Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
aposiopèse
aposiopèse
Érudit

Emploi Public : article sur la reconversion des enseignants Empty Emploi Public : article sur la reconversion des enseignants

par aposiopèse le Jeu 19 Jan - 11:51
je reçois la newsletter du site emploipublic.fr. je viens de voir aujourd'hui que la dernière comportait une partie sur les enseignants qui veulent se reconvertir.

Voici l'article :


Enseignants : le défi de la reconversion
La Rédaction • Publié le 05/01/2012 • Mis à jour le 06/01/2012

Une professeure en sciences de la vie et de la terre (SVT) qui crée sa société de soutien scolaire ; une enseignante en arts plastiques reconvertie en correctrice pour le Centre national d’enseignement à distance (Cned)… Chaque mois, le site Internet Le café pédagogique présente des cas de reconversion réussis. Mais ces parcours restent des exceptions.

Un parcours du combattant

Rémi Boyer, président-fondateur de l’association Aide aux Profs, seule structure associative accompagnant des enseignants dans leurs démarches de seconde carrière, auteur d’un ouvrage spécialisé sur le sujet (1), est catégorique : “La reconversion est un parcours du combattant. L’expérience acquise en tant qu’enseignant n’est pas directement transposable dans un autre secteur. Pour se recycler, un enseignant devra oublier… qu’il a été enseignant ! Et apprendre à mettre en valeur d’autres compétences”.

Face à ce défi, les enseignants ne disposent pas tous des mêmes atouts. “Un professeur des écoles, multi-disciplinaire, aura davantage d’opportunités qu’un professeur des collèges, très spécialisé”, analyse Rémi Boyer.

Des candidats au départ de plus en plus jeunes

En six ans d’existence, l’équipe d’Aide aux Profs, d’anciens enseignants ayant eux-même entamé une seconde carrière, a instruit, bénévolement, 3 400 demandes de reconversion, réalisé 1 000 pré-bilans de carrière et accompagné 250 dossiers dont une centaine ont concrètement abouti.

“Les premières années, nous étions contactés par des enseignants au bout du rouleau psychologiquement, puis, des enseignants usés physiquement. Depuis 2010, nous accompagnons un nouveau public : de jeunes enseignants qui veulent déjà changer de voie. Leur jeunesse s’avère être un atout pour mener à bien leur projet”, raconte-t-il.

Un phénomène difficilement quantifiable

L’Education nationale communique peu sur ces départs, de plus en plus liés aux conditions de travail au sein des établissements. Selon le Livre vert sur l’évolution du métier d’enseignant (2) de 2008, 46 % des enseignants du premier degré et 39 % de ceux du second degré disent songer à quitter ce métier en raison du stress qu’il engendre.

C’est un rapport de la Cour des comptes, datant de 2005, qui fait encore aujourd’hui référence en la matière. On y apprenait qu’à l’époque 97 000 enseignants (sur un total d’environ 1 million) ne travaillaient pas face à une classe. Sur ces 97 000, 9 000 étaient “en disponibilité”, ayant quitté temporairement l’enseignement pour une autre activité, et 12 000 “détachés”, travaillant pour les collectivités territoriales ou des structures publiques.

En 2010, l’Education nationale a déclaré avoir enregistré, pour l’année scolaire 2009-2010, 145 démissions dans le 1er degré et 183 dans le second degré. Dans le cas d’une démission, l’administration verse une indemnité volontaire de départ, dont le montant peut atteindre 50 000 euros selon le grade et l’ancienneté.

Le détachement comme sortie de secours

“La reconversion dans un autre métier de la fonction publique par la voie du détachement est la voie la plus empruntée”, confirme Rémi Boyer. Pour l’année 2010, l’Education nationale indique que “plus de 400 enseignants ont intégré une collectivité territoriale et 270 enseignants ont accédé à des fonctions d’inspecteur et près de 1 000 à des fonctions de chef d’établissement”.

“85 % des personnes que nous suivons restent dans la fonction publique, accédant à des postes dans l’animation, la formation ou encore l’édition. Les 15 % restants vont créer leur propre entreprise, notamment dans le soutien scolaire ou le coaching, certainement pour conserver la liberté et l’indépendance qu’ils ont appréciées dans leur ancienne vie. Il est extrêmement rare qu’un enseignant tente de décrocher un poste de salarié dans le privé”, commente le président d’Aide aux Profs.

Un dispositif ministériel récent

Ce n’est qu’en 2006 que l’Education nationale a créé, à la faveur de la réforme des retraites, le service Mission seconde carrière (Miseca), et seulement à partir de 2008 que les candidats au départ ont pu bénéficier des services des “conseillers mobilité carrière “, mis en place dans chaque académie.

Les enseignants ont également accès à la bourse interministérielle de l’emploi public (Biep) qui diffuse la liste des emplois vacants proposés par l’ensemble des ministères et de leurs établissements publics.

Un ensemble de mesures perfectibles : selon les témoignages recueillis par les syndicats, le temps d’attente pour obtenir un rendez-vous auprès d’un “conseiller mobilité carrière ” pourrait atteindre, dans certaines académies, plusieurs mois, et ces mêmes conseillers seraient davantage formés à l’écoute de personnel en détresse qu’à l’accompagnement à la reconversion.



Sophie Le Gall



Notes :

(1) Rémi Boyer : Enseignants et mobilité professionnelle. Conseils et outils pour choisir la vôtre, éd. Les Savoirs inédits, octobre 2011.

(2) Marcel Pochard : Livre vert sur l’évolution du métier d’enseignant, éd. La Documentation française, février 2008.

source : http://infos.emploipublic.fr/2012/01/05/enseignants-le-defi-de-la-reconversion/?utm_source=news-ep&utm_medium=newsletter&utm_campaign=2012_01_News-ep-27
Noisette00
Noisette00
Je viens de m'inscrire !

Emploi Public : article sur la reconversion des enseignants Empty Re: Emploi Public : article sur la reconversion des enseignants

par Noisette00 le Jeu 2 Fév - 11:15
Hi hi je ris... c'est du grand n'importe quoi "la mobilité professionnelle" pour les enseignants ; de la poudre aux yeux !
J'étudie cela à fond actuellement et j'ai obtenu un RV avec le "conseiller mobilité" . Je livrerai mes impressions éventuellement.
La BIEP ? Je ne pense pas que beaucoup de postes proposés soient accessibles aux enseignants surtout sans formation...
Non si on souhaite gérer l'EN comme une boîte privée faut il encore s'en donne les moyens : plans de formation rapides, cohérents et solides, indemnités de départ correctes, DRH compétentes...
JosephineB
JosephineB
Niveau 4

Emploi Public : article sur la reconversion des enseignants Empty Re: Emploi Public : article sur la reconversion des enseignants

par JosephineB le Jeu 2 Fév - 12:46
Je ne savais pas qu'en cas de démission, l'EN nous versait une indemnité.
50 000 euros ? Je suis vraiment dubitative...
Contenu sponsorisé

Emploi Public : article sur la reconversion des enseignants Empty Re: Emploi Public : article sur la reconversion des enseignants

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum