Mrs Johnson enseigne en collège à Washington D.C. Cette année, elle a gagné 7500 dollars par mois.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mrs Johnson enseigne en collège à Washington D.C. Cette année, elle a gagné 7500 dollars par mois.

Message par John le Lun 2 Jan 2012 - 1:51

http://www.nytimes.com/2012/01/01/education/big-pay-days-in-washington-dc-schools-merit-system.html?src=me&ref=general

WASHINGTON — During her first six years of teaching in this city’s struggling schools, Tiffany Johnson got a series of small raises that brought her annual salary to $63,000, from about $50,000. This year, her seventh, Ms. Johnson earns $87,000.

That latest 38 percent jump, unheard of in public education, came after Ms. Johnson was rated “highly effective” two years in a row under Washington’s new teacher evaluation system. Those ratings also netted her back-to-back bonuses totaling $30,000.

“Lots of teachers leave the profession, but this has kept me invested to stay,” said Ms. Johnson, 29, who is a special-education teacher at the Ron H. Brown Middle School in Northeast Washington. “I know they value me.”

That is exactly the idea behind what admirers consider the nation’s most advanced merit pay system for public school teachers. This fall, the District of Columbia Public Schools gave sizable bonuses to 476 of its 3,600 educators, with 235 of them getting unusually large pay raises.

“We want to make great teachers rich,” said Jason Kamras, the district’s chief of human capital.

The profession is notorious for losing thousands of its brightest young teachers within a few years, which many experts attribute to low starting salaries and a traditional step-raise structure that rewards years of service and academic degrees rather than success in the classroom.

Many districts have tried over the last decade to experiment with performance pay systems but have frequently been thwarted by powerful teachers’ unions that negotiated the traditional pay structures. Those that have implemented merit pay have generally offered bonuses of a few thousand dollars, often as an incentive to work in hard-to-staff schools or to work extra hours to improve students’ scores. Several respected studies have found that such payments have scant effect on student achievement; since most good teachers already work hard, before and after class, there are limits to how much more can be coaxed out of them with financial incentives.

But Washington is the leader among a handful of large cities that are seeking a more fundamental overhaul of teacher pay. Alongside the aggressive new evaluation system that has made the city famous for firing poor-performing teachers — more than 400 over the past two years — is a bonus-and-raise structure aimed at luring talented people to the profession and persuading the most effective to stick with it.

“The most important role for incentives is in shaping who enters the teaching profession and who stays,” said Eric A. Hanushek, a professor of economics at the Hoover Institution at Stanford University. “Washington’s incentive system will attract talented teachers, and it’ll help keep the best ones.”

Under the system, known as Impact Plus, teachers rated “highly effective” earn bonuses ranging from $2,400 to $25,000. Teachers who get that rating two years in a row are eligible for a large permanent pay increase to make their salary equivalent to that of a colleague with five more years of experience and a more advanced degree.

Those rewards come with risk: to receive the bonuses and raises, teachers must sign away some job security provisions outlined in their union contract. About 20 percent of the teachers eligible for the raises this year and 30 percent of those eligible for bonuses turned them down rather than give up those protections.

One persistent critic of the system is Nathan Saunders, president of the Washington Teachers Union, who argues that the evaluations do not adequately take into account the difficulties of working in poor neighborhoods. He also says that performance pay inappropriately singles out stars.

“This boutique program discourages teachers from working together,” Mr. Saunders said.

Several other big-city school systems have recently tried to break out of the mold of paying all teachers according to a single salary schedule.

In 2007, Denver enacted a merit pay system, which President Obama has praised but experts see as flawed. It gives larger monetary awards to teachers who earn advanced degrees than to those who significantly improve student achievement, though there is little evidence that students learn more when taught by teachers with advanced degrees.

The system in Houston, also adopted in 2007, defines classroom success so broadly that it rewards more than half of all teachers with bonuses. The amounts are smaller than those in Washington; the maximum possible bonus last year was $11,330.

This fall, the Miami-Dade County School District gave one-time bonuses, financed with $14 million in federal grant money, to 120 teachers. Eighty-four of them received $4,000 each, and 12 got the top payout of $25,000.

Karen Sutton, who teaches honors English at a Miami high school, was one of the 12.

“To have somebody say you’ve done a great job, that feels wonderful,” said Ms. Sutton, 56, who is in her 23rd year of teaching in Miami and has a salary of about $55,000. “But does it affect how I teach or whether I keep teaching? No. I’ve never thought, ‘If I get a bonus, I’ll stick this out.’ ”

Marta Maria Arrocha, who is 47 and teaches reading to fourth graders, was another $25,000 winner, which she described as exhilarating. Still, Ms. Arrocha, who has been teaching nine years, said she “would tend to discourage students who say they want to go into teaching.”

“I try to nitpick — is this really what you want to do?” she said. “A lot of people look down on this profession.”

Washington, like several other cities that have rolled out merit pay programs, first promoted the plan mainly by emphasizing the top compensation that someone could earn in a single year: about $130,000 annually in salary and performance bonuses. But earning that much is rare if not impossible — it requires the most experienced teachers, with the most advanced degrees, to have the best possible performance, something yet to be achieved.

Mr. Kamras, who helped design the Washington system, said he considered the most important aspect of Impact Plus to be the permanent increases awarded to outstanding teachers early in their careers, many of whom might otherwise leave the profession.

Take Mark LaLonde. At 32, he is in his seventh year as a social studies teacher at a high school in Washington. But he lives in Baltimore, where his wife works, and had considered working in the Baltimore schools to avoid the tiresome commute. But he gave up that flirtation after receiving the “highly effective” rating twice and having his salary increase to $87,000 from about $58,000 last year. He also earned a bonus of $10,000 for two consecutive years. In Baltimore, the union pay scale suggests that he would be making in the low $50,000s.

Jimmie Roberts, who is 28 and tutors slow readers, saw his salary increase to about $75,000 in 2011-12, from about $52,000 last year, in addition to receiving $30,000 in bonuses over two years. The money and recognition, he said, helped dispel the discouragement he had felt having to work a second job, as a greeter in a wine bar on nights and weekends, to pay off college loans.

Ms. Johnson, the seventh-grade special-education teacher, received her highly effective rating — and all the extra money — because her students’ test scores had improved significantly, and because administrators who had visited her classroom came away impressed.

“She’ll get a class full of kids who are below basic, who can’t read, and by the time they leave, they’ll be scoring well above basic or proficient,” said Remidene Diakite, the assistant principal at Ms. Johnson’s school. “A big part of her success is she puts so much effort into figuring out her students and teaching to their weaknesses.”

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mrs Johnson enseigne en collège à Washington D.C. Cette année, elle a gagné 7500 dollars par mois.

Message par John le Lun 2 Jan 2012 - 1:53

Pour résumer : faut-il un système au mérite comme à Washington D.C., où on peut virer 400 enseignants en 2 ans et donner un salaire de rêve à quelques-uns très bien notés, ou bien faut-il un système plus égalitaire qui offre une protection de l'emploi mais un salaire assez bas pour tout le monde ?

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mrs Johnson enseigne en collège à Washington D.C. Cette année, elle a gagné 7500 dollars par mois.

Message par Jane le Lun 2 Jan 2012 - 7:49

je ne sais pas John, mais ceux qui restent (en France, s'entend) vu ce qu'ils subissent, valent mieux, beaucoup mieux. Surtout qu'en France, on doit en être à... allez, au bas mot... 30 000 postes en moins en 2 ans, non ? Certes ceux qui restent ne sont pas forcément les meilleurs puisque ce sont ceux qui n'ont pas encore atteint l'âge de la retraite.
Tout ça me semble terriblement compliqué; le "bon prof" sera-t-il celui qui s'entend avec son chef ? Etre bon prof, sera-ce être servile avec sa hiérarchie, ou impliqué dans son travail, ou innovant, ou passionnant, ou tout à la fois ? Le bon prof, est-ce que ce sera celui qui arrivera à "avoir la paix" dans un établissement particulièrement difficile ou celui qui arrivera à faire un bon cours dans un établissement huppé ?
Bref, le mérite me semble être une notion extrêmement compliquée à évaluer humhum Donc je dis...
Conservons notre système ! yesyes

Jane
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mrs Johnson enseigne en collège à Washington D.C. Cette année, elle a gagné 7500 dollars par mois.

Message par pseudo-alison le Lun 2 Jan 2012 - 8:10

La question de savoir 'qu'est-ce qu'un bon prof ?' est très intérréssante !

pseudo-alison
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mrs Johnson enseigne en collège à Washington D.C. Cette année, elle a gagné 7500 dollars par mois.

Message par Nemuyoake le Lun 2 Jan 2012 - 8:15

Les deux systèmes ont des bons et des mauvais côtés... Moi je veux bien 7500 dollars par mois, mais le jour où je suis malade (un cancer par exemple ?), on me balance comme une vieille chaussette parce que je ne suis plus efficace ?
Et je veux bien avoir la sécurité de l'emploi, mais trimer pour peanuts c'est déprimant...
Je veux le beurre, l'argent du beurre et le popotin du crémier ! Il est où le crémier ?? yesyes

Nemuyoake
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mrs Johnson enseigne en collège à Washington D.C. Cette année, elle a gagné 7500 dollars par mois.

Message par Daphné le Lun 2 Jan 2012 - 8:45

@Jane a écrit:je ne sais pas John, mais ceux qui restent (en France, s'entend) vu ce qu'ils subissent, valent mieux, beaucoup mieux. Surtout qu'en France, on doit en être à... allez, au bas mot... 30 000 postes en moins en 2 ans, non ? Certes ceux qui restent ne sont pas forcément les meilleurs puisque ce sont ceux qui n'ont pas encore atteint l'âge de la retraite.
Tout ça me semble terriblement compliqué; le "bon prof" sera-t-il celui qui s'entend avec son chef ? Etre bon prof, sera-ce être servile avec sa hiérarchie, ou impliqué dans son travail, ou innovant, ou passionnant, ou tout à la fois ? Le bon prof, est-ce que ce sera celui qui arrivera à "avoir la paix" dans un établissement particulièrement difficile ou celui qui arrivera à faire un bon cours dans un établissement huppé ?
Bref, le mérite me semble être une notion extrêmement compliquée à évaluer humhum Donc je dis...
Conservons notre système ! yesyes

Tout à fait d'accord avec ça : qui sera le bon prof ???????? et là je crains le pire selon certains évaluateurs humhum

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mrs Johnson enseigne en collège à Washington D.C. Cette année, elle a gagné 7500 dollars par mois.

Message par MarieL le Lun 2 Jan 2012 - 12:49

@Daphné a écrit:
@Jane a écrit:je ne sais pas John, mais ceux qui restent (en France, s'entend) vu ce qu'ils subissent, valent mieux, beaucoup mieux. Surtout qu'en France, on doit en être à... allez, au bas mot... 30 000 postes en moins en 2 ans, non ? Certes ceux qui restent ne sont pas forcément les meilleurs puisque ce sont ceux qui n'ont pas encore atteint l'âge de la retraite.
Tout ça me semble terriblement compliqué; le "bon prof" sera-t-il celui qui s'entend avec son chef ? Etre bon prof, sera-ce être servile avec sa hiérarchie, ou impliqué dans son travail, ou innovant, ou passionnant, ou tout à la fois ? Le bon prof, est-ce que ce sera celui qui arrivera à "avoir la paix" dans un établissement particulièrement difficile ou celui qui arrivera à faire un bon cours dans un établissement huppé ?
Bref, le mérite me semble être une notion extrêmement compliquée à évaluer humhum Donc je dis...
Conservons notre système ! yesyes

Tout à fait d'accord avec ça : qui sera le bon prof ???????? et là je crains le pire selon certains évaluateurs humhum

J'aimerais bien que la nouvelle évaluation ne soit pas celle qui attend dans les tiroirs. Mais si cela devait arriver, j'ai débuté ma vie active en entreprise, et il se trouve que les cadres dont je dépendais avaient tous des méthodes de travail différentes (pour les mêmes tâches s'entend !). Le tout est de connaître les marottes de chacun et de paraître s'y conformer. Je ne dis pas que ce soit enrichissant, ni utile, mais ce sera possible dans la majorité des cas.
Le seul problème c'est que le salaire de rêve pour nous il n'est pas prêt d'arriver !

MarieL
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mrs Johnson enseigne en collège à Washington D.C. Cette année, elle a gagné 7500 dollars par mois.

Message par Invité le Lun 2 Jan 2012 - 19:17

@John a écrit:Pour résumer : faut-il un système au mérite comme à Washington D.C., où on peut virer 400 enseignants en 2 ans et donner un salaire de rêve à quelques-uns très bien notés, ou bien faut-il un système plus égalitaire qui offre une protection de l'emploi mais un salaire assez bas pour tout le monde ?

c'est quoi cette alternative? heu

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mrs Johnson enseigne en collège à Washington D.C. Cette année, elle a gagné 7500 dollars par mois.

Message par John le Lun 2 Jan 2012 - 19:20

Ou toute autre solution ! Very Happy

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mrs Johnson enseigne en collège à Washington D.C. Cette année, elle a gagné 7500 dollars par mois.

Message par neomath le Lun 2 Jan 2012 - 20:22

A chaque fois qu'un :colere: me bassine sur le thème de "il faut payer les profs au mérite" je lui pose une question :
- Il est fabriqué par qui l'appareil à mesurer la qualité de l'enseignement ?

Et s'il insiste encore j'en ai une deuxième :
- Mais au fait dans ta boîte c'est vraiment les meilleurs qui ont les promotions et pas les fayots et les arrivistes ?

Ce qu clôt généralement le débat.

_________________
“L'ignorance et la bêtise sont des facteurs considérables de l'Histoire.”
  Raymond Aron

neomath
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mrs Johnson enseigne en collège à Washington D.C. Cette année, elle a gagné 7500 dollars par mois.

Message par neo le Mar 3 Jan 2012 - 13:09

@Daphné a écrit:
@Jane a écrit:je ne sais pas John, mais ceux qui restent (en France, s'entend) vu ce qu'ils subissent, valent mieux, beaucoup mieux. Surtout qu'en France, on doit en être à... allez, au bas mot... 30 000 postes en moins en 2 ans, non ? Certes ceux qui restent ne sont pas forcément les meilleurs puisque ce sont ceux qui n'ont pas encore atteint l'âge de la retraite.
Tout ça me semble terriblement compliqué; le "bon prof" sera-t-il celui qui s'entend avec son chef ? Etre bon prof, sera-ce être servile avec sa hiérarchie, ou impliqué dans son travail, ou innovant, ou passionnant, ou tout à la fois ? Le bon prof, est-ce que ce sera celui qui arrivera à "avoir la paix" dans un établissement particulièrement difficile ou celui qui arrivera à faire un bon cours dans un établissement huppé ?
Bref, le mérite me semble être une notion extrêmement compliquée à évaluer humhum Donc je dis...
Conservons notre système ! yesyes

Tout à fait d'accord avec ça : qui sera le bon prof ???????? et là je crains le pire selon certains évaluateurs humhum
+ 1 !
Et je rappelle que les chefs d'établissement, eux, ont un avancement à rythme unique, le même pour tous, et un salaire plus confortable que le nôtre... Alors pourquoi pas nous ?

neo
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum