La littérature de jeunesse, c'est quoi ?

Page 4 sur 35 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 19 ... 35  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La littérature de jeunesse, c'est quoi ?

Message par Mufab le Sam 18 Fév 2012 - 10:37

J'ai trouvé 2 extraits de l'enfant Océan, de Mourlevat :

On suit les chemins, les sous-bois, le bord des rivières. Parfois c'est large et doux sous les pieds, alors on marche de front, d'un bon pas, presque gaiement ; plus loin ça se resserre et on va en file indienne. Ailleurs on s'égare dans les herbes hautes, il faut qu'on reprenne Yann sur nos épaules et on ressort trempés. Il y a des moments où on se décourage un peu : on a l'impression qu'on n'arrivera jamais nulle part, qu'on pourra bien s'enfoncer les jambes dans le ventre à force de marcher, que tout ça servira à rien. Mais aucun d'entre nous veut être le premier à se plaindre, alors on se tait et on continue...

Parfois on est récompensés. Vers la fin de l'après-midi, par exemple, on a suivi longtemps un chemin de halage, le long d'un canal qui allait vers l'ouest. C'était bien. On marchait au sec. On n'avait ni trop froid ni trop chaud, ni rien du tout. Sans le vouloir on a accéléré, comme si le canal menait tout droit à l'Océan et qu'on l'atteindrait peut-être avant la nuit si on allait assez vite. On savait bien que c'était pas vrai, mais ça nous faisait plaisir de penser comme ça.

À un moment, on a tous fait nos besoins ensemble derrière un taillis. On s'est essuyés comme on a pu avec des feuilles et on s'est lavé les mains dans l'eau du canal. Elle était pas chaude. C'est juste après ça que la nuit est tombée d'un seul coup et que le froid nous a saisis. On a marché encore un peu, mais le chemin est vite devenu étroit et il a fini par se perdre tout à fait dans les orties. On a fait demi-tour sur un bon kilomètre, jusqu'à un pont, et on s'est assis contre le petit mur de pierre.

Les moyens avaient leur oeil des mauvais jours, bien noir et bien farouche, et comme en plus ils suçotaient tous les deux les lanières de leur casquette, c'était pas difficile de comprendre qu'ils avaient faim.

Il a lâché ma main et s'est glissé dans le petit espace entre sa mère et la porte. Mais avant de disparaître, il a fait une chose étrange et que je n'aurais jamais crue possible. Il ne s'est pas retourné, il a juste fait pivoter sa tête par-dessus son épaule. Cela n'a pas duré plus de trois secondes. Mais cette image s'est fixée dans mon esprit, s'y est inscrite avec plus de précision que n'importe quelle photographie. Depuis, je revois sans cesse ce visage enfin levé vers le mien, ces yeux plantés droit dans les miens. J'ai eu la sensation troublante d'y lire avec autant de netteté que s'il avait parlé. Et pourtant il ne disait rien, ne bougeait pas. J'y ai lu un reproche, d'abord :
- Bravo, vous avez fait du joli travail !
Mais tout de suite après un remerciement :
- Vous avez été gentille avec moi et puis vous ne pouviez pas savoir.
J'essaie de me persuader qu'il n'y a eu que cela, mais je sais bien que c'est faux et que ces yeux disaient autre chose. Criaient autre chose. Et ce qu'il criaient c'était : AU SECOURS !
Je ne l'ai pas compris ou je n'ai pas voulu le comprendre. Je me suis dit qu'on verrait ça plus tard, que cela faisait partie des choses qu'on peut remettre au lendemain. Mais il n'y a pas eu de lendemain.

Encore une fois, la lecture d'oeuvres contemporaines permet souvent de les mettre en réseau avec des textes plus classiques dont elles se nourrissent (ici le Petit Poucet).

Mufab
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: La littérature de jeunesse, c'est quoi ?

Message par doublecasquette le Sam 18 Fév 2012 - 10:42

Pour votre gouverne, préface à La Roulotte du Bonheur, par un inspecteur général, du temps où cette espèce existait encore sous une forme primitive :




DC véto

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: La littérature de jeunesse, c'est quoi ?

Message par arcenciel le Sam 18 Fév 2012 - 10:44

Je vous lis et je me rends compte que j'ai peu de souvenirs de lectures suivies à l'école primaire (histoires d'amitié avec des animaux et l'histoire d'une enfant aveugle qui m'avait bouleversée).
En revanche, à côté je lisais tout ce qui me tombait sous la main! De tout! Je n'y comprenais couic mais je dévorais...(enfance cahotique donc la lecture fut un refuge, une évasion, une protection... et pareil aujourd'hui, c'est vital).
Au collège, en 4ème étude de Paul et Virginie, j'ai adoré décortiquer ce livre, c'est mon premier souvenir de lecture suivie.

arcenciel
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: La littérature de jeunesse, c'est quoi ?

Message par doublecasquette le Sam 18 Fév 2012 - 10:45

@Rikki a écrit:
@doublecasquette a écrit:

Je ne suis pas sûre...
Dans les années 60, nous lisions des histoires complètes en fin de CP et CE1, tirées et adaptées des contes traditionnels, mais aussi de livres pour enfants (je me rappelle Michka, Roule Galette, Perlette goutte d'eau), puis ensuite, à partir du CE2, des extraits d'œuvres écrites pour tous et ayant acquis une certaine notoriété.

Soit j'ai oublié, soit je te garantis que je n'ai rien lu de tout cela à l'école. Ce qu'on faisait, oui, c'était de la poésie. J'adorais. Et parfois, des extraits de pièces de théâtre. J'adorais aussi.

Mais Michka, Roule Galette, Perlette goutte d'eau, Cigalou, Epaminondas... c'est ma grand-mère qui me les a lus, jamais je ne les ai vus à l'école !

C'était dans "Lisons de belles histoires", premier et deuxième livres de lecture courante.

Je suis bien d'accord de dire qu'étudier les bouquins jusqu'à plus soif en dégoûte plus qu'autre chose et qu'il faut rendre les gamins lecteurs. Et je pense qu'il faut les mettre en contact avec des livres très variés, pour qu'ils aient plus de chances de rencontrer celui qui fera "tilt".

Ça dégoûte et ça réduit le champ d'exploration ! Cinq semaines sur UNE œuvrette, même provisoirement transcendante, cela veut dire cinq à sept titres et auteurs par an... On est loin de permettre à Kevin et Samantha de connaître tous les noms que Louis-Thaddée et Sixtine lisent tous les jours sur les livres de la bibliothèque de Bon-Papa et Bonne-Maman...

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: La littérature de jeunesse, c'est quoi ?

Message par Rikki le Sam 18 Fév 2012 - 10:47

Mais te vexe pas, il est sûrement très bien, son livre de lecture, à M. Bonzon !

Ca ne m'a pas empêchée, quand j'étais petite, de ne pas trop apprécier la manière dont les six compagnons traitaient les filles, sauf leur copine qui devait s'appeler Mado ou quelque chose du genre (sûrement un diminutif de Madeleine, d'ailleurs), et de penser, dans mon cerveau de gamine, que c'était un peu nouille ces histoires où les voleurs et les policiers étaient toujours plus bêtes que les enfants.

Et les garçons ne pleuraient jamais, et Mado les soignaient quand ils avaient des bobos.

Mais je les lisais, ces histoires, je le répète, je les lisais même si ça m'énervait tous ces clichés !

_________________
mon site sur l'écriture : www.ecritureparis.fr

Rikki
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: La littérature de jeunesse, c'est quoi ?

Message par doublecasquette le Sam 18 Fév 2012 - 10:51

@doublecasquette a écrit:
@Rikki a écrit:En primaire, on n'étudiait pas de livres, ni classiques, ni autres, ça commençait au collège.

Je trouve que c'est un progrès de faire lire des livres pour enfants.


Je ne suis pas sûre...
Dans les années 60, nous lisions des histoires complètes en fin de CP et CE1, tirées et adaptées des contes traditionnels, mais aussi de livres pour enfants (je me rappelle Michka, Roule Galette, Perlette goutte d'eau), internationalement connu et reconnu et que nous allons faire en sorte qu'ils puissent commencer à s'y repérer ?


Oui ! C'était "Lisons CP".


DCvéto

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: La littérature de jeunesse, c'est quoi ?

Message par Mufab le Sam 18 Fév 2012 - 11:20

@doublecasquette a écrit:
@Rikki a écrit:
@doublecasquette a écrit:

Je ne suis pas sûre...
Dans les années 60, nous lisions des histoires complètes en fin de CP et CE1, tirées et adaptées des contes traditionnels, mais aussi de livres pour enfants (je me rappelle Michka, Roule Galette, Perlette goutte d'eau), puis ensuite, à partir du CE2, des extraits d'œuvres écrites pour tous et ayant acquis une certaine notoriété.

Soit j'ai oublié, soit je te garantis que je n'ai rien lu de tout cela à l'école. Ce qu'on faisait, oui, c'était de la poésie. J'adorais. Et parfois, des extraits de pièces de théâtre. J'adorais aussi.

Mais Michka, Roule Galette, Perlette goutte d'eau, Cigalou, Epaminondas... c'est ma grand-mère qui me les a lus, jamais je ne les ai vus à l'école !

C'était dans "Lisons de belles histoires", premier et deuxième livres de lecture courante.

Je suis bien d'accord de dire qu'étudier les bouquins jusqu'à plus soif en dégoûte plus qu'autre chose et qu'il faut rendre les gamins lecteurs. Et je pense qu'il faut les mettre en contact avec des livres très variés, pour qu'ils aient plus de chances de rencontrer celui qui fera "tilt".

Ça dégoûte et ça réduit le champ d'exploration ! Cinq semaines sur UNE œuvrette, même provisoirement transcendante, cela veut dire cinq à sept titres et auteurs par an... On est loin de permettre à Kevin et Samantha de connaître tous les noms que Louis-Thaddée et Sixtine lisent tous les jours sur les livres de la bibliothèque de Bon-Papa et Bonne-Maman...

Oui, 8 à 10 textes en lecture intégrale par an, plus des extraits en réseau, au nombre que l'on veut.

Je ne comprends pas trop le problème, ni les enjeux du fil, à vrai dire, ce que proposent les détracteurs de la littérature contemporaine, et ce que l'on reproche aux oeuvres de la liste, que je trouve très variée.

Pour essayer de répondre à la question de Mareuil : "Quoi-t'est-ce ?"
Des textes de longueur adaptée à chaque classe, dont la lecture intégrale est rendue obligatoire, quels que soient les rapports familiaux entretenus avec le livre, et dont la reprise en classe sous forme de questionnement permet d'en découvir des aspects qui passeraient inaperçus aux rares (enfin chez moi, pas classe CAMIF) enfants qui les auraient lus chez eux.

Si je reprends l'exemple de John Chatterton, d'Yvan Pommaux, que nous lisons et théâtralisons tous les ans avec ma classe en début de Ce2, c'est toujours le même plaisir que de jouer le texte, que de reconstituer la collection artistique du loup, que de faire le lien avec le Petit Chaperon rouge, que de décoder certaines illustrations et leur pourquoi... et quand un enfant me dit (ça m'est arrivé cette année, chez un dévoreur), alors que leur distribue l'album : "Off, je l'ai déjà lu, ton bouquin, je l'ai pris à la BM, je vais m'ennuyer", je m'aperçois ensuite que non.

Après, si c'est pour m'entendre encore dire que je flirte avec "le firmament pédagogique" (sic), parce que je défends ces livres, bof, je sors.

_________________
Poky et Lucas, dessin de Phi :

"Là où on ne lit pas, là où on n'élit pas, on ne rigole pas tous les jours. Lire est le propre de l'homme."
(Yvan Pommaux, auteur "Jeunesse")

Mufab
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: La littérature de jeunesse, c'est quoi ?

Message par doublecasquette le Sam 18 Fév 2012 - 12:22

Bon, j'ai souligné ce qui me semble important et un peu oublié de nos jours:
[img][/img]


Dites-moi si j'ai tort de considérer ces points comme fondamentaux. Je sais qu'on veut à présent imposer la lecture-plaisir à l'école mais pourquoi l'école a-t-elle besoin d'imposer le plaisir à l'individu ? Comment peut-on croire être apte à imposer le plaisir ? Il n'y a que Napoléon pour croire ça !


DC véto vache vache vache

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: La littérature de jeunesse, c'est quoi ?

Message par Mareuil le Sam 18 Fév 2012 - 12:57

"je ne comprends pas les enjeux du fil", écrit Mufab.
Ils sont simples.
La littérature de jeunesse a une histoire, examinons-là. Voyons la place qu'elle a occupée hors l'école et dans l'école autrefois et hier, aujourd'hui.
C'est peut-être une manie mais dans la mesure où une question pédagogique m'intéresse, je commence toujours par m'efforcer de dérouler le fil historique.
Dans le sujet qui nous occupe, j'observe un tournant important en 2002. En effet, à partir de cette date l'institution qui n'était pas jusque-là prescriptive en la matière - et cette matière, on l'a vu, est fort ancienne - le devient, non seulement en publiant des listes d'oeuvres à faire lire, mais en donnant aussi des indications pédagogiques pour les faire lire. Donc, il ne me paraît pas absurde de s'interroger sur ce changement.
Maintenant, si ce fil paraît inutile à beaucoup, on peut le fermer.

Mareuil
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: La littérature de jeunesse, c'est quoi ?

Message par doublecasquette le Sam 18 Fév 2012 - 13:46

@Mareuil a écrit:"je ne comprends pas les enjeux du fil", écrit Mufab.
Ils sont simples.
La littérature de jeunesse a une histoire, examinons-là. Voyons la place qu'elle a occupée hors l'école et dans l'école autrefois et hier, aujourd'hui.
C'est peut-être une manie mais dans la mesure où une question pédagogique m'intéresse, je commence toujours par m'efforcer de dérouler le fil historique.
.

Pas mauvaise idée ! Même plutôt pertinente. yesyes yesyes
J'ai trouvé ici: http://www.educasources.education.fr/selection-detail-89739.html toute une bibliographie sur le sujet. Je m'en vas fouiller là-dedans...

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: La littérature de jeunesse, c'est quoi ?

Message par doublecasquette le Sam 18 Fév 2012 - 13:53

@ littérature jeunesse:

[img][/img]


Le texte complet ici:
http://www.inrp.fr/she/lej/roti/roti01.htm

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: La littérature de jeunesse, c'est quoi ?

Message par doublecasquette le Sam 18 Fév 2012 - 14:20

 Il est en train de se passer ce dont je rêve depuis que je fais ce métier, c’est-à-dire depuis quarante ans, confie au journal Le Monde ( 13/9/02) l’éditeur J. Delas dont la maison d’éditions arrive ( Ecole des Loisirs) en tête de la sélection ministérielle 2002. Le long combat mené depuis des années par quelques libraires, éditeurs, pédagogues trouve aujourd’hui son aboutissement : le livre de jeunesse entre à l’école, et par la grande porte !

Il dit quoi, là ? Qu'il assure ses ventes ou qu'il est juste content pour les élèves, à titre totalement désintéressé ? Suspect Suspect

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: La littérature de jeunesse, c'est quoi ?

Message par Mareuil le Sam 18 Fév 2012 - 14:23

@doublecasquette a écrit:
 Il est en train de se passer ce dont je rêve depuis que je fais ce métier, c’est-à-dire depuis quarante ans, confie au journal Le Monde ( 13/9/02) l’éditeur J. Delas dont la maison d’éditions arrive ( Ecole des Loisirs) en tête de la sélection ministérielle 2002. Le long combat mené depuis des années par quelques libraires, éditeurs, pédagogues trouve aujourd’hui son aboutissement : le livre de jeunesse entre à l’école, et par la grande porte !

Il dit quoi, là ? Qu'il assure ses ventes ou qu'il est juste content pour les élèves, à titre totalement désintéressé ? Suspect Suspect

C'est un peu la question que je me posais après avoir dîné avec Poslaniec, en 2001, chez le juge Jeanpierre qui nous avaient invités.

Mareuil
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: La littérature de jeunesse, c'est quoi ?

Message par Mufab le Sam 18 Fév 2012 - 14:24

Vous avez bien mangé, sinon ?

_________________
Poky et Lucas, dessin de Phi :

"Là où on ne lit pas, là où on n'élit pas, on ne rigole pas tous les jours. Lire est le propre de l'homme."
(Yvan Pommaux, auteur "Jeunesse")

Mufab
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: La littérature de jeunesse, c'est quoi ?

Message par Mareuil le Sam 18 Fév 2012 - 14:33

Très bien cela va de soi. Jeanpierre était un homme délicieux ( mort beaucoup trop jeune), sa femme, magistrate au Mans, une hôtesse parfaite et attentionnée. Au cours de ce repas entre Sarthois d'adoption, il fut un peu question des livres de Poslaniec - qui en avait apporté plusieurs, d'ailleurs charmants, pour les enfants - et de l'édition en général.

Mareuil
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: La littérature de jeunesse, c'est quoi ?

Message par Mareuil le Sam 18 Fév 2012 - 14:37

le juge "Jean-Pierre" évidemment. Je ne mémorise les noms propres qu'avec difficulté. Une séquelle de la vie de prof. Et je ne parle pas des prénoms...

Mareuil
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: La littérature de jeunesse, c'est quoi ?

Message par retraitée le Sam 18 Fév 2012 - 14:45

@doublecasquette a écrit:
@doublecasquette a écrit:
@Rikki a écrit:En primaire, on n'étudiait pas de livres, ni classiques, ni autres, ça commençait au collège.

Je trouve que c'est un progrès de faire lire des livres pour enfants.


Je ne suis pas sûre...
Dans les années 60, nous lisions des histoires complètes en fin de CP et CE1, tirées et adaptées des contes traditionnels, mais aussi de livres pour enfants (je me rappelle Michka, Roule Galette, Perlette goutte d'eau), internationalement connu et reconnu et que nous allons faire en sorte qu'ils puissent commencer à s'y repérer ?


Oui ! C'était "Lisons CP".


DCvéto

Ah si, moi j'ai lu "Amadou le bouquillon" et toute une série de Bourliaguet, plus bien d'autres dont j'ai oublié le titre.

retraitée
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: La littérature de jeunesse, c'est quoi ?

Message par Mufab le Sam 18 Fév 2012 - 15:49

@doublecasquette a écrit: Bon, j'ai souligné ce qui me semble important et un peu oublié de nos jours:
[img][/img]


Dites-moi si j'ai tort de considérer ces points comme fondamentaux. Je sais qu'on veut à présent imposer la lecture-plaisir à l'école mais pourquoi l'école a-t-elle besoin d'imposer le plaisir à l'individu ? Comment peut-on croire être apte à imposer le plaisir ? Il n'y a que Napoléon pour croire ça !


DC véto vache vache vache

Mais comment et pourquoi dissocier apprentissage et plaisir ?
Je ne parle pas du plaisir immédiat, mais de celui de l'effort récompensé. Les récitations par exemple : le plaisir qu'ils ont à les réciter, même s'ils rechignent à les apprendre.
Devrions-nous nous passer de textes de qualité parce qu'apprendre doit obligatoirement être chiant ?

Napoléon ou pas, m'en fous, continuerai à jouer sur cette corde. Et sans avoir besoin de rien imposer du tout, à part d'articuler des phrases correspondant aux signes écrits : le plaisir des histoires bien menées, des mots bien choisis, il est là, quoi qu'on fasse.

Où certains de mes élèves (dont les parents sont analphabètes, je précise - c'est-à-dire qu'ils ne savent pas lire un mot écrit, dans n'importe quelle langue) vont-ils le rencontrer, ce plaisir ? Au hasard d'un emprunt à la BCD, pour peu qu'ils choisissent avec discernement - et surtout sans mon aide et mes conseils, qui seraient alors trop impositifs ?

Pourquoi ne pas se réjouir, au contraire, de ce que la littérature, classique et moderne - je répète (consultez la liste de 2002)- soit entrée à l'école, en lieu et place des textes parfois insipides écrits spécialement pour tel manuel ?
Vraiment, je ne comprends pas ce qui dérange là-dedans, si ce n'est qu'elle ne renvoie à rien dans nos souvenirs d'enfance.

_________________
Poky et Lucas, dessin de Phi :

"Là où on ne lit pas, là où on n'élit pas, on ne rigole pas tous les jours. Lire est le propre de l'homme."
(Yvan Pommaux, auteur "Jeunesse")

Mufab
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: La littérature de jeunesse, c'est quoi ?

Message par fugue le Sam 18 Fév 2012 - 16:16

@doublecasquette a écrit:

Dites-moi si j'ai tort de considérer ces points comme fondamentaux. Je sais qu'on veut à présent imposer la lecture-plaisir à l'école mais pourquoi l'école a-t-elle besoin d'imposer le plaisir à l'individu ? Comment peut-on croire être apte à imposer le plaisir ? Il n'y a que Napoléon pour croire ça !


DC véto vache vache vache

Je ne comprends pas. Oui, il faut que la lecture soit un plaisir et pas un pensum, ça me semble évident.

fugue
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: La littérature de jeunesse, c'est quoi ?

Message par doublecasquette le Sam 18 Fév 2012 - 16:22

Mais ce n'était pas chiant du tout, la Roulotte du Bonheur ! On retrouvait le livre chaque samedi pour la séance de "lecture suivie" et, comme l'explique le dénommé Paul Vigroux, nous apprenions à perfectionner notre lecture (tiens, le "apprendre à lire toute sa vie" de Charmeux et Foucambert) grâce à un "outil", conçu par un instituteur, afin de rendre plus performants ses élèves en perfectionnant la "fluidité avec laquelle le lecteur se déplace dans un texte", "l’habileté à grouper les mots en unité syntaxique de sens, à faire un usage rapide de la ponctuation, à choisir les moments de pause et l’intonation pour donner tout son sens à un texte" (tiens, les objectifs de Fluence...).

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: La littérature de jeunesse, c'est quoi ?

Message par Mufab le Sam 18 Fév 2012 - 16:34

Bon, si ce n'est que le samedi matin que nous lirons la Roulotte du bonheur, ça va, je veux bien.

_________________
Poky et Lucas, dessin de Phi :

"Là où on ne lit pas, là où on n'élit pas, on ne rigole pas tous les jours. Lire est le propre de l'homme."
(Yvan Pommaux, auteur "Jeunesse")

Mufab
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: La littérature de jeunesse, c'est quoi ?

Message par Mufab le Sam 18 Fév 2012 - 16:39

Puis, Le chalet du bonheur, La cabane du bonheur, La maison du bonheur, L'hôtel du bonheur, La clé du bonheur...
Que de plaisirs littéraires en perspective ! yesyes

_________________
Poky et Lucas, dessin de Phi :

"Là où on ne lit pas, là où on n'élit pas, on ne rigole pas tous les jours. Lire est le propre de l'homme."
(Yvan Pommaux, auteur "Jeunesse")

Mufab
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: La littérature de jeunesse, c'est quoi ?

Message par doublecasquette le Sam 18 Fév 2012 - 17:08

Et dans les extraits d'œuvres littéraires que nous lisions le reste de la semaine, s'il y en avait quelques-uns que l'un ou l'autre d'entre nous trouvait nul (moi, c'était les récits d'aventures, comme je l'ai dit ce matin), ce n'était pas le cas général tous les jours.

Ce que dit DC Véto, c'est qu'imposer le plaisir, comme le pensum d'ailleurs, c'est infaisable et d'ailleurs pas forcément souhaitable : dans Le Meilleur des Mondes, d'A. Huxley, par exemple, le plaisir est imposé, si mes souvenirs sont bons, grâce à des petites pilules bleues. Tout le monde devrait s'en satisfaire et pourtant, au moins une personne ne veut pas de ce plaisir-là et en recherche un autre, et la morale que dégage cette œuvre littéraire n'est pas vraiment que le plaisir imposé est un but à rechercher à quelque niveau que ce soit.

Plutôt que la "lecture-plaisir", je préfère programmer dans mes préparations, la "lecture efficiente", de façon à ce que mes élèves soient tous capables ensuite d'en faire ce qu'ils en veulent.

Parce je pense comme B. Berthelot dans son article (L'imposture pédagogique ) "qu'il faut apprendre le latin à Paul, dès lors que ce travail et cette culture collaborent à une promotion de son être; ce n'est pas à l'école, ni à aucune autre instance extérieure de dire ce que Paul doit être, mais c'est à l'école que revient d'abord la tâche de donner à Paul les moyens d'être tout ce qu'il peut être, et c'est précisément ce qui s'appelle éduquer."

DC instit (qui clôt ses interventions sur ce fil) professeur

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: La littérature de jeunesse, c'est quoi ?

Message par doublecasquette le Sam 18 Fév 2012 - 17:09

@doublecasquette a écrit:Mais ce n'était pas chiant du tout, la Roulotte du Bonheur ! On retrouvait le livre chaque samedi pour la séance de "lecture suivie" et, comme l'explique le dénommé Paul Vigroux, nous apprenions à perfectionner notre lecture (tiens, le "apprendre à lire toute sa vie" de Charmeux et Foucambert) grâce à un "outil", conçu par un instituteur, afin de rendre plus performants ses élèves en perfectionnant la "fluidité avec laquelle le lecteur se déplace dans un texte", "l’habileté à grouper les mots en unité syntaxique de sens, à faire un usage rapide de la ponctuation, à choisir les moments de pause et l’intonation pour donner tout son sens à un texte" (tiens, les objectifs de Fluence...).

Toi y'en a mieux causer la pédagogie que moi ! C'est ça que je veux dire !
Quand un auteur écrit un roman, il n'a pas de visée particulière, et particulièrement aucune visée pédagogique, d'où le fait que, comme j'ai écrit plus haut, un Pierre Magnan qui avait été à l'école primaire sous les programmes de 1922 a sué sang et eau et ne se jugeait pas capable. Quand un auteur doublé d'un pédagogue écrivait un livre de lecture suivie pour des écoliers de Primaire, il avait présente à l'esprit la visée pédagogique, tout en se préoccupant de l'intérêt que pourraient porter à l'histoire racontée les élèves des classes visées par l'ouvrage.
( Le chalet du bonheur est principalement écrit au présent, certes, mais prévu pour être lu par des CE1, des CE2 et, éventuellement des CM1. )
Les livres de litté jeunesse ont toute leur place dans al bibliothèque de fond de classe mais me semblent des outils bien difficiles à manier pour un PE débutant embauché avec une licence de SVT ou de Physique et jeté dans l'arène sans formation.
Plus la formation des enseignants est défaillante, plus on s'escrime à les encombrer de manuels difficiles à travailler et, pour la litté jeunesse, absolument pas prévus dans le cadre d'une progression structurée.

Alors, oui ! Le De Viris de l'Abbé Lhomond, qui est "étudié" pour, vient avant La guerre des Gaules et avant Ovide ou Virgile. Quand on a bien bossé dans le De Viris, on peut se lancer dans du hard, avec accompagnement. Maintenant, avec des professeurs de latin souvent mal formés, on vous balance les cinquièmes dans Pline. Et allez donc !

Et le De Viris, ce n'est pas chiant du tout ! Je ne vois pas pourquoi ce bouquin qui a formé des générations de latinistes autrement chevronnés que nos pauvres élèves de TL (quand ils font du latin ....) serait à présent à mettre au pilon.
http://fr.wikipedia.org/wiki/De_viris_illustribus_(Lhomond)


Dernière édition par doublecasquette le Sam 18 Fév 2012 - 17:21, édité 1 fois

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: La littérature de jeunesse, c'est quoi ?

Message par doublecasquette le Sam 18 Fév 2012 - 17:16

@doublecasquette a écrit:Et dans les extraits d'œuvres littéraires que nous lisions le reste de la semaine, s'il y en avait quelques-uns que l'un ou l'autre d'entre nous trouvait nul (moi, c'était les récits d'aventures, comme je l'ai dit ce matin), ce n'était pas le cas général tous les jours.

:
Et de toute façon, tu en tirais quand même profit.
Moi, c'est de George Sand que je me suis dégoûtée. Je trouvais ça Sleep mais peut-être avons-nous lu un extrait de La Mare au diable ou de La Petite Fadette après un repas bien lourd ?
Quant aux programmes 2002, ne parlez pas à ma filloune (née le 10/11/1994) de Roald Dahl: morsure garantie !
Je ne suis pas certaine qu'elle ait tiré de ces lectures imposées de Roald Dahl le profit que j'ai tiré de La petite Fadette et, en plus, je n'ai subi qu'un extrait, sans étude de la première et de la quatrième de couverture sur toutes ses coutures. No No

Et un partout, la balle au centre !

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: La littérature de jeunesse, c'est quoi ?

Message par Angua le Sam 18 Fév 2012 - 17:43

Je regrette de ne pas avoir pris le temps de relire en entier ce fil, que je suis depuis son apparition ! Mais réagir me démange...
Voilà donc ma définition personnelle : la "littérature jeunesse", voulue, ou classée comme telle quelques décennies plus tard, c'est pour moi ce qui fait que très tôt, lire est un plaisir qu'on peut éprouver seul. Que ce soit indigent, touffu, mal écrit, travaillé, bourré de clichés, créatif, lié à une culture commune ou confidentiel, peu importe. Prendre conscience, au fil des albums et des romans, qu'ouvrir un livre fait du bien, c'est ce qui permet, au fil du temps, de prendre l'habitude de lire et ainsi d'accéder à des textes de plus en plus complexes, de plus en plus riches.
La vraie question (pour ne pas dire le vrai problème) est la place qu'on leur donne à l'école. Dans le secondaire, je n'ai aucune honte à séparer les deux, et je l'explique aux élèves, qui en général le comprennent : ce qu'on étudie en classe demande des efforts pour beaucoup, mais le sens qui s'en dégage mérite ses efforts. C'est un moment de travail. Le livre choisi pour se détendre avant de dormir, ce n'est pas forcément le même, plutôt que de "lecture plaisir", je parlerais de "lecture LOISIR", et cette lecture on peut en parler en cours, mais en lui donnant une autre place. Tout simplement en la distinguant des programmes scolaires : si Zébulon qui est pris de nausée en lisant une page d'Hugo s'est enthousiasmé en lisant tout seul Les Chroniques du marais qui pue, je trouve que laisser quelques minutes du cours pour qu'il en parle aux autres est important, peut-être donnera-t-il envie à un allergique aux livres de l'ouvrir. Je parle bien de quelques minutes, à l'issue desquelles un autre titre sera peut-être suggéré à Zébulon. Pendant ce temps-là, certes, je n'en fais pas de grands littérateurs, mais là n'est pas l'objectif : si les réconcilier avec la lecture passe par là, ouvrir La Princesse de Clèves au lycée leur fera peut-être moins peur. Ou ils prendront l'habitude de flâner dans une bibliothèque/un CDI et peut-être de lire un peu sans que ce soit imposé.
Certes, c'est une vision utopique des choses, mais à part à l'école, où les enfants rétifs à la chose peuvent-ils comprendre que lire n'est pas qu'une corvée ? Ce n'est peut-être pas trop pro, mais je n'ai aucun remords à faire de la publicité pour un loisir qui me plait... [b]

_________________
journalsemilitteraire.over-blog.com

Angua
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 35 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 19 ... 35  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum