Aujourd'hui, pour être enseignant, il faut avoir un certain goût du martyre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Aujourd'hui, pour être enseignant, il faut avoir un certain goût du martyre

Message par Pryneia le Mar 28 Fév 2012 - 21:51

Pour me consoler des discours toxiques de Monsieur le fossoyeur de l'école publique (mais qu'il se les garde ses heures supp' et ses augmentations, on s'en fout du fric !!), je lis les articles de notre ami Jean-Paul Brighelli. Cela me met un peu de baume au cœur, après ces âcres paroles.

http://www.newsring.fr/societe/419-peut-on-encore-etre-prof-par-passion/5991-aujourdhui-pour-etre-enseignant-il-faut-avoir-un-certain-gout-du-martyre



_________________
"Leave me alone and let me go to hell by my own route." Calamity Jane

« Nicht ein Wolf ist der Mensch dem Menschen. Er ist ihm Produkt, die totale Ware ist er ihm. » E. Palmetshofer
(« L’homme n’est pas un loup pour l’homme. Il est un produit pour lui, une marchandise, rien de plus. »)

Pryneia
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aujourd'hui, pour être enseignant, il faut avoir un certain goût du martyre

Message par Adémar le Mar 28 Fév 2012 - 22:18

@Pryneia a écrit:mais qu'il se les garde ses heures supp' et ses augmentations, on s'en fout du fric !!

- Les heures sup: d'accord, qu'il se les garde;

- les augmentations: celle proposée par sarko est assez ridicule: 500 euros par mois pour 26h de cours. De qui se moque-t-il? Pour un certifié, cela fait 8h hebdomadaires en plus! Si l'on devait faire 8h sup hebdomadaires, l'on serait bien plus payé que ces minables 500 euros mensuels! Il s'agit donc simplement d'un tour de passe-passe, d'une annonce qui nous lèserait finalement. J'ajoute que 26h/semaine, c'est extrêmement lourd. Sarko croit peut-être que la plupart des professeurs travaillent dans l'établissement situé dans leur quartier, qu'ils ne font quasiment pas de route chaque jour, qu'ils n'ont pas de copies à corriger, ni de cours à préparer.
Cela dit, il me semble bien que les socialistes veulent également augmenter le temps de présence des enseignants et diminuer le nombre de jours de vacances. Et c'est pour cette raison précise que je ne voterai pas Hollande...

- "on s'en fout du fric": alors là, je ne suis absolument pas d'accord. Professeur: oui. Salarié: oui. Curé: non.
J'estime que, si l'on considère la baisse de pouvoir d'achat dont nous sommes victimes depuis une vingtaine d'années (et surtout depuis 1997), et la multiplication des tâches auxquelles nous sommes astreints (ex: le rôle de PP en classe de Troisième, qui s'est considérablement compliqué) nous méritons déjà une revalorisation sans aucune contrepartie. Et par ailleurs, étant attaché à l'ascenseur social, je considère que le principe selon lequel il faudrait nous faire stagner sous le seul prétexte que nous aurions une vocation (principe appliqué par les socialistes sous Allègre/Royal) est hypocrite et antisocial.

Adémar
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aujourd'hui, pour être enseignant, il faut avoir un certain goût du martyre

Message par Pryneia le Mar 28 Fév 2012 - 22:30

@Adémar a écrit:
@Pryneia a écrit:mais qu'il se les garde ses heures supp' et ses augmentations, on s'en fout du fric !!
- "on s'en fout du fric": alors là, je ne suis absolument pas d'accord. Professeur: oui. Salarié: oui. Curé: non.
J'estime que, si l'on considère la baisse de pouvoir d'achat dont nous sommes victimes depuis une vingtaine d'années (et surtout depuis 1997), et la multiplication des tâches auxquelles nous sommes astreints (ex: le rôle de PP en classe de Troisième, qui s'est considérablement compliqué) nous méritons déjà une revalorisation sans aucune contrepartie. Et par ailleurs, étant attaché à l'ascenseur social, je considère que le principe selon lequel il faudrait nous faire stagner sous le seul prétexte que nous aurions une vocation (principe appliqué par les socialistes sous Allègre/Royal) est hypocrite et antisocial.

Bien sûr, tu as raison. Ce que je voulais dire, c'est que je me fichais du "travailler plus pour gagner plus", je préfère même "travailler moins pour gagner moins et avoir une vie". Évidemment que nous sommes des salariés et non des curés, que nos salaires sont ridicules, mais ce qui m'importe, avant les revalorisations salariales, c'est l'amélioration de nos conditions de travail. Classes surchargées, heures supplémentaires, nouveaux programmes aliénants, etc., c'est intenable !

Pryneia
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum