Quelle argumentation développer quand on nous attaque sur notre métier et notre statut de fonctionnaire ?

Page 5 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Quelle argumentation développer quand on nous attaque sur notre métier et notre statut de fonctionnaire ?

Message par A Tuin le Dim 4 Mar 2012 - 15:39

@thrasybule a écrit:
L'endogamie, un phénomène intéressant à étudier: pour y échapper!! lol! lol!

Ils ne se reproduisent tout de même pas systématiquement entre eux, c'est tant mieux. Ce serait triste autrement vache

A Tuin
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle argumentation développer quand on nous attaque sur notre métier et notre statut de fonctionnaire ?

Message par thrasybule le Dim 4 Mar 2012 - 15:40

@A Tuin a écrit:
@thrasybule a écrit:
L'endogamie, un phénomène intéressant à étudier: pour y échapper!! lol! lol!

Ils ne se reproduisent tout de même pas systématiquement entre eux, c'est tant mieux. Ce serait triste autrement vache
La consanguinité entraîne toute sorte de tares physiques et intellectuelles, non? pingouin pingouin pingouin pingouin

_________________
♫Tititi tatata tititi tatata♫


Mon blog cinéma: http://ombreserrantes.com/


J'ai mes ours!

thrasybule
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle argumentation développer quand on nous attaque sur notre métier et notre statut de fonctionnaire ?

Message par Aemilia le Dim 4 Mar 2012 - 15:41

Et puis, finalement, je suis peut-être "communiste". Cela ne me dérangerait pas que tout le monde ait un salaire plus ou moins égal (en tirant vers le haut, hein, pas l'inverse, je précise sinon je vais encore passer pour une folle).

Parce que l'argument "sinon ça ne servait à rien de faire des études", j'ai du mal.

Aemilia
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle argumentation développer quand on nous attaque sur notre métier et notre statut de fonctionnaire ?

Message par JPhMM le Dim 4 Mar 2012 - 15:41

@A Tuin a écrit:Mouais. Cas d'école tout aussi fréquent : l'homme travaille, la femme glande à la maison et nounou s'occupe du gosse toute la journée avec l'argent de la société. J'en connais des tas. Et à côté, il y a des couples où chacun bosse, et qui doivent s'ennuyer parfois pour trouver une nounou lorsque nécessaire.
Ah d'accord... on en est là donc.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle argumentation développer quand on nous attaque sur notre métier et notre statut de fonctionnaire ?

Message par olive-in-oil le Dim 4 Mar 2012 - 15:41

@JPhMM a écrit:Mais quoique je pense du salaire des profs, cela ne m'empêche pas de trouver particulièrement indignes le salaire et l'extrême précarité des emplois aidés dans la fonction publique, y compris dans l'EN.

Mon frère est flic. A ses débuts, certains de ses collègues n'avaient d'autre choix que de vivre dans les mêmes immeubles que les "bandits" qu'ils pourchassaient la journée, faute d'un salaire correct et de logements dédiés. Ils voyaient régulièrement le paillasson brûler, les graffs sur leur porte, courrier volé dans la boîte à lettres...

Les profs aussi sont la cible de petits voyous. Qui ne connaît pas de collègue (ou soi-même) ayant eu la voiture rayée, des attaques plus ou moins directes...

Cela aussi fait partie de notre si "bô" métier que tout le monde nous envie !!

olive-in-oil
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle argumentation développer quand on nous attaque sur notre métier et notre statut de fonctionnaire ?

Message par thrasybule le Dim 4 Mar 2012 - 15:43

@Aemilia a écrit:Et puis, finalement, je suis peut-être "communiste". Cela ne me dérangerait pas que tout le monde ait un salaire plus ou moins égal (en tirant vers le haut, hein, pas l'inverse, je précise sinon je vais encore passer pour une folle).

Parce que l'argument "sinon ça ne servait à rien de faire des études", j'ai du mal.
Les bons sentiments, c'est bien, et ça ne mange pas de pain, mais l'enfer est pavé de bonnes intentions.

_________________
♫Tititi tatata tititi tatata♫


Mon blog cinéma: http://ombreserrantes.com/


J'ai mes ours!

thrasybule
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle argumentation développer quand on nous attaque sur notre métier et notre statut de fonctionnaire ?

Message par olive-in-oil le Dim 4 Mar 2012 - 15:51

@thrasybule a écrit:
@Aemilia a écrit:Et puis, finalement, je suis peut-être "communiste". Cela ne me dérangerait pas que tout le monde ait un salaire plus ou moins égal (en tirant vers le haut, hein, pas l'inverse, je précise sinon je vais encore passer pour une folle).

Parce que l'argument "sinon ça ne servait à rien de faire des études", j'ai du mal.
Les bons sentiments, c'est bien, et ça ne mange pas de pain, mais l'enfer est pavé de bonnes intentions.

C'est surtout peu réaliste.
Dans les cas généraux (pas que pour les métiers de l'enseignement).
-Nous n'avons effectivement pas le même "investissement" vis à vis de nos "carrières", en terme d'étude ou d'argent pour les entrepreneurs par exemple.
-Nous sommes rémunérés par rapport à des besoins, un service apporté, une "intelligence", tout cela n'a pas la même valeur si on est ouvrier effectuant une tâche banale ou ouvrier qualifié.
-Les responsabilités de chacun aussi rentrent en ligne de compte.

Bref, on ne peux pas tous gagner la même chose et oui, les salaires des profs sont un peu légers compte tenu de l'investissement en terme d'études, de notre spécialisation, de nos responsabilités.

olive-in-oil
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle argumentation développer quand on nous attaque sur notre métier et notre statut de fonctionnaire ?

Message par thrasybule le Dim 4 Mar 2012 - 15:52

@olive-in-oil a écrit:
@thrasybule a écrit:
@Aemilia a écrit:Et puis, finalement, je suis peut-être "communiste". Cela ne me dérangerait pas que tout le monde ait un salaire plus ou moins égal (en tirant vers le haut, hein, pas l'inverse, je précise sinon je vais encore passer pour une folle).

Parce que l'argument "sinon ça ne servait à rien de faire des études", j'ai du mal.
Les bons sentiments, c'est bien, et ça ne mange pas de pain, mais l'enfer est pavé de bonnes intentions.

C'est surtout peu réaliste.
Dans les cas généraux (pas que pour les métiers de l'enseignement).
-Nous n'avons effectivement pas le même "investissement" vis à vis de nos "carrières", en terme d'étude ou d'argent pour les entrepreneurs par exemple.
-Nous sommes rémunérés par rapport à des besoins, un service apporté, une "intelligence", tout cela n'a pas la même valeur si on est ouvrier effectuant une tâche banale ou ouvrier qualifié.
-Les responsabilités de chacun aussi rentrent en ligne de compte.

Bref, on ne peux pas tous gagner la même chose et oui, les salaires des profs sont un peu légers compte tenu de l'investissement en terme d'études, de notre spécialisation, de nos responsabilités.
Voilà.

_________________
♫Tititi tatata tititi tatata♫


Mon blog cinéma: http://ombreserrantes.com/


J'ai mes ours!

thrasybule
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle argumentation développer quand on nous attaque sur notre métier et notre statut de fonctionnaire ?

Message par MelanieSLB le Dim 4 Mar 2012 - 15:59

@ysabel a écrit:
@thrasybule a écrit:Franchement, étant donné qu'on nage dans l'irrationnel le plus absolu avec ce type de personnes, que tout le monde a des comptes à régler avec l'école, que les vieux réflexes poujadistes s'affichent de manière décomplexée grâce à un certain SSSSSSSSSSSSSSSS-et pas que- je crois qu'il est inutile d'argumenter
Dans ce cas, j'ai tendance soit à fuir, s'il est possible, soit d'en rajouter des tonnes sur mon statut de privilégié, précisant que je note les copies au pifomètre, que je refais les mêmes cours que depuis ma première année, puisque les programmes ne changent pas...Ca exaspère mais au moins l'ironie les met face à leurs conn....
Sinon le classique: "l'éducation nationale vous tend les bras"



tout à fait... j'en rajoute tellement que l'autre en face reste comme un con et change de sujet...

ne jamais essayer de convaincre un imbécile.

et ça me laisse froide... ce type de gens est vraiment rare en fait.

Je t'envie, Ysabel. Des c*** pareils, j'en rencontre tous les jours.

@thrasybule a écrit:Je rebondis sur un aspect connexe: je remarque depuis quelque temps, parmi mes collègues, parmi des amis enseignants, une sorte de syndrôme très étrange que je n'arrive guère à expliquer: une forme d'intériorisation des critiques, griefs et invectives adressées aux profs, qui se manifeste par une forme de culpabilité permanente et une sorte de schizophrénie. Je m'explique: d'un côté, ils constatent les pesanteurs et les difficultés accrus du métier, clament que ça devient très dur, ne s'en sortent pas et de l'autre tiennent ce langage préfabriquée, un peu comme la voix de son maître: y'a pire ailleurs, on va pas se plaindre, de toute façon on peut rien faire, etc... C'est un peu le syndrôme du laquais, c'est insupportable.
Il n'y a que moi qui l'ai remarqué?

Non, non, même ceux qui le disent se rendent compte de cela: de la difficulté de s'extirper la propagande anti-prof de la tête.

@Carabas a écrit:
@johel a écrit: sécurité insupportable de l'emploi...

Ben ça, ce n'est pas une attaque, c'est vrai.
Et franchement, quand soi-même on n'a pas la sécurité de l'emploi et qu'on entend des profs dire qu'ils préféreraient ne pas avoir la sécurité de l'emploi en échange d'autres avantages, ce n'est pas très délicat de leur part et je soupçonne un peu d'hypocrisie. Parce que bizarrement, ces gens qui aimeraient plus d'estime et faire un métier plus reconnu, sans cette fameuse sécurité, ils ne démissionnent pas. Qu'en penser?

Je rappelle que je défends ardemment les profs. Mais je rappelle aussi que tous les jours qui passent, je la regrette, cette p*** de sécurité de l'emploi, et je n'aime pas trop qu'un prof minimise le confort que cela représente. Ce qui ne signifie pas que je nie les autres problèmes et que ça les justifie.

Je n'ai pas choisi ce métier pour la sécurité de l'emploi. Je songe de plus en plus sérieusement à me reconvertir, et uniquement pour préserver ma santé, parce que ce sera un vrai crève-coeur de ne plus être professeur. Arrivera un moment où même ce point (qui vient avec ses inconvénients, comme l'obligation de muter là où il y a des besoins) ne suffira plus à retenir qui que ce soit.

@Aemilia a écrit:
Ma belle famille est plutôt "anti" (profs, fonctionnaires, gaucho et j'en passe...) ils ne disent plus rien, depuis qu'ils me voient bosser comme une malade. A chaque fois que mon mari a ses parents au téléphone et qu'ils demandent de mes nouvelles, il dit que je bosse. Un jour où ils me voyaient corriger des copies pendant les vacances, ils m'ont demandé "pourquoi tu ne les corriges pas au collège ? ça te ferait des heures sup !". Quand j'ai expliqué que je pouvais bien rester autant de temps que je voulais au collège et que je ne serai jamais payée davantage, ça les a un peu fait réfléchir...
Le "revers" de la médaille, c'est que quand mon beau-père rencontre quelqu'un qui critique les profs, il va dire "non, ils ne sont pas tous comme ça, ma belle fille passe du temps à préparer ses cours etc." Suspect

Tiens, je reconnais là certains membres de ma famille.

@Aemilia a écrit:
Cripure a écrit:Le salaire est correct pour un agrégé déjà un peu âgé. Sinon, il est quand même très très modeste ! Je veux bien que les profs ne soient pas riches, ils pourraient cependant au moins être franchement à l'aise. Moi, ce qui m'interpelle, c'est le nombre de Néos qui veulent savoir à quelle date le salaire est viré. C'est quand même le signe que beaucoup de (jeunes) collègues ne vuvent pas décemment, en proportion du travail qu'ils fournissent.

Tout est relatif... je ne suis pas sure qu'on puisse qualifier de "modeste" un salaire de débutant à 1700 euros net.

Tu n'es pas T1, Aemilia? Parce que le salaire débutant, c'est 1600 euros, dont 98€ d'ISOE. Si tu reportes ce salaire au nombre d'heures travaillées quand tu débutes en tant que prof, si, c'est modeste.

@thrasybule a écrit:
@Aemilia a écrit:On peut donner tous les chiffres qu'on veut sur le pouvoir d'achat, les autres métiers sont concernés aussi.
Les prix ont augmenté pour tout le monde. Même si on est plus mal lotis qu'avant, on n'est pas plus mal lotis que les autres.

EDIT : que les autres en France.
En fait ton argument, c'est l'antienne: "y'a pire ailleurs", je préfère franchement tirer les gens vers le haut que vers le bas.

Thrasy, topela . Qu'est-ce que ça peut m'énerver cet alignement par le bas pour tous (pour le jour de carence, par exemple: ils en ont 3 dans le privé, c'est normal que les fonctionnaires en aient un. J'ai toujours retourné l'argument à ceux qui disaient cela: et pourquoi ne pas supprimer le jour de carence pour tous? Je n'ai jamais eu de réponse).

@A Tuin a écrit:
@johel a écrit:Est-ce le contexte électoral qui veut cela ?

Nous sommes un couple d'enseignants, moi PE et monsieur PLP et nous subissons de plus en plus des provocations sur notre métier et notre statut de fonctionnaires privilégier....En résumé, les lieux communs que l'on attend souvent : pas assez d'heures, trop de vacances, sécurité insupportable de l'emploi...

Lol. Bon, j'avoue qu'il n'est pas courant que je tombe sur ce genre de gens qui critiquent, ce serait plutôt le contraire à dire que c'est un métier difficile et que les gosses d'aujourd'hui sont infects et mal élevés. Bref.
Mais lorsque cela a pu arriver, je leur explique la situation. A une certaine époque on m'avait fait une réflexion alors que j'étais vacataire : j'avais mouché, j'avais expliqué que j'étais étudiante, que je bossais pour payer mes études et que l'argent ne tombait pas du ciel. Ce serait maintenant, j'expliquerais aussi. Dans certains cas les gens sont obligés de payer un double loyer pour pouvoir concilier le travail avec leur vie personnelle, dans certains cas il y a des frais d'essence etc qui font qu'on est sec financièrement à la fin du mois. Et compte tenu de cela, avoir quelques vacances est, j'ose dire, une juste compensation qui n’empêche pas la pénibilité du reste.

Je suis d'accord avec A Tuin, le salaire est loin d'être mirobolant quand tu prends tout en compte. Par exemple, je suis TZR, j'ai dû acheter une voiture, et entre le prêt et le gazole, j'ai presque 500€ par mois qui dégagent dans des frais que je ne tenais aucunement à engager. Il faut aussi rajouter tout le matériel que tu achètes. À ce que je sache, la caissière n'achète pas son uniforme et sa caisse. Nous, on doit tout acheter (de l'ordinateur de plus en plus indispensable avec le cahier de textes électronique jusqu'aux stylos rouges. Je connais même quelques collègues qui paient de leur poche les photocopies pour les élèves quand ils ont dépassé leur quota rikiki).

_________________
La réforme du collège en clair : www.reformeducollege.fr .
La Réforme du Collège en Clair a aussi sa page Facebook !

Et pour ceux qui voudraient en comprendre quelques fondements idéologiques:
De l’école, Jean-Claude Milner, visionnaire en 1984 (ça ne s'invente pas!) de ce qui nous arrive: "On ne dira pas que les enseignants sont l'appendice inutile d'une institution dangereuse et presque criminelle; on dira seulement qu'ils doivent devenir Autres: animateurs, éducateurs, grands frères, nourrices, etc. La liste est variable. Que, par là, les enseignants cessent d’être ce qu'ils doivent être, c'est encore une fois sortir de la question. On ne dira pas que les enseignants n'ont pas à exister, mais qu'ils ont à exister Autrement. Que cette Autre existence consiste à renoncer à soi-même pour disparaître dans la nuit éducative et s'y frotter, tous corps et tous esprits confondus, avec les partenaires de l'acte éducatif - manutentionnaires, parents, élèves, etc. -, seul un méchant pourrait en prendre ombrage." (page 24)

MelanieSLB
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle argumentation développer quand on nous attaque sur notre métier et notre statut de fonctionnaire ?

Message par Daphné le Dim 4 Mar 2012 - 16:00

@olive-in-oil a écrit:
@thrasybule a écrit:
@Aemilia a écrit:Et puis, finalement, je suis peut-être "communiste". Cela ne me dérangerait pas que tout le monde ait un salaire plus ou moins égal (en tirant vers le haut, hein, pas l'inverse, je précise sinon je vais encore passer pour une folle).

Parce que l'argument "sinon ça ne servait à rien de faire des études", j'ai du mal.
Les bons sentiments, c'est bien, et ça ne mange pas de pain, mais l'enfer est pavé de bonnes intentions.

C'est surtout peu réaliste.
Dans les cas généraux (pas que pour les métiers de l'enseignement).
-Nous n'avons effectivement pas le même "investissement" vis à vis de nos "carrières", en terme d'étude ou d'argent pour les entrepreneurs par exemple.
-Nous sommes rémunérés par rapport à des besoins, un service apporté, une "intelligence", tout cela n'a pas la même valeur si on est ouvrier effectuant une tâche banale ou ouvrier qualifié.
-Les responsabilités de chacun aussi rentrent en ligne de compte.

Bref, on ne peux pas tous gagner la même chose et oui, les salaires des profs sont un peu légers compte tenu de l'investissement en terme d'études, de notre spécialisation, de nos responsabilités.

topela

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle argumentation développer quand on nous attaque sur notre métier et notre statut de fonctionnaire ?

Message par Aemilia le Dim 4 Mar 2012 - 16:13

@MelanieSLB a écrit:

@Aemilia a écrit:
Cripure a écrit:Le salaire est correct pour un agrégé déjà un peu âgé. Sinon, il est quand même très très modeste ! Je veux bien que les profs ne soient pas riches, ils pourraient cependant au moins être franchement à l'aise. Moi, ce qui m'interpelle, c'est le nombre de Néos qui veulent savoir à quelle date le salaire est viré. C'est quand même le signe que beaucoup de (jeunes) collègues ne vuvent pas décemment, en proportion du travail qu'ils fournissent.

Tout est relatif... je ne suis pas sure qu'on puisse qualifier de "modeste" un salaire de débutant à 1700 euros net.

Tu n'es pas T1, Aemilia? Parce que le salaire débutant, c'est 1600 euros, dont 98€ d'ISOE. Si tu reportes ce salaire au nombre d'heures travaillées quand tu débutes en tant que prof, si, c'est modeste.

@thrasybule a écrit:
@Aemilia a écrit:On peut donner tous les chiffres qu'on veut sur le pouvoir d'achat, les autres métiers sont concernés aussi.
Les prix ont augmenté pour tout le monde. Même si on est plus mal lotis qu'avant, on n'est pas plus mal lotis que les autres.

EDIT : que les autres en France.
En fait ton argument, c'est l'antienne: "y'a pire ailleurs", je préfère franchement tirer les gens vers le haut que vers le bas.

Thrasy, topela . Qu'est-ce que ça peut m'énerver cet alignement par le bas pour tous (pour le jour de carence, par exemple: ils en ont 3 dans le privé, c'est normal que les fonctionnaires en aient un. J'ai toujours retourné l'argument à ceux qui disaient cela: et pourquoi ne pas supprimer le jour de carence pour tous? Je n'ai jamais eu de réponse).


Oui, je suis néotit. Un salaire de stagiaire de l'an dernier c'était 1670, plus maintenant depuis que ça a été revalorisé. L'ISOE, oui, c'est une prime, n'empêche qu'on ne peut pas faire comme si on ne l'avait pas. Pour moi "modeste" n'a visiblement pas le même sens que pour vous. Quelqu'un qui ne gagne que le smic ou un peu plus, pour moi, ça c'est modeste, c'est à dire juste assez pour ne pas être pauvre. Ma soeur vient d'avoir son BTS d'opticien et de trouver un boulot, payé nettement moins que 1700 € (vers 1300 je crois). Si on "reporte" ça au prix qu'a coûté l'école privée qui lui a permis d'avoir son diplôme, c'est peu ! Mais bon, vous allez me dire que c'est normal parce que ce n'est "que" bac+2.

Sinon, mais j'y ai déjà répondu avant, je n'ai jamais proposé un alignement vers le bas...on me prête des intentions bien étranges...

Aemilia
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle argumentation développer quand on nous attaque sur notre métier et notre statut de fonctionnaire ?

Message par MelanieSLB le Dim 4 Mar 2012 - 16:21

Aemilia, je n'ai jamais touché autant, et pourtant je ne suis pas à la MGEN. scratch
L'ISOE n'est pas touchée en juillet août.
Aemilia, leclochard ou legrincheux avait montré un graphique pour se situer, sur le même type de discussion d'ailleurs. J'ai eu un choc quand j'ai pris conscience d'avoir été pendant 1 an tout juste au-dessus du seuil de puvreté (mon conjoint était au chômage sans voir aucune indemnité).
Tu te rends compte quand même que sans l'ISOE, indemnité que je ne compte pas car ta soeur a peut-être aussi des primes par rapport à ses ventes, possibilité d'avoir des chèques restau, ..., on est à 400 ou 450€ brut du SMIC pour être cadre A de la fonction publique?

_________________
La réforme du collège en clair : www.reformeducollege.fr .
La Réforme du Collège en Clair a aussi sa page Facebook !

Et pour ceux qui voudraient en comprendre quelques fondements idéologiques:
De l’école, Jean-Claude Milner, visionnaire en 1984 (ça ne s'invente pas!) de ce qui nous arrive: "On ne dira pas que les enseignants sont l'appendice inutile d'une institution dangereuse et presque criminelle; on dira seulement qu'ils doivent devenir Autres: animateurs, éducateurs, grands frères, nourrices, etc. La liste est variable. Que, par là, les enseignants cessent d’être ce qu'ils doivent être, c'est encore une fois sortir de la question. On ne dira pas que les enseignants n'ont pas à exister, mais qu'ils ont à exister Autrement. Que cette Autre existence consiste à renoncer à soi-même pour disparaître dans la nuit éducative et s'y frotter, tous corps et tous esprits confondus, avec les partenaires de l'acte éducatif - manutentionnaires, parents, élèves, etc. -, seul un méchant pourrait en prendre ombrage." (page 24)

MelanieSLB
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle argumentation développer quand on nous attaque sur notre métier et notre statut de fonctionnaire ?

Message par piesco le Dim 4 Mar 2012 - 16:25

Moi je demande ce qu'ils font comme boulot. C'est pas les clichés qui manquent!

piesco
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle argumentation développer quand on nous attaque sur notre métier et notre statut de fonctionnaire ?

Message par Stered le Dim 4 Mar 2012 - 16:26

Aemilia, en même temps, il y a sept ans, moi, j'ai commencé à 1273€ et mon salaire est actuellement le même que quelqu'un qui a deux ans d'ancienneté (je sais, j'ai comparé avec des collègues !).
Donc, la revalorisation qui te donne l'impression de ne pas être si mal payée, moi, je ne l'ai pas trop vue...
Et sans heure sup, en RP, je ne me sens pas privilégiée. Sérieusement, si je vivais avec un prof, on n'aurait JAMAIS pu acheter un appart dans le XXe... Et l'appart en question fait 35m2.

Stered
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle argumentation développer quand on nous attaque sur notre métier et notre statut de fonctionnaire ?

Message par Roumégueur Ier le Dim 4 Mar 2012 - 16:27

La revalorisation des néotitulaires et des stagiaires aura permis de faire oublier que jusqu'à il y a peu, un professeur stagiaire commençait à l'échelon...1 et stagnait longtemps entre 1300 et 1400 euros nets. Il fallait environ 8 années pour atteindre 1500 à 1600 euros nets. Pour autant ce peit coup de pouce n'a rien réglé, au contraire, puisque les stagiaires ont un meilleur salaire que des professeurs ayant 8 années d'ancienneté. C'était la condition pour faire passer la pilule de la masterisation et des 18 heures de cours dès la première année. Il na faut pas l'oublier, nous ne devons pas tomber dans l'anosognosie. Remarquons aussi que le salaire maximal n'a pas été revalorisé : cela augure d'énormes bouchons pour passer à l'échelon supérieur dès le 6ème!
Sinon, jamais je ne changerais de travail, celui-ci me convient, même si nous servons trop souvent de boucs-émissaires et sommes mal considérés.

Roumégueur Ier
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle argumentation développer quand on nous attaque sur notre métier et notre statut de fonctionnaire ?

Message par Aemilia le Dim 4 Mar 2012 - 16:33

@MelanieSLB a écrit:Aemilia, je n'ai jamais touché autant, et pourtant je ne suis pas à la MGEN. scratch
L'ISOE n'est pas touchée en juillet août.
Aemilia, leclochard ou legrincheux avait montré un graphique pour se situer, sur le même type de discussion d'ailleurs. J'ai eu un choc quand j'ai pris conscience d'avoir été pendant 1 an tout juste au-dessus du seuil de puvreté (mon conjoint était au chômage sans voir aucune indemnité).
Tu te rends compte quand même que sans l'ISOE, indemnité que je ne compte pas car ta soeur a peut-être aussi des primes par rapport à ses ventes, possibilité d'avoir des chèques restau, ..., on est à 400 ou 450€ brut du SMIC pour être cadre A de la fonction publique?

Je ne sais pas pourquoi tu as eu moins de 1670 l'an dernier... tous les stagiaires que je connais ont touché ça, voire un peu plus dans une autre académie.
Tu dis que tu as eu un choc quand tu as vu ce graphique. Tu te sentais pauvre avant de le voir ?
Je ne suis sûrement pas objective, mes parents sont fonctionnaires, mais pas prof. La fonction publique, c'est pas un scoop, ça rapporte moins que le privée. Et puis, en parlant de catégorie A de la fonction publique, voilà ce qu'on trouve en cherchant (pas beaucoup) :

Grade : Ingénieur des TPE
Catégorie A
Échelon Durée de l'échelon IM Salaire brut mensuel
11ème 658 3 046,73 €
10ème 4 ans 619 2 866,15 €
9ème 4 ans 589 2 727,24 €
8ème 4 ans 557 2 579,07 €
7ème 4 ans 521 2 412,38 €
6ème 3 ans et 6 mois 496 2 296,62 €
5ème 3 ans 459 2 125,30 €
4ème 2 ans et 6 mois 425 1 967,87 €
3ème 2 ans et 6 mois 401 1 856,75 €
2ème 1 an et 6 mois 380 1 759,51 €
1er 1 an 349 1 615,97 €

ou

Grade : Chargé d'études documentaires
Catégorie A
Échelon Durée de l'échelon IM Salaire brut mensuel
12ème - 642 2 972,65 €
11ème 4 ans 626 2 898,56 €
10ème 3 ans 584 2 704,09 €
9ème 3 ans 545 2 523,51 €
8ème 3 ans 524 2 426,27 €
7ème 3 ans 496 2 296,62 €
6ème 2 ans et 6 mois 461 2 134,56 €
5ème 2 ans 431 1 995,66 €
4ème 2 ans 408 1 889,16 €
3ème 2 ans 389 1 801,18 €
2ème 1 an 376 1 740,99 €
1er 1 an 349 1 615,97 €

ça ne me semble pas si différent de nous...

Aemilia
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle argumentation développer quand on nous attaque sur notre métier et notre statut de fonctionnaire ?

Message par Nell le Dim 4 Mar 2012 - 17:14

Je plussoie Stered: 1670euros, c'est ce que je touchais jusque ce mois-ci, avec l'ISOE ET le SFT (donc 75 euros tout de même). Donc je n'y suis pas non plus!

_________________
Impose ta chance, sers ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s'habitueront. (R. Char)

Nell
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle argumentation développer quand on nous attaque sur notre métier et notre statut de fonctionnaire ?

Message par Hermione0908 le Dim 4 Mar 2012 - 17:30

@Aemilia a écrit:

Oui, je suis néotit. Un salaire de stagiaire de l'an dernier c'était 1670, plus maintenant depuis que ça a été revalorisé. L'ISOE, oui, c'est une prime, n'empêche qu'on ne peut pas faire comme si on ne l'avait pas. Pour moi "modeste" n'a visiblement pas le même sens que pour vous. Quelqu'un qui ne gagne que le smic ou un peu plus, pour moi, ça c'est modeste, c'est à dire juste assez pour ne pas être pauvre. Ma soeur vient d'avoir son BTS d'opticien et de trouver un boulot, payé nettement moins que 1700 € (vers 1300 je crois). Si on "reporte" ça au prix qu'a coûté l'école privée qui lui a permis d'avoir son diplôme, c'est peu ! Mais bon, vous allez me dire que c'est normal parce que ce n'est "que" bac+2.

Sinon, mais j'y ai déjà répondu avant, je n'ai jamais proposé un alignement vers le bas...on me prête des intentions bien étranges...
Stagiaire en 2006, je touchais 1350€, avec stage et iufm distants de 70 km. J'avais fait le choix de rester habiter dans ma ville d'études, parce que je pouvais être en colocation, et donc, je gagnais un peu sur les charges fixes ce que je mettais dans ma voiture tous les mois pour aller bosser. Aujourd'hui, je gagne certes un peu plus, mais pour parler de mon petit cas perso, j'ai déménagé en octobre, et depuis, je tire la langue pour me remettre à flot financièrement (et le rectorat ne m'aide pas en ne me payant pas mes HSA, voire, joie suprême, en me les retirant de mon salaire alors qu'il me les doit).

_________________
Pour accéder à la rubrique "privé accessible sur demande" (partie loisirs + questions professionnelles très personnelles) , il faut intégrer un des deux groupes "Loisirs" ci-dessous :
Pour les pseudos entre A et M: http://www.neoprofs.org/g15-groupe-loisirs
Pour les pseudos entre N et Z, ou qui commencent par autre chose qu'une lettre: http://www.neoprofs.org/g16-groupe-loisirs_

Hermione0908
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle argumentation développer quand on nous attaque sur notre métier et notre statut de fonctionnaire ?

Message par Cath le Dim 4 Mar 2012 - 17:33

20 ans plus tard, je suis à 2300 net.

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle argumentation développer quand on nous attaque sur notre métier et notre statut de fonctionnaire ?

Message par Cath le Dim 4 Mar 2012 - 17:34

Et au fait, si, l'ISO est versée juillet/aout.

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle argumentation développer quand on nous attaque sur notre métier et notre statut de fonctionnaire ?

Message par Invité23 le Dim 4 Mar 2012 - 17:36

@Aemilia a écrit:
Grade : Ingénieur des TPE
Catégorie A

6ème 3 ans et 6 mois 496 2 296,62 € : juste 300€ de plus que nous, presque 500€ si on fait au salaire "sec" sans primes, c'est énorme !



ça ne me semble pas si différent de nous...
Shocked

Invité23
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle argumentation développer quand on nous attaque sur notre métier et notre statut de fonctionnaire ?

Message par Aemilia le Dim 4 Mar 2012 - 18:14

Lilyrose a écrit:
@Aemilia a écrit:
Grade : Ingénieur des TPE
Catégorie A

6ème 3 ans et 6 mois 496 2 296,62 € : juste 300€ de plus que nous, presque 500€ si on fait au salaire "sec" sans primes, c'est énorme !



ça ne me semble pas si différent de nous...
Shocked

Grade : Professeur certifié de classe normale
Catégorie A
Échelon Durée de l'échelon IM Salaire brut mensuel
11ème - 658 3 046,73 €
10ème 3 ans - 4 ans et 6 mois - 5 ans et 6 mois 612 2 833,74 €
9ème 3 ans - 4 ans - 5 ans 567 2 625,38 €
8ème 2 ans et 6 mois - 4 ans - 4 ans et 6 mois 531 2 458,68 €
7ème 2 ans et 6 mois - 3 ans - 3 ans et 6 mois 495 2 291,99 €
6ème 2 ans et 6 mois - 3 ans - 3 ans et 6 mois 467 2 162,35 €
5ème 2 ans et 6 mois - 3 ans - 3 ans et 6 mois 458 2 120,67 €
4ème 2 ans - 2 ans et 6 mois - 2 ans et 6 mois 445 2 060,48 €
3ème 1 an 432 2 000,29 €


Grade : Ingénieur des TPE
Catégorie A
Échelon Durée de l'échelon IM Salaire brut mensuel
11ème 658 3 046,73 €
10ème 4 ans 619 2 866,15 €
9ème 4 ans 589 2 727,24 €
8ème 4 ans 557 2 579,07 €
7ème 4 ans 521 2 412,38 €
6ème 3 ans et 6 mois 496 2 296,62 €
5ème 3 ans 459 2 125,30 €
4ème 2 ans et 6 mois 425 1 967,87 €
3ème 2 ans et 6 mois 401 1 856,75 €
2ème 1 an et 6 mois 380 1 759,51 €
1er 1 an 349 1 615,97 €

Un "ingénieur des TPE" arrive au 6e échelon au bout de 10,5 ans : 2296 euros brut
Un prof certifié arrive au 6e échelon au bout de 7 ans s'il passe à l'ancienneté : 2162 euros brut. Au bout de 10,5 ans : 2291 euros brut.

Désolé, mais pour moi oui, c'est la même chose.

Aemilia
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle argumentation développer quand on nous attaque sur notre métier et notre statut de fonctionnaire ?

Message par MelanieSLB le Dim 4 Mar 2012 - 18:18

Sauf que ... Les primes n'ont rien à voir.
Je ne sais plus quelle néo reconvertie en parlait (Reine Margot peut-être?).

_________________
La réforme du collège en clair : www.reformeducollege.fr .
La Réforme du Collège en Clair a aussi sa page Facebook !

Et pour ceux qui voudraient en comprendre quelques fondements idéologiques:
De l’école, Jean-Claude Milner, visionnaire en 1984 (ça ne s'invente pas!) de ce qui nous arrive: "On ne dira pas que les enseignants sont l'appendice inutile d'une institution dangereuse et presque criminelle; on dira seulement qu'ils doivent devenir Autres: animateurs, éducateurs, grands frères, nourrices, etc. La liste est variable. Que, par là, les enseignants cessent d’être ce qu'ils doivent être, c'est encore une fois sortir de la question. On ne dira pas que les enseignants n'ont pas à exister, mais qu'ils ont à exister Autrement. Que cette Autre existence consiste à renoncer à soi-même pour disparaître dans la nuit éducative et s'y frotter, tous corps et tous esprits confondus, avec les partenaires de l'acte éducatif - manutentionnaires, parents, élèves, etc. -, seul un méchant pourrait en prendre ombrage." (page 24)

MelanieSLB
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle argumentation développer quand on nous attaque sur notre métier et notre statut de fonctionnaire ?

Message par Invité23 le Dim 4 Mar 2012 - 18:19

Au temps pour moi, je n'avais pas vu "brut". Mais les primes... ?

Invité23
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle argumentation développer quand on nous attaque sur notre métier et notre statut de fonctionnaire ?

Message par Reine Margot le Dim 4 Mar 2012 - 18:22

@thrasybule a écrit:
@Aemilia a écrit:Pour conclure et répondre aux derniers posts. Non ce n'est pas parce que "c'est pire ailleurs" que "j'excuse" le fait que notre pouvoir d'achat ait baissé.
Tout le monde semble d'accord, quand même, pour dire que ça concerne les autres métiers.
Donc, arrêtons de dire "les profs sont mal payés", ce qui n'arrange pas le ressentiment que certains ont à notre égard, mais disons plutôt que c'est honteux que tout le monde de puisse pas vivre correctement (que le prix de la vie a augmenté etc.)
Non, n'arrêtons pas, les profs sont mal payés.

oui. quand j'ai commencé prof, ma cousine prof en Espagne a halluciné. elle était bien plus payée. Il faut comparer ce qui est comparable (et évidemment ne pas le faire devant des gens moins payés mais ce n'était pas l'idée): les profs français sont parmi les moins payés d'Europe, avec les grecs et les italiens.

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum