Un stagiaire débordé, des parents révoltés et une directrice retenue en otage...

Page 9 sur 11 Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Un stagiaire débordé, des parents révoltés et une directrice retenue en otage...

Message par Clarianz le Jeu 8 Déc 2011 - 0:31

Cripure a écrit:
@Clarianz a écrit:Je ne dis pas qu'elle prouve quoique se soit, je dis qu'elle reflète une grande inquiétude.
Je pense que je ne suis pas aussi choquée par le geste, c'est sans doute pour cela que je ne comprends pas que l'on défende autant quelqu'un sans connaître réellement la situation.
Mais Clarianz, si l'on ne défend pas a priori quelqu'un qui est attaqué, dans notre métier, et tant qu'il n'a pas été prouvé qu'il a commis des actes graves (pédophilie, mise en danger ; ne pas savoir bâtir une séquence n'est pas grave, ne pas savoir s'imposer ne fait pas de lui un délinquant ! Et combien d'enseignants chevronnés font dix fautes par ligne aujourd'hui ? Ne savent pas la grammaire de base ? Qui réclame leur départ ? Ils sont pourtant nuisibles, et bien plus, puisque leur "aura" leur confère une autorité que leur piètre savoir ne mérite pas !), si ne pas, donc, et tant que, on en arrive à la même situation que Lise, et que tant d'autres. Mon mec est instit dans la même école depuis longtemps, si vous saviez le nombre d'énormités qui ont circulé de la part des parents sur celui-ci ou celui-là ! Des armées de Nadine Morano à la sortie des écoles, c'est terrible, c'est inhumain. Et ça bave, et ça fiele ! Donc oui, je défends le stagiaire. Par principe. A priori. Et je suis sûr que de tous, c'est lui qui souffre le plus. Et s'il s'immole demain dans la cour de son école, que ferez-vous ? Vous lui cracherez dessus ? Je suis choqué (et il m'en faut) par cette histoire, et par le comportement une nouvelle fois digne de pleutres, de veules et d'irresponsables de l'administration.


Le comportement de l'administration est sans doute vil, puisqu'il n'ont pas su être le rempart nécessaire entre les média et l'instit'.
Mais je me méfie du corporatisme, qui ne permet pas d'être indépendant et de regarder avec objectivité.
Je me méfie aussi de l'effet de groupe cela va de soi, mais surtout, surtout, l'esprit de corps, dans des époques troubles comme celle que nous vivons peut conduire à des positions extrêmement désagréables.

Je ne peux pas défendre quelqu'un a priori, comme je ne peux le condamner. Dans le cas contraire, comment cela s'appelle-t-il?

Clarianz
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un stagiaire débordé, des parents révoltés et une directrice retenue en otage...

Message par grandesvacances le Jeu 8 Déc 2011 - 0:39

@Clarianz a écrit:
Ils n'ont pas séquestré, ils ont occupé des locaux. Les paroles rapportées sont "Nous ne partirons pas".

Ben si : "Nous séquestrons la directrice et une partie des enseignants dans l'école jusqu'à ce que les choses bougent".

Si je trouve que le facteur passe trop tard dans ma rue, je séquestre tout le personnel du bureau de poste ? Ben voyons...

C'est la porte ouverte à toutes les fenêtres ! pale


Je plains le remplaçant... affraid

grandesvacances
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un stagiaire débordé, des parents révoltés et une directrice retenue en otage...

Message par Marcorèle le Jeu 8 Déc 2011 - 0:44

Le comportement de l'administration est sans doute vil, puisqu'il n'ont pas su être le rempart nécessaire entre les média et l'instit'.
Mais je me méfie du corporatisme, qui ne permet pas d'être indépendant et de regarder avec objectivité.
Je me méfie aussi de l'effet de groupe cela va de soi, mais surtout, surtout, l'esprit de corps, dans des époques troubles comme celle que nous vivons peut conduire à des positions extrêmement désagréables.

Je ne peux pas défendre quelqu'un a priori, comme je ne peux le condamner. Dans le cas contraire, comment cela s'appelle-t-il?
Tout à fait d'accord avec ta première phrase.
Même chose pour les suivantes. Peut-être que ce jeune homme n'est pas fait pour enseigner, mais je n'en sais rien. En tout cas, je ne peux que le défendre, l'administration n'avait qu'à pas le mettre dans une classe et aurait dû l'aider ou le muter plus tôt. De tels agissements de la part de parents, c'est admissible (enfin, compréhensible) dans une école hors contrat (ils payent pour ça...). A ce que je sache, ce n'est pas (encore) les parents qui recrutent ou doivent juger les enseignants dans les écoles publiques et celles sous contrat.

Marcorèle
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un stagiaire débordé, des parents révoltés et une directrice retenue en otage...

Message par Marcorèle le Jeu 8 Déc 2011 - 0:48

@grandesvacances a écrit:
@Clarianz a écrit:
Ils n'ont pas séquestré, ils ont occupé des locaux. Les paroles rapportées sont "Nous ne partirons pas".

Ben si : "Nous séquestrons la directrice et une partie des enseignants dans l'école jusqu'à ce que les choses bougent".

Si je trouve que le facteur passe trop tard dans ma rue, je séquestre tout le personnel du bureau de poste ? Ben voyons...

C'est la porte ouverte à toutes les fenêtres ! pale


Je plains le remplaçant... affraid
Tiens, c'est peut-être une idée ça. On vous séquestre (gentiment) jusqu'à ce que la direction de la Poste crée les conditions favorables à l'exercice de votre métier. Je suis sûr que bcp de facteurs ne diraient pas non.

Marcorèle
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un stagiaire débordé, des parents révoltés et une directrice retenue en otage...

Message par Marcorèle le Jeu 8 Déc 2011 - 1:17


PROJET D’ANIMATION PASTORALE ECOLE NOTRE DAME DE CADEROT


« La personne de chacun, dans ses besoins matériels et spirituels, est au centre de l’enseignement de Jésus : c’est pour cela que la promotion de la personne humaine est le but de l’école catholique » Jean Paul 2.

Trois orientations sont développées :

1/ Un lieu de vie animé par un esprit évangélique au quotidien.

2/ Une culture religieuse.

3/ Une proposition de la foi.

1. Un lieu de vie animé par un esprit évangélique au quotidien.


A/ En se montrant attentif à la personne humaine par la sollicitude portée à chacun des membres de la communauté éducative. En montrant que chacun est utile à la bonne marche de l’ensemble.

Cela se traduit dans le climat, l’accueil, la relation dans le quotidien, l’attention aux personnes, la bienveillance, la circulation de la parole, le service, le règlement, la relation aux parents, aux personnes extérieures.


B/ En croyant au devenir de l’élève, en son grandissement. En montrant que les conflits ne se règlent pas par l’agressivité.


Cela se traduit dans la classe dans la relation avec les élèves, entre élèves, dans l’apprentissage, l’évaluation, la gestion du temps et de l’espace. Dans la circulation de la parole, la gestion de la différence, de l’erreur, de l’échec.

C/ En sanctionnant l’acte, pas la personne, en étant juste. La sanction doit être éducative, faire grandir.


Cela se traduit dans le regard porté sur les élèves, lors des surveillances : récréation, cantine, étude, dans le rapport à la loi, à la sanction.

D/ En rencontrant des témoins, des associations, en montrant qu’on peut s’engager sur la durée au service des autres et de manière réfléchie.

Cela se traduit par les liens tissés avec la Paroisse, avec des associations, et lors d’actions de solidarité en faveur des plus défavorisés, proches de nous ou plus lointains (une au moins par année).

Ils sont un peu sortis du projet là, non ? Laughing
http://www.notredamedecaderot.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=17&Itemid=15

Marcorèle
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un stagiaire débordé, des parents révoltés et une directrice retenue en otage...

Message par arcenciel le Jeu 8 Déc 2011 - 7:35

Tout à fait d'accord avec Cripure!
L'administration n' a pas fait son boulot! La directrice aurait du demander à l'inspecteur de venir voir ce stagiaire si c'était si problématique...
Oui, des enfants de 8 ans peuvent te bordéliser une classe! Et ZEP ou pas ZEP!
Et écoeurée que le nom de ce stagiaire soit divulgué! C'est inadmissible! La séquestration idem!

arcenciel
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un stagiaire débordé, des parents révoltés et une directrice retenue en otage...

Message par Invité le Jeu 8 Déc 2011 - 8:19

Dites, il n'y a pas déjà eu au moins un autre cas de stagiaire "viré" par les parents, il y a un ou deux ans? il me semble que c'est arrivé à une jeune femme, mais je ne me rappelle plus si c'était dans le public ou le privé.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un stagiaire débordé, des parents révoltés et une directrice retenue en otage...

Message par Ajupouet le Jeu 8 Déc 2011 - 8:25

Je vais juste relater ici mon expérience perso sur un cas franchement similaire. Heureusement pour moi, j'étais la gentille remplaçante qui arrivait après le grand méchant prof.C'était il y a peu, au collège de trifouilly-les-cocotiers. Ce qu'on a reproché au collègue? trop sévère, élèves en pleurs, punitions excessives, moyenne de classe à 3/20.
Les parents sont montés au crénau, sans prise d'otage. Je ne sais pas exactement ce qu'ils ont fait, mais "la hierarchie" est intervenue en 2 mois, avec une mutation dudit prof, qu'il a refusé.
Au final il a été condamné, et a perdu son poste puisqu'il ne s'est pas rendu à sa nouvelle affectation.

Alors quoi? est-ce qu'on doit faire en sorte que la moyenne de classe soit toujours entre 8 et 12, même si on ne fait pas le programme?
Ou alors on met 3 si les élèves valent 3 et n'en fichent pas une?

J'ai été parachutée là, comme maitre auxiliaire avec une petite explication sur le "contexte particulier du poste". C'était mon premier poste devant une classe, je n'ai eu aucun problème particulier cette année là, les parents m'ont laissé faire mon boulot sans m'embêter, ma hierarchie n'a jamais contesté les notes que je mettais ni fixé une moyenne minimale à ne pas mettre pour la classe, et les gamins n'étaient ni des lumières ni des zéros, encore moins des caractériels irrespectueux.

Pour que mon prédecesseur (titulaire) ait été muté si vite, il devait certainement y avoir un réel problème.
Et les parents on usé de toute leur force de persuasion pour faire bouger les choses, ce qu'on ne fait pas sans bonne raison. (a mon humble avis, menace de régler le problème à coup de fusil si le prof remettait les pieds dans le collège)

Bref, le cas qui motive cette discussion ne sera ni le premier ni le dernier. Et je crois que si effectivement en cas de problème sérieux l'EN pouvait réagir vite et efficacement (la mutation est elle une solution?) alors les parents n'en arriveraient pas à de telles extrémités.

Courage au pauvre stagiaire a qui cela arrive, courage aussi au remplaçant qui va être surveillé comme jamais dans sa vie et qui a tout intérêt à assurer.

Ajupouet

_________________
Enfants, adolescents, adultes : il n'est jamais trop tard pour restaurer son geste d'écriture.
www.sos-ecriture.fr   - Facebook

Ajupouet
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un stagiaire débordé, des parents révoltés et une directrice retenue en otage...

Message par Jane le Jeu 8 Déc 2011 - 9:13

L'Etat doit protéger ses agents : la protection fonctionnelle des agents publics de l'Etat

La circulaire B8 n°2158 du 5 mai 2008 établie par la Direction générale de l'administration et de la fonction publique du Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique, précise et modernise les conditions dans lesquelles s'applique la Protection Fonctionnelle des agents publics de l'Etat. L'Etat a le devoir de les protéger, mais aussi de mener des actions de prévention et de soutien.

La Protection Fonctionnelle des agents

L'administration a l'obligation légale de protéger ses agents contre les attaques dont ils peuvent faire l'objet dans l'exercice de leurs fonctions. Une circulaire rappelle les règles de protection des fonctionnaires et invite les administrations à des actions de prévention et de soutien.

La circulaire précise dans quelles conditions les agents publics seront désormais protégés, d'une part contre les attaques et violences, d'autre part contre les mises en cause civiles et pénales dont ils peuvent être victimes dans l'exercice de leurs fonctions.

La protection fonctionnelle inhérente au statut général des fonctionnaires.

La protection fonctionnelle des agents publics découle d'un principe posé par le statut général des fonctionnaires (article 11).

Une protection accordée face à plusieurs types de mise en cause dans l'exercice des fonctions :

- elle intervient en cas d'attaques : menaces (physiques, verbales ou écrites), violences, injures, diffamations…
- elle intervient en cas de mise en cause judiciaire, toujours bien entendu dans l'exercice des fonctions, soit au civil, soit au pénal.

Et pendant ce temps, hein, que fait notre ministre ?

Jane
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un stagiaire débordé, des parents révoltés et une directrice retenue en otage...

Message par grandesvacances le Jeu 8 Déc 2011 - 9:38

"PROJET D’ANIMATION PASTORALE ECOLE NOTRE DAME DE CADEROT"


Où l'on voit qu'un projet d'établissement se résume souvent à du blabla déconnecté de la réalité... lol!

grandesvacances
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un stagiaire débordé, des parents révoltés et une directrice retenue en otage...

Message par Odalisq le Jeu 8 Déc 2011 - 11:42

C'est proprement inadmissible! vous aimeriez vous être retenus dans votre collège parce qu'il y a quelque chose qui indigne les parents? Non mais franchement où va-t-on?
Et puis quand je lis la réaction de certains qui disent que c'est sûr c'est pas bien mais en même temps il faut comprendre les parents! ... mon sang ne fait qu'un tour! ça reste du terrorisme la séquestration d'individus.

_________________
"There is nothing like staying at home for real comfort." Jane Austen

Odalisq
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un stagiaire débordé, des parents révoltés et une directrice retenue en otage...

Message par mimile le Jeu 8 Déc 2011 - 12:29

Lorica a écrit:Dites, il n'y a pas déjà eu au moins un autre cas de stagiaire "viré" par les parents, il y a un ou deux ans? il me semble que c'est arrivé à une jeune femme, mais je ne me rappelle plus si c'était dans le public ou le privé.

si, l'an passé et il me semble que c'était dans le primaire en public cette fois.

mimile
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un stagiaire débordé, des parents révoltés et une directrice retenue en otage...

Message par Pili le Jeu 8 Déc 2011 - 13:08

@Odalisq a écrit:C'est proprement inadmissible! vous aimeriez vous être retenus dans votre collège parce qu'il y a quelque chose qui indigne les parents? Non mais franchement où va-t-on?
Et puis quand je lis la réaction de certains qui disent que c'est sûr c'est pas bien mais en même temps il faut comprendre les parents! ... mon sang ne fait qu'un tour! ça reste du terrorisme la séquestration d'individus.

Pourquoi tant de colère ?Est-on certain qu'il s'agisse d'une séquestration? La directrice ne semble pas perturbée Very Happy

Pili
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un stagiaire débordé, des parents révoltés et une directrice retenue en otage...

Message par V.Marchais le Jeu 8 Déc 2011 - 13:47

Je n'ai pas tout lu - 15 pages ! - mais j'ai envie de dire deux choses (pardon pour les éventuelles redites).

D'abord, ce n'est pas la peine de s'écharper sur les compétences supposées du collègue stagiaire : on n'en sait tout simplement rien.

Quoi qu'il en soit, il est ahurissant de voir notre administration faire droit à des parents qui agissent précisément contre le droit, et refuser au collègue la protection qui lui est due. Là, on parle de choses concrètes et avérées. Ce précédent est très grave. À quoi les parents, dont on connaît déjà bien des excès, se sentiront-ils fondés, après cela ? C'est la première chose qui m'interpelle, dans cette histoire.

Pour en revenir au collègue, il est possible qu'il ait merdé, je n'en sais rien, personne n'en sait rien.
Je me souviens que j'ai bien failli ne jamais être titularisée tant mes prises de position heurtaient mes formateurs IUFM.
Je me souviens que mes premiers cours ont été un cauchemar, avec les élèves hurlant (et pas qu'un peu), debout sur les tables. Mais moi j'ai eu des collègues top et une principale sans faille.
Je me souviens que j'ai fait des cours de merde, perdue au milieu des injonctions contradictoires et mes propres questionnements, les trois quarts de mon énergie consacrés à "tenir mes classes".

Aujourd'hui, ça roule, je m'amuse en classe, j'ai d'excellents retours des parents, j'écris des bouquins, j'aide un peu les autres, et si je le voulais, je pourrais bien me monter le bourrichon en me drapant de "déesse de la grammaire" ou autres qualificatifs émanant de collègues (bon, d'accord, y a aussi eu fascho, moins glorieux).

Entre les deux, que s'est-il passé ? On m'a fait confiance, on m'a aidée, on m'a laissé le temps.

Tout ce qu'on refuse aujourd'hui aux stagiaires.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un stagiaire débordé, des parents révoltés et une directrice retenue en otage...

Message par mimile le Jeu 8 Déc 2011 - 13:49

véro, veneration

mimile
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un stagiaire débordé, des parents révoltés et une directrice retenue en otage...

Message par roxanne le Jeu 8 Déc 2011 - 13:53

C'est vrai que mes débuts comme vacataire non formée n'étaient pas glorieux,bon comme j'étais en lp, les parents s'en foutaient sûrement et des collègues m'ont aidée et je pense aujourd'hui être à ma place dans une salle de classe.

roxanne
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un stagiaire débordé, des parents révoltés et une directrice retenue en otage...

Message par V.Marchais le Jeu 8 Déc 2011 - 13:56

Après, ça existe, des collègues qui ne sont manifestement pas faits pour ça. Ils sont souvent en souffrance, parfois aussi dans le déni (une dans mon établissement actuel, par exemple), et embarrassent tout le monde.
Mais concernant un stagiaire, il est trop tôt pour en juger. Et la manière dont on le traite est proprement abjecte.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un stagiaire débordé, des parents révoltés et une directrice retenue en otage...

Message par Condorcet le Jeu 8 Déc 2011 - 14:08

@mimile a écrit:véro, veneration

+ 1000.

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un stagiaire débordé, des parents révoltés et une directrice retenue en otage...

Message par victor44 le Jeu 8 Déc 2011 - 15:08

@V.Marchais a écrit:Quoi qu'il en soit, il est ahurissant de voir notre administration faire droit à des parents qui agissent précisément contre le droit, et refuser au collègue la protection qui lui est due. Là, on parle de choses concrètes et avérées. Ce précédent est très grave. À quoi les parents, dont on connaît déjà bien des excès, se sentiront-ils fondés, après cela ? C'est la première chose qui m'interpelle, dans cette histoire.


C'est tout le problème de notre chère école, elle ne statut jamais en droit mais en fonction de qui crie le plus fort.
Les parent désormais connaissent mieux leur droits (cf livre de valérie piau) et donc sont d'autant plus vindicatifs quand l'institution ne fait respecter ces textes. On ne peut exiger le respect du droit pour les enseignants et le refuser aux parents (et aux élèves)

Le collègue stagiaire a peut être croisé un autre enseignant qui lui a conseillé de mettre dans le couloir sans surveillance où d'utiliser des punitions illégales. Toujours est-il que lorsqu'on lui dit (la directrice de l'école en l'occurence) qu'il faut qu'il modifie ses pratiques, il serait intéressant qu'il écoute.

Le ramdam provoqué par l'occupation laisse à penser que la directrice (complice dans cette mascarade de prise d'otage) a failli dans ses missions de conseil car elle a délibérément mis la collègue stagiaire dans une situation impossible et ceci est absolument inacceptable.

victor44
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un stagiaire débordé, des parents révoltés et une directrice retenue en otage...

Message par ysabel le Jeu 8 Déc 2011 - 16:44

@Odalisq a écrit:C'est proprement inadmissible! vous aimeriez vous être retenus dans votre collège parce qu'il y a quelque chose qui indigne les parents? Non mais franchement où va-t-on?
Et puis quand je lis la réaction de certains qui disent que c'est sûr c'est pas bien mais en même temps il faut comprendre les parents! ... mon sang ne fait qu'un tour! ça reste du terrorisme la séquestration d'individus.

Qu'ils essaient... Twisted Evil

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)

ysabel
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un stagiaire débordé, des parents révoltés et une directrice retenue en otage...

Message par Crazy Cow le Jeu 8 Déc 2011 - 16:53

@V.Marchais a écrit:Je n'ai pas tout lu - 15 pages ! - mais j'ai envie de dire deux choses (pardon pour les éventuelles redites).

D'abord, ce n'est pas la peine de s'écharper sur les compétences supposées du collègue stagiaire : on n'en sait tout simplement rien.

Quoi qu'il en soit, il est ahurissant de voir notre administration faire droit à des parents qui agissent précisément contre le droit, et refuser au collègue la protection qui lui est due. Là, on parle de choses concrètes et avérées. Ce précédent est très grave. À quoi les parents, dont on connaît déjà bien des excès, se sentiront-ils fondés, après cela ? C'est la première chose qui m'interpelle, dans cette histoire.

Pour en revenir au collègue, il est possible qu'il ait merdé, je n'en sais rien, personne n'en sait rien.
Je me souviens que j'ai bien failli ne jamais être titularisée tant mes prises de position heurtaient mes formateurs IUFM.
Je me souviens que mes premiers cours ont été un cauchemar, avec les élèves hurlant (et pas qu'un peu), debout sur les tables. Mais moi j'ai eu des collègues top et une principale sans faille.
Je me souviens que j'ai fait des cours de merde, perdue au milieu des injonctions contradictoires et mes propres questionnements, les trois quarts de mon énergie consacrés à "tenir mes classes".

Aujourd'hui, ça roule, je m'amuse en classe, j'ai d'excellents retours des parents, j'écris des bouquins, j'aide un peu les autres, et si je le voulais, je pourrais bien me monter le bourrichon en me drapant de "déesse de la grammaire" ou autres qualificatifs émanant de collègues (bon, d'accord, y a aussi eu fascho, moins glorieux).

Entre les deux, que s'est-il passé ? On m'a fait confiance, on m'a aidée, on m'a laissé le temps.

Tout ce qu'on refuse aujourd'hui aux stagiaires.

+1000!! veneration

_________________
We should never allow our fears or the expectations of others to set the frontiers of our destiny.

Crazy Cow
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un stagiaire débordé, des parents révoltés et une directrice retenue en otage...

Message par littlemary le Jeu 8 Déc 2011 - 16:55

@ysabel a écrit:
@Odalisq a écrit:C'est proprement inadmissible! vous aimeriez vous être retenus dans votre collège parce qu'il y a quelque chose qui indigne les parents? Non mais franchement où va-t-on?
Et puis quand je lis la réaction de certains qui disent que c'est sûr c'est pas bien mais en même temps il faut comprendre les parents! ... mon sang ne fait qu'un tour! ça reste du terrorisme la séquestration d'individus.

Qu'ils essaient... Twisted Evil

Moi je ferais bien une soirée pyjama avec certains de mes collègues ! Razz

littlemary
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un stagiaire débordé, des parents révoltés et une directrice retenue en otage...

Message par gelsomina31 le Jeu 8 Déc 2011 - 17:07

@V.Marchais a écrit: (...)
Je me souviens que j'ai bien failli ne jamais être titularisée tant mes prises de position heurtaient mes formateurs IUFM.
Je me souviens que mes premiers cours ont été un cauchemar, avec les élèves hurlant (et pas qu'un peu), debout sur les tables. Mais moi j'ai eu des collègues top et une principale sans faille.
Je me souviens que j'ai fait des cours de merde, perdue au milieu des injonctions contradictoires et mes propres questionnements, les trois quarts de mon énergie consacrés à "tenir mes classes".

Aujourd'hui, ça roule, je m'amuse en classe, j'ai d'excellents retours des parents, j'écris des bouquins, j'aide un peu les autres, et si je le voulais, je pourrais bien me monter le bourrichon en me drapant de "déesse de la grammaire" ou autres qualificatifs émanant de collègues (bon, d'accord, y a aussi eu fascho, moins glorieux).

Entre les deux, que s'est-il passé ? On m'a fait confiance, on m'a aidée, on m'a laissé le temps.

Tout ce qu'on refuse aujourd'hui aux stagiaires.

Merci Véro pour ce témoignage qui fait du bien en cette période où à la moindre défaillance la hiérarchie cherche à nous débarquer.

gelsomina31
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un stagiaire débordé, des parents révoltés et une directrice retenue en otage...

Message par micaschiste le Jeu 8 Déc 2011 - 17:39

@gelsomina31 a écrit:
@V.Marchais a écrit: (...)
Je me souviens que j'ai bien failli ne jamais être titularisée tant mes prises de position heurtaient mes formateurs IUFM.
Je me souviens que mes premiers cours ont été un cauchemar, avec les élèves hurlant (et pas qu'un peu), debout sur les tables. Mais moi j'ai eu des collègues top et une principale sans faille.
Je me souviens que j'ai fait des cours de merde, perdue au milieu des injonctions contradictoires et mes propres questionnements, les trois quarts de mon énergie consacrés à "tenir mes classes".

Aujourd'hui, ça roule, je m'amuse en classe, j'ai d'excellents retours des parents, j'écris des bouquins, j'aide un peu les autres, et si je le voulais, je pourrais bien me monter le bourrichon en me drapant de "déesse de la grammaire" ou autres qualificatifs émanant de collègues (bon, d'accord, y a aussi eu fascho, moins glorieux).

Entre les deux, que s'est-il passé ? On m'a fait confiance, on m'a aidée, on m'a laissé le temps.

Tout ce qu'on refuse aujourd'hui aux stagiaires.

Merci Véro pour ce témoignage qui fait du bien en cette période où à la moindre défaillance la hiérarchie cherche à nous débarquer.

+1000000

micaschiste
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un stagiaire débordé, des parents révoltés et une directrice retenue en otage...

Message par A Tuin le Jeu 8 Déc 2011 - 18:45

@V.Marchais a écrit:Quoi qu'il en soit, il est ahurissant de voir notre administration faire droit à des parents qui agissent précisément contre le droit, et refuser au collègue la protection qui lui est due. Là, on parle de choses concrètes et avérées. Ce précédent est très grave. À quoi les parents, dont on connaît déjà bien des excès, se sentiront-ils fondés, après cela ? C'est la première chose qui m'interpelle, dans cette histoire.

Pour en revenir au collègue, il est possible qu'il ait merdé, je n'en sais rien, personne n'en sait rien.
Je me souviens que j'ai bien failli ne jamais être titularisée tant mes prises de position heurtaient mes formateurs IUFM.
Je me souviens que mes premiers cours ont été un cauchemar, avec les élèves hurlant (et pas qu'un peu), debout sur les tables. Mais moi j'ai eu des collègues top et une principale sans faille.


Entre les deux, que s'est-il passé ? On m'a fait confiance, on m'a aidée, on m'a laissé le temps.

Tout ce qu'on refuse aujourd'hui aux stagiaires.

Je suis totalement d'accord.
Ce qui me fait peur dans l'histoire, c'est qu'au fond ce genre de situation peut faire écho à chacun de nous : qui sait si moi, toi, quelqu'un d'autre, un jour peut-être, ne sera pas mis au pilori ainsi, simplement parce qu'il ne plaît pas, ou qu'il est tombé sur des directions pourries, des carriéristes, ou sur une classe bien pourrie ? On ne peut pas savoir. J'en connais plein qui se sont fait emmerder parce qu'ils arrivaient dans un établissement et qu'ils dérangeaient, parce qu'ils étaient en stage et qu'ils dérangeaient, etc. Et chaque fois des gens normaux voire même particulièrement méritants dès lors qu'on s'attarde sur leurs parcours respectifs :souvent des gens qui en ont bien chié avant, soit pour avoir leur concours, soit pour les déplacements occasionnés par les mutations, soit parce qu'ils faisaient des cours nickels. Et bien ça ne suffit pas à avoir la paix. Il faut toujours des têtes de turc pour la hiérarchie. La "constante macabre", comme ils nous ont expliqué l'année d'IUFM. Ça m'a marquée et choquée cette expression. La constante macabre à respecter. Tant pis si ça tombe une année où il n'y a que des compétents, il faut néanmoins une tête ou plusieurs à faire tomber. Un quota. C'est révoltant.

Ce qui me gène c'est ce sentiment que la hiérarchie est dans l'impunité pour faire n'importe quoi, ce sentiment qu'on n'est pas au courant de nos droits et qu'on ne peut pas se protéger comme il faut par rapport à si on travaillait dans le secteur privé. J'ai travaillé avant dans le secteur privé et je n'ai jamais ressenti ce climat malsain qu'il y a au sein de cette institution sensée dépendre de l'Etat. Et dans les cas où il se passait des choses malsaines ou incorrectes, les salariés avaient les moyens d'agir, que les enseignants n'ont pas. Preuve en est cette médiatisation à tout va, voyeuriste au possible, que font les médias au sujet des professeurs. Pourquoi ne parler que de ce type de fonctionnaire, sachant qu'il y en a des cargaisons qui bossent dans des bureaux, pour ce qui est des impôts, de ci ou de ça, et qui n'en fichent pas une rame pour certains ? Ce n'est pas le même niveau de responsabilité ni d'exposition pourtant. Si on compare les deux le fait d'enseigner n'est vraiment pas si simple à l'heure actuelle je trouve. C'est un vrai métier, or ce constat est totalement éludé à l'heure actuelle.

A Tuin
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un stagiaire débordé, des parents révoltés et une directrice retenue en otage...

Message par gelsomina31 le Jeu 8 Déc 2011 - 19:02

@A Tuin a écrit:
@V.Marchais a écrit:Quoi qu'il en soit, il est ahurissant de voir notre administration faire droit à des parents qui agissent précisément contre le droit, et refuser au collègue la protection qui lui est due. Là, on parle de choses concrètes et avérées. Ce précédent est très grave. À quoi les parents, dont on connaît déjà bien des excès, se sentiront-ils fondés, après cela ? C'est la première chose qui m'interpelle, dans cette histoire.

Pour en revenir au collègue, il est possible qu'il ait merdé, je n'en sais rien, personne n'en sait rien.
Je me souviens que j'ai bien failli ne jamais être titularisée tant mes prises de position heurtaient mes formateurs IUFM.
Je me souviens que mes premiers cours ont été un cauchemar, avec les élèves hurlant (et pas qu'un peu), debout sur les tables. Mais moi j'ai eu des collègues top et une principale sans faille.


Entre les deux, que s'est-il passé ? On m'a fait confiance, on m'a aidée, on m'a laissé le temps.

Tout ce qu'on refuse aujourd'hui aux stagiaires.

Je suis totalement d'accord.
Ce qui me fait peur dans l'histoire, c'est qu'au fond ce genre de situation peut faire écho à chacun de nous : qui sait si moi, toi, quelqu'un d'autre, un jour peut-être, ne sera pas mis au pilori ainsi, simplement parce qu'il ne plaît pas, ou qu'il est tombé sur des directions pourries, des carriéristes, ou sur une classe bien pourrie ? On ne peut pas savoir. J'en connais plein qui se sont fait emmerder parce qu'ils arrivaient dans un établissement et qu'ils dérangeaient, parce qu'ils étaient en stage et qu'ils dérangeaient, etc. Et chaque fois des gens normaux voire même particulièrement méritants dès lors qu'on s'attarde sur leurs parcours respectifs :souvent des gens qui en ont bien chié avant, soit pour avoir leur concours, soit pour les déplacements occasionnés par les mutations, soit parce qu'ils faisaient des cours nickels. Et bien ça ne suffit pas à avoir la paix. Il faut toujours des têtes de turc pour la hiérarchie. La "constante macabre", comme ils nous ont expliqué l'année d'IUFM. Ça m'a marquée et choquée cette expression. La constante macabre à respecter. Tant pis si ça tombe une année où il n'y a que des compétents, il faut néanmoins une tête ou plusieurs à faire tomber. Un quota. C'est révoltant.

Ce qui me gène c'est ce sentiment que la hiérarchie est dans l'impunité pour faire n'importe quoi, ce sentiment qu'on n'est pas au courant de nos droits et qu'on ne peut pas se protéger comme il faut par rapport à si on travaillait dans le secteur privé. J'ai travaillé avant dans le secteur privé et je n'ai jamais ressenti ce climat malsain qu'il y a au sein de cette institution sensée dépendre de l'Etat. Et dans les cas où il se passait des choses malsaines ou incorrectes, les salariés avaient les moyens d'agir, que les enseignants n'ont pas. Preuve en est cette médiatisation à tout va, voyeuriste au possible, que font les médias au sujet des professeurs. Pourquoi ne parler que de ce type de fonctionnaire, sachant qu'il y en a des cargaisons qui bossent dans des bureaux, pour ce qui est des impôts, de ci ou de ça, et qui n'en fichent pas une rame pour certains ? Ce n'est pas le même niveau de responsabilité ni d'exposition pourtant. Si on compare les deux le fait d'enseigner n'est vraiment pas si simple à l'heure actuelle je trouve. C'est un vrai métier, or ce constat est totalement éludé à l'heure actuelle.

Rien à ajouter!

gelsomina31
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Page 9 sur 11 Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum