Colloque Les utopies du masque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Colloque Les utopies du masque

Message par Palombella Rossa le Lun 7 Nov 2011 - 22:18

COLLOQUE LES UTOPIES DU MASQUE

Organisé en partenariat avec l'IVT International Visual Theatre, ce colloque propose de présenter les différentes dimensions théâtrales du jeu masqué.
En présence d'interprètes LSF/français

DIMANCHE 13 NOVEMBRE DE 10H À 17H30
En partenariat avec l'IVT International Visual Theatre, 7 cité Chaptal Paris 9e

*_Les Utopies du masque sur les scènes européennes du XXe siècle_,
Guy Freixe, Paris : L'Entretemps, coll. « Les voies de l'acteur »,
2010

PLUS D'INFOS : Ici [1]

Durant tout le XXe siècle, le masque a suscité des engouements, des espoirs, des rêves. Il a été la source d'utopies théâtrales fécondes qui ont finalement participé au renouvellement du théâtre. De l'abstraction au grotesque, du sacré à l'épique, les esthétiques théâtrales du XXe siècle, dans leur besoin de se dégager du naturalisme, ont trouvé dans le masque des éléments de réponse proposer une forme cohérente et puissante à l'expression scénique.

> GUY FREIXE - METTEUR EN SCÈNE ET AUTEUR DE « LES UTOPIES DU MASQUE ».
Le masque tout au long du XXe siècle a été la source d'utopies fécondes qui ont participé au renouvellement du théâtre. Nous nous proposons d'en retracer les grandes lignes - de l'abstraction au grotesque, du sacré à l'épique. Par le masque, le metteur en scène a affirmé la puissance de sa vision scénique, l'acteur s'est rêvé poète de la scène, et l'auteur a cru trouver le sésame d'une écriture nouvelle. Que d'espoirs ! Nous verrons que si le masque n'a pas tenu toutes ses promesses, il a été néanmoins présent dans des spectacles phares et il est devenu l'instrument incontournable de la formation actuelle du comédien.

> JEAN-MARIE PRADIER - PROFESSEUR ÉMÉRITE À L'UNIVERSITÉ DE PARIS VIII.
Le masque ou la perfection de l'oxymore. Les humains ont inventé le masque pour représenter les dieux sans visage. Rien de plus vivant qu'un masque mortuaire. Rien de plus mort que le masque d'un visage vivant. Le masque exprime la puissance de l'illusion en tant que vérité. La seule qui compte puisqu'elle a pour source l'œil de qui le regarde et non l'objet lui-même.

> PATRICK PEZIN - PÉDAGOGUE, DIRECTEUR DE LA COLLECTION « LES VOIES DE L'ACTEUR » AUX ÉDITIONS DE L'ENTRETEMPS.
Pré-expressivité et masque neutre. Y a-t-il un parallèle entre la notion de Pré-expressivité, initiée par Eugenio Barba, qui utilise des principes pour faire acquérir présence et vie à l'acteur/danseur et l'état de « neutralité », qui est celui de la plus grande disponibilité à ce qui va advenir sur scène et auquel doit nous mener le masque neutre.

> ALAIN MOLLOT - METTEUR EN SCÈNE ET PÉDAGOGUE.
Le travail du masque chez Jacques Lecoq. Alain Mollot, qui a enseigné de nombreuses années dans l'école de Jacques Lecoq, nous parlera du cheminement qui a mené celui-ci à faire du masque un des fondements de son enseignement.

> CLAIRE HEGGEN - METTEURE EN SCÈNE ET PÉDAGOGUE, DIRECTRICE DU THÉÂTRE DU MOUVEMENT.
Le masque à fleur de peau ou comment, par le déplacement de masques neutres en des endroits divers du corps, faire apparaître des corps métaphoriques multiples : petits corps dans le grand corps, figures monstrueuses, entités chimériques... convoquant tout à la fois, l'imaginaire de l'acteur et du spectateur.

> PAUL-ANDRÉ SAGEL.
Les masques utilitaires. Masque à gaz, masque sanitaire, à oxygène, masque du pompier du soudeur, masque de plongée, etc. c'est toujours un aller-retour entre le dedans et le dehors : l'un révèle l'autre. De théâtre ou d'utilité, les masques préservent de la disparition, l'un par excès de vie l'autre par
défense. Les hommes font du masque un sas de vie ou pour raconter les légendes qui les font vivre ou pour échapper à une mort annoncée. Un saladier renversé sur le visage de l'enfant, fait de lui un autre à travers lui ! c'est un jeu de cache-cache entre : « je vis et je meurs ». Quitter le masque d'Arlequin devant le public c'est faire mourir le personnage pour faire naître l'acteur déchaussé de son masque... ce va-et-vient toujours risqué est l'accomplissement symbolique de la vie en jeu. Les deux masques emblématiques : les masques, mortuaire et de beauté, participent tous deux au même mythe : l'un repousse la fatalité, l'autre sculpte la vie dans la mort... Le masque est toujours un passeur de vies.

EN PARALLÈLE DU COLLOQUE LE STAGE PROFESSIONNEL DU THÉÂTRE DU MOUVEMENT :

[2]LES UTOPIES DU MASQUE
DU 7 NOVEMBRE AU 2 DÉCEMBRE 2011

Formation professionnelle - stage conventionné AFDAS

Préparation corporelle au travail du masque par Yves Marc
Du masque neutre au masque expressif par Patrick Pezin
Travail sur le masque balinais par Guy Freixe
Construction de son masque neutre personnel avec Jean-Luc Félix
Du masque neutre à son déplacement sur le corps par Claire Heggen
PLUS D'INFOS : Ici [3]

Links:
------
[1] http://www.dradical.info/a9770/
[2] http://www.dradical.info/a9770/
[3] http://www.dradical.info/a9770/
[4] http://www.dradical.info/afree/404prive.lasso?


Dernière édition par John le Lun 7 Nov 2011 - 22:20, édité 1 fois (Raison : Majuscules inutiles dans le titre)

Palombella Rossa
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum