Enseignement du fait religieux en école primaire

Page 6 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Enseignement du fait religieux en école primaire

Message par zouz le 4/1/2012, 00:15

Non Rikki, c'est , je te cite :

Absolument pas !
Il n'en est pas question un seul instant.

ce côté catégorique, face à des enfants qui simplement, ont faim...là où je crois comprendre que le plus important, dans l'histoire, pour toi, c'est de ne pas céder à la demande des parents...ben ça me rend triste moi...

zouz
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignement du fait religieux en école primaire

Message par Rikki le 4/1/2012, 00:23

Ah, pardon, la solution, c'est de fournir de la viande hallal ou casher, c'est ça ?

J'avais compris que tu voulais forcer les gamins à manger de la viande toute impure...

Donc, la solution, c'est de leur donner ce qu'ils veulent. La viande hallal, les cours de bio version islamique, la création du monde avec Adam et Eve, l'interdiction des images du Prophète, loué soit son nom, la bâche sur les filles, tout ? Ou bien juste la viande ?

Non, parce que c'est un chouia délicat, ces affaires-là...

_________________
mon site sur l'écriture : www.ecritureparis.fr

Rikki
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignement du fait religieux en école primaire

Message par LouisBarthas le 4/1/2012, 00:25

Entendu l'autre jour dans l'émission "La fabrique de l'histoire", sur France-Culture :
Une fille avait demandé à son père pourquoi il ne jeûnait pas pour Kippour.
<< J'ai assez jeûné pendant la guerre >> avait répondu ce dernier !

_________________
Le véritable ennemi, c'est l'esprit réduit à l'état de gramophone. - George Orwell
Mais leur plus grande félicité vient du continuel orgueil de leur savoir. Eux qui bourrent le cerveau des enfants de pures extravagances. - Erasme

Aller apprendre l'ignorance à l'école, c'est une histoire qui ne s'invente pas ! - Alexandre Vialatte
Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu’elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde ne se défasse. - Albert Camus

LouisBarthas
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignement du fait religieux en école primaire

Message par Condorcet le 4/1/2012, 00:31

@LouisBarthas a écrit:Entendu l'autre jour dans l'émission "La fabrique de l'histoire", sur France-Culture :
Une fille avait demandé à son père pourquoi il ne jeûnait pas pour Kippour.
<< J'ai assez jeûné pendant la guerre >> avait répondu ce dernier !

Je pense effectivement que face à la disette, l'instinct de survie prend le pas sur d'autres considérations Shocked

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignement du fait religieux en école primaire

Message par Rikki le 4/1/2012, 00:31

@LouisBarthas a écrit:Entendu l'autre jour dans l'émission "La fabrique de l'histoire" sur France-Culture :
Une fille demande à son père pourquoi il ne jeûne pas pour Kippour.
<< J'ai assez jeûné pendant la guerre >> répond ce dernier !

Jolie anecdote... Very Happy

Bon, j'ai répondu un peu vertement, mais c'est vrai qu'il est difficile de faire comprendre aux gens qu'on est parfaitement OK pour enseigner le fait religieux, expliquer, au niveau des enfants, faire découvrir, etc., mais qu'il est hors de question que l'école devienne lieu de religion. La viande halal, la prière à l'école, le foulard pour les filles, pour moi, c'est un non ferme et définitif.

Après, bien sûr, je trouve normal de laisser des aménagements raisonnables : possibilité de manger sans porc, autorisation d'absence pour les deux aïds, et autorisation de prière dans un cadre précis (enfant isolé, non visible des autres) lors des classes transplantées, par exemple.

_________________
mon site sur l'écriture : www.ecritureparis.fr

Rikki
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignement du fait religieux en école primaire

Message par zouz le 4/1/2012, 00:49

Rikki, j'avais cru voir du...mépris? de la crainte? dans tes propos, mais j'ai dû me tromper, c'est l'effet réponse rapide et heure tardive, je pense...
en plus, je suis sûre que j'aurais beaucoup de questions à te poser concernant mes enfants qui sont en maternelle et primaire car tes interventions, liens etc. sont vraiment intéressants!

zouz
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignement du fait religieux en école primaire

Message par NOUCHY le 4/1/2012, 10:47

@Rikki a écrit:
@LouisBarthas a écrit:Entendu l'autre jour dans l'émission "La fabrique de l'histoire" sur France-Culture :
Une fille demande à son père pourquoi il ne jeûne pas pour Kippour.
<< J'ai assez jeûné pendant la guerre >> répond ce dernier !

Jolie anecdote... Very Happy

Bon, j'ai répondu un peu vertement, mais c'est vrai qu'il est difficile de faire comprendre aux gens qu'on est parfaitement OK pour enseigner le fait religieux, expliquer, au niveau des enfants, faire découvrir, etc., mais qu'il est hors de question que l'école devienne lieu de religion. La viande halal, la prière à l'école, le foulard pour les filles, pour moi, c'est un non ferme et définitif.
Après, bien sûr, je trouve normal de laisser des aménagements raisonnables : possibilité de manger sans porc, autorisation d'absence pour les deux aïds, et autorisation de prière dans un cadre précis (enfant isolé, non visible des autres) lors des classes transplantées, par exemple.

Encore une fois je l'exprime moins bien que toi, mais je te suis totalement. Autant je trouve riche la présence de plusieurs religions au sein de l'école, et il est normal et sain d'en parler, d'expliquer, d'aménager dans une certaine mesure. Autant, en effet, pour moi, comme toi, la viande halal, la prière, le foulard, c'est non. Mais je fais aussi ranger une médaille chrétienne qui dépasse d'un pull.



_________________
*****************************
2011/2012 : CP/CE1.

NOUCHY
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignement du fait religieux en école primaire

Message par Rikki le 4/1/2012, 11:10

Il est évident que chacun parle de là où il est.

Je suis dans un quartier où la majorité des élèves ayant une religion exprimée est musulmane. Donc, je réagis par rapport à cette religion.

Il est bien évident que ce que je dis par rapport à l'islam pourrait s'appliquer à n'importe quelle autre religion. Je n'ai jamais vu une seule médaille chrétienne dépasser d'un pull, donc, je n'ai jamais eu à la faire ranger !

Par contre, j'ai eu un élève chinois, en classe de nature, qui lisait sa Bible le soir. Je leur avais dit qu'ils pouvaient lire avant de s'endormir, et j'avais distribué des petits albums. Je précise qu'il s'agissait d'élève de CLIN (en cours d'apprentissage du français). Bref, j'arrive pour faire un bisou et procéder à l'extinction des feux, et là, surprise : cet élève chinois qui lisait sa Bible. Il était très surpris que je sache ce que c'était : évidemment, je ne lis pas le chinois. Ca a été l'occasion d'un échange intéressant, où j'ai expliqué que ce livre était universellement connu, et que je l'avais reconnu à son allure générale : papier-Bible, versets numérotés, etc.

Les élèves chinois, quelle que soit leur religion, ont d'ailleurs très souvent autour du cou une amulette en jade qui les protège. C'est valable pour les Chrétiens, pour les Taoistes, pour les communistes purs et durs, pour tous ! Et c'est caché sous le pull... Smile

_________________
mon site sur l'écriture : www.ecritureparis.fr

Rikki
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignement du fait religieux en école primaire

Message par profecoles le 4/1/2012, 11:57

@zouz a écrit:Non Rikki, c'est , je te cite :

Absolument pas !
Il n'en est pas question un seul instant.

ce côté catégorique, face à des enfants qui simplement, ont faim...là où je crois comprendre que le plus important, dans l'histoire, pour toi, c'est de ne pas céder à la demande des parents...ben ça me rend triste moi...
Effectivement, il n'est pas question de céder à la demande des parents ; la "halal" et le "cacher" n'ont rien à faire dans une école publique.
Mais la possibilité d'avoir du poisson ou des oeufs pour ces enfants et les végétariens le jour "raviolis" , pourquoi pas ? ça éviterait qu"ils meurent de faim" .
Maintenant, les parents très stricts sur la religion ont toujours la possibilité de mettre leurs enfants dans une école confessionnelle. C'est ce qu'il faudrait leur suggérer s'ils se mettent à exiger quoi que ce soit.
Dans l'école où j'enseignais avant, les "merguez" de la kermesse étaient "halal". ça par contre je ne trouve pas ça logique dans une école laîque. On n'est pas obligé de consommer de la viande à la kermesse de l'école. A la cantine, les enfants "sans viande" à qui l'on sert des raviolis doivent tenir jusqu'au soir en revanche.


profecoles
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignement du fait religieux en école primaire

Message par NOUCHY le 4/1/2012, 12:59

Dans mon école, hier (je l'ai vu puisque c'était raviolis), les enfants sans viande avaient une grosse assiette de pommes de terre avec des épinards.

Ca me fait penser aux bonbons. J'ai commencé à distribuer tous les jours un petit paquet de bonbons (les minis Har***) à mes élèves au mois de décembre en attendant Noël. Devant les remarques (sur la présence ou non de gélatine de porc, la suggestion de donner plutôt des chocolats de telle marque, parce que c'est plus sûr) de nombreux enfants et de quelques parents, j'ai tout arrêté.


_________________
*****************************
2011/2012 : CP/CE1.

NOUCHY
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignement du fait religieux en école primaire

Message par Rikki le 4/1/2012, 13:16

On navigue à vue...

Allez, pas que j'aie le temps, hein, mais j'ai été chercher mon cahier et je vais vous faire un peu de copie.

Si ça vous saoule, vous me dites.


_________________
mon site sur l'écriture : www.ecritureparis.fr

Rikki
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignement du fait religieux en école primaire

Message par Rikki le 4/1/2012, 13:22

L'école et le fait religieux


Dès 1989-1990, Philippe Joutard, historien du protestantisme, souligne dans un rapport le risque dramatique de perte culturelle en France.
Actuellement, le pourcentage de catholiques pratiquants en France est de l'ordre de 10 % — il en va de même pour l'islam. Les religions, dans notre pays, sont très sécularisées. Néanmoins, dans un pays comme la France, au sein d'une Europe très sécularisée, émergent des manifestations religieuses de grande ampleur, très visibles.

Les signes d'appartenance communautaires se superposent aux signes d'appartenance religieux. il est parfois difficile d'opérer une distinction entre les manifestations d'ordre politique, culturel ou religieux.

A l'école


L'école a le devoir de se saisir de ces questions et de ne pas reporter à un "plus tard" hypothétique la confrontation des élèves à ces questions.

Il n'est pas question de créer une matière supplémentaire à l'école. L'entrée peut se faire naturellement par le biais de la littérature, de l'histoire, de l'histoire des arts, etc.

La dimension éthique est du ressort de l'école : civilité et citoyenneté. La civilité se construit en intégrant les interdits, au quotidien.

En cas de perte de repères culturels, le risque est grand de conduire à un oubli de l'humanisme.

Le besoin de donner un sens à l'existence est un trait universel. L'école a le devoir d'apporter des justes connaissances sur les réponses apportées aux questions fondamentales de vie par des sagesses, par des religions, par l'athéisme.

Il s'agit de la transmission rationelle et publiquement contrôlée de connaissances, qui permettent à notre société de rester pleinement civilisée.


En Europe


Dans l'ensemble des pays européens, ainsi que dans les départements français d'Alsace et de Moselle, il y a des cours de religion. Parmi les "religions" proposées à l'enseignement, il existe une option "humaniste / athée".

Ces cours ont une fonction d'éducation civique et morale, ancrée dans le religieux.


En France


La religion, en France, ne sert pas à faire la morale.

L'éducation civique est laïque et républicaine.

L'enseignement du fait religieux peut se faire à tout moment, dans les différentes matières en fonction des sujets abordés. Il ne s'agit pas de faire un exposé sur les religions, il s'agit d'aborder les religions dans un contexte, et toujours de l'extérieur.

De cette manière, s'enracine la différence fondamentale entre SAVOIR et CROYANCE.

Le statut de la vérité est différent dans le domaine symbolique et dans le domaine scientifique.

Le religieux dit le monde en langage symbolique, la science dit le monde en cherchant des preuves, en s'appuyant sur un savoir avéré. Il n'existe pas d'incompatibilité fondamentale entre les deux.

_________________
mon site sur l'écriture : www.ecritureparis.fr

Rikki
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignement du fait religieux en école primaire

Message par Rikki le 4/1/2012, 13:37

Le rôle de l'école


L'école doit prendre en compte les deux approches — symbolique et scientifique — du monde, et mettre en place les distinctions fondamentales entre les deux.

Aux côtés de la religion, la poésie propose une autre lecture symbolique du monde, qui a également toute sa place à l'école.

Quand Eluard dit "La Terre est bleue comme une orange", ça n'est pas faux. Pas plus que quand la Bible dit "Au commencement était le Verbe". L'idée d'évaluer les textes poétiques ou religieux en termes d'exactitude scientifique est une erreur.

L'école est, de plus en plus, un lieu de concurrence des mémoires.

Elle doit garder sa place en transmettant les récits primordiaux de l'humanité : la Genèse, l'Illiade, l'Odyssée, sont des textes religieux fondamentaux, qui appartiennent au patrimoine de l'humanité, et doivent à ce titre être transmis dans les écoles.

L'attitude de la République face à la laïcité et à la religion n'a pas toujours été limpide. La loi de 1905 n'a pas été appliquée aux musulmans d'Algérie, par exemple !

---

mon commentaire en marge :

En tant qu'enseignants, nous n'avons pas à mettre en place un système de valeurs en estimant que la science est supérieure — ou inférieure — à la croyance. Nous avons à remettre chaque chose à sa place.

L'athéisme militant au sein des écoles est tout aussi peu conforme à la laïcité que le discours de Latran, qui est impardonnable.

_________________
mon site sur l'écriture : www.ecritureparis.fr

Rikki
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignement du fait religieux en école primaire

Message par doublecasquette le 4/1/2012, 13:55

Moi, ça ne m'ennuie pas, tu peux continuer. Merci.

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignement du fait religieux en école primaire

Message par Rikki le 4/1/2012, 14:00

Les grandes religions méditerranéennes
Naissance, origine


I. Le polythéisme

Il n'y a pas d'opposition franche entre polythéisme et monothéisme. Il existe une notion "intermédiaire", l'hénothéisme, ou énothéisme, de héno = un, qui est un monothéisme non exclusif.
Pour la religion des Hébreux, on parle d'hénothéisme : le même Dieu pour le même peuple.

Chaque cité grecque avait ses dieux propres, et il y avait aussi des dieux pour l'ensemble des Grecs, qui étaient différents des dieux des Barbares.

Il existait différents dieux, dans différents lieux : dans le ciel (les dieux ouraniens), parmi les hommes, sous terre (les dieux chtoniens)...

Les relations entre les hommes et les dieux pouvaient être verticales, mais elles pouvaient aussi être horizontales.

Le terme "épiphanie" veut dire "apparition des dieux".

Les statues, les animaux sacrés peuvent être le réceptacle du divin, notamment en Egypte.
L'interdiction de la statue dans la religion des Hébreux est liée à cela : "Tu ne feras pas de figure taillée".

Ne pas représenter Dieu est une idée spécifique aux monothéismes.

II. Les sacrifices

Pour les sacrifices d'animaux, on lève la gorge de l'animal vers le ciel ou au contraire on la tourne vers la terre selon que le sacrifice s'adresse aux dieux ouraniens ou chtoniens. Toute la cité doit participer au sacrifice et au banquet qui le suit.

Les dieux se nourrissent des fumées, les hommes mangent la viande des animaux.

Les Chrétiens des cités grecques refusent de participer à ces sacrifices, se mettant ainsi à l'écart de la cité, en dehors. La viande qui est vendue à Rome n'est pas de la viande de boucherie, mais de la viande de sacrifice. Par conséquent, les Chrétiens qui vivent à Rome et qui sont opposés aux sacrifices sanglants adoptent une alimentation végétarienne.

L'idée de viande halal actuelle des Musulmans est proche de l'idée de viande de sacrifice, par opposition à la viande de boucherie.

III L'écriture

L'écriture est liée à la religion.

Le mot égyptien pour "hiéroglyphe" veut dire "parole des dieux". Les hiéroglyphes ont été envoyés aux hommes par Rê, via le dieu Thot. 0,5 % de la population de l'Egypte ancienne savait les lire. L'écriture est réservée aux monuments et aux textes sacrés.

En Grèce, on met par écrit l'Iliade et l'Odyssée au VIe siècle av. JC, après une longue circulation orale des mythes.

Les premiers livres de la Torah sont plus tardifs. Ils sont postérieurs à l'exil à Babylone, vers 400 av. JC. Ces livres racontent des histoires (Genèse, Exode) qu'ils situent 1500 à 2000 ans auparavant. Le personnage d'Abraham n'a pas de caractère historique.
Chez les Hébreux également, l'écriture est sacrée, en tant que parole écrite (rouleaux de la Torah).

Les sources dont nous disposons sur la période antique sont peu nombreuses. La conservation exceptionnelle des documents égyptiens est due au climat désertique. En Egypte, on a des temples et des tombes, mais peu de traces de la vie quotidienne. Contrairement aux temples et aux tombes, les palais des pharaons ne sont pas construits pour durer. Ils ont disparu.

On trouve des objets rituels, des textes religieux ou sacrés, peu de traces de la vie profane.


L'étude des traces de ces religions mortes ne pose généralement pas trop de problèmes. Avec les religions vivantes, il est plus difficile d'étudier en tant que documents Torah, Bible ou Coran. Ces textes sont cependant étudiés par les historiens en tant que documents. Dans le cadre scolaire, la mise à distance peut être facilitée par les comparaisons avec des religions mortes.

A chaque instant, la distinction SAVOIR / CROYANCE doit être réaffirmée.

IV. La Vérité


Il y a plusieurs manières de dire le monde.

Vérité poétique, vérité rationnelle...

La vérité rationnelle cherche des preuves, elle n'est pas définitive, elle est en évolution. Il ne s'agit pas de relativisme mais de croisement des preuves. C'est une vérité solide.

Dans la Bible, de nombreux éléments sont historiquement vérifiés.

Au début du XXe siècle, un débat a eu lieu en France : Jeanne d'Arc a-t-elle entendu des voix ? ou bien a-t-elle cru entendre des voix ?
(les catholiques vs Combe)

La seule vérité vérifiée, la seule que l'on puisse enseigner, est : Jeanne d'Arc a dit à son procès qu'elle avait entendu des voix.



_________________
mon site sur l'écriture : www.ecritureparis.fr

Rikki
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignement du fait religieux en école primaire

Message par Rikki le 4/1/2012, 14:23

V. Les rites


Les religions de la Grèce et de Rome sont en contact avec les mondes juif et chrétien.

En Egypte, vers le IVe ou Ve siècle ap JC, les rites subsistent, certains depuis le quatrième millénaire av. JC. Le rôle du pharaon est fondamental, les actions politiques et religieuses sont confondues. Les prêtres ne font que représenter le pharaon, ils accomplissent rituels et sacrifice en son nom. Tout doit contribuer à maintenir la maât.

maât = ordre, justice, vérité

C'est une notion d'ordre cosmique, son symbole est la plume d'autruche.

Le pharaon doit imiter les dieux en toute chose, recréer chaque matin le monde pour répéter et maintenir. Le monde n'est pas en évolution, il n'y a pas de mouvement, c'est une religion profondément conservatrice, où la répétition des gestes à l'identique est sans fin.

A l'opposé, toutes les religions monothéistes vont vers une fin (la fin du monde).

Il y a donc un sens de l'histoire.

La religion juive est fondée sur l'attente du Messie (accomplissement attendu), c'est une vision eschatologique (= vision des fins dernières).

En Egypte, rien de tel : la vie après la mort est une répétition de la vie du vivant. La pesée du cœur (centre des sentiments et des décisions) mène soit au néant si le cœur est lourd, avec la destruction totale du corps par la grande dévoreuse, soit à la vie après la mort à l'identique. C'est pourquoi la conservation du corps est si importante.

La religion chinoise est similaire : même rapport à l'ordre, même distinction ciel / terre, même type de rapport à l'autorité, écriture détenue par un tout petit nombre de personnes.

VI Akhénaton


Akhénaton est le pharaon Aménophis IV, au XIVe siècle av. JC. Sa femme Nefertiti et lui vont adorer non le Soleil, mais le disque solaire, non Amon mais Aton.

Les grands prêtres d'Amon étaient très puissants. Akhénaton leur oppose une idée universaliste très prononcée, mais qui n'est pas monothéiste. Il choisit une nouvelle capitale, tente de mettre en place un nouveau culte, mais il n'y a pas de relai au niveau de toute la hiérarchie sociale, et l'impact sur la population est nul.


VII. Sciences


Le poids du religieux n'empêche pas le développement des sciences.

La science de l'embaumement, dont les techniques sont très développées, donne aux Egyptiens de très bonnes connaissances en anatomie, mais qui ne mènent à aucune théorisation.

Il en va de même en astronomie : les Egyptiens sont de grands observateurs, et beaucoup de notions spirituelles et religieuses sont fondées sur des observations.

Les Egyptiens sont également très avancés dans l'art médical. Les maladies sont dues à des causes physiologiques (non aux dieux). Mais le langage symbolique se surimpose sur les connaissances.


VIII. Rapport au divin


On a considéré les religions de la Grèce et de Rome comme des religions ritualistes, opposées au christianisme qui est spirituel : d'un côté le geste, le faire, de l'autre la pensée, le croire. Cette dichotomie est très artificielle.

Les temples grecs sont à la fois des lieux civiques et religieux. La piété est une bonne attitude, à adopter à la fois envers les dieux, les ancêtres et les hommes. Il s'agit d'une communauté à la fois de croyance et de gestes.

Les barbares (barbaroï = les baragouineurs, ceux qui ne savent pas parler grec) sont méprisés. Le sentiment de l'hellénisme est basé sur la langue. Font exception les Egyptiens, pour lesquels les Grecs manifestent un grand respect.

Les cultes étrangers sont accueillis sans problème tant qu'ils n'apportent pas de troubles à l'ordre public. Les Bacchanales sont interdites car elles troublent l'ordre public.

Les Chrétiens sont subversifs car :
- ils refusent l'esclavage
- ils refusent les sacrifices (refus du culte impérial)
- ils sont prosélytes et évangélisent


IX. Les cultes à mystères


Ce sont des cultes développés très tôt en Grèce. Ils ne sont pas liés à une Cité, mais réservés à des initiés. C'est une dévotion personnelle, avec une idée de Salut.

Eleusis (choses, paroles, rites secrets)

Il existe un culte de Démeter / Perséphone.

Ces cultes se propagent à partir du IIe siècle ap. JC, en plus des cultes "orientaux" d'Isis, Sérapis, Mithra...







_________________
mon site sur l'écriture : www.ecritureparis.fr

Rikki
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignement du fait religieux en école primaire

Message par Rikki le 4/1/2012, 15:10

Bon, voilà.

Je vais maintenant aller vivre de nouvelles aventures, car ça m'a pris pas mal de temps de remettre en forme et taper tout ça. Il s'agit de la première formation "fait religieux" que j'ai suivie.

Par ailleurs, j'ai été voir le site Enquete (le lien était faux, mais facile à rétablir, juste une parenthèse en trop), et il me semble effectivement tout à fait correspondre à l'état d'esprit dans lequel je cherche à travailler.

_________________
mon site sur l'écriture : www.ecritureparis.fr

Rikki
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignement du fait religieux en école primaire

Message par Dhaiphi le 4/1/2012, 15:10

@Rikki a écrit:Ces questions sont effectivement "sur le fil", et les réponses peuvent difficilement être simples.
Tout devient plus simple lorsque l'on considère que la religion relève de la "sphère privée" dans la vie de tous les jours et n'a pas sa place à l'école et... à la cantine. Wink
Quant à ses implications dans de nombreux événements historiques, il suffit de rester factuel et pour les faits non avérés d'employer un "d'aucuns (chrétiens, juifs, musulmans, etc...) prétendent que" de bon aloi.

_________________
De toutes les écoles que j’ai fréquentées, c’est l’école buissonnière qui m’a paru la meilleure.  
[Anatole France]
J'aime les regretteurs d'hier qui voudraient changer le sens des rivières et retrouver dans la lumière la beauté d'Ava Gardner.
[Alain Souchon]

Dhaiphi
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignement du fait religieux en école primaire

Message par profecoles le 4/1/2012, 16:09

@Rikki a écrit:V. Les rites


Les religions de la Grèce et de Rome sont en contact avec les mondes juif et chrétien.

En Egypte, vers le IVe ou Ve siècle ap JC, les rites subsistent, certains depuis le quatrième millénaire av. JC. Le rôle du pharaon est fondamental, les actions politiques et religieuses sont confondues. Les prêtres ne font que représenter le pharaon, ils accomplissent rituels et sacrifice en son nom. Tout doit contribuer à maintenir la maât.

maât = ordre, justice, vérité

C'est une notion d'ordre cosmique, son symbole est la plume d'autruche.

Le pharaon doit imiter les dieux en toute chose, recréer chaque matin le monde pour répéter et maintenir. Le monde n'est pas en évolution, il n'y a pas de mouvement, c'est une religion profondément conservatrice, où la répétition des gestes à l'identique est sans fin.

A l'opposé, toutes les religions monothéistes vont vers une fin (la fin du monde).

Il y a donc un sens de l'histoire.

La religion juive est fondée sur l'attente du Messie (accomplissement attendu), c'est une vision eschatologique (= vision des fins dernières).

En Egypte, rien de tel : la vie après la mort est une répétition de la vie du vivant. La pesée du cœur (centre des sentiments et des décisions) mène soit au néant si le cœur est lourd, avec la destruction totale du corps par la grande dévoreuse, soit à la vie après la mort à l'identique. C'est pourquoi la conservation du corps est si importante.

La religion chinoise est similaire : même rapport à l'ordre, même distinction ciel / terre, même type de rapport à l'autorité, écriture détenue par un tout petit nombre de personnes.

VI Akhénaton


Akhénaton est le pharaon Aménophis IV, au XIVe siècle av. JC. Sa femme Nefertiti et lui vont adorer non le Soleil, mais le disque solaire, non Amon mais Aton.

Les grands prêtres d'Amon étaient très puissants. Akhénaton leur oppose une idée universaliste très prononcée, mais qui n'est pas monothéiste. Il choisit une nouvelle capitale, tente de mettre en place un nouveau culte, mais il n'y a pas de relai au niveau de toute la hiérarchie sociale, et l'impact sur la population est nul.


VII. Sciences


Le poids du religieux n'empêche pas le développement des sciences.

La science de l'embaumement, dont les techniques sont très développées, donne aux Egyptiens de très bonnes connaissances en anatomie, mais qui ne mènent à aucune théorisation.

Il en va de même en astronomie : les Egyptiens sont de grands observateurs, et beaucoup de notions spirituelles et religieuses sont fondées sur des observations.

Les Egyptiens sont également très avancés dans l'art médical. Les maladies sont dues à des causes physiologiques (non aux dieux). Mais le langage symbolique se surimpose sur les connaissances.


VIII. Rapport au divin


On a considéré les religions de la Grèce et de Rome comme des religions ritualistes, opposées au christianisme qui est spirituel : d'un côté le geste, le faire, de l'autre la pensée, le croire. Cette dichotomie est très artificielle.

Les temples grecs sont à la fois des lieux civiques et religieux. La piété est une bonne attitude, à adopter à la fois envers les dieux, les ancêtres et les hommes. Il s'agit d'une communauté à la fois de croyance et de gestes.

Les barbares (barbaroï = les baragouineurs, ceux qui ne savent pas parler grec) sont méprisés. Le sentiment de l'hellénisme est basé sur la langue. Font exception les Egyptiens, pour lesquels les Grecs manifestent un grand respect.

Les cultes étrangers sont accueillis sans problème tant qu'ils n'apportent pas de troubles à l'ordre public. Les Bacchanales sont interdites car elles troublent l'ordre public.

Les Chrétiens sont subversifs car :
- ils refusent l'esclavage
- ils refusent les sacrifices (refus du culte impérial)
- ils sont prosélytes et évangélisent


IX. Les cultes à mystères


Ce sont des cultes développés très tôt en Grèce. Ils ne sont pas liés à une Cité, mais réservés à des initiés. C'est une dévotion personnelle, avec une idée de Salut.

Eleusis (choses, paroles, rites secrets)

Il existe un culte de Démeter / Perséphone.

Ces cultes se propagent à partir du IIe siècle ap. JC, en plus des cultes "orientaux" d'Isis, Sérapis, Mithra...







Merci beaucoup, c'est vraiment intéressant (en tout cas, moi, ça m'intéresse).

profecoles
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignement du fait religieux en école primaire

Message par Rikki le 4/1/2012, 21:11

@Dhaiphi a écrit:
@Rikki a écrit:Ces questions sont effectivement "sur le fil", et les réponses peuvent difficilement être simples.
Tout devient plus simple lorsque l'on considère que la religion relève de la "sphère privée" dans la vie de tous les jours et n'a pas sa place à l'école et... à la cantine. Wink
Quant à ses implications dans de nombreux événements historiques, il suffit de rester factuel et pour les faits non avérés d'employer un "d'aucuns (chrétiens, juifs, musulmans, etc...) prétendent que" de bon aloi.

En fait, je pense qu'il y a deux questions qui, même si elles ont des liens entre elles, sont bien distinctes :

- d'une part, l'enseignement des faits religieux aux élèves
- d'autre part, la prise en compte des demandes émanant des familles en matière de respect des coutumes religieuses des uns et des autres.

Je pense que si on veut débattre du deuxième point, ça mériterait bien un fil à part !

_________________
mon site sur l'écriture : www.ecritureparis.fr

Rikki
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignement du fait religieux en école primaire

Message par Dani le 5/1/2012, 16:47

@Rikki a écrit:On navigue à vue...

Allez, pas que j'aie le temps, hein, mais j'ai été chercher mon cahier et je vais vous faire un peu de copie.

Si ça vous saoule, vous me dites.


Léger déficit de sincérité, Rikki. Wink

Même quand cela t'es dit cordialement, tu as du mal à accepter que tous ne partagent pas ton goût pour les contes pour enfants et la pensée magique.

Alors s'il s'agit de le dire en langage djeuns, je crains que la colère divine soit peu de choses au regard de la tienne.

Dani
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignement du fait religieux en école primaire

Message par Sapotille le 5/1/2012, 17:08

@Dani a écrit:

Même quand cela t'es dit cordialement, tu as du mal à accepter que tous ne partagent pas ton goût pour les contes pour enfants et la pensée magique.


Donc tu méprises les gens qui ont la foi?

Sapotille
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignement du fait religieux en école primaire

Message par Dani le 5/1/2012, 17:44

@Sapotille a écrit:
@Dani a écrit:

Même quand cela t'es dit cordialement, tu as du mal à accepter que tous ne partagent pas ton goût pour les contes pour enfants et la pensée magique.


Donc tu méprises les gens qui ont la foi?

Shocked

Dani
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignement du fait religieux en école primaire

Message par Rikki le 5/1/2012, 17:58

Bien.

Je saoule Dani, donc, j'arrête.

Recopier toutes ces notes a représenté plus d'une heure de boulot, donc, pas la peine.

_________________
mon site sur l'écriture : www.ecritureparis.fr

Rikki
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignement du fait religieux en école primaire

Message par doublecasquette le 5/1/2012, 18:02

Dani ne pourrait-il (elle) pas plutôt ignorer ce fil et laisser les autres lire ce qu'ils ont envie de lire quand ils ont envie de le lire ?

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignement du fait religieux en école primaire

Message par Condorcet le 5/1/2012, 18:02

C'est dommage car je les appréciais beaucoup, tes notes car, en ces temps plus que troublés, le "remue-méninges" devient indispensable. fleurs2 fleurs2 fleurs2 fleurs

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum