Eléméntaire, collège : A quoi sert la grammaire ?

Page 3 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Eléméntaire, collège : A quoi sert la grammaire ?

Message par Mufab le Mer 21 Déc 2011 - 13:01

@Rikki a écrit:
@doublecasquette a écrit:En primaire, c'est simple. Je leur dis que la grammaire sert à savoir écrire ce qu'ils savent déjà dire.

Pas seulement.

Je l'ai déjà dit, mais je le répète parce que c'est quelque chose qui m'a énormément étonnée, mais que j'ai constaté : la grammaire peut aussi permettre d'écrire ce qu'on ne sait pas encore dire. Et une fois qu'on saura l'écrire, on saura peut-être le dire.

J'ai quelques exemples assez extrêmes, mais sans en arriver là, pensons à tous les enfants qui ne font pas du tout la différence à l'oral entre masculin et féminin !

Comment analyser, par exemple, une phrase orale telle que "Ma mère, il va m'ramener à McDo quand c'est que j'ai une bonne note." ?

D'autant, il est vrai, que l'oral et l'écrit sont presque 2 langues différentes.

(En fait, l'imprégnation, elle passe aussi par l'analyse. C'est ce que tu veux dire, je crois, pour les enfants n'ayant pas en mémoire les modèles de correction de l'écrit.)

Mufab
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eléméntaire, collège : A quoi sert la grammaire ?

Message par *Kati* le Mer 21 Déc 2011 - 13:02

@Rikki a écrit:J'ai quelques exemples assez extrêmes, mais sans en arriver là, pensons à tous les enfants qui ne font pas du tout la différence à l'oral entre masculin et féminin !

Wink Tss!tss! En Provence, on dit couramment "UNE platane... UNE pétale..."

et ce n'est pas considéré comme une faute!

Et même, si tu venais à dire "un platane" à un vieux Provençal, il te regarderait comme ça:

_________________
Qui sème des fleurs,
récolte la tendresse...

 aaz

*Kati*
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eléméntaire, collège : A quoi sert la grammaire ?

Message par Rikki le Mer 21 Déc 2011 - 13:10

@*Kati* a écrit:
@Rikki a écrit:J'ai quelques exemples assez extrêmes, mais sans en arriver là, pensons à tous les enfants qui ne font pas du tout la différence à l'oral entre masculin et féminin !

Wink Tss!tss! En Provence, on dit couramment "UNE platane... UNE pétale..."

et ce n'est pas considéré comme une faute!

Et même, si tu venais à dire "un platane" à un vieux Provençal, il te regarderait comme ça:

Au quotidien, je m'escagasse à reprendre les minots qui viennent se plaindre dans la cour : "Y'a Machine, y m'embête !", "y'a les filles, ils font rien qu'à dire des gros mots", etc.

Le genre des mots peut être aléatoire (je ne savais pas que "pétale" était féminin en Provence, ceci explique peut-être pourquoi j'ai déjà entendu une collègue dire "une pétale", merci pour l'info), mais le genre des personnes, tout de même...

Car contrairement à ce qu'essayent de nous faire croire certains, les mères sont toujours des femmes, et ne peuvent accepter que le pronom "elle", nom d'une pipe en bois !

_________________
mon site sur l'écriture : www.ecritureparis.fr

Rikki
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eléméntaire, collège : A quoi sert la grammaire ?

Message par *Kati* le Mer 21 Déc 2011 - 13:14

@Rikki a écrit:Au quotidien, je m'escagasse à reprendre les minots qui viennent se plaindre dans la cour : "Y'a Machine, y m'embête !", "y'a les filles, ils font rien qu'à dire des gros mots", etc.

waouhh! mais tu parles super bien comme chez nous dis donc!!!

_________________
Qui sème des fleurs,
récolte la tendresse...

 aaz

*Kati*
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eléméntaire, collège : A quoi sert la grammaire ?

Message par Rikki le Mer 21 Déc 2011 - 13:15

@*Kati* a écrit:
@Rikki a écrit:Au quotidien, je m'escagasse à reprendre les minots qui viennent se plaindre dans la cour : "Y'a Machine, y m'embête !", "y'a les filles, ils font rien qu'à dire des gros mots", etc.

waouhh! mais tu parles super bien comme chez nous dis donc!!!

Ben je fais un effort pour me faire comprendre quand des estrangers viennent me parler ! Razz

_________________
mon site sur l'écriture : www.ecritureparis.fr

Rikki
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eléméntaire, collège : A quoi sert la grammaire ?

Message par *Kati* le Mer 21 Déc 2011 - 13:17

@Rikki a écrit:
@*Kati* a écrit:
@Rikki a écrit:Au quotidien, je m'escagasse à reprendre les minots qui viennent se plaindre dans la cour : "Y'a Machine, y m'embête !", "y'a les filles, ils font rien qu'à dire des gros mots", etc.

waouhh! mais tu parles super bien comme chez nous dis donc!!!

Ben je fais un effort pour me faire comprendre quand des estrangers viennent me parler ! Razz

Mouais... moi, je suis PARISIENNE!

et toc!Razz

_________________
Qui sème des fleurs,
récolte la tendresse...

 aaz

*Kati*
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eléméntaire, collège : A quoi sert la grammaire ?

Message par Rikki le Mer 21 Déc 2011 - 13:18

Moi aussi ! Razz

Bon, finalement, j'te cose, alorsse.

_________________
mon site sur l'écriture : www.ecritureparis.fr

Rikki
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eléméntaire, collège : A quoi sert la grammaire ?

Message par *Kati* le Mer 21 Déc 2011 - 13:20

Y'a la maîcresse, y parle plusieurs langues! L'est BI...!

(bilingue, évidemment!)

_________________
Qui sème des fleurs,
récolte la tendresse...

 aaz

*Kati*
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eléméntaire, collège : A quoi sert la grammaire ?

Message par *Kati* le Mer 21 Déc 2011 - 13:22

@Rikki a écrit:Moi aussi ! Razz

Bon, finalement, j'te cose, alorsse.

Je sais: je te lis depuis quelque temps!

Et puis, t'm'as déjà kozé...

_________________
Qui sème des fleurs,
récolte la tendresse...

 aaz

*Kati*
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eléméntaire, collège : A quoi sert la grammaire ?

Message par Rikki le Mer 21 Déc 2011 - 13:23

@*Kati* a écrit:Y'a la maîcresse, y parle plusieurs langues! L'est BI...!

(bilingue, évidemment!)

yesyes

Vive la maîcresse, il est trop ienb.

_________________
mon site sur l'écriture : www.ecritureparis.fr

Rikki
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eléméntaire, collège : A quoi sert la grammaire ?

Message par frankenstein le Mer 21 Déc 2011 - 13:24

La grammaire de base est indispensable ne serait-ce que pour l'orthographe. Après, son utilité n'est pas évidente (d'ailleurs, il y a plusieurs "grammaires".
On peut comparer la grammaire avec le solfège. Et il y a de très bons musiciens (interprètes) qui ne travaillent qu'à l'oreille, par instinct. D'autres, ayant de très grandes connaissances solfégiques ou musicales peuvent chanter très faux par exemple. Pour l'apprentissage d'une langue, je ne sais pas si c'est fondamental. On apprend à parler avant de connaître la grammaire. Very Happy


Dernière édition par frankenstein le Mer 21 Déc 2011 - 13:45, édité 1 fois

_________________
Mettez des pouces verts sur : http://www.youtube.com/user/Choristenimes/videos

Si les élections pouvaient changer la société, elles seraient interdites.

frankenstein
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eléméntaire, collège : A quoi sert la grammaire ?

Message par Celeborn le Mer 21 Déc 2011 - 13:27

@frankenstein a écrit:
On peut comparer la grammaire avec le solfège.

Non, on ne peut pas, parce que ce n'est pas la même chose.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eléméntaire, collège : A quoi sert la grammaire ?

Message par Rikki le Mer 21 Déc 2011 - 13:39

@Celeborn a écrit:
@frankenstein a écrit:
On peut comparer la grammaire avec le solfège.

Non, on ne peut pas, parce que ce n'est pas la même chose.

Ben si, on peut, parce que justement on ne peut comparer que des choses différentes.

C'est la notion même de comparaison, pour moi.

_________________
mon site sur l'écriture : www.ecritureparis.fr

Rikki
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eléméntaire, collège : A quoi sert la grammaire ?

Message par hophophop le Mer 21 Déc 2011 - 13:44

Pas bcp de temps là tout de suite et pas tout lu, mais quand les élèves me posent la question, je réponds grosso modo que maîtriser la grammaire, c'est montrer qu'on a le pouvoir sur le langage.
Et de fait, c'est bcp comme ça que je le conçois... ça fonctionne à tous les niveaux il me semble car au collège ça permet "juste" -mais c'est déjà bcp, évidemment - de construire des phrases correctes, d'exprimer les choses avec justesse, et + tard, tout ce qui concerne la grammaire et la stylistique permet surtout d'affiner la compréhension des textes littéraires subtils.

hophophop
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eléméntaire, collège : A quoi sert la grammaire ?

Message par Celeborn le Mer 21 Déc 2011 - 13:45

@Rikki a écrit:
@Celeborn a écrit:
@frankenstein a écrit:
On peut comparer la grammaire avec le solfège.

Non, on ne peut pas, parce que ce n'est pas la même chose.

Ben si, on peut, parce que justement on ne peut comparer que des choses différentes.

C'est la notion même de comparaison, pour moi.

Oui, et ça produit de très beaux effets littéraires. En revanche, sur le plan scientifique, l'analogie, c'est le meilleur moyen de raconter n'importe quoi. La preuve, là, on en vient à comparer un élève à un grand musicien qui joue d'oreille. Donc non, la grammaire, ce n'est pas le solfège, ce n'est pas la recette de cuisine, ce n'est pas les engrenages du système, ce n'est pas le système de pistons de la voiture… La grammaire d'une langue, c'est quelque chose de spécifique, qui ne joue pas le même rôle que le solfège dans la musique, car la musique est qu'un art là où l'écriture est — aussi — une nécessité ; car un accord en grammaire, ce n'est pas un accord en musique ; car ce n'est pas directement transposable, tout ça.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eléméntaire, collège : A quoi sert la grammaire ?

Message par frankenstein le Mer 21 Déc 2011 - 13:47

@Celeborn a écrit:
@frankenstein a écrit:
On peut comparer la grammaire avec le solfège.

Non, on ne peut pas, parce que ce n'est pas la même chose.
Ben qu'est-ce que la "grammaire de la musique" si ce n'est le solfège ? scratch

_________________
Mettez des pouces verts sur : http://www.youtube.com/user/Choristenimes/videos

Si les élections pouvaient changer la société, elles seraient interdites.

frankenstein
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eléméntaire, collège : A quoi sert la grammaire ?

Message par Rikki le Mer 21 Déc 2011 - 13:48

Il y a de grands musiciens qui jouent d'oreille, et puis la masse des autres, ceux qui ont dû apprendre pour jouer !

Pour un grand musicien n'ayant jamais appris le solfège, combien de musiciens professionnels s'étant payé leurs 12 années de Conservatoire ?

De toute manière, il y a toujours des génies dans tous les domaines qui n'ont pas besoin d'apprendre !

_________________
mon site sur l'écriture : www.ecritureparis.fr

Rikki
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eléméntaire, collège : A quoi sert la grammaire ?

Message par frankenstein le Mer 21 Déc 2011 - 13:50

C'est comparable dans le sens où la grammaire, ce sont les règles du langage oral ou écrit...Je trouve la comparaison avec le solfège appropriée. Very Happy

_________________
Mettez des pouces verts sur : http://www.youtube.com/user/Choristenimes/videos

Si les élections pouvaient changer la société, elles seraient interdites.

frankenstein
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eléméntaire, collège : A quoi sert la grammaire ?

Message par frankenstein le Mer 21 Déc 2011 - 13:53

@Rikki a écrit:Il y a de grands musiciens qui jouent d'oreille, et puis la masse des autres, ceux qui ont dû apprendre pour jouer !

Pour un grand musicien n'ayant jamais appris le solfège, combien de musiciens professionnels s'étant payé leurs 12 années de Conservatoire ?

De toute manière, il y a toujours des génies dans tous les domaines qui n'ont pas besoin d'apprendre !
Ah, mais je n'ai jamais dit qu'on pouvait s'en passer ! (Quoique Pavarotti ne lisait pas trop la musique). Il y aussi l'exemple de violonistes virtuoses roumains...mais à un moment ou un autre, il faut s'y mettre.

_________________
Mettez des pouces verts sur : http://www.youtube.com/user/Choristenimes/videos

Si les élections pouvaient changer la société, elles seraient interdites.

frankenstein
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eléméntaire, collège : A quoi sert la grammaire ?

Message par Rikki le Mer 21 Déc 2011 - 13:54

J'ai jamais dit que tu avais dit que...


Ouille ! Je déconnecte, là !

Bye bye, je suis partie !

Faut que j'arrête la communication virtuelle !


_________________
mon site sur l'écriture : www.ecritureparis.fr

Rikki
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eléméntaire, collège : A quoi sert la grammaire ?

Message par Celeborn le Mer 21 Déc 2011 - 13:56

@frankenstein a écrit:C'est comparable dans le sens où la grammaire, ce sont les règles du langage oral ou écrit...Je trouve la comparaison avec le solfège appropriée. Very Happy

La musique, ce n'est pas la langue. Ce sont des choses différentes, qui ont des point de ressemblance, mais aussi des points de dissemblance. Donc aller comparer le fonctionnement de l'une et de l'autre, ça peut être amusant, mais ça n'est pas scientifique, car ce qui s'applique à l'une n'a pas de raisons de s'appliquer à l'autre. On peut jouer d'oreille, oui, mais on ne peut pas écrire d'œil, demandez à Champollion. Il faut arrêter les analogies quand on cherche à construire un raisonnement sérieusement : une analogie, ce n'est pas un lien logique sérieux, à moins qu'elle soit circonscrite de façon extrêmement encadrée et précise. Sinon, c'est du blabla, et dire que le solfège est la « grammaire de la musique », ce n'est pas en soi stupide, mais ça n'apprend absolument rien sur la grammaire.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eléméntaire, collège : A quoi sert la grammaire ?

Message par frankenstein le Mer 21 Déc 2011 - 13:57

Une grammaire en forme de conte. Voilà qui devrait réconcilier les esprits récalcitrants avec la syntaxe. Avec La grammaire est une chanson douce (Stock), le projet ambitieux d'Erik Orsenna est de transmettre la saveur de la langue à de jeunes têtes mises à mal par un enseignement scientifico-jargonneux qui a rompu avec toute notion de plaisir. Ainsi de cette analyse de la fable Le loup et l'agneau, où «les vers 27 à 29 sont constitués de deux propositions narratives qui ont pour agent S2 (le loup) et pour patient S1 (l'agneau), les prédicats emporter/manger étant complétés par une localisation spatiale (forêts)» ! Peu sensible à ces méthodes de médecin légiste, notre académicien raconte la grammaire. A travers l'histoire de deux enfants qui, rescapés d'un naufrage, échouent sur une île. Mais la tempête qui a fait chavirer le navire les a privés de parole. Qu'à cela ne tienne ! M. Henri, poète et musicien, va leur faire découvrir une contrée magique peuplée de mots qui vivent leur vie, se déguisent, se marient. Certains sont conscients de leur importance : «analyse d'urine», «carburateur»; d'autres cabriolent sans retenue : «soutien-gorge», «huile d'olive». Parmi eux, des célibataires endurcis - les adverbes, de vrais invariables impossibles à accorder - ou des prétentieux - les pronoms, toujours prêts à piquer la place d'un nom.

Pourquoi avoir choisi le conte pour évoquer les mots et la langue ?
E.O. Je suis un père attristé de voir de quelle façon on enseigne la grammaire aux enfants ! C'est triste, jargonnant. On ne fait plus de place aux jeux de mots, aux bonheurs d'expression. On a l'impression que l'on veut mettre la langue française en grille, en cage. Je travaille avec une grammairienne, Danièle Leeman, qui est professeur à l'université de Nanterre. Notre constat est le même.

Qui est responsable de cet état de fait ?
E.O. C'est très compliqué. Programmes et manuels scolaires sont conçus par divers comités de pédagogie. C'est un véritable magma. Chacun veut apporter son grain de «scientificité». On confond rigueur et science. La rigueur ne tue pas le plaisir. La science, telle que la conçoivent nombre de pédagogues, si. C'est la même chose en politique. De Gaulle captivait ses auditeurs. Il lui arrivait pourtant d'employer des mots rares mais en totale adéquation avec ce qu'il voulait dire. Aujourd'hui, les discours des politiques ennuient. Ils sont trop éloignés du concret. On nage dans le concept, le jargon de sociologue, dans un état de «bourdieuserie» généralisée. Le lien charnel qui existait entre nos dirigeants et notre langue est cassé.

Vous parlez de la peur des mots, pis, de la peur du plaisir des mots...
E.O. Elle correspond à la peur de la vérité. Il faut appeler les choses par leur nom. Arrêtons de nous cacher derrière des logorrhées qui n'ont aucun sens. C'est tout de même incroyable que l'on emploie «bite» ou «cul» sans problème, alors que «douceur», «timidité», «émoi» apparaissent presque comme des obscénités ! Il y a depuis quelques années une invasion de littérature érotique. Je n'ai rien contre. Mais pourquoi parler sans cesse de «jouissance» ou d'«orgasme» et jamais de «plaisir». Parce que l'orgasme se mesure, pas le plaisir. Il n'entre dans aucun carcan. Dans un autre genre, prenez le mot «taiseux». Comment mieux définir quelqu'un qui parle peu. On préfère dire «timide, muet, taciturne», voire même, comble du ridicule, «autiste».

A qui destinez-vous cet ouvrage ?
E.O. J'aimerais qu'il soit lu par des enfants et qu'il leur donne le goût de leur langue. Je l'ai fait lire à plusieurs jeunes qui m'ont remis des fiches de lecture formidables. En refermant le livre, il devenait évident pour eux que la grammaire était une chanson et qu'elle pouvait être amusante. Il y a un attachement fou des Français pour leur langue. Et l'on arrive pourtant à en dégoûter les jeunes. Je vais vous faire un aveu. J'ai pris l'habitude de faire un devoir de chacun de mes enfants par an. C'est un rite. J'ai besoin d'être noté ! Eh bien, je n'ai jamais dépassé huit sur vingt ! Je me souviens d'un texte de Chateaubriand que ma fille devait commenter. C'est moi qui m'en suis chargé ! A un moment, j'écrivais : «Le temps a trois visages.» Le professeur a souligné la phrase en rouge et inscrit en marge : «Impropre ! Le temps n'a pas de visage. On ne vous demande pas de faire part de vos états d'âme mais d'analyser la structure du texte !» Comment défendre une langue lorsqu'on ne sait pas transmettre le plaisir qu'elle procure ?

L'histoire commence par une tempête et un naufrage. Les cerveaux des deux enfants rescapés se vident de leurs mots...
E.O. C'est une allégorie de la tempête contemporaine. Il n'y a plus de place pour le silence. Le bruit nous envahit et remplace la musique. On ne parle plus, on communique. On évoque sans cesse l'invasion de l'anglais. Mais ce n'est pas une langue qui s'installe, c'est une sous-langue de quatre cents mots qui sert uniquement à soutenir le commerce. Il y a un code de comptabilité international. On a créé pour le soutenir un lexique indigent qui permet de survivre. Face à cela, comment réapprendre aux enfants le plaisir de la langue ? J'ai la faiblesse de croire que ce conte joyeusement militant peut y aider.

Alexie Lorca pour Lire le 30/08/2001

Jeanne a dix ans, et un grand-frère, Thomas, âgé de quatorze ans. C'est une rêveuse, douce, qui se laisse emporter par l'imagination, au gré des humeurs, au fil des mots. Avec son frère, elle partage ses petites divagations, encouragées par une maîtresse d'école, fière de pratiquer la langue française, de pouvoir s'amuser avec ses variations, ses nuances, ses complexités. Elle apprend les mots, les place, déplace, les mesure, joue avec. À l'école dans les récitations, au marché parmi les étalages, dans les boutiques, à l'hôpital, au cours de jeux de société comme le Scrabble…
La grammaire est une chanson douce est un récit où tout est prétexte pour faire la part belle à la lettre, au mot, aux jeux de langue, aux expressions plus ou moins figées, aux cortèges de paroles. Un prétexte qui va jusqu'à faire des mots de véritables objets, de véritables êtres. C'est là une invitation à savourer la langue, phrases et sentences, à laisser parler le verbe… Une invitation enrichie par les illustrations colorées de Bigre. Erik Orsenna fait ici œuvre d'académicien, avec son exactitude, sa rigueur, ses travers aussi. Sa chanson douce souffre d'une imagination un peu trop convenue, un peu trop attendue, là où Raymond Queneau avait joliment desserré la bride sur le cou de la langue. Un petit conte poétique pour tout public. --Céline Darner Amazon.fr

Le plaisir des mots
Une grammaire en forme de conte. Voilà qui devrait réconcilier les esprits récalcitrants avec la syntaxe. Avec La grammaire est une chanson douce (Stock), le projet ambitieux d'Erik Orsenna est de transmettre la saveur de la langue à de jeunes têtes mises à mal par un enseignement scientifico-jargonneux qui a rompu avec toute notion de plaisir. Ainsi de cette analyse de la fable Le loup et l'agneau, où «les vers 27 à 29 sont constitués de deux propositions narratives qui ont pour agent S2 (le loup) et pour patient S1 (l'agneau), les prédicats emporter/manger étant complétés par une localisation spatiale (forêts)» ! Peu sensible à ces méthodes de médecin légiste, notre académicien raconte la grammaire. A travers l'histoire de deux enfants qui, rescapés d'un naufrage, échouent sur une île. Mais la tempête qui a fait chavirer le navire les a privés de parole. Qu'à cela ne tienne! M. Henri, poète et musicien, va leur faire découvrir une contrée magique peuplée de mots qui vivent leur vie, se déguisent, se marient. Certains sont conscients de leur importance : « analyse d'urine », « carburateur » ; d'autres cabriolent sans retenue : « soutien-gorge », « huile d'olive ». Parmi eux, des célibataires endurcis - les adverbes, de vrais invariables impossibles à accorder - ou des prétentieux - les pronoms, toujours prêts à piquer la place d'un nom.
Alexie Lorca, © Lire

Au plaisir des mots
par François Busnel - L'express

Et si nous étions victimes d'une imposture? Et si la grammaire n'était pas ce qu'en ont fait ces professeurs raides et sévères qui l'enseignent avec tant de tristesse dans la voix? Et si la grammaire nous apprenait à dire le monde et à aimer la vie? Et si la grammaire était solaire et non pas scolaire? Il faut brasser les songes, c'est le seul moyen de changer les choses: mais si la grammaire était vraiment une chanson douce, alors nous ne serions pas en France en l'an 2001.
Il y a deux manières de lancer un pavé dans la mare. En redoublant d'invectives au moyen d'un essai plus ou moins pamphlétaire ou en choisissant la légèreté, la clarté et le rêve. Cette voie étroite, jonchée de chausse-trapes et d'ornières, Erik Orsenna l'explore avec un rare bonheur. Pour redonner goût à la grammaire - mais aussi au débat - il vient de rendre ses lettres de noblesse à un genre littéraire délaissé depuis bien longtemps: le conte.

La grammaire est une chanson douce est à la fois une parodie du Petit Prince et un hommage à ce fou de mots qu'était Saint-Exupéry. On songe à Daniel Pennac, bien sûr, cet autre fou d'écriture, prof amoureux des lettres qui ensoleilla la scolarité de tant de gamins rivés à leur table d'écolier avec un livre de combat, Comme un roman. Le conte, c'est l'élégance suprême. Dans un monde qui se nourrit exclusivement d'explications, de commentaires, de décryptages, d'analyses ou d'expertises, le conte est le refuge de l'exubérance, du farfelu, de l'hallucination. Le refuge des possibles.

D'un autre genre, plus romanesque, le livre d'Erik Orsenna, La grammaire est une chanson douce, s'inscrit dans une lignée d'ouvrages " d'initiation culturelle " comme le Monde de Sophie ou le Voyage de Théo. L'académicien raconte l'histoire de Judith et de son frère aîné Thomas qui, après un naufrage, explorent une île enchantée, territoire merveilleux des mots. Grâce à l'accompagnement lumineux et charmeur d'un vieux musicien poète, Monsieur Henri, avatar non déguisé du chanteur Henri Salvador, ils redécouvrent le plaisir oublié depuis longtemps des sons, des sens, et des émotions du langage. La grammaire se transforme ainsi pour Judith en une ville joyeuse où les noms, les articles, les verbes et les conjonctions se promènent bras dessus bras dessous, " étirant tranquillement leurs syllabes dans l'air ". Plus instructif et surtout plus amusant que de retenir la définition de l'apposition, " fonction relative entre le mot (ou groupe de mots) apposé et le mot auquel il est mis en apposition, relation identique, pour le sens, à celle qui lie l'attribut et le terme auquel il renvoie, mais différente du point de vue syntaxique, car elle n'est pas établie par le verbe ". Ouf ! Ce charabia, édicté par l'acariâtre Mme Jargonos, qui affirme sans vergogne aimer la langue, est tiré des textes officiels des programmes de la 6e. Pour Judith, à dix ans, c'est un peu obscur et décourageant ! Pourquoi être triste et amphigourique quand une phrase toute simple peut être, comme le prouve Monsieur Henry, une si belle musique ?

Erik Orsenna a écrit là une critique, allégorique mais très claire, de l'évolution des méthodes pédagogiques du français. Mais ce livre est, avant tout, par sa naïveté, son évocation-hommage d'Henri Salvador et ses délicates aquarelles, un conte éducatif. Pour enfants, et pour ministres.
Pascal Jourdana l’humanité
01 Janvier 2002 - CULTURES

http://mondalire.pagesperso-orange.fr/grammaire.htm

_________________
Mettez des pouces verts sur : http://www.youtube.com/user/Choristenimes/videos

Si les élections pouvaient changer la société, elles seraient interdites.

frankenstein
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eléméntaire, collège : A quoi sert la grammaire ?

Message par Padre P. Lucas le Mer 21 Déc 2011 - 14:13

à quoi sert la grammaire ? joker, appel à un ami :
La question de l'apprentissage de la grammaire est
l'une des questions les plus complexes du point de vue méthodologique
et psychologique, étant donné que la grammaire est une matière
spécifique qui semble peu nécessaire, peu utile à l'enfant.
L'arithmétique donne à celui-ci des savoir-faire nouveaux. L'enfant
qui ne savait pas additionner ni diviser apprend à le faire grâce à
la connaissance de l'arithmétique. Mais la grammaire, semblerait-il,
ne lui donne aucun savoir-faire nouveau. Avant même d'entrer à
l'école, il sait décliner et conjuguer. Que lui apprend donc de
nouveau la grammaire? Si l'on suit ce jugement, qui est à la base du
mouvement contre la grammaire, celle-ci doit être éliminée du
système des matières scolaires en raison de son inutilité, car
elle ne donne pas dans le domaine du langage des savoir-faire
nouveaux que l'enfant ne posséderait pas auparavant. Cependant
l'analyse de l'apprentissage grammatical, tout comme celle du langage
écrit, montre son immense importance pour le développement général
de la pensée enfantine.
L'enfant, bien entendu, sait décliner et conjuguer
bien avant d'aller à l'école. Bien avant l'école, il maîtrise
pratiquement toute la grammaire de sa langue maternelle. Il décline
et conjugue mais il ne sait pas qu'il décline et conjugue....
L'enfant maîtrise donc certains savoir-faire dans
le domaine du langage mais il ne sait pas qu'il les maîtrise. Ces
opérations ne sont pas devenues conscientes. Cela se manifeste par
le fait qu'il les maîtrise spontanément dans une situation
déterminée, automatiquement, c'est-à-dire lorsque par certaines de
ses grandes structures la situation l'incite à faire preuve de ces
savoir-faire, mais qu'en dehors d'une structure déterminée,
c'est-à-dire de manière volontaire, consciente et intentionnelle,
il ne sait pas faire ce qu'il sait faire involontairement.
L'utilisation de son savoir-faire a par conséquent des limites.
Le caractère non conscient et le caractère
involontaire apparaissent à nouveau comme deux parties d'un tout.
Cela vaut également pour les habiletés grammaticales de l'enfant,
ses déclinaisons et ses conjugaisons. L'enfant emploie le cas juste
et la forme verbale juste dans la structure d'une phrase déterminée
mais il n'a aucune idée du nombre de ces formes, il est incapable de
décliner un nom ou de conjuguer un verbe. L'enfant d'âge
préscolaire maîtrise déjà toutes les formes grammaticales et
syntaxiques fondamentales. Au cours de l'apprentissage de sa langue
maternelle à l'école il n'acquiert pas d'habiletés essentiellement
nouvelles quant aux formes et structures grammaticales et
syntaxiques. De ce point de vue l'apprentissage de la grammaire est
effectivement inutile. Mais l'enfant apprend à l'école, et en
particulier grâce au langage écrit et à la grammaire, à prendre
conscience de ce qu'il fait et, par conséquent, à utiliser
volontairement ses propres savoir-faire. Il y a transfert de son
savoir-faire d'un plan inconscient, automatique sur un plan
volontaire, intentionnel et conscient.
Lev Vygotski Pensée
et langage
, p.
343-345.





Padre P. Lucas
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eléméntaire, collège : A quoi sert la grammaire ?

Message par frankenstein le Mer 21 Déc 2011 - 14:30

Globalement d'accord...mais pas en totalité ! Rolling Eyes

Avant même d'entrer à
l'école, il sait décliner et conjuguer. Que lui apprend donc de
nouveau la grammaire? Si l'on suit ce jugement, qui est à la base du
mouvement contre la grammaire, celle-ci doit être éliminée du
système des matières scolaires en raison de son inutilité, car
elle ne donne pas dans le domaine du langage des savoir-faire
nouveaux que l'enfant ne posséderait pas auparavant
Descartes

_________________
Mettez des pouces verts sur : http://www.youtube.com/user/Choristenimes/videos

Si les élections pouvaient changer la société, elles seraient interdites.

frankenstein
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eléméntaire, collège : A quoi sert la grammaire ?

Message par Rikki le Mer 21 Déc 2011 - 14:37

Les enfants russes savent décliner et conjuguer... au moins autant que les enfants français connaissent le genre des mots !

_________________
mon site sur l'écriture : www.ecritureparis.fr

Rikki
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eléméntaire, collège : A quoi sert la grammaire ?

Message par Kamol le Mer 21 Déc 2011 - 14:58

@hophophop a écrit:Pas bcp de temps là tout de suite et pas tout lu, mais quand les élèves me posent la question, je réponds grosso modo que maîtriser la grammaire, c'est montrer qu'on a le pouvoir sur le langage.
Et de fait, c'est bcp comme ça que je le conçois... ça fonctionne à tous les niveaux il me semble car au collège ça permet "juste" -mais c'est déjà bcp, évidemment - de construire des phrases correctes, d'exprimer les choses avec justesse, et + tard, tout ce qui concerne la grammaire et la stylistique permet surtout d'affiner la compréhension des textes littéraires subtils.

Ça me plaît beaucoup comme réponse.

Kamol
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum