Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
John
Médiateur

Belgique : l'orthographe des futurs enseignants est jugée moins bonne... que celle de leurs élèves.

par John le Dim 30 Oct - 19:30
Nos futurs instits sont nuls en orthographe

C’est une étude de l’université d’Anvers qui l’affirme : l’orthographe des étudiants qui entrent à l’école normale serait moins bonne que celle des élèves de 6e primaire à qui ils devront enseigner dans quelques années. L’écriture et la syntaxe laisseraient aussi à désirer, si l’on en croit Guy Strainchamps, ex-professeur de français et aujourd’hui directeur de la catégorie pédagogique de la Haute École Condorcet, à Marcinelle.

En première année, l’horaire prévoit 45 heures de cours de maîtrise de la langue française. J’ai prévu 30 heures supplémentaires, hors grille horaire, tant le souci est présent. Et comme cela ne suffit pas, j’ajoute encore 20 heures en deuxième année.

Devant de telles lacunes, les écoles s’organisent. A Liège, aux Rivageois, les futurs enseignants sont soumis au même test de compréhension de la langue que celui que l’ULg impose à ses étudiants en 1ère année. Les résultats sont pitoyables ! Et ce malgré les ateliers mis en place en dehors des cours, du coaching, etc.

Au bout du compte, après trois années de lutte intensive, il semblerait que les instituteurs soient finalement capables de rédiger une note sans fautes aux parents… Mais d’où vient le problème? Voici quelques pistes…

Où restent les fondamentaux?

1. En sortant de l’école primaire, nos élèves ont un niveau jugé très satisfaisant en maîtrise de la langue. Leur orthographe est correcte et ils sont capables de lire – et de comprendre – un texte. C’est après que les choses se compliquent. Les cours de français du secondaire seraient davantage axés sur la littérature, l’histoire littéraire… et négligeraient de travailler les fondamentaux comme la conjugaison ou la grammaire. Leïla Fruteau, 20 ans, future institutrice :

En fait, quand j’étais en primaire, j’avais une très bonne orthographe. Dans le secondaire, j’ai l’impression qu’on laissait tomber l’orthographe. On ne faisait plus aucune dictée. Quand on avait une dissertation à rédiger, le sens du texte comptait plus que l’orthographe.(…) Maintenant, on refait des dictées toutes les semaines, ça fait du bien.

2. Il y a un peu moins d’un an, l’Observatoire de l’enseignement supérieur – un service de l’administration de l’enseignement – avait publié une étude statistique fouillée auprès des Hautes Écoles organisant des études d’instituteur. On pouvait y lire que chez les futurs instits primaires, un étudiant sur deux (49%) est issu de l’enseignement général, un sur dix (9%) de l’enseignement technique de transition et 20% de qualification. Côté « maternel », près de 50% des étudiants proviennent d’une filière de qualification. Pour Guy Strainchamps, ce changement de profil des futurs instituteurs peut expliquer en partie les difficultés qu’ils rencontrent dans l’enseignement supérieur.

Ils ont eu moins d’heures de français que dans l’enseignement général.

3. Enfin, les nouvelles technologies ont également leur part de responsabilité. L’écriture prend de moins en moins de place dans la vie de tous les jours, ce que confirme Leïla :

Quand je communique par SMS, Facebook, MSN, j’écris comme je parle. Aujourd’hui, j’ai vraiment beaucoup de mal à écrire les chiffres en lettres et à mettre les mots au pluriel. C’est aussi parce que dans le secondaire supérieur, on devait prendre beaucoup de notes. J’écrivais n’importe comment pour gagner du temps.

« Les jeunes écrivent à l’instinct »

Cécile Hayez est professeure de français à la Haute École de Namur, à Malonne. Elle aussi est chaque jour étonnée du niveau très faible de ses élèves.

Cinq élèves maximum ont une orthographe correcte et seraient capables de réussir l’examen de fin d’année aujourd’hui.

Est-ce la faute d’Internet et compagnie? Elle ne le pense pas…

Je crois plutôt que nos jeunes n’ont pas de vision cohérente de la langue, ils ne voient pas comment elle fonctionne. Or, 85% des règles orthographiques sont cohérentes.

Savoir écrire… et pouvoir comprendre

Pour Marie-Dominique Simonet, la ministre de l’Enseignement, la maîtrise de l’orthographe est la base de tout apprentissage.

C’est essentiel. Bien comprendre est important car c’est la clef de tous les apprentissages. Et pas seulement du français mais de toutes les matières. Il est primordial de bien comprendre les directives et, pour un instituteur, de pouvoir se faire comprendre. J’ai, dans ma carrière, croisé des personnes compétentes mais dont les tournures de phrases, parfois, leur faisaient dire l’inverse de ce qu’elles pensaient.

Bien comprendre un texte… c’est en effet capital en français… mais aussi dans tous les autres cours. Si on ne comprend pas ce que l’on lit, on n’ira pas très loin. Jean-Paul Guyaux, directeur-adjoint à l’école normale catholique du Brabant wallon à Louvain le constate chaque année.

A mes futurs instituteurs primaires, je soumets le test de mathématiques du CEB et les résultats ne sont pas non plus extraordinaires.

Il reste donc du travail pour relever le niveau de nos futurs enseignants. Remettre l’accent sur les savoirs purs à l’école fondamentale et, surtout, au secondaire. Et vous, quel est votre avis? Avez-vous posé le même constat avec vos stagiaires? Que pensez-vous du programme de français dans l’enseignement secondaire? Les profs ont-ils définitivement mis les dictées au placard? Pourquoi?1

Sudpresse – 18.10.11

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
avatar
Vudici
Fidèle du forum

Re: Belgique : l'orthographe des futurs enseignants est jugée moins bonne... que celle de leurs élèves.

par Vudici le Dim 30 Oct - 20:05
A la même date, Junior avait fait 17 dictées en 6e primaire. Aujourd'hui, en 1ère secondaire, il en a fait ... 1.
Mais aussi, le niveau est très variable d'une école à l'autre: Junior, en 3e primaire, n'avait en janvier encore jamais fait de dictée comprenant une phrase (enfin, si, à la maison) et il a , cette année-là, dû mémoriser l'orthographe de 65 mots en tout. Mais il était incollable sur la pyramide alimentaire et la différence entre énergie fossile et énergie durable, à ne pas confondre avec énergie verte...
C'est pour ça que nous les avons changés d'école, et là ... une dictée de texte par semaine plus 40 mots à mémoriser ... : les progrès ne se sont pas fait attendre...

Alors, évidemment, cette année, en première au collège (5e pour vous), "La prof ne côte pas l'orthographe, elle devrait mettre des côtes négatives à la moitié de la classe".

_________________
Front de Libération des Lichens Injustement Massacrés
avatar
Spinoza1670
Esprit éclairé

Re: Belgique : l'orthographe des futurs enseignants est jugée moins bonne... que celle de leurs élèves.

par Spinoza1670 le Mar 1 Nov - 11:12
Au collège (privé), on faisait des dictées et de l'analyse grammaticale et logique.
Tous les profs (français, maths, latin, hist-géo, anglais, allemand au moins ; les autres je ne sais plus) travaillaient aussi dans le sens d'une meilleure maîtrise de l'expression écrite et de la rédaction : leçons, analyses en Langues vivantes et langues mortes, rédactions très structurées pour les problèmes de maths.
Il y a eu une certaine continuité entre le primaire et le collège.

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)

Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.
avatar
Vudici
Fidèle du forum

Re: Belgique : l'orthographe des futurs enseignants est jugée moins bonne... que celle de leurs élèves.

par Vudici le Mar 1 Nov - 11:22
Oui, ben, ici, ça fait des années que grammaire et conjugaison, sans parler des dictées, sont totalement déconsidérées en secondaire. Il y a des réfractaires, mais les socles de compétence qui sont la référence au premier degré (vos 5e et 4e) depuis plus de dix ans n'arrangent rien.
J'attends la réunion des parents...

A propos d'analyse grammaticale (ne parlons pas d'analyse logique), c'est bulle de bulle (sauf une période, au cours de latin, pour "revoir" tout ce qui a été abordé au primaire mais bien sûr pas fixé). Le mien, ça ira (merci pour les références reçues de l'équipe du FDONDPPLN et l'aide de V. Marchais), mais son copain néerlandophone arrivé sans parler un mot de français il y six ans, c'est plus coton.


Dernière édition par Vudici le Mar 1 Nov - 11:27, édité 1 fois

_________________
Front de Libération des Lichens Injustement Massacrés
avatar
Serge
Médiateur

Re: Belgique : l'orthographe des futurs enseignants est jugée moins bonne... que celle de leurs élèves.

par Serge le Mar 1 Nov - 11:24
l'orthographe des futurs enseignants est jugée moins bonne... que celle de leurs élèves.

Inquiétant. En même temps, c'est rassurant.
Cela voudrait dire que les élèves actuels ont progressé en orthographe en comparaison à la génération de ceux qui ont l'âge de devenir enseignant.

Il faut voir le positif cafe lol!

_________________

Pour faire découvrir la Cafet à nos élèves > ICI
avatar
Spinoza1670
Esprit éclairé

Re: Belgique : l'orthographe des futurs enseignants est jugée moins bonne... que celle de leurs élèves.

par Spinoza1670 le Mar 1 Nov - 11:26
@Serge a écrit:
l'orthographe des futurs enseignants est jugée moins bonne... que celle de leurs élèves.

Inquiétant. En même temps, c'est rassurant.
Cela voudrait dire que les élèves actuels ont progressé en orthographe en comparaison à la génération de ceux qui ont l'âge de devenir enseignant.

Il faut voir le positif cafe lol!

Pas forcément, les facultés peuvent régresser faute d'entretien et d'exercices réguliers. Mais je parle en général.

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)

Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.
avatar
Serge
Médiateur

Re: Belgique : l'orthographe des futurs enseignants est jugée moins bonne... que celle de leurs élèves.

par Serge le Mar 1 Nov - 11:45
En même temps, j'espère la pointe de second degré était perceptible Razz

Et puis, si les nouveaux collègues ne connaissent pas l'orthographe, on peut se douter que le niveau des élèves va de toute façon s'effondrer.

_________________

Pour faire découvrir la Cafet à nos élèves > ICI
pk
Habitué du forum

Re: Belgique : l'orthographe des futurs enseignants est jugée moins bonne... que celle de leurs élèves.

par pk le Mar 1 Nov - 12:00
Ouf, c'est en Belgique. titanic
Il ne manquerait plus que cela nous arrive en France! malmaisbien
avatar
Spinoza1670
Esprit éclairé

Re: Belgique : l'orthographe des futurs enseignants est jugée moins bonne... que celle de leurs élèves.

par Spinoza1670 le Mar 1 Nov - 12:28
@Serge a écrit:En même temps, j'espère la pointe de second degré était perceptible Razz
C'est fou ça, j'ai réussi à lire tes deux lignes en diagonale. Trop d'ordi !

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)

Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.
avatar
AliceBoubou
Niveau 1

Re: Belgique : l'orthographe des futurs enseignants est jugée moins bonne... que celle de leurs élèves.

par AliceBoubou le Jeu 22 Déc - 9:19
J'ai cherché la source de cette étude mais ne l'ai pas trouvée.... Quelqu'un aurait-il été plus habile que moi ? J'aimerais pouvoir trouver autre chose que "une étude de l'Université d'Anvers"...
Merci d'avance !

_________________
Institutrice primaire (diplôme belge), peut-être future prof des écoles (diplôme français)
-- J’applique les rectifications de l’orthographe recommandées par l'Académie Française. Et vous ? Si vous ne l'aviez pas remarqué c'est que ces rectifications sont très douces. Elles vont bien dans le sens de l'histoire de notre langue, sans la dénaturer. --
L'enquête sur la nouvelle orthographe pour mon mémoire, c'est ///ici///
Contenu sponsorisé

Re: Belgique : l'orthographe des futurs enseignants est jugée moins bonne... que celle de leurs élèves.

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum