Grammaire de mémé. Ah non, de pépé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Grammaire de mémé. Ah non, de pépé.

Message par Sowandi le Mer 8 Fév 2012 - 11:36

Si la grammaire vous intéresse, quelques éléments de connaissances.


--- Un extrait de http://www.cosmovisions.com/grammaire.htm :

"Histoire de la grammaire.
La grammaire est née de la nécessité d'interpréter les textes dont la langue était morte ou vieillie; elle s'est développée spontanément chez les Indiens, qui voulaient interpréter les Védas, et chez les Grecs, pour lesquels la langue d'Homère avait besoin d'être expliquée. L'Inde communiqua la science grammaticale à la Chine; la Grèce la donna à Rome, d'où elle passa chez les peuples occidentaux, et aux Syriens, qui la transmirent aux Persans et aux Arabes. Les premiers grammairiens, chez les Grecs, furent les philosophes et les dialecticiens, qui commencèrent à étudier la proposition et les parties du discours; Platon (Cratyle, le Sophiste), Aristote (Rhétorique, peri ermeneias et les Stoïciens nous montrent les débuts de cette science. Mais l'influence de la dialectique sur l'étude du langage ne se fit guère sentir après l'école stoïcienne; après Chrysippe, la grammaire s'attacha plutôt à étudier les poètes qu'à continuer les théories philosophiques. Aristophane de Byzance fut pour ainsi dire le père de cet enseignement; il eut pour élève Aristarque, qui lui-même compta de nombreux disciples, parmi lesquels Denys le Thrace, auteur d'une tekne grammatke, où nous trouvons une définition de la grammaire qui nous montre le sens qu'on attachait alors à ce mot :
« La grammaire est la connaissance expérimentale de ce qui se rencontre le plus communément chez les poètes et les prosateurs. Elle contient six parties : l'art de la lecture; l'explication des tropes; l'art de reconnaître les archaïsmes et les détails de mythologie et de géographie ; l'exposé raisonné des règles de déclinaison et de conjugaison; la critique littéraire qui est la plus belle partie de l'art. »
...

La grammaire française.
L'étude de la langue française ne commença guère qu'au XVIe siècle; au Moyen âge, il n'y a pas de grammaires françaises, bien qu'il existe déjà, en Angleterre, des traités de prononciation du français. Nous distinguerons, pour l'histoire de la grammaire du français, deux périodes 1 ° de Palsgrave (1530) à Vaugelas (1647); 2° après Vaugelas. Dans la première période, nous trouvons deux classes de grammairiens : les uns, connus sous le nom de maîtres de langues, font des grammaires pour apprendre le français aux étrangers, Anglais, Allemands, Hollandais; les autres sont des Français qui composent des ouvrages pour donner de l'importance à leur langue et rivaliser avec les grammairiens latins et grecs ; ils s'occupent surtout de la prononciation et de l'orthographe. Parmi les premiers, Palsgrave est le plus connu; citons encore Cauchie, Naupas, Martin, Oudin; les autres, qui furent plutôt des théoriciens, sont notamment Dubois, en latin Sylvius (In Linguam Gallicam isagogae, 1531), qui, seul de son temps, parle des permutations de lettres du latin en français, Meigret, Ramus, Robert et Henri Estienne.

Les Remarques de Vaugelas (1647) font époque dans l'histoire de la grammaire française; elles eurent une grande influence surtout sur la langue écrite, et assurèrent au style français deux qualités précieuses: la netteté et la régularité. Vaugelas est pourtant un faible grammairien, en ce sens qu'il s'occupa exclusivement de l'usage et voulut décider des cas douteux seulement par le raisonnement, sans chercher d'appui ni dans le latin ni dans la langue du Moyen âge. Ménage le fit, mais de telle façon que son érudition indigeste détourna de cette méthode; d'ailleurs, le goût du XVIIe siècle n'était pas à ce genre de travaux. Cependant Patru rechercha les causes de certains faits dans l'ancienne langue. Après Vaugelas et à son exemple, le P. Bonhours et Andry dit Bois-Regard publièrent des remarques sur la langue française."


--- Voici le texte de http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/document.php?id=3778 :

"Vaugelas
Claude Favre, baron de Vaugelas, grammairien français, est né à Meximieux dans l'ancien Bugey, en 1585, et mort à Paris en 1650. Son père, le jurisconsulte Antoine Favre de Vaugelas, premier président du sénat de Savoie, lui fit obtenir en 1619 une pension du roi Louis XIII, et le plaça, en qualité de gentilhomme ordinaire, chez Gaston d'Orléans, dont il devint plus tard le chambellan. Hôte assidu de l'hôtel de Rambouillet, Vaugelas fut bientôt cité comme l'un des hommes de France qui parlaient le plus correctement la langue et qui en savaient le mieux les règles. Cette réputation lui valut de figurer parmi les premiers membres de l'Académie française, et d'être chargé, avec Chapelain et quelques autres, de préparer le Dictionnaire. En même temps il s'occupait activement de l'ouvrage qui devait illustrer son nom, et qui parut en 1647 sous ce titre : Remarques sur la langue française, utiles à ceux qui veulent bien parler et bien écrire. Vers la fin de sa vie, Vaugelas était devenu le gouverneur des deux fils de Thomas de Savoie, prince de Carignan, dont l'un était sourd-muet, et l'autre bègue : toute sa science, on le comprend de reste, fut impuissante contre ces ingrates natures. Malgré cet emploi, qui sans doute n'était pas très lucratif, et malgré sa pension, qui d'ailleurs lui était assez irrégulièrement servie, il vécut dans une gêne extrême. A sa mort, ses créanciers firent saisir ses papiers, parmi lesquels se trouvaient les cahiers du Dictionnaire. Il fallut une sentence du Châtelet pour que l'Académie rentrât en possession de son bien. Vaugelas laissait, en outre, les matériaux d'un nouveau livre sur la langue, qui parut beaucoup plus tard sous le titre de Nouvelles remarques, et une traduction de Quinte-Curce, à laquelle il avait travaillé pendant trente ans, et qui fut publiée, en 1663, par les soins de Conrart et de Chapelain.

Que s'est proposé Vaugelas? C'est d'inventorier fidèlement le matériel de la langue, d'en fixer les règles éparses et indécises, et, par suite, de la centraliser, de l'unifier, soit en la préservant des caprices individuels, soit en la délivrant du mélange des patois provinciaux et de l'envahissement des idiomes étrangers. Pour arriver à ce but, que fait-il ? Il prend l'usage pour arbitre suprême. Les livres des bons auteurs, les travaux des gens savants en la langue, et le parler de la cour, c'est-à-dire de la société polie : voilà pour lui d'où se déduit l'usage. En cas de conflit entre ces trois pouvoirs, il donne la préférence aux grands écrivains, quelle que soit son estime pour la cour ; et ce qui le détermine dans les cas douteux, c'est l'opinion des érudits. Telle est la règle suivie par Vaugelas, ce qu'on a appelé sa méthode. Au fond, il ne se pose ni en législateur ni en réformateur ; le rôle qu'il s'attribue est plus modeste : c'est celui d'un témoin qui dépose de ce qu'il a vu et entendu. Il serait plus vrai de dire, avec Sainte-Beuve, qu'il se constitue le secrétaire, le greffier de l'usage. Eu effet, c'est moins par des discussions raisonnées que par des citations et des exemples, qu'il aborde, poursuit et mène à terme son travail de centralisation sur la langue ; c'est en s'appuyant sur les autorités les plus imposantes à ses yeux qu'il résout toutes les questions relatives à la clarté, à l'élégance, à la politesse du langage. Tout ce qui a trait au choix des mots et à la construction des phrases, aux anomalies apparentes et aux difficultés réelles du vocabulaire, de la syntaxe, de l'orthographe et de la prononciation, à l'amphibologie des tours, à l'emploi et à l'abus du néologisme, aux formes multiples de la période, est examiné, traité, élucidé, toujours suivant la même méthode, dans ces cinq cents Remarques, appelées a devenir le code de tous ceux qui veulent, suivant son expression, bien parler et bien écrire.

L'autorité de Vaugelas subsista durant tout le dix-septième siècle. Des hommes compétents en matière de langage, Chapelain, Patru, d'Ablancourt, Th. Corneille, Bouhours, Aleman, Bérain, d'Olivet, aidèrent au succès de son oeuvre, les uns en la complétant par une collaboration directe, les autres en la rectifiant de son vivant ou après sa mort. Des contradicteurs éminents, entre autres La Mothe Le Vayer, protestèrent contre le joug de sa discipline au nom de l'indépendance des écrivains. Ménage, qui se piquait de partager ses principes, se révolta plus d'une fois contre ses arrêts ; et l'on sait que Molière lui-même lança quelques traits malins contre l'académicien qu'on saluait en tout lieu comme un oracle. La renommée de Vaugelas n'en a pas souffert. On l'accusait d'arrêter l'essor de la pensée par la contrainte des règles ; mais les chefs-d'oeuvre littéraires du dix-septième siècle allaient bientôt réfuter cette accusation ; et il fallut reconnaître que la réforme de la grammaire laissait à l'art toutes ses franchises. On avait reproché à Vaugelas de pousser à toute outrance l'épuration du vocabulaire ; mais lui-même s'était chargé d'avance de répondre à ce reproche : « J'ai, disait-il, une certaine tendresse pour ces beaux mots que je vois ainsi mourir, opprimés par une tyrannie qui ne nous en donne point d'autres à leur place ». Si parfois il consentit trop facilement à de fâcheux sacrifices, on peut dire qu'il usa plus souvent de son crédit pour enrichir la langue que pour l'appauvrir. Dans bien des cas, il rompit ouvertement avec les beaux-esprits de l'hôtel de Rambouillet, et gagna contre eux la cause de certains vocables et de certains tours qu'une fausse délicatesse aurait voulu proscrire. Disons aussi que la modestie et l'aménité de ses moeurs tempéraient la rigueur et ajoutaient à l'autorité de ses décisions : on lui savait gré de ne se montrer ni régent ni pédant dans des controverses qui trop souvent avaient eu pour effet de fausser le jugement et d'aigrir le caractère des plus honnêtes gens de l'époque.

Ceux qui considèrent la grammaire comme une science plutôt que comme un art hésiteront peut-être à classer Vaugelas parmi les grammairiens de premier ordre. Il ne remonte pas à la raison des choses : c'est plutôt un empirique qu'un théoricien ; à cet égard il est loin des savants de Port-Royal et des. philosophes du dix-huitième siècle. D'autre part, il est trop étranger aux origines de la formation du français ; défaut qui lui est commun avec ses contemporains et ses successeurs immédiats, puisque la grammaire historique était encore à naître. Enfin l'esprit sévère et un peu exclusif de sa méthode l'a entraîné à des erreurs et à des préventions dont les effets sont encore aujourd'hui sensibles et regrettables. Mais, malgré tout cela, l'influence de Vaugelas a été durable, et elle méritait de l'être. Il est venu en son temps, et ses efforts ont tendu et touché au but où marchait l'esprit français mis en possession de lui-même, à la pureté, à la justesse, à l'unité de la langue.

Pour achever d'apprécier son oeuvre, transcrivons ici la conclusion d'une étude qu'un maître consciencieux, E. Moncourt, lui a consacrée. « Vaugelas, répétons-le, n'a pas prétendu faire une oeuvre définitive : il n'a posé aucune barrière capable de gêner la légitime expansion de la langue française, il a réservé à l'avenir ses droits intacts. Ce sont les grands écrivains qui donnent la mesure de la force et de la richesse d'une langue ; mais quel avantage pour eux, lorsqu'ils n'ont pas en même temps le souci de la former, lorsqu'ils la trouvent régulièrement constituée, et qu'il ne leur tombe sous la main que d'excellents matériaux! Précieux pour le génie même, ce secours est nécessaire à la médiocrité, qu'il parvient à rendre supportable. C'est par là qu'au dix-septième siècle des écrivains de troisième ou quatrième ordre se font lire, sinon avec un vif intérêt, du moins sans fatigue. Ils parlent une langue claire et naturelle, leur style est sain. Au contraire, aux époques de formation et de décadence, il est incontestable que la nature fait naître, comme en tous temps, des esprits vigoureux: ce qui les empêche d'atteindre à la perfection, c'est que la langue leur fait défaut : ou elle est encore incertaine et bégayante, ou elle s'altère et se déconcerte. Elle condamne ceux qui l'emploient à rester pour l'ordinaire, suivant le mot de Villemain, d'éloquents barbares. De nos jours, on parait sentir la nécessité de se remettre sous une forte discipline : de toutes parts, on s'efforce de revenir aux anciennes formes de notre langue classique ; on l'étudie avec un redoublement de zèle, on se livre à des recherches à la fois profondes et minutieuses sur les maîtres de notre littérature ; on travaille à dresser un inventaire de toutes leurs richesses, pour les reconquérir sur la désuétude qui les a laissé perdre ou sur l’abus qui les a dénaturées. Il s'agit de faire sur les meilleurs écrivains français, depuis Corneille et Descartes, le travail que Vaugelas a fait sur les meilleurs jusqu'à Descartes et Corneille. Trouvera-t-on. pour se diriger dans cette tâche immense, une méthode plus juste et plus sûre que celle qu'il a suivie? »

A consulter : E. MONCOURT, Méthode grammaticale de Vaugelas ; MORERI, Dictionnaire historique ; PELISSON, Histoire de l'Académie française ; SAINTE-BEUVE, Nouveaux lundis, t. VI ; FRANCIS WEY, Révolution du langage en France, ch. XVI.

Charles Lebaigue"


Puis si vous tenez toujours le coup : http://books.google.co.id/ebooks?id=m9RDAAAAcAAJ&hl=fr (E. MONCOURT, Méthode grammaticale de Vaugelas, sus-cité).


Et ça, pour le débat : http://maximilien-lormier.suite101.fr/vaugelas-et-bouhours-pour-un-machisme-grammatical-a29900.


Dernière édition par Sowandi le Dim 12 Fév 2012 - 4:42, édité 1 fois

Sowandi
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Grammaire de mémé. Ah non, de pépé.

Message par Sowandi le Dim 12 Fév 2012 - 3:08

Morceaux choisis de grammaire :

Extrait du manuel "Nouvelle grammaire française des commençants suivie de quelques modèles d'analyse grammaticale et d'analyse logique" par M. Bonnaire, principale de collège, 1845.



Et la copie de l'article de Maximilien Lormier, cité dans le précédent message :
"Vaugelas et Bouhours pour un machisme grammatical
Si les inégalités sont réprouvées dans notre société, la grammaire française reste masculine; D'où vient la primauté du masculin sur le féminin?
Il n' y a décidément rien à faire! La société se féminise. Des femmes occupent de plus en plus l'espace public, les institutions et pourtant, il perdure un domaine dans lequel in n'existe pas - et encore pour longtemps - une égalité entre le masculin et le féminin. Car on le répète sans cesse: l'homme et la femme sont égaux... et non pas égales!

D'où vient cette primauté du masculin sur le féminin?
Depuis le XXe siècle et la montée des mouvements féministes, cette question est souvent remise au goût du jour. Et pas tant dans la place du féminin dans la vie de tous les jours que dans notre grammaire! Diable! Que raconte cet auteur ? Mais si! Souvenez-vous: vous voilà, bien des années en arrière, plus jeune - six ou sept ans à peine - un(e) instituteur(trice) dans une vieille salle de cours mal chauffée qui vous rabâche de ces paroles lourdes de sens, tel un prêche sur les actes fondateurs de notre langue: "un adjectif s'accorde en genre et en nombre avec le ou les noms. L'adjectif se met au masculin pluriel si l'un de ces noms est au masculin..."

Cette règle grammaticale nous accompagne au quotidien dans nos écritures depuis notre plus tendre enfance. Et bien qu'elle soit de moins en moins utilisée par les jeunes générations - par fainéantise intellectuelle ?- elle prévaut dans notre langue depuis le XVIIe siècle. Les féministes linguistiques, telles des Simone de Beauvoir, n'en démordent pas puisque, récemment encore, un collectif féministe - dont je tais le nom pour ne pas faire de publicités inutiles - demande aux académiciens à grand renfort de pétitions de revoir leur copie et d'abroger cette "stupide règle".

Certaines affirment même, pensant argumenter leurs propos, que cela faciliterait les élèves perdus au milieu de leur grammaire. Pourquoi pas d'autres propositions ? Par exemple, remplacer la langue française dans son ensemble par le très "tendance" et subtil langage SMS... ou bien, rétablir une discipline orthographique de manière à (re)noter le fond des travaux d'écriture avec la forme! Sans attendre une grammaire et une orthographe parfaites, cela rendrait à des examens comme le Brevet ou le Bac quelques lettres de noblesse.

Vaugelas et Bouhours
Mais alors, à qui s'en prendre? Amenez les coupables! Les voici: Claude Favre de Vaugelas et le père Bouhours. Exposons leur crime: des déclarations telles "le genre masculin, étant le plus noble, doit prédominer toutes les fois que le masculin et le féminin se trouvent ensemble.". On se rend alors bien compte que notre règle grammaticale exposée plus haut exprime les mêmes faits mais en des termes plus diplomatiques.

Ces deux hommes ont en commun l'époque et la passion de la grammaire. Vaugelas a été un des premiers académiciens agréé par Richelieu lui-même. Au sein de la toute jeune Académie Française, il expose ses idées et rejoint les propositions grammaticales du père Bonhours. Ce dernier, bien qu'ayant embrassé une vie religieuse, a toujours été très proche de la vie littéraire française. De même, Boileau ou encore Racine ne publient jamais rien sans une relecture du bon père Bouhours. Linguiste, il a un avis sur toutes les langues: les Allemands râlent, les Italiens soupirent, les Anglais sifflent. Mais les Français, eux, parlent! Bouhours ajoute même qu'un Français peut voyager dans l'Europe entière car sa langue est parlée partout. Belle époque! Des travaux de ces deux hommes reposent l'immense majorité de notre patrimoine linguistique et grammaticale. Les critiquer ne fera que leur rendre les honneurs .....

sources:
Georges Doncieux, Un Jésuite homme dettres au dix-septième siècle : Le père Bouhours, 1886"

Sowandi
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum