Les Inrocks : après Orange, les psychiatres s'inquiètent du burn out des profs.

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les Inrocks : après Orange, les psychiatres s'inquiètent du burn out des profs.

Message par Moonchild le Mar 29 Nov 2011 - 0:19

@Hannibal a écrit:Mais je me trompe lourdement si le "malaise des enseignants", comme on dit, ne vient pas de la nécessité dans laquelle on les place de s'adapter sans cesse à tout, y compris au pire, et de l'ambition qu'ils conservent d'enseigner quelque chose de leur discipline quand plus personne d'autre ne semble s'en soucier, ni leur administration, ni les parents, ni les politiques, ni les élèves - au point qu'enseigner ne se fait parfois plus avec la coopération de tous ces gens-là, mais dans l'indifférence générale, voire dans certains cas, contre tout ce petit monde.
On peut renoncer à ce métier, certes, et accepter de se reconvertir en espèces d'animateurs spécialisés dans l'éveil adolescent. C'est un peu ce qu'on nous demande... mais apparemment, s'il y en a que ça enthousiasme, il y en a aussi que ça déprime.
+1

Moonchild
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Inrocks : après Orange, les psychiatres s'inquiètent du burn out des profs.

Message par gelsomina31 le Mar 29 Nov 2011 - 8:54

@Hannibal a écrit:
(...) Mais je me trompe lourdement si le "malaise des enseignants", comme on dit, ne vient pas de la nécessité dans laquelle on les place de s'adapter sans cesse à tout, y compris au pire, et de l'ambition qu'ils conservent d'enseigner quelque chose de leur discipline quand plus personne d'autre ne semble s'en soucier , ni leur administration, ni les parents, ni les politiques, ni les élèves - au point qu'enseigner ne se fait parfois plus avec la coopération de tous ces gens-là, mais dans l'indifférence générale, voire dans certains cas, contre tout ce petit monde.
On peut renoncer à ce métier, certes, et accepter de se reconvertir en espèces d'animateurs spécialisés dans l'éveil adolescent. C'est un peu ce qu'on nous demande... mais apparemment, s'il y en a que ça enthousiasme, il y en a aussi que ça déprime.

topela

gelsomina31
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Inrocks : après Orange, les psychiatres s'inquiètent du burn out des profs.

Message par V.Marchais le Jeu 1 Déc 2011 - 14:29

Excusez-moi pour le doublon, je découvre seulement ce fil, alors que, suite à mon "bilan" sur un autre fil (http://www.neoprofs.org/t40815p90-soutien-a-un-collegue-coupable-d-un-geste-malheureux-et-regrettable#1136498), j'ai eu envie de relayer l'article.
Je remets ici ce que je disais là-bas :
J'ai évoqué un peu mon établissement, ZEP ordinaire. Vous pensez bien qu'avec la politique démagogique qui y est menée, l'atmosphère se dégrade de jour en jour. On nous renvoie en cours des élèves qui se battent en classe, invectivent les autres, nous insultent, j'en passe et des meilleures, au prétexte que l'exclusion de cours ne devrait intervenir que si l'élève présente un danger pour lui-même ou pour autrui. Une de mes collègues, l'an dernier, a quitté sa salle, refusant de subir davantage ces humiliations perpétuelles (car c'est de cela que nous parlons, appelons un chat un chat), disant que oui, certains élèves représentaient bien un danger, pour eux-mêmes et pour elle, car devant tant de vulgarité et d'irrespect, elle ne se sentait plus maîtresse d'elle-même et était à deux doigts de leur mettre la gifle qu'ils auraient dû recevoir depuis longtemps. Et sa souffrance, nous sommes nombreux à la ressentir dans un établissement où, comme dans tant d'autres, l'avertissement est le sommet de la "violence" exercée sur un élève. Nous envisagions de faire valoir notre droit de retrait parce que tous, régulièrement, nous nous sentons à un cheveu du dérapage, et que nous savons fort bien que, dans ce cas-là, malgré le dizaines de rapports accumulés, nous serons les seuls incriminés.
Je crois qu'il faudrait vraiment le faire. Pas une grève. L'exercice du droit de retrait partout où notre autorité est si souvent bafouée qu'elle nous met en danger de dérapage. Voilà l'idée d'un nouveau type d'action à suggérer aux syndicats, qui interpellerait probablement plus efficacement sur "le malaise de l'école" qu'une énième journée de grève isolée.

Bien qu'en congé maternité, je suis en contact avec mes collègues qui me disent leurs difficultés croissantes et j'ai mal pour eux.

On l'exerce quand, ce droit de retrait, plutôt que de se faire arrêter individuellement pour s'entendre dire à chaque fois que c'est nous, et non pas l'EN, qui avons un problème ?

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Inrocks : après Orange, les psychiatres s'inquiètent du burn out des profs.

Message par Nuits le Ven 2 Déc 2011 - 7:49

Je pense en effet qu'il faudrait revoir nos priorités en ce qui concerne nos revendications: droit à une médecine du travail, droit au respect et à la dignité, retour aux moyens d'exercer notre autorité.
Et puis, tant que l'on parle du chef d'etb et de l'évaluation, il faudrait exiger une autre évaluation pour eux. Histoire que leur réflexe premier ne soit pas toujours de minimiser les faits et de tout vouloir régler en interne.

Sinon, le droit de retrait est strictement limité à une mise en danger immédiate. Donc on ne peut pas tous le faire jouer en même temps. Du moins, pas sans faire une pirouette (mise en danger de notre santé mentale? Mise en danger des élèves car on va finir par déraper ? ).
Pour que ce soit porteur, il faudrait que cela se fasse au-delà du mouvement local.

Mais c'est vrai que c'est une bonne idée. Et si le droit de retrait n'est pas possible, on pourrait toujours faire un débrayage massif. Mais bon, la je rêve un peu...

Bref, pour rejoindre ce qui a été dit sur d'autres fils, faire quelque chose d'un peu plus spectaculaire qu'une grève annoncée 48heures à l'avance et des petits défilés en chanson tous mignons.

_________________
C'est dans l'intérêt de l'enfant. Very Happy

Nuits
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Inrocks : après Orange, les psychiatres s'inquiètent du burn out des profs.

Message par Héliandre le Ven 2 Déc 2011 - 21:34

@Nuits a écrit:
Sinon, le droit de retrait est strictement limité à une mise en danger immédiate. Donc on ne peut pas tous le faire jouer en même temps. Du moins, pas sans faire une pirouette (mise en danger de notre santé mentale? Mise en danger des élèves car on va finir par déraper ? ).
Pour que ce soit porteur, il faudrait que cela se fasse au-delà du mouvement local.

Mais c'est vrai que c'est une bonne idée. Et si le droit de retrait n'est pas possible, on pourrait toujours faire un débrayage massif. Mais bon, la je rêve un peu...

Bref, pour rejoindre ce qui a été dit sur d'autres fils, faire quelque chose d'un peu plus spectaculaire qu'une grève annoncée 48heures à l'avance et des petits défilés en chanson tous mignons.

Oui, tous ensemble ! Quelque chose d'inattendu, de rapide, de commun, de spectaculaire... Arriver tous le 15 - et assurer nos cours - avec des banderoles, des messages de revendication ? Des marches après la journée de cours ?

Héliandre
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Inrocks : après Orange, les psychiatres s'inquiètent du burn out des profs.

Message par Héliandre le Ven 2 Déc 2011 - 21:37

Le 17 ou le 19, une marche, un sitting sur les places des villes à corriger nos copies, avec des messages "on est pas toujours en grève ou en vacances", "on travaille aussi pendant les vacances", "un CDE, un avis, un autre CDE, l'avis inverse"...

Héliandre
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum