Les représentations féminines dans l'enseignement de l'histoire au Cycle 3

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les représentations féminines dans l'enseignement de l'histoire au Cycle 3

Message par Marie Laetitia le Lun 27 Fév 2012 - 13:22

@condorcet a écrit:
A la lumière de mes maigres connaissances, il me semble qu'il y a eu des périodes de fortes restrictions juridiques voire sociales et des périodes d'ouverture. Ce balancement s'avère fascinant et souligne des espaces de liberté sans doute bien plus importants que ceux auxquels on penserait naturellement. Si les femmes ont laissé moins de traces matérielles dans les sources toutes époques confondues (ce qui resterait à prouver), cela ne signifie pas pour autant que leur rôle ait été moindre Rolling Eyes

topela

le problème c'est que pour explorer certains domaines, il faudrait énormément de travail de dépouillement. Par exemple, nous n'avons pas - à ma connaissance et je suis terriblement intéressée par qui pourra me contredire - d'histoire des artisans et travailleurs urbains (donc travailleuses) aux XVI-XVIIe s. (pour parler de la France seulement)... Il faudrait quelques-uns pour se plonger dans le minutier central parisien, pour commencer, et ce serait un très long travail...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les représentations féminines dans l'enseignement de l'histoire au Cycle 3

Message par JPhMM le Lun 27 Fév 2012 - 13:27

J'ai toujours eu l'intime conviction que les femmes du moyen-âge ont eu bien plus de liberté et d'autonomie qu'ont bien voulu nous faire croire l'historiographie du prétendu Âge sombre.
Sans preuve, bien sûr.
Quoiqu'il en soit la représentation de la femme du moyen-âge me semble très marquée.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les représentations féminines dans l'enseignement de l'histoire au Cycle 3

Message par Marie Laetitia le Lun 27 Fév 2012 - 13:49

je ne peux que te conseiller la référence de Condorcet, sur l'histoire des femmes de Duby.

Et dans le genre vulgarisation pas mauvaise il y a La femme au temps des cathédrales de Pernoud, avec les notes cette fois d'un médiéviste professionnel. http://www.lexpress.fr/culture/livre/la-femme-au-temps-des-cathedrales_805343.html

Pour le Moyen Âge, je me demande d'où vient cette réputation d'âges sombres (qui est une horreur mais que je ne cesse de retrouver sous la plume des étudiants). À qui la faute? Une historiographie hyper vieillote? (jamais vu d'ouvrages là-dessus même chez les bouquinistes), les forums et sites d'amateurs?

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les représentations féminines dans l'enseignement de l'histoire au Cycle 3

Message par JPhMM le Lun 27 Fév 2012 - 13:53

Ça m'étonnerait que cela vienne des forums ou des sites d'amateurs, car je connais l'expression depuis trop longtemps.
J'ai l'impression qu'il s'agit d'une forme de justification (par opposition) du mot "Renaissance". Au nez, je dirais qu'elle vient du XIXème siècle (enfin, d'un certain XIXème, bien sûr).
En histoire des sciences, elle est encore un lieu commun largement partagé.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les représentations féminines dans l'enseignement de l'histoire au Cycle 3

Message par JPhMM le Lun 27 Fév 2012 - 13:54

@Marie Laetitia a écrit:je ne peux que te conseiller la référence de Condorcet, sur l'histoire des femmes de Duby.

Et dans le genre vulgarisation pas mauvaise il y a La femme au temps des cathédrales de Pernoud, avec les notes cette fois d'un médiéviste professionnel. http://www.lexpress.fr/culture/livre/la-femme-au-temps-des-cathedrales_805343.html
Merci I love you

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les représentations féminines dans l'enseignement de l'histoire au Cycle 3

Message par Condorcet le Lun 27 Fév 2012 - 13:57

@ ML et JPh : La faute à la Renaissance qui s'est construite en noircissant démesurément la période précédente..., à Burckhardt, à Michelet. Et pourtant dès Johann Huizinga et son automne du Moyen Age (1919), cette "légende noire" (terme anachronique au XVIe siècle) a été taillée en pièces...
Le simplisme même du terme a fait sa fortune.


Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les représentations féminines dans l'enseignement de l'histoire au Cycle 3

Message par JPhMM le Lun 27 Fév 2012 - 14:02

Alors que je comprends l'expression "Les Siècles sombres" (du fait de l'extrême rareté des sources. Est sombre ce qui reste dans l'obscurité, hors de la lumière)...

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les représentations féminines dans l'enseignement de l'histoire au Cycle 3

Message par Condorcet le Lun 27 Fév 2012 - 14:12

Il y a aussi les sources archéologiques quand les sources écrites se font moins prolixes que notre curiosité...

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les représentations féminines dans l'enseignement de l'histoire au Cycle 3

Message par Marie Laetitia le Lun 27 Fév 2012 - 15:15

@JPhMM a écrit:
@Marie Laetitia a écrit:je ne peux que te conseiller la référence de Condorcet, sur l'histoire des femmes de Duby.

Et dans le genre vulgarisation pas mauvaise il y a La femme au temps des cathédrales de Pernoud, avec les notes cette fois d'un médiéviste professionnel. http://www.lexpress.fr/culture/livre/la-femme-au-temps-des-cathedrales_805343.html
Merci I love you

@condorcet a écrit:@ ML et JPh : La faute à la Renaissance qui s'est construite en noircissant démesurément la période précédente..., à Burckhardt, à Michelet. Et pourtant dès Johann Huizinga et son automne du Moyen Age (1919), cette "légende noire" (terme anachronique au XVIe siècle) a été taillée en pièces...
Le simplisme même du terme a fait sa fortune.


Oui, effectivement. Mais ce qui me fascine c'est qu'après Huizinga, Duby et consors, on s'accroche encore à des idées-là... ça me scie.
En même temps, moi je suis arrivée en fac d'histoire avec à peu près autant de culture qu'une huître sur ce que pouvait être le Moyen Âge. Au moins, le terrain était net, sans l'ombre d'un idée reçue...

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les représentations féminines dans l'enseignement de l'histoire au Cycle 3

Message par Marie Laetitia le Lun 27 Fév 2012 - 15:15

@JPhMM a écrit:Alors que je comprends l'expression "Les Siècles sombres" (du fait de l'extrême rareté des sources. Est sombre ce qui reste dans l'obscurité, hors de la lumière)...

pour désigner quelles périodes historiques?? scratch

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les représentations féminines dans l'enseignement de l'histoire au Cycle 3

Message par JPhMM le Lun 27 Fév 2012 - 15:53

@Marie Laetitia a écrit:
@JPhMM a écrit:Alors que je comprends l'expression "Les Siècles sombres" (du fait de l'extrême rareté des sources. Est sombre ce qui reste dans l'obscurité, hors de la lumière)...

pour désigner quelles périodes historiques?? scratch
Les siècles obscurs, pardon, The Greek Dark Ages, comme dit l'autre (De Mycènes à Homère, pour aller vite).

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les représentations féminines dans l'enseignement de l'histoire au Cycle 3

Message par Marie Laetitia le Lun 27 Fév 2012 - 16:01

Ah d'accord !

Spoiler:
(tu m'as fait peur, j'imaginais d'autre chose, d'autres siècles...)

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les représentations féminines dans l'enseignement de l'histoire au Cycle 3

Message par LadyC le Lun 27 Fév 2012 - 18:44

Merci mille fois, Marie Laetitia et Condorcet, pour vos références et vos documents !
devil devil

Je suis comme Thrasybule (ou plutôt comme il le dit; je me soupçonne de l'être beaucoup plus que lui) une quiche en histoire, et ce qui peut pallier un peu à mon ignorance misérable me fait bien plaisir.

_________________
Life is what happens to you while you're making other plans. John Lennon
Life is not governed by will or intention. Life is a question of nerves, and fibres, and slowly built-up cells in which thought hides itself and passion has its dreams. Oscar Wilde


Un ami, des amis ; un souci, des soucis.
Bien que femme, je me suis permis_ / demandé_ / rendu_ compte / fait_ désirer... etc._
 Smile

LadyC
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les représentations féminines dans l'enseignement de l'histoire au Cycle 3

Message par Duplay le Lun 27 Fév 2012 - 19:20

@deroute a écrit:
Mowgli a écrit:
Nous ne sommes certes pas des "vires"... mais nous sommes des "homines" comme les autres, nanméo ! :colere:

Je me permets une intervention : Vir, i qui veut dire l'homme est un mot de la deuxième déclinaison donc au nominatif pluriel il devient Viri ! Pas "vires" pingouin pingouin

Aïe, à force de redoubler son CP, on finit par y perdre son latin ! Je voulais vérifier... mais j'ai eu la flemme. La honte soit sur moi jusqu'à la septième génération ! Embarassed Merci pour la correction. Very Happy

Duplay
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les représentations féminines dans l'enseignement de l'histoire au Cycle 3

Message par Condorcet le Mer 29 Fév 2012 - 18:24

Voici le quatrième de couverture d'un ouvrage sorti de ma poussière : "Quel (sic) furent la position, le rôle des femmes et du peuple durant la Révolution ? Blanchisseuses, boutiquières, ouvrières, chômeuses, épouses d'artisans ou de commerçants, quelles furent leurs espérances, leurs révoltes ? Dominique Godineau nous présente ces femmes d'abord dans leur vie quotidienne, en famille, au travail. Mais l'essentiel du livre est de révéler la place des militantes politiques, celles que l'on surnomma les "tricoteuses", et de montrer comment ces "citoyennes sans citoyenneté" ont agi dans les sociétés populaires, les cabarets, les rues, partout où, héroïnes anonymes, elles ont pris la parole, seules ou avec les hommes. Citoyennes tricoteuses est le premier ouvrage écrit par une historienne de la Révolution, à partir d'archives de l'époque, sur un sujet jamais traité".

Dominique Godineau, Citoyennes tricoteuses, Paris, Perrin, coll. "Pour l'Histoire", 2004 (1988 1ère éd.).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum