Assistant pédagogique, témoignage sur un emploi mal connu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Assistant pédagogique, témoignage sur un emploi mal connu

Message par Scrat le Jeu 23 Fév 2012 - 13:47

Comme il m'a été suggéré par votre modérateur, je pose ici mon témoignage sur un emploi finalement assez méconnu qu'est celui d'assistant pédagogique.
Selon les textes officiels, ses fonctions peuvent beaucoup varier d'un établissement à l'autre.
De base, c'est une personne (de préférence se destinant à l'enseignement) qui est recrutée à un niveau minimum de bac +2 afin d'assurer des fonctions d'accompagnement pédagogique d'élèves en difficulté. Les premiers postes ont été créés en 2005 dans des lycées difficiles puis élargis dans des collèges.

Pour ma part, je suis depuis trois ans maintenant dans un collège plutôt calme mais dont le taux de réussite au DNB lorsque j'y ai été embauchée laissait à désirer (même s'il y a pire, mais il tournait autour des 75%).
Lors de ma première année, nous étions deux et travaillions en étroite collaboration. Les professeurs principaux nous signalaient les élèves en difficulté de leur classe et nous les voyions sur une de leurs heures de permanence en groupes très réduits: de un à quatre élèves. Nous avons tout de suite pris le parti de ne pas privilégier l'aide aux devoirs (l'élève doit aussi apprendre à gérer son temps personnel pour ses devoirs) mais la réexplication des cours qu'il a mal compris. Aujourd'hui encore, lorsque je présente mes séances de soutien aux élèves, j'utilise la formule de "cours à la carte" pour leur faire comprendre que dans cet espace privilégié, ce sont eux qui demandent et moi qui les aide en fonction.

Cette façon de faire fonctionne dans 99% des cas. Les élèves se sentent réellement épaulés, comprennent vite que c'est une chance de bénéficier de ce dispositifs et les résultats montent, parfois timidement, parfois plus franchement.

Deux ans plus tard, il est vrai que le tableau s'est quelque peu assombri. Les suppressions de postes aidant, je n'ai eu une collègue qu'un an puis me suis retrouvée seule. Suivant également la formation pour devenir prof de lettres, je n'y travaille que 20h par semaine. La plupart des élèves ont donc moins de séances (1h une semaine sur 2, en général) et les groupes sont plus conséquents ( 5 à 10 élèves). Cette année, encore dû aux suppressions de postes, les classes de 6è sont surchargées et les élèves ont de très lourdes difficultés et je me retrouve face au fait de ne pas pouvoir tous les prendre et même ceux que je vois, de les voir trop peu souvent face au travail à faire. C'est terriblement frustrant quand on fait son travail par passion.
De plus, ayant perdu 2 postes de surveillants en 2 ans, j'aide pendant les rares heures sans élèves à la surveillance: cour, cantine, entrée... On comble les trous comme on peut.

Je ne nie pas qu'il y a des avantages énormes à ce travail. Le premier étant que ces années me permettent de me forger une expérience des plus profitables. En trois ans, j'ai eu le temps d'expérimenter des choses, de réajuster, d'oser, de tester et j'adore ça. Je comprends qu'enseigner, c'est se remettre sans cesse en question. Je suis aussi en contact avec les élèves les plus difficiles et il n'y a pas meilleure leçon de pédagogie que cela. Cela est d'ailleurs ressorti durant mes stages ou aux oraux qui les ont suivi, je suis à l'aise, passionnée et je déborde d'idées.
Malgré que je me retrouve seule et dispose de beaucoup moins de temps, la formule des cours que je donne n'a guère changé dans ses contours: j'aide à comprendre ce qui a été vu en cours, je corrige les contrôles avec eux pour qu'ils comprennent leurs erreurs, je les aide à préparer les contrôles à venir...Je les soutiens autant scolairement que moralement car certains craquent, baissent les bras et je suis attentive à leurs angoisses et les aide à les surmonter. Et ils sont réceptifs. Quand leurs résultats remontent suffisamment pour que je ne les voie plus, la plupart souhaitent continuer. De même que la grande majorité demande à être suivie l'année suivante. Globalement, les résultats sont là: ces élèves progressent doucement, reprennent confiance en eux et les plus durs apprennent à avoir un rapport plus cordial avec l'adulte.

Voilà dans les grandes lignes ce que je fais pendant les nombreuses heures où je ne suis pas à l'IUFM, n'hésitez pas si vous avez des questions ainsi qu'à enrichir ce topic de vos témoignages ou de vos attentes vis-à-vis de ceux que l'on nomme dans le jargon les "AP".

Scrat
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: Assistant pédagogique, témoignage sur un emploi mal connu

Message par Gryphe le Jeu 23 Fév 2012 - 13:57

Merci beaucoup !

Il n'y a pas d'AP chez moi... c'est pour cela que je demandais comment tu te situais par rapport aux surveillants ("AED" dans le jargon).
C'est chouette ce que tu fais, il y a une réelle aide apportée à ces élèves, et en même temps pour toi, cela te permet de "tester" ta manière d'expliquer, ta relation aux élèves, etc.
Aides-tu les élèves dans toutes les matières, ou uniquement dans celle que tu as choisie pour le CAPES ?
Pour ma part, j'ai été longtemps prof d'histoire-géo, et quand je faisais de l'aide aux devoirs (entre midi et deux ou le soir), j'assurais aussi une assistance en français, maths, anglais... un peu tout en fait, en fonction des besoins.

Merci encore pour ton témoignage, c'est très éclairant. idee

Gryphe
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Assistant pédagogique, témoignage sur un emploi mal connu

Message par C'est pas faux le Jeu 23 Fév 2012 - 14:00

Je suis en école éclair, et je bénéficie de la présence d'une AP une heure par semaine. Elle partage son temps entre mon école et le collège (très dur) voisin.
Je m'efforce d'oganiser mon emploi du temps pour travailler en sa présence sur des choses pour lesquelles on n'est pas trop de deux : rédaction, résolution de problèmes ...
Je crois constater que mes collègues, un peu par facilité et aussi gênés par le principe de "co-intervention", ne la relègue trop souvent au rôle de préposée à la séance rituelle d'informatique. Les TICE, à mon avis, elle en a soupé.

C'est pas faux
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Assistant pédagogique, témoignage sur un emploi mal connu

Message par Scrat le Jeu 23 Fév 2012 - 14:05

Comme toi, Gryphe, je les aide dans toutes les disciplines, sauf la musique, l'EPS et l'espagnol que je n'ai jamais étudié. Mais je constate que les difficultés tournent toujours autour des mêmes disciplines: l'anglais, le français et les mathématiques. J'ai notamment de nombreux élèves plus ou moins lourdement dyslexiques donc je fais très majoritairement de l'anglais et du français.

Heureusement, les autres enseignants ne me font pas faire ce que eux rechignent à faire. Nos relations sont celles du dialogue autour des élèves que je suis et ceux qu'il faudrait que je suive. Ce sont eux qui viennent me voir avec une petite liste d'élèves qui ont vraiment besoin d'aide. Je me rends au maximum de conseils de classe possible pour avoir également l'avis de toute l'équipe sur les élèves que je suis et que je puisse donner le mien. Même si nos avis convergent la plupart du temps, on a toujours quelque chose à s'apporter. Les élèves sont très différents dans un groupe de 30 et dans un groupe de 5.

Scrat
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: Assistant pédagogique, témoignage sur un emploi mal connu

Message par Hermione0908 le Jeu 23 Fév 2012 - 14:24

J'ai été assistante péda, au tout début du dispositif (2006). Je n'en garde pas un très bon souvenir.
Personne ne savait réellement ce que je devais faire, on m'avait attribué une salle à côté du foyer, et les élèves devaient venir sur la base du volontariat. Autant dire que ça ne se bousculait pas au portillon, et certains élèves avaient tendance à confondre ma porte et celle d'à côté, le foyer donc. Je devais leur expliquer poliment mais fermement que non, on ne tapait pas le carton chez moi. Certains profs (je pense notamment à une prof de philo) me mettaient des bâtons dans les roues, me décrédibilisant auprès de leurs élèves. Les profs de lettres ont en revanche tenté de faire ma promotion auprès de leurs élèves, ils m'ont invitée dans leurs cours pour me présenter aux élèves et leur faire passer le message que j'étais là en cas de besoin. Certains m'ont même donné leurs dossiers de textes pour l'EAF pour que je puisse préparer le travail avec les élèves, et étaient là pour répondre à mes questions.
Au bout d'un moment, certains profs du lycée ont institué des groupes d'élèves qui devaient venir me voir. Sans grand succès, cela ressemblait plus à de l'aide aux devoirs. Mais j'ai surtout l'impression d'avoir servi de répétitrice plutôt que d'avoir apporté une réelle aide. J'ai aussi fait beaucoup de matières autres que le français (espagnol, histoire, latin...). Finalement, j'en ai fait assez peu du français.
Les élèves eux se sont rendu compte à l'approche du bac français que la nana qui squattait la 112 pouvait potentiellement leur servir à quelque chose, et là, ils ont voulu que je leur fasse passer des oraux blancs. Dans un sens, je faisais enfin quelque chose d'utile et pour quoi j'avais quelques capacités, mais le côté très opportuniste et quelque part consumériste m'a dérangée.
J'ai également servi de coach à certains élèves lors du passage des oraux de l'EAF (et j'ai été de secrétariat pendant le bac, et j'ai aussi découvert les joies de sconet et de l'inscription administrative des élèves de seconde durant le service de vacances...).
Bien mené, c'est quelque chose qui peut être utile. Mais j'ai surtout l'impression que comme beaucoup de choses dans l'EN, on lance de belles idées et on laisse les gens se démener et trouver eux-mêmes les solutions sur le terrain.

_________________
Pour accéder à la rubrique "privé accessible sur demande" (partie loisirs + questions professionnelles très personnelles) , il faut intégrer un des deux groupes "Loisirs" ci-dessous :
Pour les pseudos entre A et M: http://www.neoprofs.org/g15-groupe-loisirs
Pour les pseudos entre N et Z, ou qui commencent par autre chose qu'une lettre: http://www.neoprofs.org/g16-groupe-loisirs_

Hermione0908
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Assistant pédagogique, témoignage sur un emploi mal connu

Message par Scrat le Jeu 23 Fév 2012 - 15:39

Je me doutais que les pratiques variaient d'un établissement à l'autre, mais là! Je comprends très bien que ça n'ait pas été une bonne expérience pour toi!

A vrai dire, dans mon établissement, c'est un peu moi qui ai imposé mes règles. On m'a recrutée pour des "cours de soutien", ce qui veut tout et rien dire. C'est donc ma collègue et moi, puis moi seule qui ai décidé des modalités dudit soutien. Une direction effacée a du bon (je suis assez libre de mes mouvements, tant que les résultats sont là) et du mauvais (laisser se démerder une jeunette de 20 ans sans expérience à l'époque pouvait s'avérer dangereux).
A l'époque de mon embauche, j'ai vu la principale qui m'a dit qu'on ferait le point une fois par semaine (je crois) et j'attends encore le premier (soit au bout de quasiment trois ans). Heureusement que je dialogue bien avec les P.P et la principale adjointe car en effet, on peut vite être très isolée et utilisée pour tout et n'importe quoi. Neutral

_________________
2009-2013: Assistante pédagogique en collège dans l'académie de Versailles.
2013-2014: Stagiaire en collège rural d'Orléans-Tours: 6è-5è
2014-2015: TZR en AFA: 5è-4è-3è en RRS  chevalier
2015-2016: Poste fixe dans le même collège RRS mais à CS: 13 ici et 4 ailleurs: une 6è, trois 4è et PP de 4è.
2016-2017: Toujours même poste fixe, 13h30 ici avec une 5è et deux 3è. CS ailleurs avec une 6è. Congés vêlage entre deux!

Scrat
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: Assistant pédagogique, témoignage sur un emploi mal connu

Message par Chuoups le Jeu 23 Fév 2012 - 21:46

Pour ma part je suis AP dans un Lycée d'Enseignement Général et Technique. Ce dernier est situé en région parisienne, dans une zone "difficile". De ce fait, nous sommes 6 Assistants Pédagogiques et 6 Assistants d'Education. Pour ma part, je me consacre à l'aide en anglais, parfois en lettres également.

J'adore ce travail qui m'a également permis de faire mes premiers pas dans l'Education Nationale. Parfois, lorsque les professeurs sont absents, ils m'arrivent de faire cours avec ce que l'enseignant m'aura envoyé. Je suis complètement intégrée dans l'équipe pédagogique d'anglais. Et les professeurs m'accordent toute leur confiance.

Cet emploi, que j'exerce depuis 2 ans, m'a permis d'affirmer ma vocation de professeur. J'ai également pu remarquer qu'une vraie relation se crée entre nous et les élèves. Ils ne sont pas n'importe quels étudiants, ce sont nos élèves ! J'ai d'ailleurs été très attristée l'an dernier de les voir quitter l'établissement le bac en poche ! J'aime également cette relation privilégiée que l'on entretient avec les élèves. Pour ma part, ils me tutoient et savent qu'ils peuvent compter sur moi. Bien sur, cela ne signifie pas que nous avons une relation d'égal à égal. Je pense avoir su fixer des limites.

Je pense que tous les futurs enseignants devraient avoir travaillé dans un établissement scolaire avant d'entamer sa carrière. Autour de moi, au sein de mon université, je suis toujours beaucoup surprise de voir que malheureusement trop peu d'entre nous prenne la peine d'avoir ce genre d'expérience. Certains n'ont d'ailleurs jamais vus d'élèves en groupe avant les stages ! Je trouve cela aberrant et tellement triste pour eux, étant donné que ce genre d'expérience est très enrichissant.

Chuoups
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: Assistant pédagogique, témoignage sur un emploi mal connu

Message par Scrat le Ven 24 Fév 2012 - 10:57

Je partage complètement ton opinion Chuoups et la relation que tu décris avoir avec les élèves, j'ai la même avec les miens, ce qui n'était pas gagné d'avance avec des collégiens!
Malgré une certaine complicité, et une confiance mutuelle (je les aide, ils le savent, mais j'en attends aussi d'eux), j'ai su fixer le cadre d'un respect obligatoire dans une relation enseignant-élève. D'ailleurs, la première fois que j'ai fait de la surveillance, j'étais avec une autre assistante d'éduc dans un couloir et une de mes élèves passe en me disant "Bonjour Madame!" et l'assistante d'éduc a été surprise que mes élèves m'appellent comme ça alors qu'ils appellent l'équipe des surveillants par leurs prénoms. Je lui ai dit que je n'avais pas la même relation avec les élèves, que même si je suis plus jeune que les surveillants, ils me voient comme leur prof et agissent en conséquence: vouvoiement, pas de prénom, pas de langage familier...C'est un cadre qui me paraît indispensable pour mener un travail efficace.

_________________
2009-2013: Assistante pédagogique en collège dans l'académie de Versailles.
2013-2014: Stagiaire en collège rural d'Orléans-Tours: 6è-5è
2014-2015: TZR en AFA: 5è-4è-3è en RRS  chevalier
2015-2016: Poste fixe dans le même collège RRS mais à CS: 13 ici et 4 ailleurs: une 6è, trois 4è et PP de 4è.
2016-2017: Toujours même poste fixe, 13h30 ici avec une 5è et deux 3è. CS ailleurs avec une 6è. Congés vêlage entre deux!

Scrat
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: Assistant pédagogique, témoignage sur un emploi mal connu

Message par Provence le Dim 26 Fév 2012 - 15:18

@Chuoups a écrit:

Je pense que tous les futurs enseignants devraient avoir travaillé dans un établissement scolaire avant d'entamer sa carrière. Autour de moi, au sein de mon université, je suis toujours beaucoup surprise de voir que malheureusement trop peu d'entre nous prenne la peine d'avoir ce genre d'expérience. Certains n'ont d'ailleurs jamais vus d'élèves en groupe avant les stages ! Je trouve cela aberrant et tellement triste pour eux, étant donné que ce genre d'expérience est très enrichissant.

Je m'en passe très bien. J'ai vécu d'autres choses, également très enrichissantes, qui m'ont intéressée davantage.


Dernière édition par Provence le Dim 26 Fév 2012 - 15:20, édité 1 fois

Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Assistant pédagogique, témoignage sur un emploi mal connu

Message par Lornet le Dim 26 Fév 2012 - 15:19

@Scrat a écrit:
Pour ma part, je suis depuis trois ans maintenant dans un collège plutôt calme mais dont le taux de réussite au DNB lorsque j'y ai été embauchée laissait à désirer (même s'il y a pire, mais il tournait autour des 75%).

Il y a une assistante pédagogique dans mon collège qui tourne autour des 60%.
C'est sans doute pour cette raison qu'il n'y en a qu'une car tout va très bien dans mon collège.

_________________
Ma nouvelle parue dans un recueil en faveur de Handicap International :  http://www.anywayeditions.com/boutique/decouverte-inclassable/je-tu-ils-nous-ebook/
Ma page pro Facebook : https://www.facebook.com/lectiole.blogspot.fr

Mon roman à paraître le 3 juillet 2017 :
Spoiler:

Lornet
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum