Dans Libération, Philippe Meirieu s'emporte contre "l'école transformée en machine à désintégrer".

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Dans Libération, Philippe Meirieu s'emporte contre "l'école transformée en machine à désintégrer".

Message par Bouletbille le Ven 9 Déc 2011 - 22:22

Meirieu : quand on a participé à la désintégration, il n'est plus le temps de venir chialer !
Le marché qui investit tous les domaines de la société (éducation incluse) d'un côté (libéral-), la destruction des "valeurs" de l'autre (-libertaire)...
En réalité, pas d'opposition...une alliance des libéraux et des libertaires. Ita missa est...
Maintenant, on (ceux qui se sentent encore concernés) se bouge et on remet en cause tout cela !

Bouletbille
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans Libération, Philippe Meirieu s'emporte contre "l'école transformée en machine à désintégrer".

Message par Aevin le Ven 9 Déc 2011 - 22:22

@Y@nn a écrit:ghi, qu'est-ce qui est décevant ? Meirieu ne s'est jamais opposé à la transmission des savoirs. Il faudrait le lire avant de crier au loup et au lieu de s'appuyer sur deux ou trois interviews ressassés ad nauseam. Et puis, je le redis, on peut bien penser ce que l'on veut de Meirieu (m'en fous), mais le diagnostic qu'il fait est intéressant. Malheureusement, c'est le dada de deux ou trois réacs qui, dès qu'ils entendent son nom, entonnent la même antienne "Bouh ! le méchant pédagogo responsable de tous nos maux".
et encore un +1 Very Happy

_________________
Automate - et fier de l'être  Wink

"Well, the travelling teachers do come through every few months," said the Baron.
"Yes, sir, I know sir, and they're useless. They teach facts, not understanding. It's like teaching people about forests by showing them a saw. I want a proper school, sir, to teach reading an writing, and most of all thinking, sir [...]"
Terry Pratchett - I Shall Wear Midnight

... und wer Fehler findet, kann sie behalten!

Aevin
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans Libération, Philippe Meirieu s'emporte contre "l'école transformée en machine à désintégrer".

Message par kp le Ven 9 Déc 2011 - 22:23

@John a écrit:Personnellement, j'aimerais bien que si le fond est réellement argumenté, la forme ne verse pas dans la stupidité outrancière des "hordes d'ignares" et du "beaujolisé".
J'ai étayé, il me semble.

kp
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans Libération, Philippe Meirieu s'emporte contre "l'école transformée en machine à désintégrer".

Message par Nielsen Rika Bell le Sam 10 Déc 2011 - 0:28

@Aevin a écrit:
@Y@nn a écrit:ghi, qu'est-ce qui est décevant ? Meirieu ne s'est jamais opposé à la transmission des savoirs. Il faudrait le lire avant de crier au loup et au lieu de s'appuyer sur deux ou trois interviews ressassés ad nauseam. Et puis, je le redis, on peut bien penser ce que l'on veut de Meirieu (m'en fous), mais le diagnostic qu'il fait est intéressant. Malheureusement, c'est le dada de deux ou trois réacs qui, dès qu'ils entendent son nom, entonnent la même antienne "Bouh ! le méchant pédagogo responsable de tous nos maux".
et encore un +1 Very Happy

Tout à fait. Le diagnostic est "intéressant".

Mais je ne crois pas que le remède soit le bon.

_________________
Parlons éducation... il me vient encore quelques élèves normaux... certes!... jamais vous pouvez vous vanter d'être absolument sans normaux!... non! un de temps à autre... bon!... je les instruis... pas plus mal que les autres professeurs... pas mieux... pédagogue, je suis! oh! très pédagogue! et très scrupuleux!... jamais une séance de chic!... jamais un cours fantaisiste!... depuis trente et cinq années, jamais une pédagogie drôlette!... pas que je me tienne pas au courant!... que si! que si!... je lis à fond tous les cahiers pédagogiques, les sciences de l'éducation... deux, trois kilos par semaine!... au feu! au feu le tout! c'est pas moi qui serai inquiété pour "instruction à la légère"!...

Nielsen Rika Bell
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans Libération, Philippe Meirieu s'emporte contre "l'école transformée en machine à désintégrer".

Message par Abraxas le Sam 10 Déc 2011 - 6:47

Ah, "promouvoir l’entraide entre élèves et le suivi personnel dans des groupes solidaires"…
C'est beau…
Pensez que vous l'aurez peut-être comme ministre… Loi de Murphy…

Abraxas
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans Libération, Philippe Meirieu s'emporte contre "l'école transformée en machine à désintégrer".

Message par Celadon le Sam 10 Déc 2011 - 7:37

Pas moi ! Very Happy yesyes Enlevementalien :aab: aaf aag

Celadon
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans Libération, Philippe Meirieu s'emporte contre "l'école transformée en machine à désintégrer".

Message par doublecasquette le Sam 10 Déc 2011 - 8:05

@Celadon a écrit:Pas moi ! Very Happy yesyes Enlevementalien :aab: aaf aag

Tricheuse !

Et pense comme tu vas t'ennuyer sur Néo quand nous serons tous là à nous plaindre de notre épuisement à force de chercher des projets fédérateurs permettant aux apprenants de mobiliser leur ambition culturelle au sein de groupes solidaires dans lesquels l'entraide et la solidarité jouent un rôle déterminant...

Et nous, Monsieur Meirieu, que nous restera-t-il dans ce généreux projet à part les rôles ingrats d'évaluateurs, d'étiqueteurs et de remédiateurs que vous critiquez tant ?

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans Libération, Philippe Meirieu s'emporte contre "l'école transformée en machine à désintégrer".

Message par Celadon le Sam 10 Déc 2011 - 8:53

Je serai toujours là à vous écouter, DC ! Rolling Eyes

Celadon
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans Libération, Philippe Meirieu s'emporte contre "l'école transformée en machine à désintégrer".

Message par républicain78 le Sam 10 Déc 2011 - 9:36

je vous invite à lire sur agoravox le billet sur le retour de CLAUDE ALLEGRE

républicain78
Je viens de m'inscrire !


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans Libération, Philippe Meirieu s'emporte contre "l'école transformée en machine à désintégrer".

Message par Hannibal le Sam 10 Déc 2011 - 10:51

Longtemps, la métaphore médicale a joué un rôle critique en éducation. En 1967, les enfants de Barbiana écrivaient dans leur «Lettre à une maîtresse d’école» que «l’école se comport[ait] comme un hôpital qui soignerait les bien portants et exclurait les malades».

Faut exclure les "bien-portants ? "

A l’école, ce modèle s’est rapidement banalisé : il ne s’agit plus de créer un milieu équilibré et structurant, de provoquer des rencontres fécondes, de stimuler l’attention et de mobiliser l’intelligence…
L'école n'a jamais été la famille.

On investit l’essentiel de notre énergie à repérer les dysfonctionnements et à intervenir au plus tôt par la médication spécialisée. C’est ainsi que l’on rabat la notion de «difficulté» (nécessairement issue d’une combinaison de facteurs) sur la notion de «trouble» (évidemment physiologique), que l’on finit par tenir pour quantité négligeable les problèmes sociaux et même par ignorer l’action pédagogique. On en revient finalement à la vieille conception de l’homme-machine : réparer les pannes individuelles plutôt que de créer les conditions du développement collectif. Avec la bénédiction des neurosciences qui apportent - et c’est bien normal - les connaissances qu’elles ont élaborées, en les transformant - et c’est beaucoup moins normal - en système d’interprétation des réalités scolaires.
Ce ne sont pas les profs qui vont chercher des troubles. Ce sont plutôt les familles elles-mêmes qui ont parfois tendance à s'abriter abusivement derrière la dyslexie, l'hyper-activité, la précocité et autres trucs de ce genre.

Mais la médicalisation des difficultés scolaires pourrait voir ses effets pervers limités, voire être utilisée de manière bénéfique dans des cas spécifiques, si elle n’était enrôlée dans un processus à l’œuvre aujourd’hui à grande échelle : la classe est en train de devenir progressivement un lieu où l’on passe son temps à évaluer les élèves pour savoir s’ils ne seraient pas mieux ailleurs. On détecte et on dérive partout, renvoyant les élèves toujours plus loin : de la classe vers l’aide personnalisée, puis vers l’étude dirigée, le soutien scolaire, les cours particuliers, le psychologue et l’orthophoniste, les filières dédiées et les établissements spécialisés, Internet et les camps de vacances-études… L’école n’est plus qu’une gigantesque centrifugeuse construite autour d’un lieu vide - la classe - qui n’intéresse plus personne. Elle tourne sur elle-même en renvoyant les élèves de plus en plus loin, en même temps qu’elle creuse, en son sein, une véritable dépression scolaire.

Là encore, ce sont les familles qui vont chercher le psychologue, l'orthophoniste, le cours particulier etc. - quand la plupart du temps suivre et travailler en classe suffirait largement à l'élève.

Pas étonnant, alors, que l’on sacrifie la formation des enseignants. Plus besoin de pédagogie !
La formation dont parle M.Meirieu n'en a jamais été une, et la seule pédagogie qui s'illustre à l'iufm est fondée sur le chantage à la validation de stage, sans lequel les prétendus formateurs d'iufm prêcheraient devant des salles vides.

Il suffit d’évaluer, de détecter, de dériver de plus en plus d’élèves, de plus en plus vite, de plus en plus tôt. Et ce mouvement prend une telle ampleur qu’il annihile toutes les velléités bienveillantes qui pourraient encore faire, ici ou là, d’une intervention spécifique une aide déterminante. La centrifugeuse tourne trop vite !
Il suffit de voir la bienveillance avec laquelle les formateurs d'iufm guettent le stagiaire qui ne ferait pas semblant de se conformer à leurs petites marottes.

Ainsi, ce qu’on nous présente comme une machine à intégrer est devenu une gigantesque machine à désintégrer.
Comme si l'école était là pour guérir tous les maux de la société... Rêvons toujours.

Quand il faudrait mettre en place des collectifs à taille humaine portés par des équipes d’adultes solidaires, on fait exploser le système en une multitude de professionnels qui «se repassent le bébé».Quand il faudrait promouvoir l’entraide entre élèves et le suivi personnel dans des groupes solidaires, on multiplie les tests et les évaluations de toutes sortes pour faire fonctionner une «usine à gaz» de plus en plus complexe. Quand nous aurions besoin de mobiliser les enfants et les adolescents sur un projet culturel ambitieux pour leur permettre de dépasser leurs difficultés, on les juge, de plus en plus tôt, sur ce qu’ils sont et on les enferme dans leurs symptômes. Quand nous aurions besoin d’une école qui unit, nous voyons émerger sous nos yeux une école qui fragmente, exclut et isole. Il est temps d’inverser le mouvement.

Pour leur permettre de dépasser leurs difficultés, il faudrait accessoirement que les élèves ne crachent pas sur l'aide qui peut leur être apportée et arrêtent de s'enfermer eux-mêmes dans leurs petits symptômes ou leurs problèmes graves ou pas graves, pour accepter d'être traités comme tout le monde. Le présupposé que l'école exclut et isole des élèves qui ne demanderaient pas mieux que de s'y intégrer est malheureusement faux.

Hannibal
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans Libération, Philippe Meirieu s'emporte contre "l'école transformée en machine à désintégrer".

Message par Pseudo le Sam 10 Déc 2011 - 10:58

Je trouve qu'il enfonce des portes ouvertes.
Je serais curieuse de connaître ses préconisations. Ou pas.

Pseudo
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans Libération, Philippe Meirieu s'emporte contre "l'école transformée en machine à désintégrer".

Message par User5899 le Dim 11 Déc 2011 - 17:35

@Y@nn a écrit:"Les hordes d'ignares" ??? Tu veux dire toi et moi ? Feu l'IUFM ne faisait que tisser du lien (tant bien que mal, plutôt mal que bien d'ailleurs) entre le savoir universitaire et le métier qui allait être le nôtre. Le savoir est au cœur de tous les enjeux, et ce n'est pas les derniers propos de Meirieu qui infirmeront mes affirmations.
Bon, pour les IUFM tissant du sens, passons, même si j'ai mis cinq bonnes minutes à reprendre mon souffle après ce qui restera sans doute mon éclat de rire de la semaine. Pour le savoir au coeur des enjeux, ce ne sont pas les derniers propos de Meirieu qui informeront vos propos, sans doute.L'ennui, c'est que ce sont tous ses anciens qui ont créé les conditions dans lesquelles le savoir s'est dilué pour être une étique guirlande de Noël aujourd'hui. Alors bon...
Je trouve l'analyse d'Igniatius supra bien plus pertinente, désolé Smile

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum