Socle, questions législatives

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Socle, questions législatives

Message par Presse-purée le Sam 5 Nov 2011 - 22:01

Salut à tous,

je suis actuellement en train de potasser sur un bouquin (de gauchiste) fort intéressant intitulé La nouvelle école capitaliste.
A la page 251, je lis les propos suivants:

La numérisation en cours du Livret personnel de compétences en fait un instrument redoutable de contrôle social. Chaque élève se verra désormais attaché un livret électronique qui sera alimenté par le saisie des évaluations qu'il aura subies au cours de sa scolarité. A la différence du livret scolaire que l'élève récupère en fin de scolarité, ce fichier restera propriété de l'administration, ce qui pose évidemment le problème de l'usage d'un tel fichier renseignant les compétences scolaires et extrascolaires de la population.

J'aimerais savoir si quelqu'un connaît le texte qui donne la propriété des fichiers infos à l'administration scolaire.

Merci d'avance


Dernière édition par Presse-purée le Dim 6 Nov 2011 - 8:23, édité 1 fois

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR

Presse-purée
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Socle, questions législatives

Message par Schéhérazade le Sam 5 Nov 2011 - 23:31

Je ne connais pas de texte, et je suis aussi curieuse que toi.
Mais si l'administration se prend pour Big Brother, elle n'en reste pas moins inefficace. Je ne crois pas trop à la nocivité potentielle de ce "livret électronique": quel recruteur sensé prendrait au sérieux le socle? Le problème me semble plutôt qu'avec la dévalorisation actuelle des diplômes, plus personne ne les prenne au sérieux, quels qu'ils soient. D'ailleurs, avec les réformes, comment resteraient-ils crédibles? Ainsi on ne recrutera plus que sur recommandation, et on ne trouvera plus de travail que par relations, si ce travail est un tant soit peu qualifié. Et pour la valetaille condamnée aux emplois non qualifiés d'après l' OCDE, on se moquera plus encore du socle: interim et précarité.

Schéhérazade
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum