Après les élections, on va encore plus travailler. Comment répliquer ?

Page 6 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Après les élections, on va encore plus travailler. Comment répliquer ?

Message par Condorcet le Lun 6 Fév 2012 - 1:34

Une carrière littéraire s'ouvrait à elle !

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après les élections, on va encore plus travailler. Comment répliquer ?

Message par Daphné le Lun 6 Fév 2012 - 9:05

@Jane a écrit:Rien ne garantit qu'on crée un poste pour autant, les heures sup ne peuvent pas être transformées, à ma connaissance, en heures poste. Mais peut être me trompe-je.

Non ils mettront un TZR ou un contractuel.

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après les élections, on va encore plus travailler. Comment répliquer ?

Message par Daphné le Lun 6 Fév 2012 - 9:13

@V.Marchais a écrit:Je pense aussi, Caperucita. Je pense qu'il faut faire ce que nous n'avons pas osé faire en 2003 : bloquer tous les examens.Mowgli, je ne rangeais pas vraiment FO parmi les syndicats majoritaires dans l'enseignement et je suis d'accord à propos de la trahison de la FSU.

Ils s'en foutent, ils les donneront sur dossier, en CCF.

On se bat pour le maintien du bac examen terminal anonyme etc......

Et la réponse de l'administration est que le bac, donné à tout le monde ou presque, vu la valeur qu'il a, le prix qu'il coûte et le temps et l'energie que ça déploie en amont, on est arruiivé au bout du bout.

Véridique, c'est le discours qu'on nous tient en haut lieu, alors je crois qu'il ne faut pas se faire trop d'illusions sur le blocage des examens. Ils n'attendent que ça !! :colere: furieux

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après les élections, on va encore plus travailler. Comment répliquer ?

Message par Daphné le Lun 6 Fév 2012 - 9:14

Cripure a écrit:
@Tinkerbell a écrit:J'ignorais pourquoi la grève de 2003 s'était "terminée" comme ça Neutral
Je passais le bac cette année là, je me souviens que mes profs étaient abattus aux moments des résultats.
Y'avair aussi eu la merveille des maths en S. Le sujet s'étant révélé infaisable (les cobayeurs avaient dû être encore plus désinvoltes qu'à l'ordinaire), il avait été décidé que chaque académie bricolerait les points de l'épreuve à sa sauce. A Besançon, si je me rappellle bien, l'épreuve avait été notée sur 25, il y avait des notes entre 15 et 20 à la pelle, les candidats se foutaient de notre gueule le jour des résultats. Merci l'EN :colere: :colere:

Oui c'est vrai, et je crois que ça a été pareil ailleurs.

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après les élections, on va encore plus travailler. Comment répliquer ?

Message par caperucita le Lun 6 Fév 2012 - 9:44

C'est quoi la VDN ? Eh bien Tinker il s'en est passé dans ton centre d'examen !! Shocked

_________________
Premier néo-commandement : Je ne mettrai point de S au futur !!!
Par contre,si j'avais un marteau, je cognerais le jour, je cognerais la nuit, j'y mettrais tout mon coeur ! Razz Razz

caperucita
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après les élections, on va encore plus travailler. Comment répliquer ?

Message par MelanieSLB le Lun 6 Fév 2012 - 10:13

La Voix du Nord, non?

_________________
La réforme du collège en clair : www.reformeducollege.fr .
La Réforme du Collège en Clair a aussi sa page Facebook !

Et pour ceux qui voudraient en comprendre quelques fondements idéologiques:
De l’école, Jean-Claude Milner, visionnaire en 1984 (ça ne s'invente pas!) de ce qui nous arrive: "On ne dira pas que les enseignants sont l'appendice inutile d'une institution dangereuse et presque criminelle; on dira seulement qu'ils doivent devenir Autres: animateurs, éducateurs, grands frères, nourrices, etc. La liste est variable. Que, par là, les enseignants cessent d’être ce qu'ils doivent être, c'est encore une fois sortir de la question. On ne dira pas que les enseignants n'ont pas à exister, mais qu'ils ont à exister Autrement. Que cette Autre existence consiste à renoncer à soi-même pour disparaître dans la nuit éducative et s'y frotter, tous corps et tous esprits confondus, avec les partenaires de l'acte éducatif - manutentionnaires, parents, élèves, etc. -, seul un méchant pourrait en prendre ombrage." (page 24)

MelanieSLB
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après les élections, on va encore plus travailler. Comment répliquer ?

Message par caperucita le Lun 6 Fév 2012 - 10:13

Ah oui, bien vu !!

_________________
Premier néo-commandement : Je ne mettrai point de S au futur !!!
Par contre,si j'avais un marteau, je cognerais le jour, je cognerais la nuit, j'y mettrais tout mon coeur ! Razz Razz

caperucita
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après les élections, on va encore plus travailler. Comment répliquer ?

Message par illizia le Lun 6 Fév 2012 - 10:20

La Voix du Nord? EDIT: ah! devancée Wink

Moi aussi, "j'y étais" en 2003: je n'ai même pas voulu regarder combien j'avais perdu tellement c'était pale (et ça a fritté sévère avec on mari qui n'était pas d'accord pour que j'aille perdre l'argent des vacances alors qu'il était persuadé -hélas à raison-dès le début qu'on allait dans le mur).
Depuis, je fais une grande grève "symbolique "de temps en temps, mais j'avoue que je renâcle à aller reverser une journée de salaire pendant que mes collègues bêlent de concert en fermant les yeux obstinément...

Mais je n'ai pas de solution magique à proposer confused
Le blocage, non des examens, mais de toutes les remontées de notes, tâches administratives, qui fiche la pagaille, ça me parle bien, des opérations de grève du zèle..je ne sais pas...

Pour le moment, deux caps: le vote et, pour ma petite personne, la ferme intention de résister pied à pied, et de ne pas me laisser laminer.
Pour le reste (le collectif) je reste attentive (notamment ici) et je verrai ce qui me semble faisable et efficace... humhum

illizia
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après les élections, on va encore plus travailler. Comment répliquer ?

Message par benoit le Mer 8 Fév 2012 - 21:49

eh bien sans grèves et actions sur la réforme de l'évaluation, il me semble que:
- le projet serait passé le 15 décembre comme prévu au CTM
- les inspecteurs ne se seraient pas en partie positionnés contre
- les chefs d'établissement ne seraient pas aussi frileux dans la défense du projet
- le PS (et d'autres) n'aurait pas dit qu'il reviendrait sur ce projet en cas d'élection
J'accorde que c'est pas extraordinaire comme bilan, il reste probable (mais pas sûr) que le ministre tente de faire passer cette réforme avant la fin de la mandature, mais ce n'est pas rien quand même

benoit
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après les élections, on va encore plus travailler. Comment répliquer ?

Message par Karine B. le Mer 8 Fév 2012 - 22:06

@V.Marchais a écrit:
@neomath a écrit: 2) Si on veut vraiment bloquer cette évolution il faut s'inspirer des corporations qui sont arrivée dans le passé à faire reculer le gouvernement. Je n'en vois que deux : les paysans et les camionneurs. Moralité : pour se faire entendre il n'y a qu'une solution, que le bac 2012 n'ait pas lieu ("année blanche", pour ceux qui connaissent).

Autant dire que, connaissant la légendaire combativité enseignante, je suis bien content de ne pas être trop loin de la retraite.

Entièrement d'accord. C'est parce que les syndicats n'ont pas eu les couilles d'aller jusqu'au blocage des examens en 2003 que ce mouvement d'ampleur s'est terminé en la plus formidable eau de boudin qui fût jamais.

1) le SNES a appelé à la grève le jour du bac philo en 2003

2) des collègues à moi grévistes ont été réquisitionnés et ont été obligés de faire passer des épreuves

3) il suffit de très peu de monde pour faire passer le bac

4) mais on peut réécrire l'histoire

_________________
Le SNES, what else ?

Stagiaire à la rentrée 2015



Blog Maison Avant / Après Mise à jour en août 2013

Karine B.
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après les élections, on va encore plus travailler. Comment répliquer ?

Message par ysabel le Mer 8 Fév 2012 - 22:10

@Karine B. a écrit:
@V.Marchais a écrit:
@neomath a écrit: 2) Si on veut vraiment bloquer cette évolution il faut s'inspirer des corporations qui sont arrivée dans le passé à faire reculer le gouvernement. Je n'en vois que deux : les paysans et les camionneurs. Moralité : pour se faire entendre il n'y a qu'une solution, que le bac 2012 n'ait pas lieu ("année blanche", pour ceux qui connaissent).

Autant dire que, connaissant la légendaire combativité enseignante, je suis bien content de ne pas être trop loin de la retraite.

Entièrement d'accord. C'est parce que les syndicats n'ont pas eu les couilles d'aller jusqu'au blocage des examens en 2003 que ce mouvement d'ampleur s'est terminé en la plus formidable eau de boudin qui fût jamais.

1) le SNES a appelé à la grève le jour du bac philo en 2003

2) des collègues à moi grévistes ont été réquisitionnés et ont été obligés de faire passer des épreuves

3) il suffit de très peu de monde pour faire passer le bac

4) mais on peut réécrire l'histoire

mais pour être réquisitionnés il faut être joignable... Twisted Evil

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)

ysabel
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après les élections, on va encore plus travailler. Comment répliquer ?

Message par Karine B. le Mer 8 Fév 2012 - 22:12

@ysabel a écrit:
@Karine B. a écrit:
@V.Marchais a écrit:
@neomath a écrit: 2) Si on veut vraiment bloquer cette évolution il faut s'inspirer des corporations qui sont arrivée dans le passé à faire reculer le gouvernement. Je n'en vois que deux : les paysans et les camionneurs. Moralité : pour se faire entendre il n'y a qu'une solution, que le bac 2012 n'ait pas lieu ("année blanche", pour ceux qui connaissent).

Autant dire que, connaissant la légendaire combativité enseignante, je suis bien content de ne pas être trop loin de la retraite.

Entièrement d'accord. C'est parce que les syndicats n'ont pas eu les couilles d'aller jusqu'au blocage des examens en 2003 que ce mouvement d'ampleur s'est terminé en la plus formidable eau de boudin qui fût jamais.

1) le SNES a appelé à la grève le jour du bac philo en 2003

2) des collègues à moi grévistes ont été réquisitionnés et ont été obligés de faire passer des épreuves

3) il suffit de très peu de monde pour faire passer le bac

4) mais on peut réécrire l'histoire

mais pour être réquisitionnés il faut être joignable... Twisted Evil

Une mise en demeure au domicile en recommandé

_________________
Le SNES, what else ?

Stagiaire à la rentrée 2015



Blog Maison Avant / Après Mise à jour en août 2013

Karine B.
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après les élections, on va encore plus travailler. Comment répliquer ?

Message par Karine B. le Mer 8 Fév 2012 - 22:13

CGTLe SNES appelle à la grève le jour de la première épreuve du bac
LE MONDE | 07.06.03 | 13h51
Si le gouvernement ne retire pas son projet de décentralisation, le principal syndicat des
collèges et de lycées lance un mot d'ordre de "grève unitaire" le 12 juin, jour de l'écrit de
philosophie. Pour Luc Ferry, il est "inacceptable de prendre les élèves en otage et d'ajouter un
stress à une épreuve".
La menace sur le bac se précise. Vendredi 6 juin, à la sortie du ministère de l'éducation
nationale où se tenait la seconde série d'entretiens gouvernement-syndicats, le secrétaire
général de l'Union nationale des syndicats de l'éducation nationale (Unsen-CGT), Denis
Baudequin, a lancé un appel à une action, jeudi 12 juin, date de la première épreuve écrite du
baccalauréat. Même si le syndicat est très minoritaire (1 % des voix aux élections
professionnelles), son appel à durcir la mobilisation colle à la radicalisation des enseignants.
La veille, le conseil national du SNES, syndicat majoritaire dans le second degré (51,4 % aux
élections professionnelles), a demandé au ministre d'"annoncer des mesures susceptibles
d'amorcer un retour à la sérénité dans les établissements scolaires". Si "le gouvernement
persiste dans son refus de retirer ses projets", le SNES appelle à "une nouvelle action de grève
unitaire le 12 juin", jour de l'épreuve de philosophie. Cette proposition a été soumise à la FSU
et aux autres organisations syndicales de l'éducation nationale.
Denis Paget, secrétaire national du SNES, était peu favorable à un blocage du bac, qui n'est
pas "une bonne méthode". Ces derniers jours, il a tenté d'éviter toute escalade, conscient
qu'une grève le jour de l'épreuve de philosophie risquerait d'être fort impopulaire et de couper
le mouvement de l'opinion publique. "Le débat a été serré", reconnaît M. Paget, mais sur le
terrain, les professeurs semblent prêts à faire sauter le tabou. Le résultat du vote de la motion
présentée au conseil national jeudi a été sans équivoque : 60 délégués ont voté pour, 18 contre
tandis que 8 s'abstenaient. "Bloquer le bac n'est pas notre intention, nous souhaitons que le
bac puisse avoir lieu mais nous voulons montrer au gouvernement que si rien ne bouge le 10,
les personnels resteront mobilisés", assure M. Paget.
Voilà en effet quelques jours que le mouvement se radicalise dans les académies. Le collectif
d'Ile de France, l'"Assemblée générale des établissements en lutte", s'est prononcé pour une
grève le 12 juin. A Aix-Marseille, les professeurs sont appelés par le SNES à manifester le
jour de l'épreuve de philosophie dans le cadre d'une journée d'action interprofessionnelle
départementale. A Bastia, des enseignants et personnels administratifs réunis en assemblée
générale mercredi soir, ont voté le blocage des salles d'examen. Les idées d'actions ne
manquent pas sur le terrain : blocage des salles, refus de corriger les copies, rétention de
notes, notation d'office entre 15/20 et 20/20. Vendredi, la mobilisation a perduré avec la
multiplications d'actions symboliques et spectaculaires. Deux parlementaires UMP ont été
retenus deux heures dans un collège à Nantes par un groupe d'une cinquantaine de
professeurs. Au Mans (Sarthe) et à Nice (Alpes-Maritimes), des dizaines d'enseignants en
grève ont occupé vendredi les locaux de l'inspection académique. Un peu partout en France,
les enseignants se sont associés à des actions interprofessionnelles pour établir des barrages
filtrants sur les autoroutes.
Déterminé à éviter une telle épreuve de force, le ministre de l'éducation nationale, Luc Ferry,
a demandé aux syndicats, vendredi 6 juin, de "s'engager clairement" à ne pas perturber le
déroulement du bac. "Il est inacceptable de prendre les élèves en otages et d'ajouter un stress
supplémentaire à ce qui est déjà une épreuve", a-t-il souligné. "Empêcher la tenue d'examens
est contraire à l'éthique", a renchéri Jean-Paul Delvoye, ministre de la fonction publique.
PREMIÈRE DEPUIS 1968
En cas de blocages dans plusieurs centres d'examen, le ministère peut réorganiser une épreuve
en donnant des sujets différents. Si les professeurs sont en grève les jours de convocation à
l'examen, les rectorats peuvent faire appel à des personnels non enseignants (surveillants,
aide-éducateurs...) pour la surveillance des épreuves. Mais symboliquement, une grève du
bac, qui serait une première depuis 1968, pèserait lourd dans le conflit. La journée de mardi
10 juin sera donc déterminante. L'ensemble des syndicats appelle ce jour-là à leur onzième
mouvement national de grève. Ils sont rejoints dans l'enseignement supérieur par
l'intersyndicale (FSU, Unsa, CGT, FO, Unef) qui a appelé vendredi à une mobilisation
"massive" pour la journée du 10 juin et à la poursuite de l'action au-delà.

_________________
Le SNES, what else ?

Stagiaire à la rentrée 2015



Blog Maison Avant / Après Mise à jour en août 2013

Karine B.
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après les élections, on va encore plus travailler. Comment répliquer ?

Message par cunégonde le Mer 8 Fév 2012 - 23:26

Je ne comprends pas, Karine. Pour être mis en demeure, il faut être joignable. Où est-il dit qu'un gréviste doit être joignable? Prenons le cas d'un prof qui doit enseigner à 500 km de chez lui.. Lors d'une grève longue, comme c'était le cas en 2003, 2 mois pour beaucoup d'entre nous, qu'est-ce qui lui interdit de rentrer chez lui? Il n'est pas en arrêt de travail, il est en grève, non?

En outre, trahison de la FSU en 2003, certes hélas!, mais à ma connaissance, aucun membre éminent de la FSU n'a publiquement appelé à voter pour le président actuel en 2007, comme cela a été le cas au SNALC, par exemple. Et qui pense sérieusement que la gauche aurait jamais fait contre l'EN et contre le service public en général le dixième de ce que fait le gouvernement actuel? Même si vous ne connaissiez pas le personnage et ses troupes, il y avait eu, pour vous éclairer, l'épisode de la princesse de Clèves, ne dites pas que vous ne saviez pas. Comment peut-on avoir aussi peu d'instinct politique, être aussi naïf? Il n'y a pas de plus grande sottise et de pire trahison que d'avoir voté pour la droite en 2007.

cunégonde
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après les élections, on va encore plus travailler. Comment répliquer ?

Message par Karine B. le Mer 8 Fév 2012 - 23:32

@cunégonde a écrit:Je ne comprends pas, Karine. Pour être mis en demeure, il faut être joignable. Où est-il dit qu'un gréviste doit être joignable? Prenons le cas d'un prof qui doit enseigner à 500 km de chez lui.. Lors d'une grève longue, comme c'était le cas en 2003, 2 mois pour beaucoup d'entre nous, qu'est-ce qui lui interdit de rentrer chez lui? Il n'est pas en arrêt de travail, il est en grève, non?


On est gréviste, mais aussi fonctionnaire et on peut être réquisitionné, et si on ne répond pas, on est en faute professionnelle

_________________
Le SNES, what else ?

Stagiaire à la rentrée 2015



Blog Maison Avant / Après Mise à jour en août 2013

Karine B.
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après les élections, on va encore plus travailler. Comment répliquer ?

Message par neomath le Jeu 9 Fév 2012 - 11:08

@Karine B. a écrit:
@cunégonde a écrit:Je ne comprends pas, Karine. Pour être mis en demeure, il faut être joignable. Où est-il dit qu'un gréviste doit être joignable? Prenons le cas d'un prof qui doit enseigner à 500 km de chez lui.. Lors d'une grève longue, comme c'était le cas en 2003, 2 mois pour beaucoup d'entre nous, qu'est-ce qui lui interdit de rentrer chez lui? Il n'est pas en arrêt de travail, il est en grève, non?


On est gréviste, mais aussi fonctionnaire et on peut être réquisitionné, et si on ne répond pas, on est en faute professionnelle
On est réquisitionné, donc on se présente au centre d'examen mais ....
On ne peut pas entrer parce que les portes sont bloquées par d'autres grévistes.
Il y a toujours des solutions pour foutre le bazar plus ou moins légalement. Mais je ne crois pas que la question soit là.
Ce serait plutôt : quand le mécontentement généralisé face aux méfaits du libéralisme va-t-il provoquer une explosion ? Et quelle forme prendra-t-elle ?
Je vous rassure, je n'ai pas la réponse.

_________________
“L'ignorance et la bêtise sont des facteurs considérables de l'Histoire.”
  Raymond Aron

neomath
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum