La dictature de l'innovation.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La dictature de l'innovation.

Message par John le Dim 1 Jan 2012 - 23:31

Le dogme de l'innovation remis en cause par Karine Aubry, de l'ESC Bordeaux : http://www.kolibricoaching.com/2011/12/dictature-de-l-innovation/

Un extrait ici :
[...] On distingue globalement deux types d’innovation :
- l’innovation incrémentale ou amélioration continue, que nous pratiquons dans nos entreprises : 2.0 => 2.1
- l’innovation de rupture, celle qui fait rêver, qui révolutionne quelque chose : 2.0 => 3.0 ou pourquoi pas 10.0 !

L’innovation incrémentale ou amélioration continue, l’entreprise en aurait besoin pour survivre selon les économistes ; dans un contexte de compétition, elle lui permet de mieux répondre aux besoins du marché et de prendre un avantage concurrentiel sur ses compétiteurs. Cette innovation s’inscrit dans une continuité.
ex : un fabricant d’appareils photos numériques intègre une technologie de compression vidéo 2 fois plus performante.

Quant à l’innovation de rupture, comme son nom l’indique elle crée un saut technologique. Elle change la donne, elle invente un nouveau monde.
ex : l’apparition du premier appareil photo numérique. [...]

La machine infernale de l’innovation incrémentale

Innover pour améliorer et renouveler, très bien. Mais peut-on ordonner à une personne ou un groupe de le faire ?

Je vois ici 3 difficultés.

1. Une injonction paradoxale

D’abord, l’injonction « Sois Innovant » m’apparaît comme paradoxale :

- d’un côté elle demande une exécution, elle impose de suivre une règle (Innover)
- de l’autre elle demande de se libérer de l’existant pour créer du nouveau (Innover)

Ce qui revient à : il faut que je suive des règles tout en m’affranchissant de toutes règles.
Certes Google, par exemple, demande à ses collaborateurs d’innover. Mais pas en leur disant « Sois Innovant » ! Google a mis en place sa célèbre politique d’innovation « Innovation Time Off » (ITO) en encourageant ses salariés à passer 20% de leur temps de travail sur des projets qui les intéressaient personnellement. Des innovations importantes sont nées dans ce processus : Gmail, AdSense…

D’après cet exemple l’innovation même incrémentale ne se commande pas, mais survient si on lui crée un espace suffisant. Le débat est ouvert !

2. Une source de stress

Ensuite l’innovation imposée, comme des changements trop fréquents d’organisation, de méthodes ou encore d’outils de travail, constitue une source de stress important. Dans certains secteurs (Internet / Telecom) l’impulsion est même frénétique, créant une menace : comme s’adapter ? Comment être efficace ?
ex : dans le domaine des téléphones mobiles, les modèles et versions évoluent très rapidement. Chez un opérateur télécom, les réorganisations d’équipes suivaient le même rythme et l’on passait plus de temps en réorganisations qu’en production de projets et produits.

Le problème de ces impulsions frénétiques d’innovation, c’est qu’elles touchent directement notre cerveau dans sa faculté d’adaptation. Notre stress du XIXe siècle est essentiellement une menace intérieure, un stress cognitif (voir les travaux de Jacques Fradin à ce sujet, cf. L’intelligence du stress). En gros, on en demande trop à notre belle machine cérébrale : nous n’avons pas encore muté pour suivre le rythme des changements à un rythme haut débit.

3. Parfaire empêche d’exceller

« Innovation = Better tools, better process » dit l’infographie The New Workstyle . Mieux… dans tous les cas ?
Le mieux est l’ennemi du bien, dit-on ; j’ajouterais « le parfait est l’ennemi de l’excellent ».

Le problème avec l’innovation, c’est qu’elle nous pousse toujours en avant alors que parfois, nous sommes arrivés à un stade de développement tout à fait satisfaisant. Une vraie question est donc : peut-on toujours faire mieux ?

Nous retrouvons la même démarche que celle du perfectionniste qui manque la marche de l’excellence et continue son travail, errant dans les nuées de la perfection. Sois innovant, sois parfait ?

Quelques réponses sous forme d’expressions déjà entendues :

On ne change pas une équipe qui gagne
en anglais : Stick with winning formula
Le mieux est l’ennemi du bien (Voltaire, Dictionnaire philosophique portatif, en 1764)
… ajoutez la vôtre ici

Finalement, à vouloir toujours innover, nous rejetons parfois des solutions excellentes, uniquement parce qu’elles ne sont pas nouvelles.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: La dictature de l'innovation.

Message par Docteur OX le Lun 2 Jan 2012 - 8:10

Allez vite, il faut Néoprofs.02 Version Pro HD Intel inside wifi 3G+ usb3...


Docteur OX
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: La dictature de l'innovation.

Message par Cath le Lun 2 Jan 2012 - 10:52

Article très intéressant.

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum