Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Sapotille
Empereur

Re: De l'art de se faire casser en vingt minutes par sa conseillère pédagogique de circonscription.

par Sapotille le Sam 12 Nov 2011 - 22:33
@doublecasquette a écrit:Et pendant ce temps-là, le gamin, lui, il écoute, il regarde, il parle, mais on oublie un tout petit peu de lui apprendre à lire lettre à lettre, syllabe à syllabe, mot à mot, phrase à phrase de manière vraiment construite et systématique...

Tiens, tu parles de Josué, là !!!

Et il a tellement bien écouté et répété que ses parents n'y ont vu que du feu !!!

Et c'est la Maminou qui a dû rectifier le tir à coups de récompenses parce que travailler 3 h par jour durant certains jours de vacances, c'est dur !!!
avatar
doublecasquette
Devin

Re: De l'art de se faire casser en vingt minutes par sa conseillère pédagogique de circonscription.

par doublecasquette le Sam 12 Nov 2011 - 22:46
@Provence a écrit:
@doublecasquette a écrit:Il ne me semble pas que Rue des Contes soit assez ancien pour que ceux qui l'ont eu en CP soient déjà en 5°. Mais peut-être après tout... Il faudrait vérifier, mais je ne sais plus où j'ai rangé mon spécimen...

Je sais que c'est ce qui est utilisé cette année. Tout ce que je sais, c'est que la mère de l'élève m'avait parlé d'une méthode "globale".

C'est présenté comme ça, par "Unités d'apprentissage" :

http://www.calameo.com/read/0000279553d683b5bed35

La première page de chaque unité est bien consacrée à une lettre, mais ensuite la suivantes est consacrée à des mots contenant cette lettre, vus très rapidement et très globalement (et ce sont des mots qui ne resserviront pas tous, donc sans intérêt pour l'enfant qui n'a pas le temps de se les approprier).
Ensuite, les pages suivantes sont consacrées à la compréhension (avec lecture faite par l'adulte) et à l'acquisition de tournures de phrases à partir de mots vus globalement.

Dans l'extrait qu'ils donnent à feuilleter, ça ne va pas très loin, mais, Rikki corrigera si je me trompe, les pages "nouvelle lettre" sont aussi toujours sur le même schéma, la lettre est repérée visuellement et auditivement dans des mots, mais jamais exposée comme quelque chose de réutilisable à l'infini, cumulable et combinable avec toutes les autres et permettant de soulager la mémoire de tous ces mots qu'il semble falloir retenir.

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.
avatar
Provence
Enchanteur

Re: De l'art de se faire casser en vingt minutes par sa conseillère pédagogique de circonscription.

par Provence le Sam 12 Nov 2011 - 22:56
Merci pour toutes ces infos. j'avoue que l'extrait n'est pas très parlant pour moi! Very Happy
avatar
Sapotille
Empereur

Re: De l'art de se faire casser en vingt minutes par sa conseillère pédagogique de circonscription.

par Sapotille le Sam 12 Nov 2011 - 23:02
@doublecasquette a écrit:

http://www.calameo.com/read/0000279553d683b5bed35


Personnellement, je serais absolument incapable d'apprendre à lire à un marmot avec ce livre-là...

Je referais tout à côté... jusqu'à ce qu'ils sachent lire vraiment ...
avatar
doublecasquette
Devin

Re: De l'art de se faire casser en vingt minutes par sa conseillère pédagogique de circonscription.

par doublecasquette le Sam 12 Nov 2011 - 23:11
C'est ce qu'a fait Rikki l'année d'après. Elle leur a appris à lire d'abord avec ses petites et ses grandes fiches et ensuite elle leur a donné les livres pour qu'ils lisent les histoires eux-mêmes.
En fait, elle a remis le tracteur devant la sous-soleuse, hein, Sapotille ?

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.
avatar
survivor
Niveau 6

Re: De l'art de se faire casser en vingt minutes par sa conseillère pédagogique de circonscription.

par survivor le Sam 12 Nov 2011 - 23:54
@doublecasquette a écrit:Et ça, si on regarde bien, on l'a même chez "Un monde à lire" qui est quand même bien plus axé "code" que Chouette, je lis, Croquelignes (celui-là, c'est le pire, je crois) ou Rue des Contes, et qui considère quand même, contrairement à ces trois méthodes, que dans une méthode de lecture, le but, c'est quand même que ce soit l'élève qui lise et non son instit ou ses parents...

Quand on regarde tous ces manuels, on se demande si leurs auteurs se sont rendu compte qu'en lecture, les apprentissages sont (ou devraient être) cumulatifs.

J'ai Un Monde à Lire sous les yeux et, même à la fin du premier livret, dans les pages "des sons et des lettres", on ne voit pas de progrès de l'élève par rapport au début de l'année, ce sont exactement les mêmes exercices, la même quantité (indigente) de mots, le même type de repérage, d'une seule lettre, un seul son, une seule syllabe, alors que si on reprend la table des matières, on se rend compte que les enfants, vu tout ce qu'ils ont appris, devraient maintenant être capables d'écrire et de lire des mots et des phrases entières sans aide. Même leur "mécano des lettres" ne semble pas fonctionner avec toutes les lettres vues mais seulement avec deux ou trois d'entre elles...
Un monde à lire, c'est Kimamila, non ? C'est la méthode que ma CPC conseillait avant 2009. Et je peux te dire qu'elle a aussi foutu pas mal de collègues dans la merde. Ce que tu dis à propos d'Un monde à lire est également valable pour Chut...Je lis! en ce qui concerne les cahiers d'exercices. Les exercices sont archi-stéréotypés, centrés uniquement sur le son étudié, sans réinvestissement des sons précédemment vus, sans combinatoire. Ce qui est vu auparavant n'est que rarement réinvesti. Et dans le manuel, c'est à peu près la même chose en ce qui concerne les pages de révisions, qui n'ont rien de spiralaire. Elles proposent un monceau de syllabes à relire, entre 20 et 30, des mots à (re)déchiffrer (puisqu'ils ont déjà été vus lors des leçons précédentes), et des "nouvelles phrases" à lire, composées environ de 70% de mots appris globalement, 20% de mots déchiffrables (déjà étudiés) et 10% de mots-outils. Les élèves sont obligés de se livrer à une gymnastique intellectuelle incroyable pour jongler entre ce qu'ils savent (peuvent) lire réellement, ce qu'ils savent reconnaître, et ce qu'ils devinent.
C'est pour cela que j'ai demandé à la CPC à quel moment les enfants commençaient à lire seuls, en autonomie, sans s'appuyer sur le contexte, sans étiquettes et sans affichages... J'attends toujours une réponse convaincante.

_________________

Tout a été enlevé sauf la tête
pour l’entêtement.
La tête jetée d’arrière en avant
comme un nœud.

Guy Viarre, Sans un
avatar
survivor
Niveau 6

Re: De l'art de se faire casser en vingt minutes par sa conseillère pédagogique de circonscription.

par survivor le Dim 13 Nov 2011 - 0:07
@doublecasquette a écrit:C'est présenté comme ça, par "Unités d'apprentissage" :

http://www.calameo.com/read/0000279553d683b5bed35

La première page de chaque unité est bien consacrée à une lettre, mais ensuite la suivantes est consacrée à des mots contenant cette lettre, vus très rapidement et très globalement (et ce sont des mots qui ne resserviront pas tous, donc sans intérêt pour l'enfant qui n'a pas le temps de se les approprier).
Ensuite, les pages suivantes sont consacrées à la compréhension (avec lecture faite par l'adulte) et à l'acquisition de tournures de phrases à partir de mots vus globalement.

Dans l'extrait qu'ils donnent à feuilleter, ça ne va pas très loin, mais, Rikki corrigera si je me trompe, les pages "nouvelle lettre" sont aussi toujours sur le même schéma, la lettre est repérée visuellement et auditivement dans des mots, mais jamais exposée comme quelque chose de réutilisable à l'infini, cumulable et combinable avec toutes les autres et permettant de soulager la mémoire de tous ces mots qu'il semble falloir retenir.
Chut...Je lis! adopte sensiblement la même démarche, à la différence que le "travail" de reconnaissance intervient avant la découverte du nouveau son. Mais les manipulations autour de la langue sont très similaires, réalisées à partir de mots appris par cœur. J'avais vite arrêté au vu des confusions permanentes que faisaient les élèves et de la difficultés qu'ils avaient à gérer à la fois la reconnaissance de mots et la manipulation des mots en question, ce qu'on leur demandait de manière quasi-simultanée.

_________________

Tout a été enlevé sauf la tête
pour l’entêtement.
La tête jetée d’arrière en avant
comme un nœud.

Guy Viarre, Sans un
avatar
survivor
Niveau 6

Re: De l'art de se faire casser en vingt minutes par sa conseillère pédagogique de circonscription.

par survivor le Dim 13 Nov 2011 - 9:08
Encore un truc que je devais être le seul à ne pas avoir lu, et que je regrette amèrement de ne pas avoir lu avant :

M-C Lereboullet, M. Sommer in Orthomagazine n° 62 a écrit:parce qu’il est devenu le mot fourre-tout favori des pédagogues, le terme « sens » a perdu son sens ! Il est ramené dorénavant à un concept flou, complètement imaginaire, qui n’a plus rien à voir avec la linguistique : seul serait porteur de « sens » pour l’enfant un texte étoffé, riche en structures complexes ! Si un texte simple n’a pas de sens, que dire alors des définitions lapidaires du dictionnaire ? N’auraient-elles pas de sens ?
Ces pédagogues s’adressent aussi à un enfant purement imaginaire, qui selon eux ne trouve pas d’intérêt à lire un texte simple (et donc à sa portée !). Comme si l’adulte ne pouvait s’empêcher de confondre sa place et celle de l’enfant (on retrouve là, à nouveau, la négation de la disparité des places…). Et en même temps, il scrute le sens du message que l’enfant énonce après l’avoir appris par cœur. Les perroquets sont-ils dans le « sens » ?
À force de trop « rêver » un enfant imaginaire, des pédagogues confirmés se permettent, sans hésiter, de manifester leur désapprobation parce qu’un enfant de CP n’a pas acquis fin septembre la lecture courante d’un texte. Manifestement, ils ne font pas la différence entre le lecteur « perroquet » qui peut faire illusion et le vrai lecteur. Ce qui n’empêche pas les mêmes d’affirmer haut et fort qu’il est normal qu’un enfant ne sache pas lire à la fin du CP, puisqu’il a deux ans pour apprendre à lire ! Comprenne qui pourra…
Les tenants des méthodes mixtes reprochent aux méthodes synthétiques de proposer des textes qui, faute de sens, ne suscitent pas l’intérêt des enfants. Témoin cette conseillère pédagogique qui s’exclame : « Je n’aurais aucun plaisir à enseigner avec ces textes. » Non seulement cette pédagogue se met à la place de l’enfant, mais elle confond aussi son propre plaisir et celui de l’enfant (attitude très répandue dans notre société).
Prétendre que les histoires simples et courtes ne suscitent pas l’intérêt de l’apprenti lecteur, c’est faire preuve d’une méconnaissance grave de l’enfant de 6 ans. Au contraire, notre longue pratique nous a appris que les enfants jubilent quand ils sont en mesure de déchiffrer et de découvrir seuls le sens d’un mot ou d’un texte simple, grâce au code fourni par l’adulte
Je retrouve bien, en gras, au-delà bien sûr de celle de ma CPC, ma propre attitude passée, pleine de condescendance... Comme quoi seule la pratique peut nous aider à dépasser les vulgates qu'on nous inculque et dont les préceptes nous font perdre en classe un temps précieux.
Ce qu'écrivent Lereboullet et Sommer, c'est en substance ce que certaines ici m'avaient rétorqué quand j'avais raillé les textes de Léo et Léa. Il a fallu que je vois le sourire sur le visage des gosses qui lisaient tous seuls, l'autre soir, leurs premières phrases. Syllabe après syllabe, en recomposant le tout au fur et à mesure et en se rendant compte que cela avait... un sens.

_________________

Tout a été enlevé sauf la tête
pour l’entêtement.
La tête jetée d’arrière en avant
comme un nœud.

Guy Viarre, Sans un
avatar
Sapotille
Empereur

Re: De l'art de se faire casser en vingt minutes par sa conseillère pédagogique de circonscription.

par Sapotille le Dim 13 Nov 2011 - 9:21



Chic, un 2ème Bon Point pour Léo et Léa...

Survivor, c'est vraiment une chance d'avoir pu faire ta connaissance. yesyes
avatar
doublecasquette
Devin

Re: De l'art de se faire casser en vingt minutes par sa conseillère pédagogique de circonscription.

par doublecasquette le Dim 13 Nov 2011 - 9:52
Comme si l’adulte ne pouvait s’empêcher de confondre sa place et celle de l’enfant (on retrouve là, à nouveau, la négation de la disparité des places…).

Et le pire, c'est que cette posture face au travail scolaire de l'enfant rejaillit aussi sur ses comportements.
Je suis écœurée quand on fait s'interroger des enfants de cinq ou six ans sur la faim dans le monde, les horreurs de la guerre ou les pauvres petits enfants qui n'auront pas de jouets pour Noël (tout cela pendant que les puissants coupent le robinet de l'aide alimentaire, vendent des armes, sucrent les prestations sociales ou reconduisent à la frontière Suspect ).


Je suis atterrée quand on considère qu'un enfant de cinq ans peut être considéré comme responsable pénalement et être soumis à une punition exemplaire en cas de manquement grave aux lois, alors qu'il a avant tout besoin que la société s'interroge sur l'éducation qu'il reçoit dans sa famille et à l'école et qu'elle porte très vite remède aux carences dont il a été victime.
Je suis inquiète parce que je me dis qu'un jour, à force de confondre les âges, on va bien finir par arriver à nous démontrer que le concept de mineur est une atteinte aux libertés des petites personnes qui ont, tout comme les grandes, le droit de s'investir dans la société en travaillant pour gagner leur vie ou en vivant pleinement leur sexualité (ne hurlez pas d'horreur, j'avais dix-sept ans en 1974 et je l'ai entendu à l'époque, demandez à Polanski ou à Cohn-Bendit)...

Témoin cette conseillère pédagogique qui s’exclame : « Je n’aurais aucun plaisir à enseigner avec ces textes. »

Combien de fois avons-nous lu des collègues expliquant que, depuis deux ans, ils utilisaient dans leur classe "Un monde à lire" ou "Rue des Contes", mais que là, maintenant, elles en avaient fait le tour et souhaitaient investir dans un nouveau matériel qu'elles se feraient une joie de découvrir ?
Pour moi, la vieille, c'est inimaginable un truc comme ça. Je l'ai vécu lors de mes années de lycée, c'est grâce à ce genre de théorie que je n'ai jamais étudié de Racine parce que "Bon, ben, ça va, Andromaque ou Phèdre, on les étudie chaque année, alors, finalement, ça devient lassant !".
Pour en revenir aux manuels de lecture, la première année, généralement, on gadouille en plein, ne voyant pas toujours où a voulu en venir l'auteur, comment il a cru qu'il serait possible de gérer tel ou tel écueil .
La seconde année, on commence à surnager, on anticipe pour les difficultés rencontrées l'année précédente mais on en découvre d'autres. Si l'on est très rapide à la détente, on construit tout un accompagnement autour lorsqu'on se rend compte que tel ou tel domaine a été vraiment par trop négligé.
Si l'on est moins rapide, ou que l'on dispose de moins de temps en dehors de l'école, ce n'est généralement qu'au cours des troisième et quatrième années qu'on commence à se préoccuper de ce matériel annexe...
Et, de fait, ce n'est qu'après avoir utilisé cinq ans de suite, avec cinq "fournées" d'élèves, dans toutes leurs différences, qu'on commence à être suffisamment à l'aise dans "sa" méthode pour la rendre réellement efficace.
(à moins que, comme Survivor, auquel je donne parfaitement raison, on la largue au bout d'un mois et demi de classe, en se disant que ce truc ne sera jamais un "déclencheur" pour l'apprentissage de la lecture).

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.
avatar
survivor
Niveau 6

Re: De l'art de se faire casser en vingt minutes par sa conseillère pédagogique de circonscription.

par survivor le Dim 13 Nov 2011 - 9:53
@Sapotille a écrit:Chic, un 2ème Bon Point pour Léo et Léa...
Survivor, c'est vraiment une chance d'avoir pu faire ta connaissance. yesyes
C'est plutôt moi qui ai eu de la chance de vous rencontrer. Vraiment. veneration
Le hasard a bien fait les choses. Je me posais des questions, et j'ai trouvé ici des réponses concrètes à mes interrogations. Cela m'a permis de me remettre en question, et d'esquisser une sortie de la voie de garage dans laquelle j'étais en train de fourvoyer mes petits bouts.

fleurs

_________________

Tout a été enlevé sauf la tête
pour l’entêtement.
La tête jetée d’arrière en avant
comme un nœud.

Guy Viarre, Sans un
avatar
Kak
Habitué du forum

Re: De l'art de se faire casser en vingt minutes par sa conseillère pédagogique de circonscription.

par Kak le Dim 13 Nov 2011 - 10:02
Et oui quand ma fille a réussi à lire "Paco a raté l'ara"; il y a un peu plus d'un an maintenant; ses parents ont trouvé la phrase ridicule mais la petite était fière, était entré dans la lecture, et en plus avait appris ce qu'était un ara et avait même compris la phrase puisqu'elle s'est exclamée: "ouf qu'il a raté l'ara" parce qu'on est plutôt anti-chasse à la maison! Wink

(c'est dans un petit livret de lecture associé à la méthode B***er (que nous n'avons pas utilisée); ensuite on est passé à Mico, aux textes "des copines" (Epaminondas I love you ) et maintenant on lit des bibliothèques roses.

La qualité littéraire c'est pour les textes que nous adultes nous lui lisons...Et que la maîtresse lit aux Ce2...

En tant que maman , j'ai l'impression qu'il faudrait distinguer au début du primaire littérature (lue par l'adulte) et lecture (apprentissage systématique du code et lecture de phrases et textes accessibles); ce que ne font pas ces méthodes.

Mais en tant que prof de collège (latin et français), j'ai l'impression que déformée par l'iufm et par les programmes et demandes institutionnelles, je tombe souvent dans les mêmes travers...

Vos discussions et ma position de parent d'élève être en train doucement de faire évoluer les choses....
avatar
survivor
Niveau 6

Re: De l'art de se faire casser en vingt minutes par sa conseillère pédagogique de circonscription.

par survivor le Dim 13 Nov 2011 - 10:06
@doublecasquette a écrit:Si l'on est moins rapide, ou que l'on dispose de moins de temps en dehors de l'école, ce n'est généralement qu'au cours des troisième et quatrième années qu'on commence à se préoccuper de ce matériel annexe...
(à moins que, comme Survivor, auquel je donne parfaitement raison, on la largue au bout d'un mois et demi de classe, en se disant que ce truc ne sera jamais un "déclencheur" pour l'apprentissage de la lecture).
C'est vrai ce que tu dis. En ce moment, ça me prend un temps fou de tout reconstruire (supports de lecture, fiches d'exercices...). Je le fais néanmoins avec un grand plaisir, même si j'y passe tous mes mercredis matin et une partie de mes week-end. Tout ça sans compter les contrariétés, comme celle qui a généré ce fil, les prises de tête, et les doutes, parce que la prégnance du discours officiel engendre aussi une certaine culpabilité. J'ai la chance d'avoir une femme patiente et tolérante qui me soutient, parce que la vérité, c'est qu'en ce moment, je n'ai plus vraiment de vie en dehors du travail. Heureusement, je n'ai pas d'enfants, ce qui me permet une plus grande latitude. Et surtout, je sais que c'est temporaire, et qu'une fois la machine huilée et lancée, les choses seront plus simples.

_________________

Tout a été enlevé sauf la tête
pour l’entêtement.
La tête jetée d’arrière en avant
comme un nœud.

Guy Viarre, Sans un
avatar
Eloah
Neoprof expérimenté

Re: De l'art de se faire casser en vingt minutes par sa conseillère pédagogique de circonscription.

par Eloah le Dim 13 Nov 2011 - 12:21
Je viens de passer une heure à réviser "Le loup conteur" avec ma fille (dans Chut ... je lis - évaluation demain) et j'ai eu une pensée pour toi, Survivor !
J'ai trouvé bien difficile de réviser le fichier car les exercices étant déjà faits, il faut les recopier à part pour les revoir et, le plus souvent, ma fille me les a récités. Rolling Eyes En outre, dans le manuel, je me suis interrogée sur l'utilité de proposer des mots nouveaux "à déchiffrer" ... en illustrant le mot juste à côté ce qui fait que l'enfant sait de quel mot il s'agit avant même d'avoir regardé par quelle syllabe il commence (et j'ai beau cacher, elle est plus rapide que moi !!) ! heu
avatar
doublecasquette
Devin

Re: De l'art de se faire casser en vingt minutes par sa conseillère pédagogique de circonscription.

par doublecasquette le Dim 13 Nov 2011 - 12:30
Ah oui, les dessins ! Là aussi, c'est bien le signe que les auteurs ne croient absolument pas aux vertus du déchiffrage et sont persuadés qu'il faut procurer des aides à l'enfant afin qu'il se crée une "image mentale globale du mot".

On affine petit à petit. Bientôt, on pourra aller répondre à Goigoux ou à Bentolila quand ils disent qu'ils prennent en compte dans leurs méthodes la dimension alphabétique de la langue !

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.
avatar
survivor
Niveau 6

Re: De l'art de se faire casser en vingt minutes par sa conseillère pédagogique de circonscription.

par survivor le Dim 13 Nov 2011 - 15:01
@Eloah a écrit:Je viens de passer une heure à réviser "Le loup conteur" avec ma fille (dans Chut ... je lis - évaluation demain) et j'ai eu une pensée pour toi, Survivor !
J'ai trouvé bien difficile de réviser le fichier car les exercices étant déjà faits, il faut les recopier à part pour les revoir et, le plus souvent, ma fille me les a récités. Rolling Eyes En outre, dans le manuel, je me suis interrogée sur l'utilité de proposer des mots nouveaux "à déchiffrer" ... en illustrant le mot juste à côté ce qui fait que l'enfant sait de quel mot il s'agit avant même d'avoir regardé par quelle syllabe il commence (et j'ai beau cacher, elle est plus rapide que moi !!) ! heu
:colere: de manuel ! Je plains les parents qui sont obligés de faire retravailler tout ça à la maison. Je suis soulagé que mes parents d'élèves n'aient désormais plus à subir cette corvée.
Bon, en plus, je ne veux pas te décourager ou t'angoisser, mais s'ils terminent le Loup conteur seulement maintenant, c'est qu'ils sont en retard sur ce que prévoit le manuel, et notamment au niveau de l'étude du code. J'imagine, si la maîtresse suit scrupuleusement le livre du maître, qu'ils n'ont vu que a / i / l / r / p, ce qui fait peu en 9 semaines. Sans compter ces foutus groupes consonantiques pra, pri, pla, pli qu'ils confondent sans cesse avec par, pir, pal et pil... Et cette :colere: de CPC qui osait me soutenir que ces syllabes-là ne posaient aucun problème, qu'il suffisait de faire des flèches et des lignes pour relier les lettres... Ben voyons. Suis-je bête, comment n'y avais-je pas pensé tout seul ??? D'autant que j'allais oublier qu'il suffit de leur mettre un texte de dix lignes sous les yeux pour qu'ils sachent "lire" instantanément...
:boucherie:

_________________

Tout a été enlevé sauf la tête
pour l’entêtement.
La tête jetée d’arrière en avant
comme un nœud.

Guy Viarre, Sans un
avatar
Eloah
Neoprof expérimenté

Re: De l'art de se faire casser en vingt minutes par sa conseillère pédagogique de circonscription.

par Eloah le Dim 13 Nov 2011 - 16:29
@survivor a écrit:
@Eloah a écrit:Je viens de passer une heure à réviser "Le loup conteur" avec ma fille (dans Chut ... je lis - évaluation demain) et j'ai eu une pensée pour toi, Survivor !
J'ai trouvé bien difficile de réviser le fichier car les exercices étant déjà faits, il faut les recopier à part pour les revoir et, le plus souvent, ma fille me les a récités. Rolling Eyes En outre, dans le manuel, je me suis interrogée sur l'utilité de proposer des mots nouveaux "à déchiffrer" ... en illustrant le mot juste à côté ce qui fait que l'enfant sait de quel mot il s'agit avant même d'avoir regardé par quelle syllabe il commence (et j'ai beau cacher, elle est plus rapide que moi !!) ! heu
:colere: de manuel ! Je plains les parents qui sont obligés de faire retravailler tout ça à la maison. Je suis soulagé que mes parents d'élèves n'aient désormais plus à subir cette corvée.
Bon, en plus, je ne veux pas te décourager ou t'angoisser, mais s'ils terminent le Loup conteur seulement maintenant, c'est qu'ils sont en retard sur ce que prévoit le manuel, et notamment au niveau de l'étude du code. J'imagine, si la maîtresse suit scrupuleusement le livre du maître, qu'ils n'ont vu que a / i / l / r / p, ce qui fait peu en 9 semaines. Sans compter ces foutus groupes consonantiques pra, pri, pla, pli qu'ils confondent sans cesse avec par, pir, pal et pil... Et cette :colere: de CPC qui osait me soutenir que ces syllabes-là ne posaient aucun problème, qu'il suffisait de faire des flèches et des lignes pour relier les lettres... Ben voyons. Suis-je bête, comment n'y avais-je pas pensé tout seul ??? D'autant que j'allais oublier qu'il suffit de leur mettre un texte de dix lignes sous les yeux pour qu'ils sachent "lire" instantanément...
:boucherie:

L'évaluation était prévue au retour des vacances mais l'instit attend que tous les enfants soient présents, or, en cette saison de virus, ce n'est pas gagné. Du coup, je crois qu'elle s'est enfin décidée à la faire demain coûte que coûte puisqu'elle l'a écrit dans le cahier de texte.
En réalité, ils ont commencé "le Vilain petit canard", on a donc aussi travaillé les "t" ce matin (oui, en plus du reste).
C'est vrai que les pra / par / pir / etc ont été très difficiles à assimiler mais à force de les rabâcher (pendant les vacances pour la première date de l'éval puis tous les soirs depuis puisque c'était dans les devoirs à faire (heureusement qu'on est deux à lui faire faire les devoirs car on n'en peut plus !! Laughing )), ça va. L'inconvénient est que ma fille qui n'était pas du tout stressée au retour des vacances m'a dit tout à l'heure qu'elle n'arrêtait pas de penser à l'évaluation, qu'elle avait peur de mal faire. Pffffffff ... forcément, à force d’en parler tous les jours, elle y pense sans cesse !

Ceci dit, c'est vrai qu'ils n'avancent pas vite ... L'instit nous a dit clairement qu'elle a du mal à avoir du calme en classe. On sait par notre fille qu'elle a fait 3 rangées : les sages / les pas sages / et une au milieu de mômes, je suppose, qui sont tantôt l'un tantôt l'autre. Tous les soirs, notre fille nous raconte qu'il y a du bruit, que la maîtresse se fâche, qu'elle se tourne alors vers les sages pour ne parler plus qu'à eux, que pendant ce temps untel a découpé la jupe d'unetelle avec ses ciseaux, etc :shock: Hum ... Je précise que ce n'est pas du tout une école mal réputée. A la décharge de l'instit, il y a dans la classe de 24 élèves un enfant handicapé qui, apparemment, n'a pas d'AVS tout le temps (et qui, quand il est seul, fait n'importe quoi, forcément) et un enfant suivi par un RASED. Ce ne doit pas être facile tous les jours ! Personnellement, bien que prof aussi mais dans le secondaire, j'admire les instits, je serais bien incapable de faire ce que vous faîtes ! Bon, là, il s'agit de ma fille alors je m'inquiète ... Selon toi, où devraient-ils en être dans le manuel ?
avatar
survivor
Niveau 6

Re: De l'art de se faire casser en vingt minutes par sa conseillère pédagogique de circonscription.

par survivor le Dim 13 Nov 2011 - 17:22
Bah, le bruit et l'inattention sont un vrai problème chez les CP, je trouve. De mon côté, j'ai 6 élèves suivis par le RASED (dont quatre parlent un français plus qu'approximatif - voire pas du tout), une petite handicapée qui plafonne depuis sa première GS (pas d'AVS), et une autre dont on soupçonne un asperger ou un truc dans le genre, totalement dyspraxique et vraiment perturbée (9h d'AVS). Mon problème, en fait, ce n'est pas tant le bruit que le manque d'attention. J'ai beaucoup trop d'élèves à l'ouest, et je les rappelle beaucoup à l'ordre. Pourtant, je me rends compte que même ceux qui n'ont pas l'air d'écouter enregistrent pas mal de choses. Faut croire que le processeur n'est pas trop mauvais.

_________________

Tout a été enlevé sauf la tête
pour l’entêtement.
La tête jetée d’arrière en avant
comme un nœud.

Guy Viarre, Sans un
avatar
Dhaiphi
Sage

Re: De l'art de se faire casser en vingt minutes par sa conseillère pédagogique de circonscription.

par Dhaiphi le Dim 13 Nov 2011 - 17:36
@survivor a écrit: Et surtout, je sais que c'est temporaire, et qu'une fois la machine huilée et lancée, les choses seront plus simples.
Et pour les années suivantes, si tu décides de rester au CP, le boulot sera fait. Very Happy Wink

_________________
De toutes les écoles que j’ai fréquentées, c’est l’école buissonnière qui m’a paru la meilleure.  
[Anatole France]
J'aime les regretteurs d'hier qui voudraient changer le sens des rivières et retrouver dans la lumière la beauté d'Ava Gardner.
[Alain Souchon]
avatar
survivor
Niveau 6

Re: De l'art de se faire casser en vingt minutes par sa conseillère pédagogique de circonscription.

par survivor le Dim 13 Nov 2011 - 17:42
@Dhaiphi a écrit:
@survivor a écrit: Et surtout, je sais que c'est temporaire, et qu'une fois la machine huilée et lancée, les choses seront plus simples.
Et pour les années suivantes, si tu décides de rester au CP, le boulot sera fait. Very Happy Wink
En partie, oui, même si je compte bien démarrer de manière radicalement différente Wink

_________________

Tout a été enlevé sauf la tête
pour l’entêtement.
La tête jetée d’arrière en avant
comme un nœud.

Guy Viarre, Sans un
avatar
adelaideaugusta
Fidèle du forum

Re: De l'art de se faire casser en vingt minutes par sa conseillère pédagogique de circonscription.

par adelaideaugusta le Lun 14 Nov 2011 - 10:09
@Padre P. Lucas a écrit:
@V.Marchais a écrit:Survivor, de tout coeur avec toi.
Ce que tu vis, je l'ai vécu, niveau collège, au temps de la grammaire interdite, des textes instrumentalisés, de la linguistique sauvage, etc. Je me suis fait incendier par mon IPR. Rapport de merde, qui ferait presque rire tant il est caricatural et truffé de vocabulaire religieux (sans rire, on m'y invite à faire mon mea culpa, comme aux riches heures du stalinisme).
...

Souvenir souvenir d'une liste qui s'appelait à l'époque "Sauver le primaire"...
Non non rien n'a changé, tout tout a continué ééééé

Mes amitiés à Véronique et bienvenue au club des "Survivors" ;-)

Tiens, un ancien de sprim !!!

Ben oui, la lutte continue.

Adélaïde.
avatar
adelaideaugusta
Fidèle du forum

Re: De l'art de se faire casser en vingt minutes par sa conseillère pédagogique de circonscription.

par adelaideaugusta le Lun 14 Nov 2011 - 10:30
@survivor a écrit:
pticuicui a écrit:Je suis instit depuis 5 ans , je n'ai jamais eu d'élémentaire et encore moins de cp donc les méthodes de lecture je n'y connais strictement rien. J'étais restée sur l'idée que robien quand il était ministre avait dit que la globale était désormais déconseillée et qu'il fallait de la syllabique. C'est moi qui mélange tous mes souvenir ou depuis on est passé à d'autres directives.
Disons que certains chercheurs et pédagogues, ont entre temps légèrement changé leur fusil d'épaule, Goigoux en tête. Un consensus s'est plus ou moins établi sur le fait que, plutôt qu'interdire aux enseignants d'utiliser des méthodes plus ou moins globales, il fallait leur interdire de ne pas enseigner les correspondances grapho-phonémiques, à savoir ce qu'on appelle le code, même si ce code est enseigné de manière non-systématique ou suivant une progression absurde et chaotique dans le plupart des manuels.
Tout ceci est revenu, dans les faits, dans les manuels, et donc dans les classes, à ne rien changer du tout (ou presque) par rapport à 2002.

On trouve des éléments du débat sur ce site, très largement orienté : http://education.devenir.free.fr/Lecture.htm

J'ai lu un grand nombre de textes qui sont sur ce lien : rien que de le voir me donne la nausée.
Le tricheur en chef est pour moi Frank Ramus, car il ment plus qu'il ne respire, comme disait l'entraîneur de l'OM en parlant de Bernard Tapie.

Adélaïde.
avatar
Saraswati
Neoprof expérimenté

Re: De l'art de se faire casser en vingt minutes par sa conseillère pédagogique de circonscription.

par Saraswati le Lun 14 Nov 2011 - 15:28
Bonjour,
Je profite de la discussion ouverte par Survivor pour poser une petite question, car elle est en rapport avec les méthodes de lecture.

J'ai une collègue qui est un peu perdue : l'instit de sa fille utilise la méthode globale (je ne sais pas avec quel manuel), mais ma collègue lui apprend petit à petit la syllabique à la maison. Or elle a entendu dire qu'il ne fallait pas mélanger les 2 pour que l'enfant ne soit pas perturbé. Du coup elle n'ose plus s'en mêler de peur que sa fille mélange tout au final, de sa faute.

Alors, les 2 méthodes sont-elles incompatibles ?
La fille va-t-elle devenir folle à cause de la mère ?
Merci de prendre le temps de me répondre en quelques lignes.

Et bon courage à survivor et à tous les "résistants" !
avatar
Sapotille
Empereur

Re: De l'art de se faire casser en vingt minutes par sa conseillère pédagogique de circonscription.

par Sapotille le Lun 14 Nov 2011 - 15:44
@Saraswati a écrit:Bonjour,
Je profite de la discussion ouverte par Survivor pour poser une petite question, car elle est en rapport avec les méthodes de lecture.

J'ai une collègue qui est un peu perdue : l'instit de sa fille utilise la méthode globale (je ne sais pas avec quel manuel), mais ma collègue lui apprend petit à petit la syllabique à la maison. Or elle a entendu dire qu'il ne fallait pas mélanger les 2 pour que l'enfant ne soit pas perturbé. Du coup elle n'ose plus s'en mêler de peur que sa fille mélange tout au final, de sa faute.

Alors, les 2 méthodes sont-elles incompatibles ?
La fille va-t-elle devenir folle à cause de la mère ?
Merci de prendre le temps de me répondre en quelques lignes.

Et bon courage à survivor et à tous les "résistants" !

Bien au contraire, il est urgent d'intervenir...

La petite est en train de mémoriser et de deviner.

Il est urgent de lui apprendre à lire.
Savoir lire plutôt que deviner ne l'embrouillera certainement pas.

Rikki rédigerait l'ordonnance suivante :

- courir acheter ou commander au plus vite le Borel Maisonny.
( c'est la recette privilégiée de Rikki, une autre méthode syllabique peut être utilisée !!! Pour soigner les mêmes maux les médecins donnent aussi des équivalences efficaces !!!)
- le pratiquer un quart d'heure par jour, bien lovée auprès de papa ou de maman, sans stress et sans excès.
- Au besoin, s'il y a de la résistance prévoir une petite récompense.
(C'est aussi un conseil de Rikki !!!)

J'ai testé les Kinder surprise avec mon petit-fils, mais je suis méchante, je l'ai fait travailler 2 à 3 heures par jour pendant les grandes vacances parce qu'il rentrait au CE1 cette année...

Il y a urgence !!!

http://www.amazon.fr/Bien-lire-Aimer-Livre-Cycle/dp/2710121441/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1321281923&sr=1-1
avatar
adelaideaugusta
Fidèle du forum

Re: De l'art de se faire casser en vingt minutes par sa conseillère pédagogique de circonscription.

par adelaideaugusta le Lun 14 Nov 2011 - 16:23
@Saraswati a écrit:Bonjour,
Je profite de la discussion ouverte par Survivor pour poser une petite question, car elle est en rapport avec les méthodes de lecture.

J'ai une collègue qui est un peu perdue : l'instit de sa fille utilise la méthode globale (je ne sais pas avec quel manuel), mais ma collègue lui apprend petit à petit la syllabique à la maison. Or elle a entendu dire qu'il ne fallait pas mélanger les 2 pour que l'enfant ne soit pas perturbé. Du coup elle n'ose plus s'en mêler de peur que sa fille mélange tout au final, de sa faute.

Alors, les 2 méthodes sont-elles incompatibles ?
La fille va-t-elle devenir folle à cause de la mère ?
Merci de prendre le temps de me répondre en quelques lignes.

Et bon courage à survivor et à tous les "résistants" !

Faux, faux, archi-faux ! Dès que l'enfant réussit à déchiffrer, ce qui est assez rapide si la maman la fait travailler avec une méthode alphabétique, ne serait-ce qu'une dizaine de minutes par jour ( et si elle profite des vacances pour le faire deux fois par jour, ce qui n'est pas de trop pour l'enfant ), elle se sentira de plus en plus à l'aise pour lire les étiquettes-mots et autres horreurs des méthodes dites globales.
J'ai aidé une voisine qui était venue pleurer chez moi en me montrant MIKA : sa fille était complètement perdue dès novembre, ayant à faire ce travail :
le 18 octobre :
Tu sépares les mots :

Deuxoiseauxsortentdunid.
Ilsseposentsurlabranche.
Ilssecouentunpeuleursailes.

Toutes les difficultés d'apprentissage de la lecture en trois lignes!!! : eu, oi, eau, nt muet, an, ou, un, ai (Mika, Pique le hérisson.)
Les auteurs, C.de Santi-Gaud, Mireille Usséglio, sous la direction de Gérard Chauveau, ont peut-être pensé qu'une seule méthode éditée n'était pas assez rentable, car elles viennent d'en sortir une tout aussi épouvantable :"Fabulire".

Dès la page 25 (sur environ 200, puisqu'il y a deux tomes), A toi de lire : un loup un mouton un cheval il rusé malin
Le loup est bête . Il est bête.
Le mouton est malin. Il est malin.

Page 34
Etude du code.

Repérons la bonne lettre pour retrouver le nom de chaque dessin.

une poire une balle une mouche

une pomme une malle une bouche

un patin une poule un marteau

J'ai donc conseillé à cette jeune femme d'acheter une méthode alphabétique. Elle a fait travailler sa fille comme je l'ai indiqué, et vers février-mars, sa fille savait déchiffrer et n'avait plus de difficultés et d'angoisses.

Quand l'enfant comprend et automatise, cela va parfois très vite, car il ressent une telle satisfaction et un tel soulagement, surtout s'il se sent en difficulté, qu'il est avide de continuer.

Je pense que survivor et les autres résistants seront de mon avis.
Adélaïde.

PS : Sapotille, je vois que nos messages se sont croisés, je ne modifie rien à ce que j'ai écrit, nous sommes en phase !

Bon courage à l'amie de Saraswati, cela urge.
avatar
Sapotille
Empereur

Re: De l'art de se faire casser en vingt minutes par sa conseillère pédagogique de circonscription.

par Sapotille le Lun 14 Nov 2011 - 16:40
@adelaideaugusta a écrit:.

PS : Sapotille, je vois que nos messages se sont croisés, je ne modifie rien à ce que j'ai écrit, nous sommes en phase !

Bon courage à l'amie de Saraswati, cela urge.

Avoue tout Adélaïdeaugusta (décidément, j'adore ce pseudo ! Wink ) la méthode alphabétique que tu as utilisée, c'est Léo et Léa ?
Contenu sponsorisé

Re: De l'art de se faire casser en vingt minutes par sa conseillère pédagogique de circonscription.

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum