"En France, une vision mortifère du redoublement persiste."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"En France, une vision mortifère du redoublement persiste."

Message par John le Ven 25 Nov 2011 - 18:08

Bertrand Bergier : l'expérience de la bonne note peut changer la vie d'un cancre

Dans "La revanche sco­laire" qui vient d'être réédité et actua­lisé aux éditions Erès, le socio­logue Bertrand Bergier s'est pen­ché sur le par­cours de mul­ti­redou­blants qui, après avoir décro­ché, sont par­ve­nus à vali­der au mini­mum un deuxième cycle uni­ver­si­taire. Entretien.

Comment des élèves consi­dé­rés comme des cancres à l'école parviennent-ils à deve­nir surdiplômés ?

Plusieurs fac­teurs entrent en compte, répar­tis sché­ma­ti­que­ment en trois familles. La pre­mière tient aux rap­ports sociaux. Beaucoup de ces élèves sont issus de milieux ouvriers avec des parents qui n'ont pas fait d'études au long cours mais qui leur trans­mettent des modes de com­por­te­ment rece­vant un faire-valoir dans l'espace sco­laire. Par exemple, des parents vont mettre un point d'honneur à incul­quer le res­pect des horaires à leurs enfants, pour aller à leur entraî­ne­ment de foot. Résultat, en classe, l'enseignant va se dire "cet élève n'est pas très bon mais il tra­vaille régu­liè­re­ment et remet tou­jours son tra­vail à l'heure". Les familles par­ti­cipent, sou­vent à leur insu, au main­tien de leurs enfants dans le système.

La deuxième famille de fac­teurs repose sur les dis­po­si­tifs acces­sibles aux jeunes sor­tis du sys­tème éduca­tif : les classes pas­se­relles, les 1ères d'adaptation, les écoles de la deuxième chance... Cela par­ti­cipe à leur rebond. Ces oppor­tu­ni­tés ins­ti­tu­tion­nelles sont pro­duites à la marge de notre système.

Et puis la troi­sième grande famille, ce sont les expé­riences de la bonne note, du choc cultu­rel et de la ges­tion des humi­lia­tions. L'avènement de la bonne note dans la car­rière sco­laire du jeune est favo­ri­sée, pre­miè­re­ment, par une "nou­velle donne " c'est-à-dire une rup­ture avec son passé-passif : un chan­ge­ment d'établissement, la décou­verte d'une nou­velle matière... Ou, deuxiè­me­ment, par la ren­contre avec des ensei­gnants qui vont valo­ri­ser ce que le jeune sait faire. Le choc cultu­rel est égale­ment impor­tant pour créer le déclic. J'ai l'exemple de Bruno qui a redou­blé son CM2, sa 3e et échoué à son BEP de plom­bier. Il s'est engagé dans l'armée, a passé son per­mis de conduire et est devenu chauf­feur de l'épouse du colo­nel, titu­laire d'une maî­trise d'Histoire. En dis­cu­tant avec elle, il s'est aperçu qu'il pou­vait tenir l'échange et qu'il connais­sait même des choses qu'elle igno­rait. Cela a réveillé de l'ambition cultu­relle. Il s'est dit "pour­quoi pas moi" et aujourd'hui il est titu­laire d'un CAPES d'Histoire.

Références

"La revanche sco­laire : des élèves mul­ti­re­dou­blants deve­nus super­di­plô­més", Bertrand Bergier, Ginette Francequin, éd. Erès 2011, 288 pages.

Bertrand Bergier est socio­logue, pro­fes­seur à l'université catho­lique de l'Ouest, pro­fes­seur asso­cié à l'université de Sherbrooke au Québec et direc­teur de recherche à l'université de Nantes.

Quel est l'ampleur de ce phé­no­mène de rac­cro­chage en France ?

Très faible ! De l'ordre de 4 élèves sur 1000. En 2010, près de 900 jeunes en 3e cycle uni­ver­si­taire étaient issus d'une filière bac pro. Rapporté à la masse c'est très peu, mais ces élèves existent et devraient nous inci­ter à déve­lop­per les classes pas­se­relles et les écoles de la 2e chance. Les lycées publics "expé­ri­men­taux" le sont depuis les années 70 ! Cela reste encore trop confidentiel.
Selon une récente étude, com­man­dée par la Commission euro­péenne, la France est la cham­pionne du redou­ble­ment en Europe. Etes-vous favo­rable au pas­sage auto­ma­tique dans la classe supérieure ?

Ces jeunes qui ont rac­cro­ché l'école nous apprennent qu'en France, une vision mor­ti­fère du redou­ble­ment per­siste. On se contente de reprendre à l'identique le pro­gramme de l'année écou­lée, sans recon­naître les acquis de l'élève redou­blant. Il fau­drait rai­son­ner en termes de cycle et de par­cours et non s'enfermer dans une logique de classe.

Vous adres­sez un mes­sage d'espoir aux élèves en dif­fi­culté. Et, en même temps, vous livrez un constat d'échec pour le sys­tème sco­laire fran­çais. Quelle est la part de res­pon­sa­bi­lité de l'Education natio­nale dans le décro­chage scolaire ?

Elle est impor­tante lorsque l'on scelle par avance le des­tin sco­laire d'un élève. Les ensei­gnants ont une part de res­pon­sa­bi­lité éthique. Nous vivons dans une société de l'immédiateté, de la recherche de l'excellence, et il existe un vrai piège à enfer­mer les jeunes dans des pré­dic­tions déses­pé­rantes. Il faut lais­ser du temps aux élèves. Car curieu­se­ment, plus un enfant est en dif­fi­culté et plus on lui met la pres­sion sur son pro­jet pro­fes­sion­nel. Il faut conti­nuer d'avoir de l'ambition pour ces jeunes au rythme dif­fé­rent, en adop­tant une bien­veillance exigeante.

Pourquoi les filières courtes et pro­fes­sion­nelles souffrent-elles encore d'un défi­cit d'image ?

Une équa­tion ter­rible a été ins­tal­lée en France : cycle court équi­vaut à cycle pro­fes­sion­nel. Pour y remé­dier, une piste serait que pen­dant toute la durée du col­lège, tous les élèves s'initient aussi aux matières à réfé­rences tech­no­lo­giques et pro­fes­sion­nelles. De cette façon, une orien­ta­tion vers un par­cours pro­fes­sion­nel ne serait plus vécue comme une orien­ta­tion par défaut, comme une voie de garage et des enfants de la bour­geoi­sie pour­raient aussi s'y inté­res­ser. Pourquoi ne pas ima­gi­ner des voies nobles qui orien­te­raient direc­te­ment vers le métier d'ingénieur ? Prenons en compte les dif­fé­rentes facettes de l'intelligence humaine en ces­sant de sacra­li­ser uni­que­ment les matières élitistes.
Vous venez d'actualiser votre livre. Y a-t-il des évolu­tions depuis 2005 ?

Sur le fond, les ensei­gne­ments sont les mêmes. Mais il y a davan­tage de dis­po­si­tifs per­met­tant aux décro­cheurs de se remettre en selle, à l'image des inter­nats d'excellence, et presque deux fois plus de jeunes pour s'en saisir.

Charles Centofanti

http://www.vousnousils.fr/2011/11/25/bertrand-bergier-lexperience-de-la-bonne-note-peut-changer-la-vie-dun-cancre-517179

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "En France, une vision mortifère du redoublement persiste."

Message par Palombella Rossa le Ven 25 Nov 2011 - 18:51


Palombella Rossa
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: "En France, une vision mortifère du redoublement persiste."

Message par Spinoza1670 le Ven 25 Nov 2011 - 20:00

Plusieurs articles B, TB et excellents sur le redoublement listés ici.

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: "En France, une vision mortifère du redoublement persiste."

Message par Clarinette le Sam 26 Nov 2011 - 11:53

Merci pour ces liens, Spinoza : j'ai mis en "favoris" et je dégusterai par petites tranches.

Pas le temps de développer ici (repas à préparer Embarassed) mais je reviendrai parler du redoublement, sur lequel j'ai des choses à dire.

_________________

Clarinette
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: "En France, une vision mortifère du redoublement persiste."

Message par Thalia de G le Sam 26 Nov 2011 - 12:13

Je suis convaincue qu'un redoublement précoce est bien plus profitable.
Combien de mes élèves en 3e qui n'ont pas les acquis et qui peinent, peinent (ou se tournent les pouces) dans l'espoir de passer en 2nde G et redoublent leur 3e en obtenant des résultats encore pires.
C'est un phénomène que j'observe depuis relativement peu de temps et que je trouve inquiétant.

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "En France, une vision mortifère du redoublement persiste."

Message par Aevin le Sam 26 Nov 2011 - 21:33


_________________
Automate - et fier de l'être  Wink

"Well, the travelling teachers do come through every few months," said the Baron.
"Yes, sir, I know sir, and they're useless. They teach facts, not understanding. It's like teaching people about forests by showing them a saw. I want a proper school, sir, to teach reading an writing, and most of all thinking, sir [...]"
Terry Pratchett - I Shall Wear Midnight

... und wer Fehler findet, kann sie behalten!

Aevin
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: "En France, une vision mortifère du redoublement persiste."

Message par John le Sam 26 Nov 2011 - 21:44

Hm, l'Iredu et Philippe Perrenoud... idee

Y-a-t-il vraiment besoin d'ouvrir les liens pour savoir ce qui y sera dit ?

Je ne dis pas ça parce que ce qu'il y a dedans est nécessairement faux, mais il y a des liens et des livres dont on sait déjà à l'avance ce qu'ils contiennent.

C'est un peu comme quand la droite populaire ou les écologistes font un communiqué : généralement, on sait à peu près ce qu'il y aura dedans avant de le lire. Je pourrais en dire autant d'une note de Nathalie Bulle par exemple.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "En France, une vision mortifère du redoublement persiste."

Message par Aevin le Sam 26 Nov 2011 - 21:46

Dans ce cas là, essayez la thèse de Thierry Troncin, les 200 premières pages sont un excellente analyse du redoublement en France.

_________________
Automate - et fier de l'être  Wink

"Well, the travelling teachers do come through every few months," said the Baron.
"Yes, sir, I know sir, and they're useless. They teach facts, not understanding. It's like teaching people about forests by showing them a saw. I want a proper school, sir, to teach reading an writing, and most of all thinking, sir [...]"
Terry Pratchett - I Shall Wear Midnight

... und wer Fehler findet, kann sie behalten!

Aevin
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum