L'association Aide aux Profs propose une "évaluation collective remontante"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'association Aide aux Profs propose une "évaluation collective remontante"

Message par John le Ven 28 Oct 2011 - 0:35

http://www.aideauxprofs.org/index.asp?affiche=News_display.asp&rub=Notre_Actualite&ArticleID=1904

Rémi Boyer, dans une interview à l'AEF le 21 octobre 2011, propose une révolution en matière de GRH avec l'évaluation remontante
(AEF : www.aef.info)

Il a fallu plus de 10 ans de rapports institutionnels et de réflexions de différents groupes associatifs et parlementaires pour aboutir à la conclusion que la GRH de l'Education nationale n'était qu'une Gestion de Personnels, et qu'il était temps de changer les choses.

Depuis septembre 2009, la décision du Ministre Luc Chatel de recruter une DRH provenant du privé, donc "hors sérail habituel" de recrutement, a profondément modifié la manière d'aborder les choses, et une révolution s'est mise en marche, avec un mouvement de remaniement de l'administration centrale en 2010-2011 que le MEN n'avait pas connu depuis longtemps. Un nouvel esprit se met en place, de nouvelles circulaires, des réseaux se développent pour donner à la GRH un nouveau visage.

Cependant, la GRH conserve toujours ce qui fait la spécificité de notre système sociétal depuis plusieurs siècles: l'évaluation descendante. Un N+3 évalue le travail d'un N+2 qui évalue le travail d'un N+1 lequel évalue le travail de chaque membre de l'équipe qu'il dirige. S'agissant des enseignants, leur évaluation dépend d'une inspection irrégulière dans le temps, et d'une évaluation annuelle par le chef d'établissement.

Peut-on se satisfaire éternellement d'un tel système, où le collectif, dirigé par un seul individu, ne peut que subir le mode de management qu'il impose, même s'il est mal formé pour cela ? Rémi Boyer propose de penser les choses autrement, et a confié son idée à l'AEF dans la Dépêche n°156914 du 21 octobre 2011.

L'idée est dans un premier temps de faire réaliser un questionnaire sur les savoirs, savoir-faire et savoir-être du supérieur hiérarchique par un organisme extérieur à l'établissement. Ce questionnaire pourrait être réalisé par un cabinet privé, indépendant, via un appel d'offres passé par l'Education nationale.

Ensuite, ce questionnaire, identique pour tous les établissements scolaires, serait soumis une fois par an aux équipes qui y travaillent, avec une évaluation réalisée auprès des personnels administratifs (toutes catégories confondues) et une évaluation réalisée auprès de l'équipe pédagogique. L'ensemble serait ensuite retourné soit à la DRH de l'académie soit à un cabinet extérieur missionné pour cela, afin de réaliser un bilan de cette évaluation collective remontante. Celle-ci constituerait l'un des indicateurs de l'évaluation d'un manager, reflétant réellement l'image qu'il donne de lui-même à ses salariés.

Rémi Boyer estime que de cette manière, il serait plus aisé de prévenir les dérives comportementales qui conduisent parfois des personnes à en harceler d'autres, même de manière involontaire, et donc de mieux gérer les ressources humaines, puisqu'un mauvais manager d'après cet indicateur de "ressenti collectif" recevrait dans un premier temps un "avertissement" ou pourrait être démis de ses fonctions, lorsque les problèmes de GRH rencontrés sont trop problématiques.

Rappelons que ce qui a amené à produire cette réflexion, est la demande à notre dispositif d'un accompagnement pour se reconvertir de plus de 300 enseignants (de 300 établissements scolaires différents en France), s'estimant être victimes de harcèlement moral par leur chef d'établissement ou leur inspecteur. (NB : que veut dire cette phrase ??? heu )

Il est très difficile de prouver le harcèlement moral, et il faut beaucoup de courage pour le dénoncer. Le harceleur s'attaque en général aux personnes vulnérables psychologiquement, aux personnes isolées d'un groupe, en dévalorisant progressivement la personne, lui ôtant progressivement sa confiance en elle, son estime de soi. Ce processus de destruction de l'identité personnelle et professionnelle de l'autre peut aller très loin.
Il est très difficile, administrativement, de prouver le harcèlement (l'administration ferme souvent les yeux sur ce type de comportement), car le harceleur agit "par petites touches", insidieusement, et se posera en victime du harcelé lorsque celui-ci osera le dénoncer. C'est donc un cercle vicieux, et la seule voie semble être dans la demande d'une mutation pour arriver à s'extirper d'une telle situation, puisque la seule évaluation en oeuvre dans la GRH actuelle est une évaluation descendante: le chef a toujours raison, et sa parole a plus de poids que celle de ceux qu'il dirige.

Mais avec l'évaluation remontante, un équilibre salutaire pourrait s'établir, car le chef aurait, une fois par an, le "retour" du comportement qu'il a mis en oeuvre auprès de ceux qu'il a dirigés. Cette nouvelle forme d'évaluation conduirait certainement les harceleurs actuels à se maîtriser, à faire plus attention, pour être plus dans une attitude d'écoute bienveillante, en abandonnant leurs penchants de nature à gâcher la vie des autres.

De nombreux rapports s'accordent à dire qu'en matière de GRH, le système idéal n'a pas encore été inventé, que la GRH présente encore de nombreux défauts. Puisque l'Education nationale aime les expérimentations, comme celle mise en oeuvre avec le réseau ECLAIR, où le chef d'établissement est chargé de recruter ses troupes, pourquoi ne mettrait-elle pas en place cette forme d'évaluation, pour tester une nouvelle forme de Gestion des Richesses Humaines ?

Nous espérons que le parti politique qui remportera la prochaine présidentielle, en 2012, se saisira de cette question, car elle permettrait de donner la parole aux salariés, qui auront le sentiment d'être mieux écoutés, ce qui devrait, logiquement, diminuer le niveau collectif de stress lorsqu'une organisation fonctionne mal, du fait d'une GRH mal adaptée.

Association Aide aux Profs,
Mouvement associatif de seconde carriere des enseignants

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'association Aide aux Profs propose une "évaluation collective remontante"

Message par loup des steppes le Ven 28 Oct 2011 - 0:44

Un petit remontant ne nous ferait pas de mal à défaut de vraiment nous faire du bien... Very Happy

_________________
[i] "Là où sont mes pieds, je suis à ma place." prov. Amérindien
"Choose the words you use with care: they create the world around you"

loup des steppes
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'association Aide aux Profs propose une "évaluation collective remontante"

Message par Daphné le Ven 28 Oct 2011 - 9:08

@loup des steppes a écrit:Un petit remontant ne nous ferait pas de mal à défaut de vraiment nous faire du bien... Very Happy

mdr

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'association Aide aux Profs propose une "évaluation collective remontante"

Message par Marie Laetitia le Ven 28 Oct 2011 - 9:26

Cette ligne me fait particulièrement tiquer
Ce questionnaire pourrait être réalisé par un cabinet privé, indépendant, via un appel d'offres passé par l'Education nationale.

on a vraiment besoin d'un recours au privé pour traiter le problème?

Quand les CDE évalueront les enseignants, ils auront aussi recours à des cabinets privés pour remplacer les inspecteurs? Razz

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum