je suis dépassée, mais je sais que ça ne va pas se faire un claquement de doigts et l'idée de devoir tenir un an, deux ans ou plus me rend littéralement malade. Je gâche ma vie là, tout simplement.
Bon courage, profite des vacances pour penser à autre chose fleurs2

Merci et courage à toi aussi !

J'espère qu'après les vacances, un peu d'envie t'est revenue.

Comme toi, je suis parfois partagée entre l'idée de "me reconvertir tant qu'il n'est pas trop tard" et celle de "me laisser le temps d'évoluer dans ce métier, sachant que ce sera long et douloureux"

mitochondrie
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum