"Dynamisation de carrière" des enseignants belges : les négociations tournent court.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Dynamisation de carrière" des enseignants belges : les négociations tournent court.

Message par John le Ven 9 Déc 2011 - 11:38

Les syndicats quittent la table des négociations

Le front commun syndical vient d’annoncer son refus de continuer à négocier au sein du groupe de travail « Dynamisation de la carrière ». Dans une lettre ouverte adressée au gouvernement, et sobrement intitulée « Merci Saint Nicolas », il accuse l’exécutif communautaire de vouloir s’asseoir sur les promesses faites aux enseignants, au lendemain de la grève du 5 mai 2011. « A plusieurs reprises, lors des négociations (…) nous vous avons rappelé notre opposition à toute mesure de réduction des possibilités d’aménagement de fin de carrière. »
La contrainte budgétaire encore invoquée

Oui, mais voilà… le gouvernement est sur la paille… et l’a fait savoir ce mardi en Commission éducation du parlement de la Communauté française. Il y aurait été dit qu’en ce qui concerne l’aménagement des fins de carrières des enseignants, « ici, plus encore qu’ailleurs, la contrainte budgétaire sera déterminante ». Pour les syndicats, c’est la confirmation qu’il ne sert plus à rien de discuter puisqu’aucun moyen nouveau ne pourra plus être consacré à la réflexion en cours. Rappelons que c’est ce groupe qui vient récemment d’accoucher des nouvelles normes du nombre d’élèves par classe.
Les attentes des enseignants restent grandes

Nous avons assisté ce mardi 6 décembre aux travaux de la Commission Education du Parlement et avons ainsi eu confirmation de votre volonté politique de modifier en ce sens le régime actuel des Disponibilités Précédant la Pension de Retraite. En renforçant ainsi la pénibilité de leur métier, quel beau cadeau de Saint-Nicolas vous faites là aux enseignants !

Pour les syndicats, à l’heure où sont annoncées des mesures fédérales entraînant un allongement de la carrière (de 60 à 62 ans), des aménagements de celle-ci sont d’autant plus nécessaires pour permettre aux enseignants d’exercer leur profession dans des conditions décentes, au profit des élèves qui leur sont confiés.

Nous espérions pouvoir en débattre au sein du groupe de travail « Dynamisation de la carrière » instauré en début de cette année scolaire. A chacune des réunions de ce groupe, nous avons rappelé que les attentes des enseignants en la matière étaient très grandes.

Et Pascal Chardome (CGSP) d’ajouter : « On ne demandait pas la lune. On a montré qu’avec peu de moyens supplémentaires, on pouvait avoir un accord sur le nombre d’élèves par classe. Mais ici, on nous dit que ce ne sera rien du tout. Alors, on arrête de jouer dans ce jeu de dupes ! »1

ll nous semble inutile et illusoire d’attendre, dans ces conditions, de réelles avancées pour l’accueil et l’accompagnement des jeunes enseignants, pour la réorientation et l’aménagement de la carrière des professeurs chevronnés.

L’impossible (impayable?) tutorat!

Les syndicats souhaitaient la mise en place du tutorat qui aurait eu le double avantage de décharger les enseignants les plus expérimentés d’une partie de leurs heures devant les élèves tout en épaulant un jeune collègue fraîchement diplômé. «Mais on nous répond aujourd’hui que la proposition sur la table serait plutôt de mettre en place ce tutorat avec des enseignants pensionnés qui reviendraient quelques heures à l’école», dit Pascal Chardome. Difficile à imaginer… Combien seraient-ils à vouloir reprendre le collier? Le gouvernement envisage-t-il que ces professeurs retraités soient bénévoles? Tout cela prête à sourire.

En attendant, les syndicats sont furieux! Et ce refus de continuer à discuter de l’amélioration des pratiques de travail dans l’enseignement pourrait être étendu à leur participations aux autres groupes de travail, sur la réforme des statuts, des titres et des fonctions ou la lutte contre l’échec scolaire, par exemple.

Nous réclamons du gouvernement qu’il prouve sa volonté, affirmée le 26 mai dernier, d’améliorer les conditions d’exercice du métier en affectant à ce groupe le budget nécessaire à la mise en place de mesures concrètes et rapides.

Reste à attendre ce que répondra le gouvernement.2

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum