que peut-on me demander pour prendre en charge un élève dysorthographique ?

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: que peut-on me demander pour prendre en charge un élève dysorthographique ?

Message par sand le Ven 20 Jan 2012 - 6:07

Non Arcturus38 je ne suis pas méprisante. Je fais ce que je peux, mais mes journées ne sont pas extensibles.

sand
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: que peut-on me demander pour prendre en charge un élève dysorthographique ?

Message par Nemuyoake le Ven 20 Jan 2012 - 8:12

Et les cours sus par coeur à la place de les écrire ? Cours sur magnétophone, vérification de l'ortho à l'oral (ça prend 5 min même pas pour voir si le gamin a appris l'ortho des mots qu'il devait apprendre. L'orthographe est apprise à l'oral : mot dit, puis épelé sur l'enregistrement) et passage à l'ordi quand il faut écrire des trucs longs. Comme ça, il est obligé de bosser.

EDIT et bien sûr les enregistrements, c'est pas toi qui les fais. Il a des parents, ce petit, non ?

Nemuyoake
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: que peut-on me demander pour prendre en charge un élève dysorthographique ?

Message par Celeborn le Ven 20 Jan 2012 - 9:12

@victor44 a écrit:
@lilith888 a écrit:C'est surtout nous qui méritons mieux, en termes financiers et en moyens humains.


mais les moyens humains c'est nous, pourquoi systématiquement dire que ce n'est pas notre job. Aider les élèves c'est notre métier, faire preuve de bienveillance, je vois pas le rapport avec les restrictions budgetaires. Si la MDPH décide que c'est nécessaire, l'AVS est toujours accordé.

Si une autre prise en charge est suffisante (pas de handicap reconnu par la mdph mais PAI demandé par le médecin) doit-on envoyer l'élève bouler au pretexte que ça nous fait un surcroit de travail?

Pour moi la réponse sera toujours non et j'aiderai l'élève quoi qu'il m'en coute. C'est ma conception du métier et ça m'attriste de lire certains posts de ce fil...

Plusieurs choses :

1) S'il y a AVS, il y a bien moyens humains. Sauf que chez nous, par exemple, l'élève n'est pas suivi toute la semaine par l'AVS. On fait quoi, quand il n'est pas là ? On pallie son absence (dans ce cas, à quoi sert-il ?) ? On prétend inclure ces élèves et même quand ils doivent avoir un AVS à temps complet, ils ne l'ont pas.

2) Chez nous, on n'a plus de médecin scolaire. C'est ça, aussi, les moyens humains dont on parle.

3) Et donc, pour gérer cette pénurie, on demande aux gentils professeurs de faire tout le boulot d'inclusion, et on le leur demande gratuitement. C'est une plaisanterie. Alors on peut mettre en place un système de photocopies des cours d'un camarade qui écrit bien ; on peut mettre en place des contrôles adaptés, mais le professeur seul ne peut pas se charger d'un élève qui, par exemple, ne sait pas lire et écrire tout en faisant son cours à une classe entière de 30, surtout s'il n'est pas formé à ça. Alors si on veut faire de l'inclusion dans les classes, oui, il faut des moyens importants, et non demander à des personnels non formés de faire ça gratuitement, en sus de leur métier, et seuls. Donnez-nous des médecins, un AVS pour chaque élève pour toute la semaine, et du temps d'enseignement en moins pour pouvoir faire ce temps de réunion en +. Toute autre solution est du bricolage plein de bons sentiments mais qui se moque en premier lieu des élèves qu'on prétend aider.


Dernière édition par Celeborn le Ven 20 Jan 2012 - 9:17, édité 1 fois

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: que peut-on me demander pour prendre en charge un élève dysorthographique ?

Message par Thalia de G le Ven 20 Jan 2012 - 9:15

+ 1000 Celeborn.

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: que peut-on me demander pour prendre en charge un élève dysorthographique ?

Message par Nuits le Ven 20 Jan 2012 - 9:18

@victor44 a écrit:
@lilith888 a écrit:C'est surtout nous qui méritons mieux, en termes financiers et en moyens humains.


mais les moyens humains c'est nous, pourquoi systématiquement dire que ce n'est pas notre job. Aider les élèves c'est notre métier, faire preuve de bienveillance, je vois pas le rapport avec les restrictions budgetaires. Si la MDPH décide que c'est nécessaire, l'AVS est toujours accordé.

Si une autre prise en charge est suffisante (pas de handicap reconnu par la mdph mais PAI demandé par le médecin) doit-on envoyer l'élève bouler au pretexte que ça nous fait un surcroit de travail?

Pour moi la réponse sera toujours non et j'aiderai l'élève quoi qu'il m'en coute. C'est ma conception du métier et ça m'attriste de lire certains posts de ce fil...

Cela t'a-t-il déjà coûté bien cher ? C'est peut-être parce que je débute, mais je n'ai objectivement pas le temps. J'ai, quand je suis très en avance, au mieux trois jours de marge dans mes prep, ce qui me permet de dormir plus de 6H00 par nuit, de voir mon conjoint plus d'une heure par jour, de payer mes factures, faire un brin de ménage etc. Et parfois même voir des amis ou ma famille ! On verra bien quand j'aurai 1) plus d'expérience (et quelques cours déjà prêts) 2) un poste fixe 3) un service sur un seul établissement 4) pas d'heure sup imposées etc. 5) pas de réunions, de projets, d'AP et j'en passe... On ne peut pas toujours tout nous demander, faut choisir.

Alors encore une fois, c'est bien beau de toujours critiquer ces méchants profs qui font tout pour couler les élèves en difficulté sur l'autel de l'élitisme, mais faudrait pas exagérer. Qu'on remette d'abord à plat notre temps de travail / nos missions / nos rémunérations etc. ensuite on verra ce que les enseignants doivent et peuvent faire. Alors je vais dire quelque chose de terriblement grossier et déplacé mais... enseigner, c'est un travail pour lequel je suis rémunérée, pas ma vie. . Je suis payée, je travaille, je ne le suis pas... je ne travaille pas.
C'est dingue non ?

Et puis, tant que nous y sommes, ce serait bien d'apporter de VRAIES formations sur ces sujets, parce qu'actuellement les formations en question consistent surtout à reproduire ces discours-là ("comment ? Vous ne voulez pas taper la correction des exos pour le pauvre Kevin sous prétexte que vous devriez travailler après 23h00 ? Ah mais vous n'agissez pas en fonctionnaires éthiques et responsables ! Par votre faute, Kevin sera en échec scolaire, il va rater sa vie! Vite, rentrez chez vous vous flageller, et vous me réciterez dix Saint-Meirieux pour votre peine")


Bref, donnez-moi de l'injonctif (que l'on sert si bien aux enseignants, moins aux élèves), je ferme les oreilles. Offrez-moi un brin de reconnaissance, cessez de me traiter comme un technicien chargé d'appliquer sans broncher toutes les fariboles ministérielles, et je vous écouterai...


_________________
C'est dans l'intérêt de l'enfant. Very Happy

Nuits
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: que peut-on me demander pour prendre en charge un élève dysorthographique ?

Message par lilith888 le Ven 20 Jan 2012 - 9:37

@victor44 a écrit: Si la MDPH décide que c'est nécessaire, l'AVS est toujours accordé.

Si une autre prise en charge est suffisante (pas de handicap reconnu par la mdph mais PAI demandé par le médecin) doit-on envoyer l'élève bouler au pretexte que ça nous fait un surcroit de travail?

Premier point : c'est faux. Hélas.

Deuxième point : notre métier ne relève pas du sacerdoce.

lilith888
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: que peut-on me demander pour prendre en charge un élève dysorthographique ?

Message par victor44 le Ven 20 Jan 2012 - 9:50

@Celeborn a écrit:on demande aux gentils professeurs de faire tout le boulot d'inclusion, et on le leur demande gratuitement. C'est une plaisanterie.

se charger d'un élève qui, par exemple, ne sait pas lire et écrire tout en faisant son cours à une classe entière de 30,

Oui il m'arrive de faire des choses gratuitement, et je méprise ceux qui systématiquement comptent leurs heures. Attention, moi aussi je suis vigilant à ne pas me laisser déborder par le boulot (je prends peu ou pas d'HS, ne participe pas aux voyages, ne tombe pas dans la réunionite etc...), mais si quelquechose est nécessaire, je le fait sans me demander si je vais être payé pour. Si ce n'est pas fait je ne pourrais me convaincre que c'est la faute du ministre et pas la mienne.

Un élève dysorthographique sait lire et écrire, on demande à ce que sa particularité soit prise en compte. Je ne vois pas ce que ça nous coute.

Un élève qui ne sait ni lire ni écrire (s'il en est physiquement ou pathologiquement incapable) en collège est forcément en ULIS.

Il y a une part d'altruisme et d'humanisme dans notre métier. Si on dit qu'il faut compter nos heures, c'est le meilleur moyen qu'on nous oblige à rester au collège (c'est ce qui risque de nous arriver dans la tronche et ça me gave parceque cette liberté est précisément une des choses que j'aime particulièrement dans mon métier) Si je veux aller à la piscine ou au ciné mardi à 14h quand j'ai pas cours et qu'il n'y a personne, j'adore. Je ne voudrais perdre ça au prétexte que certains ne veulent pas s'investir.

Après le ministère va dire: en math c'est 25h devant élève, en EPS 30, en philo12. Et tout le monde scotché au bahut (plutot mourir)

victor44
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: que peut-on me demander pour prendre en charge un élève dysorthographique ?

Message par lilith888 le Ven 20 Jan 2012 - 10:07

@victor44 a écrit: Si on dit qu'il faut compter nos heures, c'est le meilleur moyen qu'on nous oblige à rester au collège (c'est ce qui risque de nous arriver dans la tronche et ça me gave parceque cette liberté est précisément une des choses que j'aime particulièrement dans mon métier) Si je veux aller à la piscine ou au ciné mardi à 14h quand j'ai pas cours et qu'il n'y a personne, j'adore. Je ne voudrais perdre ça au prétexte que certains ne veulent pas s'investir.

Sinon, on peut retourner le truc : à force de faire des choses gratuitement, on va augmenter nos heures, sans être payé plus (ben oui, vous le faîtes déjà gratuitement...)

lilith888
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: que peut-on me demander pour prendre en charge un élève dysorthographique ?

Message par Nuits le Ven 20 Jan 2012 - 10:44

Tant mieux pour toi. Je m'accommode fort bien de ton mépris sans problème.
Pas de celui de l'institution, certainement pas.
Je le répète, je travaille déjà beaucoup, bien au-delà des 45h00.
Aller au ciné le mardi à 14h00 ? Tu en as de la chance ! J'ai des conditions de travail pas du tout idéales. Je n'ai pas de temps libre en semaine. Mon edt est "éclaté" sur toute la semaine, je change d'établissement en cours de demie-journée plusieurs fois par semaine. Bref, je débute, j'ai les conditions qui vont avec.
J'aime le travail bien fait (eh oui...) et par conséquent, je ne peux pas me satisfaire des cours préparés par tranches de 50 min dans un SDP bruyante. C'est donc un travail à reprendre le soir à la maison.
Bref, refuser de bosser gratis pour tout tout le temps, ça ne signifie pas faire un travail de merde sur "35h00-par-semaine-pas-une-minute-de-plus"
C'est poser les limites.

Maintenant Victor, je te pose encore une fois la question: quand tu dis "quoi qu'il m'en coûte", de quels sacrifices parles-tu ? Je ne t'interroge pas sur les sacrifices que tu as fait personnellement. Je voudrais savoir où tu poses la limite.

L'an dernier, j'étais stagiaire, avec les mêmes conditions pourries que cette année (plusieurs etb dont un classé, pas de tuteur pendant un moment etc etc).
Cette année-là, j'ai vraiment travaillé "quoi qu'il m'en coûte" pour pour être titularisée:
J'ai failli atterrir à l'hôpital tellement j'étais physiquement épuisée, j'ai perdu beaucoup de poids et suis tombée à 41 kg, , tension 8/5
Je ne voyais plus mes amis.
Mon couple a bien failli exploser.
Un vendredi soir, j'ai voulu appeler mes parents pour donner et prendre des nouvelles, ce que je faisais bien moins depuis mon entrée "en fonction". Mais...j'étais trop fatiguée de ma semaine pour appeler. Un vrai loque sur son canapé. Dommage pour moi, ma mère s'est suicidée ce soir-là. J'ai pris une semaine, le temps d'organiser les funérailles, j'ai serré les dents, fermé ma gueule et suis repartie bosser. Ben oui, t'es stagiaire, t'as droit à 36 jours d'arrêt.

Je ne viens pas faire ma pleureuse, ni réclamer une médaille, ni faire un concours, ni accuser l'EN d'être responsable de mes malheurs. Mais faudrait pas exagérer. Si on parle de sacrifices, j'ai donné. J'aimerais bien que ce soit le cas de tous les donneurs de leçon (et je ne parle pas de toi en particulier)
Et des sacrifices pour quoi ? Pour entendre notre ministre dire que "cette année de stage s'est bien passée" alors que PRESQUE TOUS les stagiaires que j'ai pu croiser pendant les semaines de formation étaient épuisés et désemparés ?
Pour entendre dire que les profs ceci et les profs cela...

Alors oui, je confirme, enseigner n'est pas un sacerdoce.
Pour le moment, je n'ai pas d'autres choix que de tourner à 50h00 par semaine (c'est une moyenne) car je n'ai pas de cours de prêts. Tout ça pour m'entendre dire que ce n'est jamais assez ? Qu'il faut toujours faire plus? Plus de réunions, plus de pédagogie différenciée, plus projets d'innovants !

Quand je pourrai lever le pied (laissez-moi rêver et croire que ce sera possible un jour) je le ferai sans vergogne aucune.
Et oui, c'est bien de la faute de l'institution et de son mépris affiché pour son personnel.

Ce n'est que mon avis, mais je crois que le stage à 18h00 a (aura) des conséquences très lourdes sur notre perception durable du métier et de l'institution. Des conséquences qui vont bien au-delà des 16 000 postes économisés. Mais pour percevoir cela il aurait fallu prendre en compte le facteur humain et pas seulement comptable, le long terme et pas seulement le court terme. C'était certainement trop demander à notre gouvernement.

_________________
C'est dans l'intérêt de l'enfant. Very Happy

Nuits
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: que peut-on me demander pour prendre en charge un élève dysorthographique ?

Message par bellaciao le Ven 20 Jan 2012 - 11:19

Je reviens parce que la réunion a eu lieu. Comme j'avais eu une discussion assez vive avec l'infirmière, elle en avait rabattu, on n'était plus dans le ton "tu peux bien avoir des idées pour l'aider, c'est ton boulot".
Ma position a été simple : il s'avère que 1) L'élève n'est pas passé et ne passera vraisemblablement pas par la MDPH, donc pas d'AVS d'office - 2) Le CMPP n'a pas établi de problème particulier, sinon sa lenteur. - 3) Il n'a été testé que par la conseillère-d'orientation, et les profs n'ont pas accès au tests. J'ai donc dit que si nous partions sur des données que je ne connaissais pas, je n'étais pas formée pour fournir des solutions et que j'attendais au minimum des idées réalistes.
Je me suis insurgée contre le principe des cours pré-photocopiés à partir de la clé USB : il se trouve qu'en français j'élabore la synthèse de cours avec les élèves, je m'adapte ; ce que j'ai préparé ne regarde donc que moi. De même sur le principe de faire le contrôle à l'oral avec lui - quand ? Sur mes heures libres ? J'ai déjà un emploi du temps à mourir !
Nous avons mis en place de petites mesures :
- lui faire prendre un cahier plutôt qu'un classeur ;
- faire photocopier les cours d'un élève qui écrit mieux que lui ;
- enlever aux contrôles deux à trois questions ou les faire à trous.
Je trouve quand même énorme de constituer un PAI sur des bases aussi peu claires que cela l'est pour cet élève.

bellaciao
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: que peut-on me demander pour prendre en charge un élève dysorthographique ?

Message par Thalia de G le Ven 20 Jan 2012 - 11:22

Ben voilà, Bellaciao, tu as adopté des mesures de bon sens qui peuvent aider, il me paraît difficile de faire plus.

e me suis insurgée contre le principe des cours pré-photocopiés à partir de la clé USB : il se trouve qu'en français j'élabore la synthèse de cours avec les élèves, je m'adapte, ce que j'ai préparé ne regarde que moi.
Moi c'est pareil.

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: que peut-on me demander pour prendre en charge un élève dysorthographique ?

Message par Thalia de G le Ven 20 Jan 2012 - 11:25

Nuits

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: que peut-on me demander pour prendre en charge un élève dysorthographique ?

Message par victor44 le Ven 20 Jan 2012 - 11:45

Essayons d'être très clair et revenons au texte:
http://www.cafepedagogique.net/lemensuel/leleve/Pages/2011/125_1.aspx

en particulier:

2 - LE PROJET D’ACCUEIL INDIVIDUALISÉ


Le projet d’accueil individualisé (PAI) est avant tout une démarche d’accueil résultant d’une réflexion commune des différents intervenants impliqués dans la vie de l’enfant malade.
Il a pour but de faciliter l’accueil de cet enfant mais ne saurait se substituer à la responsabilité des familles.
Le rôle de chacun et la complémentarité des interventions sont précisés dans un document écrit. Celui-ci associe l’enfant ou l’adolescent, sa famille, l’équipe éducative ou d’accueil, les personnels de santé rattachés à la structure, les partenaires extérieurs et toute personne ressource.
Ce document organise, dans le respect des compétences de chacun et compte tenu des besoins thérapeutiques de l’enfant ou de l’adolescent, les modalités particulières de la vie quotidienne dans la collectivité et fixe les conditions d’intervention des partenaires. Sont notamment précisés les conditions des prises de repas, interventions médicales, paramédicales ou de soutien, leur fréquence, leur durée, leur contenu, les méthodes et les aménagements souhaités.
Le projet d’accueil individualisé définit les adaptations apportées à la vie de l’enfant ou de l’adolescent durant l’ensemble de son temps de présence au sein de la collectivité. Il indique notamment les régimes alimentaires, aménagements d’horaires, les dispenses de certaines activités incompatibles avec sa santé et les activités de substitution qui seront proposés.
Il est mis au point, à la demande de la famille, ou en accord et avec la participation de celle-ci, par le directeur d’école, le chef d’établissement, ou le directeur de l’établissement ou du service d’accueil d’enfants de moins de six ans :
- à partir des besoins thérapeutiques, précisés dans l’ordonnance signée du médecin qui suit l’enfant dans le cadre de sa pathologie, adressée sous pli cacheté au médecin de l’institution ou désigné par la collectivité d’accueil et mis à jour en fonction de l’évolution de la maladie ;
- en concertation étroite avec, selon le cas, le médecin scolaire, de la PMI, ou le médecin et l’infirmier(ère) de la collectivité d’accueil.
Selon la nature du trouble de santé, il appartient au médecin prescripteur d’adresser au médecin de la collectivité, avec l’autorisation des parents :
- l’ordonnance qui indique avec précision le médicament qu’il convient d’administrer : nom, doses et horaires ;
- les demandes d’aménagements spécifiques qu’il convient d’apporter dans le cadre de la collectivité ;
- la prescription ou non d’un régime alimentaire.
C’est à partir de ces éléments que le PAI sera rédigé avec le médecin qui y associera l’infirmier(ère) désigné(e) de la collectivité.
Le protocole d’urgence est joint dans son intégralité au PAI.
Dans le cadre scolaire, ce document précise comment, en cas de périodes d’hospitalisation ou de maintien à domicile, les enseignants de l’école ou de l’établissement d’origine veilleront à assurer le suivi de la scolarité en conformité avec les recommandations données dans la circulaire n° 98-151 du 17 juillet 1998, relative à l’assistance pédagogique à domicile en faveur des enfants et adolescents atteints de troubles de la santé évoluant sur une longue période.


Donc si pas de médecin, pas de PAI. Si une infirmière tente d'imposer quoi que ce soit en dehors on peut lui dire crotte (ça m'est arrivé)

Si on est dans le cadre du PAI, je trouve inconcevable qu'on puisse dire "c'est pas mon job" ou "aboule l'oseille d'abord"

Pour ce qui est des souffrances de certains collègues, je compatis, mais il me semble que le collègue à l'origine du post était loin du burnout. J'ai ressenti (peut-être à tort), qu'il cherchait à s'extraire d'une "obligation"


Dernière édition par victor44 le Ven 20 Jan 2012 - 23:30, édité 2 fois

victor44
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: que peut-on me demander pour prendre en charge un élève dysorthographique ?

Message par Thalia de G le Ven 20 Jan 2012 - 11:52

Le PAI, c'est pour les enfants malades ! Pas pour les dys.

PS : le vert est la couleur réservée à la modération. Wink

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: que peut-on me demander pour prendre en charge un élève dysorthographique ?

Message par linotte le Ven 20 Jan 2012 - 11:53

J'ai un PAI pour une enfant dyslexique.

linotte
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: que peut-on me demander pour prendre en charge un élève dysorthographique ?

Message par Cath le Ven 20 Jan 2012 - 11:54

@arcturus38 a écrit:
Mon fils est actuellement en L3 eea et a toujours eu des problèmes pour lire et pour écrire.

J’imagine bien que je vais me faire lapider, mais... Un élève qui a des difficultés de lecture et d'écriture au point d'avoir un niveau d'élève de 6° a-t-il sa place en L3?

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: que peut-on me demander pour prendre en charge un élève dysorthographique ?

Message par Thalia de G le Ven 20 Jan 2012 - 11:56

Au temps pour moi.
Il fut un temps pas très lointain où les dyslexiques avaient presque systématiquement un PAI. Maintenant, c'est devenu le plus souvent un PPRE.

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: que peut-on me demander pour prendre en charge un élève dysorthographique ?

Message par menerve le Ven 20 Jan 2012 - 11:58

Mais même dans le cadre d'un PAI il faut que l'élève montre un minimum de bonne volonté!

Une année j'ai eu un élève en 6e, PAI etc... Je donne aux autres un roman au choix sur un thème défini....ils avaient un petit travail à rendre (refaire une couverture, dessiner les personnages et expliquer en une ou deux phrases qui ils sont etc...)

Je prends sur mon temps libre pour aller à la médiathèque municipale pour emprunter un livre enregistré sur CD et je prête le livre (emprunté sur mon compte) à l'élève!!! Total il n'a pas rendu le travail, pas écouté le CD sous prétexte que le thème du roman ne l'intéressait pas!!! Bref deux heures perdues pour rien....enfin quand je dis deux heures c'est deux heures cette fois là car en plus il y avait tt les autres aides + les réunions avec l'infirmière et le médecin scolaire....

Je veux bien faire des efforts à condition que l'élève en fasse aussi!

menerve
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: que peut-on me demander pour prendre en charge un élève dysorthographique ?

Message par linotte le Ven 20 Jan 2012 - 11:59

Clairement pour elle cela ne change pas grand-chose , elle est très bosseuse (et ses parents aussi, on voit bien qu'il y a du boulot derrière trefle )

linotte
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: que peut-on me demander pour prendre en charge un élève dysorthographique ?

Message par Clarinette le Ven 20 Jan 2012 - 12:02

cath5660 a écrit:
@arcturus38 a écrit:
Mon fils est actuellement en L3 eea et a toujours eu des problèmes pour lire et pour écrire.

J’imagine bien que je vais me faire lapider, mais... Un élève qui a des difficultés de lecture et d'écriture au point d'avoir un niveau d'élève de 6° a-t-il sa place en L3?
C'est une question que je me suis posée également. Même en supposant que le "eea" signifie "enseignement... adapté", je me demande si l'on ne leurre pas élèves et familles dans ce genre de dispositif...

_________________

Clarinette
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: que peut-on me demander pour prendre en charge un élève dysorthographique ?

Message par Cath le Ven 20 Jan 2012 - 12:08

J'avais pensé à "études étrangères appliquées" (?), mais en fait, je n'en sais rien... J'ai surtout retenu L3.

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: que peut-on me demander pour prendre en charge un élève dysorthographique ?

Message par doublecasquette le Ven 20 Jan 2012 - 13:29

@Clarinette a écrit:
cath5660 a écrit:
@arcturus38 a écrit:
Mon fils est actuellement en L3 eea et a toujours eu des problèmes pour lire et pour écrire.

J’imagine bien que je vais me faire lapider, mais... Un élève qui a des difficultés de lecture et d'écriture au point d'avoir un niveau d'élève de 6° a-t-il sa place en L3?
C'est une question que je me suis posée également. Même en supposant que le "eea" signifie "enseignement... adapté", je me demande si l'on ne leurre pas élèves et familles dans ce genre de dispositif...

Même question. On va être nombreux à se faire lapider.
D'un autre côté, le niveau L3, ça va, ce n'est pas franchement la mer à boire ... Suspect

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: que peut-on me demander pour prendre en charge un élève dysorthographique ?

Message par doublecasquette le Ven 20 Jan 2012 - 13:31

Une licence EEA, c'est ça: licence électronique, electrotechnique et automatique.
http://www.eea.ups-tlse.fr/V2/pages/diplomes/licence_eea.php
donc, vu que c'est une licence pro, ça doit être costaud, quand même.

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: que peut-on me demander pour prendre en charge un élève dysorthographique ?

Message par arcturus38 le Ven 20 Jan 2012 - 14:49

@Clarinette a écrit:
cath5660 a écrit:
@arcturus38 a écrit:
Mon fils est actuellement en L3 eea et a toujours eu des problèmes pour lire et pour écrire.

J’imagine bien que je vais me faire lapider, mais... Un élève qui a des difficultés de lecture et d'écriture au point d'avoir un niveau d'élève de 6° a-t-il sa place en L3?
C'est une question que je me suis posée également. Même en supposant que le "eea" signifie "enseignement... adapté", je me demande si l'on ne leurre pas élèves et familles dans ce genre de dispositif...

pour info : Les licences EEA proposent une formation pluri-disciplinaire en Electronique, Electrotechnique (Génie Electrique), Automatique, Informatique Industrielle et Traitement du signal. (ce n'est pas une licence pro)

et il semblerait que mon fils ne s'en sorte que grâce à un QI plutôt élevé (141).

C'est surtout de penser qu'on puisse bloquer un élève (qui a à priori des capacités) qui me fait réagir.

Mais bon, c'est vrai qu'on se fait vraiment du soucis pour lui et on se demande si il pourra continuer ses études avec un tel handicap (dyslexie très très très sévère).

arcturus38
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: que peut-on me demander pour prendre en charge un élève dysorthographique ?

Message par Malaga le Ven 20 Jan 2012 - 19:54

Nuits fleurs2

Pour revenir au sujet, mon collège rassemble dans une classe (par niveau) les élèves dyslexiques, dysphasiques, dysorthographiques... Cela permet de limiter un peu le boulot pour les enseignants: les aménagements que nous faisons sont fait pour 5 ou 6 élèves et non un seul.
Mais si, comme l'an dernier, ces élèves sont "perdus" au milieu d'une classe de 30 élèves, cela devient très compliqué de les aider...

Malaga
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: que peut-on me demander pour prendre en charge un élève dysorthographique ?

Message par bellaciao le Ven 20 Jan 2012 - 21:18

@victor44 a écrit: Donc si pas de médecin, pas de PAI. Si une infirmière tente d'imposer quoi que ce soit en dehors on peut lui dire crotte (ça m'est arrivé)

Si on est dans le cadre du PAI, je trouve inconcevable qu'on puisse dire "c'est pas mon job" ou "aboule l'oseille d'abord"

Pour ce qui est des souffrances de certains collègues, je compatis, mais il me semble que le collègue à l'origine du post était loin du burnout. J'ai ressenti (peut-être à tort), qu'il cherchait à s'extraire d'une "obligation"


Et d'une, l'élève n'est pas malade, loin de là ; par ailleurs, si tu as lu mon compte-rendu, tu n'auras pas manqué le fait que rien n'est clairement établi médicalement, justement. Pourtant, le médecin scolaire assistait à la réunion, sur la base des tests psycho-motriciens de la CO-Psy (= médecin ??).
Et de deux, non, je ne cherche pas à me soustraire à une obligation, je souhaite simplement, comme d'ailleurs le texte du PAI le préconise, qu'il soit demandé à chacun d'intervenir selon ses qualifications. Voilà, je m'en tiens là.

Nuits, tu as très bien exprimé ce ras-le-bol que je ressens souvent aussi, bien que j'ai quinze ans de métier, et toujours une charge énorme de travail !

bellaciao
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum