[Rue89] Les neuf coups qui ont plombé le moral des profs sous Sarkozy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Rue89] Les neuf coups qui ont plombé le moral des profs sous Sarkozy

Message par Luigi_B le Lun 12 Mar 2012, 20:13

Article en ligne sur Rue89 : http://www.rue89.com/rue89-presidentielle/2012/03/12/les-neuf-mesures-qui-ont-plombe-le-moral-des-profs-sous-sarkozy

Les neuf coups qui ont plombé le moral des profs sous Sarkozy
Nolwenn Le Blevennec | Journaliste Rue89

Flicage des profs et des élèves, manque de formation des jeunes enseignants : en matière d'éducation, le bilan des attaques portées à l'école depuis 2007 est sévère.

Mardi 28 février, le candidat Nicolas Sarkozy annonçait à Montpellier ses propositions pour l'éducation. Son bilan est pourtant difficile à vendre. Nicolas Sarkozy n'avait pas de grand dessein pour l'Education nationale, ni de bienveillance particulière. Il y a vu une source d'économies potentielles, et le Président a détricoté des « choses » qui marchaient plutôt bien, sans cohérence.

Le résultat : une baisse de vocation. Il y avait, selon RTL, 92 000 candidats au Capes en 2004, il n'y en avait plus que 28 000 l'an dernier. Presque 900 postes n'ont pas été pourvus en 2011. Des enseignants manquent en lettres, maths, anglais ou allemand.

Cette liste des coups portés à l'école n'est pas exhaustive ; elle a notamment été réalisée en relisant les articles et témoignages publiés sur Rue89 depuis mai 2007.

1.
Les établissements se vident de leurs profs


C'est quoi ? Le fil rouge du mandat de Nicolas Sarkozy qui prévoie le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux.

Chaque année, les parents d'élèves se mobilisent contre les suppressions de postes dans des opérations « écoles mortes » (le Nord - Pas-de-Calais est très touché).

Selon nos calculs, cela fait près de 71 000 postes supprimés en cinq ans. En ajoutant les 8 701 suppressions de postes de la rentrée 2007, on arrive à un bilan de près de 80 000 sur l'intégralité du mandat – c'est le chiffre que tout le monde retient.

Pourquoi cela a plombé le moral des profs ? Classes surchargées, personnels déplacés ou qui partagent leur temps entre plusieurs établissements, embauche de contrats précaires...

En cinq ans, près d'un tiers de l'effectif total de Rased (Réseaux d'aides spécialisées aux élèves en difficulté) a aussi disparu. Un dispositif que la communauté éducative juge plus abouti que l'aide individuelle personnalisée (qui ignore les difficultés relationnelles ou sociales).

La suppression de postes se fait aussi au détriment de la scolarisation des moins de 3 ans – en forte baisse depuis dix ans.

Le gouvernement a-t-il corrigé ? Non. Dans un entretien donné aux Echos, le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, juge « possible » de continuer à réduire le nombre de postes dans l'éducation après 2012 et n'écarte pas de recourir « à un organisme indépendant » pour l'évaluation des élèves.

2
Les jeunes étudiants sont propulsés dans les classes


C'est quoi ? Avant, un postulant aux concours devait avoir au minimum un bac +3 pour le Capes, et bac +4 pour l'agrégation. Après le concours, il effectuait un an de stage (6 à 8 heures par semaine en classe, le reste du temps en cours théorique à l'IUFM).

Depuis la rentrée 2010, il faut un niveau master (bac +5) pour se présenter. Les nouveaux masters aménagés comportent une part de théorie. Les stages pratiques (facultatifs) sont prévus en deuxième année de master, alors que les étudiants n'ont pas encore réussi le concours. Post-examen, ceux qui ont réussi sont propulsés à temps plein dans les classes.

Pourquoi cela a plombé le moral des profs ? Les jeunes profs sont « balancés » dans leurs classes sans savoir comment parler à leurs élèves (ils manquent de pratique et ne bénéficient plus en alternance des conseils de l'IUFM).

La réforme ne tient pas compte du rythme des étudiants, qui doivent valider leur dernière année de master, préparer les concours d'enseignants et faire des stages en même temps.

Le gouvernement a-t-il corrigé ? Oui, mais en pire. Nicolas Sarkozy a reconnu, en janvier 2011, la nécessité d'« améliorer notre système » :

le « séjour d'accueil » (avec distribution d'un DVD de tenue de classe) à l'académie passe de trois jours à cinq jours ;
à la rentrée 2012, des étudiants pourront suivre un cursus en alternance dans des universités-pilotes. ;
dès la première année de master, ils pourront enseigner de 3 à 6 heures par semaine ou occuper un poste d'assistant pédagogique à mi-temps.

Aucune précision sur les conditions d'encadrement, Luc Chatel est soupçonné de vouloir recruter de la main d'œuvre à bas coût.

3
Les profs et les élèves se sentent fliqués


C'est quoi ? Jusqu'à présent, tous les enseignants étaient tenus de renseigner un cahier de textes papier mis à la disposition des élèves. Désormais, dès la rentrée 2011, à chaque cours, il faut remplir un cahier de textes numérique très complet, qui doit comporter les documents utilisés pour les cours.

Les élèves sont eux répertoriés depuis 2009 dans Base-élèves, des fichiers qui enregistrent des informations variées sur un élève pour l'ensemble de sa scolarité (état civil, adresse, responsable légal...).

Pourquoi cela a plombé le moral des profs ? Le cahier de textes numérique apparaît, pour certains, comme une volonté politique de surveillance. Il donne à l'administration un pouvoir sur les enseignants.

Pour les profs, il s'agit d'une augmentation de leur charge de travail sans compensation financière.

Contre les fichiers Base-élèves, des enseignants, chefs d'établissement, parents d'élèves, réunis dans un collectif estiment que ces fichiers ne respectent pas le droit à la vie privée, et craignent qu'ils soient utilisés par la police. Qualifiés de « désobéisseurs », les enseignants qui refusent de les remplir ont été déplacés ou sanctionnés.

Le gouvernement a-t-il corrigé ? En grande partie. Au départ, les fichiers Base-élèves comportaient des données intrusives et sensibles.

Face aux critiques, Xavier Darcos, alors ministre de l'Education nationale, a revu deux fois les fichiers, en les expurgeant de données à caractère personnel en 2007 (critères ethniques) puis en 2008 (profession et catégorie sociale des parents, situation familiale, absentéisme signalé).

Le Conseil d'Etat a demandé que d'autres modifications soient apportées : la durée actuelle de conservation des données de 35 ans a par exemple été jugée trop longue.

4
Les écarts se creusent entre les lycées


C'est quoi ? C'est le résultat de la réforme Chatel, avec l'introduction, de la seconde à la terminale, d'un accompagnement personnalisé de deux heures hebdomadaires (groupes de quinze à vingt élèves). Pour compenser, le ministre a décidé de couper un peu partout. L'histoire-géo passe en option pour les filières S.

Par ailleurs, une plus grande autonomie est donnée aux établissements pour gérer les heures « de dédoublement » qui permettent un travail en petit groupe. Auparavant réparties par discipline au niveau national, ces heures (10 heures en moyenne) sont désormais à la libre disposition des établissements.

Pourquoi cela a plombé le moral des profs ? Les élèves scientifiques sont pénalisés : ils perdent des heures d'histoire. Mais surtout, on reproche à cette réforme de creuser l'écart entre les lycées. La formation proposée change d'un établissement à l'autre, en fonction de l'usage qui est fait du volume d'heures laissé au libre arbitre du chef d'établissement.

Dans les meilleurs établissements, les heures d'accompagnement personnalisé se transforment en une heure de mathématiques en plus.

Le gouvernement a-t-il corrigé ? Non.

5
Les chefs d'établissement sont les nouveaux patrons


C'est quoi ? La loi LRU datant d'août 2007 concentre les pouvoirs entre les mains des présidents d'université et de leur conseil d'administration. Ils ont le pouvoir de recruter les enseignants qu'ils désirent et de lever des fonds privés via des fondations. Le statut des enseignants-chercheurs est plus encadré. Le prolongement à l'école ? C'est le projet de la mise en place de l'évaluation des profs par les chefs d'établissement dès la rentrée 2012.

Pourquoi cela a plombé le moral des profs ? L'autonomie des universités suscite toujours des critiques : des universitaires continuent de réclamer son retrait, dénonçant la toute-puissance des présidents, la privatisation et la mise en concurrence des universités.

Concernant l'évaluation par les chefs d'établissement, les profs se posent des dizaines de questions. Par exemple : quelle légitimité a un ancien prof de techno devenu proviseur pour évaluer un prof de français ?

Le gouvernement a-t-il corrigé ? Partiellement. Modifié dans le cadre de la loi LRU, le statut des enseignants-chercheurs a été revu par Valérie Pécresse.

6
La mise en concurrence des établissements


C'est quoi ? C'est une des mesures phares du quinquennat Sarkozy. En 2007, le président de la République décide « d'assouplir » la carte scolaire en autorisant les dérogations. Les élèves sont toujours affectés à l'établissement de leur quartier, mais peuvent obtenir une dérogation, notamment s'ils sont boursiers. « Une manière de favoriser l'égalité des chances et la diversité sociale. »

Pourquoi cela plombé le moral des profs ? Selon Philippe Tournier, secrétaire général du syndicat, cité dans Libération en 2010, les établissements les plus fragiles qui sont les plus touchés : 30% des collèges et lycées classés ZEP-RAR (zone d'éducation prioritaire-réseau ambition réussite) jugent que la libéralisation de la carte scolaire a eu un impact négatif.

Le gouvernement a-t-il corrigé ? Non.

7
L'absentéisme scolaire provoque la fin des allocs


C'est quoi ? C'est un retour en arrière, puisque la suppression des allocations familiales pour absentéisme scolaire a été mise en place en 1946 (jusqu'en 2004). Un décret de janvier 2011 rétablit cette pratique.

Un an après, il y a eu 161 suspensions (chiffres arrêtés à octobre 2011), les départements des Vosges et du Cher en tête. Les familles touchées étaient « très majoritairement » suivies par les services des conseils généraux. Les gens du voyage sont aussi touchés, selon un cadre de la CAF.

Pourquoi cela plombé le moral des profs ? Les profs n'ont pas réagi massivement. Il n'y a pas eu de mouvement national sur le sujet.

Le gouvernement a-t-il corrigé ? Non, au contraire. C'est une source de fierté pour Luc Chatel qui a présenté ces chiffres en décembre dernier.

8
Les remarques clownesques des ministres


C'est quoi ? Il y a au moins deux épisodes ridicules marquants. La phrase de Xavier Darcos, en juillet 2009 :

« Est-ce qu'il est vraiment logique, alors que nous sommes si soucieux de la bonne utilisation des crédits délégués par l'Etat, que nous fassions passer des concours bac +5 à des personnes dont la fonction va être essentiellement de faire faire des siestes à des enfants ou de leur changer les couches ? »

Et puis, il y a eu la sortie com à l'Intermarché du tout nouveau ministre Luc Chatel en août 2009 : devant les caméras, des fausses mères de famille (en réalité des sympathisantes/élues UMP) disent tout le bien qu'elles pensent de l'action du ministre. La mise en scène est démasquée : Intermarché protège Chatel en affirmant que les interviewés sont des salariés de l'enseigne.

Pourquoi cela a plombé le moral des profs ? Sans commentaire.

Le gouvernement a-t-il corrigé ? Partiellement. Xavier Darcos a présenté ses excuses lors du débat sur le budget de l'Education nationale au Sénat.

Dans des lettres à trois médias (France Inter, France Info et Libération), Luc Chatel ministre a « condamné fermement » le « procédé » d'Intermarché invitant des salariés à « faire figuration ».

9
La chasse aux femmes voilées


C'est quoi ? Luc Chatel, ministre de l'Education, propose au printemps 2011 que les personnes accompagnant les élèves lors de sorties scolaires respectent le « principe de neutralité et laïcité » de l'école, et donc d'interdire les signes ostentatoires (en premier lieu le voile).

Pourquoi cela a plombé le moral des profs ? Les profs sont loin d'être unanimes là-desus, mais certains ont souffert du fait que l'école soit instrumentalisée dans ce débat.

Le gouvernement a-t-il corrigé ? Oui. Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, a conclu qu'il était impossible de trancher et de légiférer. Il a proposé plutôt de préparer des « instructions », recommandant le recours à des mères non voilées, et de laisser les chefs d'établissement décider sur le terrain.

Vous avez en tête d'autres mesures du quinquennat de Sarkozy qui ont mis les profs en colère ? Réagissez dans les commentaires, nous ajouterons vos contributions à l'article.

C'est finalement assez superficiel comme article...

Ils auraient dû lire la tribune de Sophie Maunier : c'est plus court et il y a les vraies raisons de notre moral plombé.

PS J'en ai ras-le-bol des journalistes qui disent "les profs". furieux

_________________
www.laviemoderne.net : ce qui est moderne peut (aussi) être idiot. Suspect

Luigi_B
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Rue89] Les neuf coups qui ont plombé le moral des profs sous Sarkozy

Message par Trinity le Lun 12 Mar 2012, 20:14

Je les trouve trèèèèèèèèèèèès loin du compte.

_________________
"Deux choses sont infinies : l'Univers et la bêtise humaine. Mais en ce qui concerne l'Univers, je n'en ai pas encore acquis la certitude absolue." Albert Einstein


Trinity
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Rue89] Les neuf coups qui ont plombé le moral des profs sous Sarkozy

Message par Jim Thompson le Lun 12 Mar 2012, 20:48

c'est clair au lieu de pondre des trucs pareils qu'ils fassent des longues interviews (bien préparées) des représentants syndicaux nationaux



_________________
CAPA/CAPN: SNES CTA/CTM: FSU

Jim Thompson
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Rue89] Les neuf coups qui ont plombé le moral des profs sous Sarkozy

Message par Jacq le Lun 12 Mar 2012, 20:58

Les journalistes (pardon : beaucoup de...) sortent de belles écoles de communication, ne leur demandez surtout pas de travailler ou connaître les sujets dont ils parlent. C'est fatiguant !

Jacq
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Rue89] Les neuf coups qui ont plombé le moral des profs sous Sarkozy

Message par fugue le Lun 12 Mar 2012, 21:01

Je n'apprécie plus guère Rue 89, beaucoup d'articles aux titres accrocheurs mais finalement assez creux.

fugue
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Rue89] Les neuf coups qui ont plombé le moral des profs sous Sarkozy

Message par Luigi_B le Lun 12 Mar 2012, 21:17

Je suis bien d'accord. Et j'ajouterais : politiquement correct, sous ses dehors vaguement subversifs.

_________________
www.laviemoderne.net : ce qui est moderne peut (aussi) être idiot. Suspect

Luigi_B
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Rue89] Les neuf coups qui ont plombé le moral des profs sous Sarkozy

Message par InvitéPa le Lun 12 Mar 2012, 21:26

@Jacq a écrit:Les journalistes (pardon : beaucoup de...) sortent de belles écoles de communication, ne leur demandez surtout pas de travailler ou connaître les sujets dont ils parlent. C'est fatiguant !
"En France les journalistes apprennent leur métier à l'école hôtelière" Guy Bedos (cité de mémoire)

InvitéPa
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Rue89] Les neuf coups qui ont plombé le moral des profs sous Sarkozy

Message par User5899 le Lun 12 Mar 2012, 22:01

1) Je ne me reconnais pas vraiment là-dedans.
2) Je propose qu'au lieu de "journaliste", on dise systématiquement "journaleux", et qu'au lieu de "politique", on dise "politocard". Puisqu'ils aiment les abréviations. Et pareil pour la "grogne" des fonctionnaires ! Je ne suis pas un sanglier furieux

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Rue89] Les neuf coups qui ont plombé le moral des profs sous Sarkozy

Message par Duplay le Lun 12 Mar 2012, 22:04

PANALIN a écrit:
@Jacq a écrit:Les journalistes (pardon : beaucoup de...) sortent de belles écoles de communication, ne leur demandez surtout pas de travailler ou connaître les sujets dont ils parlent. C'est fatiguant !
"En France les journalistes apprennent leur métier à l'école hôtelière" Guy Bedos (cité de mémoire)

Si seulement c'était vrai... Ils pourraient y apprendre la rigueur et le professionnalisme !

Duplay
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum